Versione classicaVersione mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2 - "Sportifs profiteurs ?"

L'impact des activités physiques de pleine nature sur le milieu naturel

L'exemple des sports d'eau vive

Jean-Pierre Mounet

Testo integrale

Jean-Pierre Mounet,

Maître de Conférences à l'UFRAPS de Grenoble

1Les Activités Physiques de Pleine Nature ont connu un développement considérable ces dernières années :

  • d'un point de vue quantitatif avec une forte croissance du nombre de pratiquants sportifs liée à l'engouement actuel pour la nature,
  • d'un point de vue qualitatif avec une démultiplication des activités ayant pour cadre le milieu naturel.

2Cette démultiplication de spécialités sportives a pour corollaire un investissement du milieu naturel qui peut être perçu comme massif par certains. Ces engins qui glissent, roulent et planent ne risquent-ils pas de permettre une pénétration massive de l'homme dans des milieux qui lui étaient jusqu'alors inaccessibles ?

3D'ailleurs, l'émergence de conflits d'utilisation entre usagers traditionnels et pratiquants sportifs, d'une part, entre pratiquants d'activités sportives différentes, d'autre part, n'est-elle pas le témoin, l'indice d'une forme de sur fréquentation sportive de la nature ?

4La question est donc celle de l'impact de ces activités sur le milieu naturel. A partir des résultats d'un travail réalisé sur les activités sportives d'eau vive, qui correspond au volet "environnement" d'une étude interdisciplinaire, je vais essayer de répondre à cette question sans toutefois aborder l'aspect biologique qui est assez technique et spécialisé. Ce volet "environnement" a été traité par le laboratoire RESACT Sport de l'U.F.R.A.R.S de Grenoble.

5D'autre part, j’essaierai d'élargir la réflexion à l'ensemble des Activités Physiques de Pleine Nature (ou A.P.P.N.) à partir de ces résultats sur l'eau vive, et de proposer des débuts de réponses globales au problème de leur impact sur le milieu naturel.

6Répondre a priori à cette question sur l'impact des Activités Physiques de Pleine Nature sur le milieu naturel est difficile et fort complexe car ce sont des activités diffuses dont l'analyse est délicate.

7Il faut donc segmenter la réalité pour pouvoir appréhender cet impact :

  • selon le type d'activité (contenus différents),
  • selon le type de pratiquants sportifs,
  • selon le type de milieu utilisé caractérisé par :
  • des facteurs purement physiques,
  • l'existence ou non d'un aménagement spécifique

8Quelles sont les Activités Physiques de Pleine Nature concernées ? Cette liste est indicative, ouverte et non exhaustive car de nouvelles activités apparaissent sans cesse ; elle ne sert qu'à préciser les disciplines sur lesquelles s'est appuyée ma réflexion. Dans leur ensemble, les A.P.P.N. rassemblent : l'alpinisme, le canyoning, l'escalade, le jogging, la planche à voile et la voile, les randonnées (pédestre, alpine, nordique, équestre...), le ski alpin et autres disciplines des domaines skiables, le ski de fond, les sports d'eau vive, le vélo tout terrain, le vol libre.

9Dans le cas des sports d'eau vive, ce terme générique — d'A.P.P.N. — recouvre plusieurs activités dont les contenus sont à la fois très différents par les engins qu'elles utilisent, et très proches par le milieu de pratique sportive qui est le même :

le canoë-kayak

- le plus ancien et le plus connu,

le rafting

- c'est un radeau gonflable dirigé par un barreur qui emmène des passagers,

la nage en eau vive

- qui consiste à descendre les rivières à la palme muni d'un flotteur servant aussi de bouclier,

le kayak-raft ou hot-dog

- qui est un canoë gonflable, intermédiaire entre kayak et raft (1 ou 2 personnes), et beaucoup plus facile techniquement que le kayak,

le tubing

- c'est une grosse bouée maniée avec une pagaie mais ce sport est encore confidentiel.

10Le contenu de l'activité détermine le type d'impact sur le milieu. Pour toutes les activités d'eau vive, l'impact a lieu quand il y a piétinement ou raclage du fond de la rivière.

11De ce fait, on peut citer quelques facteurs de l'activité qui ont une incidence sur cet impact :

  • plus le tirant d'eau de l'engin utilisé est faible et moindre est l'impact. Le tubing est, de ce point de vue, l'engin qui permet de passer dans une très faible lame d'eau,
  • plus un engin est manœuvrable et moins il engendrera des erreurs de navigation. Ainsi, le tubing, très peu manœuvrable, est souvent caractérisé par des comportements de raclage tout le long des bords de la rivière,
  • la difficulté technique induit des erreurs durant l'apprentissage qui peuvent se traduire, par exemple, pour le kayak, par des piétinements pour regagner la rive avec son bateau,
  • la position à l'arrêt des nageurs en eau vive — à genoux ou debout — induit des brassages du substrat (notamment à cause des palmes).

12Il est de même pour toute activité dont le contenu particulier induit un type d'impact particulier sur le milieu naturel.

13La seconde segmentation porte sur le type de pratiquant sportif. On trouve généralement trois grandes catégories qui se répartissent de façon inégale selon l'activité considérée.

14* les "experts", totalement autonomes qui représentent une infime fraction de la masse des pratiquants sportifs. Ils ont une connaissance approfondie de leur activité, du milieu de leur pratique sportive et, le plus souvent, des sites qu'ils fréquentent.

15* les "touristes indépendants", de niveau moyen, qui ont une autonomie limitée et qui ne connaissent pas le site. Ils utilisent des topoguides pour pallier leur manque de connaissance de la région et se guider dans le milieu naturel.

16* Les clients des structures commerciales qui sont entièrement dépendants de celles-ci. Ils sont encadrés en raison de leur manque total de compétence dans l'activité, car ils n'ont aucune autonomie.

17Dans le cas de l'eau vive, les experts sont, comme dans toutes les Activités Physiques de Pleine Nature, très peu nombreux. Cette catégorie est constituée pour une bonne part par des membres des clubs d’eau vive proches géographiquement ou venant régulièrement sur le site.

18Les touristes indépendants sont plus nombreux mais la très grande masse est constituée par les clients des structures commerciales qui ont connu un développement spectaculaire ces dernières années. D'une façon générale, on connaît mal la répartition des pratiquants sportifs dans les trois catégories. Cependant, les pratiquants sportifs des Activités Physiques de Pleine Nature sont peu liés aux fédérations sportives. Le rapport nombre de pratiquants sportifs/nombre de licenciés, qui, tous sports confondus, se situerait à environ 4/1 selon l'enquête de l'I.N.S.E.P. (1987), oscille dans ce cas entre 6/1 et 20/1, selon les auteurs.

19Pour illustrer ce propos, le projet de développement (1992) de la Fédération Française de Canoë-Kayak & Disciplines Associées compte 25 000 licenciés et 88 000 occasionnels (licence de découverte de l'activité). Or, nos estimations du nombre de clients des structures commerciales sur le seul tronçon : Saint-Clément Embrun, de la Durance (17 km), se situent au-dessus de 80 000 personnes/an. C'est dire l'ampleur du phénomène commercial qui devrait, logiquement, être à l'origine du plus fort impact sur le milieu naturel.

20En fait, cette double segmentation par activité et par type de pratiquants est à moduler car ces deux variables ne sont pas indépendantes dans le cas de l'eau vive (mais aussi d'autres activités). Le schéma de la page suivante permet de visualiser les corrélations entre les variables "activité" et "pratiquants".

21Seul le kayak est bien représenté parmi les touristes indépendants tandis que le rafting, le kayak-raft, le tubing et la nage en eau vive ne comportent presque que des clients des structures commerciales.

22Le 3ème segment est représenté par les facteurs liés au milieu de pratique sportive. Il s'agit, en quelque sorte, de l'offre de ce milieu.

23- Les facteurs purement physiques ont un rôle important dans la mesure où ils conditionnent l'activité et le nombre de pratiquants sportifs. Les rivières touristiques ne sont en aucun cas comparables à la haute rivière qui n'est accessible qu'aux experts. Mais, dans les classes intermédiaires, certaines difficultés provoquent systématiquement des erreurs de trajectoire chez les pratiquants de niveau moyen, ce qui induit un fort impact sur le milieu dans la zone concernée.

Corrélations entre les variables "activités" et "pratiquants"

24- Le type d'aménagement du milieu est porteur de conséquences importantes sur l'impact potentiel sur le milieu naturel.

25Si on se réfère à la liste des activités, il existe trois grands types de milieu naturel correspondant à des espaces sportifs :

  • le ski alpin est lié à un aménagement spécifique, le domaine skiable,
  • les randonnées se déroulent généralement sur des itinéraires balisés,
  • le vol libre, l'eau vive, le jogging, par exemple, sont qualifiés traditionnellement d'activités "libres" et sont censés se dérouler sans aucune contrainte dans un milieu ouvert.

26Or, nous venons de voir qu'en ce qui concerne l'eau vive, la grande masse des pratiquants sportifs est représentée par les clients des structures commerciales. Qu'en est-il des aménagements permettant l'accès du plus grand nombre à un milieu aussi variable que la rivière ?

27Tout d'abord, il existe des stades d'eau vive ou rivières artificielles. Ils sont perçus par les moniteurs et les membres des clubs comme un mal nécessaire qui doit impérativement rester localisé. Destinées à l'entraînement, ces structures ne sont pratiquement pas fréquentées pour le loisir. Les clients des structures commerciales, quant à eux, ne sont pas prêts à acheter des produits se déroulant dans un tel cadre car ils sont motivés exclusivement par une activité de pleine nature.

28L'enquête effectuée auprès des moniteurs d'eau vive a mis évidence un certain nombre de points qui font l'unanimité :

  • la rivière est un milieu naturel qui ne doit en aucun cas être modifié pour la pratique de l'eau vive, même commerciale ;
  • c'est un milieu à risque dont les imperfections et les difficultés font évidemment le charme ; toute rivière recèle des dangers potentiels, même pour les moniteurs, et une reconnaissance préalable ou une prise d'information est toujours nécessaire avant de se risquer dans un cours d'eau inconnu ;
  • mais la rivière n'est pas dangereuse du tout pour les clients qu'ils encadrent dans la mesure où elle est sécurisée par eux.

29L'absence d'aménagement de ce milieu aléatoire est en fait palliée par l'existence de trajectoires stéréotypées que répètent sans cesse les groupes et embarcations.

30Chaque structure d'eau vive a ainsi élaboré implicitement un produit standardisé avec des trajectoires et des arrêts identiques pour l'ensemble des moniteurs de la structure (sauf urgence ou imprévu).

31Cette standardisation de l'activité provient de plusieurs causes :

  • les trajectoires sont essentiellement dictées par le milieu physique,
  • les arrêts favorables se sont répartis tacitement entre les différentes structures car ils ne peuvent accueillir qu'un nombre limité de personnes ou d'embarcations,
  • il est impératif d'économiser temps et énergie grâce à une carte mentale d'une grande précision permettant d'anticiper les difficultés et les erreurs des clients (qui sont, par définition, inexpérimentés),
  • la sécurité, notamment en ce qui concerne d'éventuels objets immergés, ne peut être assurée que sur des trajectoires parfaitement connues et reconnues car la rivière transporte sans cesse de nouveaux matériaux.

32Contrairement au présupposé de départ, l'investissement de la rivière n'est donc pas diffus mais focalisé en certains points sous forme d'une forte charge. Ces lieux peuvent être répertoriés, et ils sont donc analysables.

33De larges zones (correspondant à la plus grande part de la rivière) restent hors de l'influence des clients des structures commerciales, ce qui diminue notablement leur impact sur le milieu naturel, alors même que ce type d'activité draine la plus grande partie des pratiquants sportifs d'eau vive. Les premiers résultats des études biologiques sur les invertébrés et sur les poissons semblent d'ailleurs corroborer cette conclusion.

34Qu'en est-il des "touristes indépendants" ? Leur comportement se rapproche de celui des clients des structures commerciales. De niveau moyen et ne connaissant pas la rivière, ils se contentent d'exploiter les trajectoires et les arrêts les plus évidents. Ne connaissant pas les lieux, ils ont recours à un topoguide dont il n'existe que très peu de versions. De ce fait, les embarquements et les débarquements sont toujours les mêmes et correspondent à ceux des commerciaux. On a ainsi l'impression qu'il existerait des "portes d'accès" à la rivière.

35Il existe donc, là encore, une certaine standardisation de l'activité qui renforce notre précédente conclusion.

36Enfin, qu'en est-il des "experts" qui, dans le cas de l'eau vive, appartiennent souvent à des clubs locaux ? (et je traiterai donc le cas des clubs en même temps).

37Un très bon niveau de pratique sportive allié à une connaissance parfaite du milieu et souvent du site lui-même leur permet un investissement total de la rivière. La moindre configuration est exploitée.

38D'autre part, les clubs assurent une progression technique des membres de leur club. Cela se traduit par des séances d'apprentissage sur des tronçons légèrement au-dessus des possibilités techniques du groupe avec pose de sécurités actives (personnes placées aux points difficiles munies de cordes et aidant à récupérer kayaks et kayakistes).

39Tout cela entraîne un piétinement de toutes les zones normalement inaccessibles.

40Le bilan de l'action des clubs sur le milieu est globalement négatif (et on peut le regretter...) dans la mesure où ils font subir à l'environnement une pression extrêmement forte.

41Il est donc heureux, de ce point de vue, que la catégorie des experts (et des clubs) soit celle qui regroupe le moins de pratiquants sportifs.

42Le modèle sportif qui prône une progression technique, un dépassement du soi et de ses limites va donc à l'inverse de ce que l'on pourrait préconiser pour amortir l'impact sur le milieu naturel.

43Est-il possible d'élargir ces conclusions à l’ensemble des Activités Physiques de Pleine Nature ?

44Le phénomène de standardisation de l'activité du plus grand nombre me semble une réalité pour la plupart des Activités Physiques de Pleine Nature.

45Il provient, me semble-t-il, pour les pratiquants ayant une certaine autonomie, de deux origines distinctes :

  • les facteurs du milieu physique de pratique sportive sont tels qu'ils induisent des cheminements plus faciles ou plus agréables (les sentiers pour le VTT par exemple) ou encore des accès préférentiels (planche à voile en lac) ;
  • le milieu, quand il est variable, aléatoire et mal connu, effraie le plus grand nombre qui se réfugie dans des routines déjà éprouvées et sécurisantes.

46A ce propos, j'ai pu constater que les étudiants de l'UFRAPS, quand je les emmène en stage d'eau vive, présentent ce type de comportement. Chaque fois que la rivière le permet, je laisse le groupe chercher librement sa trajectoire. Il suffit alors qu'une erreur soit commise lors de la première descente (passage dans un bras secondaire ou arrêt inapproprié) pour qu'elle soit reprise systématiquement lors des descentes suivantes alors même que l'ouvreur est différent et que chaque étudiant est conscient, a posteriori, qu'il s'agit bien là d'une erreur. Et, donc, malgré un apprentissage visant une autonomie maximale, la routine reste, malgré tout, une attitude refuge face à un milieu difficile.

47D'autre part, on assiste pour l'ensemble des Activités Physiques de Pleine Nature — comme nous l'avons vu — à une explosion du nombre de pratiquants sportifs et de disciplines. Quelles sont les relations entre ce nombre de pratiquants, le type d'espace sportif utilisé et la standardisation de l'activité ? Y a-t-il une corrélation possible entre un milieu libre mais "standardisé", un milieu balisé et un milieu aménagé ?

48En fait, pour l'ouverture de la nature au plus grand nombre, ces trois modalités ont une même finalité : simplifier le plus possible un milieu complexe, le sécuriser et le rendre accessible.

49Il s'agit donc bien dans ces trois cas d'un processus analogue, d'une certaine standardisation de l'espace sportif pour le plus grand nombre :

  • standardisation active par les cadres sportifs ou par les pratiquants sportifs eux-mêmes dans les espaces "libres" car l’activité sportive "libre" ne concerne qu'une fraction infime des pratiquants sportifs et dans leur activité, qu'une faible fraction du temps de leur pratique sportive.
  • standardisation passive par un aménagement du milieu allant des itinéraires balisés aux aménagements lourds et prenant des formes variées :
    • le simple balisage incitatif canalise déjà la fréquentation sportive, par exemple en randonnée ou en V.T.T.,
    • le traçage des pistes de ski de fond est encore plus efficace,
    • l'équipement des falaises fixe les grimpeurs et, terme ultime, la via ferrata concentre le gros des touristes qui délaissent les zones environnantes,
    • dans le domaine skiable, les transgressions se standardisent avec le hors-piste qui est parfois officiellement fléché, mais qui se réduit toujours à quelques itinéraires pour le plus grand nombre.

50Tout cela accompagne une certaine forme de "massification" du sport et vient tempérer ses effets sur la nature.

51Dernier phénomène venant alléger la pression sur l'environnement, de nombreux pratiquants sportifs ne bénéficient pas d'une initiation aux milieux naturels et aux sites qu'ils fréquentent (initiation qui était l'apanage des associations). Aussi assiste-t-on à une déstructuration de l’activité qui se déroule pour partie ou même entièrement sur des zones aménagées (comme les routes pour le VTT et le jogging par exemple).

52En conclusion, l'impact des Activités Physiques de Pleine Nature sur l'environnement ne peut être nié mais il est moins important que ce qu'on pouvait imaginer a priori grâce aux multiples formes de standardisation secondaire de ces activités.

53Je terminerai en évoquant les conflits d'usage (envisagés lundi matin), qui pourraient être des témoins ou des indices d'une sur fréquentation sportive nocive pour le milieu naturel. Ils me semblent relever de causes plus psychologiques que réelles. Dans le cas de celui qui oppose pêcheurs et pratiquants d'eau vive, l'enquête que nous avons menée met en évidence que rafting et nage en eau vive concentrent l'animosité des pêcheurs alors que le kayak est bien accepté. Il est fréquent, pour les pêcheurs, de dire que les deux premiers ont un impact bien plus fort que le dernier. Or, l'analyse objective conclut que le kayak, pratiqué en club essentiellement, a un impact fort sur le milieu ce qui n'est pas le cas des deux autres activités qui sont pratiquées dans le cadre commercial.

54C'est en fait, parce que le kayak se pratique dans un cadre associatif que les pêcheurs l'acceptent bien car ils sont eux-mêmes regroupés dans des associations. De plus c'est une activité plus ancienne que les deux autres auxquelles on reproche surtout d'utiliser la rivière en termes d’exploitation pour gagner de l'argent.

55Je concluerai sur ce type de conflits en estimant toutefois que les illustrations auxquelles ils donnent lieu ne me semblent pas traduire des indices pertinents pour évaluer une surfréquentation sportive nocive pour le milieu naturel.

Indice delle illustrazioni

Legenda Corrélations entre les variables "activités" et "pratiquants"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13040/img-1.jpg
File image/jpeg, 218k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search