Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2 - "Sportifs profiteurs ?"

Synthèse du thème

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul Callède,

Secrétaire Général du B.E.C

1Nous arrivons au terme de cette deuxième demi-journée qui termine la première grande séquence de notre Université Sportive d'Eté.

2La séance de travail a été introduite par plusieurs interrogations formulées par l’animateur des travaux : Pierre Chifflet, Directeur de l’UFRAPS de Grenoble.

3"La normalisation des espaces sportifs exprime-t-elle une simple restructuration de l’environnement naturel et/ou urbanisé ? S’agit-il plutôt d’un enrichissement ? Faut-il au contraire parler d’une destruction, d’une dénaturalisation, voire même d’une dénaturation de l’environnement ?

4Les conférences d’aujourd’hui, avec Jean-Pierre Mounet et Philippe Charretton, nous ont permis d’identifier des acteurs institutionnels et de prendre connaissance de problématiques construites, argumentées, fondées sur une observation minutieuse.

5Hier, le présentateur de l’U.S.E. 1993 avait formulé une double mise en garde :

  • dépasser les "faux débats" opposant systématiquement les "gens du sport" et les "gens de l’environnement" se nourrissant de clichés, d’idées convenues, et adoptant la logique du catastrophisme (destruction de l’environnement...) ou celle du positivisme sportif (la nécessité du plaisir sportif...).
  • ne pas négliger le fait que la notion de nature (et d’environnement) est polémique, pluri-sémantique. Sans doute parce qu’elle entre comme référence fondamentale dans la construction des identités individuelles et des identités de groupes... Qui sont l’une comme l’autre fondées en partie sur le mode antagoniste.

6Seules des problématiques argumentées permettent d’instaurer un dialogue, de favoriser une information discutable — au sens fécond du terme — et de préparer à l’action. Notons au passage qu’il s'agit là d'une différence pertinente entre protecteurs de l'environnement et écologistes ! Les premiers s'expriment sur un mode conditionnel tandis que les seconds s'affichent comme des inconditionnels...

7Un autre type de problématique paraît avoir un statut intermédiaire. Il s'agit de la "preuve par l'histoire", mettant en avant les restructurations historiques de l'espace. Tout paysage est effectivement une production historique et culturelle. Et le passéisme écologique trouvera autant d'arguments servant la cause de la nécessaire "conservation" que le modernisme sportif pourra construire, pour sa part, autant d'arguments servant la cause de la nécessaire "transformation"... Or nous savons bien que la Nécessité, appréhendée de manière abstraite, est fille de l'Ignorance et du Renoncement. Il importe en effet de chercher à dissiper les ombres projetées par l'ignorance autant que les mauvaises excuses du renoncement à l'action.

8C'est peut-être le critère d'irréversibilité d'un processus de transformation de l’environnement par la pratique sportive (aménagements divers et impacts) qui doit être ici pris sérieusement en compte et analysé dans ses conséquences. Le thème doit être envisagé autrement qu'en termes de "patrimoine". La référence au "patrimoine" n'est jamais pleinement opératoire. Soit qu'elle suscite un plaidoyer pathétique pour la défense du passé, soit qu'elle résulte de critères administratifs et bureaucratiques... Dès lors, et dans les deux cas, elle se fige dans une abstraction inutilisable pour orienter l'action. Or l'environnement est évolutif et relationnel. Encore faut-il pouvoir disposer de données précises.

9Jean-Pierre Mounet a proposé un cadre de référence analytique, une méthode d'analyse pour dégager une évaluation de l'impact des pratiques sportives sur un environnement spécifique.

10Pour sa part, Philippe Charretton nous a montré avec une rigueur comparable comment le gestionnaire de l'environnement appréhende méthodiquement le sport et ses effets sur le milieu.

11Le développement des activités sportives de plein air et de pleine nature illustre — en partie — une tendance à "l'égocentrisme", à l'affirmation du "sentiment de liberté" et à la recherche de "l'absence de contrainte"... Il convient toutefois de vérifier si les modes de représentations affichées se trouvent dans les types de pratiques, et de quelle manière. Philippe Bourdeau a rappelé la logique de distinction sociale et la quête de bénéfices symboliques qui s'opèrent au travers des activités de pleine nature.

12On pourrait faire un constat analogue pour les collectivités locales gagnées par la fièvre de l'or blanc ou de l'or vert, et qui, voulant conforter telle image de marque, se trouvent engagées dans la production massive et sophistiquée d'installations et d'aménagements du sport, avec ou sans structures d'hébergement...

13Pareil constat débouche sur l'obligation de conduire des actions d'éducation, de formation et d'apprentissage de la responsabilité. Cette perspective permettra de dépasser la fausse alternative : pratique "libre"/pratique "sur-encadrée". Elle permettra, à d'autres égards, de faire la part entre une mise en valeur de l'environnement et une exploitation mercantile (s'accommodant, le cas échéant, d'un discours alibi portant sur "création d'emplois" ou sur la "fixation de la population locale").

14Le sport associatif, tel qu'il est développé par les clubs, doit favoriser cette prise de conscience. Et les médias également. Sans oublier le rôle de l'institution scolaire.

15Pour engager une action visant à rapprocher du mieux possible le sport et l'environnement, par un enrichissement mutuel, il conviendra de penser cette articulation en termes de culture, d'économie et de politique. Cette dimension a été d'ailleurs soulignée par nos amis du Portugal. Il convient, plus immédiatement, de structurer cette articulation en termes de normes, de règles, de moyens et de fins.

16Telle est la tâche qui nous attend dans les prochaines séances. C'est par un devoir de culture que l'accès sportif à la pleine nature s'imposera un foyer d'expressivité et de liberté des personnes. Philippe Bourdeau nous a rappelé ce mot d'O. Wilde affirmant "chacun de nous tue ce qu'il aime". Faisons en sorte d'éviter que chacun de nous aime uniquement ce qu'il est — et probablement en ignorance de cause — sur le point de tuer ou plus exactement de dégrader.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search