Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

Synthèse de l'Université Sportive d'Eté

Robert Denel et Ernest Gibert

Texte intégral

Robert Denel

1A la suite de la synthèse livrée par Jacques Marchand à propos du stage Communication et du Séminaire des Journalistes, le moment est venu de clore cette Université Sportive d'Eté. La tâche en incombe à Ernest Gibert.

Ernest Gibert,

Professeur à l'Université de Rouen, Premier Vice-Président de l'U.N.C.U.

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesses, lâche
Un bateau frêle comme un papillon demai.
A.Rimbaud,
Le bateau ivre

2La synthèse est souvent un exercice réservé à ceux qui, seuls, n'auraient rien à dire. La confiance qui leur est accordée tient à l'assurance qu'ils présentent lorsqu'il s'agit d'être sûr qu'aucune idée nouvelle ne viendra, au dernier moment, perturber l'équilibre d'un long débat. Elle n'est jamais donnée sans inquiétude car on exige de ceux qui s'y livrent — outre une absence d'imagination — fidélité, mémoire et concision.

3Voilà pourquoi, au moment de remplir cette tâche, on peut se sentir désorienté. Surtout, lorsqu'au terme d'une semaine passée ensemble, on se trouve dans un état de sentiments partagés : rassuré et inquiet.

4Rassuré d'abord, parce que cette 9ème Université Sportive d'Eté, consacrée au Sport, à l'Université et à l'Europe, nous laisse de remarquables richesses. Richesse des échanges et des analyses qui ont été développées au cours de ces cinq jours. Richesse de l'écoute et du dialogue, voire des propositions même si celles-ci n'ont pas toujours été à la hauteur de nos espérances.

5Rassuré parce que nous avons travaillé dans un climat de confiance et d’estime réciproque auquel nous sommes attachés. Nous nous sommes écoutés pour mieux nous entendre. Nous nous sommes respectés dans nos différences ; même lorsqu'elles pouvaient éventuellement conduire à des divergences. Chacun repart d'ici avec un peu de l'autre.

6Ces satisfactions non négligeables ne vont pas sans s'accompagner d'inquiétudes.

7Inquiétude devant le constat de ce que le sport, qui devrait être une passion, tend à devenir un objet de consommation qui, bientôt, si nous n'y prenons garde, comme nous en avertissait Roland Faure, ne méritera plus le nom de sport.

8Inquiétude parce que, en dépit de l'importance des efforts fournis, nous n'avons pas répondu à toutes les questions et, notamment, à la plus importante : le sport universitaire a-t-il une spécificité ? Quel sport universitaire voulons-nous ? Pour prétendre concevoir une politique du sport universitaire en Europe, il sera nécessaire de dire plus clairement ce que nous entendons par sport universitaire ; il faudra nous interroger sans ambiguïté sur ses objectifs et sur ses valeurs.

9Par référence à l'histoire de la peinture, on est en droit de se demander si le sport universitaire n'est pas entré dans sa période cubiste. Il est semblable à cette nature morte à l'espagnole, de Pablo Picasso, que vous avez admirée au Musée d'Art Moderne de Villeneuve d'Ascq. On croit distinguer le contour d'une bouteille et sur une étiquette discerner le mot rhum ; mais il faut recourir à notre imagination pour décider qu'il s'agit d’une bouteille de rhum. Il en est ainsi, me semble-t-il, à l'heure actuelle, du sport universitaire. Comment faire pour identifier plus clairement l'objet et son contenu ?

10A la question, "le sport universitaire, qu'est-ce que c'est ?", nous n'avons pas apporté de réponse définitive. Nous avons cependant fait quelques pas dans la bonne direction. Je pense, par exemple, à la définition — provisoire, disait-il — proposée par Jean-Paul Schneider. Il convient, selon lui, de considérer le Sport Universitaire dans sa dimension la plus élargie, c'est-à-dire sous son triple visage : formation à l'enseignement des activités physiques et sportives, recherche dans ce même domaine des A.P.S., pratique des activités physiques et sportives par la communauté universitaire entendue dans son acception la plus large.

11Cette présentation offre l'avantage de nous rappeler que le Sport Universitaire est un univers complexe, hétérogène, kaléidoscopique, qui doit être conçu à partir du terrain et non point en se lançant à la recherche d'un concept. En Europe, le Sport Universitaire est divers ; sous ses formes et dans ses apparences. Sa richesse vient autant de ses différences que de ses similitudes. Tel me paraît être l'enseignement majeur de cette Université Sportive d'Eté, qui mérite d'être développé en premier. Comment mieux éclairer le kaléidoscope à la lumière des douze étoiles de l'Europe, c'est ce que j'essaierai de montrer plus rapidement dans un second point.

1. Les richesses du Sport Universitaire : différences et similitudes en Europe.

12Au plan du diagnostic, l'Université Sportive d'Eté a atteint son objectif. En effet, comme l'a souligné Jean-Paul Callède dans son bilan d'étape, elle a bien amélioré nos connaissances aux trois niveaux d'observation que nous avions choisis : la pratique du sport étudiant dans les douze pays de la Communauté, la formation des cadres du sport et la situation de la recherche en Europe, l'ouverture de l'Université et son rôle dans la société sportive dans la C.E.E.

13Sur la connaissance de ces trois thèmes, nous avons fait des progrès. Nous nous connaissons mieux les uns et les autres, ce qui est une étape nécessaire pour se mieux comprendre. Nous y voyons désormais plus clair sur nos différences et sur nos similitudes.

Du constat des différences...

14Des différences importantes entre les partenaires du Sport Universitaire Européen apparaissent aux trois niveaux considérés : celui des pratiques, celui des formations et celui des relations avec les autres acteurs du monde du sport.

  • Au plan des pratiques, la différence la plus significative porte d'abord sur l'importance donnée au sport dans le système universitaire de chaque pays. Bien que, partout, un même constat s'impose : la place donnée au Sport Universitaire n'est jamais à la mesure des souhaits de ses dirigeants. La deuxième différence porte sur le degré d'ouverture et sur la nature des pratiques. Une troisième touche au pourcentage de pratiquants par rapport à l'ensemble de la population universitaire. Sans doute en relation avec le constat précédent, on a enregistré aussi une forte diversité dans l'organisation du Sport Universitaire selon les pays et sur le degré de participation des étudiants à l'exercice de la responsabilité. Il en est de même, d'ailleurs, de l'ouverture des installations sportives universitaires à des partenaires extérieurs.
  • Au plan des formations et de l'organisation de la recherche, la diversité est la règle. Sur ce plan, le travail effectué par le Réseau Européen des Instituts des Sciences du Sport, dont les conclusions nous ont été présentées, par Henrique Barreiros pour les formations universitaires et par Raymond Claude pour les formations non universitaires, nous a été particulièrement utile.

15Ce travail fait apparaître des différences — notables selon les pays de la C.E.E. — dans le rôle qui est prêté aux enseignants en éducation physique et sportive, dans le monde de l'éducation en général et dans celui du sport universitaire en particulier. Il confirme qu'il existe aussi des disparités, parfois importantes, dans le contenu et sur la durée des formations. De même qu'on observe des divergences d'un pays à l'autre, dans les relations que les sciences et techniques des activités physiques et sportives entretiennent avec des disciplines plus ou moins proches. Différences, enfin, dans la place et le statut attribué à l'enseignant en éducation physique et sportive au sein de l'Université.

16De ce constat découle une question importante : faut-il former des spécialistes du Sport Universitaire ? Il est tentant de répondre par oui et par non. Par l'affirmative lorsqu'il s’agit de prendre en compte la diversité, particulièrement nette en France comme dans d'autres pays de la Communauté, des attributions qui leur sont confiées. Mais on peut aussi répondre par la négative si la formation de spécialistes destinés au Sport Universitaire conduit à enfermer ces derniers dans un ghetto.

17Le lien entre formation et recherche étant naturel, il n'est pas étonnant de constater, en dépit de points communs évidents, des différences sensibles dans l'organisation et les finalités de la recherche à l'intérieur des douze pays de la Communauté. A tel point que l'on a pu évoquer, en ce domaine, comme dans quelques autres, une séparation Nord - Sud.

18- Au plan des relations avec les partenaires (mouvement sportif, pouvoirs publics, collectivités territoriales, décideurs économiques,...), les différences ne sont pas moins marquantes. Dans les rapports que le Sport Universitaire entretient avec un environnement plus ou moins lointain, plus ou moins distant à son égard, la diversité est la règle. De l'ignorance jusqu'à l'intégration, en passant par des formes de collaboration mitigées, l'éventail des situations observées est ouvert. Soit le Sport Universitaire échappe au sport tout court, soit il se confond avec lui et s'y sent — sinon comme un poisson dans l'eau — du moins dans une situation de compréhension réciproque.

19Dans la plupart des cas, la société sportive pose souvent plus de problèmes au Sport Universitaire que celui-ci n'est pour elle sujet de préoccupation. Pourtant, dans ses relations avec un environnement plus ou moins élargi, le Sport Universitaire est soumis à peu près aux mêmes interrogations que celles qui traversent l'ensemble du monde du sport. Cette vulnérabilité commune croissante aux variables environnementales devrait être davantage un facteur de rapprochement.

... à celui des similitudes.

20La diversité n'est pas une tare, mais souvent source de richesses. Elle permet de faire des comparaisons, de réfléchir sur les raisons des différences, de conduire à des analyses menées en commun, voire à des propositions. La diversité n'exclut pas la complémentarité. Celle-ci est cependant plus facile à organiser en partant des points de similitudes.

21Certaines similitudes sont des points forts, d'autres tiennent à des faiblesses. Comme on peut passer facilement d'une catégorie à l'autre, il faut se souvenir que les différents éléments sont souvent liés.

22Sans prétendre épuiser l'éventail des ressemblances, cinq grands points communs semblent caractériser la situation actuelle du Sport Universitaire dans les douze pays de la C.E.E.

231) La pratique du Sport Universitaire n'est jamais à la hauteur de la demande, même si l'écart entre les deux varie d'un pays à l'autre. La raison en est simple : à peu près partout en Europe, le Sport Universitaire souffre d'une pénurie — parfois grave — tant dans le domaine des équipements que dans celui de l'encadrement.

242) La deuxième similitude tient au constat d'un phénomène de mobilité croissante, justement souligné par Jean Camy, au sein de l'Europe du Sport Universitaire. Mobilité croissante des étudiants (grâce au programme Erasmus, par exemple), mobilité accrue chez les enseignants, plus largement, mobilité dans l'ensemble des professions des métiers du sport (ce qui pose des problèmes de réglementation, mais aussi d'examen des perspectives d'évolution de ces métiers) ; mobilité dans le contenu des formations directement ou indirectement liées au sport et qui, au moins dans le deuxième ou le troisième cycle, intègreront de plus de plus de stages hors de l'Université et hors du pays d'origine. Nous n'échapperons pas à cette accélération de la mobilité. Sommes-nous bien armés pour y faire face ?

253) Dans tous les pays de l'Europe, le Sport et l'Université cherchent à aller dans le sens du mouvement de la Société. Partout, à des degrés divers cependant, l'ouverture est la règle. Il en est ainsi, également, pour le Sport Universitaire, même si l'importance, la vitesse et les modalités de son ouverture varient d'un pays à l'autre. Cette tendance à l'échange et à l'ouverture paraît irréversible.

264) Tout ceci s'accompagne d’une certaine similitude, dans l'esprit et dans les objectifs visés. Cette évolution, qui n'exclut pas des différences ou des divergences, n'est pas surprenante car on comprendrait mal, par exemple, que le Sport Universitaire ne partageat pas les mêmes valeurs que celles de l'Université. Encore faudrait-il s'interroger, plus profondément que nous l'avons fait, sur la nature et sur la portée de ces valeurs, pour ne pas dire sur leur valeur.

27Ainsi, peut-on se poser des questions sur les modalités de développement du sport de haut niveau en milieu universitaire. La pratique du sport pour tous apparaît une évidence qui ne remet pas en cause l'existence du sport de haut niveau. Ce dernier n'est pourtant pas sans poser de problèmes, dans sa pratique effective comme dans la mobilisation des moyens qui permettent son accomplissement. Sur ce sujet, nous nous interrogeons tous de la même manière, même si nous n'avons pas les mêmes réponses, pour que notre sport de haut niveau contribue de façon heureuse à l'image de l'Université et à celle du Sport dans la Société.

285) Encore faut-il se faire reconnaître, et pour cela se faire connaître. Or, à peu près partout, le Sport Universitaire souffre d'un grave problème de communication. Il a parfois du mal à se faire connaître au sein même de l'Université. Il n'est pas étonnant, dans ces conditions, qu'il ne soit pas compris de la manière et avec la force que nous souhaiterions par l'ensemble de la société.

29Ces quelques similitudes sont frappantes. Elles ne sont évidemment pas les seules à mériter d'être considérées. On pourrait, par exemple, évoquer la tendance des représentants du Sport Universitaire à pratiquer le nombrilisme, notamment, lorsqu'ils traitent des problèmes de la recherche ou de la formation, en restant trop centrés ou repliés sur eux-mêmes. Nos débats, pourtant remarquables de tolérance sur ces sujets, n'ont pas toujours été exempts de ce type de déviations.

30Ce défaut est plus touchant que grave s'il exprime une dernière perception ressentie par tous : l'impression que le Sport Universitaire est dans tous les pays de la C.E.E. à une phase clé de son existence et à la recherche d'un nouveau cadre de référence. L'Europe peut-elle contribuer à l'éclairer ?

2. Vers l'Europe du Sport Universitaire ?

31La multiplicité des apparences du Sport Universitaire lui donne bien l'apparence d'un kaléïdoscope, tant au plan de l'Europe qu'à celui de chacun de nos Etats. Comment faire, pour qu'illuminé par une seule source de lumière, il soit saisi non comme une forme homogène mais comme un objet qui suscite un pouvoir d'évocation commun.

32Aujourd'hui, au terme d'une semaine de réflexion et d'échange, il apparaît évident à tous que l'Europe peut constituer, pour le Sport Universitaire, un creuset de rassemblement. Ne versons pas, cependant, dans l'angélisme et souvenons-nous avec André Maurois, un Normand qui eut pour le Nord une particulière attirance, que "nos destinées et nos volontés sont presque toujours à contretemps". L'Europe n'est pas, pour le Sport Universitaire, la panacée universelle, mais une opportunité à saisir.

33Comment le Sport Universitaire peut-il se servir de l'Europe ? Comment peut-il la servir ? Peut-être vous souvenez-vous des deux propositions, un peu simples, énoncées lors de la séance d'ouverture. Sans doute avez-vous lu avec intérêt la contribution remarquable adressée par Jean Fabre. A considérer le fruit de vos discussions, il semble possible de reprendre, en les modifiant, les deux propositions d'origine. Leur nouvelle forme, qui traduit la force de vos convictions mais exprime aussi un pouvoir d'incantation, pourrait s'exprimer par une double affirmation :

  • le Sport Universitaire est une chance pour l'Europe ;
  • l'Europe est une chance pour le Sport Universitaire.

34Commençons par l'affirmation la plus surprenante.

Le Sport Universitaire est une chance pour l'Europe

35La proposition peut sembler relever de la manie qui consiste à transformer les souhaits en postulat, puis en dogme. Elle a pourtant pour la supporter deux arguments forts qui s'appuient déjà sur des exemples concrets.

36Premier argument : le Sport Universitaire est un véhicule utile pour l'Europe.

37Le Recteur Deyon en avait bien vu l'importance lorsqu'il soulignait, dans son intervention d'ouverture, que dans les échanges académiques européens, le sport avait un rôle fondamental à jouer. Il est, en effet, un moyen de mettre à la fois en pratique et en évidence la participation des jeunes à une communauté en construction.

38On peut aller plus loin et penser, comme Jean Fabre, que c'est au travers des échanges et des pratiques que l'on peut, au niveau européen "faire passer le message d'une éducation sportive qui a toujours représenté pour l'homme une façon de vivre et de se comporter". Le Sport Universitaire peut alors être considéré comme un instrument utile à la diffusion des idées et des pratiques communautaires.

39Pour ceux qui croient encore à la solidité de la position de l'Université, à son prestige et à son rayonnement, la collaboration au plan européen est un moyen à ne pas négliger lorsqu'il s'agit d'affronter les difficultés présentes que traverse le sport et de peser sur son évolution dans l’avenir.

40S'ajoute à tout ceci un deuxième argument : le Sport Universitaire est pour l'Europe un facteur de rassemblement, dans la mesure où il peut jouer un rôle d'agent de liaison.

41Comment ne pas évoquer, en ce point, l'appel lancé aux universitaires par Jacques Ferran pour qu'ils prennent fermement position sur les valeurs et la valeur du sport. Sous une forme différente, Pierre Collomb a défendu la même idée en rappelant que le sport, même s'il n'est pas expressément mentionné dans les traités, est un moyen de concourir à la citoyenneté européenne car il est porteur de valeurs communes essentielles.

42Jacques Ferran a raison. Les universitaires de l'Europe doivent enfin s'exprimer à haute voix et s'unir avec d'autres — les journalistes, par exemple — pour parler clairement de l'avenir du sport et de la manière dont celui-ci doit résoudre ses problèmes. Nul doute que des Assises Européennes aideraient à une meilleure prise de conscience de la dimension supranationale des questions auxquelles nous sommes confrontés.

43Sans attendre, l'action du Sport Universitaire peut s'exercer, au bénéfice de l'Europe, dans au moins deux domaines partiellement interprétés : celui de l'éthique et celui de la recherche. L'un et l'autre ont été, de votre part, les objets d'une minutieuse attention. Il n'est pas possible de reprendre ici le contenu de vos discussions. Qu'il me soit simplement permis de dire combien, comme vous, j'ai été impressionné par la lucidité et le courage de l'intervention de Gerhard Treutlein à propos de ce panier de crabes que constitue le dopage. Gardons-nous cependant de nous poser en donneurs de leçons. Avant de faire la morale aux autres, commencons par assurer la morale de nos propres compétitions. Alors, seulement, le Sport Universitaire pourra prétendre constituer une chance pour l'Europe.

L'Europe : une chance pour le Sport Universitaire

44L'ouverture prochaine de la campagne officielle pour le référendum impose, pour un temps, sur ce point, à un Français une certaine réserve. Elle ne doit cependant pas empêcher d'évoquer la dernière idée, mais non la moindre, qui se dégage de la synthèse de vos travaux. L'Europe est, pour le Sport Universitaire, une chance qui peut être saisie à trois niveaux.

45- Une chance, d'abord, du point de vue pratique car la mobilité croissante, précédemment évoquée, va nous obliger à travailler ensemble sur des modèles de règlementation ou d'harmonisation, non seulement dans le domaine capital de ces métiers du sport dont le contenu devient plus variable et plus hétérogène, à mesure que le terrain qu’ils couvrent s'étend, mais encore sur des sujets aussi importants que celui du contenu des formations et des conditions de leur validation. Il faudra bien finir par prendre une position claire : chercherons-nous à harmoniser par le bas, ou prendrons-nous comme référence le niveau le plus haut ?

46Il ne fait pas de doute que l'Europe doit nous amener à un effort pour donner à nos terminologies le même sens et pour ordonner, de la même manière, nos critères de classification. Lorsque le niveau 1 des uns correspond au niveau 5 des autres, ils ne peuvent, dans le meilleur des cas, se comprendre et se rencontrer qu'au niveau 3.

47- L'Europe est aussi une chance au plan des comportements car elle va nous conduire à étendre le champ de nos habitudes et à adopter des conduites sociales nouvelles. Elle va nous obliger à réfléchir sur nos différences et à tirer un enrichissement du constat de nos points communs. L'Europe, osons l'espérer, va nous inciter à développer le dialogue, à associer nos compétences pour satisfaire les exigences d'un espace élargi et en mutation. En effet, comme Jean Fabre aurait aimé nous le dire, "l'unification de l'Europe oblige à aborder les problèmes communs sous un angle différent, en prenant en compte la nécessité de s'ouvrir, de dialoguer, de comparer pour construire ensemble les solutions".

48- Enfin, du point de vue de l'exercice des responsabilités, l’Europe est peut-être la dernière opportunité, pour le sport en général et le Sport Universitaire en particulier, à saisir pour que le pouvoir du sport reste aux mains des sportifs.

49A l'intérieur de chacun de nos Etats, il a pratiquement échappé à ceux qui auraient dû le piloter. Peut-être pourront-ils en reprendre le contrôle en profitant d'un champ d'action plus vaste.

50Oui, l'Europe est une chance pour le Sport Universitaire et même pour le sport tout court. A deux conditions cependant qui, sur un sujet plus restreint — celui de la formation en sport — ont été énoncées par Raymond Claude : transparence et harmonisation. La première nécessite que l'on développe et simplifie les processus d'information et de communication. La seconde, que l'on ne confonde pas la recherche de l'harmonie avec la platitude de l'unification, la mise à niveau avec l'uniformisation.

51C'est à ces deux conditions que la lumière de l'Europe fera scintiller un kaléidoscope dont l'animation viendra autant de la diversité que de la similitude de ses composants.

52L'espérance n'est-elle toujours qu'une incantation ? Lui avons-nous, par cette semaine passée en commun, laissé au moins une chance ? Nous n'avons pas tout exploré. Sans doute reste-t-il encore un long parcours pour faire du Sport Universitaire ce que nous voulons qu'il soit. Faudra-t-il aller plus loin et faire encore un bout de chemin ensemble ? Sous quelle forme et dans quels délais ? C'est à vous qu'il appartiendra de le dire. Sachez que l'Université Sportive d'Eté a été fière et heureuse de faire les premiers pas avec vous et qu'elle sera toujours prête à accompagner ceux qui souhaiteront marcher encore un peu plus loin.

53L'Europe n'est pas qu'une pluie d'étoiles. Bien que frêle, le bateau du Sport Universitaire a pris le large. Soutenons-le, en nous unissant, sans nous attendrir, pour qu'il ait demain un avenir. Alors, pourrons-nous, pour le Sport Universitaire au moins, retourner la formule de Paul Valéry et constater que l'Europe aura enfin eu une politique à la hauteur de sa pensée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540