Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1 - "Sommes-nous tous des assassins ?"

Perspectives et premières conclusions

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Jean-Paul Schneider,

Vice-Président de l'U.N.C.U.

Professeur à l'Université de Strasbourg

1L'approche des notions de sport et d'environnement auxquelles nous venons de procéder invite à une première distinction : si le concept d'environnement connote la passivité, — l'environnement est un résultat, un effet — celui du sport connote l'action. En cas de conflit cela semble mettre, presque fatalement, le sport en position d'accusé.

2A vrai dire le terme même d'environnement n'a de valeur que relative. Qui dit environnement renvoie implicitement à un centre par rapport auquel cet environnement est défini comme tel. Michel Bouet l'a rappelé de manière très pertinente, de même qu'il a souligné comment ce terme a supplanté aujourd'hui un certain nombre d'éventuels concurrents du lexique comme "espace", "milieu", "nature". Parmi ceux-ci le mot "nature" mérite d'ailleurs une attention particulière parce que le militant de l'environnement prétend souvent être le défenseur de la "nature". Le mot renvoie certes à un état originel. Mais il est clair que cette origine reste mal connue et qu'elle ne peut être investie que de manière très spéculative, sous forme d'hypothèses pour le moins incertaines. Il faut donc bien prendre conscience de ce fait : la notion de nature est surtout un concept-alibi, outil commode utilisé comme "preuve" dans toutes les polémiques depuis des siècles, tout simplement parce qu'il est susceptible de se charger des significations les plus contradictoires.

3Le fait que l'usage se soit fixé sur le mot "environnement" apparaît finalement comme plutôt satisfaisant dans la mesure où il nous rappelle que dans notre perception du milieu naturel l'homme occupe une place centrale. Il doit la garder aussi dans notre réflexion. L'Environnement est donc un concept relatif, et en l'occurrence relatif à l'homme, ce qui implique que l'environnement ne puisse être conçu qu'en mouvement. Les deux conférenciers que nous venons d'entendre l'ont chacun à sa façon suggéré : l'homme en effet est vivant, et le propre de la vie est de modifier le milieu dans lequel elle se développe. Pendant des millénaires, l'homme en Occident a lutté contre ce qu'on appelait alors les forces de la nature. Il a défriché, il a canalisé, il a asséché, il a irrigué, il a modifié complètement l'aspect, voire l'équilibre des espaces qu'il s'appropriait. Pendant quelques siècles, peut-être un siècle seulement — en gros du milieu du xixème siècle au milieu du xxème siècle — il a pu éprouver l'impression d'avoir atteint une sorte de stabilité parce que le gagnait le sentiment de n'avoir plus rien à craindre de ces forces de la nature, sauf dans les cas — rares et limites — de "catastrophes naturelles".

4Or, depuis une cinquantaine d'années intervient un phénomène tout à fait nouveau : l'homme s'est rendu compte que les conditions mêmes de sa survie sont liées à la gestion intelligente de son environnement. En d'autres termes — et je crois qu'il s'agit là une prise de conscience très récente — nous commençons à mesurer à quel point nous nous menaçons nous-mêmes par notre développement si nous ne le maîtrisons pas totalement.

5Désormais, la définition de l'environnement ne se pose plus de la même façon et la réflexion qui le concerne tend à embrasser la planète dans son ensemble. Une politique de l'environnement qui serait une politique des oasis perd en effet de son sens à partir du moment où il suffit d'un Tchernobyl pour réduire à néant, en un instant, tant d'oasis, que des hommes, patiemment, auront cultivées. Dorénavant, il convient d'aborder le problème de l'environnement en gestionnaire conscient, en homme qui accepte d'introduire dans son raisonnement et dans ses entreprises un paramètre nouveau, celui du temps à longue échéance.

6Nous avons entendu tout à l'heure Michel Clare nous expliquer comment le C.I.O. se préoccupait de ce qu'il devait faire pour les générations futures. La prise en compte d'un avenir, même lointain, surtout lointain sans doute, est une chose dont la réflexion sur l'environnement ne pourra plus faire l'économie dorénavant. Construire le milieu dans lequel nous vivons en pensant à ceux qui nous suivent devient pour nous sportifs une ardente obligation.

7Encore devons-nous nous garder dans notre démarche des mirages que représentent aussi bien le mythe de l'âge d'or — de l'impossible retour vers un paradis perdu — que celui du scientisme, qui croit que la science toujours trouvera le remède aux maux qu'elle engendre et aux pollutions qu'elle génère.

8Face à cette ouverture nouvelle — spatiale et temporelle — qui marque aujourd'hui la pensée sur l'environnement, il me semble que se contenter d'étudier des rapports ponctuels ou locaux entre sport et environnement risque de conduire rapidement à une trop facile bonne conscience. Et il est vrai qu'une piste de bobsleigh pollue peu par rapport à des catastrophes comme celles de l'Amoco Cadiz ou de Seveso. Aussi pourrions-nous être tentés de conclure un peu vite que les sportifs ne sont pas des assassins.

9Or si la réflexion doit se garder de la myopie de l'immédiat, l'action, elle, ne se conçoit efficacement que dans la proximité, mais toujours en fonction de la ligne d'horizon que lui fixe la réflexion. La question importante n'est donc pas de mesurer si telle ou telle activité sportive pollue un peu, beaucoup ou pas du tout, même si un tel examen peut conduire, le cas échéant, à des prises de conscience intéressantes. Mais la vraie question que nous avons à résoudre me semble être celle de la responsabilité que doit prendre le sportif dans la mutation nécessaire de notre rapport à l'environnement, et des actions que dans ce sens il doit entreprendre.

10Pour nous aider dans notre réflexion Michel Clare a rappelé tout à l'heure à quel point sport et environnement étaient liés dans l'histoire. Dès son origine, au xviiième ou au début du xixème siècle, le sport moderne s'est défini en liaison et non en opposition avec la nature. Dans la relation qu'il a laissée de l'un de ses voyages à l'Ile de France ou à l'Ile Bourbon, Bernardin de Saint-Pierre se lance dans une apologie paradoxale et provocatrice pour son siècle. Pour gravir l'un des sommets de l'île d'où il découvre avec volupté un panorama féerique il n'a pas hésité à s'aider non seulement de ses jambes mais aussi de ses bras et de ses mains. Et il s'empresse de noter que ce qui est considéré comme une suprême déchéance par ses contemporains — marcher à quatre pattes comme un animal — lui a procuré un plaisir inoubliable, une sensation de communion profonde avec la montagne dans l'épanouissement de toutes les ressources physiques de son corps. 11 pressentait là ce qui a fait longtemps l'éminente dignité du sportif : le mariage harmonieux de l'homme et de la nature.

11Mais il est vrai qu'aujourd'hui cet équilibre originel est souvent rompu et l'actualité nous en offre des exemples spectaculaires, parfois tragiques. Désormais les sportifs, comme les écologistes, sont obligés de prendre conscience qu'un équilibre, pour naturel qu'il puisse paraître, n'est pas donné une fois pour toutes, mais qu'il faut le conquérir et le construire sans cesse, et que ce que hier ils ont fait à l’échelle du canton, demain ils devront l'entreprendre à celle du continent, voire de la terre entière.

12Et c'est là que le sportif peut jouer, j'en suis convaincu, un rôle décisif, parce que le sport est un langage universel et que ceux qui le pratiquent sont conduits, partout de par le monde, à prendre conscience de l'absolue nécessité d'une maîtrise des comportements. Ils devraient donc être particulièrement bien préparés pour relever le défi qui est lancé à l'homme du troisième millénaire.

13Dorénavant, s'agissant d'environnement, les assassins sont tous ceux qui refusent à la fois cette maîtrise et la reconnaissance de sa vitale nécessité. A condition d'assumer leur responsabilité morale, les sportifs sont peut-être parmi les mieux placés pour les empêcher demain de tuer la planète.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search