Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

Une initiative exemplaire...

Robert Denel et Jean-Pierre Bouchout

Texte intégral

1Robert Denel

2Pour terminer cette 9ème Université Sportive d'Eté, nous avons demandé à Madame Le Ministre de la Jeunesse et des Sports de clôturer cette journée. Elle n'a pas pu se déplacer. Monsieur Bouchout est chargé de représenter Madame le Ministre de la Jeunesse et des Sports. Nous allons lui donner la parole avant de tirer la synthèse des travaux de cette Université.

Jean-Pierre Bouchout,

Ministère de la Jeunesse et des Sports.

3Tout d'abord, je vous prie d'excuser Madame Frédérique Bredin, Ministre de la Jeunesse et des Sports, qui n'a pu se libérer pour participer à cette séance de clôture.

4Il en est de même pour Philippe Graillot, Directeur des Sports, qui m'a chargé de vous adresser ses amicales salutations. Il n'a pu se libérer et le regrette.

5Comptez sur moi pour me faire l'écho, à la fois de la richesse et de la convivialité de ces rencontres qui consacrent un thème d'actualité. A n'en pas douter, votre initiative est exemplaire.

6Pour ma part, j'aurais souhaité participer à l'atelier sur les métiers du sport. C'est un dossier sur lequel je travaille depuis cinq ans, à la Direction des Sports, et j'aurais certainement eu l'occasion de développer les objectifs et les principes d'un dispositif français qui est un peu particulier et que, y compris en France quelquefois, on ne présente pas nécessairement de façon la plus constructive possible. Et c'est fort dommage.

7C'est vrai qu’en France, le sport est une préoccupation très largement partagée entre l'Etat, le Mouvement Sportif et les Collectivités locales, et la loi sur l'organisation et la promotion des Activités Physiques et Sportives, qui régit ces partenariats, a été modifiée en 1992. Il est nécessaire que nos amis étrangers, mais aussi l'ensemble des partenaires français, mesurent l'évolution de ce cadre législatif. Celui-ci renforce ce qui apparaît effectivement comme une voie un peu originale d'un partenariat fort entre les différents échelons des pouvoirs publics et le mouvement sportif, tel qu'il se caractérise dans toutes ses composantes.

8Une triple préoccupation traverse l'ensemble de ce dispositif. C'est la qualité, la sécurité et une certaine idée du sport où l'élément principal est bien le sportif lui-même.

9Nous avons retrouvé dans vos débats cette préoccupation fondamentale. Il est bon de rappeler qu'au cœur du sport, il y a d'abord le sportif, avec ses propres préoccupations.

10Le sport à l'Université : quelle pourrait être sa place ? On voit bien que l'Université peut et doit être présente sur tous les fronts. Bien évidemment sur le front de la production de connaissances qui sont utiles à tous, d'abord au sportif, mais aussi à l'ensemble des partenaires en charge du développement sportif. Très présente aussi sur le chantier de la formation des hommes qui interviennent dans l'ensemble des secteurs du développement du sport. Et puis il lui faut s'imposer également comme un acteur à part entière du développement sportif et de l'action des sportifs. Il y a des universitaires qui pratiquent un sport et il y a des structures universitaires qui sont très ouvertes sur le développement sportif, et l'implication dans la Cité — et je me plais ici à féliciter les acteurs de ce qui se passe à Lille — est à mon sens une belle réussite.

11Donc, l'Université se doit d'être présente sur tous ces fronts, mais elle n'est pas la seule à être présente, et c'est là toute la difficulté du sport moderne. Le sport moderne n’est plus l'affaire que d'un seul partenaire, que ce soit l'Etat, le Mouvement Sportif, les Collectivités pris isolément.

12Il y a nécessairement de nombreuses composantes et cette évolution va aller encore en se complexifiant. Le sport, c'est l'affaire de tout le monde, et la difficulté consiste à organiser ce partenariat de telle sorte que tout le monde s'y retrouve, qu'il y ait des retours bénéfiques sur l'investissement, pour chacun.

13A un moment, j'ai cru comprendre que l'Université regrettait que ce retour ne soit pas plus évident, plus fort. Mais on pourrait aussi le dire d'autres partenaires sportifs.

14Et le prétexte européen, car je prends cette perspective comme un prétexte, est un bon prétexte pour réfléchir sur nos pratiques respectives dans le domaine du développement, de la promotion et de l'organisation du sport.

15L'Europe, c'est peut-être d'abord mieux se connaître. Et, déjà, ces journées permettent de mieux se connaître, de connaître les différents dispositifs et la façon de concevoir les actions. Se connaître pour se reconnaître aussi, pour mieux se positionner, essayer de travailler en commun, de telle sorte que, à la fois sur le front des échanges constructifs, allant peut-être vers des référents communs, mais aussi en engageant des échanges, qui permettent d'apprécier avec un certain recul les modalités d'organisation et les formules que chacun pratique. En ce sens, la réflexion sur la construction européenne doit nous amener à améliorer notre pratique et notre façon d'intervenir. L'Europe doit amener des modifications locales, et c'est certainement l'intérêt de cette démarche qui va vers une plus grande universalité des problèmes mais qui, en même temps, nous ramène au concret. J'ai vu que vous faisiez aussi cet effort et je vous en félicite.

16Le Ministère de la Jeunesse et des Sports est très présent sur le dossier européen pour de multiples raisons. J'aurais eu l'occasion de vous l'expliquer si j'avais pu participer plus longuement à vos travaux.

17Je me limiterai ici à un simple exemple pris dans l'actualité. Actuellement, la France fait l'objet d'une mise en demeure de la Commission sur le traitement dans notre système d'équivalence des professionnels anglais moniteurs de ski alpin. Ce dossier démontre que, dans le secteur du sport, il y a un certain nombre de définitions qui ne sont pas encore vraiment stabilisées. On parle de professions et de métiers mais tout le monde ne met pas derrière ces appellations des réalités identiques, et un effort commun d'observation, d'analyse, de quantification doit être poursuivi pour améliorer la construction européenne. La Direction des Sports s'y emploie, à la fois par des initiatives prises au niveau des administrations étant en charge du sport, au sein du Groupe des administrations concernées, ainsi qu'auprès d'autres structures qui visent à faciliter les échanges et à confronter des points de vue.

18Je me plais ici à souligner l'intérêt du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport, dont de nombreuses personnes ici présentes participent à la construction.

19Le rapprochement doit aussi se faire avec le Mouvement Sportif car la légitimité sportive vient avant tout des fédérations sportives. Les règles internationales déterminent le contexte national, il ne faut pas l'oublier. Il y a donc, sur le sport de haut niveau en tous les cas, une relation à établir. C'est l'objectif du prochain Forum qui doit se tenir à Bruxelles et qui réunira, autour de la Commission de la Communauté Européenne, les organisations gouvernementales et les organisations non gouvernementales pour s'interroger ensemble sur le développement du sport. C'est une étape nécessaire qu'il pourrait être judicieux de multiplier à d'autres échelons. En tous cas, au niveau national, le Ministère de la Jeunesse et des Sports souhaite la multiplication de ces contacts avec l'ensemble des partenaires sportifs.

20Je pense que c'est le moment (même si les conclusions ne sont pas encore tirées) de féliciter ceux qui ont pris l'initiative de ces travaux. Bien évidemment, l'Union Nationale des Clubs Universitaires et l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France. Mais je voudrais aussi associer l'ensemble des organisateurs, car l’organisation a été, à mon sens, exemplaire. A la fois dans la qualité de l’ensemble des intervenants, mais aussi dans le fait que les interventions, les témoignages, les débats ont été chaque jour disponibles immédiatement sous forme de documents écrits, traduits, pour permettre des échanges. C'est une belle réussite. Peut-être au nom de tous ceux qui participent au développement du sport, je voudrais aussi vous remercier, car vous donnez l'exemple d'un partenariat réussi avec un certain nombre de partenaires locaux, nationaux et internationaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540