Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3 - "Sportifs médiateurs ?" "Sportifs promoteurs ?"

L’expérience sportive de l’environnement...

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Jean-Paul Schneider,

Vice-Président de l'U.N.C.U

1Passé l'éblouissement de la journée d'hier, qui nous a laissé à tous des sensations inoubliables, je crois qu'il est en effet utile, comme nous y invite Jacques Marchand, de revenir un peu sur ce que nous avons pu retenir d'hier. Je ne peux pas être le porte-parole de tout le monde, je peux même n'être que le porte-parole de moi-même. Ce que ce que je voudrais vous présenter là, ce ne sont que des impressions purement subjectives, résolument subjectives. A nous tous, après, d'échanger nos impressions. Peut-être les vôtres ne sont-elles pas du tout les miennes, peut-être sont-elles, et je l'espère, en contradiction profonde avec les miennes.

2La journée d'hier présente un grand inconvénient, je trouve. C'est le grand inconvénient d'avoir été trop belle, trop belle de faire peut-être oublier les journées qui ont précédé, les après-midi qui ont précédé, et qui d'une certaine façon l'ont préparée.

3Au Col de l'Alpe, le vieux randonneur que je suis a retrouvé certains de ses bonheurs habituels. Il est vrai que j'ai découvert des chaumes de velours que la lumière du soir rendait encore plus douces, j'ai découvert des falaises bleues qui regardaient la vallée ; les bruits et les cris de la vallée ne nous arrivaient même que sous forme de murmures bleus et dorés.

4C'est vrai aussi que le lendemain, au Plateau des Petites Roches, le regain de vert et le vert serinaient avec une verdeur étonnante dans les prés, c'est vrai aussi que l'humidité tiède des sous-bois préparait la poussée des champignons, mais c'est vrai que ce jour-là les fleurs restaient totalement indifférentes à mon passage. Il faut ajouter que j'étais en VTT pour la première fois de ma vie et que je découvrais une activité qui faisait que mon esprit était entièrement tourné sur moi-même, tourné sur la pierre à éviter, sur la souche qui allait probablement me jeter en bas de ce véhicule, crispé aussi sur la crampe naissante qu'il fallait essayer de chasser d'urgence si on voulait arriver en bas. Bref, aucun des plaisirs de la veille, de cette relation de jouissance un peu passive que j'entretenais avec l'environnement, aucun de ces plaisirs ne m'était directement accessible ; peut-être parce que ma technique était nettement insuffisante et que j'étais trop centré uniquement sur les dangers que je sentais présentés à mes yeux dans l'exercice auquel je me donnais.

5En revanche, mon rapport à l'environnement devenait autre, c'est-à-dire que la jouissance que j'éprouvais était la jouissance, même si cela vous fait sourire, d'une performance par rapport à moi-même, c'était une performance. Et cette jouissance un peu passive devenait une relation active de plaisir.

6Le lendemain, évidemment, la journée était encore plus riche. Encore plus riche, parce que d'abord à Saresnes, nous avons découvert une chose assez surprenante, c'était l'environnement qui avait changé. Quinze à vingt mètres de glace en moins dans la hauteur d'un glacier et du même coup, ce sont les changements de l'environnement qui avaient chassé les sportifs. Mais pas tout à fait, parce que la nostalgie des uns et des autres, l'émotion de nos amis du G.U.C. ont réussi à ressuciter des skieurs sur les bandes où hier il n’y avait plus que des rochers. Et puis, notre émotion à tous, pour ceux qui me connaissent bien, a ressucité dans ce cirque la voix de l'absent, la voix de Georges Joubert.

7Alors, finalement c'est vrai, on avait l'impression que l'environnement pouvait influer sur la pratique sportive, là nous en avions un exemple spectaculaire, mais c'est vrai aussi que j'ai ressenti, plus encore qu'avant, à quel point ma relation à l'environnement était liée finalement à ma mémoire, à mon expérience, à mon regard, au mien, peut-être pas au vôtre. Et puis, il y a eu, après le serrement de cœur auquel faisait allusion tout à l'heure Daniel lorsque nous avons franchi en hélicoptère la première crête. Aux Deux-Alpes, je vous dirai que j'ai eu un sentiment de malaise par moment. De malaise, pourquoi ? Tout d'abord de sentir l'odeur de kérozène de cette valse d'hélicoptères qui ne cessaient de passer. Cela s'est vite dissipé, mais tout de même elle était là. Et puis un sentiment de malaise aux bruits, ces bruits terribles que je n'avais pas l'habitude d'entendre en haute montagne, j'ai suffisamment pratiqué la haute montagne, et souvent en solitaire pour être un adepte du silence. Alors, là j'ai eu un sentiment de malaise qui s'est renforcé, vous l'avez vu, ou tout au moins pour ceux qui étaient dans mon groupe, d'autant plus que dans le métro que nous avons pris, j'ai retrouvé une de mes étudiantes de Strasbourg, qui, elle, avec ses parents s'était contentée de marcher quelques pas sur le glacier, alors, que nous, nous étions attendus par nos taxis à chenilles qui nous ont emmenés à 3 500 mètres. Et là-haut, c'était superbe, c'est vrai, c'était extraordinaire ce paysage, c'est un paysage que j'ai parfois découvert autrement, et le plaisir que j'éprouvais restait comme entaché d'un sentiment de culpabilité, mais j'avais tort parce que le paysage était pareil, il n'avait pas changé, mais, moi, mon plaisir était entaché par le sentiment d'une sorte d'indignité, je ne l'avais pas vraiment mérité ce plaisir par rapport à d'autres fois où j'étais arrivé au sommet et je pense dans un état assez proche de l'épuisement total.

8Mais d'un autre côté, ce que nous avons vu aux Deux-Alpes, c'est comment le sport a transformé l'environnement. Il l'a transformé profondément. Autant à Saresnes, c'est l'environnement qui avait changé et chassé les sportifs, autant aux Deux-Alpes, c'est le sport qui avait modelé d’une certaine façon l'environnement, et même au sens propre avec les bulldozers qui changent la configuration des reliefs, avec ces pylônes qui se dressent partout, ces câbles, ces bétonneuses, ces camions jaunes qui sillonnent le paysage. Et nous avons eu le sentiment, d'ailleurs la réflexion a été faite dans le groupe dans lequel j'étais, que finalement ce paysage n'était pas beau, qu'avant qu'il y ait des câbles et des pylônes, ce paysage n'était pas très beau. Il y avait des cailloux, des lignes sans traces et, tout compte fait, on n'avait pas abimé grand-chose. Cela me pose un autre problème, c'est le problème du regard, de notre regard, regard sur l'environnement, car comment définir un beau paysage ? Et puis d'un autre côté, nous avons découvert aussi un merveilleux moyen d'éviter cet encombrement du paysage par les accessoires du sportif, et ce merveilleux moyen, c'est le métro. Ce métro qui grimpe sous les montagnes et qui rappelle le propos d'une lettre, que j'avais trouvée autrefois à Genève, du Prince de Ligne, écrivant à Horace Bénédict de Saussure, à l'époque où ce dernier tournait encore autour du Mont-Blanc. Il n'était pas encore arrivé au sommet, c'était aux alentours de 1784/1785. Le Prince écrivait que le monde devenait fou de vouloir grimper sur la montagne par l'extérieur du Mont-Blanc. "C'est aberrant parce qu'on n'y arrivera jamais. Avez-vous vu tous ces rochers, tous ces glaciers, toutes ces glissades que l'on risque de faire ? Nous avons ici des mineurs habiles. Eh bien ! Utilisez-les donc pour construire un escalier à l'intérieur du Mont-Blanc, et vous monterez sans risque par l'escalier intérieur, et vous pourrez atteindre le sommet. Pourquoi vous fatiguer à entreprendre tant d'expéditions, les uns après les autres ?" Alors, maintenant on a construit cet escalier qui grimpe au sommet. En effet, c'est merveilleux parce que cela ne gâche pas le paysage, mais à quel prix ? Si on voulait enterrer toutes les remontées mécaniques, je pense que très rapidement cela poserait des petits problèmes économiques.

9Alors, je suis dans la perplexité et j'espère que vous l'êtes aussi. Dans la perplexité parce que, que faire, comment réagir, comment agir, je crois, qu'une fois de plus, nous nous heurtons à ce que je vous disais au départ, ce double problème des références et des limites. Des références parce que notre regard, se référant perpétuellement, est toujours en référence à une culture, à une expérience, et il y a donc une individualité de rapport que le sportif entretient avec son environnement et nous avons vu que le rapport de Michel Bouet avec l'environnement n'est pas du tout le même que celui du vulgaire piéton que je reste, à la surface du sol dans mes randonnées. Et puis c'est aussi le problème des limites. Alors jusqu'où peut-on aller dans le modelé du paysage ? Jusqu'où peut-on accepter de transformer l'environnement ? Même si c'est au profit du plus grand nombre, car ma mauvaise conscience hier, était quand même atténuée lorsque je regardais la neige des Ecrins et jusqu'à la Vanoise et au Massif-Central. Elle était atténuée par le constat que je faisais, que toutes ces installations permettaient, quand même, au plus grand nombre d'arriver à profiter d'un plaisir qui jusque-là était réservé à quelques élites.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search