Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1 - "Sommes-nous tous des assassins ?"

Pratiques sportives et environnements

Éclaircissement des termes et aperçu de leurs relations

Michel Bouet

Texte intégral

Michel Bouet,

Professeur Emérite à l'Université de Rennes II

1Pendant longtemps, le sport est resté replié sur lui-même, se bornant en quelque sorte à être son propre environnement, petit monde à part, peu connu, mal reconnu des autres. Puis, son expansion l'a amené au contact d'autres milieux humains, auxquels il s'est ouvert et qui se sont ouverts à lui ; et en même temps le sport s'est taillé une place de plus en plus grande et de plus en plus visible, tant dans les environnements naturels (mer, montagne...), que dans les environnements urbains (stades, salles de sport, piscines, etc...). Mais, en contrepartie de cette ouverture environnementale du sport et de sa pénétration à l'intérieur d'environnements de plus larges dimensions et massivement englobants, ceux-ci l'ont pénétré à leur tour, de telle sorte que l'environnement sportif lui-même offre des aspects d'espace investi, envahi, voire annexé par les mondes économique, politique, médiatique, et aussi bien par la mode écologiste suscitée par le souci de l'environnement naturel (mais lequel entraîne, à côté de l'attrait, un régime de normes de protections qui sont contraignantes).

2Ces phénomènes d'envahissement sont largement à l'origine de la crise d'identité que, en maints points, le sport actuellement subit. Les avancées, mais aussi les obstacles que l'on constate à l'interface entre sports et environnements n'existeraient pas ou, en tous cas, ne seraient pas aussi flagrants, si l'activité sportive était restée marginale. C'est son développement manifeste au xxème siècle qui, à la fin de celui-ci, nous les impose. Ils prennent parfois les proportions de véritables conflits qui risquent de fragiliser l'expansion de la culture sportive. Le choix du thème de l'Université Sportive d'Eté, pour son dixième anniversaire, me paraît donc être fort pertinent et pleinement justifié. Je salue sincèrement l'initiative des organisateurs.

3Mais, nous sommes alors exposés à un double danger. D'une part, à nous saisir de difficultés et de problèmes, certes actuels, mais trop ponctuels sur cette interface, nous risquons de focaliser nos efforts sur des points somme toute anecdotiques ; et d'autre part en nous portant à la considération des environnements les plus englobants et qui sont en vérité aux dimensions de notre globe lui-même, ce sont tous les problèmes du sport que nous allons retrouver.

4Je vais essayer de tenir un équilibre, peut-être périlleux, entre une démarche étroite, concrète mais vite étriquée, et une approche plus générale, plus complète sans doute, mais menacée d'aboutir à de trop vastes horizons.

5Comme il ne sera probablement pas inutile, en amorçant les travaux de cette U.S.E., de définir quelque peu les deux termes dont l'association fournit son thème, je vous propose une première et courte partie consacrée à celui de "sports" ; puis tant l'autre terme évoque de résonances, une seconde partie sera forcément rapide, et consacrée à l'environnement, ou plutôt aux conceptualisations de l'environnement. Nous serons alors probablement plus à l'aise pour esquisser, dans une troisième partie un peu plus longue, un tableau des principaux aspects des rapports entre sports et environnements.

1 - Mises au point sur le terme "sports"

6Concernant notre premier point d'éclaircissement préalable, je crois qu'il m'est facile d'être bref ; j'aurais même mauvaise grâce à y manquer. Nous sommes, en effet, entre gens qui savent d'expérience, quoique de façons très diverses, ce que c'est que le sport (c'est-à-dire : faire du sport) ; et, en outre, nous participons, à des titres différents, aux efforts de réflexion, de science et de théorisation devenus en particulier manifestes de nos jours dans nos universités mêmes, où l'E.P.S. a fini par trouver sa juste intégration. Nous ne commettrons pas l'erreur de réduire la variété des formes techniques de l'activité sportive à quelques modèles trop classiques, refusant ainsi de reconnaître une créativité qui s'affirme de plus en plus dans ce domaine. En outre, chacun saura certainement ici ne pas franchir le seuil parfois ténu qui sépare une activité qui reste proprement sportive, et des ébats sympathiques certes, mais dont les valeurs sportives restent incertaines. Avouons que ce serait une bien mauvaise façon d'amorcer le débat Sports/Environnements, si nous ne considérions l'univers présent du sport dans son entier, tout l'univers du sport (c'est-à-dire, au fond, le sport comme environnement).

7Dans l'énoncé du thème par le programme qui nous a été envoyé, j'avais noté avec satisfaction le pluriel à "Sports". Mais, j'eusse volontiers plutôt dit : "Pratiques Sportives", afin d'éviter que le pluriel ne se réfère qu'à la pluralité des structures motrices différenciant des spécialités (des "disciplines" comme on dit) et, éventuellement et du même coup, à la pluralité des fédérations correspondantes (dans la mesure où une conception associative est généralement celle de ce que l'on pourrait appeler l'orthodoxie technique sportive, sans doute proche du modèle olympique et toujours plus ou moins alignée sur le classique modèle "anglais", et non pas sur le modèle "californien" dont nous parle Christian Pociello). Nous avons à tenir le plus grand compte des transformations et des évolutions considérables par lesquelles, au cours des dernières décennies, l'idée sportive a témoigné de sa fécondité culturelle. Ce que l'on observe présentement, ce sont des pratiques sportives qui se démarquent d'un cadre trop longtemps rigide ; elles prennent une multitude d'aspects. Et ceci s'entend d'abord des types de motricité suivant lesquelles les individus s'exercent, en se situant dans un système des sports de plus en plus ouvert et polymorphe, acceptant sans restriction l'invention de nouvelles structures d'activité, souvent obtenues grâce à des combinaisons, soit simplement additives de spécialités connues, soit générant des hybrides inédits.

8Mais, en même temps, il est essentiel de reconnaître que sont apparues de nouvelles manières de pratiquer "du sport", en fonction d'attitudes où s'expriment les tendances modernes (certains diront : "post-modernes"). Ces modalités de pratique ne sont pas moins légitimes que celles qui ont régné longtemps sans partage et qui n'avaient que le prestige de la tradition. Avec ces modalités diverses de participation plus individualistes que compétitives, plus hédoniques qu'éprises d'excellence, ce sont les modèles organisationnels et relationnels qui se sont également modifiés : plus particulièrement le club "associatif" se voit concurrencé par les groupes informels de pratiquants passablement étrangers à la notion de "dirigeants", et aussi bien par des agences et des entreprises de type commercial gérant de la consommation sportive et de la vie en groupe, pour des "clients".

9Et il y a encore ce phénomène corrélatif : les niveaux de valeur sportive s'autonomisent au lieu de se hiérarchiser ; les sportifs prennent de la distance par rapport à la performance quantitativement mesurée et comparée : ils n'éprouvent plus le besoin de s'aligner paradoxalement sur ce qu'un seul parvient à atteindre...

10Ayant fait leur part aux différences, en partisan d'une franche ouverture du champ sportif, je pense qu'une certaine unité de signification du sport entendu comme une des "figures" majeures de la culture, largement constante dans ses composantes essentielles, nous permet de savoir aux uns et aux autres de quoi nous parlons ici, même si nous ne pourrions tomber d'accord formellement sur une unique définition du sport. La thématique de la sportivité, en son sens le plus général, bien que susceptible de nombreuses variantes selon les conditions sociales, culturelles, historiques, géographiques, bref selon les contextes... environnementaux, fait apparaître que le sport, de même que le "de sport" qui en est une version assouplie, associe toujours plus ou moins étroitement les éléments fondamentaux suivants :

  1. un engagement corporel d'une certaine intensité, médiatisé ou non par un appareil ou un engin.
  2. la production de mouvement, en liaison ou non avec une énergie extérieure au sujet, naturelle ou mécanique.
  3. l'affrontement intentionnel, périlleux ou non, d'obstacles ou de difficultés, que ceux-ci soient ou non définis, voire créés par des règles instituées.
  4. la recherche de l'amélioration de la performance, plutôt que la performance elle-même qui reste, en effet, toujours relative.
  5. la compétition avec les autres ou seulement avec soi-même, formellement organisée et contrôlée ou seulement implicite et diffuse.

11Je me suis expliqué plus longuement sur tout cela ailleurs, et en dernier lieu, aux Assises Nationales du Sport à Montpellier en novembre 1991, où j'ai également souligné que le sport auquel je crois, c'est-à-dire le "sport-culture", s'articule selon quatre axes : un axe technique (une motricité consciente d'elle-même), un axe poétique (un vécu qui fait sa part à l'imaginaire), un axe sémiotique (phénomènes sociaux de communication et de symbolisation), un axe éthique (valeurs). Je n'y reviendrai pas ; et je passe donc tout de suite au deuxième terme à éclaircir : l'environnement.

II - La notion d'environnement

12La référence à l'environnement est, de nos jours, très fréquente et multiforme. La notion est même menacée d'inflation. Et l'écologie fait figure de nouvel évangile. Il n'est pas sûr qu'un concept toujours bien clair soit dans l'esprit de tous ceux qui utilisent le mot d'environnement et qui parfois ne font que se conformer à l'écologisme comme à une mode.

13Eclaircir la notion d'environnement peut être tenté de deux façons : soit en se plaçant au niveau du langage, soit en s'adressant aux sciences qui la mettent en œuvre. Essayons successivement l'une et l'autre.

14Au niveau d'une sémantique très générale et même un peu commune, attentive en tous cas à l'emploi vulgarisé du mot, les idées véhiculées ne sont pas sans évoquer d'autres vocables parents, plus ou moins proches certes, mais qui suivant les contextes et les circonstances, se trouveraient peut-être plus adéquats. J'en cite rapidement quelques-uns :

151 - le milieu, terme qui a été longtemps régnant dans une tradition particulièrement florissante au xixème siècle (Geoffroy Saint-Hilaire, Taine, Claude Bernard...) et que celui d’environnement semble avoir détrôné ;

162 - le voisinage, l'entourage : ces termes impliquent, en même temps qu'une certaine idée de proximité, la référence fondamentale à quelque chose ou quelqu'un de prochain ou qui est entouré. Il n'y a pas d'environnement en soi, mais toujours par rapport disons à un sujet (ou à un élément qui en joue le rôle). En ce sens, je noterai tout de suite que la prédilection des contemporains pour la notion d'environnement reflète une inclination actuellement dominante à rapporter à l'ego humain, individuel surtout, mais aussi groupal éventuellement, l'ensemble des phénomènes où ils sont plongés et que toute transcendance a déserté. On constate ainsi, lié à la fortune de l'environnement, un anthropocentrisme moderne, en réaction aux représentations du monde de type scientifique, soigneusement déshumanisées. Guidée par la science vers une conscience de la planète Terre, on a conscience en même temps qu'il s'agit de la "Terre des Hommes" ;

173 - Lorsqu'on parle d'environnement, on a aussi à l'esprit l'idée d'espace, de quelque chose d'étendu et de dimensionnel. En fait, on pense à plusieurs sortes d'espaces naturels : aménagés, ou construits. Nous entretenons avec certains de ces espaces des liens plus particuliers qui transforment alors certaines parties de l'environnement en Territoires (que l'on défend bien sûr contre les intrus ! voire que l'on recherche à étendre) ;

184 - Dans l'acception courante du mot environnement, il faut remarquer que ne sont pas pris seulement en compte les aspects spatiaux, mais que des aspects temporels s'introduisent aussi. On parlera d'un environnement de guerre, ou de "la crise", d'un marasme...

19Ainsi, une conjoncture, une situation contribuent à modeler, voire à créer un environnement. L'expression souvent employée d'air du temps est très significative à cet égard, celle d'ambiance également ;

205 - Cadre de vie, décor, paysage apportent aussi leurs nuances à la pensée de l'environnement ; et il conviendrait de s'attarder notamment aux implications esthétiques ou tout simplement au souci de bien-être et de confort qui la sous-tendent ;

216 - Enfin, pour terminer cette revue des termes, reconnaissons que, en dépit de ce que l'usage banalisé de la notion d'environnement contient de références aux aspects proprement humains, c'est-à-dire aux conditions sociales, économiques, culturelles, historiques, liées aux actions des hommes et aux ressources qu'ils produisent et dans lesquelles ils baignent, il reste que le mot environnement et celui d'écologie renvoient d'une façon invincible et toujours récurrente à la vieille idée du "grand être incompréhensible qui embrasse tout", être maternel et cruel à la fois, je veux dire l'antithèse attitrée de la culture : La Nature. Non humaine, elle s'impose doublement à l'homme : d'une part extérieurement en tant qu'elle le cerne et le concerne ; d'autre part en quelque sorte intérieurement, puisque hommes et sociétés font aussi partie de la Nature. Chacun sent bien que le philosophe Michel Serres dit le vrai, lorsqu'à la question : "Qu'est-ce que la nature ?", il répond : "D'abord l'ensemble des conditions de la nature humaine elle-même, ses contraintes globales de renaissance ou d'extinction, l'hôtel qui lui donne logement, chauffage et table ; de plus elle les lui ôte dès qu'il en abuse. Elle conditionne la nature humaine qui, désormais, la conditionne à son tour. La nature se conduit comme un sujet." (Le Contrat Naturel, p. 44).

22De cette approche d'orientation sémantique, passons à ce que nous enseignent des sciences qui mettent l'environnement au centre de leurs démarches spécifiques et de leurs méthodologies.

23A la première place vient évidemment l'écologie, je dis l'écologie-science, et non le mouvement d'idées et d'actions souvent désigné par le mot (quelle que soit l'évidente relation entre ce mouvement et cette science, il faudrait peut-être mieux réserver à celui-là l'étiquette d'"écologisme").

24L'écologie apparaît avec le biologiste allemand Ernst Haeckel (le même dont le nom est associé à l'éthologie), au milieu du siècle dernier : c'est la branche de la biologie qui étudie les interactions entre les êtres vivants et leur environnement. Ces êtres, le plus souvent constitués en populations, forment des communautés biologiques (biocénoses), installées dans ce qu'on appelle le biotope. Au niveau de l'ensemble des interactions observables, on parle d'écosystèmes, et, pour ce qui est de l'ensemble de ceux-ci, de biosphère. En étudiant les équilibres naturels à ces différents niveaux, les chercheurs en écologie se sont aperçus de leurs dérèglements et de leurs dégradations, et que l'homme souvent n'en est pas seulement une des victimes, mais qu'il en est la cause et en porte sa part de responsabilité. D'où on comprend que l'écologie, en tant même que science de la nature, rigoureusement objective, "interpelle" cependant les hommes, auxquels elle rappelle qu'ils sont des êtres de la nature, inconcevables sans leur environnement d'abord physico-chimique, climatique et biologique. Une autre leçon majeure de l'écologie est que c'est toujours dans un ensemble à caractère de système, et selon une complexité irréductible de facteurs interagissants, qu'intervient la relation à l'environnement et que celle-ci est la vie même. Enfin, parmi les concepts usuels en écologie, il y en a qui, se rapportant au départ aux espèces animales et végétales, nous inciteraient aisément à les transposer dans le domaine humain : par exemple ceux qui concernent les trois types d'interaction dans une biocénose, à savoir l'exploitation (prédation, parasitisme), la compétition (dans l'exploitation d'une même catégorie de ressources du milieu), et la symbiose (ou mutualisme, l'inverse de la compétition ; au lieu de se nuire mutuellement, les espèces tirent bénéfice l'une de l'autre) : que l'on relise à ce sujet Michel Serres.

25La deuxième discipline scientifique, à laquelle nous devons nous adresser, est la géographie.

26Il était normal que les géographes se fassent entendre, dès lors que les questions d'environnement prenaient l'importance que l'on sait. Qu'est-ce donc au fond que leur science, sinon l'étude de la planète Terre, environnement par excellence de l'Homme ? Comment comprendre celui-ci sans se représenter les encadrements, les répartitions, les clivages, bref les aspects spatiaux multiples de son existence à la surface de celle-là ?

27Les géographes qui, prenant un peu le train en marche, n'ont fait au fond que reprendre leur bien, insistent sur la diversité et la complexité de l'environnement, sur la dialectique incessante en lui du local et du global (un des aspects les plus saillants de l'écologique à laquelle la prise en compte de l'environnement nous convie), ils insistent encore sur les superpositions d’échelles de différentes grandeurs, ainsi que sur le fait que les composantes physiques et biologiques de l'environnement ne sont pas seulement les conditions déterminantes de l'action humaine auxquelles un déterminisme à sens unique et à courte vue a voulu nous borner, mais que cette action est par ailleurs et tout autant un agent de transformation qui participe à une véritable production de milieu.

28La pensée systémique qui s'est développée en géographie amène à concevoir une espèce de cybernétique de l'environnement, mettant en lumière les interactions, les rétroactions et les inerties entre les divers éléments des systèmes environnementaux spatialement repérés. D'ailleurs "la réflexion antécédente de certains géographes sur la structure « paysage » avait préparé le terrain pour de tels développements en amenant à penser l'espace en termes de superpositions intégratrices des formes de son occupation par l'homme et en termes des caractéristiques du milieu dans lequel elles s'inscrivent."

29Il se trouve que des géographes se sont intéressés aux sports, depuis un des premiers écrits à ce sujet par Jean Corbel sur la distribution géographique des Activités Sportives de Pleine Nature en France jusqu'au colloque tenu à Besançon en 1990 sur la Géopolitique du Sport. Un tout récent numéro de l'International Review for the Sociology of Sport est un numéro spécial sur le thème "Sport and Space" : il fait apparaître que géographie et sociologie se prêtent fructueusement appui lorsqu'il s'agit de sports et d'environnement.

30Une troisième approche scientifique qui peut certainement éclairer nos débats est celle des psychologues appartenant au secteur de la psychologie sociale, dans le cadre de ce qu'on appelle la psychologie de l'environnement, ou encore la psychologie écologique. Elle est tout particulièrement propre à nous aider à mieux tenir compte de tout ce qui s'interpose de représentations, d'éléments culturels et symboliques, d'idées comme aussi d'interactions humaines, linguistiques et non linguistiques dans le rapport humain à tout environnement et singulièrement aux environnements réputés non humains. Or, c'est aussi le mérite des psychologues de l'environnement de rompre avec le schéma longtemps prédominant d'une explication en termes de purs comportements objectifs répondant à des stimulations morcelées, détachées de tout contexte signifiant, poursuivant ainsi dans la voie royale ouverte par Kurt Lewin avec la notion de "champ". Les travaux actuellement réalisés montrent particulièrement bien que tout environnement de l'homme, même s'il est en apparence purement physique, est en interaction avec celui-ci, lequel, s'il subit les contraintes du milieu extérieur, exerce à son tour sur lui son action transformatrice. Il s'ensuit qu'il faut reconnaître avec Prohansky "qu'il n'y a pas de milieu physique qui ne soit également un milieu social et culturel".

31Une seconde leçon des travaux des psychologues sociaux de l'environnement est qu'il n'y a pas d'existence humaine, individuelle, groupale, sociale concevable qui ne soit située dans un environnement et notamment qui ne se définisse par des relations spatiales qualitativement appréhendées, s'imposant à différentes échelles et exprimant ceux qui les assument, à travers la valeur symbolique qui s'attache par exemple aux formes et aux dimensions architecturales, aux "territoires", aux paysages...

32La psychologie écologique développe tout un côté d'études appliquées aux problèmes qui préoccupent la conscience écologique : densité spatiale humaine, stress du bruit, nuisances de toutes sortes, surcharge environnementale (par exemple, dans une foule, l'individu ne peut traiter toutes les informations reçues), phobies spatiales (agoraphobie, claustrophobie...).

33Nombre de travaux ont été accomplis sur les représentations que les gens se font et sur les attitudes qu'ils prennent par rapport aux risques écologiques majeurs, aux menaces pesant sur les ressources naturelles ou sur les sites naturels construits...

34Nul doute que, concernant le thème de notre U.S.E., nous ayons à ne pas oublier les dimensions psycho-sociales qui affectent de multiples façons l'appréhension de l'environnement, les exigences de ceux qui en défendent l'intégrité et les valeurs des sportifs qui y investissent leurs activités.

35Enfin, et bien que je ne sois pas sûr que la notion d'environnement soit alors aussi opérationnelle qu'elle ne l'est dans les disciplines que nous avons déjà considérées, il y a à mentionner la sociologie et les sciences anthropologiques qui s'y apparentent.

36Sous l'étiquette d'"écologie humaine", on trouve des études portant principalement sur la sociologie des environnements urbains et ruraux. Par ailleurs, sous celle d'"environnementalisme" il s'agit de l'explication assez sommaire de toute vie sociale par l'action à sens unique du milieu naturel, rejoignant les prétentions d'une socio-biologie intempérante dont c'est le mérite du livre subtil et souvent plein d'humour de Georges Guille-Escuret, Les sociétés et leurs natures, d'avoir montré les impasses, en illustrant à plein cette pensée de Lucien Febvre (formulée en 1922) : "Pour agir sur le milieu, l'homme ne se place pas en dehors de ce milieu. Il n'échappe pas à sa prise au moment précis où il cherche à exercer la sienne sur lui. Et la nature qui intervient dans l'existence des sociétés humaines pour la conditionner, ce n'est pas une nature vierge, indépendante de tout contact humain ; c'est une nature déjà profondément « agie », profondément modifiée et transformée par l'homme."

37En terminant cette deuxième partie de mon exposé, je remarquerai que l'éclairage de et par l'environnement, dont nous venons de voir les aspects selon plusieurs disciplines scientifiques, correspond en philosophie à l'importance prise par la notion "d'Umwelt", largement diffusée en langue allemande : "l'homme dans le monde" a succédé à l'impérialisme du sujet pensant le monde du dehors. Heidegger, Binswanger, Sartre, Merleau-Ponty restent à cet égard très actuels.

III - Rapports et conflits entre pratiques sportives et environnements : esquisse synoptique

38Après les deux mises au point précédentes, nous sommes peut-être mieux en mesure d'aborder les relations qui existent entre pratiques sportives et environnements, relations qui préoccupent aussi bien les sportifs que les écologistes car, dans certains cas, elles créent des problèmes pouvant même faire surgir entre eux des conflits, auxquels c'est sans doute le projet de notre U.S.E. de trouver des solutions. Il me semble qu'il sera utile que, dans cet examen, nous nous portions d'abord aux aspects spécifiques et sectoriels les plus évidents, mais en ne nous bornant pas aux points de friction ; car ce serait une erreur d'omettre qu'il y a aussi des compénétrations harmonieuses. Ensuite, dans un deuxième temps, nous étendrons notre regard à des aspects moins étroitement écologiques ; et nous verrons peut-être alors que certains environnements, sociologiquement et massivement englobants, s'imposent aux pratiques sportives et les mettent parfois en péril.

A/ Aspects écologiques spécifiques des pratiques sportives

1 - Atteintes au milieu naturel

39Sans doute, ce qui vient immédiatement à l'esprit lorsqu'on rapproche les termes sports et environnement, ce sont les atteintes au milieu naturel, ou considéré comme tel, qui seraient imputables à la pratique de certains sports. Mais, on devra tout aussitôt préciser qui, quelle catégorie de personnes, se sent atteint à travers le milieu, et selon qui ce milieu naturel est perçu et, notamment, perçu comme "naturel" (Le simple touriste ? Le savant ? L'artiste ? Le méditatif épris de solitude ? L'idéologue de l'écologie ? Le propriétaire de domaine ?). Toujours est-il qu'il faut bien reconnaître qu'il y a un aspect envahissant de sports comme le ski, l'alpinisme, la planche à voile, le 4x4, en certains sites naturels, naguère sauvages. On dénoncera aisément la pollution occasionnée par certains sports motorisés, les déchets laissés sur le passage de certains sportifs, les berges de rivières piétinées, les pitons plantés sur les rochers, les fils d'acier le long de certains sentiers escarpés, le bruit de certains engins, etc...

40Des atteintes graves sont celles qui touchent à l'intégrité des éco-systèmes, en mettant ainsi en danger certaines espèces animales et végétales. A cet égard, les sports de nature seraient paradoxalement les plus pernicieux pour la nature.

41Le cadre de vie de certaines populations rurales est menacé, comme une étude sur le Japon l'a montré, en mettant en lumière les conséquences néfastes d'une loi qui avait été promulguée sur la création d'espaces naturels (?) de loisirs (afin de promouvoir le ski, le golf...).

42Enfin, on peut invoquer la grosse consommation d'énergies naturelles qu'entraîne le fonctionnement d'équipements et d'engins sportifs...

43Mais, au total, il ne nous semble quand même pas que les sports soient parmi les destructeurs les plus offensifs du milieu naturel. Et, alors, ne pouvons-nous pas penser, comme cela a été dit au colloque "Escalade" à Chamonix en 1989, que les sportifs (en l'occurrence il s'agissait de grimpeurs), sont des cibles faciles pour certains défenseurs de la nature qui n'ont pas réussi à faire plier des pollueurs et des saccageurs bien autrement malfaisants ? Ce ne serait pas la première fois que le sport est pris comme bouc-émissaire.

44Remarquons aussi que nombre d'atteintes aux milieux naturels, portées par des catégories de gens autres que les sportifs, ont des répercussions sur les pratiques de ceux-ci : ce sont, par exemple, les entraves constituées par des câbles de toutes sortes rendant dangereuses les évolutions des sportifs de l'air dans certains parages, les perturbations apportées au débit de rivières fréquentées par les canoéistes ; les pollutions de rivières, celles des plages, etc... Ne serions-nous pas amenés à constater que le sport est plus souvent victime que coupable, dans le rapport de l'homme avec ce qui reste de nature ?...

2 - Atteintes au milieu humain

45Salir, défigurer, détruire la nature, c'est presque toujours en même temps gêner ou léser des personnes, ne serait-ce que celles qui aiment la contempler. Mais, il y a plus : l'environnement humain, plus particulièrement le "voisinage" humain, permanent ou transitoire, est en butte à des nuisances qui l'atteignent directement. Ainsi, une dame dans son jardin a un oeil crevé par une balle de golf envoyée par un joueur s'exerçant sur le terrain à proximité. Moins dramatique, mais combien fréquent, est le fait d'une pratique sportive qui "s'étale" d'une façon intempestive (cyclistes occupant la moitié de la roule, skieurs prenant d'assaut les compartiments d'un train, groupe de motards pétaradant, etc...).

46Le trafic automobile surchargé lors des grandes manifestations sportives ou lors des départs pour les champs de neige, plus généralement, le bruit qui accompagne la pratique ou le spectacle de certains sports sont des griefs souvent exprimés par les habitants.

47Observons que le sportif ne gêne pas seulement les non sportifs. Il y a eu en effet les cas de figure dans lesquels ce sont souvent des sportifs de différentes catégories qui se gênent entre eux, voire des cas où dans le groupe même de pratiquants d'une même spécialité il se produit des préjudices (skieurs coupant dangereusement la trajectoire des autres !).

48J'ai pu sembler, au sujet des nuisances concernant autrui, n'avoir pensé surtout qu'à des victimes individuelles, dans des circonstances ponctuelles. Mais, il faut bien songer que, dans certains cas, c'est à l'échelle collective, et c'est en même temps à celle du long terme que la vie des gens d'un quartier, voire d'une région, est perturbée. L'agression du "Dakar" sur les territoires des populations traversées a été justement mise en cause, notamment par Jean-Marie Brohm. Une affaire grave s'est produite au Danemark où un vieux quartier pittoresque de Copenhague, à la qualité de vie excellente, a été complètement bouleversé par la construction d'un stade à l'architecture absolument en désaccord avec le voisinage ancien ; et sa masse disproportionnée plongeait dans l'ombre les allées au long desquelles auparavant le soleil... et les gens s'attardaient. Que de villages de montagne ou de petits ports de mer ont perdu leur identité sous l'afflux des sportifs.

3 - Environnements rendus potentiellement dangereux

49Continuant de garder présent à notre attention le double aspect de l'environnement, le naturel et l'humain (d'ailleurs la plupart du temps indissolublement associés), je veux signaler que, en rapport avec des pratiques sportives, et dans certaines circonstances de leur déroulement, l'environnement se charge de potentialités dangereuses. C'est ce qui se produit, d'une part, lors de la concentration de grandes foules autour de rencontres sportives. L'entassement de milliers d'individus dans les stades, ou bien au bord des routes, a tous les effets d'un phénomène de densité de population, effets dont les psychologues ont souligné le caractère néfaste : on a montré ainsi que la "surcharge environnementale" au sein des grandes cités crée un environnement propice au sentiment de perte de liberté, d'annihilation de l'espace personnel, d'insécurité (due à l'impossibilité pour l'individu de prendre du recul et d'exercer le moindre contrôle par rapport aux réactions collectives induites, voire d'exercer le moindre self-control). On sait que ce sont des conditions qui favorisent les comportements agressifs et leur contagion. Ainsi, autour du sport réputé euphémiser la violence, un environnement potentiellement dangereux et éruptif est créé qui a nécessité les barrières, les grillages, les policiers et leurs chiens, les systèmes électroniques de surveillance, tous dispositifs qui contribuent à transformer les espaces de sport en environnement à caractère "carcéral", comme n'ont pas hésité à le qualifier certains. Je mets cet aspect qui soulève de si graves problèmes de sécurité en milieu de grande densité humaine en parallèle avec l'aspect à risques que prennent les espaces sportifs de la pleine nature, ou même de la nature plus ou moins aménagée, lorsque les populations de sportifs, qui les parcourent, se conduisent dans l'ignorance du milieu naturel et de ses lois, et notamment des contraintes météorologiques qui s’y rencontrent, ainsi que des limites des matériels employés, et des limites de la nature humaine elle-même. Dès lors, c'est à une foule d'accidents que les sportifs imprudents ou téméraires s'exposent, et exposent hélas les sauveteurs.

50L'environnement naturel n'est jamais un cadre neutre où l'on peut impunément faire n'importe quoi. Il requiert une éthique solide de la responsabilité et du respect de la vie. Je ne suis pas sûr que certains discours sur le risque et ses passions n'enveloppent pas une pernicieuse justification d'attitudes irresponsables, suicidaires ou quelque peu criminelles, chez beaucoup qui s'avancent dans l'environnement naturel comme en pays conquis...

4 - Transformations des espaces de pratiques sportives

51La relation d'un sport à l'environnement se traduit essentiellement par la forme donnée à un espace qui est le lieu où l'activité motrice se déploie. Cette forme : terrain, piste, stade, salle, piscine..., se présente sous de multiples aspects, toujours spécifiés cependant, même lorsqu'elle est illimitée ou éphémère. Lorsqu'elle est construite, elle porte toujours l'empreinte expressive d'une société et d'une culture. Un type d'espace sportif reflète ainsi l'identité des hommes qui y évoluent, induit leurs comportements et leurs communications mutuelles : spatialité et socialité sont indissociables, comme Bergson déjà le soutenait ; elles se codent et se décodent en réciprocité (et Bergson n'avait pas tort de montrer qu'elles avaient ainsi partie liée avec le langage). Des auteurs ont étudié les évolutions que, en fonction de changements sociaux et culturels, on observe dans les divers espaces sportifs. Un article de John Bales (dans le numéro spécial de l'I.R.S.S. que j'ai mentionné auparavant) décrit comment, à partir du football primitif, en lequel le jeu prenait place sur des étendues de terrain qui ne lui étaient pas spécialement réservées et était joué sans règles contraignantes, tolérant de multiples interactions entre joueurs et spectateurs, l'espace de jeu se sépara alors peu à peu de l'environnement ambiant, pour ensuite donner lieu à une segmentation de plus en plus rigoureuse entre joueurs et spectateurs bien sûr, mais aussi entre différentes zones de terrain, fonctions elles-mêmes de la proclamation de règles de plus en plus formalisées.

52Bales voit là une évolution qui s'est produite sous l'influence des modèles industriels, puis sous celle de la commercialisation du spectacle sportif. Selon lui, l'aboutissement en est le stade actuel où tous les spectateurs sont forcés d'être assis, où ils sont surveillés et où les joueurs et l'arbitre sont engrillagés, le tout à l'avantage des pouvoirs soucieux d'exercer un contrôle. Bales, cependant, observe le début d'un mouvement de réaction contre le stade de type "carcéral"...

53Qu’il s'agisse de bâtiments ou de simples surfaces de pratiques, l'évolution des espaces sportifs se dévoile dans leur architecture et leur aménagement. Elle est d'ailleurs solidaire des transformations qui se font jour dans tous les domaines de la construction : le fonctionnalisme privilégiant la ligne droite et l'angle droit, et qui présente la forme rectangulaire comme étant, en ce qui concerne le sport, la plus appropriée, la plus rationnelle, ce fonctionnalisme est battu en brèche à l'heure de la post-modernité. C'est ainsi qu'au Danemark un programme d'architecture "alternative" a été introduit avec le souci de promouvoir des structures appropriées aux orientations nouvelles de la culture corporelle ainsi qu'aux soucis de communication et de convivialité dont celle-ci témoigne. Le programme devait tenir compte aussi du besoin d'interpénétration souple entre le dehors et le dedans, du goût pour les espaces courbes s'inspirant de l'harmonie du vivant et se montrant plus proches de la sensibilité féminine (les femmes, selon certaines études, ressentent beaucoup d'espaces sportifs comme étant des structures exclusivement masculines).

54Enfin, n'omettons pas, au titre des transformations de l'espace sportif, de prendre acte de la tendance à pratiquer maintenant "indoor" certaines activités pratiquées primitivement "out-door". Et soulignons encore la vogue des structures artificielles, notamment en escalade (sport pourtant né de l'affrontement de la nature la plus originelle...).

55Par ailleurs, du point de vue spatial géographique, mais diachroniquement considéré, il y aurait beaucoup à dire sur la régression des pratiques sportives traditionnelles et localement circonscrites en faveur d'un développement hégémonique de modèles de pratiques universalisés, c'est-à-dire standardisés à l'échelle du globe. Certes, il y a des îlots de résistance à l'abandon des sports traditionnels, enracinés dans un environnement culturel particulier ; mais on parlera de folklore... Ce qui me semble tout de même quelque peu paradoxal, c'est que, au moment où la qualité de vie signifie, entre autres, respect du particularisme local et régional, proximité des racines, la plupart des activités sportives n'ont plus qu'une identité planétaire alignant les sportifs du monde entier sur les mêmes règlements, les soumettant aux mêmes instances internationales. Il est vrai qu'à l'opposé, on pourra mettre en relief l'hyper-individualisme des pratiques nouvelles, chacun bricolant son truc dans son coin, d'une façon qu'il faudrait peut-être dire excentrique par rapport aux références environnementales repérables.

5 - Priorité à l'ouverture des espaces

56Une réflexion sur le sport, considéré en rapport avec l’environnement, ne saurait manquer de prendre acte de la tendance de la pratique sportive de notre temps à déclore et à s'épanouir dans des espaces ouverts, voire à ouvrir des espaces et, si je puis dire, dans certains cas, par une sorte d'effraction.

57Deux types de pratiques manifestent ce mouvement irrépressible du clos vers l'ouvert, encore que les environnements qu'elles s'approprient respectivement soient à l'opposé l'un de l'autre. D'un côté, ce sont les sports qui méritent à juste titre le nom d'éco-sports : ski, voile, etc., dont l'espace propre d'exercice est défini par un grand élément de l'environnement naturel. De l'autre côté, on voit, depuis une quinzaine d'années, se développer des activités de style sportif qui s'annexent librement des espaces publics au sein de la ville en paraissant faire fi des installations construites pour l'institution sportive. Des études ont été faites à ce propos, aussi bien en France (J. Camy, J.-P. Lefebvre) qu'en Allemagne. On y trouve le jogging, bien sûr, mais aussi le vélo, le patinage à roulettes, le skate-board, l'escalade urbaine et de nombreuses variétés inattendues et souvent éphémères. Les endroits privilégiés sont les rues piétonnes, les trottoirs, les parcs, les parkings, les bâtiments abandonnés, les zones urbaines "intersticielles". Les pratiques qui ont été observées dans ce cadre ont un caractère résolument informel et elles donnent lieu à une sociabilité "soft". Certaines municipalités n'ont pas hésité à prendre des mesures en leur faveur, conscientes sans doute qu'il s'agit là d'une forme nouvelle de la culture urbaine tout autant que de la culture sportive.

58Pour revenir aux pratiques de pleine nature (en lesquelles, au demeurant, on constaterait maints traits d'artificialisation et d'urbanisation), j'observerai à la suite de Peter Donnelly que l’accès aux espaces libres de la nature est de moins en moins... libre, que ce soit en raison de la règlementation des sites intégrés aux "parcs naturels", ou des empêchements introduits par des propriétaires privés.

B/ Impact sur les pratiques sportives d'environnements sociologiquement englobants

59Nous n'avons jusqu'ici passé en revue que des points qui demeurent les plus directement inhérents au thème traité dans cette U.S.E. Mais, je crois qu'à borner ainsi l'éclairage de la notion d'environnement, éclairage sur celle-ci, mais également éclairage fourni par celle-ci, on se priverait d'une grande partie de ce que peut nous apporter de renouveau dans l'étude du sport et dans l'examen même des problèmes qui nous occupent en ce moment, la mise en œuvre d'une perspective environnementaliste. L'écologisme ne doit pas nous priver de l'écologique dans son ensemble. Appréhender le comportement sportif dans la dépendance de l'environnement, c'est aller bien au-delà de la classique considération des facteurs d'influence. Car, c'est en même temps affirmer que ces derniers sont à leur tour influencés par lui, et qu'ils agissent ensemble au sein d'un système global et complexe. Il y aurait beaucoup à dire sur le fait même que parler de sport, c'est indissolublement corréler des activités motrices et tout un environnement qui consiste, non pas en une simple addition d'éléments, mais en leur emboîtement mutuel, ces éléments appartenant tout à la fois au milieu naturel, aux espaces extérieurs ou intérieurs, aux contextes sociaux, historiques, culturels et symboliques. L'environnement est alors aussi important que l'environné. En réalité, c'est leur totalité duelle qui existe.

6 - L'environnement sportif lui-même

60Nous avons à penser cet environnement à la façon dont Raymond Thomas a tenté de le faire dans un des chapitres de sa thèse, en décrivant avec précision le milieu sportif avec ses principaux personnages, ses lieux, ses décors, ses rites, ses hiérarchies, son ambiance, bref tout un monde plus ou moins fermé aux non sportifs et qui varie en maints traits suivant les sports pratiqués. L'appartenance du sportif à ce milieu peut être plus ou moins facteur de séparation par rapport à d'autres environnements. Jean-Paul Callède a signalé le risque de "désocialisation" de l'athlète de haut niveau qui, du fait de son absorption par l'environnement du sport, perd le lien avec tout univers social et culturel plus large. Pareillement en est-il du supporter fanatique. Il faudrait aussi s'attarder sur le fait que cet environnement sportif s'impose à l'extérieur par son rayonnement, par les images diffusées à son propos, par son poids dans l'occupation humaine de l'espace, par les valeurs qu'il prône, etc... D'une façon plus ou moins prégnante, le sport devient englobant par rapport à tout ce qui l'entoure.

7 - Autour des pratiques sportives : des environnements puissants et envahissants

61Un autre biais, par lequel on saisit la nécessité et la fécondité du thème qui nous réunit à cette 10ème U.S.E., est l'insertion de plus en plus grande du sport dans des environnements plus larges, mais qui le pénètrent parfois plus qu'il ne serait souhaitable et qui, en certains cas et dans certaines circonstances, le menacent de perversion. En tous cas, ils compromettent son autonomie. Je n'insisterai pas ici. Mais, je crois qu'il faut, au moins, dire bien clairement ce que chacun constate, à savoir principalement :

  1. l'emprise croissante de l'activité économique sur le sport, à un moment où l'idéologie qui anime l'économie ne rencontre pas de limitation à son hégémonie. L'écologisme qui pourrait la contrer est encore, face aux intérêts économiques dominants et à leurs appareils, bien démuni et désuni...
  2. parallèlement à l'emprise de l'économie, et de connivence avec elle, l'emprise de l'environnement médiatique se fait toujours plus pressante.
  3. peut-être une troisième emprise est-elle un peu moins pressante qu'auparavant, celle de l'environnement politique. Mais, le phénomène actuel de ce que Roger Bonnes a appelé la "municipalisation du sport" n'en prend-il pas le relais ?
  4. un environnement relativement nouveau devient de plus en plus présent autour du sport : l'environnement de la recherche scientifique et celui de la technologie qui en procède. Cet envahissement n'est peut-être pas le plus dangereux, encore qu'il comporte des risques de vassalisation de certaines pratiques sportives par rapport à la science, en les transformant en terrain d'expérimentation sur l'humain, ou tout simplement en faisant du sport un objet de recherche permettant d'avancer des travaux qui sont peut-être plus soucieux de la carrière des chercheurs que de la santé et du bonheur des hommes.

62Que l'on veuille bien me permettre, avant de terminer, d'exprimer, à propos de ces environnements envahisseurs, quelques mouvements d'humeur où certains ne voudront voir sans doute que les déconvenues d'un idéaliste :

  1. lorsque sur le programme que j'avais reçu, j'ai lu "sportifs profiteurs", puis même "la pratique sportive : une réponse à l'appel du milieu", j'ai immédiatement pensé à l'environnement économique et à l'appel de l'argent ! Toute une partie du sport, et pas seulement le secteur professionnel, est infiltrée par l'influence d'un monde où l'argent est devenu la valeur dominante. La mercantilisation est sans frein. Il semble n'y avoir plus de limites aux prétentions monétaires de certains joueurs. Gagner ! gagneur ! l'exploit se double de son exploitation... Tant et si bien que les vedettes du sport finissent par n'être plus que des modèles de réussite sociale pour une humanité qui s'engage de plus en plus dans la poursuite exclusive des biens économiques. En tout ceci, il est évident que c'est le monde actuel qui est en cause, et non pas tant le sport. L'environnement constitué par une société toute entière organisée autour de l'économie pèse de tout son poids sur le sport, (notamment celui de la grande compétition), comme sur le reste des activités humaines. S'il est vrai comme je l'ai lu, que l'écologie, ou plutôt le mouvement écologiste, aspire à dépasser le monde de "l'avoir", il faut avouer qu'il y a un sport qui se situe, hélas, plus du côté de l'économie que de celui de l'écologie !...
  2. toujours en regardant le programme de l'U.S.E., les deux mots "sportifs médiateurs" ont d'abord éveillé en mon esprit, par une association d'idées sans doute fort verbale, le fait que les sportifs font de plus en plus les frais de la médiatisation massive selon laquelle une publicité commerciale omniprésente et intempérante, opère la promotion de produits de toutes sortes (qui n'ont le plus souvent que très peu de rapports avec le sport !). Est-ce que nous ne sommes pas excédés par le bariolage publicitaire de maillots, des stades, des engins ? Est-ce qu'il ne s'agit pas d'une véritable pollution ? D'une façon analogue, la "visibilité" du sport est exploitée, lorsque l'Etat, des collectivités locales, des régions s'emparent des opportunités de retentissement offertes par les épreuves sportives pour promouvoir, par champions interposés, leur image de marque, leur renommée et leur gloire.

63Et puisque nous ne saurions ici, avec la libre pensée qui est de tradition aux U.S.E., nous incliner devant la toute-puissance des médias, nous déplorons que l'image du sport finisse dans l'environnement médiatique et plus particulièrement télévisuel, par se substituer au sport lui-même. Or, cette image est déformée, partielle et partiale. Elle privilégie certains sports, elle ne s'intéresse qu'aux exploits des champions et aux aspects spectaculaires. De plus, elle est commentée tantôt dans une rhétorique très artificielle, encombrée de clichés grossiers, tantôt avec une platitude désarmante.

64Cette image médiatique du sport est reproduite à l'excès. Je gage qu'elle provoque un effet de lassitude et de saturation chez beaucoup de téléspectateurs. Chez d'autres, elle façonne un comportement d'imitation très élémentaire : on est loin de la véritable culture sportive !

65Convié à intervenir au cours de la séance de démarrage de nos travaux sur "Sports et Environnement", j'ai pensé que l’on avait souhaité avant tout que mon exposé serve à lancer quelques idées, assez générales pour être fécondes, et assez concrètes pour être pertinentes. Aussi, ne crois-je pas qu'il m'appartienne de conclure d'une façon définitive, mais qui serait prématurée, puisque, très succinctement, je n'ai essayé de faire que quelques mises au point conceptuelles préalables et de présenter quelques aperçus des problèmes soulevés par notre thème de réflexion cette année, attendant comme chacun des participants ici que, tout au long de cette semaine, s'élaborent les prises de position et les propositions de solutions.

66Qu'il me soit cependant permis d'insister sur ce qui semble se dégager de plus fondamental dans l'esprit de la démarche que j'ai suivie. Nous avons à penser l'environnement, d'une part selon une perspective de totalité, n'oubliant jamais qu'il est fait de systèmes s'emboîtant les uns dans les autres, selon une logique de la globalité et de la complexité très différente d'une pensée linéaire et bornée à des juxtapositions sans interactions. D'autre part, il faut garder présent à l'esprit le fait que tout environnement est indissolublement physique, psychologique, social et symbolique. L'opposition entre nature et culture est désuète. Dans ces conditions, il faut reconnaître que, d'un côté, le sport a à compter inévitablement avec les incidences et les exigences des différents environnements auxquels il s'est imbriqué en raison même de son développement. D'un autre côté, les tenants de la défense de l'environnement (que celui-ci se présente sous des formes naturelles, urbaines, ou esthétiques) ne peuvent méconnaître que la réalité sportive constitue une partie intégrante de l'environnement des hommes de ce temps.

67Entre sports et écologie, il ne saurait donc s'agir que d'alliance, de mutuelle compréhension et d'action solidaire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search