Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3 - "Sportifs médiateurs ?" "Sportifs promoteurs ?"

Propos d'un randonneur alpiniste

Jean Kouchner

Texte intégral

Jean Kouchner,

Directeur du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes et des Cadres de la Presse (Montpellier)

1Merci. Je ne sais pas si je suis alpiniste et randonneur "de haut niveau", comme vous le dites. Je recherche simplement toujours l'équilibre entre mes compétences techniques et la jouissance, et c'est là le plaisir actif que je peux trouver en montagne. D'une façon générale cela me conduit à pratiquer la montagne à un niveau que je pense accessible à chacun d'entre vous avec un tout petit peu d'envie, d'expérience et de volonté.

2Quand on a découvert le beau dans la nature, quand elle nous procure l'envie d'aller toujours plus loin, on se retrouve parfois dans des situations qui ne sont plus celles du niveau moyen mais un peu plus... et on a toujours envie d'aller un peu plus haut : pas seulement en montagne, mais dans tous les sports et dans la vie elle même.

3Je voudrais énumérer ici un certain nombre d’idées et quelques interrogations sur le thème "sportifs médiateurs" à propos de l'impact sur l'environnement. L'incitation à la découverte du milieu est-elle sans conséquence pour le milieu lui-même ? Ce sont des interrogations probablement quotidiennes dans les pratiques sportives et de loisirs de nombreuses disciplines.

4On a beaucoup discouru sur le problème des citadins qui recherchaient des espaces sauvages pour s'aseptiser à leur contact, et il est vrai qu'un certain nombre d'habitants des villes se sont orientés vers une pratique sportive de pleine nature, qualifiée d'authentique.

5Sans doute les images télévisées, "médiatisées" de Thalassa, d'Ushuaia, du Magazine Montagne et d'autres encore, n'y sont pas pour rien. Mais ces images et cette médiatisation me semblent aussi être le reflet d'une pratique, en même temps qu'un élément supplémentaire d'incitation à la découverte de la nature sauvage tel que je le conçois.

6A ce propos, il faut aussi s'interroger sur la nature de l'image de la "nature" colportée dans un certain nombre de reportages par différents médias. (Images du Paris-Dakar, de "l'exploit ushuaiesque", etc...).

7Cette attirance qu'ont les gens vers le vrai, cette attirance de l'authentique, du "pur", c'est sans doute une sorte de retour aux sources, mais un retour aux sources qui est en réalité le fait d'un tout petit nombre de pratiquants. La plus grande partie d'entre eux, si elle est attirée par l'idée de nature, n'a en réalité qu'une pratique marginale : marginale en temps, mais aussi aux marges de la "nature". La grande majorité ne fréquente que des endroits qui sont, entre guillemets, "aseptisés" ou simplement ouverts à une pratique de masse. A la limite, heureusement pour l'espace naturel, et je vous renvoie à la conférence présentée ici par Philippe Charretton et les risques que comporterait pour l'environnement une pratique répétée et de masse dans un certain nombre de disciplines.

8Cette pratique sportive "de pleine nature" n'est pas le fait du plus grand nombre ni du point de vue quantitatif ni du point de vue qualitatif. Dans de nombreux cas, l'image de la nature renvoyée dans les médias agit comme un élément de rêve : on admire, on se transpose dans un cadre héroïque, sans bouger de son fauteuil devant son téléviseur.

9Par ailleurs, pour ce qui concerne les praticiens, la question de fond qui me semble posée est celle de la nature de la pratique. Les alpinistes par exemple — et Louis Voile en sait quelque chose puisqu'il se bat depuis longtemps contre ces situations — les alpinistes, qui laissent, dans les camps de base ou dans les camps d'altitude, des dizaines, des centaines, voire des tonnes de matériel non dégradables simplement parce qu'ils privilégient le sommet comme l'aboutissement d'une aspiration égoïste et au fond antinomique de l'alpinisme lui-même, donnent de ce sport de pleine nature, censé créer l'occasion d'une osmose avec la nature, fondé sur son respect, une vision qui est cauchemardesque et repoussante.

10De la même façon, la rencontre télévisée de tel grimpeur blond aux yeux bleus avec un faucon pélerin dans son domaine, (pas dans le domaine du grimpeur, mais bien celui du faucon pélerin !) si elle peut procurer quelques images à l’esthétique desquelles on n'est pas forcé d'être sensible, n'incite pas toujours à s'écarter dans les falaises des zones où les oiseaux nidifient, et en particulier lorsque le jeune grimpeur veut copier l'image qui lui est donnée. Ce genre d'imitation pose problème. Plus encore, il y a bien un problème complexe dans le rapport média, sports et découverte du milieu.

11Comme vous le savez, l'enfer est pavé de bonnes intentions. Il ne suffit pas d'aller dans la nature, d'aller "l'admirer", pour la sauvegarder ni pour la respecter. Il ne suffit pas de voir la nature à travers un sport pour en connaître les règles d'usage : elle est souvent montrée comme un simple décor qui défile derrière le sportif, le sportif comptant seul comme l'acteur de premier plan. C'est vrai par exemple pour le Tour de France cycliste. A la limite le décor pourrait être simplement peint sur une toile par un artiste à qui on demande d'être le plus beau et le plus esthétique possible, près de la nature ou pas... On a parfois presque l'impression que ce qui compte c'est uniquement le VTTiste au premier plan, avec ses couleurs fluos.

12Pour respecter la nature, il faut d'abord la connaître. Et cette connaissance ne se résume pas à la pratique d'un sport ni en compétition, ni même sous une forme de loisir. Les exemples en sont multiples : du skieur hors-pistes qui déracine ou étête les jeunes sapins à l'alpiniste qui jette ses détritus non dégradables dans les crevasses, du vététiste qui dérape sur des terrains pentus où la flore alpine a toutes les difficultés à s'accrocher, au randonneur dégradant en les "coupant" les lacets d'un sentier, j'en passe, et des plus terribles, comme ces adeptes de la moto tout terrain ou du 4x4 qui prétendent aimer la nature et qui détruisent faune et flore par leurs passages vrombissants dans des lieux où calme et volupté sont plus adaptés.

13Quel rôle jouent les médias dans une perspective de connaissance meilleure de la nature par ses adeptes ?

14Distinguons la presse spécialisée qui donne souvent (pas toujours !) de ces pratiques une image beaucoup plus proche de la réalité et qui se positionne souvent en termes de défense de l'environnement (C'est le cas notamment pour la revue du C.A.F., pour Alpirando, et dans une moindre mesure pour Montagnes Magazine).

15Mais les médias spécialisés, comme leur nom l'indique, sont réservés aux pratiquants eux-mêmes. Ils reflètent, en même temps qu'ils les renforcent, les envies, les aspirations des pratiquants les plus engagés. Ils s'inscrivent dans ces envies, parce que s'ils ne le faisaient pas, ils ne seraient pas diffusés. Ont-ils tendance à la démagogie ? Oui, parfois sans doute. Mais c'est un autre débat, et en tout cas, il ne déborde pas du cercle relativement étroit des pratiquants avertis.

16Quant aux médias grand public, qu'ils soient écrits ou audiovisuels, ils ont tendance à privilégier caricaturalement dans les images des pratiques de pleine nature, (je ne parle pas des pratiques sportives, mais bien de l'ensemble des pratiques de pleine nature), une vision tantôt idyllique et tantôt cauchemardesque de la nature et de l'espace sauvage.

17Finalement, cela marche bien quand on a des images du sauvetage de Demaisons dans les Drus. Ou quand on revient de journal télé en journal télé sur telle ascension solitaire extrêmement difficile, longue, vertigineuse... Un peu de mauvais temps pour corser la sauce et l'audimat est satisfait. On a là une vision, une image de la montagne, qui est une image plutôt repoussante : qui va aller dans les Drus par tempête pratiquer un sport pour lequel on comprend mal qu'il puisse y avoir des passionnés ? Je vous pose la question. Quels fous ces individus irresponsables qui retournent se faire tuer chaque année dans la chaîne du Mont-Blanc !

18De la même façon on donne dans les médias une image cauchemardesque de ces sports-là en comptabilisant les morts, même si cette comptabilité est faite sans critères sérieux et de façon non réfléchie. Ainsi les bilans d'accidents en montagne chaque année comptabilisent le plus souvent dans le même bilan le randonneur passif et l'alpiniste chevronné....

19D'ailleurs on ne compare pas chaque année le nombre de morts en montagne au nombre de morts sur les routes, au nombre de morts dans d'autres sports, etc. Image tantôt idyllique, tantôt cauchemardesque ou tantôt héroïque. Et c'est particulièrement vrai pour l'escalade et l'alpinisme qui sont vécus à travers de grands exploits, souvent solitaires : c'est plus risqué en solitaire donc c'est mieux pour faire vendre. Un certain nombre d'alpinistes dont je ne conteste pas le goût pour l'effort solitaire — ce qui est une autre question bien entendu — tombent dans ce piège. Ils recherchent la médiatisation et par conséquent recherchent l'exploit solitaire en prenant des risques énormes simplement parce qu'ils ont envie, ces jeunes alpinistes, de ressembler à des héros médiatiques pour vivre de la pratique de leur passion. Ce qui nous amène à des situations extrêmement dangereuses et en tout cas à une dénaturation de l'effort et de l'effort solitaire lui-même.

20En tout cas cet exploit solitaire est hors de portée du téléspectateur moyen. Lorsque l'exploit solitaire est le fait d'une jeune femme très jolie, vite qualifiée de "sorcière aux yeux verts", le succès est assuré. On privilégie le rêve à offrir aux citadins, on donne souvent de la nature une image hostile, même lorsque la "sorcière aux yeux verts" en question respecte quant à elle profondément la nature.

21Pourtant, ce qu'il me semble, c'est que l'aspiration à l'espace nature est une aspiration première. Je veux dire que la pratique du sport de loisir, ce n'est pas l'objet au fond. Et je voudrais prendre les deux exemples des sports aujourd'hui en pleine nature les plus répandus : le vélo tout terrain et la randonnée pédestre. Je ne vais pas faire un bilan exhaustif de l'image du VTT et de la randonnée dans les médias mais on n'a pas besoin de faire des études de la presse et des médias pour constater que ces sports sont quasiment absents des médias qu'ils soient télévisés, qu'ils soient écrits, radiodiffusés, voire même dans la grande presse sportive, parce qu'il n'y a pas de résultat bien sûr, sauf lorsqu'il y a compétition.

22J'ai eu la curiosité de consulter attentivement un ouvrage : le Dictionnaire des sports. Et malgré ce que dit Jacques Marchand, je ne connais pas nécessairement grand-chose au sport. Très impressionné par votre invitation à cette Université d'Eté, je me suis documenté, j’ai donc acheté cet ouvrage de vulgarisation, et j'ai constaté par exemple que, là-dedans, il n'y a pas de rubrique alpinisme, il n'y a pas de rubrique randonnée, il n'y a pas de rubrique VTT, il n'y a pas de rubrique escalade. Pourtant nous avons des champions du monde en escalade et ce sont des champions du monde qui ont été télévisés. Pourtant il existe une fédération. On pourrait a minima livrer ici l'adresse de la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade, et celle du Club Alpin Français. Pour ne prendre que ces quelques exemples...

23Mais tous ces sports nouveaux, qui sont des sports de pleine nature, on ne les aborde que très marginalement à la fin de l'ouvrage, en notant, en quelque sorte avec dédain : oui cela existe aussi. C'est un mauvais exemple pour les médias. En fait on privilégie encore l'aspect héroïque. Je ne vais pas dire grand-chose sur le VTT parce qu'Henri Dusseau le fera beaucoup mieux que moi. Simplement il faut rappeller que le développement du VTT qui est considérable : un million et demi de vélos vendus en quelques mois, cela ne s'est pas fait grâce aux médias, cela s'est fait simplement.

24J'ai été très intéressé par les quelques mots que vous avez prononcés à la fin, monsieur Schneider, parce que c'est toujours cette recherche d'équilibre entre la technique et ses propres capacités, qui est un souci constant en sport. Vous alliez trop vite, et si vous avez eu peur de la souche, c'est que vous expérimentiez une sensation nouvelle, inhabituelle. Que font les gens ? Ils achètent un VTT et ils vont sur des sentiers très tranquilles. Ceux qui ont un VTT pour aller dans des chemins très raides, en montagne, où il y a la nécessité d'une réelle maîtrise de la technique, sont très marginaux. La plupart des pratiquants prennent leur VTT pour aller se promener en famille sur un chemin qui longe un canal ou en campagne ou en forêt. Là où il y a beaucoup moins de danger pour eux, c'est-à-dire que d'emblée, ils trouvent l'équilibre entre leur connaissance technique, leur capacité physique et leur jouissance, leur plaisir de découvrir la nature. A partir du moment où la technique dresse un mur dans la découverte du milieu, il y a là quelque chose de faussé et le plus souvent les gens ne vont pas jusque-là.

25Nous voyons que, dans ce cas, la pratique sportive n'est pas l'objet, mais bien un moyen.

26Quelques exemples aussi à propos de la randonnée pédestre. Une récente étude, qui a été réalisée à partir d'une demande du Ministère du Tourisme, fixe les idées. Il y a un décollage important de la randonnée pédestre dans les années soixante-dix, puis ce qu'on a appelé le "boum" dans les années quatre-vingt. Je vais vous donner juste quelques chiffres.

27Tous randonneurs confondus (randonner, cela veut dire marcher pour son propre plaisir), en 1984, 6,1 % de la population des 12-75 ans, c'est-à-dire 2,5 millions de personnes, randonnaient. En 1989, ils étaient 15,3 % de la population des 12-75 ans, c'est-à-dire 6 millions de personnes. Les chiffres de 1989 sont les derniers disponibles. On pense que depuis cela a augmenté légèrement. Qui sont les randonneurs, très rapidement, socialement parlant ? C'est un peu plus souvent une femme qu'un homme. Cela veut dire qu'il y a un rattrapage de ce point de vue, très significatif aussi, parce que les femmes ont envie de plaisir dans la nature, et de plaisirs moins héroïques au sens de l'image que les médias donnent, et dont on parlait tout à l'heure. C'est significatif de voir qu’il y a une montée importante du nombre de femmes qui pratiquent ces sports que je qualifierais de "doux".

28Ce sont des adultes plutôt que des jeunes, avec une dominante de 25 à 49 ans, et ils sont 50 % à être engagés dans la vie active. Et pas n'importe laquelle : les statistiques nous informent qu'il s'agit d'abord d'une activité d'intellectuels. Les randonneurs sont d'abord des enseignants, des cadres moyens et supérieurs. Il y a une corrélation étroite entre le niveau de revenus et la pratique de la randonnée. Alors, quand on disait à un moment donné : "la randonnée c'est le sport des pauvres"... Que nenni, ce n'est pas du tout le sport des pauvres, c'est plutôt le sport des "riches". Le randonneur pratique rarement seul, cela aussi est significatif. C'est à-dire que le plaisir, il le retrouve en groupe, mais les randonneurs adhèrent beaucoup plus rarement à une fédération.

29Les randonneurs ne pratiquent pas seuls, ils pratiquent entre amis d'abord, et souvent en couple. De plus en plus, mais c'est encore relativement marginal, parce que sinon cela va paraître contradictoire avec les propos qui vont suivre, les randonneurs recherchent la randonnée dite à thème, c'est-à-dire que si on leur dit : "venez avec nous, on va vous expliquer la faune, on va vous expliquer la flore", alors là, cela marche bien. Dans un village qui n'est pas très loin d'ici, les animateurs m'ont expliqué un jour qu'ils étaient sidérés du fait que des gens se levaient à une heure du matin pour faire des affûts dans la forêt avec eux, et c'était le plus grand succès parmi toutes les activités qu'ils proposaient.

30Réfléchissons au fond à ce qui fait marcher les randonneurs ? En fait, le paradoxe de la randonnée, c'est que sous le couvert d'activités physiques, le goût de la marche et de l'effort est secondaire, même si cet aspect est toujours présent bien entendu. Le plaisir du corps ne prend de sens qu'à travers l'évasion du quotidien. Il faut pour cela un environnement de qualité. Cet environnement de qualité est une exigence omniprésente lorsqu'on fait des enquêtes sur les préoccupations des randonneurs.

31Laissez-moi, s'il vous plaît, approfondir un peu cette perspective. La première recherche des randonneurs renvoie à d'autres rapports, à l'espace et au temps. A partir des années soixante-dix, on assiste au développement de ce que l'on a appelé le désir de fuite : fuir le cadre urbain, fuir les contraintes sociales. C'est l'époque du « métro-boulot-dodo » que l'on rejette. On aspire par conséquent à disposer de son temps ; et c'est parce qu'elle apparaît complètement à l'opposé des habitudes de la vie quotidienne, que la randonnée est vécue comme chose de plaisir. Et depuis, cette première grande vague de randonneurs s'est enrichie et s'est diversifiée aussi, mais elle reste toujours sous le sceau de l'évasion. Toutes les enquêtes montrent que, à l'exemple de celle qui a été réalisée dans le Parc des Ecrins, les randonneurs recherchent en tout premier lieu, je cite "l'émerveillement des beaux paysages". On trouve ces phrases dans les résultats de l'enquête : "rien ne doit troubler cette harmonie". Cela fait un peu écho à ce que vous disiez sur les remontées mécaniques, alors même que les remontées mécaniques sont tout à fait admises par les skieurs lorsqu'ils vont pratiquer leur sport.

32Mais ne nous faisons pas trop d'illusions sur la nature de cette motivation : la nature demeure un cadre de détente et de contemplation sans susciter davantage qu'une curiosité trop vite satisfaite pour la plupart des randonneurs. Et développer les connaissances sur la nature, ce n'est pas du tout une motivation majoritaire chez les randonneurs. Le plaisir de la randonnée se décline sous le signe de l'authentique plus que de l'absolu. Si la qualité des espaces naturels représente une exigence très forte, les randonneurs ne souhaitent pas forcément parcourir des terrains vierges. Au contraire, ils apprécient la France, lieu de randonnée privilégié dans l'Europe Occidentale, parce que c'est un pays marqué historiquement dans ses paysages. Et c'est bien d'une vision culturelle des espaces parcourus qu'il s'agit, si forte d'ailleurs qu'elle détermine souvent en grande partie le choix de l'itinéraire.

33On pourrait citer quelques exemples. Dans les Vosges, la route des Crêtes est complètement délaissée au profit d'un itinéraire qui passe par les villages alsaciens. De la même façon, à Chatel ou dans la région de Chatel, les itinéraires qui passent par les châlets d'alpage, là où on peut rencontrer les bergers, sont très fréquentés contrairement aux sentiers voisins qui amènent sur les sommets. En Corse, où l’idée d'espace sauvage est encore très forte, la motivation essentielle, c'est la découverte du pays. En fait, on peut même parler non seulement d'attraction mais presque de fascination du monde rural sur le randonneur. A tel point que cela détermine le développement géographique de la randonnée.

34On peut alors s’interroger sur les effets de la désertification des zones rurales de pleine et de moyenne montagne et sur leur future attractivité pour le randonneur. Vous savez que certains plans prévoient le remplacement de l'activité rurale traditionnelle en voie d'extinction par une activité de tourisme de randonnée, ce qui est censé permettre aux gens de survivre.

35En ce qui me concerne, j'émets les plus extrêmes réserves sur ces prévisions qui me paraissent très optimistes. Lorsque le paysage se ferme, on l'a déjà constaté — se fermer pour le paysage, c'est selon le terme des paysagistes, quand les broussailles envahissent les forêts — les conséquences ne sont pas un attrait pour les randonneurs ou les contemplatifs. Le pays n'est alors pas du tout vécu comme un terrain vierge à explorer, mais comme un espace rejeté par la masse des randonneurs : on ne s'y aventure plus, il n'y a plus rien à y voir, il n'y a plus de contact avec l'espace nature. Paradoxalement, en même temps qu'il y a un développement important de la randonnée, on assiste à un resserrement des lieux de pratique potentiels.

36Par exemple, aux lendemains de la guerre, il y avait un million de kilomètres de sentiers en France. Evidemment, vous admettrez qu'il s'agit d'une approximation. Il n'y en a plus aujourd'hui que 5 à 600 000 km. Nous n'épiloguerons pas ici sur les raisons qui amènent à cette baisse extrêmement importante. Privatisation, sans doute mais surtout un simple abandon de l'entretien.

37Autre idée, pour en terminer. A côté de la randonnée, je suis frappé de voir que tous ces sports nouveaux, qui se développent le plus, sont des sports-loisirs liés à la découverte du milieu. C'est vrai pour le deltaplane et le parapente, c'est vrai pour le cyclotourisme, c'est vrai pour le VTT, c'est vrai pour l'immense majorité des pratiquants qui restent le plus souvent sur les sentiers battus, c'est vrai pour l'escalade et l'alpinisme. De plus en plus, le souci des pratiquants est un souci de sauvegarde et de respect de la nature qui va jusqu'à déséquiper certaines voies d'escalade par souci de "pureté", et même jusqu'à l'utilisation d'un matériel qui permette des passages dans de meilleures conditions pour la sauvegarde de l'environnement.

38Je faisais référence tout à l'heure aux camps de base des expéditions en haute montagne en insistant sur les ordures laissées en place par certains "alpinistes". Mais ce sont aussi des pratiquants qui organisent eux-mêmes le nettoyage des camps et incitent les expéditions futures à ne plus polluer. Des associations, telle que Mountain Wilderness, se sont développées et agissent sur cette base de respect de la nature et pour une pratique plus proche d'elle, plus en osmose avec elle.

39Les sports d'eau vive sont eux aussi des éléments qui permettent la défense de la nature. Ici et là, des aménagements ont été entrepris par les communes, destinés à dépolluer les rivières, compte tenu de l'intérêt économique de l'apport des pratiquants.

40Et c'est vrai aussi pour la course à pied et la course en montagne qui se développent de façon étonnante compte tenu de la difficulté objective de ce sport. Parallèlement, les sports les plus menaçants pour l'environnement, le trial et le 4x4 (abusivement appellés parfois sports de pleine nature) qui tendaient à se développer de façon très dangereuse pour l'environnement, et notamment en montagne, ont marqué le pas, parfois grâce à l'autodiscipline de certains pratiquants qui les a conduit à abandonner la pratique sauvage.

41En résumé, l'idée qui gagne du terrain me paraît être celle d'une pratique sportive et de loisirs non destructrice, et les pratiquants de ces disciplines-là deviennent souvent des défenseurs de l'environnement. C'est pourquoi, à condition de le prévoir et d'aménager leur arrivée, on ne doit pas craindre le développement du nombre de pratiquants. Mais gare ! Il serait également illusoire de compter sur la seule nature sauvage pour convertir les pratiquants à sa défense.

Auteur

Directeur du Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes et des Cadres de la Presse (Montpellier)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search