Version classiqueVersion mobile

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1 - "Sommes-nous tous des assassins ?"

Olympisme et écologie

Michel Clare

Texte intégral

Michel Clare,

Chargé de Mission au Comité International Olympique (C.I.O.)

1Le sport, et partant l'olympisme, se retrouverait face à l'écologie, voire même opposé aux vœux des écologistes ! Cette situation, mise en évidence d'abord par le problème très grave du dopage et ensuite par les manifestations des mouvements attachés à préserver l'environnement contre les villes candidate à l'organisation des Jeux olympiques, est apparue tout récemment.

2L'environnement, dans le sens plus large que nous lui accordions, la nature, se trouve comme une aspiration fondamentale du mouvement en faveur de l'éducation physique et du sport, que l'on ne dissociait pas, quand il prit son essor comme compensation au développement de la société industrielle au siècle dernier. Donnons rapidement quelques repères.

3Il s'inspirait des grands ancêtres éducateurs dont toute la pédagogie voulait réconcilier l'homme et son corps, "cette guenille qui m'est chère", dont parlait Molière et qui est, si l'on peut dire, la première "forme que prend l'environnement humain". L'homme, espèce que les activités physiques s'efforçaient, et s'efforçent toujours de préserver.

4Il y a là une tradition qui remonte aux Grecs et qui fut un cheval de bataille des grands penseurs de l'éducation en Europe. Rabelais, Montaigne, Locke et Rousseau, et surtout Rousseau probablement, qui associait la pleine nature, la montagne, la flore, les eaux des lacs à la formation de l'homme. Dans le respect des lois de l'environnement, ce qu'il appelait "la dépendance des choses". Pour l'essentiel, l'Education Physique et Sportive ne cessera d'être considérée comme un retour à la nature. Dans les pays anglo-saxons où le sport est né, il se développe dans les jardins à l'anglaise où dans ces villes bâties à la campagne que sont les universités et les collèges. L'athlétisme et les jeux collectifs se disputent sur des terrains ou des pistes gazonnés. Le sport qui porte le style de vie britannique au monde entier est l'aviron dont les clubs-houses se veulent un refuge contre les excès d'un monde industrialisé à l'extrême.

5Tout cet héritage est repris par Pierre de Coubertin, quand il lance l'idée de rétablir les Jeux olympiques de l'antiquité (1892), puis créé le Comité International Olympique dont se fêtera le centenaire le 23 juin prochain à la Sorbonne, à Paris, dans les lieux mêmes où il fut fondé. Car à la notion de nature attachée à la renaissance des activités athlétiques, Coubertin tient à fonder celle de culture dont se nourrira l'olympisme. En tenant compte, d'un double apport : la culture grecque qui s'est développée à Olympie et dans les Jeux Panhelléniques, à partir du huitième siècle avant Jésus-Christ, et les méthodes d'éducation en faveur dans les établissements scolaires britanniques.

6Dans le même temps, l'éducation physique à des fins quasi exclusives de formation et d'hygiène de vie (tandis que la codification du sport accentue son caractère de compétition et de jeu), s'efforce de retrouver la nature. C'est un français Georges Hébert qui invente la "méthode naturelle" en rupture avec les systèmes de gymnastique qu'il trouve trop artificiels (la méthode suédoise de Ling, en particulier). Hébert, officier de marine, a découvert au cours de ses voyages, les qualités de l'homme primitif. Il a étudié les activités auxquelles la vie naturelle l'a habitué et les regroupe en dix formules d'exercices : marche, course, quadrupédie, grimper, équilibrisme, saut, porter, lancer, lutte, natation. Exercices à pratiquer en plein air.

7Coubertin et Hébert se retrouvent dans le cadre du collège d'athlètes, où les sportifs découvrent les bienfaits de "la mise au vert", avant de se séparer, Hébert dénonçant les excès du sport.

8A notre époque écologique, on peut regretter que l'enseignement dispensé par Hébert ne fasse pas l'objet d'études. Il y aurait beaucoup d’éléments à reprendre. Il est vrai que la "méthode naturelle" a été discréditée, après avoir été abusivement récupérée et utilisée par le gouvernement de Vichy comme méthode nationale d'éducation physique.

9Quant au Mouvement Sportif, si ses tenants souhaitent toujours voir le sport être intégré à toute méthode d'éducation physique, on doit admettre qu'il s'agit d'un phénomène de société d'une toute autre ampleur que la médiatisation a encore accentuée. Et c'est devant cette évolution, qu'il s'efforce d'orienter, que le Comité International Olympique a tenu à réaffirmer les principes qui conduisent son action. Sur le plan moral avec son principe fondamental de non-discrimination raciale (l'Afrique du Sud : le juge Keba M'Baye). Sur le plan culturel, dans un monde où pour de nombreuses populations le sport est le moyen immédiat d'accéder à une culture universelle. Culture qui a abouti à la création du Musée olympique à Lausanne où, j'en suis convaincu, des centaines de milliers de visiteurs vont découvrir la réalité de l'idéal olympique. J'en profite d'ailleurs pour insister sur l'importance accordée au traitement architectural de l'environnement et de l'écologie qui a présidé à l'aménagement de ce Musée.

10C'est ici que nous retrouvons les préoccupations des responsables olympiques en matière d'écologie. Les motivations des sportifs en quête d'une redécouverte de la nature, nous les connaissons, et Michel Bouet en a fait fort brillamment l'inventaire dans ses ouvrages.

11Au C.I.O., la prise de conscience des problèmes écologiques s'est faite de plus en plus forte depuis une quinzaine d'année. Le président actuel, J.A Samaranch l'a affronté dès la première année de son mandat. En 1981, au congrès de Baden Baden, un groupe d'écologistes japonais a protesté devant l'hôtel où logeaient les membres du C.I.O. contre la candidature de la ville de Nagoya. Rappelons simplement au titre des symboles, qui abondent dans l'olympisme, que le dernier porteur du relais de la Flamme olympique aux Jeux olympiques de Tokyo en 1964 était un jeune homme d'Hiroshima, né le jour même de l'explosion de la première bombe atomique.

12Les manifestations des écologistes se développent d'ailleurs avant chaque vote désignant la future ville olympique. Cette année encore pour Berlin.

13A l'intérieur même du mouvement sportif, le C.I.O. a eu affaire à ce que l'on pourrait appeler le péché mortel du sportif et de son environnement : le dopage. Jacques Marchand, ici présent, fut d'ailleurs l'un des tous premiers journalistes de sport à lutter contre ce fléau. Lutte que le C.I.O. mène de façon permanente avec sa commission médicale, ayant les moyens d'entreprendre d'importantes recherches scientifiques pour détecter les produits prohibés dont on remet la liste à jour avant chaque célébration olympique.

14Les laboratoires accrédités sont de plus en plus compétents, parvenant ainsi à déceler des cures d'hormones de synthèse qui ont été arrêtées depuis plus de six mois.

15Tout récemment l'ensemble des Fédérations Internationales a signé une convention avec le C.I.O., convention qui reconnaît l'autorité des instances olympiques en ce domaine, et vise à unifier les sanctions et les procédures de détection, en compétition et hors des périodes de compétition.

16Selon la même énergie adoptée contre le dopage, le C.I.O., sur l'impulsion de son président J.A. Samaranch, se place au premier rang des grandes institutions internationales pour le combat en faveur de l'environnement.

17C'est ainsi, qu'aux côtés des grands principes de non-discrimination raciale, religieuse ou politique, la nouvelle et récente rédaction de la Charte olympique précise que le C.I.O. "veille à ce que les Jeux olympiques se déroulent dans des conditions qui prennent en compte, d'une manière responsable, les problèmes de l'environnement".

18Voici d'ailleurs les étapes de cette "prise en compte" au cours des dernières années :

  1. Venu pour clore les travaux de la première conférence internationale des villes et régions organisatrices des Jeux olympiques d'hiver à Chambéry les 10, 11 et 12 septembre 1991, à l'initiative du Conseil Général de Savoie et du président Michel Barnier, Juan Antonio Samaranch annonçait que désormais il serait tenu compte de l'impact écologique dans la désignation des villes olympiques.
  2. Quelques semaines plus tard, à Lillehammer, au cours d'une réunion du COJO norvégien et de la C.E. du C.I.O., faisant état d'une demande des écologistes de Norvège, le Comité International Olympique demandait de revoir l'implantation de la grande patinoire à Hamar, au bord du lac Mjösa, à cause des milliers d'oiseaux aquatiques risquant d'être perturbés dans leur recherche de nourriture. Ce qui fut fait sans rien ôter à la qualité sportive de la nouvelle implantation, à en juger par les exploits cyclistes sur piste aux derniers championnats du monde se disputant dans cette enceinte. Lillhammer nous promet d'ailleurs les "Jeux les plus verts de l'histoire". On espère toutefois pour eux que ça ne se fera pas aux dépens de l'enneigement.
  3. Dans son discours de la session précédant l'ouverture des Jeux d'Albertville, le président Samaranch réaffirmait sa décision de tenir compte de l'écologie dans la désignation des villes olympiques.
  4. Le C.I.O. était représenté au "Sommet de la Terre" tenu à Rio, et tous les athlètes rassemblés au Village olympique de Barcelone furent invités à signer les immenses panneaux en faveur du "Pacte de la Terre". Panneaux conservés désormais au Musée.
  5. C'est la commission exécutive du C.I.O. qui définit la politique à suivre en matière d'environnement. Aux côtés du président, le responsable est le canadien Richard Pound de Montréal, en qui on voit d'ailleurs le successeur possible à J.A. Samaranch à la présidence du C.I.O.. Avocat, âgé de 51 ans, "Dick" Pound vient du sport le plus écologique qui soit : la natation. Il se classa 6ème de la finale du 100 m à Rome et fut plusieurs fois médaillé aux Jeux du Commonwealth. "Il est naturel", a écrit récemment Richard Pound, "que le C.I.O., en tant que chef de file d'un mouvement humaniste à l'échelle du globe, se soucie d'associer les activités du Mouvement olympique au bienêtre du monde dans lequel nous vivons. En effet, le Mouvement Olympique est fondé sur des principes globaux (le texte anglais dit holistic) plus complexes d'équilibre entre le corps et l'esprit, entre l'action et la méditation, entre le sport et la culture. Il serait inconvenant que le C.I.O. renonce à admettre l'équilibre souhaitable entre les nécessités du présent et celles de l'avenir. En termes plus concrets, le C.I.O. doit rechercher un équilibre entre les besoins de notre génération et ceux des générations suivantes. C'est après tout la jeunesse du monde qui héritera de la terre que nous lui laisserons".

19D'où la déclaration suivante définissant la politique du C.I.O. pour l'environnement : "Le C.I.O. et l'environnement :

20Le Comité International Olympique (C.I.O.) s'est totalement engagé à poursuivre une politique de développement durable. A cette fin, il adopte des conduites, programmes et mesures sans danger pour l'environnement qui répondent aux besoins du présent sans toutefois sacrifier ceux du futur. Le C.I.O. est guidé, dans cette entreprise, par quelques principes directeurs.

  1. éduquer et faire prendre conscience des questions écologiques et de l'importance de la protection et de la préservation de l'environnement dans toutes les sphères du Mouvement Olympique, grâce à sa position de chef de file et par le biais d'initiatives prises en coopération avec tous les membres de la famille olympique ;
  2. montrer la voie en éduquant, motivant et conseillant tous les membres de la famille olympique sur la question des relations entre le sport, le Mouvement Olympique et l'environnement et dans l'application de mesures écologiques saines dans toutes les activités du Mouvement Olympique ;
  3. inclure des considérations d'ordre écologique et des études écologiques obligatoires dans le processus d'évaluation des villes candidates à l'organisation des Jeux olympiques et dans les documents officiels relatifs à l'attribution des Jeux olympiques à la ville élue avec, en outre, le suivi régulier de ces questions par les autorités compétentes du pays hôte durant la planification, la préparation, la gestion et le déroulement des Jeux ainsi que la présentation de rapports par le comité d'organisation exécutive du C.I.O. ;
  4. contribuer aux efforts déployés au niveau international pour atteindre l'objectif universel qu'est le développement durable, en travaillant de concert avec les organisations gouvernementales et non-gouvernementales ainsi que le secteur privé ;
  5. rechercher en permanence de nouveaux moyens d'aboutir à un développement durable par l'introduction d'innovations économiques, scientifiques et techniques ou l'instauration de relations appropriées avec d'autres organisations et institutions ;
  6. satisfaire aux normes, règles et exigences légales fixées en matière d'environnement par les juridictions dont relève le C.I.O., et les dépasser chaque fois que cela s'avérera possible ;
  7. établir un mode de gestion sans danger pour l'environnement et en faire une priorité dans les opérations et activités du C.I.O. ;
  8. introduire des considérations d'ordre écologique dans le processus décisionnel du C.I.O. ;
  9. contrôler et évaluer de façon régulière les progrès accomplis dans l'application de ces principes aux règles de conduite, programmes et mesures du C.I.O., dans le but de parvenir à une amélioration constante".

21Nous aurons les premiers résultats de l'impact écologique au moment de la classification de la ville organisatrice des Jeux de l'an 2000, le 23 septembre prochain, à Monaco. Elles restent actuellement cinq en lice : Beijin (Pékin), Berlin, Istanbul, Manchester et Sydney. L'environnement intervient comme l'un des vingt-trois thèmes abordés par le questionnaire soumis par le C.I.O. aux villes candidates (avec, entre autres, la météo, les télécommunications, les accès et les voies de circulation, les capacités d'hébergement, les conditions techniques pour chaque sport, les transports, la sécurité, etc.).

22L'important est de savoir que les villes ont pris très au sérieux le chapitre environnement.

23Pekin annonce un effort considérable pour diminuer la polution provoquée par les transports, la préservation de 40 000 arbres centenaires, l'adoption de sytèmes de chauffage moins polluants que le charbon, toutes les voies urbaines devant être bordées d'arbres.

24Berlin prévoit une expertise de tous ses sites en suivant les critères les plus stricts des recommandations pour l'environnement, l'utilisation prioritaire des transports en commun, le recyclage du matériel et des équipements : symbole fort, c'est un terrain militaire désaffecté qui accueillera le village des jeunes athlètes.

25Istanbul utilisera aussi d'anciens terrains militaires pour plusieurs sites de compétitions. Le gaz naturel remplacera le mazout et le charbon. Notons également la priorité aux transports en commun, la création d'un Parc olympique fortement arboré contenant des essences venues des cinq continents.

26Manchester annonce une charte de l'environnement signée par le Ministre.

27Quant à Sydney, toutes les opérations olympiques ont été menées en intelligence avec la plus connue des organisations internationales de combat pour l'environnement : "Greenpeace". Un argument qui pourrait être de poids...

28J'ajouterai, ayant personnellement un faible pour la candidature de Sydney, que l'Australie a su préserver cet animal venu des temps préhistoriques et qui est peut-être l'ancêtre de toutes les espèces vivantes sur terre, dans les airs et sur les eaux, l'ornithorynque.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search