Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2 - "Sportifs profiteurs ?"

Débats

Pierre Chifflet, Robert Denel, Jean-Pierre Mounet, Jean-Paul Schneider, Marc Nogaro, Philippe Bourdeau, Michel Bouet, Philippe Charretton, Jean-Pierre Lefebvre, Michel Clare, Colette Ambroise-Thomas, Jean-Paul Callède et Odete Graça

Texte intégral

Pierre Chifflet

1Merci aux deux conférenciers et engageons, sans plus attendre, les échanges.

Robert Denel

2Je remercie au passage les deux intervenants et en tout cas, personnellement, j'ai beaucoup apprécié les deux exposés. Je me contenterai de poser deux questions :

  • Une petite question, pour savoir quelle est la différence entre les défenseurs de la nature et les écologistes.
  • Deuxièmement, il y a une chose que je voudrais signaler. J'habite dans le Nord ; toutes les zones naturelles, et il y en a, sont "propriété privée", on n'y a pas accès. Or beaucoup de gens ont envie, que ce soit le week-end ou pendant les vacances, d'un retour à la nature. Ils ont envie de pratiquer les sports qui leur donnent un plaisir physique et en même temps leur permettent un retour vers la nature.

3Ma seconde question celle-ci : comment se fait-il que ce sont essentiellement les sportifs qui font des propositions de pratique, qu’il n'y ait pas de propositions sérieuses de la part des défenseurs de la nature. A mes yeux, les défenseurs de la nature sont des gens qui se replient sur eux-mêmes, qui se protègent, qui "accusent", je caricature un peu bien sûr, mais qui ne gèrent pas le problème. Il y a une réalité incontournable, et cette réalité, c'est que les gens ont besoin d'un retour à la nature, ils ont besoin qu'on leur propose des choses. Mais comment se fait-il que la proposition vienne le plus souvent et essentiellement, je dirai, du secteur sportif pour un retour à la nature, elle ne vient pas encore assez — c'est la vision que nous avons des choses — de ceux qui prétendent sauver la nature, gérer la nature. Je demande d'abord si c'est une impression fausse, et deuxièmement, s'il n'y a pas lieu, puisqu'on parle souvent décloisonnement à l'Université Sportive d'Eté, de profiter aussi d'un décloisonnement. Le secteur sportif veut travailler avec le secteur économique, il veut travailler avec d'autres secteurs. Et, pourquoi pas, avec les défenseurs de la nature.

4(...)

5Moi j'ai envie d'être un profiteur et, c’est vrai, un profiteur de la nature. J'ai envie aussi de me poser quelques questions, mais quand on veut les poser sérieusement ou quand on demande aux gens se déclarant compétents pour émettre un avis autorisé de gérer cette question-là, on sent une frilosité, voire un repli.

Jean-Pierre Mounet

6(...) L'écosystème est peut-être dénaturé, comme l'ont dit certains, mais il y a une chose certaine, c'est de préciser comment et à quel moment l'homme a une place légitime dans l'écosystème.

7Si on se place du point de vue de l'écosystème primitif, les paysans des montagnes, qui ont aménagé un paysage qui est maintenant protégé et que l'on veut conserver à tout prix, ont dénaturé complètement l'écosystème qui était au départ uniquement forestier, en moyenne montagne. Alors pourquoi, lorsque de nouvelles activités se présentent, seraient-elles moins légitimes que les anciennes ?

Jean-Paul Schneider

8Je crois qu'il y a un élément de réponse qui peut être apporté à la question que vous-même vous venez de poser. C'est que cet état des paysans, auquel vous faisiez allusion, c'est un état désormais ancien. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il y a un paramètre que, pour l’instant, on n'a pas pris en compte, et qui est, en fait, me semble-t-il, un paramètre fondamental : celui du développement même de l'espèce humaine. Nous étions, il y a à peu près dix ans, deux ou trois milliards d'hommes sur terre. Nous serons vers l'an 2000 plus de cinq milliards si nous ne le sommes pas déjà, nous serons avant l'an 2050 peut-être dix milliards. Il est évident que quand deux milliards pratiquent du sport, ce n'est pas la même chose que quand dix milliards pratiquent du sport, et le problème va être très rapidement celui d'une surcharge, en effet, et c'est un élément dont il faut absolument que nous tenions compte. Cela implique un certain nombre de traits de conduite, que nous devons adopter, non pas tant pour nous, parce qu'à notre échelle finalement, ce n'est pas essentiel — ça durera bien autant que nous et après nous le déluge, pourrions-nous dire — mais ces règles, nous devons les appliquer en pensant à ceux qui nous suivront et c'est de ce point de vue-là que l'homme peut-être n'est pas tout à fait un animal.

9J'avais aussi prévu de faire un ou deux constats à cette étape de notre Université Sportive d'Eté. Le premier constat que je voudrais faire, qu'on ne rappelle pas suffisamment, je crois, mais qui est important, c'est que l'image médiatisée du sportif joue, et je crois que personne ne le niera, un rôle capital dans la société. Cette image médiatisée a un impact énorme. Il suffit de voir les gamins qui se baladent avec des maillots de l'équipe de France ou avec le numéro 10 de Platini, quand il fait des merveilles. Mon exemple est peut-être mal choisi mais je crois que ça montre bien l'impact, en effet, autrement dit le désir de ressemblance, que cela fait naître dans un public relativement neutre et en tout cas très maléable.

10Deuxième constat, c'est que la question terminale à laquelle nous aurons sans doute à répondre à la fin de ces journées d'études, est la suivante : comment agir ? Et le problème est là, il est dans l'action, pour que nous puissions, nous sportifs, donner l'exemple d'une gestion moderne et là encore les termes me paraissent importants, tant il est question d'une gestion moderne de l'environnement. Je crois que Michel Clare a ouvert quelques pistes dans ce sens-là, je crois qu'il faudra essayer de les approfondir, en tout cas il ne faut pas perdre de vue cette question.

11Troisième constat, et c’est la journée d'aujourd'hui qui m'incite à le faire, certaines approches de type descriptif, éventuellement de type comparatiste, par exemple le Golf de Meudon — finalement ce n'est pas la mer d'Aral — n'incitent pas à proposer de véritables solutions constructives. Et en plus ces approches risquent d'être démobilisatrices, parce que chacun de nous à de bonnes raisons de s'installer dans sa bonne conscience. Et échapper à ce risque de démobilisation va être très difficile pour nous.

12Très difficile pour deux raisons. La première parce que s'enfermer dans la question à laquelle implicitement les uns et les autres ce matin ont essayé de répondre. Est-il bon ? Est-il méchant ? Ou du genre : il y a des bons et il y a des méchants, et puis les méchants ne sont peut-être pas si méchants et les bons ne sont peut-être pas si bons que l'on croyait... S'enfermer dans cette question-là, je crois que c'est s'enfermer dans une question sans issue, parce que le conflit de deux myopies est toujours insurmontable.

13Et puis il y a une autre raison qui me paraît grave et qui fait que l'on va avoir du mal à se sortir de cette impasse dans laquelle on risque de s'enfermer. C'est que nous vivons peut-être une civilisation du saucisson. Je m'explique : une civilisation du saucisson, parce qu'on découpe tout en tranches. Le temps n'est pas perçu dans une continuité, mais sous forme de séquences, l'espace est segmenté, même les rivières sont coupées en tronçons, et le raisonnement lui aussi se trouve segmenté à l'infini. Alors je crois que c'est de cette logique de la segmentation qu'il faut qu'on arrive à sortir (...).

14Voilà ce que j'avais à dire, je crois aussi que hier, l’un des orateurs, vous vous souvenez, a parlé de la mondialisation en disant que c'est extrêmement dangereux, parce que ça devient un alibi à l'inaction. On ne peut pas agir au niveau du monde, au niveau de la planète, donc on ne fait rien. Je dirai que, au niveau de l'action, il a tout à fait raison. Il n'est d'action que de voisinage, mais au niveau de la réflexion, je crois qu'il a tort. Il n'est de réflexion que celle qui tend vers le général, disons vers le champ le plus vaste. Ici, pour l'instant, nous réfléchissons. Elargissons donc notre champ, demain nous agirons en fonction des réflexions d'aujourd'hui, et nous verrons comment, sur des points précis, agir.

Marc Nogaro,

Secrétaire Général du Poitiers-E.C.

15Je voudrais apporter une réponse à Robert Denel sur l'ouverture des défenseurs de la nature aux sportifs. Elle existe, et elle existe depuis des siècles. Beaucoup de sentiers que prennent les promeneurs pour faire une activité sportive de moyenne montagne ont été tracés jadis par des gens de façon à ce que justement n'importe quel promeneur puisse avoir accès à des lieux qui autrefois étaient réservés aux locaux : aux bergers, aux bûcherons... (...).

Robert Denel

16Je voudrais reposer ma question : simplement, je suis tout à fait d'accord pour admettre que bien des sites ont été créés par des défenseurs de la nature. Ma question visait à l'organisation des activités. C'est plutôt des commerciaux — ou je dirai des associations dites sportives, ou qui se donnent l'allure sportive — qui proposent. D'une façon générale, pourquoi les défenseurs de la nature ne gèrent-ils pas le problème ? Qu'ils fassent des propositions. On a dit tout à l'heure qu'il y a des associations ou des commerciaux qui proposent des activités sportives et qui incluent une formation à l'environnement. Pourquoi l'inverse n'existe pas ? (...). Il y a au contraire un repli, c'est-à-dire qu'on a annoncé aux gens : écoutez, restez dans vos villes, vous nous embêtez, vous détruisez, vous abîmez, vous esquintez, vous faites n'importe quoi. On accuse et on ne propose pas. Je dis simplement que par rapport à ce paramètre nouveau, il y a lieu de considérer que ceux qui sont défenseurs de la nature proposent des activités en tenant compte justement des impératifs, des critères majeurs qu'ils considèrent, eux, par rapport aux sportifs qui, pour leur part, prennent en compte essentiellement le besoin physique, et qui profitent de cette inspiration vers la nature pour gérer les choses à leur convenance, et pas suffisamment à la convenance des défenseurs de la nature. Voilà la question qui me semble importante, ou tout au moins telle qu'elle me paraît devoir être formulée.

Philippe Bourdeau,

Professeur à l'Institut de Géographie Alpine (Grenoble)

17Je ne suis ni gestionnaire sportif, ni défenseur de la nature. En revanche, mes activités m'ont permis de constater que, sur le terrain, il n'y avait pas forcément lieu d'être inquiet à ce sujet-là. Je vais prendre le cas de l'escalade que je connais bien. Des défenseurs de la nature — naturalistes et identifiés en tant que tels — s'affirment très rapidement comme des partenaires pour les clubs sportifs, pour les équipeurs de voies d'escalade. Je prends le cas de l'Ardèche. Pour certains secteurs, on a fait un arbitrage dans l'équipement des sites en fonction des aires de nidification des rapaces. On a décidé en concertation avec les naturalistes de ne pas équiper certaines falaises. Suivant la mobilité des rapaces, on gèle certains secteurs. Dans bon nombre de sites d'escalade de l'est de la France, également, par convention express, par accord, les grimpeurs s'interdisent de pratiquer l'escalade pendant le printemps, etc.

18(...)

19Un certain nombre de références, d'exemples très concrets, montrent que lorsque le contact s'établit, ça se passe plutôt bien, et de fait, les défenseurs de la nature et les sportifs se retrouvent souvent dans le même camp, dès lors qu'il s'agit de protéger un site contre un exploitant de carrière, contre l'ouverture d'une route, etc. De ce point de vue-là, je crois qu'au quotidien, ça ne fait pas l'objet de reportage télévisé mais, bien souvent, les équipeurs sportifs, les pratiquants savent que pour ce qui concerne la question des rapaces, il faut aller voir untel ou untel, et le courant passe excessivement bien lorsque le contact est établi. Mais je crois que ce besoin de contact se manifeste ailleurs. Il y a déficit de l'information. Il y a un déficit de concertation sur certains sites. Pour certaines activités, il y a un contexte qui est assez favorable, de ce point de vue-là, c'est l'établissement de plan départementaux de développement de l'escalade, de la randonnée pédestre, des activités d'eau vive, et en ayant certains exemples en tête, j'ai l'impression que la concertation s'établit, et ça se passe plutôt bien puisque pour la plupart des activités, il y a relativement peu d'exemples d'interdiction vraiment criants. Il y a eu parfois des conflits, des interdictions qui ont été assez rapidement levées suite à des accords relatifs à l'usage, à une autodiscipline en matière d'usage des sites.

Michel Bouet

20Et je suis en train de me demander si on peut vraiment être écologiste, sans être un pratiquant des éco-sports. Il ne suffit pas de marcher dans la nature et de regarder les fleurs, d'observer les animaux ; il faut en connaître les mécanismes, et la plupart des activités que j'appelle éco-sports, impliquent que l'on ait analysé le milieu, les forces qui l'animent, sinon on n'a pas une conduite responsable dans ces milieux. Je pense que pour la rivière c'est vrai, que pour la mer, c'est également vrai. Donc, en principe, l'opposition existe. Malheureusement, j'ai un peu l'impression que c'est parfois des anti-sportifs, des écologistes qui ont un point de vue quand ils regardent le sport. (...). Je crois que tout ce que vous avez dit est vrai, mais à ce réquisitoire on peut oser, je crois, un espoir — en tout cas c'est ma conviction — fondé sur la pratique des éco-sports, auquel je suis venu peut-être par un amour assez naïf, primitif, "rousseauiste" de la nature, au départ. Au départ, je l'ai regardée, puis en vélo — c'est quand même déjà une activité physique —je l'ai parcouru, puis ça m'a amené à d'autres activités. Et curieusement, par exemple, le ski, que je pratique depuis lontemps, j'y suis arrivé par le rêve, je ne suis pas d'une région de montagne, mais toute cette logique de l'amour de la nature m'a amené au ski, le ski de descente puis le ski de fond.

Philippe Charretton

21Je vais essayer de répondre aux différentes questions. D'une part, vous disiez tout à l'heure que les défenseurs de la nature n'allaient pas vers les sportifs. Je ne suis pas défenseur de la nature, ni écologiste, mais je suis gestionnaire d'un espace demi-naturel, ce qui est un peu différent. J'ai été à l'Office National des Forêts, et l'office des forêts avec les écologistes, dans certains cas, ce n'est pas l'amour fou. C'est un peu différent. Disons que notre politique est de considérer qu'un milieu naturel c'est quelque chose qui se gère, qu'on ne peut pas laisser à lui-même, et qu'il faut une intervention.

22Je vais préciser mon point de vue sur la question. Pourquoi ces gestionnaires ne vont-ils pas vers les sportifs et n'en veulent pas ? D'une part je crois que c'est historique. Historiquement, les forestiers sont des gens qui sont excessivement renfermés sur eux-mêmes. Pendant très longtemps, il y a une dizaine d'années encore, quinze ans, le forestier considérait que le citadin, le piéton en forêt était un intrus. Et ça, c'est quatre cents ans de foresterie française. Et vous aurez du mal à faire changer cet esprit du jour au lendemain. Les nouvelles générations sont en train de prendre fort heureusement une autre optique, et c'est très bien.

23Quand ce n'est pas la forêt, ce sont les lieux naturels qui causent des inquiétudes. Souvent les gestionnaires ont peur de l'avenir. Il y a une méconnaissance des sports souvent, de la pratique sportive en elle-même. Les gens voient une demande importante arriver sur leur milieu, ils ne sont pas sûrs d'appréhender parfaitement les impacts, positifs ou négatifs, de ce côté-là, et surtout ils ne sont pas sûrs de pouvoir le contrôler, éventuellement s'il y a un problème. Donc la solution est de dire "ne faisons rien, interdisons tout". C'est une première chose.

24Il y a des ouvertures. Et je connais des cas où il y a des ouvertures ; je connais des cas dans les Alpes du Sud où l'Office des Forêts est en train de créer des circuits découverte sportive : VTT, équitation, randonnée — complètement créés par l'office des forêts — circuits sur six jours avec des refuges forestiers, par exemple. Il y a des gens qui petit à petit commencent à évoluer dans leur mentalité.

25Mais quand on ouvre un milieu naturel à une discipline sportive, il est facile de la contrôler si elle s'organise dans un cadre institutionnel. Quand on a affaire à des clubs parfaitement repérés, qu'ils soient commerciaux ou loi 1901, il est facile de pouvoir avoir un contrôle, de pouvoir éventuellement former les cadres, de pouvoir leur dire : attention, il y a telle et telle chose à respecter... Par contre, quand vous avez des gens qui viennent en individuel, comment pouvez-vous leur donner le minimum d'information pour qu'ils respectent l'environnement ? Et ça c'est un très gros problème. Dans ces disciplines de pleine nature, il y a de plus en plus de gens qui viennent hors des structures, et c'est effectivement un problème qui n'est pas facile à résoudre. Je ne suis jamais arrivé à le résoudre en région parisienne. J'avais des problèmes avec les cavaliers qui faisaient des dégâts dans les forêts. Cela allait très bien, par contre, au niveau des relations avec les organisateurs. Les clubs étaient informés, on travaillait avec les clubs, on avait créé des circuits avec eux, ils nous avaient expliqué leurs problèmes, leurs besoins. Mais les gens qui ont leurs chevaux chez eux, qui partent de leur maison et qui vont n'importe où, sont nocifs. Alors, le gestionnaire, que voit-il ? Il voit les quelques hooligans sportifs qui font des dégâts, et en fonction de ça, il se fait une opinion sur la généralité des pratiquants. Et c'est toujours ce phénomène-là qu'on observe. C'est une minorité qui nuit à l'ensemble des gens.

Robert Denel

26J'aurais aimé que vous répondiez à la question que j'ai lancée, concernant la différence entre l'écologiste et le défenseur de la nature.

Philippe Charretton

27Je me considère comme étant défenseur de la nature, en tant que gestionnaire. C'est-à-dire que lorsque je parle des forêts, ce sont des forêts qui sont effectivement gérées (...). Je suis peut-être perçu comme négatif du point de vue écologiste, mais il se trouve que j'ai rencontré aussi une minorité d'écologistes qui étaient des fervents rétrogrades en la matière puisqu'on les avait même entendus déclarer dans l'Est de la France qu'il fallait supprimer les autoroutes autour de Mulhouse, et qu'il fallait lire de nouveau à la lampe à pétrole. C'étaient des écologistes "purs et durs".

Robert Denel

28Est-ce que l'on ne décèle pas justement un défaut de communication parce que, très souvent, les clubs et associations, sont considérés comme des "piqueurs de pognon" ? Je parle très crûment et comme je l'entends : les associations à quoi ça sert ? Pas à grand chose. On a parlé de liberté absolue tout à l'heure. On a considéré justement que dans les pratiques des sports naturels, le plus souvent, c'étaient le fait de gens libres. Et comment se fait-il justement que les gens ne se regroupent pas en associations ? Comment se fait-il que la communication ne passe pas bien ? Comment se fait-il qu'on ne leur explique pas bien les choses ? Comment se fait-il qu'on ne parle que de cotisation à payer et pas du reste ? Moi, je jette un œil vers le mouvement sportif. Peut-être que là, il y a tout un travail à faire. Je crois qu'on revient à une question qui est liée à nos préoccupations antérieures de l'Université Sportive d'Eté.

Jean-Paul Schneider

29C'est bien évidemment au niveau de la formation que se posent les problèmes. Vous évoquiez tout à l'heure la difficulté de former des individuels. Les sportifs, à la rigueur, on pourrait les former dans les clubs. On pourrait attirer leur attention, leur donner un certain tour d'esprit, face à cette protection, pas la simple protection des mots, parce qu'en effet elle a un côté rétrograde, mais un éveil, une sensibilisation à la gestion de l'environnement, une gestion qui soit une gestion en perspective tenant compte justement de cet avenir auquel je faisais allusion tout à l'heure, et qui est l'explosion démographique qui nous guette, qui guette la planète.

30D'un autre côté, je sais par exemple que les tourbières des sommets des Vosges sont particulièrement menacées et qu'un certain nombre de panneaux ont été apposés qui attirent l'attention du promeneur solitaire sur les dangers qu'il fait courir à ce milieu extrêmement fragile. Je ne vous cache pas qu'il m'arrive assez souvent d'arpenter le massif des Vosges, de voir les gens qui passent devant le panneau. Et bien, il y en a très peu, 5 %, 1 % peut-être, qui s'arrêtent pour le lire. Par conséquent, ce n'est pas ça qui va être efficace. L'efficacité, je pense qu'il faut la chercher plus en amont, et c'est au niveau peut-être d'une action dans l'école. Je crois que là, le sportif a un rôle à jouer. Vous savez que le sportif est entré à l'école il y a relativement peu de temps. J'entends les clubs sportifs en tant que tels, qui entrent à l'école, qui y agissent éventuellement. Ça n'est pas encore très général, mais c'est peut-être un début, et un début à encourager. Peut-être dans l'apprentissage même du sport à l'école. Peut-être pourrait-on imaginer des formes de cet apprentissage qui soient aussi apprentissage de la gestion du milieu ? C'est peut-être une piste à creuser. Pour l'instant, je ne vois pas très bien comment aller plus loin, mais d'ici deux ou trois jours, on y verra sans doute mieux à ce propos.

Jean-Pierre Lefebvre

31Je voulais souligner le paradoxe et la complexité que soulèvent nos analyses, et interroger les organisateurs de cette Université d'Eté, au travers de ma remarque. On a dit que l’homme a, par nécessité, aménagé le milieu. Il y survit, puis il y vit — donc notion de ressources — il en jouit dans sa quête de bonheur, de plaisir et d'évasion.

32Cela nous fait découvrir beaucoup de paradoxes. La forêt n'aime pas l'homme alors qu'elle est faite par lui, a-t-on dit. Alors est-ce que la jouissance nous serait interdite ? Et au travers de cette culpabilité judéo-chrétienne, est-ce qu'il n'y a pas là l'occasion pour nous de montrer la nécessité d'un sport humaniste qui serait en même temps une ressource pour la gestion de la nature et qu'on appelle de nos vœux, dans ces Universités d'Eté, auxquelles j'ai le plaisir de participer depuis une dizaine d'années ? L'excès du sport passe par la dimension écologique, et tout se passe comme s'il y avait actuellement une absence de projet politique pour le sport dans une société moderne ou post-moderne, comme disent parfois les sociologues. Et on a là, avec l'avènement de la prise de conscience sur ces problèmes de l'environnement et de l'écologie, une occasion supplémentaire d'affirmer un sport humaniste et d'affirmer la nécessité d'un projet politique auquel on faisait allusion dans les réflexions précédentes pour les jeunes et pour la société à venir.

Michel Clare

33Simplement quelques mots pour répondre à Jean-Paul Schneider au sujet de l'éducation. Je vais citer un exemple. La formation se fait en Autriche de façon remarquable, chez des enfants, et c'est souvent le professeur d'éducation physique qui, en dehors de l'éducation physique, enseigne une matière générale, comme la géographie généralement, et qui est chargé de responsabiliser les élèves qui, eux, interviennent auprès de leurs parents pour que ceux-ci, le soir, jettent bien les bonnes bouteilles au bon endroit, fassent une différence entre différentes boîtes à ordures, etc. Actuellement, c'est l'Autriche qui est à l'avant-garde dans ce domaine. Il faut dire que l'Autriche a subi d'ailleurs le contre-coup des graves dommages écologiques des centrales nucléaires des pays de l’Est qui sont complètement à l'abandon.

Colette Ambroise-Thomas,

Présidente du C.R.O.S. Rhône-Alpes

34Nous avons actuellement la mise en place, dans la plupart des écoles, de contrats d'aménagement du temps de l'enfant, qui permettent aux enfants d'être initiés aux activités sportives, artistiques et culturelles. Et il serait judicieux d’associer, au Ministère concerné par ces contrats d'aménagement du temps de l'enfant, le Ministère de l'Environnement, et de permettre ainsi aux enfants d'être également initiés au respect de la nature, à ce qu’est l'environnement. Et ce qui serait fait dès l'école pourrait être repris ensuite dans les cours classiques d'éducation physique et sportive, et repris plus tard au sein des collèges et des lycées.

Philippe Bourdeau

35L'irruption, le développement de ces activités de loisir sportif dans la nature se sont traduits, en montagne notamment, par la remise en question des modèles de développement touristique qui avaient été liés à l'aménagement lourd pour le ski alpin. Les années quatre-vingt ont vu la pratique du ski alpin se tasser, voire diminuer, en même temps que se diversifiait la palette des activités sportives pratiquables en montagne : vélo tout terrain, canyoning, escalade, etc. Il faut voir là une espèce de signe. Les professionnels de l'économie touristique ont très mal perçu au début ces nouvelles disciplines qui ne répondaient pas à des logiques de stations. L'escalade ne se pratique pas dans une station, le canyoning non plus, le vélo tous terrains non plus, etc. Ce sont des activités de déplacement qui répondent à des logiques de "spot", c'est-à-dire à la localisation d'un endroit privilégié pour la pratique, élu par les pratiquants parce que c'est là que l'on trouve les ressources "optimales" offertes par le milieu, un milieu qui est éventuellement fluctuant.

36Donc, cette gêne pour l'économie touristique a été un peu dépassée, et aujourd'hui on a une offre régionale d'activités de loisirs sportifs de nature qui est en train de s’intégrer à l'économie touristique. Donc, premier facteur : diversification de l'économie touristique, remise en question de plus en plus crédible de l'économie touristique traditionnelle, avec ses modèles de développement : l'aménagement, l'immobilier, les enjeux financiers, etc. A travers cet enjeu, il y a le développement de zones rurales qui étaient délaissées par les flux touristiques habituels, ce n'est pas négligeable.

37En même temps, et cela allait dans le sens de remarques qui viennent d'être proposées, je crois que la qualité environnementale pour ces activités sportives-là, c'est le fonds de commerce.

38Les citadins, que nous sommes, allons dans la nature pour pratiquer des activités. Effectivement, on a une méconnaissance de plus en plus flagrante du fonctionnement des mécanismes de la nature. On a une gestuelle assez réduite ou gestes de sportifs, pour l'escalade, on sait s'encorder, on sait s'assurer, mais en général on connaît assez mal la nature du rocher, on n'est pas capable d'identifier les fleurs que l'on rencontre. Bien souvent, si les eidelweiss sont protégées, c'est parce que l'on n'est pas capable de voir qu'il s'agit bien d'eidelweiss. De plus comme les pratiquants passent souvent d'une activité à une autre, ils n'ont pas le temps de s'intéresser au milieu proprement dit. La garantie la plus sûre pour la préservation de l'environnement, c'est que l'environnement est précisément le cadre dans lequel on vend une pratique sportive. Quand on est association, quand on est professionnel du tourisme sportif. Auquel cas, si on ne peut pas oublier la formation des pratiquants, leur sensibilisation aux impératifs de gestion, de respect du milieu, il y a aussi une pression extérieure qui est le maintien d'un équilibre paysager, un équilibre de qualité de l'environnement, un équilibre de propreté dans les sites qui, à mon avis, est l'un des moyens les plus sûrs pour maintenir un certain statu quo, un certain équilibre entre la fréquentation de masse et la perpétuation de la qualité environnementale.

Jean-Paul Callède

39Ce qui vient d'être dit se trouve confirmé par une enquête réalisée par deux collègues de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour qui fera prochainement l'objet d'un ouvrage. Josy Dienot et Didier Theiller s'intéressent aux nouveaux loisirs de montagne, principalement dans le massif pyrénéen. 400 questionnaires ont été administrés à des pratiquants, entre 1992 et 1994. L'accroissement constant du nombre d'adeptes, l'augmentation de la variété des activités, l'usage intensif et extensif des espaces cristallisent, selon les auteurs, des types de pratiques et des modes de représentations spécifiques. Ces usages différenciés posent évidemment des problèmes de cohabitation, des conflits d'intérêts et, parfois, engendrent des tensions vives.

40Josy Dienot et Didier Theiller ont également examiné les processus d'apprentissage des divers activités offertes en montagne : essais plus ou moins répétés, acquisitions, abandons... Le cycle de "découverte" est des plus réduits, Il s'accompagne aussi de façon dominante par un véritable "zapping", d'une activité à l'autre. L'activisme sportif se traduit souvent par des abandons répétés chez les consommateurs d'émotions brèves et de signes d'excellence fugitifs. L'éducation sportive et l'approfondissement réfléchi de la connaissance de l'environnement sont sans doute difficiles à mettre en œuvre dans de telles conditions.

Marc Nogaro

41Dans le prolongement du propos formulé par notre ami Schneider je mettrais volontiers un bémol. Dans les mouvements et les actions de défense de la nature, les gens les plus proches de nous et les plus nombreux, dans leur très grande majorité, ce sont les jeunes. Ce sont des gens qui se situent dans la tranche des 15-25 ans, donc encore scolarisés ou très proches de l'école. Et au niveau des adultes, on rencontre de nombreux enseignants, donc des gens de l'école. Je crois que s'il y avait une formation envisageable, je crois que ce serait plutôt pour ceux qui sont après. Lorsque nous constatons des abus, des excès, des détériorations du milieu, ajoutons que ce ne sont pas tellement des jeunes qui les font ; les jeunes vont contourner, vont respecter. Ce sont surtout des gens qui commencent à être installés dans le confort, qui ont de l'argent, qui veulent du "tout prêt", du "vite fait", qui veulent de l'exploit condensé, et qui sont les plus nocifs (...). Le défenseur de la nature se méfie du commercial parce que, qui dit structure commerciale dit immédiatement rentabilité : gagner le plus d'argent possible. Nous avions, il y une vingtaine d'années, équipé les voies dans les canyons. Maintenant, on est pratiquement obligé, quelquefois en cours de journée, de changer de canyon ou de faire carrément demi-tour parce que l'on se retrouve avec trois cars qui attendent leur tour. Certains ont contourné les difficultés naturelles en multipliant les équipements pour les prises de rappel, en bousculant des rochers, en amenant des barres à mines pour faire descendre des pierres, pour pouvoir mettre en place d'autres prises ; cela devient catastrophique, et il ne faut pas se fermer les yeux sur cette réalité.

Pierre Chifflet

42Nous avons des collègues portugais parmi nous. Est-ce que ce type de problème se pose chez vous ? Le tourisme sportif est développé au Portugal. Y a-t-il des problèmes liés à l'environnement ? Avez-vous des réactions par rapport à ce qui vient d'être exposé ?

Odete Graça,

Adjointe aux Sports à Sesimbra (Portugal)

43Le thème est fondamental. Au Portugal, l'environnement est très important pour tous les politiques, les techniciens, les éducateurs, les professeurs, à l'école. Je crois qu'en ce moment, au Portugal, c'est particulièrement important pour les municipalités. Il existe actuellement un plan qui organise l'espace du territoire et c'est très important pour le paysage, la population, l'équipement sportif et touristique. Sesimbra est une région située à 30 kilomètres de Lisbonne, au bord de l'Atlantique, et nous avons beaucoup de très grandes étendues où il y a des forêts conservées naturellement, mais nous avons de grandes pressions touristiques parce que le tourisme est le principal facteur économique. La pression sur Sesimbra est très grande pour qu'il y ait de plus en plus d'équipements sportifs et touristiques. Et cela pose évidemment de graves questions.

44Je crois que l'environnement risque d'être affecté par le facteur de la diminution culturelle du sport. A partir du moment où le sport devient un simple objet de consommation. Et je suis d'accord avec Monsieur quand il dit que c'est une position humaniste du sport que nous devons adopter et promouvoir. Et je crois que ce n'est pas seulement le professeur d'éducation physique qui doit être le principal moteur pour amener la compréhension de la gestion et de l'équilibre concernant le thème de l'environnement aux élèves à l'école. En ce moment, c'est un devoir important pour tous les professeurs, les élus, les politiques, les dirigeants, pour tout le monde. Ce n'est pas seulement une obligation pour le professeur d'éducation physique.

45Ce risque d'une diminution culturelle dans la conception des activités physiques et sportives renvoie à un autre problème qui est évidemment un problème politique. C'est une politique à l'échelon du gouvernement, de la région, qui comprend bien sûr d'autres aspects : pour la qualité de la vie, pour le logement, pour l'urbanisme, pour le patrimoine naturel.

Pierre Chifflet

46Nous arrivons au terme de nos échanges, et je vous propose de terminer avec ce point de vue formulé par Odete Graça, en remerciant tous les participants.

Réserve naturelle
S.O.S. Roc de Chère !
"La réserve naturelle du Roc de Chère, créée en 1977, souffre de son succès. Sur fréquentées, certaines zones très sensibles, de cette petite étendue de bois surplombant le lac d'Annecy, sont en danger si rien n'est fait. Dès la fin de l'été, un nouveau plan de circulation obligatoire pour les piétons, les VTT et les cavaliers devrait venir à bout de ce péril.
Les habitués du Roc de Chère vont devoir changer leurs habitudes... sous peine d'amende ! Finis les aventures hors sentier, les feux (prohibés depuis déjà longtemps), les raccourcis et autres détours connus de vous seul (du moins le pensez-vous !). Piétons, cavaliers et VTT vont désormais devoir se plier à la nouvelle organisation des sentiers de la réserve naturelle, et ceci dans l'intérêt écologique des lieux.
Chacun sait en effet combien le Roc de Chère est exceptionnel aussi bien du point de vue de la faune que de la flore. Des plantes de l'époque glaciaire comme le rhododendron y côtoient une flore subméditerranéenne dont les meilleurs exemples sont l'érable de Montpellier ou la garance. Lézards verts, milans noirs nichant dans les falaises, couleuvres, tritons... coulent une vie douce sur ce gros rocher dominant le lac d'Annecy. C'est pour préserver cet original condensé de variétés que l'Apege (Association pour l'Etude et la Gestion de l'Environnement), gestionnaire des réserves naturelles haut-savoyardes, et la municipalité de Talloires ont décidé, d'un commun accord, de trouver une solution pour canaliser les différentes catégories de promeneurs sur des itinéraires précis.
« Le gros problème du Roc de Chère », explique le maire Jean Favrot, « est qu'il s'agit d'une réserve très petite mais très facile d'accès et donc très fréquentée. Cette forte fréquentation tant en été qu'en hiver entraîne des dégradations importantes, surtout dans les zones sensibles ». (...)
Dès cet été, un gros travail de balisage va être mené dans la réserve, de manière à fermer complètement une multitude de petits chemins créés au fil des années par les promeneurs en tous genre désireux de sortir des sentiers battus (c'est le cas de le dire !). De manière aussi à séparer cavaliers, VTT et piétons qui ont souvent du mal à cohabiter et dont les nuisances ne sont pas égales. Les premiers ravinent davantage, ont tendance à trop apprécier les sous-bois encore vierges, élargissent les chemins existants, créent des raccourcis gymkhanas... Les seconds, munis "seulement" de deux pieds, abîment forcément moins mais leur passage répété sur des points sensibles est également un facteur d’itinéraires nouveaux. Les uns et les autres devront bientôt se conformer à un plan précis : un parcours pour les VTT et les cavaliers, et trois pour les piétons. (...)
Pour compléter le tout et surtout pour bien canaliser les promeneurs, un grand panneau d'explications sera apposé au départ, vers le parking du golf, avec cartes et textes. Les itinéraires balisés et fléchés séparément pour que chacun s’y retrouve. (...)
D’ici à la fin de l’été, touristes et habitants de Talloires pourront juger par eux-mêmes de l'efficacité de ce plan dont ils sont les meilleurs garants. La sauvegarde du site passe d'abord par une modification de nos habitudes."
Sylvie Bollard
Le Messager du 9 juillet 1993 - (voir page 95)

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540