Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde « sports et environnement »

Présentation

Ernest Gibert

Texte intégral

Ernest Gibert,

Vice-Président de l'UNCU

Président de l'Université Sportive d'Eté

1Mesdames et Messieurs, le débat de la 10ème Université Sportive d'Eté portera ce soir sur "Sports et Environnement". On aurait pu facilement inverser le pluriel de l'un avec le singulier de l'autre. Voilà pourquoi il me semble qu’avant de commencer le débat, il est nécessaire non pas de chercher à définir les concepts mais à s'entendre sur le sens des mots afin que, pour les uns et les autres, il n'y ait pas d'ambiguïté, et que nous leur donnions la même signification.

2Le mot "Environnement" peut être entendu de bien des manières, et je dois dire qu'au cours de ces trois journées, nous l’avons utilisé de bien des façons. On peut avoir de l'Environnement, une conception étroite, en s'en tenant au milieu physique, l'Environnement est alors la nature, mais au sens restrictif du terme. A l'inverse, on peut retenir de l'Environnement une conception très sensible. Dans ce cas, l'Environnement est non seulement le milieu physique mais tout ce qui va avec, c'est-à-dire le milieu culturel, le milieu économique, le milieu social, le monde politique, et tout ce que l'on voudra bien ajouter. Naturellement, la première conception est trop restrictive, la deuxième est beaucoup trop large. L'Environnement n'a pas de sens en lui-même, l'Environnement n'existe pas pour lui, il n'a pas de sens en soi. Il n'a de signification que par rapport à l'usage que l’on en fait et en fonction de ceux qui l'utilisent. C'est dire que l'Environnement ne peut être considéré comme une notion figée. Par essence, j'allais dire par définition, l'Environnement est évolutif.

3Ceci constaté, nous ne sommes pas beaucoup plus avancés, car il ne m’a pas semblé qu'il existait de définition de l'Environnement qui soit indiscutable. Alors, pour simplifier les choses, considérons ensemble, si vous le voulez bien, que l'Environnement est constitué par la gestion du patrimoine naturel. La gestion du patrimoine naturel est une idée plus large que la conception précédente, c'est une idée qui n'est pas trop étendue et qui permette d'intégrer les dimensions culturelles, économiques et sociales que l'on a pu évoquer ce matin. Donc, lorsque nous parlerons d’Environnement, il s'agira de la gestion du patrimoine naturel. Sans pour autant accorder à la notion de patrimoine une qualification administrative et partiale, bien sûr.

4Le mot "Environnement", nous l'emploierons, dans ces conditions, au singulier. En revanche, nous avons parlé de "Sports" au pluriel, et je pourrais recommencer l'exercice. Naturellement, je ne le ferai pas, si ce n'est pour rappeler que l'on se heurte à la même difficulté. Les spécialistes des sciences et techniques des activités physiques et sportives — S.T.A.P.S. — en ont conscience puisqu'ils ont utilisé le pluriel. Dans le domaine universitaire, ils ne sont d'ailleurs pas les seuls. Il en est de même pour les sciences économiques, les sciences de gestion et même les sciences juridiques, qu'on utilise encore souvent au pluriel. La notion de "Sports" reste encore à définir de telle manière qu'elle se prête à l'intégration de l'évolution. La raison pour laquelle nous avons employé le pluriel est encore plus simple. C'est pour montrer que le problème des relations entre sport et environnement ne se pose pas de la même manière selon les diverses disciplines sportives. Faut-il dire qu'il n'a pas de sens pour l'haltérophile et pour l'athlète de parapente, et qu'il n'a pas la même signification pour celui qui fait de la planche à voile ou pour celui qui joue aux boules. Autant de vérités évidentes qui nous laissent penser qu'on ne peut imaginer une vision unique des relations entre Sports et Environnement. Et que, par conséquent, il n'y a sans doute pas une solution, mais des solutions différentes. Encore faut-il faire en sorte que l'on puisse s'interroger. Et c'est peut-être à cause de ce flou sur l'idée que nous nous faisons de l'Environnement, sur le sens que nous donnons au(x) Sport(s), que les relations entre les sportifs et le monde de l'environnement sont des relations ambiguës.

5Pourtant entre ce monde de l'Environnement et ce monde du Sport, il existe des points communs. Il s'agit d'abord de deux mondes qui sont passionnés. La passion y est une vertu, partagée par à peu près tous ceux qui appartiennent à l'un et à l'autre de ces mondes. Il s'agit encore de deux mondes pour lesquels l'idée de découverte tient une place essentielle. Non pas simplement la découverte du corps, et la découverte de l'espace, deux notions et deux idées de découverte qui sont spécifiques à chacun, mais qui sont dans les deux cas très larges. Faut-il ajouter que Sports et Environnement sont également deux mondes qui ont été tardivement reconnus. Leur prise en compte — l'intérêt qu'on leur porte — est très récent, même si aujourd'hui il s'agit de sujets qui sont peut-être un peu trop à la mode. Ce sont, dans ces conditions, deux mondes qui ont souvent des comportements agressifs et qui adoptent fréquemment des positions défensives.

6A ce constat, on pourrait penser que tout concourt à les rapprocher, mais les difficultés ne rapprochent pas toujours. Vous savez qu'entre sportifs et adeptes de l'environnement, le conflit est sinon la règle, tout au moins une situation fréquente. On l'a vu durant la première journée de l'Université Sportive d'Eté, les deux logiques, quand il en existe, ne sont pas toujours similaires. Pourtant, il semble que le monde du sport et le monde de l'Environnement doivent l'un et l'autre adopter des positions raisonnables.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search