Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Documents annexes

Séminaire des journalistes

Robert Pringarbe and Jacques Ferrari

Full text

NATIONALISME ET VIOLENCE. LE ROLE DU SPORT.

Robert Pringarbe

Président de l'Association Française pour un Sport sans Violence (Paris).

Introduction

1C'est un sujet délicat que celui que vous m'avez demandé de traiter. Ce n'est pas tous les jours que l'on est astreint à une telle confrontation reliant "l'espace et la réalité des choses". M'adressant à des interlocuteurs de qualité : universitaires, journalistes, dirigeants, et n'étant moi-même qu'un simple béotien, vous comprendrez mieux que j'ai dû "plancher"... Et sérieusement.

2D'après le Larousse du XXème siècle, le nationalisme "est une préférence déterminée pour ce qui est propre à la nation à laquelle on appartient". Le nationalisme est la "doctrine qui se réclame essentiellement de la tradition et des aspirations exclusivement nationales".

3"La nation est une communauté, le plus souvent installée sur un même territoire et qui possède une unité linguistique, religieuse, économique plus ou moins forte".

4Quant à la violence, toujours d'après le Larousse, "c'est une force intense, impétueuse, c'est aussi un abus de force, une contrainte exercée sur d'autres pour obtenir leur acquiescement". Mais, nous y reviendrons.

Du nationalisme

5Il paraît, et je cite ici Raoul Girardet, qu'il n'est "guère de mot dans le vocabulaire historique et politique de l'époque contemporaine, plus chargé d'ambiguïté que celui du nationalisme".

6Non seulement les considérations d'ordre moral, les préoccupations de la polémique, le souci de justifier et condamner ne cessent d’en altérer l'utilisation, mais c'est surtout sur le terme même et sur sa définition que pèse durablement l'équivoque. Mis en usage au XIXème siècle, en Grande-Bretagne et en France, "il n'a cessé de s'enrichir de significations successives dérivées les unes des autres mais non obligatoirement réductibles l'une à l'autre".

7Il se généralise à la moitié du XIXème siècle en conservant dans le langage courant une triple signification :

  • Il peut être péjorativement employé pour stigmatiser certaines formes outrancières de patriotisme devenant alors synonymes de chauvinisme.

  • Il peut encore désigner les revendications d'un peuple, d'une tribu, d'une ethnie assujettis et aspirant à l'indépendance. Aujourd'hui, nous en avons de multiples exemples sur tous les continents.

  • Il peut aussi servir d'étiquette et de profession de foi à certaines écoles et à certains groupements qui affirment la persistance dans l'ordre politique de la défense des valeurs nationales et des intérêts nationaux. Nous en connaissons.

8A bien y réfléchir, le "nationalisme", c'est aussi le fanatisme ! Nous en connaissons tous les effets néfastes. Depuis Néron, d'autres aussi, tout autant impérialistes ! Plus près de nous, le nazisme, la ségrégation,... Aujourd'hui, encore et toujours l'anéantissement de populations qui n'ont pas la faveur de ceux qui possèdent le "pouvoir" et "l'autorité" en raison de leurs origines.

9Ajoutons que d’après Pierre Arnaud (revue Sport Histoire - 4/1989), on doit noter qu'en France, les sociétés sportives ont souvent été les supports de l'exaltation du sentiment national, particulièrement après 1870. En fait, la défaite de Sedan a contraint les gouvernements de l'époque à souligner le rôle éducatif des sociétés de gymnastique, de tir et d'instruction militaire, et tout particulièrement dans les années 1880.

10"Dans l'histoire de la France s'affirme alors la volonté politique d'organiser et de contrôler la formation physique, militaire, civique et morale de l'enfance. Nous sommes alors en 1890, et ce projet d'éducation se concrétise progressivement dans le cadre d'une réorganisation complète des programmes d'enseignement".

11Il est honnête de reconnaître que notre pays traverse alors une période de crise "apte à exécuter l'identité nationale". L'enjeu est de faire de chaque Français un futur soldat, de régénérer la race, de la viriliser...

Le nationalisme est-il un obstacle à l'universalité du sport ?

12A l'image de la violence, le nationalisme est-il, dans le sport, un obstacle au développement de ce dernier, en particulier dans le cadre des rencontres internationales officielles ou même dites amicales ? C'est, me semble-t-il la question qui nous est posée dans l'intitulé de notre intervention : "Nationalisme et violence".

13La violence et le nationalisme sont en effet souvent associés. C'est vrai et nous en avons des preuves sous toutes les latitudes, encore qu'elles soient le plus souvent différentes, car les mots n'ont pas toujours la même signification ici et là.

14Pourtant, elles aboutissent toujours aux mêmes effets, le rejet, la destruction de celui qui, bien que reconnu comme un adversaire, est davantage considéré comme un ennemi.

15Certains, les journalistes en particulier, ont pris l'habitude de dire ou d'écrire que le sport appelle le nationalisme, par conséquent le "chauvinisme" et toutes les séquelles qui en découlent.

16On peut le comprendre, le reconnaître, voire l'admettre, mais ce n'est peut-être pas toujours le cas. Et je sais que cette controverse ne date pas d'aujourd'hui !

17Chacun de nous connaît bien ce que l’on appelle la "guerre des clochers". Elle existe encore çà et là.

18Comme la violence, le nationalisme est-il un obstacle au développement du sport et à son universalité ?

19Lorsqu'il se manifeste sur un stade, sur un parcours sportif — je pense au récent Tour de France cycliste — influence-t-il le déroulement de la rencontre ou de la compétition considérée ?

20Pour quelqu'un qui n'est pas du sérail - ni journaliste ni universitaire - qui est entré dans le sport par la petite porte, qui n'a jamais porté le maillot "national", il n'est pas facile de répondre ; c'est du moins mon sentiment, même si, pendant quelques années, j'ai assumé la responsabilité de secrétaire général du "Comité National des Sports" puis du "Comité National Olympique et Sportif Français".

Le rôle des médias

21Tout d'abord, un constat : le sport dont on parle depuis un siècle voire même un siècle et demi, occupe aujourd'hui — et cela remonte seulement à quelques décennies — une place de plus en plus importante dans la société moderne et principalement dans celle dite "avancée".

22Le développement du sport apparaît à l'évidence avec l'avènement de la télévision, voilà une quarantaine d'années seulement.

23Le nombre de pratiquants et de clubs recensés — dont je vous ferai grâce — est là pour en attester.

24Aujourd'hui, il suffit de regarder la télévision pour s'en convaincre en constatant notamment l’importance des programmes dits sportifs diffusés tout au long de l'année.

25Des heures d'antenne consacrées au sport...

26Je n'alourdirai pas mon intervention de statistiques des heures de retransmission, ni des taux d'audimat. Après ce que nous avons connu depuis le mois de mai, vous en savez tout autant que moi sur ce sujet.

27En fait, la retransmission des rencontres sportives est devenue un — véritable — spectacle. Très différent de celui que nous vivons sur les stades ou le long des routes lorsque nous assistons à une épreuve cycliste, ou dans les bois pour voir courir les crossmen.

28Parfois, on peut se demander si la relation dont est assorti le reportage à l'événement sportif ne joue pas un peu comme un "trouble-fête" (le Petit Larousse dit : Personne importante, indiscrète qui vient troubler la joie d’une réunion, par sa présence).

29On y constate souvent — trop souvent — un "chauvinisme" excessif qui excite et qui risque d'influencer les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs.

30La diffusion des récents J.O. d'Albertville autant que ceux de Barcelone nous en ont encore donné la preuve.

Que pensait Pierre de Coubertin du nationalisme ?

31Notre compatriote écrivait, il y a cent ans, dans un article intitulé "L'éducation physique au XXème siècle" : "... quant au nationalisme sportif il est avivé, certes, par la multiplication des rencontres internationales. L'émulation qui naît d'un match de football — entre Anglais et Français —, prenait-il la peine de préciser, d'une course à l'aviron entre Belges et Espagnols est évidemment d'un autre ordre et d'une autre nature que celle qui naît d’une simple course entre équipes de même nationalité".

32"Mais ce nationalisme, ajoute le rénovateur des J.O., ne saurait cesser d'être pacifique car l’esprit chevaleresque, la courtoisie, la bonne humeur, la bonne camaraderie sont l'essence même de ces rencontres et la condition première de leur succès".

33Pierre de Coubertin avait bien raison. Mais ce qu'il écrivait là remonte à un siècle et depuis notre monde a bien changé.

34Rappelons encore qu'il soulignait, en 1931, dans son ouvrage "L'Idée Olympique : Mémoires Olympiques" que les victoires modernes deviennent des symboles de la gloire nationale : l'athlète de compétition qui participe aux Jeux élève sa patrie et sa race..." Toutefois, et je cite Jürgen Moltmann (Olympie. Entre la Politique et la Religion) : "Il est certain qu'en conjuguant le sport mondial avec des sentiments nationaux, Coubertin faisait descendre le nationalisme dans l'arène. Comme beaucoup d’humanistes du XIXème siècle, il croyait à "une harmonie du national".

35Il ne pouvait pas prévoir ce qui s'est produit depuis : les rivalités nationales ont débouché sur des conflits mondiaux. Capitalisme, socialisme, Tiers Monde, autant de points de référence qui, fatalement, sont devenus ceux des Jeux olympiques d'aujourd'hui.

Ce qui importe : être reconnu par la Communauté Internationale

36Il est certain que les nations nouvellement émancipées à la suite des bouleversements géo-politiques que nous avons connus depuis le Traité de Versailles puis après Yalta (et dont les conséquences se font sentir aujourd'hui), après la décolonisation du continent africain et de certains pays asiatiques, l'implosion de l'U.R.S.S., les bouleversements des pays d’Europe Centrale qui éclatent et qui s'entre-déchirent, les pays du Moyen-Orient qui ne sont pas "frères", ajoutent à ce nationalisme comme à la violence...

37Pourtant, les grandes institutions gouvernementales ou non gouvernementales ne se réjouissent-elles pas d'accueillir en leur sein un nombre de plus en plus grand de pays, d'états, quel que soit le système politique ?

38Le nombre des nations siégeant à l'O.N.U. et à l'U.N.E.S.C.O., les Comités Olymiques rassemblés au sein du C.I.O., les fédérations affiliées à la F.I.F.A. ont presque doublé en un demi-siècle !

39On se bouscule pour prendre part au grand rassemblement quadriennal de la jeunesse du monde, voulu par P. de Coubertin... mais aujourd'hui même, on en limite le nombre des participants.

40Etre présent, "prendre part" c'est donner la preuve de l'existence de votre communauté reconnue comme telle par l'ensemble des "nations".

41D'aucuns affirment, dont Keba Mbaye (Sénégal) membre du C.I.O. : "Que le Monde est devenu Un", ajoutant que c'est une situation nouvelle pour tout le monde y compris pour le mouvement sportif car, auparavant, les stades reflétaient l’affrontement idéologique sur la conception de la liberté, de la démocratie, des droits de l’homme".

42Le même rappelle aujourd'hui : "la guerre froide étant terminée, un nouveau problème se pose : celui du retour en force du nationalisme".

43Ceci est vrai, et je le rappelais il y a un instant. La majorité des pays qui sont nés ou qui ont resurgi ces derniers mois n'ont de cesse d'être reconnus par les instances internationales.

44Leur désir profond : voir leurs couleurs flotter aux mâts qui sont dressés à New-York face au siège de l'O.N.U., à Paris, Place Fontenoy devant les bâtiments de l'U.N.E.S.C.O., et également autour des enceintes sportives qui accueillent les grands événements et particulièrement les Jeux olympiques.

45N'a-t-on pas entendu récemment l'ancien champion d'U.R.S.S., Sergei Bubka, entonner l'hymne ukrainien, comme il le faisait autrefois, mais en chantant l'hymne soviétique ? C'est un exemple.

46Alain Calmat, dans un article intitulé : "Sport et Nationalisme" (Pouvoir, no 61 - Le Sport), s'interroge pour savoir si l'on pouvait parler de nationalisme dans les Jeux rénovés par Pierre de Coubertin en 1894 alors que la charte olympique précisait que, "ne sont qualifiés pour représenter les couleurs d'un pays aux J.O. que les nationaux de ce pays. Les Jeux sont des compétitions entre individus et non entre nations" ! Ce principe demeure aujourd'hui, même si l'on a pris l'habitude de comptabiliser les médailles décernées et de décompter les places de finalistes. En fait, et je cite encore Alain Calmat : "Dans les Jeux Antiques comme ceux du début de l'ère moderne s'exprimait essentiellement l'esprit patriotique. La situation d'aujourd'hui est née sous l'influence de considérations politiques et économiques". L'existence éphémère de la R.D.A. en est un exemple frappant. Notons pourtant que les données sont différentes dans les sports d'équipes où l'adversaire est identifié. Par conséquent, l'enjeu de la rencontre prend une autre dimension.

La violence

47Venons-en au second volet de cette intervention, le problème de la violence par rapport au nationalisme encore qu'il en ait déjà été question à plusieurs reprises.

48Partout, dans quelque domaine que ce soit, la violence est une ignominie. C'est comme un fléau, une plaie endémique. Pour moi, elle est surtout le fait d'énergumènes, de joueurs en premier lieu, de sportifs, ceux mêmes qui veulent manifester leur caractère, leur virilité, leur brutalité, leur hargne. Elle n'existe pas que dans les seuls sports collectifs ! N'a-t-on pas vu dernièrement sur un circuit de Fl, deux concurrents en venir aux mains ? Nous en connaissons tous. Certes, les lieux où se pratique le sport ne sont pas des "sanctuaires". Ce ne sont pas pour autant des "champs clos" où tout est admis, y compris la mise à mal de l'adversaire (en tauromachie peut-être...).

49Nous avons pris l'habitude de dire que le sport n'est pas la guerre et nous devons toujours l'attester. Le sport, c'est aussi l'affirmation d'un groupe dans un esprit fraternel. Est-on fraternel lorsqu'on se bat ? La genèse nous rappelle le drame d'Abel et de Caïn, ce dernier jaloux de voir son frère préféré par Dieu. Egalement le duel de David et de Goliath et le meurtre d’Urie pour épouser Bethsabée.

50La violence nous concerne tous. Lorsqu'il y a un enjeu, elle risque de prendre une ampleur exceptionnelle. C'est pourquoi le sport a ses règles pour empêcher les "débordements" excessifs.

51C'est pourquoi, aussi, il faut éviter que les règles du sport soient stupidement autoritaires. C’est un conseil. Comme le déclare Jacques Ferran (appelez violence ce qui est inacceptable - Sport, Violence, Fair Play), dont vous savez le rôle pour donner du sport sa meilleure image : "L'homme en général et le sportif en particulier ne sauraient, de toute évidence, se défaire de leurs tendances agressives sans se séparer d'une part fondamentale d'eux-mêmes". Il ajoute : "Il n'a jamais été question dans notre esprit d’édulcorer le sport en le privant notamment dans ses manifestations de haut niveau, de l'intensité de l'engagement, ni même de la passion dont il se nourrit". Jacques Ferran continue et rappelle "qu'en acceptant aveuglément le droit à l'excès dont parlait P. de Coubertin, le sport avait tendance à glisser insensiblement de l'agressivité à la violence, de la combativité à la brutalité, de la passion au fanatisme et qu'il risquait, en oubliant sa finalité, qui est de vaincre, de perdre son âme”.

L'attitude déterminante des spectateurs et des supporters

52Le public, les spectateurs, ceux qu'on a pris l'habitude d'appeler les supporters, s'identifient à leurs compatriotes. Ils deviennent des nationalistes (lorsqu'il s'agit d'une rencontre internationale). Plus ils sont nombreux, plus ils font de bruit et plus ils imaginent, avec plus ou moins de raison, qu'ils soutiennent "les leurs", qu'ils les aident à réussir, à vaincre. Ce public "est passionnel" — même si la rencontre ne dégénère pas, comme c'est le cas en Suède, sur les stades tout au moins, où on a pu remarquer la correction des supporters — il a en général tendance à prendre fait et cause pour ses compatriotes, à mettre l’arbitre à l’index. A lui, on ne "passera rien", non plus qu'à l'adversaire. En fait, ces supporters, comme le souligne Alain Calmat, sont davantage des "patriotes" que des nationalistes. Toutefois, tout peut dégénérer, prendre des formes violentes et agressives. C'est le cas le plus souvent de bandes organisées qui viennent assister à "la" rencontre pour en "découdre" hors du terrain.

53Dans l'article "Sport et Nationalisme", déjà cité, Alain Calmat souligne que depuis vingt à trente ans, les chefs d'Etat français ont toujours honoré les champions au retour de leurs "campagnes" victorieuses. L'ancien ministre ajoute : "par définition l'Etat est directement engagé par l'aspect national du sport". Il rappelle "la coopération étroite qui règne avec le mouvement sportif", soulignant l'imbrication du sport et de l'appareil d'Etat dans certains pays tels l'ex-R.D.A. et l'Union Soviétique, et les cas particuliers de la Corée du Nord et de la Chine.

54Pour conclure, l'ancien champion du monde et ministre précise que "s'il a des effets négatifs, le nationalisme dans le sport est aussi celui qui permet de gommer, l'espace d’une rencontre, toutes sortes de différences, politiques, sociales, raciales". C'est vrai dans les sociétés qui vivent en paix avec leurs voisins.

En guise de conclusion

55Si l'on en croit Paul Weiss de l'Université de Yale (Charte Olympique), "peu de phénomènes suscitent autant que le sport un intérêt aussi intense et une telle adhésion affective". La vedette sportive devient une icône représentative et les équipes des substituts pour exprimer les attachements locaux ou nationalistes extrêmement forts. "Le sport, qu'on y participe ou qu'on le regarde, joue vite sur les émotions. Il gagne aisément la dévotion des hommes". Pourtant, "le sport encourage et améliore la bonne volonté internationale" (Charte Olympique). Ceux qui vivent l'olympisme en sont bien convaincus, même si s'élèvent parfois quelques "fausses notes". Le même Paul Weiss affirme pourtant contradictoirement "qu'il n'y a aucune preuve que le sport en soi, à l'échelle nationale ou internationale encourage la bonne volonté même élémentaire". Certains autres affirment qu'il y a peut-être moins d'aliénation dans le sport moderne (John Colleman et Grégory Daum dans le numéro Le Sport, de la revue Concilium). D'autres ajoutent qu'il y a probablement davantage de racisme dans le sport que de nationalisme, conscients toutefois que le sport comme la religion représente un "appel au rite" (John Colleman et Grégory Daum, ibid). Le nationalisme est-il lié à la violence ? Certainement, et nous en avons eu la preuve. Mais ce que nous devons retenir essentiellement, c'est que l'intolérance est la forme de violence que l'on retrouve le plus souvent, quelles qu'en soient les causes et le nationalisme n'en est pas la moindre ! Aujourd'hui on dit volontiers : "ce sport qui mène le monde" (Croissance no 251 de juillet/août 1992), et l'on ajoute, à propos des Jeux olympiques : "Un monde nouveau rentre en compétition entre nationalisme exacerbé et marketing...". En fait, nous touchons, avec le marketing et tout ce qui en découle, le point le plus important pour l'avenir des Jeux olympiques et peut-être du sport comme nous le concevons, animés que nous sommes d'un certain humanisme.

LA PRESSE ET LES VALEURS FONDAMENTALES DU SPORT.

Jacques Ferrari,

Président de l'Association Internationale pour un Sport sans Violence.

56Le cadre général de nos investigations peut se résumer en trois mots : nationalisme(s), éthique et violence. Dans quelle mesure les nationalismes (qu'exaspèrent les récents événements européens : soit par l’éclatement des empires, soit par résistance aux tentatives d'union) développent les antagonismes, les rivalités, les affrontements et par conséquent pervertissent la conception d'un sport rassembleur, d'un sport loyauté, d'un sport fraternel ? Y-a-t-il contradiction entre nationalisme et sport ? Ne peut-on pas considérer au contraire que le sport a besoin — et se nourrit — des différences, et qu'il a toujours, depuis la plus haute antiquité, vécu sur l'opposition des cités, des clans, des peuples ? Et que cette façon — sportive — de s'affronter est à encourager précisément lorsqu’elle est loyale, régulière et dépourvue de haine ? L'extraordinaire exemple du Danemark, affirmant sa spécificité et son refus d'alignement en même temps qu’il s'imposait, par sa confiance en ses valeurs, contre les géants européens plus alignés ! L'hypothèse qui guide ma réflexion est donc la suivante : à condition que le sport demeure du sport (qu'il conserve sa spécificité, son éthique et donc ses valeurs), il est ce qui peut le mieux assumer la survivance des nationalismes en ce qu'ils ont de positif.

57Voilà pour la toile de fond.

58Mais le thème que j'ai à traiter est un cas particulier de ce problème plus général. Il est formulé ainsi : "La presse (les médias) et les valeurs fondamentales du sport".

59Qu'est-ce à dire ? Si valeurs fondamentales du sport il y a (et nous allons voir que cette idée ne va pas de soi), les médias portent-ils à cet égard une quelconque responsabilité ? Doivent-ils par exemple se tenir pour coupables des excès et des déformations dont le sport est entaché (excès de chauvinisme, de violence, de dopage, de corruption, de commercialisation, de politisation). Or, si leur responsabilité est engagée, qu'y a-t-il lieu de faire sur le plan national et peut-être même sur le plan européen ? Un appel devrait-il être lancé à Lille, en cette fin d'été 1992, à une prise de conscience de tous les médias de notre continent — et d'abord de la C.E.E. — pour qu’ils comprennent mieux ce qu'on entend par "idée sportive" et qu’ils apprennent à mieux la protéger contre ses déformations ?

60Vaste débat, vous en conviendrez, et que je n'ai pas la prétention de traiter en quelques mots. Mon ambition se bornera à ouvrir quelques pistes de réflexion. Trois pistes qu'on pourrait intituler ainsi :

  1. Peut-on s'entendre sur ce qu'on appelle les "valeurs du sport" et les menaces dont elles sont l'objet ?

  2. Où se situent les responsabilités des médias ?

  3. Y a-t-il des mesures à envisager ?

611 - Le fond du problème est à mes yeux le suivant : c'est bien joli d'accuser les médias de déformer le sport, encore faut-il s'entendre sur ce qui est déformable. Autrement dit : ce sport, dont on prétend qu'il est menacé dans sa substance même, qui peut affirmer qu'il a une substance ? Ses valeurs ! Qui les a déposées en lui ?

62Or, si l'on ne s'entend pas pour définir ces fameuses valeurs, comment supposerait-on que l'on porte, en ce qui concerne leur protection, une quelconque responsabilité ? Affirmer l'identité du sport (sa dignité, sa crédibilité), par delà le contexte social dans lequel il est plongé, apparaît donc comme la condition indispensable à toute réflexion sur la responsabilité des médias. Ou l’on croit que le sport n'est du sport que s'il remplit certaines conditions, ou l'on n'a vis-à-vis de lui aucune obligation, aucun scrupule.

63Cette analyse primordiale de l'identité sportive nous mènerait très loin si nous entreprenions de la pousser à fond. Contentons-nous de l'ébaucher ici.

64Il faudrait partir de l'incertitude où l'on se trouve dès que l'on doit se prononcer à propos de ce que l'on entend par sport. Jamais il n'a été aussi présent qu'en cette fin de siècle ; mais jamais il n'a été, du même coup, aussi peu reconnaissable. Les formes qu'il revêt sont multiples, foisonnantes. Ses structures elles-mêmes éclatent et sont l’objet de pressions et de récupérations. Ses rôles sociaux et ses images sont devenus tellement complexes qu'ils obscurcissent sa propre signification. Tout le monde, du champion olympique au rameur solitaire, du vétéran cyclotouriste à l'enfant qui joue au ballon, et même de l'acrobate de cirque au joueur d'échecs, prétendant être "sportif", on finit par ne plus savoir donner de contenu au mot lui-même.

65Cet émiettement et cette imprécision ont entraîné la disparition ou la décadence de toute une série de valeurs que l'on croyait inséparables du sport, comme le désintéressement, par exemple, ou l'indépendance du pouvoir sportif. La fameuse idéologie héritée notamment de Courbertin (cette "religion" d'un sport fraternel, harmonieux, guérisseur, etc...), n'a pas résisté à l'évolution des mœurs et des mentalités et à la lucidité de ceux qui ont décidé de regarder le sport tel qu'il est. Et qui n’est en soi ni bon, ni mauvais. Qui existe et qui répond certainement à des besoins profonds de la nature humaine. Mais qui, étant à la merci de notre société, peut libérer ou aliéner, rapprocher ou séparer, équilibrer ou déformer, guérir ou tuer, donner du plaisir ou de la souffrance, canaliser l'agressivité ou l'exaspérer. Le sport n'est à l'abri d'aucun excès, d'aucune perversion. Il est une construction humaine et comme tel, vulnérable et aléatoire. Il n'est finalement que ce que nous en faisons.

66Cependant, une fois reconnus ces transformations et ce déboussolage du sport, force est de constater que l'idée de sport continue de résister aux menaces et aux appropriations. Les preuves en sont innombrables, et je ne vous en infligerai pas l'énumération. Mais il est évident que chaque fois qu'une décision ou une attitude heurte en nous notre conception du sport (lorsque, par exemple, un vainqueur de Paris-Dakar est désigné par tirage au sort ou lorsqu'un champion de tennis injurie un arbitre), on peut en conclure que nous croyons en quelque chose dans la compétition sportive sans laquelle elle ne mériterait pas ce qualificatif de sportive. Lorsque la joie ou les larmes défigurent l’athlète professionnel ou lorsque que David Campese, l'ailier du XV australien, déclare : "Je préfère perdre en jouant bien, que gagner en jouant mal", on touche du doigt ce que les philosophes appellent un "noyau dur" du sport, c'est-à-dire ce pourquoi nous tenons à lui, ce pour quoi il est du sport, et pas n'importe quelle autre activité humaine à base d'énergie et de motricité.

67Le seul exemple de la lutte antidopage suffirait à éclairer ce point de vue. Si avec un courage presque surhumain des hommes n'avaient pas entrepris d’interdire aux sportifs en compétition ce qu'on tolère des autres individus, le sport privé perdrait toute raison d'être. Pourquoi trouvons-nous juste, et à la limite indispensable à la survie du sport, qu'un athlète dopé soit privé de ses performances ? Parce que l'athlète en se droguant viole une éthique, non dite peut-être, mais sans laquelle le sport ne serait plus ce qu'il est. Cette éthique particulière même du sport, qu'on commence à peine à analyser.

68Pareille spécificité du sport, même si elle demeure ancrée à travers le monde dans la plupart des esprits, n'est pas une vertu immanente et sacrée, plus forte que tous les assauts de la société. Elle ne subsistera que dans la mesure où elle sera affirmée, confortée et protégée. Mais les Jeux olympiques, cette vitrine suprême du sport, sont, comme dans l'Antiquité, menacés de distortion, de perversion et d'anéantissement. Heureusement, jusqu'à ce jour, il semble que même ceux qui utilisent le sport à des fins purement commerciales ou politiciennes se rendent compte que leur intérêt coïncide avec une image d'un sport fidèle à lui-même et à ses valeurs.

69N'importe ! La question se pose : que faire pour que le sport demain soit digne d'être considéré en lui-même avant d'être exploité par les autres ? Et dans ce combat difficile et passionnant, que peut-être, quel doit être le rôle des médias ?

702- Nos responsabilités sont évidentes et l'on ne les soulignera jamais assez. Ici je ne peux que vous renvoyer au contenu des deux livres blancs de l'U.S.J.S.F., sur les limites de notre responsabilité (nous ne sommes responsables que dans le mesure où nous sommes libres et l'on ne doit pas confondre la température d'un malade avec le thermomètre enregistreur), et sur les formes qu'elle revêt. Défaut de culture générale, et même de culture sportive, absence d'attention à ces problèmes de fond (on n'éditorialise presque jamais sur le sport, et les débats sérieux n'existent presque pas), manque de solidarité entre journalistes de sport, chauvinisme affiché ou latent s'exprimant de cent manières différentes (et qui mériterait un examen approfondi), cumul des fonctions et des rôles privant le journaliste de tout esprit critique, complicité enfin dans le milieu sportif et ses tares, qui empêchent trop souvent le journaliste de dénoncer les menaces qui pèsent sur l'image et la crédibilité du sport.

71Il n'est que de lire à ce sujet un récent article de Jacques Julliard dans le Nouvel Observateur intitulé : "J.O. : plaidoyer contre l'esclavage".

72Julliard y dénonce le dopage persistant ("Il y a désormais des concours que l'on ne peut plus regarder") et ce qu'il appelle "l'esclavage de ces petites gymnastes de quatorze ans, dont le sort, des années durant, n'est guère plus enviable que celui des petites martyres thaïlandaises condamnées à l'abattage dans les bordels de Bangkok". "Trois milliards de téléspectateurs", dit-il, "et pas une protestation". Ne parlons même pas des "journalistes sportifs". Et après avoir proposé cinq mesures simples pour faire quelque peu baisser le niveau de "l’hypocrisie olympique", il conclut : "Il serait utile de dénoncer toutes ces supercheries. Il faudrait pour cela que les commentateurs sportifs se rappellent qu'ils sont des journalistes, qu'ils redeviennent l'élite de la profession. Qu'ils renoncent à leur part de corruption, qu'ils soient critiques et non complices, qu'ils apprennent à manier le stylo comme un stylet et non comme une brosse à reluire".

73Il est indispensable de tenir compte de ce regard, à l'intérieur même de notre profession. Sommes-nous assez conscients de ce qui menace le sport auquel nous tenons ? Jouons-nous bien notre rôle informateur mais aussi formateur ? C'est ce que j’ai envie de répondre à Julliard.

74Je pense que la conception selon laquelle il existe des hommes de pouvoir (ceux qui agissent directement sur les choses) et des témoins, les médias, qui se contentent de regarder et d'informer, est dépassée. Les médias, par l'importance qu'ils ont pris dans leur manière d'éclairer un événement ou de présenter un individu, sans parler, notamment en sport, de leur prise en charge de l'événement, des acteurs, constituent un pouvoir obscur, trouble, mais non moins réel. Le sport, historiquement lié avec les organes de presse, a cru pouvoir s'en libérer en devenant adulte. Or, peut-être qu'il n'a jamais été aussi assujetti à certains médias qu'aujourd'hui.

75Toutes ces raisons font que l'ensemble de la profession ne peut pas, me semble-t-il, ne pas se déclarer comptable, d'une certaine manière, de l'avenir du sport et de la façon dont il va évoluer. Directement ou indirectement, soit que nous organisions, soit que nous achetions, soit que nous observions, par notre intervention ou par notre liberté, nous jouons un rôle majeur dont nul n'est en droit de nous tenir quitte.

763 - Dès lors que pouvons-nous envisager ? C'est dans le domaine des actions à entreprendre que j'aimerais voir porter l'essentiel de nos débats.

77Les maîtres-mots auxquels je voudrais me référer sont : prise de conscience, formation, solidarité, participation.

78- Comment faire pour que les médias aient davantage conscience des problèmes que connaît le sport ? Et qu'au lieu de s'en faire les défenseurs aveugles et passionnés, ils apprennent à faire la différence entre un sport fidèle à ses valeurs et un sport corrompu ou dévoyé ? Comment faire progresser cette idée que le sport est un "bien culturel" dont nous sommes, d'une certaine manière, responsables ? Cette notion de responsabilité à l'égard du sport lui-même, et de son éthique comment l'imposer à tous ceux qui détiennent une part de l'influence médiatique ? Par des colloques comme celui-ci. Par la participation des journalistes à tout ce qui a trait à l’avenir du sport (Assises Nationales, Congrès Olympiques, commission T.V.-C.S.A., etc...). Par la mise en scène de ces questions dans tous les organes de presse possibles. Tout faire pour que notre responsabilité soit clairement et hautement affichée.

79- La formation ensuite. Et sur ce point Jacques Marchand, qui se bat depuis longtemps avec une opiniâtreté sans défaillance, vous en dirait beaucoup plus que moi. Dans les écoles de journalisme, mais aussi dans l’enseignement secondaire et à l’Université, le sport doit devenir davantage matière de connaissance et d’examen (le sport sous toutes ses formes : dans son évolution historique, dans ses structures et dans sa finalité et son éthique). Si chaque français savait mieux de quoi il parle quand il parle de sport, le journaliste spécialisé serait plus conscient de ses obligations envers sa propre culture et envers le sport. Quel programme pour cette Université Européenne dont il va être question tous ces jours ci !

80- Je crois la solidarité nécessaire entre tous les médias de sport (et il y a longtemps que nous nous efforçons de jeter des passerelles, hélas bien fragiles, entre presse écrite et presse audiovisuelle), mais aussi entre journalistes de sport et journalistes d’information. Jacques Chancel a déclaré récemment que, désormais, un journaliste de sport, de par sa curiosité et son professionnalisme, était capable de couvrir n’importe quel événement. Cet événement me semble ambigu, dans la mesure où il apparaît comme une révélation presque miraculeuse ! Cela signifie que jusqu'à aujourd'hui nos confrères des informations générales nous prenaient pour des journalistes mineurs, cloîtrés dans leur spécialité et incapables de parler d'autre chose que d'un changement de braquet ou d’un tacle aussi réussi. Effacer les incompréhensions et les cloisonnements entre formes de presse, introduire la presse sportive à sa place (qui n'est pas mince) dans la presse générale, demande un effort et des initiatives qu’il serait bon de prendre en compte.

81- Notre participation enfin doit être plus importante. C'est un point sur lequel je me suis souvent trouvé en désaccord avec mes confrères, à l'U.S.J.S.F. et à l'Equipe. Reconnaître leur responsabilité à l’égard des dangers que court le sport, et faire attention à ne pas hurler avec les loups, ils y consentaient à la rigueur. Mais jouer un rôle plus actif, entrer dans le mouvement, militer en faveur de cette protection des valeurs sportives dont j'ai assez parlé leur apparaissait comme fastidieux et même comme incorrect vis-à-vis de leur liberté et de leur indépendance.

82Et pourtant, avons-nous à regretter l'engagement pris par certains d'entre nous à l'égard d'un sport dont nous pensons qu'il a besoin du militantisme de tous ceux qui ont appris à le connaître et à l'aimer ? Devons-nous regretter d'avoir participé de près à tous les mouvements qui s'efforcent de plaider pour un sport rendu à lui-même : Comité Internationnal du fair-play, Association Internationale contre la Violence dans le Sport, Association Française, U.N.E.S.C.O., Conseil de l'Europe, Comité d’Ethique, etc. ? Ne sommes-nous pas idéalement placés pour savoir ce qui se passe partout où le sport pousse ses branches ? Et ne sentons-nous pas que si, de ce poste privilégié, nous n'intervenons pas, personne à l’intérieur de l'institution sportive, parmi ceux qui épousent bon gré mal gré ses écarts, ne pourra intervenir aussi crûment ?

83Les difficultés de notre action sont très peu relayées par nos confrères. Et il y a une méfiance sinon un rejet des pouvoirs sportifs (C.I.O., F.I.F.A., C.N.O.S.F.). Comment convaincre et pousser davantage ? Où trouver des relais ?

84En conclusion, j'ai essayé d'ouvrir des horizons, des chantiers également, vous faire part de mon expérience, mais aussi de mes incertitudes pour entendre vos réactions. Pousser les choses plus loin si vous le croyez nécessaire, et si vous approuvez la voie que nous avons choisie.

L'INDÉPENDANCE DU JOURNALISME SPORTIF : PRESSIONS ET MENACES.

Jacques Marchand,

Président honoraire de l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France.

85Précision d'abord sur le vocabulaire : "influence" "pression" "menace" "agression" sont des expressions utilisées avec des nuances pour qualifier des actions qui, si elles relèvent d'une même intention de contrarier l'indépendance de la presse, n'ont pas la même force et les mêmes effets. Pourtant les journalistes doivent se préserver des unes et des autres.

86"L'influence" est une tentative d'orienter l'information. Elle peut être douce, subtile et même amicale ; elle n'en est que plus dangereuse.

87"La pression” est un influence affirmée pour peser sur une décision ou sur la conscience de celui qui la prend.

88"La menace" est une pression appuyée d'une tentative d'intimidation.

89"L'agression" est l'exécution de la menace et peut prendre toutes les formes de sévice moral ou physique.

90Les menaces ne sont pas, bien sûr, l'exclusivité de la presse sportive, mais s'exercent sur toutes les autres catégories de presse par les pouvoirs en place qui ont intérêt à contrôler et à maîtriser l'information. L'histoire témoigne que tout régime politique, selon qu'il est plus ou moins autoritaire ou libéral, menace plus ou moins l'indépendance de la presse. Napoléon 1er n’autorisait que cinq journaux sous son empire, et supprimait comme inutile celui qui ne lui était pas assez favorable. Les dictateurs, de tous temps et toutes nationalités, ont emprisonné et parfois exécuté les journalistes contestataires. Les journalistes de sport, dieu merci, ne subissent pas un tel sort, mais ils peuvent être exécutés autrement et surtout, ce qui est plus courant, ils sont contraints parfois de renoncer à leur indépendance pour satisfaire les impératifs économiques de leur entreprise. Ils sont amenés, le plus souvent pour justifier ou valoriser un soutien publicitaire ou promotionel, à monter démesurément et artificiellement un événement ou une compétition. Ils subissent les pressions des grands de leur monde, c'est-à-dire des hommes d'influence du monde sportif... et du monde commercial, qui l'accompagne au point de se confondre avec lui. Ils subissent aussi bien leur autorité que leur générosité intéressée (invitations, cadeaux, et autres), dont ils sont ensuite redevables. Ces pressions sont plus graves qu'il n'y paraît, car elles constituent d'authentiques menaces, et pour le journaliste et pour le sport.

91Pour le journaliste d’abord, dont la profession tout court, mais aussi la profession de foi, est de recueillir, vérifier, et sélectionner l’information, d'en juger et mesurer l'importance. Donc d’être responsable de sa présentation par le choix de son moyen d'expression, à travers les mots, les paroles, les images. Un journaliste influencé, impressionné, pour ne pas dire "pressionné" ou pire encore menacé, n’a plus la liberté de ses choix. Sa pensée lui est dictée, et s'il défend d'autres intérêts que ceux de ses lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs, il trahit sa fonction d'informateur et devient un agent d'une communication de promotion ou d'une communication commerciale, activité certes honorable, mais qui n'est pas celle du journaliste. Donc trop lié à son sujet ou à son milieu, le journaliste devient suspect, il est moins crédible. Son journal aussi.

92Pour le sport ensuite, qui a beaucoup à perdre et en particulier dans une perte de crédit de sa presse. Parce que sa pratique d'abord, son développement, sa popularité — donc sa rentabilité — et, hier comme aujourd'hui, son économie dépendent essentiellement des médias. Parce que pour fidéliser son public, le spectacle sportif a besoin de garantir la sincérité de la compétition. Et la meilleure garantie de l'authenticité de cette compétition est le témoignage d'une presse qui ne soit pas complice de l'événement et qui dispose de sa liberté de jugement et de critique. Donc, toute perte de crédit des médias entraîne inévitablement une perte de crédit du sport lui-même. Les menaces sont-elles devenues plus dangereuses qu'elles ne l'étaient par le passé ? Certainement. Pour deux raisons essentielles. D'abord dans l'esprit : les valeurs du sport et plus spécialement ses valeurs éducatives sont de plus en plus abandonnées. Ensuite, dans les faits : s'appuyant sur sa montée en puissance, la télévision a conquis d'abord le marché économique et, devant la soumission des fédérations, une partie du pouvoir sportif. Le fait principal et déterminant, qui a accéléré ce phénomène de conquête et souligné la menace, est le principe de l'exclusivité des retransmissions. La chaîne qui achète un événement, d'abord elle en dispose, elle l'adapte à ses besoins et ses horaires, elle le revend aux commerciaux avant de l'offrir ou de le revendre une deuxième fois à sa clientèle (chaînes cryptées, mais aussi chaînes financées par la taxe), elle l'interdit à ses concurrents.

93Permettez moi d'insister sur quelques points : ce qui est nouveau et contraire aux usages de la presse écrite. La presse sportive, depuis sa naissance au milieu du XIXème siècle, a toujours encouragé, patronné ou même organisé les principaux événements qui lui fournissaient sa matière journalistique de base, mais la tradition (et son intérêt) étaient de faire partager l'actualité qu'elle créait par ses confrères pour la valoriser et l'amplifier. Le Tour de France cycliste est en cela le modèle du genre. Il a fait la réputation et la fortune de L'Auto au début du siècle et celles de l'Equipe plus tard.

94Donc, la notion d'entrave au "droit à l'information dû au public" n'est intervenue que tout récemment avec la privatisation de certaines chaînes et le climat de concurrence acharnée et parfois aveugle qu'elle a entraîné en particulier sur le terrain du sport. Il aura fallu la plus vive réaction de l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France qui a alerté l'opinion, le mouvement sportif, les pouvoirs publics et qui a pu se faire entendre de Roland Faure, intéressé aux problèmes du sport et de la télévision, au sein du C.S.A. (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) pour obtenir des télévisions l'adoption d'un "code de bonne conduite" et le respect de règles élémentaires.

95Tout danger est-il écarté pour autant ? Admettons, pour le mieux, qu'il soit limité, Il est limité à la "conscience" du journaliste de ses réelles responsabilités, non pas vis-à-vis de son employeur et de sa hiérarchie, ou de sa propre carrière, mais vis-à-vis de sa profession et vis-à-vis surtout du sport. Le journaliste de sport en général et de télévision en particulier doit veiller plus à sa crédibilité qu'à son look, en évitant de valoriser l'événement acheté, sous prétexte qu'il est devenu un produit "maison" et de ne pas constamment feindre l'enthousiasme délirant pour ce qui n'en vaut pas la peine et en qualifiant d"'exceptionnel", d"’historique”, de "match du siècle", ce qui est courant et banal dans le domaine ou dans la spécialité qu'il couvre.

96Hier les menaces pour les journalistes avaient un nom et un visage. Elles s'appelaient Claude Bez ou Bernard Tapie qui nous combattaient ou nous dénonçaient ouvertement, et qui voulaient nous imposer leur loi. La menace était directe. Celle d'aujourd'hui est insidieuse, puisqu'elle enchaîne le journaliste et le compromet dans son indépendance, sans qu'il s'en rende toujours bien compte.

Author(s)

Président de l'Association Internationale pour un Sport sans Violence.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Terms of use: http://www.openedition.org/6540