Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2 - "Sportifs profiteurs ?"

La pratique du sport en milieu naturel

Quelle compatibilité avec la protection de l'environnement ?

Philippe Charretton

Texte intégral

Philippe Charretton,

Ingénieur du Génie Rural des Eaux et des Forêts

1N.D.L.R. L'exposé du conférencier a été illustré par une série de diapositives et de transparents qu'il n'a pas été possible de réutiliser dans le cadre de la publication de l'U.S.E. En outre, ce mode d'exposition explique le ton et le style qui caractérisent le texte qui suit.

Introduction

2L'exposé que je vais vous proposer me permet de donner un avis à deux titres :

  • Je suis titulaire d'un Brevet d'Etat d'Educateur Sportif,

  • Je suis ancien gestionnaire de milieux naturels (O.N.F. région parisienne).

3L'objectif de ma communication est d'essayer d'appréhender les différentes activités sportives ayant une interaction sur le milieu naturel et de tenter d'apprécier leur impact sur les éléments constitutifs de ce milieu.

L'avènement des activités sportives de pleine nature

4La pratique sportive a fortement évolué en 100 ans (l'âge d'exploitabilité d'un chêne est de l'ordre de 200 ans) :

5* Le sport moderne naît au 19ème siècle en Grande-Bretagne, dans les écoles et les universités (milieux favorisés). On peut lui reconnaître plusieurs fonctions.

  • Rôle éducatif,

  • Valeur morale,

  • Nationalisme

6(Voir le film " Les Chariots de Feu " sur les J.O. de Paris).

7En France, dès le début, on assiste à une promotion du sport de pleine nature.

8La pratique sportive est avant tout le fait d'une élite, peu de pratiquants et éthique très forte : culte de l'effort, beauté du geste, fair-play.

9* Evolution du mode de vie avec, progressivement, plus de temps libre (congés payés, réduction de la durée du travail), démocratisation de la pratique sportive, sport de masse.

10Pratique de sports collectifs ou individuels.

11De la masse des pratiquants doit surgir l'élite sportive, vitrine et publicité de la discipline sportive : une grande victoire crée un engouement pour la discipline et augmente le nombre de licenciés.

12La compétition tient un grand rôle, se pratique dans un cadre institutionnel (association loi 1901, fédérations) et se pratique dans un milieu artificiel (stades).

13* Enfin survient le boom sportif des années soixante-dix.

Figure 1. Les activités sportives
(d'après E. Thill, R. Thomas et J. Caja : Manuel de l'éducateur sportif, Paris : Vigot, 1976)

14- Développement notable du sport, mais de manière sélective, selon les disciplines.

15- Préférence pour les sports pratiqués pour le plaisir, sport de détente et de loisirs

16(Opposition bien tranchée par rapport au sport de compétition).

17- Progression plus nette pour les sports individuels (Opposition par rapport aux sports collectifs)

18avec, en plus, émergence du concept de sport individuel pratiqué en groupe (alpinisme, plongée sous-marine).

19- Augmentation de la pratique sportive hors des organisations et des fédérations, particulièrement pour des pratiques sportives se déroulant facilement dans la nature.

20Notons que certaines nouvelles disciplines ne sont pas représentées (rafting, canyoning, VTT).

21Dès la fin des années soixante-dix et dans le courant des années quatre-vingt, on assiste à un renouvellement des tendances. On peut également identifier plusieurs facteurs explicatifs.

  • Nouvelle éthique : culte du corps, entretien physique (lié avec l'élévation du niveau de vie).

  • Nouvelles aspirations.

  • De plus en plus de sportifs occasionnels.

  • Recherche de l’exploit personnel, exploration, liberté... On ne privilégie plus directement l'effort et l'ascétisme.

  • Autonomie - contact avec la nature "apprivoisée".

Figure 2. Les causes du développement des loisirs
(d'après Pierre Chazaud)

22Pour résumer cette perspective, nous avons emprunté un schéma à Pierre Chazaud.

Les milieux naturels

23Pratiquement tous les milieux naturels sont utilisés pour les activités sportives. Dans la pratique, il serait plus judicieux de parler de milieux anthropisés à des degrés divers.

24On peut classer ces milieux selon plusieurs critères.

25* Classification géographique sommaire distinguant :

  • les milieux aquatiques,

  • les milieux terrestres éventuellement subdivisés en milieux ouverts (prés, cultures et landes) et milieux fermés (forêts),

26Cette classification, un peu simpliste, ne prend pas en compte les variations de ces milieux selon les conditions écologiques auxquelles ils sont soumis (altitude, climat...).

27* Classification plus scientifique, distinguant des écosystèmes différents (interaction du milieu physique et du milieu biologique : faune et flore).

28A titre d'illustration, nous donnerons le schéma qui suit.

Figure 3. Sentier Educatif du bois de Lann Ar Warem.
Commune de Pleumeur Bodou - Conservatoire du Littoral

29Dans ce cas, on pourrait pratiquement individualiser chaque milieu comme étant un écosystème différent : forêt de plaine, forêt de montagne, prairies...).

30Pour notre propos, on retiendra une répartition en grands ensembles, plus ou moins comparables, dans lesquels s'exercera la pratique sportive, et on essayera d'en faire ressortir les points dominants (sensibilités, points forts).

a) Les milieux aquatiques.

31On va distinguer trois types de milieux aquatiques :

32* Les grandes étendues d'eau (mer, lacs, plans d'eau).

33Milieu relativement calme, propice aux activités nautiques et sous-marines.

34Problème du renouvellement des eaux parfois très faible (il est de l'ordre d'une centaine d'années pour la Méditerranée) d'où une sensibilité accrue aux diverses pollutions.

35Richesse biologique (faune et flore) sauf dans le cas de plans d'eau artificiels, mais localisation dans les vingt premiers mètres essentiellement (zone la plus perturbée par les activités sportives).

36* Les eaux courantes (torrents, rivières et fleuves).

37Milieu en perpétuel renouvellement.

38Sites souvent grandioses procurant un attrait supplémentaire (gorges, abords des rivières).

39Sites parfois fortement perturbés par les activités humaines (barrages, centrales électriques nucléaires ou microcentrales, irrigation, rejets).

40Souvent conflit d'usage : droit de l'eau (irrigation), pêcheurs, sportifs (conflit pêcheurs - kayak sur la vallée de la Loue dans le Jura, rivière réputée pour ses truites et ombres communs, d'où arrêté préfectoral restreignant la pratique du kayak).

41C'est le lieu prédestiné pour toutes les activités d'eaux vives : kayak, rafting, nage en eaux vives.

42* Les zones humides (marais, tourbières).

43Secteurs très riches du point de vue écologique (flore et faune particulière, parfois relictuelle comme dans les tourbières).

44Souvent perturbées par l'agriculture (assèchement).

45Ne constituent pas à proprement parler un milieu utilisable pour le sport, mais il peut y avoir transit.

b) Les milieux terrestres.

46Comme précédemment, on va distinguer plusieurs types de milieux :

47* Les zones agricoles.

48Milieux très artificialisés destinés à subvenir aux besoins des populations : soit labourés (cultures spécialisées), soit surfaces maintenues en herbe (prés de fauche ou pâturages) mais réduction de la diversité floristique au profit des espèces les plus intéressantes du point de vue fourrager ou les plus appétentes (sélection naturelle par pâturage).

49Importance relative des modes de cultures variable selon l'altitude, la topographie, le climat (il est plus facile de travailler les terrains plats par exemple).

50Les terrains labourés diminuent avec l'altitude et laissent la place aux pâtures.

51Plusieurs menaces pèsent sur ces secteurs :

  • Pression foncière importante à proximité des centres urbains (création des villes nouvelles en périphérie de Paris sur des terres de très bon rendement agricole...),

  • Risques de désertification (appauvrissement et même stérilisation sols) par usage trop intensif,

  • A l'inverse, dans certaines régions risque d'abandon pur et simple des terres (problème lié à la mise en jachère de la Politique Agricole Commune)

52Pour les terrains labourés, sauf atterrissage fortuit de parachute ou autre, pas d'usage pour le sportif, mais zone de transit (utilisation des infrastructures routières en particulier pour VTT, équitation, randonnée).

53Pour les terrains en herbe, comme apparemment il semble s'agir de milieu naturel, ils sont plus fréquentés surtout en zone de montagne (vol libre, randonnées diverses et enfin ski).

54* Les zones boisées.

55La forêt couvre 25 % du territoire national mais, contrairement aux idées reçues, elle n'est pas naturelle, mais issue du travail de l'homme depuis plusieurs siècles :

  • Choix des essences les plus appropriées :

    • Feuillus en plaine (dominante du chêne, du hêtre),

    • Résineux en montagne (sapins, épicéas, pins).

  • Choix du mode de traitement.

56- plus du quart de la forêt française est gérée par l'Office National des Forêts (O.N.F.), produisant la plus grande partie du bois commercialisé,

57D'où une forêt régulièrement exploitée, avec de grands arbres et une évolution vers une certaine monospécificité.

58- moins des trois quarts de la totalité de la forêt est privée, et moins bien entretenue,

59D'où une forêt souvent plus riche en espèces arboricoles et présentant une plus grande hétérogénéité dans la taille (compétition naturelle plus importante).

60Elle présente des faciès assez variés, liés aux essences différentes (feuillus en plaine, résineux en montagne).

61Elle assume plusieurs rôles : production de bois, protection contre les risques naturels (avalanches), accueil du public, préservation de la faune sauvage.

62Milieu fermé, concurrence importante, les zones de lisières sont alors les plus riches (passage et liaison entre deux milieux très différents : le bois et l'espace prairial ou cultivé) d'où rôle prépondérant des clairières.

63Menaces importantes près des agglomérations :

  • Pression foncière pour y installer des équipements sportifs.

  • Lieu de passage préférentiel pour les infrastructures linéaires (autoroutes, TGV).

64Sinon, de façon globale, la forêt est plutôt en progression (de plus, la réforme de la Politique Agricole Commune incite au reboisement des terrains agricoles) et les catastrophes climatiques (tempêtes) font partie de la vie normale de la forêt (exception toutefois des incendies dans le Sud de la France, qui mettent en péril les peuplements et font progressivement évoluer la forêt vers un maquis).

65C'est le lieu d'un grand nombre d'activités sportives, lieu de découverte et d'aventure (perception comme "nature sauvage").

66Cependant on parlera d’un certain antagonisme avec peur du milieu forestier (peu de gens en dehors des chemins...), et volonté d'avoir une nature plus ou moins équipée pour s'y sentir en sécurité...

67* Les zones de transition

68Ce sont des milieux de transition entre deux mondes différents. On va donc retrouver une zone littorale (transition milieu aquatique et milieu terrestre) et une zone dite de "combat" correspondant à la limite supérieure de la végétation (limite milieu terrestre vivant et milieu minéral).

69On va trouver plusieurs aspects :

  • Dunes littorales (côtes sableuses),

  • Landes (côtes rocheuses),

  • Roselières (rives plans d'eau),

  • Pelouses, évolution naturelle vers la forêt bloquée du fait des conditions de vie trop rudes (montagne).

70Milieux fragiles du fait des contraintes naturelles très fortes (embruns salés, vents violents, températures, fluctuation niveau d’eau), colonisés très lentement (et donc reconstitués très lentement) avec des espèces souvent très spécialisées (adaptation au milieu très forte).

71De ce fait, un milieu très riche, écologiquement parlant.

72Milieu très menacé, car de par sa position, zone de transit important (accès milieu marin et lacustre, ou accès à la haute montagne) :

  • Dégradation par la surfréquentation (cas des dunes avec création de cheminement sauvage remettant en cause la stabilité des dunes) ;

  • Pratiques sportives inadaptées (Enduro du Touquet dans un milieu dunaire stabilisé ou passage de 4x4 en montagne sur des pelouses fragiles).

73* Le milieu minéral - haute montagne

74Milieu totalement minéral, au-dessus de la limite de la végétation.

75Il existe encore certaines espèces végétales mais très localisées et très particulières (lichens) et une faune encore abondante (grand gibier, avifaune) pour laquelle ce milieu est un refuge.

76C'est essentiellement le domaine de l'Alpinisme.

La compatibilité des activités avec le respect de l'environnement

77Grossièrement il est possible de distinguer trois catégories de sports en fonction de leur impact sur l'environnement :

  • Pratique en milieu non naturel (stades, tennis, piscine) ;

  • Pratique en milieu naturel avec impact fort (golf, ski) ;

  • Pratique en milieu naturel avec impact faible (sports nautiques, VTT, vol libre...).

78Pour chacune de ces catégories, nous allons essayer de mieux appréhender les aspects néfastes de ces pratiques sur l'environnement à l'aide de quelques exemples particuliers (disciplines les plus contraignantes).

a) Pratiques sportives en milieu non naturel

79Ces disciplines s'exercent dans des lieux parfaitement circonscrits et totalement artificialisés (et on peut même parler de milieu clos déconnecté de la nature) : stades, terrains de tennis, piscines.

80Paradoxalement, certains sports, à l'origine pratiqués en extérieur, peuvent trouver des variantes adaptées à ce nouvel environnement :

  • Mur d'escalade, issu des techniques d'escalade ;

  • Piste de ski artificielle et urbaine (Japon) ;

  • Plongée-sous-marine en piscine (hockey subaquatique).

81L'Ile-de-France, sans accès à la mer, est la première région pour les licenciés de la Fédération Française d'Etudes et de Sports Sous-Marins (25 % environ des licenciés).

82On ne peut pas parler alors d'impact de la pratique sportive sur l'environnement, mais la création des équipements sportifs est par contre parfois source de nuisances.

83* En milieu urbain, de telles réalisations posent essentiellement des problèmes d'ordre architectural (intégration dans le bâti existant) et, en conséquence, une intégration est toujours assez aisée à trouver.

84Par ailleurs ces installations peuvent participer au réseau d'espaces verts (trame verte) des grandes agglomérations

85* Par contre, en milieu naturel périurbain, il s'agit d'une destruction irréversible de la nature au profit d'équipements de loisirs.

86La Forêt domaniale de Meudon (Hauts-de-Seine) proche de Paris (5 à 15 kms du périphérique) a fait — et fait toujours — l'objet de pression pour y installer de tels ouvrages : dix stades occupent les différentes clairières (dont on a évoqué l'importance du point de vue écologique) et ont conduit à prélever plusieurs dizaines d'hectares de forêt (la surface totale de la forêt étant de 1 100 hectares, d'où 5 à 10 % de la superficie consommés pour le sport).

87Outre leur implantation, ces bâtiments induisent des équipements annexes (routes d'accès et parking) utilisant encore de l'espace, créant une circulation automobile au cœur d'un espace vert et provoquant des pollutions (atmosphériques et sonores) incompatibles avec le maintien du chevreuil par exemple.

b) Pratiques sportives en milieu naturel - impacts forts

88Il s'agit ici de sports se déroulant au contact de la nature, mais qui nécessitent des aménagements très importants.

89On se contentera de détailler deux exemples : le ski et le golf.

90* Le Golf

91Contrairement à certains de mes collègues forestiers, je ne pense pas que la création de golfs soit l'avenir de la forêt (ceci mérite d'être souligné car le propos a été très sérieusement tenu et écrit dans des publications de travaux publics...).

92En effet, au même titre qu'un stade, il s'agit d'une modification du milieu naturel (même si on peut considérer qu'elle est dans ce cas réversible), d'une privatisation d'un espace libre au profit d'une minorité (même si le golf est un sport en expansion).

93- Dans certains cas, l'emprise peut être très importante comme dans le cas de la forêt domaniale de Versailles dans les Yvelines où le golf de la Boulie (Open de France) a prélevé plusieurs dizaines d'hectares dans un petit bois (Bois des Gonards) perturbant les liaisons Nord-Sud de la faune.

94- Si parfois le boisement est préservé, l'implantation d'un terrain de golf peut cependant avoir des répercussions directes ou indirectes sur l'environnement :

  • Perturbation de la nappe phréatique (besoin en eau important pour l'entretien du golf) pouvant nuire à d'autres peuplements.

  • Rejets des projets d'infrastructures dans d'autres milieux naturels.

95C'est le cas avec le tout nouveau terrain de la Fédération Française de Golf (à Saint-Quentin-en-Yvelines) où la réalisation des terrains (malgré les annulations des décisions préfectorales) a compromis la seule variante des projets autoroutiers qui pouvaient préserver les forêts du secteur. En conséquence, l'autoroute qui sera prochainement construite devrait traverser un massif très important pour l'équilibre local et franchir un étang très riche en avifaune.

96* Le Ski (précisons le ski de piste surtout)

97Son action sur l'environnement va se traduire de deux manières : par ses équipements (stations et remontées mécaniques) et par la pratique journalière.

98- La pratique du ski de piste induit un équipement considérable de la montagne (milieu minéral, prairies, forêts) avec :

99- la création de stations nouvelles (Avoriaz en Haute Savoie, par exemple).

100D'où un changement irrémédiable de l'affectation du sol (imperméabilisation en particulier) et création des accès amenant également des impacts négatifs (visuels, perturbation de la faune, destruction de la flore montagnarde souvent particulière, risques naturels),

101- la mise en place de remontées mécaniques, de téléphériques, posant les mêmes problèmes que précédemment,

102- la création des pistes de skis avec, le plus souvent, ouverture de tranchées dans le manteau forestier créant un morcellement du peuplement avec risques :

103Réduction espace vital nécessaire aux animaux (cinquante ha pour chevreuil, cent ha pour le cerf et six à huit cents ha pour l'ours).

104Suppression de l'ambiance forestière nécessaire à une bonne stabilité forestière (régénération possible).

105Déclenchement d'avalanches, de chutes de pierre que la forêt empêchait jusqu'alors.

106Déforestation totale, à terme, les nouvelles lisières ainsi créées artificiellement induisant un dépérissement des arbres de bordures.

107De plus ces équipements qui peuvent être appréciés en hiver (et qui apparaissent alors comme cohérents avec l'environnement), sont particulièrement choquants en été (montagne littéralement zébrée, plus d'impression de nature sauvage), cela pour satisfaire les 7 % de la population française qui bénéficient des sports d'hiver.

108Il faut cependant remarquer que, depuis la création des premières remontées mécaniques (autour de 1935-1939), ces pratiques ont évolué, à la fois positivement et négativement :

  • positivement, car après les stations de toutes pièces, liées à un équipement anarchique de la montagne, on revient à un développement plus soucieux de l'intégration (stations villages),

  • négativement, car alors qu'auparavant le ski se déroulait s'il y avait de la neige, aujourd'hui les canons à neige permettent quatre mois de pratique, mais avec un impact sur la végétation qui n'est pas accoutumée à un couvert neigeux aussi long (et qui donc en souffre, voire même disparaît).

  • Les pratiquants également provoquent des nuisances :

    • la pratique du ski sur des couches de neige trop faibles amène un arrachement de la couverture herbacée sous-jacente et par la suite engendre des phénomènes d'érosion,

    • le ski en forêt peut provoquer des atteintes aux jeunes arbres (étêtage ou lésions sur écorce par les carres) et peut remettre en cause la régénération.

109En conclusion, on pourrait dire que cette catégorie de sportifs utilise la nature comme une toile de fond mais qu'ils n'en profitent pas.

c) Pratiques sportives en milieu naturel - impacts faibles

110Même si certains équipements sont requis pour la pratique de ces sports, les atteintes à l'environnement sont plutôt le fait des pratiquants.

111On va trouver dans cette catégorie des activités s'exerçant dans les différents milieux recensés précédemment :

Milieu aquatique :

sports d'eaux vives, nautisme, plongée sous-marine.

Milieu "rural" :

équitation, VTT, randonnée.

Milieu montagnard :

vol libre, alpinisme.

112* Le milieu aquatique :

  • En ce qui concerne les sports d'eaux vives, outre les problèmes de la création des points d'embarquement/débarquement, souvent assez mal intégrés dans le site, la pratique elle-même perturbe la vie de la faune piscicole (dérangement incessant du poisson),

  • Les sports nautiques (voile ou moteur) posent également problème au milieu marin :

    • rejets de gasoil (véritable mini marées noires), qui associés aux embruns marins détruisent la végétation des côtes (cas de Port-Cros),

    • rejets domestiques (mer = poubelle) se chiffrant en plusieurs milliers de tonnes par an pour la Méditerranée,

    • destruction des fonds sous-marins (ripage des ancres arrachant les herbiers de positoniums et les coraux).

  • Même la plongée sous-marine n'échappe pas aux œuvres destructrices.

113Outre les prélèvements prohibés (corail en particulier) par des plongeurs en bouteilles, le plongeur avec ses palmes est un véritable bulldozer sous-marin, arrachant les organismes fixés aux rochers et/ou les recouvrant de sable (asphyxie).

114* Le milieu "rural"

115Il s'agit d'activités de découverte, de promenade, mais qui, pratiquées de manière trop intensive (surfréquentation) conduisent à des dégradations.

116Par exemple dans la réserve naturelle du Roc de Chère (près d'Annecy), un article du journal Le Messager du 9 juillet 1993 est particulièrement éloquent :

117"Cette forte fréquentation (équitation, VTT et piétons), tant en été qu'en hiver, entraîne des dégradations importantes surtout dans les zones sensibles".

118Dans certains milieux (landes, tourbières), les passages répétés des usagers provoquent un tassement du sol, une disparition de la végétation (création de cheminements sauvages), la création de bourbiers (surtout par les cavaliers) ou de phénomènes d'érosion (VTT).

119Dans les forêts très fréquentées de la région parisienne (Forêt domaniale de Meudon, 1 100 ha et dix millions de visites par an) on constate :

  • dans les secteurs fréquentés, une disparition du tapis herbacé sous les arbres. Par opposition, les enclos de régénération interdits au public renferment une diversité biologique incroyable.

  • dans les zones de VTT (pratique hors-piste) érosion importante (les pneus arrachent la mince couche d'humus et mettent à nu un sol sablonneux qui s'érode dès les premiers orages).

120* Le milieu montagnard

121Les falaises sont le lieu de nidification de nombreux oiseaux, dont le faucon pèlerin, et la pratique de sports — comme l'escalade ou le vol libre — peut être source de dérangement causé à ces animaux dans cette période délicate.

122D'où, dans la vallée de la Loue (Franche-Comté) un arrêté préfectoral interdisant ces pratiques durant la période critique.

123Comme on le constate, même les sports les plus anodins en apparence peuvent, du fait d'une surfréquentation, poser des problèmes pour l'environnement.

Conclusion

124Cette vision des relations sports-environnement a été construite sur un ton volontairement pessimiste et elle ne reflète pas la réalité globale (bien que tous les exemples cités soient réels).

125On doit cependant remarquer que l'engouement pour les sports loisirs amène une augmentation de pratiquants avec des risques de surfréquentation, car il faut bien reconnaître que, malgré des discours où le sportif prône la liberté totale, la pratique montre, à l'analyse, une normalisation de l'usage de l'espace avec des itinéraires constants.

126Il est alors paradoxal de noter que cette volonté d'exercer son activité sportive dans un milieu naturel peut aboutir, à terme, à sa destruction par manque de connaissance de ses exigences.

127Peut-on remédier à cet état de fait ? Pour finir sur une note optimiste je dirai : oui. Mais à deux conditions :

  • Changer l'éthique de ces pratiques, ne plus vouloir lutter et conquérir la nature, mais se fondre en elle pour mieux en profiter,

  • Apprendre, au même titre que les techniques sportives, les exigences du milieu naturel afin de le respecter.

128Pour cela il me paraîtrait souhaitable que, dans la formation des cadres (fédéraux ou d'Etat), ces notions soient développées afin que les intéressés puissent par la suite les enseigner aux pratiquants. C'est à ce prix que sport et environnement pourront se réconcilier et que les sportifs pourront revendiquer le titre de défenseur de la nature.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les activités sportives(d'après E. Thill, R. Thomas et J. Caja : Manuel de l'éducateur sportif, Paris : Vigot, 1976)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 2. Les causes du développement des loisirs(d'après Pierre Chazaud)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 3. Sentier Educatif du bois de Lann Ar Warem.Commune de Pleumeur Bodou - Conservatoire du Littoral
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search