Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sports et environnement

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture

Une dixième Université Sportive d’Été : présentation

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Jean-Paul Schneider,

Vice-Président de l'U.N.C.U.

Professeur à l’Université de Strasbourg

1Avant de vous présenter la 10ème Université Sportive d'Eté, je vais essayer de vous décrire brièvement ce qu'est l'Université Sportive d'Eté à travers dix années d'expérience.

2Dix années, cela permet de prendre déjà un certain recul et par conséquent de tenter les premières analyses sur ce qui a été fait.

3Au départ, je crois que l'U.S.E. a reposé sur un double défi. Université et Mouvement Sportif sont en effet tous deux, chacun à sa façon, des univers clos. L'Université traite le sport avec une indifférence souvent teintée de condescendance, nous le savons bien tous. Et le Mouvement Sportif regarde l'Université avec une méfiance souvent mâtinée d'un mépris qu'il ne cherche pas toujours à dissimuler. Et cela nous le savons bien également. L'Université Sportive d'Eté, en essayant de marier les deux, au fond, organisait le mariage des deux timides. Et d'une certaine manière, c'était là son premier défi.

4D'un autre côté, l'Université et le sport sont certes des mondes clos, mais notre expérience nous apprend aussi que ce sont deux mondes étroitement cloisonnés eux-mêmes. L'Université appelle de ses vœux depuis des années une pluridisciplinarité ou une interdisciplinarité dont vous savez combien elles prennent finalement peu corps dans les faits. Et nous connaissons suffisamment l'institution universitaire pour savoir à quel point elle reste le lieu où s'exercent les féodalités des rangs et des disciplines.

5De l'autre côté, le mouvement sportif est lui aussi un mouvement finalement assez étroitement cloisonné. Cloisons entre les hommes, cloisons entre les disciplines : on n'a pas vu beaucoup de manifestations où patineurs et rugbymen par exemple, où cyclistes et haltérophiles, travaillaient ensemble. Et on ne voit guère davantage de réunions où techniciens, bénévoles, athlètes, hommes politiques, travaillent ensemble à réfléchir sur leurs objectifs communs.

6Imaginer la cohabitation de ces deux mondes aux compartiments étanches, pour cette double activité qui est celle de l'Université Sportive d'Eté, activité de réflexion mais aussi pratique sportive, fût-ce au niveau le plus modeste, voilà qui représentait bien notre deuxième gageure. Votre présence ici aujourd'hui et l'âge que l'Université Sportive d'Eté a atteint montrent, me semble-t-il, que le pari a été gagné.

7S'il a pu l'être, c'est parce que l'Université Sportive d'Eté repose sur un esprit que je définirai très rapidement, si vous le permettez, dans quatre de ses dimensions principales.

8Esprit de jeu tout d'abord et qui me paraît important. L'Université Sportive d'Eté est en effet à l'opposé de ce que Montaigne appelait d'un si joli néologisme le "prélatement". Les gens de l'Université Sportive d'Eté ne se prennent pas pour des prélats, ils ne se prennent pas constamment au sérieux parce qu'ils ont retenu du Socrate de l'Apologie que la première science est de savoir qu'on ne sait rien, et que souvent la réponse la plus féconde à cette conscience de l'ignorance n'est pas l'angoisse mais le rire.

9Esprit d'équipe ensuite, qui a soudé au bout de dix ans tous ceux qui portent l'entreprise à bout de bras et dont le cercle, d'année en année élargi, ne cesse d'engendrer de nouveaux engagements, de nouveaux enthousiasmes. Et vous me pardonnerez peut-être, en ce 10ème anniversaire, un regard rapidement rétrospectif : nous avons remercié déjà tous ceux qui aujourd'hui nous accueillent. Je voudrais en compléter la liste en remerciant aussi tous ceux qui, à Poitiers, à Boulouris, à Montpellier, à Lille, ont permis à l'Université Sportive d'Eté de vivre, de croître, de devenir ce qu'elle est.

10Esprit de décloisonnement encore. On cherchera longtemps dans l'Université un lieu où se réunissent sociologues, philosophes, littéraires, botanistes, pharmaciens, médecins, physiciens, économistes, juristes, pour réfléchir ensemble à des préoccupations qu'ils partagent. On cherchera en vain dans le mouvement sportif un lieu unique où athlètes, dirigeants bénévoles, enseignants, techniciens, responsables politiques se retrouvent pour réfléchir ensemble à des objectifs communs.

11Esprit de communication enfin. L'Université Sportive d'Eté est en effet un lieu de rencontre mais c'est aussi un lieu de diffusion, un lieu de rayonnement. Les Actes diffusés tous les ans y contribuent largement. Y contribuent aussi un certain nombre d'entreprises concrètes qui sont issues directement de l'Université Sportive d'Eté. Jacques Marchand vient de rappeler, en effet, la création du Centre Européen de Communication Sportive. On pourrait rappeler de la même façon que les Assises Nationales du Sport sont nées à partir d'une Université Sportive d'Eté.

12Cet esprit de rayonnement, de communication, l'Université d'Eté la doit essentiellement à son caractère bicéphale (Université et Mouvement Sportif), voire tricéphale (Université, Mouvement Sportif et Médias).

13Car le stage de communication que Jacques Marchand vous a présenté tout à l'heure n'est pas dans l'Université Sportive d'Eté une pièce rapportée, quelque chose de surajouté. Il fait profondément corps avec l'Université Sportive d'Eté car — nous en sommes tous persuadés — la réflexion sur le sport ne peut être efficace (et nous avons en priorité le souci de l'efficacité) que si elle contamine peu à peu les comportements. Cela ne peut se faire que par le biais de cet outil que sont les médias. Pas de n'importe lesquels d'entre eux mais de ceux qui savent jeter à leur tour un regard critique sur leur propre action. C'est ainsi, vous le voyez, que l'Université Sportive d'Eté devient une sorte d'entreprise de responsabilisation de tous les partenaires, je dis bien de tous les partenaires du sport.

14Les objectifs de l'Université Sportive d'Eté ont en effet toujours été des objectifs pratiques. Ce souci a été particulièrement perceptible dans des Universités qui ont eu pour sujet par exemple "Les Hommes du Club", ou "Le Club au Quotidien". L'Université Sportive d'Eté s'est tournée aussi vers des problèmes politiques ou sociologiques, lorsqu'elle a étudié les mutations du sport ou encore le devenir du sport universitaire dans l'Europe de demain. Elle a abordé des problèmes techniques ou éthiques lorsqu'elle s'est penchée sur la question de la performance ou sur les relations entre le Sport et l'Enfant. En fait se dégage à travers tous ces sujets une préoccupation constante : comment concilier les exigences d'une morale dont le sport reste ou en tout cas devrait rester une illustration exemplaire et, de l'autre côté, celles d'une logique économique qui raisonne en termes de coûts, de bénéfices, de parts de marché ? Comment au fond situer une pratique moderne du sport entre l'austérité du moraliste d'une part et de l'autre le cynisme du mercantilisme.

15Constamment, me semble-t-il, l'Université Sportive d'Eté a posé ainsi le problème des limites, limites en amont desquelles le sport n'est plus sport parce que la sollicitation du corps y devient dérisoire, et en aval desquelles le sport n'est plus sport parce qu'il bafoue les principes qui le fondent. L'Université Sportive d'Eté, tout au long des dix années passées, s'est ainsi progressivement mais systématiquement spécialisée dans l'exploration de frontières.

16De ce point de vue là, le sujet retenu cette année : "Sports et environnement", n'est pas tellement à prendre comme un sujet à la mode. Certes, les manifestations des défenseurs de l'environnement périodiquement occupent le devant de la scène. Et périodiquement aussi, l'organisation de grandes manifestations sportives soulève d'interminables polémiques sur des installations coûteuses, défigurantes, et pas toujours très utiles, une fois éteints les lampions de la fête.

17Les problèmes de l'interaction entre le sport et l'environnement sont, il est vrai, des problèmes importants. Mais il me semble qu'ils ne représentent que la partie visible de l'iceberg. En fait, le problème qui se pose au sport et à l'environnement — à la politique sportive et à la politique de l'environnement — c'est la définition d’un certain nombre de limites à ne pas franchir, d'un certain nombre de normes pour qu'aussi bien le sport que l'environnement restent au service du bonheur de l'homme.

18Le sport et l'environnement ont entre eux des liens privilégiés, parce qu'ils sont deux domaines sensibles où se manifestent de façon spectaculaire les vertus et les défauts, les aspirations et les faiblesses, les réflexes de conservation et les pulsions de mort d’une société. Mettre en relation l'une avec l'autre, ce n'est pas seulement étudier les rapports qu'ils entretiennent entre eux, mais c'est essayer de définir les resssorts dont les figures prises par l'un ou par l'autre aujourd'hui ne sont que les résultats.

19Nous serons rapidement invités, je le pense, à dépasser le bilan anecdotique des conflits ou des rencontres. Et notre sujet, inévitablement, va nous conduire à réfléchir aux moyens de défendre la vie et l'homme, en n'agissant pas seulement sur les symptômes, en ne nous contentant pas de prescrire de l'aspirine pour tenter d'atténuer provisoirement les migraines du corps social, mais en n'ayant pas peur de lui administrer les antibiotiques pour lutter contre les surinfections, voire de lui imposer l'amputation pour éviter que la gangrène ne le ruine totalement.

20L'objectif est ambitieux, l'entreprise est risquée, car le terrain sur lequel nous nous engageons est un terrain tout à la fois mouvant et miné. Nous allons nous rendre compte au cours des journées qui vont suivre que les références sur lesquelles nous nous appuyions jusqu'à présent pour définir aussi bien le sport que l'environnement sont des références en train de s'effriter, de se diluer, références héritées des Lumières ou de la révolution industrielle, mais qui ne sont plus aujourd'hui directement utilisables, et dont l'utilisation peut même éventuellement se révéler dangereuse.

21D'un autre côté, nous avancerons en terrain miné parce que, vous le savez, s'y exercent et s'y exaltent, en des polémiques toujours recommencées, les pesanteurs des mythes et des préjugés les plus contradictoires.

22Je vous l'ai dit en commençant : l'Université Sportive d'Eté a une longue habitude des défis. Il me semble qu'elle manquerait son dixième anniversaire si elle ne restait pas fidèle à son esprit.

23Place donc à l'aventure. Désormais, vous le voyez, la 10ème Université Sportive d'Eté est bien ouverte.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.