Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2 - "Sportifs profiteurs ?"

Présentation

Pierre Chifflet

Texte intégral

Pierre Chifflet,

Directeur de l'UFRAPS de Grenoble

1"Le sport profite-t-il trop de l'environnement ?"

2Je voudrais, d'abord, rappeler le titre du thème de ce matin : "Sportifs profiteurs ?". Il est bien évident que les organisateurs ont proposé des titres provocateurs. Mais ce titre est fortement adouci par le sous-titre qui introduit une précision complémentaire : "Y a-t-il dans la pratique sportive comme une réponse à l'appel du milieu ?..." Ou plutôt "l'évolution des pratiques sportives ou même les pratiques sportives en elles-mêmes ont-elles un impact sur la transformation du milieu" qu'on appelle habituellement "naturel", qu'il soit campagnard ou urbain ? Je voudrais rappeler ici, très rapidement, deux ou trois faits sur l'évolution des pratiques sportives pour situer le débat.

3Des pratiques physiques existent au xixeme siècle. Elles ne sont pas codifiées et ne se font pas dans des équipements normalisés. Elles utilisent déjà ce que l'on peut appeler le milieu naturel. Au cours du xxeme siècle, le modèle que j'appellerais "fédéral olympique" a été créé à partir d'une influence culturelle anglaise qui a privilégié l'effort sur soi-même et a recherché la performance humaine normalisée. Par rapport au problème qui nous préoccupe, ceci a eu comme conséquence de normaliser les règles de l'organisation du sport, mais aussi les lieux de pratiques. Le sport, au cours du xxeme siècle, jusqu'aux années 1970, a eu tendance à se développer dans des lieux prévus en partie hors du milieu naturel et plutôt aménagés et construits dans les villes. Une première question surgit : l'environnement urbain a-t-il subi une détérioration ou un embellissement, ou une simple restructuration à cause du sport ? On peut prolonger cette interrogation. Les sportifs ont-ils profité de la ville, en ont-ils trop profité ou au contraire ont-ils aidé à la restructurer au niveau social et environnemental ?

4A nous de réfléchir sur cette question générale que j'ai rapidement décomposée, mais il convient évidemment de poursuivre l'analyse. Depuis le milieu des années 1970, d'autres modalités de pratiques sportives se sont développées fortement à côté du modèle "fédéral olympique". Pour simplifier, je rappellerai quelques caractéristiques de ces "nouvelles modalités de pratique sportive".

5La première caractéristique est une minimisation ou une diminution des règles organisationnelles pour des modalités très diversifiées, très variables et donc très difficilement contrôlables. Chacun des individus a un rapport original au milieu ambiant, qu'il s'agisse d'un milieu naturel ou construit. La deuxième caractéristique de ces pratiques, dites "nouvelles", est une forte tendance à utiliser le milieu naturel plutôt que des installations construites, qu'on pourrait appeler artificielles, que sont les stades, les piscines, les gymnases. La tendance observable est donc plutôt de quitter les équipements sportifs pour rejoindre des milieux non aménagés pour le sport. La troisième caractéristique, et je n'irai pas plus loin dans cette présentation, est une tendance à la création d'espaces sportifs en complément des équipements sportifs traditionnels. Par espaces sportifs, il faut comprendre un lieu physique, un lieu géographique, non prévu pour la pratique sportive au départ (contrairement à un stade, un gymnase, une piscine ou un tennis) et qui est investi par des individus d'une signification sociale personnelle ou groupale. Mais chacun apporte son propre symbolisme dans un lieu qui n'était pas prévu pour faire du sport. Ces lieux sont dans les villes : les rues, les squares, les parcs, les trottoirs, les parkings, les murs, les berges...

6Dans la campagne, ce sont les chemins, les rivières, la montagne, les bords de route...

7Ces nouvelles formes de pratiques ont provoqué débats, questionnements ou réflexions, et parfois des frictions traduisant des conflits d'intérêts, réels ou symboliques, ou des sensibilités différentes. J'en rappelle quelques-unes, au hasard.

8Premier exemple : les récents conflits autour du parc naturel du Mont-Pilat entre les défenseurs de la nature et les gestionnaires du parc face à un groupement de ramasseurs de champignons, de joggers, de spécialistes du V.T.T., du 4x4, du trial, les uns défenseurs de l'environnement, les autres défenseurs d'une pratique sportive.

9Deuxième exemple : les discussions portant sur l'impact des Jeux olympiques d'Albertville sur l'environnement ; impact réel, imaginaire ou imaginé, mais qui est le prétexte à mobilisation. On pourrait rappeler ici l'argument qu'utilisent les Suisses pour refuser (par référendum) l'organisation des Jeux olympiques sur leur territoire.

10Troisième exemple : les réflexions des paysagistes, qui, parfois, comparent les tennis privés, entourés de grillage autour des résidences secondaires, à des mini-camps de concentration...

11Quatrième exemple : la construction d'un golf est aussi à l'origine de changements majeurs : en d'autres termes, la modification des essences végétales, la transformation de la faune, une consommation d'eau équivalente à celle d'une ville de 3 000 habitants par an.

12Cinquième exemple : la réflexion architecturale sur les équipements sportifs par rapport à d'autres constructions.

13Dernier exemple : les problèmes de nettoyage de l'Everest qui ont été posés à nouveau cet été puisqu'il se dit que cette montagne prestigieuse a des aspects de poubelle...

14Par rapport à l'environnement, on peut donc se poser de multiples questions sur le rôle que peuvent jouer les sportifs en développant leur activité. A nous d'envisager des réponses, au moins des réflexions construites, pour comprendre le loisir sportif et le sport de compétition. Le sport ne bénéficie-t-il pas trop d'une valeur symbolique telle qu'elle empêche de se questionner sur le fait que les sites sont trop utilisés ou risquent d'être dévastés par des pratiques sportives qui seraient non contrôlées ? Faut-il standardiser tout ou partie de ces lieux de pratiques, solutions envisagées pour limiter un impact trop diversifié ? Faut-il limiter l'accès en nombre à ces sites ? Voilà les séries de réflexions et de remarques qui vont orienter nos débats. Pour commencer et pour apporter encore plus de réflexions et d'informations, je vais donner la parole en premier lieu à Jean-Pierre Mounet, dont l'intervention portera sur "l'environnement vu par un sportif". Ensuite, Philippe Charretton réfléchira sur "le sport vu par les gestionnaires de l'environnement". Mais, avant de laisser la parole au premier conférencier, je dois excuser Bernard Fischesser qui, prévu sur le programme et indisponible pour des raisons professionnelles, sera remplacé ici par Philippe Charretton, lui aussi ingénieur du Génie Rural et qui travaille avec Bernard Fischesser au CEMAGREF.

15Jean-Pierre Mounet est enseignant à l'U.F.R.A.P.S. de l'Université Joseph-Fourier de Grenoble, biologiste de formation et chercheur au sein de l'équipe du laboratoire A.P.S. et Environnement social. Philippe Bourdeau, qui interviendra également au cours des débats pour répondre à des sollicitations ou à des questions, est Maître de Conférences à l'Université Joseph-Fourier et il s'est fortement intéressé aux pratiques sportives de montagne. Avant de terminer, je profite de cette tribune pour vous signaler la sortie du dernier "Dossier de la revue de géographie alpine" qui porte sur les relations entre les nouvelles pratiques sportives et les collectivités locales, notamment rurales.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search