Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3 - "Sportifs médiateurs ?" "Sportifs promoteurs ?"

Débats

Jacques Marchand, Michel Bouet, Henri Dusseau, Robert Denel, Jean Kouchner, Louis Volle, Jean-Pierre Mounet, Michel Clare, Jean-Paul Schneider, Claude Dengreville et Claire Moynot

Texte intégral

Jacques Marchand

1Je vais reprendre un point de mon confrère, non pas pour le contester, mais pour apporter un complément qui me paraît utile.

2En effet, Jean Kouchner a parlé des médias, et je crois qu'il a très bien défini la différence entre les médias événementiels, que vous appelez le média "grand public", et le média "spécialisé". Et il y en a de plus en plus ; c'est normal parce que le nombre de randonneurs a augmenté. Nous avons maintenant une presse spécialisée dans la randonnée depuis à peu près deux ans. Actuellement, il y a deux, trois peut-être quatre magazines qui sont consacrés à la randonnée. Il en est de même, inutile de vous le préciser, pour le VTT, de même que beaucoup de journaux de sports, de sports classiques, de cyclisme classique, donc de compétitions cyclistes, ont ajouté quelquefois des cahiers consacrés au VTT. Et c'est même vrai pour le journal de la Fédération Française de Cyclisme, puisque le VTT a été raccroché, non pas au cyclotourisme — et Monsieur Dusseau nous en parlera tout à l'heure — mais à la Fédération Française de Cyclisme, donc au cyclisme de compétition. Donc il y a ces deux genres de presse.

3Mais je reviens à un point souligné précédemment par Monsieur Kouchner, qui disait que pour le sportif de haut niveau, l'environnement n'est qu'un décor qui défile. Je crois qu'il faut quand même approfondir quelque peu le problème, et je vais naturellement l'approfondir à travers ce que j'ai longtemps vécu dans ma carrière. J'ai en tête le Tour de France et en particulier le contact du Tour de France avec la montagne. C'est vrai que lorsque l'on voyait Hinault grimper l'Izoard, vous suiviez Hinault mais vous ne pouviez pas ne pas voir l'Izoard, ce paysage somptueux. Et Hinault valorise l'Izoard, parce que le Tour de France va permettre de découvrir un certain nombre de grand cols qui sont connus du monde entier, surtout par nos voisins directs qui suivent le circuit, grâce au passage des coureurs dans ces cols. Il est indiscutable que l'Izoard valorise énormément l'image d'Hinault mais il est vrai aussi que Hinault valorise l'Izoard et le fait connaître. Je crois que, là, il y a un renvoi d'ascenseur entre l'actualité sportive de haut niveau et son environnement. Je crois que le décor ne se contente pas de défiler. Pour moi et Michel Clare, qui a vécu le Tour de France autant que moi et qui a fait beaucoup de Tours de France en compagnie d'Antoine Blondin, c'est évident. Je crois que nos camarades étaient beaucoup plus sensibles, aussi sensibles en tous les cas, au décor qu’ils traversaient qu’à l'effort physique lui-même ; comme d'autres étaient sensibles par exemple à la gastronomie.

Michel Bouet

4Moi je ne contesterai pas du tout l'idée que la pratique sportive entraîne évidemment la découverte du milieu, mais je crois qu'il faut être prudent sur la formule. Il faut faire attention qu'il n'y ait pas de glissement d'un plan à un autre, et surtout pas n'importe comment.

5Attention ! L'image que vous avez, vous, du Tour de France n'est pas la même que celle du spectateur moyen. Vous savez bien que le cadrage n'est pas innocent, et le cadrage sur l'Izoard n'est pas le même que le cadrage que vous faites, vous, personnellement, quand vous passez derrière Hinault sur le col. Car là, à ce moment précis, vous oubliez le coureur ou disons que vous le retrouvez dans un environnement tel que vous êtes en mesure de l'apprécier. Par contre, les scènes médiatisées, dont nous parlent les confrères, qui répondent à un objectif précis, sont des scènes qui sont cadrées sur la roue, le pied, la main, etc., et sur l'image de souffrance, et puis sur la foule ; le champion passe entre une quintuple haie de spectateurs. Moi je n'hésite pas à dire que, personnellement, ça me donne une image de la montagne dans laquelle je n'ai pas très envie d'aller. Cela donne à ceux qui ne la connaissent pas une image considérablement déformée qui n’incite sûrement pas à la découverte de la pleine nature.

Henri Dusseau,

Vice-Président de la Fédération Française de Cyclotourisme

6Je représente la Fédération Française de Cyclotourisme. Je voudrais simplement appuyer ce qui a été dit, et faire au passage quelques petites rectifications. D’abord vous ne connaissez probablement pas, ou mal, la Fédération Française de Cyclotourisme, bien que vous soyez peut-être des pratiquants de la bicyclette. En deux mots, la Fédération Française de Cyclotourisme est une fédération qui existe depuis 1929, qui est reconnue d'utilité publique, et qui a actuellement 115 000 adhérents ou 115 000 licenciés. Nous sommes une fédération sportive non olympique, et le but du cyclotourisme est le déplacement à bicyclette pour favoriser le tourisme.

7Nous avons entendu parler tout à l'heure de la séparation entre le VTT et le cyclotourisme ; le VTT fait entièrement partie du cyclotourisme. Par contre le VTT (vélo tout terrain) se pratique plutôt sur les chemins alors que la randonnée cyclotouriste se pratique dans l'ensemble du territoire. Alors il est faux de dire que le VTT est attribué à la Fédération Française de Cyclisme, que nous connaissons bien et que nous respectons, avec laquelle nous avons d'excellents rapports, mais il faut savoir qu'en France — et c'est l'un des seuls pays d'Europe qui a cette séparation, et c'est un plus pour le sport en général — il y deux fédérations : la Fédération Française de Cyclisme, qui gère la compétition et c'est une bonne chose qu’il y ait de la compétition, et la Fédération Française de Cyclotourisme, qui gère le cyclotourisme. Et le VTT fait partie du cyclotourisme.

8Concernant ce qu'a dit Monsieur Kouchner à propos du randonneur, on ne peut, nous, les cyclotouristes, que souscrire totalement à la définition du randonneur. Nous, cyclotouristes à bicyclette et les randonneurs marcheurs, nous avons strictement les mêmes positions et la même philosophie car nous souhaitons, au niveau fédéral, apporter une espèce de philosophie et de l'humanisme dans notre pratique sportive. En effet, en dehors du sport, nous souhaitons améliorer et faire pratiquer à nos adhérents le tourisme avec une forte connotation culturelle ; les sorties à thème sont chez nous très prisées.

9Naturellement, pour être un randonneur cyclotouriste, il faut pédaler aussi pour le plaisir ; ce qui nécessite malheureusement, ou heureusement, une pratique permanente. Je dois dire que chez nous, par exemple, pour être dirigeant d'une fédération comme la nôtre, il faut être absolument un pratiquant : chez nous, être pratiquant, cela veut dire réaliser au moins chaque année 5 000 km à bicyclette, ce qui est à la portée de tout le monde.

10Nous souhaitons pratiquer dans un environnement de qualité et la montagne est un des lieux privilégiés, naturellement. Cependant, nous pratiquons le cyclotourisme et le VTT dans toute la France. Les cyclotouristes souhaitent pratiquer avec plaisir la bicyclette. Et c'est pour ça que nous sommes assez dubitatifs devant la présentation du Tour de France, notamment cycliste, par les médias. Pourquoi ? Parce qu'on ne montre, comme l'a dit Monsieur Kouchner, que l'effort, que la difficulté, que l'exploit. Il faut savoir qu'en France, il n'y a que 150 professionnels — tout à fait respectables — du cyclisme, et que le Tour de France est devenu un business. Pourquoi pas ? Mais le sport est-il vraiment présent ? Nous organisons, nous, depuis deux ans, un Tour de France cyclotouriste qui est exactement le même que le Tour de France cycliste et qui permet à des hommes et des femmes, 120 personnes de notre fédération mais d'autres adeptes pourraient venir sans être fédérés chez nous, de réaliser la même performance sportive, dans un esprit complètement différent. Pendant 30 jours, ces hommes et ces femmes ordinaires, font le Tour de France et malheureusement, en tout cas pour le moment, aucun média n'en parle.

11(...) Parce qu'il est vrai qu'au niveau d'une fédération comme la nôtre, nous avons à gérer des contradictions énormes qui sont la discrétion nécessaire à notre pratique et en même temps le besoin des médias. Car on sait que, sans médias, notre activité, comme toute autre, sera mal reconnue. Nous respectons également la liberté profonde de l'individu, mais nous sommes conscients que pour pouvoir pratiquer le cyclotourisme et le VTT, il faut une formation individuelle.

Jacques Marchand

12Je voudrais simplement apporter une petite rectification, à savoir que ce que j'ai dit tout à l'heure n'était pas faux, seulement inexact ou seulement incomplet. Car vous ne pouvez pas le nier, et vous l'avez d'ailleurs dit, la compétition VTT relève effectivement de la fédération de cyclisme, et non pas de celle de cyclotourisme. Vous avez fait allusion aux médias. Il est évident que les médias d'actualité ou médias au grand public s'attachent essentiellement à des résultats ; s'il n'y a pas de résultats, ils n’en parlent pas, ce que vous déplorez sans doute, mais c'est ainsi. Mais pour la presse d'actualité, pour la presse d'information, on ne parle de sport que s'il y a compétition et s'il y a des résultats. D'autre part, lorsque vous évoquez le Tour de France des cyclotouristes et l'intérêt que suscite chaque année cette manifestation, convenez qu'une partie de ce succès tient probablement au prestige du Tour de France cycliste lui-même, avec ses exploits et ses champions qui contribuent à entretenir le mythe, l'émotion, la fascination autour de sites et de lieux fameux.

Robert Denel

13Tout au début de votre exposé, monsieur Jean Kouchner, vous vous êtes présenté comme un randonneur de haut niveau, et puis vous vous êtes presque excusé ensuite de ce qualificatif. Je voudrais savoir comment vous pratiquez la randonnée.

14Selon moi, une bonne partie des gens qui font du VTT, le font en le considérant comme un sport complémentaire à une pratique sportive. Je pense actuellement que l'on est en train de définir trop facilement le développement des sports de pleine nature comme étant un geste vers la nature. C'est au départ, pour beaucoup, une motivation sportive qui va entraîner une pratique dans un cadre plus agréable qu'habituellement. Ce n'est pas nécessairement la nature qui attire les gens d'emblée, c'est plutôt un sport qui va entraîner un développement, une jouissance sportive, physique, dans un cadre naturel. A mon avis, c’est une explication aussi importante que celle de la découverte de la nature. Cela va peut-être en contradiction avec ce que vous dites, mais cela nous permet de repartir sur la première partie : qu'est-ce qui vous a motivé au départ ? Est-ce le geste sportif vers la nature ou est-ce la nature vers le geste sportif ?

Jean Kouchner

15Mes randonnées se situent en montagne, un peu partout dans le monde. Quand le C.F.P.J. m'en laisse le temps, il m'arrive d'aller un peu à l'étranger, par exemple : la Cordillère des Andes. Mais ma pratique personnelle sur les lieux est seconde par rapport à une motivation. Je suis un pratiquant de la montagne, je fais aussi de l'escalade, de l'alpinisme et de la randonnée à l'occasion.

16Je vais vous raconter une anecdote. Au cours d'une expédition au Pérou, où on était allé faire un sommet qui s'appelle le Waskerman (6 800 mètres d'altitude), j'étais avec des amis. C'était une expédition assez lourde parce qu'il fallait s'acclimater à l'altitude. Bref on arrive à Lima, on a à peine le temps de voir qu'il y a des gens qui habitent à Lima, puis on prend l'autocar, on nous emmène au Chamonix local, et on a à peine le temps de voir des gens qui travaillent et qui vivent, et qui ont une culture différente de la nôtre... Et, très vite, on va au petit village d'où on part, puis, là, on a tout juste le temps de passer une nuit, avec une file de gens qui nous attendent dehors en espérant que le "médico" du groupe pourra soigner le plus grand nombre possible de gens malades, parce qu'ils n'ont pas les moyens d'aller à l'hôpital... Puis on monte au camp de base, et l'on reste un peu, le temps de s'acclimater. On fait le sommet, et après on se dépêche de retourner à l'aéroport de Lima parce ce que maintenant le boulot nous attend, en France. Etc. En revenant de cette expédition-là, je me suis dit : "plus jamais ça !". Personnellement, je n'ai plus jamais voulu participer à des expéditions de ce genre. Ça ne m'intéresse pas. Parce que la dimension essentielle de ma pratique de la montagne, c'est une dimension de rencontres avec d'autres gens et de découverte d'autres cultures.

17Je suis parti à l'étranger, dans la Cordillère des Andes, et j'ai pris une année sabbatique. J'ai vendu ma voiture, j'ai mis en location ma maison, on s'est débrouillé pour rassembler l'argent nécessaire, et j'ai passé un an à parcourir la Cordillère des Andes en m'arrêtant avec les gens, en parlant, en découvrant, en restant une semaine ici ou là parce qu'on rencontrait des gens fabuleux. Ce qui m'intéressait, c’était la montagne dans son ensemble, vécue comme un tout. La montagne et ses hommes. Ça ne m'empêche pas d'aller faire des courses ici dans les Alpes, parce que c'est un autre contexte. Et il n'est pas question d'établir des comparaisons à ce niveau. Mais voilà la réponse que je voulais vous donner. C'est-à-dire que je vis ma pratique de la randonnée et de la montagne comme une rencontre culturelle avec des gens.

18Je ne conteste pas le fait qu'un certain nombre de gens vont s'entraîner en pleine nature pour pratiquer un sport qui, au demeurant, n'est pas forcément un sport de pleine nature. C'est autre chose. Mon intervention ce matin ne prétendait pas recouvrir l'ensemble des profils de pratiques. Mon intervention consistait simplement à évoquer les motivations des gens qui vont en pleine nature. On peut être motivé par la montagne ou motivé par le sport. Moi aussi je m'entraîne en pleine nature quand j'ai envie ; j'espère aller courir le Marathon de New-York et, pour m'entraîner — je n'arrive pas à m'entraîner en ville — je vais m'entraîner en pleine nature. L'interprétation première du sport classique est une préoccupation d'entraînement sportif pur ; le cadre devient secondaire.

Jacques Marchand

19Le dialogue qui s'est noué avec un certain nombre de convictions montre la diversité des points de vue. D'ailleurs tant mieux ! On va revenir un peu sur ces questions. Je vais maintenant passer la parole à Louis Voile qui, je vous le rappelle, est le Président du Club Alpin Français. Il va donc nous rappeler ce qu'est le Club Alpin Français — le C.A.F., comme on a souvent coutume de le désigner — et son rôle. Il va nous apporter des précisions et, bien sûr, il va poursuivre le thème de cette matinée sur "les sportifs médiateurs et les sportifs promoteurs".

Louis Volle,

Président du C.A.F.

20Bonjour à tous. Je voudrais vous dire tout d'abord mon admiration pour l'aisance de la majorité des intervenants pour le verbe. Dans mon milieu, je ne suis pas habitué à une telle virtuosité. Je voudrais surtout vous dire que, sur le fond du problème, ce qu'a dit Jean Kouchner tout à l'heure m'a particulièrement intéressé parce que je crois que l'on touchait véritablement à la matière même de ce qui fait bouger les gens vers un sport, et en particulier des motivations qui les attirent vers la montagne.

21J'aimerais quand même souligner le fait que, pour l'essentiel d'entre vous, qui êtes des gens de communication, il y a une certaine responsabilité dans le rapport actuel du sportif avec — ou à — la montagne. Cette responsabilité doit être mise en rapport avec les médias qui sont dominants aujourd'hui sur le marché. Ce sont des médias commerciaux, et dans lesquels, finalement, le rapport avec la montagne est bel et bien représenté selon une figure caractéristique : l'homme d'abord, ou devant, et la montagne derrière, loin derrière, comme simple décor. Dans mon souvenir de jeune alpiniste, à l'époque, dans les années soixante, si je me souviens bien, dans les revues qui parlaient du sport dans le cadre de la montagne, on voyait toujours un immense paysage et un petit bonhomme ou un groupe qui opérait par-là, et qui n'était pas l'objet essentiel de l'intérêt. Par contre, dans le texte, cet homme essayait de se faire valoir dans ce vaste environnement, parfois grandiose, qui apparemment le dépassait. Si je prends aujourd'hui la presse normale de la montagne, il est évident qu'on constate un renversement radical de perspective. L'homme est le motif principal, exagérément amplifié, tandis que la montagne est devenue un décor, parfois un accessoire, un simple faire-valoir. Moi, je crois que cette image égocentrique et narcissique que l'on peut trouver dans tous les kiosques et dans la plupart des journaux résume tout à fait, pour la majorité de nos contemporains, une conception globale de l'approche de la nature. Puisqu'au fond, quel que soit le sport pratiqué, on s'aperçoit que l'individu qui pratique ce sport, à partir du moment où il cherche la moindre médiatisation, sait bel et bien qu'il veut se mettre en valeur, lui, par rapport à un milieu qui n'est plus que le faire-valoir.

22Pour revenir à un autre point du débat sur lequel il m'a semblé qu'il y avait un manque, une lacune, je crois que dans l'approche du sport, quel qu'il soit, il faut quand même aussi envisager le rôle des pouvoirs publics. Jusqu'à présent, on a parlé des rapports entre un homme et un élément, un plaisir plus ou moins grand et une performance plus ou moins grande, mais on n'a pas du tout parlé du rôle du législateur et des pouvoirs publics. Pourtant ce rôle est de plus en plus lourd, de plus en plus conducteur, et je dirai aussi de plus en plus réducteur, puisque le pouvoir public a eu la volonté de prendre en main le sport quel qu'il soit depuis la dernière guerre mondiale. Il a eu la volonté d'encadrer en particulier le sport de compétition pour lui donner des normes, des règles, les possibilités matérielles aussi de se développer normalement. Mais en prenant aussi en main le sport, il a obligé les responsables à intégrer des choses qui auparavant relevaient de la simple responsabilité des pratiquants, et en particulier en ce qui concerne les règles de la sécurité. Dans le monde de la montagne, parler de sécurité, c'est quelque chose qui, obligatoirement, implique une atteinte au milieu, puisque comme tout à l'heure vous l'avez souligné, mais ça n'a jamais été dit de façon claire, la montagne est quand même représentée comme un faire-valoir, et elle est très souvent représentée comme un milieu hostile. On agit dans un élément qui au fond vous en veut, se défend contre votre intrusion, et on est un héros puisque justement, à un degré variable, on arrive à surmonter ce milieu, et en revenir indemne. C'est psychologiquement quelque chose de très valorisant...

23Alors le rôle de ces pouvoirs publics dans cette sécurité est quelque chose de très lourd, puisque les pouvoirs publics ont vocation d'assurer la sécurité des gens. Et pour cela ils n'hésitent pas à faire pression de façon non dissimulée sur les dirigeants pour leur dire : "puisque vous êtes responsables de ce sport, faites en sorte que la mortalité ou que les risques d'accidents dans votre domaine de compétence diminuent". Dans le domaine de la montagne, vous savez que c'est dramatique, puisque cela peut conduire à l'artificialisation complète d'un milieu. Ce que nous appelons l'aseptisation et, à terme, ça peut conduire à la dénaturation complète d'un sport. Ce que nous connaissons par exemple sur l'escalade est quelque chose de très révélateur à ce sujet. Alors, avant de reprendre sur des questions que vous me poserez si cela vous intéresse, j'aimerais vous situer justement le Club Alpin et la position qu'il adopte dans ce milieu de montagnes.

24Le Club Alpin Français est, je le dis parfois dans mon milieu, un fossile d'une époque. Le Club Alpin n'était pas jusqu'à présent une fédération. Il l'est devenu il y a quelques mois pour s'adapter justement aux lois, mais c'était justement un prétexte. Ce Club Alpin s'était démarqué de la Fédération de la Montagne pour une raison très simple, c'est qu'il estimait qu'il représentait une majorité de pratiquants qui étaient des gens très divers, c'est-à-dire qui avaient une approche de la montagne plus ou moins sportive, parfois pas sportive du tout, mais qui avaient un intérêt commun, qui était de prétendre — je serai un peu prétentieux peut-être — gérer le milieu qui faisait leur mode de vie. Car ce qui a fait la force du Club Alpin dans son histoire, ce n'est pas le fait d'être un club sportif mais c'est le fait d'être un club dans lequel les gens ont trouvé une manière de vivre, au fond, leur passion, et un club dans lequel il pouvait y avoir une dimension sportive. Et qu'est-ce que cela a donné ? Eh bien ça a donné un club qui s'est désintéressé un peu de l'aspect gestion du sport, ce qui a permis d'ailleurs à une époque à la Fédération Française de la Montagne de se développer. Alors aujourd'hui, pour des questions de modification des lois, le Club Alpin est obligé d'évoluer. Même s'il a évolué lentement, il est obligé aujourd'hui de franchir certains caps. Et quelle est l'analyse que nous faisons ? C'est une analyse qui est douloureuse puisqu'en fait, nous en sommes à dire que nous refusons le terme de Fédération de la Montagne, puisqu'au sens de la loi, une Fédération de la Montagne, c'est une Fédération d'un sport. Or nous nous apercevons que la montagne n'est pas un sport, que c'est un milieu, un support dans lequel il peut y avoir plusieurs sports, et donc, actuellement, nous sommes en train d'agir pour faire en sorte que l'on admette le fait qu'il y ait une fédération sportive, par exemple pour un sport déterminé, pour l'escalade qui existe déjà, mais surtout pour que le terme de montagne soit consacré à une réalité beaucoup plus vaste. Je m'explique. Vous n'admettriez pas, par exemple, qu'il y ait une fédération qui dise : nous sommes la fédération de la mer. Et donc, aujourd'hui, nous voulons mettre en avant ce fait que la montagne est quelque chose de complexe, qui peut être le support de plusieurs sports, mais non réductible à tel ou tel d'entre eux, et qui, en aucun cas, ne peut pas être réduit à l'état d'un vaste stadium.

25C'est pour cela que nous avons actuellement une phase douloureuse dans notre histoire, puisque nous devons nous positionner par rapport à une Fédération qui est une Fédération dirigeante par la volonté des pouvoirs publics, et qui a une approche que nous trouvons, nous, réductrice.

26Sur le plan des chiffres, il faut savoir que l'effectif de la montagne française institutionnelle est réduit à pas grand-chose puisqu'il y a actuellement environ 140 000 associés et fédérés en montagne, et que le Club Alpin français, là-dedans, en rassemble 88 000.

Jacques Marchand

27Après ce qui vient de nous être dit, est-ce que vous avez, sur le Club Alpin lui-même et sur les propos que vient de nous tenir Monsieur Voile, des réflexions ou des questions ?

Jean-Pierre Mounet

28Je voulais vous poser une question sur la position du C.A.F. par rapport aux thèses de Mountain Wilderness. Quelle est la position officielle à ce sujet ?

Louis Volle

29D'abord, pour ceux qui ne savent pas ou qui ne sont pas au courant de ces questions, Mountain Wilderness est une association qui a été créée il y a maintenant cinq ans, par les alpinistes de haut niveau eux-mêmes, pour prendre en main une défense de l'environnement de haute montagne qu'ils estimaient être mal défendue par les instances classiques. Cette association, dont je fais partie à titre individuel, se veut être justement une association non récupérable, dans le sens où elle ne rassemble obligatoirement que des individus, et le Club Alpin en tant que tel ne peut donc pas en faire partie. C'est une très bonne chose.

30Cette association a un but qui est très clair : sauvegarder au maximum la haute montagne. Et elle se veut une sorte de lobby pour pousser, même parfois à l'extrême, des positions conservatrices, et on ne peut pas lui en vouloir puisqu'elle se définit comme telle. Et je crois qu'à côté de ça, elle a un point fort. C'est qu'elle est très ouverte. De même, son niveau intellectuel de recrutement est très élevé. Elle est très ouverte sur des expériences de collaboration avec des élus, pour essayer d'approcher autrement que par la législation pure et dure, la protection du milieu. Donc Mountain Wilderness illustre une fraction récente dans la protection de la montagne, mais c'est une création qui est extrêmement intéressante dans la mesure où elle oblige tout le monde à la réflexion, et surtout dans la mesure où ses réactions sont imprévisibles.

31Il est aussi évident que la majorité des membres de Mountain Wilderness sont membres du Club Alpin. Pourquoi ? Parce que c'est un autre cadre de travail. Pourquoi ? Tout bêtement parce que la nature institutionnalisée du Club Alpin fait qu'il ne peut pas se permettre de faire ce que fait Mountain Wilderness. (...)

32Le Club Alpin rassemble des gens qui sont de natures fondamentalement opposées. Puisque si on regarde bien les statuts du Club Alpin, ils prévoient que l'on pratique la montagne sous toutes ses formes, mais ils prévoient aussi que l'on donne les moyens de la pratique. Cela veut dire que le Club Alpin est non seulement protecteur mais qu'il il est aménageur. Vous savez que le Club Alpin est à l'origine de la création de sentiers, de stations de ski. Il est à l'origine de la création des refuges et donc il faut avoir une certaine cohérence dans le langage. On ne peut pas interdire à d'autres ce que l'on se permet soit même. Donc, pour le Club Alpin, le fait qu'il y ait Mountain Wilderness, c'est une très bonne chose parce que ça permet d'instruire un débat et d'apporter des éléments à partir desquels on peut négocier avec plus de lucidité et avoir sans doute mieux le sens du relatif. Donc le Club Alpin s'entend bien avec Mountain Wilderness, mais il n'a pas nécessairement les mêmes analyses.

Michel Clare

33C'est dommage que le Président soit obligé de nous quitter aussi tôt parce que je crois qu'à travers ce qu'il vient de dire, à travers l'exemple du Club Alpin Français, finalement, on se trouve au cœur du sujet qui est le nôtre : "sports et environnement". Et on se rend compte que tous les sports liés un peu au problème de l'environnement, donc les sports de pleine nature, les sports qui choisissent d'autres sports que la codification des Fédérations, en général de cyclotourisme, d’alpinisme, d'autres activités également, posent problème. Le Club Alpin, jusqu'en 1924, jusqu'aux premiers Jeux olympiques, avait la gestion du ski par exemple. En 1924 s'est créée la Fédération Nationale du Ski dans le cadre des Jeux olympiques de Chamonix. Un groupe du Club Alpin a dit "nous n'acceptons plus la direction du Club Alpin pour gérer nos affaires de skieurs", et il s’est constitué alors la Fédération de Ski. Après la guerre, le Club Alpin lui-même a fondé une Fédération de la Montagne parce qu'il y avait certains avantages à rentrer dans une structure juridique imposée par les pouvoirs publics. Ce qui a entraîné certaines contradictions, assez étonnantes d'ailleurs. En 1965, quand Maurice Herzog, qui était responsable du sport à l'échelon gouvernemental, a créé la loi antidopage, la première loi antidopage, le Club Alpin, auquel appartenait Maurice Herzog, était résolument contre, avec l'argument suivant : "pour nous parfois, le dopage est une question de survie dans les expéditions en montagne". Et on n'allait pas évidemment prendre un alpiniste qui avait réussi une première, lui faire un contrôle antidopage à l'arrivée, et lui dire : "et bien non, votre première n'est pas valable parce que vous avez pris des amphétamines".

Louis Volle

34(...) En réalité, l'alpiniste ou même le randonneur en montagne est un farouche individualiste. Son individualisme se complète par un individualisme de petit groupe, on sort avec un groupe d'amis, de copains, mais on ne veut pas appartenir à une structure, ou en tout cas on ne veut pas avouer que l'on appartient à une structure, très souvent. Je trouve qu'il est révélateur dans les chiffres que vous avez pu entendre ce matin. Il y a des millions de randonneurs, tandis que le monde fédéré ou associé de la montagne en représente quelques milliers seulement. C'est dérisoire. Quand on regarde un pays comme l'Allemagne qui a peu de montagnes, quand on regarde le chiffre des associés de membres alpins, ils sont aujourd'hui plus de 800 000 avec le retour de l'Allemagne de l'Est dans le giron d’origine. Quand on regarde l'Autriche qui est un tout petit pays, il y a plus d'un million d'adhérents, ça veut dire que ça correspond à une culture. Chez nous, la culture française de la montagne, c'est une culture d'individualités qui répugnent à se raccorder à une institution qui pourrait, à leurs yeux, les récupérer d'une façon ou d'une autre.

35Alors le Club Alpin est aussi très aléatoire de ce côté-là. Quand on fait l'analyse de nos effectifs, on s'aperçoit que les membres actifs du C.A.F., au sens associatif, c'est-à-dire ceux qui font les sorties dans le club, ceux qui vivent une vie d'association, sont minoritaires. On n'est pas loin de penser que seul le tiers des adhérents du Club Alpin sont des pratiquants associatifs. Ce qui veut dire que les deux autres tiers sont bel et bien composés des pratiquants individualistes qui adhèrent au Club Alpin intellectuellement, pour une idée de la montagne, pour l'action qu'il fait dans le monde de la montagne. C'est-à-dire qu'ils donnent bel et bien leur chèque chaque année, qu'ils sont des soutiens moraux, politiques, mais qu'ils ne veulent pas participer à ce qui théoriquement, au départ, faisait la vitalité de l'association. Je crois que c'est extrêmement révélateur.

36Donc, dans le milieu, on a énormément de mal à gérer les activités de montagne, parce que on a affaire à des gens qui sont des sympathisants ou qui sont parfois bêtement des consommateurs, qui font très peu savoir ce qu'ils voudraient, qui sont aussi un peu pingres, c'est-à-dire qui ne participent que très peu à l'investissement nécessaire pour gérer ces choses dans le cadre de la montagne. Même la discipline qui se veut à la mode aujourd'hui : l'escalade, qui rassemble chez les jeunes énormément de gens, est une discipline qui crève la misère, pour la bonne raison suivante, c'est que les investissements qui sont faits par les vieux malheureusement ou quelquefois par les jeunes qui sont très professionnels, ne sont pas relayés financièrement par l'apport des jeunes pratiquants qui viendraient adhérer à un club.

37Il est important de concevoir que dans le milieu de la montagne, contrairement à ce qui se passe d'autres sports, le rassemblement autour du sport, autour du milieu, est un rassemblement où le taux d'échec est extrêmement important. Et la communication que l'on essaie de faire actuellement, visant à responsabiliser les gens, à leur dire "mais si vous venez dans un club comme le Club Alpin, vous n'êtes pas récupérés puisque le principe du Club, c'est bel et bien de vous encourager à une pratique autonome", ne porte pas ses fruits. En effet, malgré cela, on s'aperçoit qu'il y a beaucoup de réticences. La montagne, pour les gens, c'est un rapport direct entre un individu ou un petit groupe d’individus et un milieu, sans intermédiaire.

Un intervenant

38Vous avez raison. Moi, je fais partie du Club Alpin Français. Pourquoi ? Tout simplement parce que j'ai une assurance et une réduction dans les refuges. Il y a beaucoup de gens qui font ça. Il s'agit d'une contradiction entre la pratique de la montagne, c'est-à-dire une pratique qui est d'abord intellectuelle, une pratique d'évasion dans un monde sans entraves, un monde libre, un monde qui s'oppose à l'idée même de fédération pouvait être synonyme d'entraves à la liberté. Seule la sécurité, qui vient annihiler aussi cette liberté très chère aux alpinistes, est considérée comme un droit par le type d'adhérent dont je fais partie.

39(...)

40Donc, il y a une contradiction entre cette envie-là, cette réponse à un besoin profond, culturel, intellectuel, de l'homme citadin, et le fait que, pour pouvoir exercer cette liberté, il a quand même besoin de la structure qu'il refuse. Ça veut dire qu'évidemment certains résolvent la contradiction en étant des militants un peu plus actifs au sein de l'association, mais d'autres sont simplement des consommateurs de ce qui leur permet d'exercer leur pratique.

Robert Denel

41Je me retrouve parfaitement dans ce type d'analyse. Je suis dirigeant de club ; je n'ai que 4 000 licenciés et j'ai 9 000 membres. Il y a donc 5 000 membres qui ne sont pas licenciés. Mais je considère que ces gens-là sont dans un club, et s'ils sont dans un club ce n'est pas uniquement pour des motivations de compétitions d'ordre sportif, c'est pour des motivations de convivialité, d'amitié.

42Je voudrais tout de même réagir un petit peu par rapport à un certain nombre de choses qui sont à enseigner. Faire en sorte que l'on pense qu'une association de loi 1901 — et ce n'est pas rien du tout la loi 1901 !, c'est synonyme de liberté — soit en contradiction totale avec la liberté, c'est ce que l'on pourrait penser dans le prolongement de plusieurs témoignages, et ça me semble choquant.

43Alors ça interroge à la fois ceux qui disent ça, sans doute, mais aussi tous ceux qui dirigent les associations et le mouvement sportif. Est-ce que le mouvement sportif n'est pas devenu une structure telle qu'effectivement, maintenant, on pense qu'aller dans un club, c'est toucher à sa liberté. Alors qu’au contraire, on a plaidé jour après jour pour la liberté d'association, c'est-à-dire la liberté de soi-même, pour faire des choses ensemble, etc. Je dirai qu'une partie du débat, qu'il y a eu jusqu'à présent, m'interroge beaucoup en tant que dirigeant, en tant que membre du mouvement sportif.

44(...)

45Je reviens rapidement sur cette histoire de justification, de motivation intellectuelle (...). Moi je veux bien, mais peut-être pour la randonnée, je ne voudrais pas qu'on généralise trop. Je pense quand même que beaucoup de sportifs, beaucoup de gens vont dans la nature d’abord pour être en forme, pour faire du sport, et il s'y ajoute la dimension culturelle. Mais je ne voudrais pas non plus que le développement des sports de pleine nature passe par un aspect prioritairement intellectuel. Je ne dis pas que ce n'est pas respectable mais je ne voudrais pas que l'on généralise systématiquement ; cela me gênerait un peu.

Jacques Marchand

46Comme nous l'a démontré tout à l'heure Jean Kouchner, il y a aussi des statistiques. Il y a quand même des références précises sur ces problèmes. Je crois que la réflexion qui a été faite par Jean Kouchner portait essentiellement sur la randonnée pédestre. Je crois qu'il a dépeint vraiment le milieu que je rencontre dans la région parisienne.

47Vous, parce que vous êtes un sportif, non seulement un dirigeant, mais un sportif pratiquant, vous pensiez surtout au VTT plus qu'à la randonnée. Ce qui m'a frappé tout à l'heure, c'est le chiffre qu'a donné Jean Kouchner : 6 millions. Sur 6 millions d'adeptes à la randonnée, vous ne pouvez pas avoir 6 millions de gens qui font de la randonnée uniquement pour des raisons sportives. Il y a donc un mélange, une rencontre inévitablement, entre ceux qui y vont pour le corps, pour une activité physique, ceux qui y vont simplement pour la ballade, ceux qui y vont pour entretenir des relations avec un groupe, ceux qui y vont pour le décor, ceux à qui ça fourni un prétexte à programmer d'autres activités, etc.

Jean-Paul Schneider

48Je crois que dans notre rapport à la nature, il est évident que le débat est toujours intellectuel, parce que nous avons une vue de la nature qui a été façonnée, et qui, d'entrée de jeu, progressivement, est façonnée par notre culture.

49Quant à la pratique sportive, elle induit un certain rapport à l'environnement qui n'est pas le même chez les uns et les autres, pas le même chez le VTTiste et le randonneur, pas le même chez l'alpiniste et l'haltérophile qui font tous les deux du VTT. Il me semble que le choix de la pratique sportive n'est pas non plus innocent, et il est aussi dépendant d'une certaine culture. Cela me paraît évident. Alors, nier la dimension intellectuelle de la chose, cela me paraît en effet impossible.

50J'ai une question à poser aux uns et aux autres. Louis Voile a évoqué tout à l'heure l'image traditionnelle de l'alpiniste dans sa paroi au milieu de la tempête. C'est une représentation traditionnelle, et c'est au fond une représentation classique de l'homme. Et je me demande si ce n'est pas un héritage d'une sorte de culture millénaire. On a évoqué le fait que, pendant des millénaires, l'homme a été en conflit avec les forces de la nature. Et il domestiquait la nature, il remportait des victoires sur elle. Et je me demande si, d'une façon très lointaine — peut-être oblique — cette image-là n'est pas d'une certaine façon un héritage du même mythe.

51Mais on a aussi dit d'entrée de jeu que ce rapport à l'environnement était en train de changer et que nous ne pouvions pas continuer sur cette idée-là, au risque d'ailleurs de nous perdre tous. Par conséquent, notre culture doit changer, nous devons trouver de nouveaux repères. La question que je voulais poser est la suivante. "Est-ce qu'une certaine représentation du sport n'est pas condamnée rapidement à devenir anachronique ? Et si on veut éviter qu'elle devienne anachronique, comment voyez-vous, les uns et les autres, les indispensables, les vitales transformations de la pratique et du mouvement sportif, pour qu'ils restent adaptés à cette culture qui devient désormais nécessaire à notre survie, une culture nouvelle, une culture moderne" ?

Jacques Marchand

52Je vais demander à Monsieur Dusseau de bien vouloir enchaîner, en reprenant peut-être l'idée — puisqu'il est parmi nous le seul représentant d'une fédération sportive adhérente au C.N.O.S.F. — et un thème qu'on a souvent évoqués dans nos Universités précédentes. Effectivement on a l'impression que quelque chose échappe actuellement au Mouvement Sportif. Jean Paul Schneider vient encore d'accentuer le constat. Dans la pratique, et en particulier dans la pratique de pleine nature, il y a quelque chose qui échappe totalement désormais au contrôle du mouvement sportif lui-même, y compris, je crois, chez les cyclotouristes. Les cyclotouristes sont encore des gens organisés, et je crois que c'est ce qui fait leur force, c'est aussi ce qui nous les rend sympathiques. Ce sont des gens qui, dans ce monde très médiatisé et très économique, ont voulu conserver une indépendance totale — et qui y sont parvenus — par rapport aux pouvoirs économiques. Mais ne sont-ils pas dépassés parfois, si je peux utiliser cette expression, par une nouvelle génération d'adeptes peu intéressés par la pratique en groupe organisé ?

Henri Dusseau

53Je voudrais simplement souligner ce qu'a dit le président du C.A.F., et, contrairement à ce qu'il pense, toutes les fédérations de plein air ou de loisir ont exactement les mêmes problèmes.

54Notamment chez nous il y a eu un vigoureux débat autour des statuts d'adhérent et de licencié. Et on a raison de dire que les pouvoirs publics ont une responsabilité dans nos problèmes.

55Effectivement, l'Etat, pour de bonnes raisons probablement, veut absolument tout régenter et nous a obligés, ainsi qu'à toutes les fédérations de plein air comme la nôtre — qui je le rappelle, ne sont pas des fédérations olympiques, mais qui prennent de plus en plus d'ampleur quant au nombre de licenciés — à choisir si nous voulions être des sportifs ou des non sportifs. Et nous, pratiquants ordinaires, nous estimons que nous sommes des sportifs. Donc l'Etat nous a obligés d'avoir non plus des "adhérents" mais des "licenciés". Je dois dire que chez nous, cela a donné lieu à des déchirements énormes.

56Dans nos fédérations, également, il y a les militants, bien entendu, les participants. Alors, même phénomène que chez nos collègues randonneurs ou montagnards, si ce n'est que nous, notre terrain de prédilection, c'est la montagne à laquelle s'ajoute l'ensemble du monde ; la plaine également nous intéresse. Nous n'avons pratiquement que 40 % des licenciés qui sont des militants ; les autres prennent une licence pour les avantages que l'on estime leur donner, notamment l'assurance, et puis d'autres avantages que nous créons. Et en créant des avantages, par exemple, l'organisation de séjour, l'organisation de calendriers, des voyages à l'étranger, nous nous coupons de certains sportifs qui veulent être individuels. Nous sommes conscients, au niveau de la fédération, qu'il est absolument nécessaire de gérer ces contradictions. (...)

57Actuellement, nous sommes très indépendants. Pour vous donner une idée, nous sommes extrêmement méfiants vis à vis des partenaires, qu'ils soient partenaires publics ou partenaires privés, parce que nous voulons être absolument indépendants. Et l'indépendance passe d'abord par l'indépendance financière. Nous avons un budget annuel, pour la fédération — je ne parle pas de nos ligues régionales ou de nos comités départementaux — de 17 millions, et il faut savoir que sur un budget de 17 millions, l'Etat, je n'ose pas le dire, nous donne 600 000 F. Cela veut dire que 98 % de nos recettes proviennent essentiellement de nos adhérents, mais c'est vrai que cela nous pose beaucoup de problèmes. En particulier, moi qui suis chargé du développement, je dois chercher de nouvelles ressources pour pouvoir faire un effort, notamment pour mettre en place une action auprès des jeunes. Mais je pense que le statut de dirigeant, c'est d'assumer aussi ces contradictions.

Jean Kouchner

58Je me demande si la réponse à la question est véritablement difficile. Je m'explique. Je crois profondément qu'il y a un rapport directif constant entre les pratiques, leur évolution et leur représentation dans les médias.

59Ce rapport directif fait qu'un média, s'il veut vivre, ne peut que refléter la réalité de la pratique, sinon il risque de ne pas se vendre, tout simplement. Prenons le journal, par exemple, qui est une marchandise comme les autres. Et si on répond oui à cette question, ce qui est logique en économie libérale, cela veut dire que pour se vendre, il ne peut que refléter la pratique ou la demande — dans le cas du sport de haut niveau — du plus grand nombre. Le risque, c'est qu'il ne perçoive pas les évolutions, parce que quand il reflète évidemment la pratique du plus grand nombre, en retour, il l'alimente, il renforce. Simplement, cela ne veut pas dire qu'on est dans un cercle ininterrompu, parce que cette pratique n'est pas réellement le reflet des médias. Elle est le reflet de tendances beaucoup plus profondes de l'évolution sociale et économique. Dans ces conditions, l'évolution des pratiques, qui va commencer tout doucement, à un moment donné, à côté des pratiques dominantes, si elle n'est pas perçue par les médias, s'établira quand même mais s'établira finalement au détriment de la réussite commerciale des médias. Par conséquent, il y a intérêt pour les médias à bien identifier l'évolution de cette pratique. Dans les faits, je ne suis pas certain que ça se fasse, c'est un problème compliqué. Par exemple, la mode du fun est une mode qui correspond à un moment donné du développement de la société libérale, et que c'est le moment de la mise en scène de la réussite personnelle, du "quand on veut, on peut", du superficiel, du clinquant, etc. Mais cette mode commence à disparaître, parce qu'on en revient, compte tenu aussi d'une mise en échec en partie de la société libérale, avec le chômage, les difficultés économiques, etc., à des pratiques qui sont des pratiques plus douces, plus en recul par rapport aux événements. On voit bien comment cette pratique fun a progressivement disparu du devant de la scène.

Jean-Pierre Mounet

60Le fun, au moins au niveau sportif, ne semble pas avoir disparu du monde sportif, et il est, à mon sens, à l'origine d'un autre rapport à la nature. Ce n'est pas un hasard, d'ailleurs, si le fun a démarré dans des milieux aquatiques, avec le vent et plus encore sur des vagues qui représentent des énergies importantes, contre lesquelles on ne peut pas lutter, on ne peut pas s'opposer.

61Le fun a donné une autre image du sportif, qui est beaucoup plus fondue dans les énergies de la nature, et non en opposition. Et parallèlement il a aussi été à l'origine d'un certain refus des clubs parce que c'était la logique du spot, des coûts de perte, etc. Mais ce qui me semble quand même catastrophique, c'est que la plupart des pratiquants de pleine nature, à l'heure actuelle, refusent effectivement des structures fédérales alors même que les pouvoirs publics recherchent des interlocuteurs. Et à terme, ce qui est extrêmement dangereux, c'est que l'on va avoir toute une masse de pratiquants, qui ne sont pas généralement d'ailleurs des mono-pratiquants, mais des tenants de la multi-activité, et que ces gens-là se considèrent comme libres dans le milieu naturel et qu'ils risquent de se réveiller un beau matin avec des interdictions qui s'inscrivent à l'encontre de cette pratique humaine. Je pense que l'un des rôles fondamentaux des fédérations, à l'heure actuelle, est de lutter contre une règlementation abusive du milieu naturel tout en acceptant une part de règlementation qui est indispensable. Le problème de fond est savoir quelle est la réglementation que l'on peut accepter, et jusqu'où, et comment il est possible de laisser un certain milieu libre de tout balisage et de toute contrainte artificielle. Je crois que là se présente un problème de fond qui est loin d'être résolu.

Louis Volle

62Actuellement dans le milieu des montagnes, le problème est celui du respect d'une certaine forme de liberté et simplement d'une application de la démocratie associative. Si on regarde effectivement quelle est la situation dans nos milieux alpins, on s'aperçoit justement que, par rapport au nombre de pratiquants, les dirigeants sont minoritaires. Et par rapport au nombre de pratiquants, les dirigeants souvent sont trop peu sportifs, c'est à dire qu'il y a trop de gens qui ont du temps, qui ont eu par exemple des compétences, mais qui sont maintenant légèrement ou grandement décalés par rapport à la réalité sociale de la pratique. Ce n'est pas le plus grave. Le plus grave dans le milieu montagne, c'est actuellement la pression énorme que met le milieu réglementaire. Et là je crois que le rôle de la Jeunesse et des Sports est très pesant, avec le poids croissant des professionnels dans le monde de la montagne.

63Or quel est le constat que nous devons faire en matière de réglementation des gens de la montagne ? C'est justement un constat bien triste. C'est que pour protéger le milieu, dans l'intérêt des pratiquants, les pratiquants sont les plus mal représentés, malheureusement un peu par leur faute, puisqu'ils abandonnent souvent le rôle de défendre leurs intérêts. On en voit la manifestation par exemple dans ce qui se passe actuellement au Conseil Supérieur des Sports de Montagne qui a été chargé par le gouvernement de mettre en place le cadre qui va servir aux lois. On s'aperçoit qu'en fait le maximum de prérogatives relève soit des fonctionnaires de la Jeunesse et des Sports, soit des acteurs du milieu professionnel, et toujours avec la bénédiction de l’Etat lui-même. Puisqu'en fait tout concourt à la prise en charge des individus, tout concourt à leur sécurité et à leur bonheur. C'est donc extrêmement lourd de conséquences, puisque si l'on regarde l'avenir de certaines pratiques, à travers ce qui va être mis en place, on peut penser qu'il y aura une réduction importante de la capacité de développer la personnalité des individus, la convivialité et la dynamique de groupe dans ces pratiques.

64Je prends l'exemple de l'escalade. L'escalade est une discipline qui ne peut pas se résumer à la pratique de la compétition, puisque c'est une discipline qui peut commencer par des exercices comme monter aux arbres, et qui peut aller jusqu'à l'ascension des plus grands sommets himalayens. Mais actuellement, la discipline de l'escalade est gérée à travers la perception qui en a été donnée par les médias, qui en a été donnée par la Jeunesse et Sports, parce qu'elle donne effectivement des titres à la France. Elle est gérée aussi par ce que j'appellerai le lobby des professionnels qui ont intérêt à la gérer de cette façon-là parce que l'on vend plus facilement du matériel, du service. Cette discipline s'est séparée en fait de la montagne, et c'est une discipline qui a tendance à créer — paradoxalement peut-être — des paralytiques de l'escalade, tout en ayant les plus grands grimpeurs de support qu'on ait jamais connus.

65Puisqu'en réalité on a créé un milieu d'escalade qui est parfaitement sûr, on ne se tue plus en escalade, ou alors il faut être "abruti", et on arrive à passer des difficultés extraordinaires. Mais le problème, c'est que l'on touche un problème d'éducation. Lorsqu'on a formé un jeune grimpeur à la pratique sportive de l'escalade, on l'a formé à une pratique parfaitement aseptisée, et le passage à une pratique de l'escalade tout court, c'est à dire sur un milieu naturel, n'est pas du tout évident. Et je pense que les gens de ma génération qui ont connu les deux formes d'escalade, s'aperçoivent très vite de cette situation en impasse.

66Quand on a grimpé dans une falaise avec par exemple un piton tous les 20 mètres parce qu'il n'y avait pas d'autre solution, et parce qu'il fallait le planter soi-même, et quand on a fait après, pendant un certain temps, une escalade dans des sites modernes, avec un point béton tous les quatre ou cinq mètres, on se prend au jeu. C'est très bien, on se fait plaisir dans le geste. Mais le jour où l'on retourne à l'autre forme d'escalade, on est malheureux pendant un certain temps parce que cette intensité de la jouissance — c'est le terme que vous avez utilisé tout à l'heure — dans l'évolution dans le milieu naturel a finalement disparu dans la première forme de pratique, parce que finalement c'est une pratique où on n'a pas développé la responsabilité de l'individu.

67Et pour conclure sur le sujet, je pense que le principal danger actuel, qui touche le milieu de montagne, c'est cette tendance à l'irresponsabilité qui peut déboucher, soit dans les pratiques à dénaturer les activités, soit au niveau du législateur à autoriser d'autres instances que les pratiquants à gérer les discipline. Et le réveil peut être très lourd un matin prochain...

Claude Dengreville,

Lille Université Club

68Je vais vous parler ici en tant que Secrétaire Générale de la Ligue des Flandres de Volley-Ball et je voudrais aborder le problème de cette discipline.

69Pour l'historique, je rappellerai que le volley-ball est né aux Etats-Unis sur les plages. Petit à petit, il est entré dans les salles, et on a actuellement le phénomène du beach-volley. Le beach-volley est présent partout, sur les plages, dans les sites touristiques, en plein air, sur la nature. Ce beach-volley est une récupération complète, médiatique et économique. Elle a été faite notamment par un sponsor d'eau minérale qui lui donne bon foie, bon rein, etc. A tel point que cela a eu un succès fou, tant au point de vue du spectateur qu'au point de vue des participants. La plupart des joueurs de l'équipe de France de volley-ball font les tournées de beach-volley l'été. A la fois pour s'entraîner pour la saison et pour gagner beaucoup d'argent. Il y a des sommes énormes qui sont engagées dans ce beach-volley. La fédération a actuellement bien du mal à récupérer le système et à gérer le phénomène. Elle a tellement de mal qu'il est prévu actuellement que le beach-volley arrive aux Jeux d'Atlanta.

Robert Denel

70Une fois de plus, les fédérations viennent au secours de choses qui se sont faites en dehors. Je crois qu'en fait le beach-volley était quelque chose que devait prendre la Fédération de Volley-ball. Si d'autres l'on pris en charge, c'est parce que la fédération n'a pas su le faire. C'est quelque chose qui pouvait fonctionner. Cela a été vrai pour les courses de route, cela a été vrai sur un tas d’activités. Et je crois que là, le mouvement sportif, une fois de plus, ne peut s'en prendre qu'à lui-même. C'est une remarque que je fais au passage. Peut-on intégrer cela à la discussion ?

Henri Dusseau

71Vous avez probablement raison de dire que ce sont les fédérations — le mouvement sportif — qui sont responsables de leurs malheurs. Ceci dit, ce n'est pas aussi simple que cela. Par exemple, pour le phénomène du VTT, il faut dire en tant que Fédération, il nous a complétement dépassés. En tant que fédération, nous n'y croyions pas et nous avons eu tort. Mais par ailleurs, il faut savoir que les fédérations sportives, en tout cas les nôtres, sont extrêmement conservatrices et que nous avons des fortes traditions. Il est très difficile de faire modifier les habitudes et le sport, comme toute la société, est difficile à bouger. Mais, par exemple, en ce qui concerne le VTT, c'est vrai que nous avons été dépassés par le succès, que nous avons pris le train en marche et que nous avons d'énormes difficultés, parce que, pour nous, le VTT fait partie entièrement du cyclotourisme et que la plupart des gens qui veulent faire du VTT ne considèrent pas qu'ils font du cyclotourisme.

72Et on en arrive à ce qu'a dit Monsieur Clare tout à l’heure. Le VTT est actuellement interdit dans tous les parcs régionaux et nationaux. Tous les gens qui vont faire du VTT dans les parcs régionaux et nationaux ne sont pas forcément de chez nous et l'on vient nous faire des reproches car on a énormément de difficultés à assumer ces responsabilités que nous n'avons pas prises au départ. Par ailleurs, vous venez de donner l'exemple du beach-volley, mais c'est exactement pareil pour le VTT : c'est un apport économique, et cela devient un business que nous, fédération de plein air et de cyclotourisme, considérons avec beaucoup de méfiance.

Jacques Marchand

73Je voulais faire deux remarques sur ce qui vient d'être dit. D'une part dans le prolongement de l'exemple donné par Claude Dengreville, il y a le basket qui est en train de suivre le même chemin que le volley-ball. Le basket-ball qui était au départ, bien sûr, un sport de terrain, un sport de plein air puis qui s'est abrité, qui s'est réfugié dans les salles... Et d'un seul coup, maintenant, la Fédération Française de Basket-Ball se trouve débordée par le basket de rue, qui bientôt va avoir beaucoup d'adeptes. Et même phénomène : immédiatement récupération par les gros sponsors de toutes les manifestations de basket de rue. On nous a dit : "on va jouer dans la rue, parce qu'il n'y a pas de règles". Bien sûr, mais comme on en fait des compétitions, comme on en fait du spectacle, il faut bien établir des règles. Ce ne sont pas des règles de la fédération, ce sont d'autres règles, et ce sont les sponsors qui ont récupéré complètement le mouvement.

74La question qui se pose justement, et ce sera le sens de ma deuxième remarque, est la suivante. Je vais un petit peu défendre le diable. Je vais faire la réponse que fait Charles Bietry lorsque que l'on reproche à Canal + de vouloir mettre la main complètement sur le sport, d'organiser ceci ou d'organiser cela, ou même de racheter des clubs, comme vous le savez. A quoi il répond : "mais nous le faisons parce que les autorités sportives ne le font pas, nous faisons ce que les fédérations ne font pas. Et si nous on ne le faisait pas, si on ne rachetait pas tel club, si on ne repartait pas en volley, si on ne repartait pas en basket, à Paris, etc, ce sont des manifestations, ce sont des clubs qui, actuellement, seraient menacés de disparaître. Donc, nous le faisons parce qu'il y a un vide". Je crois que c'est un peu cela qui explique l'implication de ces nouveaux acteurs sportifs.

75Les sponsors se précipitent, c'est vrai, sur ces phénomènes nouveaux et qui arrivent avec une très grande vitesse. C’est sûr ; je comprends que les fédérations soient, non pas débordées mais prises de vitesse. Vous l'avez fort bien dit, mais il y a quand même un vide. Voilà, les deux remarques que je voulais faire.

Jean-Pierre Mounet

76Je voudrais revenir sur ce qui a été dit, et en particulier sur le fait que les fédérations sont très méfiantes par rapport aux prestataires de type commercial. C'est quelque chose de très général, qui se retrouve dans toutes les fédérations de plein air et, à mon avis, c'est une erreur fondamentale. Parce que, lorsqu'on regarde les flux de pratiquants sportifs, et là le terme de pratiquants est pris dans son acception la plus large, on se rend compte que les flux les plus importants ne passent pas par les fédérations, mais que le secteur commercial peut représenter une base de recrutement extrêmement large, et que, à travers les gens qui font une initiation dans une structure commerciale, s'il y avait un relais systématique sur la fédération, il pourrait y avoir restructuration de l'activité et récupération de membres par les associations impliquées.

77Deuxièmement, pour tout ce qui est des fédérations de pleine nature, on sait qu'il y a — c'est le cas de la fédération de canoë-kayak — un turn over énorme, la plupart de gens venant dans la fédération, faisant une initiation rapide et la quittant aussi rapidement. En fait, pourquoi ? Parce que très probablement la motivation loisir n'est pas assez développée ou déçue, et que les gens demandent un certain nombre de services qui ne leur sont pas rendus. Il me semble que ces deux aspects-là seraient vraiment pour les fédérations un élément fondamental à développer : d'abord la relation avec le commercial, en tant que base de recrutement, et ensuite un service réel à fournir aux pratiquants du loisir.

Henri Dusseau

78(...)

79Il faut bien comprendre que dans les fédérations, je parle évidemment avec l'expérience que j'ai de la mienne, c'est des dirigeants bénévoles contre le monde des affaires. Pour bien vous situer le contexte, dans une fédération comme la nôtre, nous avons en tout et pour tout dix salariés. Tout le reste, ce sont des bénévoles. Par exemple, nous avons une revue fédérale qui s'appelle : Cyclotourisme, qui est un mensuel, et qui est réalisée bénévolement par nos licenciés, par nos adhérents, par un comité. Nous refusons qu'elle soit vendue en kiosque de façon à ne pas enrichir tout un système commercial. Je reconnais que vous n'avez pas tort, mais ceci dit, nous, dans nos pratiques cyclotouristes, nous interdisons les maillots publicitaires, nous trouvons complétement ridicule que des hommes et des femmes de 50 ans se prennent pour Longo ou Hinault, pour qui nous avons un plus profond respect, mais qui n'ont rien à voir avec notre façon de pratiquer.

80Mais il est vrai que si, par exemple, nous organisons des manifestations patronnées par un grand commerce, on nous oblige à revêtir le maillot de ce grand commerce, on acceptera. Jusque-là, notre philosophie, notre éthique nous permettent de faire ce pas. Mais ça n'ira jamais plus loin. Et c'est pour ça que nous sommes extrêmement méfiants avec l'argent parce que nous voulons être maîtres chez nous, dans notre fédération, et par ailleurs, nous ne voulons pas être dominés par tous ces problèmes d'argent.

81Par ailleurs, il faut savoir que chaque club ou naturellement chaque comité départemental fait ce qu’il entend. On ne peut pas exiger des gens qui viennent chez nous d'obtenir un service. Nous ne sommes pas des sociétés de services, nous sommes des associations, et nous souhaitons que tous les licenciés participent et ne soient pas simplement des licenciés ou des consommateurs. Et malheureusement, on a de plus en plus de consommateurs, mais pas vraiment des adhérents. Voilà ce que je voulais préciser à propos de cette méfiance des pouvoirs de l'argent.

Claire Moynot,

Nice Université Club

82Ce matin, ce qui m'a paru très frappant c'est qu'on avait réduit l'environnement à la montagne et uniquement à la haute montagne. Je pensais que Monsieur Bouet, pour sa part, avait ouvert cette université en élargissant la notion d'environnement. Maintenant, j'ai l'impression qu'on réduit progressivement la perspective (...). Je pense qu'il est beaucoup plus important d'ouvrir les yeux afin de connaître son ennemi, et de gérer la relation avec son ennemi. La relation du sport avec l'environnement, n'est pas simplement l'éducation des enfants pour leur apprendre à ramasser les papiers qui traînent dans la montagne, c'est aussi savoir que l'argent est rentré dans le sport, que ce ce soit bien ou pas bien, que la publicité est rentrée dans le sport, et que la relation avec les politiques, dont on ne parle jamais ici, est aussi quelque chose d'une très grande emprise sur le sport (...). De même, il faut tenir compte de l'évolution des mentalités, par exemple par rapport à l'accueil de ces jeunes, qui eux ne savent que consommer, et qui malheureusement arrivent dans nos clubs comme des consommateurs. Savoir comment on peut faire pour fabriquer autre chose que des consommateurs et effectivement pour que nos clubs soient capables d'avoir une relation avec tous les environnements avec lesquels ils doivent composer dans leur fonctionnement de tous les jours.

83Un intervenant dans la salle

84Vous parlez d'environnement socio-professionel, du rôle des autorités, des sponsors, des autorités politiques. Je crois qu'on aurait pu rappeler que le thème essentiel de notre université, cette année, c'est "l'environnement naturel", car il va sans dire que les problèmes que vous avez évoqués ont déjà été assez largement traités lors d'une université précédente. Ce genre de relations est une nécessité pour le club, personne n'en doute mais je crois que ce n'est pas cette année qu'il faut se concentrer sur ce problème. De même que les relations économiques, telles qu'elles viennent d'être abordées, correspondent à d'autres problèmes. Si on a parlé de la montagne, c'est d'abord parce que l'on est venu progressivement à cette question, au terme ou plus exactement à la suite d'autres analyses thématiques.

Jacques Marchand

85Je vous demande donc, avant d'essayer de vous proposer une petite synthèse, de poser vos dernières questions, soit au Président du Club Alpin, soit à Jean Kouchner, en revenant un peu à ce qu'était le thème au début, étant donné que là, nous avons fait une légère dérive, passionnante d'ailleurs, mais quelque peu à l'écart du sujet de départ.

Robert Denel

86Il faudrait savoir si le mouvement associatif traditionnel qui se crée avec des gens ayant envie ensemble de faire des choses qu'ils aiment bien, sans se préoccuper des consommateurs, ce mouvement associatif doit-il prendre en compte ces consommateurs ? Doit-il prendre en compte les nouveaux besoins ? Les nouvelles motivations ? Rentrer dans un processus qu'on appelle commercial et qui est tout simplement de prendre en compte les besoins nouveaux des gens ? Ou alors doit-il tourner le dos à ces besoins sous prétexte que ce sont des attitudes de consommation, et laisser à ce moment-là d'autre faire à leur place le boulot qui aurait pu être accompli ?

Jacques Marchand

87Un petit mot de conclusion à chacun de nos intervenants.

Jean Kouchner

88Me voilà dans l'embarras ; je ne peux pas répondre à la place du mouvement associatif. A mon avis, c'est un faux problème, parce que le mouvement associatif, à mes yeux, doit continuer à être ce qu'il est, c'est à dire composé d'hommes et de femmes qui ont envie ensemble d'élaborer un certain nombre d'orientations qui sont propres à la pratique qui est la leur dans des domaines différents. Et s’il y a des évolutions à côté, elles peuvent se faire dans un sens ou dans l'autre, en fonction des exemples, du rôle éducatif qui est donné par les différents organismes, je dirais ad hoc. Pour moi, quand je disais qu'il y avait une contradiction évidente entre les pratiques d'une part et l'aliénation de la liberté — en tout cas vécue comme telle dans le mouvement associatif — d'autre part, ça ne voulait pas du tout dire qu'à mes yeux le mouvement associatif n'était pas un endroit où on était libre, bien au contraire. C'était simplement le constat d'une façon dont les gens le vivaient, et par conséquent, je trouve qu'il ne faut pas vendre son âme d'abord. On a besoin du mouvement associatif, et la pratique qui est à côté du mouvement associatif proprement dit est une pratique ayant aussi besoin du mouvement associatif sans pour autant s'y fondre. Dans ces conditions, il faut continuer en réfléchissant ensemble et en essayant le plus possible d'associer les gens qui sont à côté, mais sans se faire d'illusions et en ayant ce recul nécessaire sur les pratiques.

89Ces pratiques me font réfléchir ; par exemple, on parle de VTT, de randonnée, d'alpinisme, etc, il faut savoir qu'il y a aussi des conflits d'usages terribles, en pleine nature, et que les différences de pratiques sont telles que les gens qui font de la randonnée autour de Chamonix se disputent terriblement, et même en viennent aux mains parfois, avec des gens qui font du VTT sur les mêmes chemins. Il m'est arrivé de courir en montagne et je me faisais disputer par des gens qui étaient des randonneurs, j'allais dire par des randonneurs, mes frères.

90Cela veut dire que l'appropriation de la nature peut revêtir mille façons différentes, et que toutes ces représentations ne peuvent pas trouver leur place dans un seul mouvement associatif si riche soit-il, si ouvert soit-il. Ce qu'il faut simplement, c'est être attentif et ouvert aux évolutions et à liberté, mais dans la mesure où c'est une liberté qui est fondée sur le respect de l'environnement.

Louis Volle

91Je voudrais rassurer la personne qui est intervenue tout à l'heure pour dire que les dirigeants des associations ou des fédérations sont quand même assez pragmatiques. Je peux en témoigner à travers mon emploi du temps, je ne fais plus de sport et je fais des montagnes de papier, en ce qui me concerne. Mais je fais de la politique, je fais des réunions incessantes avec des gens du milieu économique, en particulier, car il est évident que si les fédérations ou les grandes associations nationales veulent exister demain, elles n'ont pas le choix. Elles doivent rentrer dans le jeu, c'est à dire dans le système et travailler avec les gens qui ont l'argent et l'initiative sur le terrain, car la réalité est bien là. Par suite d'une persistance de théories plutôt rêveuses, les milieux dirigeants des associations ou des fédérations ont parfois laissé, et c'est très vrai en montagne, l'initiative des actions à des professionnels ou au milieu de l'argent. Et il est temps de revenir à quelque chose de plus sain, à ce que j'appelle dans mon club une ouverture vers ces milieux professionnels. Et le fait de vouloir traiter systématiquement avec les pratiquants sportifs tous les problèmes qui ont obligatoirement une incidence économique doit être encouragé. Je dis bien que ce n'est pas facile car, effectivement, les pratiquants de la montagne qui sont très souvent des citadins. Ils se sont un peu approprié cet espace théorique en croyant le gérer, alors qu'en réalité ils se sont fait mettre dehors.

92(...)

93Ma conclusion serait simple. On ne pourra traiter valablement les affaires des sports de montagne qu'en mettant autour de la même table tous les partenaires concernés, et si l'Etat jusqu'à présent avait laissé de côté le monde associatif, c'est un peu justement parce que ce dernier s'était désintéressé de ces aspects économiques. Et aujourd’hui, l'intérêt de la communauté des gens qui fréquentent la montagne, c'est de revenir plus en force autour de la table, où se fait non seulement la discussion, mais le travail et la prise de décisions.

Henri Dusseau

94Pour terminer, je voudrais d'abord remercier les organisateurs parce qu'il n'est pas dans nos habitudes, à la Fédération Française de Cyclotourisme, de participer à des colloques ou à des réunions de ce genre. Pour la raison bien simple, et je le disais tout à l'heure, c'est que nous sommes tous des bénévoles, et que malheureusement nous manquons souvent de temps disponible.

95Alors pour répondre précisément à votre question : oui, nous devons nous adapter au monde moderne, comme tout le monde, et nous nous y essayons. Ceci dit, à l'heure actuelle, nous ne voulons pas le faire à n'importe quel prix. Quand nous voyons les exemples d'autres sports, que je ne me permets pas de critiquer ici, nous restons quand même assez sceptiques, et c'est vrai que le sport que nous pratiquons, nous le pratiquons en pleine nature, et cette relation avec la pleine nature, avec l'inconfort, avec des difficultés, nous donne une certaine philosophie, une certaine éthique, que nous, dirigeants nationaux, nous nous devons de garder. Même si la base nous pousse à devenir une sorte de club Méditerranée !

96Ce qu'il faut savoir c'est que les fédérations sportives, en tous cas les fédérations sportives de plein air, ne sont pas des clubs Méditerranée. Nous voulons encore maintenir l'associatif, la liberté individuelle, et nous devons assumer notre contradiction. Oui aux nouveaux arrivants, mais pas à n’importe quel prix !

Auteurs

Vice-Président de la Fédération Française de Cyclotourisme

Président du C.A.F.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540