Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Troisième partie. Perspectives d'avenir

Thème 6 : Le sport de haut niveau à l'université

Les partenaires économiques

Daniel Bonzoms, Claude Labrousse, Mireille Arguel, Ignace Van der Cam, Robert Denel, Alan Rustage, Walfried König, Dolorès Diez Garcia, Caroline Carpentier, Bernard Astoul, Caroline Carpentier, Lucien Batigne et Pierre Collomb

Texte intégral

1Table ronde animé par

Daniel Bonzoms,

Directeur du Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives de Montpellier, Union Nationale des Clubs Universitaires.

2Pour lancer le débat, je voudrais en quelques mots présenter le thème qui nous est proposé, et tracer quelques axes de réflexion et d'action. N'oublions pas que l'orientation des travaux de l'Université Sportive d'Eté est aussi de formuler des propositions.

3L'étudiant sportif de haut niveau, car c'est de lui qu'il s'agit, engagé dans un cursus universitaire, est confronté à un certain nombre de difficultés qu'il ne peut pas résoudre tout seul. Nous reviendrons, dans un cadre général, sur ces difficultés. Que peut-il attendre de son Université ou de son établissement d'enseignement supérieur, du monde sportif, des partenaires publics ou privés, déclarés ou potentiels ? Que lui offre-t-on actuellement ? Qu'a-t-on réalisé, ici ou là, qui peut faire référence dans ce domaine ? Que pourrait-on envisager pour l'avenir ?

4Pour avancer dans ces directions, il est nécessaire, dans un premier temps, de tenter de déterminer l'essentiel des impératifs, des contraintes, auxquels est confronté l'étudiant sportif de haut niveau, qui sont spécifiques de sa différence avec les autres étudiants.

5Nous pouvons classer les contraintes en fonction de trois grands secteurs, en prenant les plus évidentes :

  1. des contraintes horaires, de calendrier, d'emploi du temps : concurrence des créneaux d'entraînement et de l'emploi du temps des études à l'Université, évidemment prise au sens large, c'est-à-dire établissements d'enseignement supérieur, incluant toutes les contraintes de calendrier et les concurrences de dates, surtout au moment des compétitions importantes, avec les examens et les échéances universitaires ;

  2. des contraintes géographiques et sociales : trouver pour l'étudiant l'enseignement qui correspond à ce qu’il souhaite dans le cadre de sa formation et, en même temps, situé dans un lieu où il est possible pour lui de trouver un entraînement adéquat par rapport à son ambition sportive. Contraintes sociales pour vivre, de façon la plus équilibrée possible, malgré cette surcharge provenant de l'organisation de l'emploi du temps, en lui permettant également de garder des contacts avec l'extérieur. Le sportif de haut niveau ne doit pas vivre dans un ghetto, il doit toujours chercher à avoir des contacts, et à faire comme tous les autres jeunes du même âge ;

  3. des exigences physiques, physiologiques et psychologiques pour l'individu : celles qui ont trait à la personne, concernant la fatigue, la récupération due à l'entraînement, à l'accumulation des charges de travail, afin de pouvoir mener en même temps études et entraînement physique de haut niveau. La récupération après l'effort est vitale pour pouvoir suivre les cours normalement. On pourrait souligner l'obligation de créer les conditions d'une hygiène, d'une diététique correspondant à cette vie particulière.

6On peut penser que l’Université va être confrontée de plus en plus au problème de ces étudiants sportifs de haut niveau qui vont être probablement de plus en plus nombreux. L'augmentation du nombre général des étudiants entraîne automatiquement une augmentation du nombre de sportifs inscrits dans les cursus universitaires ou désireux de s'y inscrire.

7Les politiques et les élus du mouvement sportif sont les plus sensibilisés aux succès sportifs, au nombre de médailles obtenues en compétitions, et aux retombées électorales escomptées.

8La société également a évolué. Elle n'hésite pas à reconnaître et même à revendiquer pour ces sportifs un statut particulier, et des aménagements facilitant leurs divers engagements.

9Ainsi, le sportif de haut niveau et le milieu social, dans lequel il s'insère, ont-ils des responsabilités réciproques, même si, en cas d'échec en compétition, la collectivité rejette toute la responsabilité sur le sportif et son entourage. Dans le cas contraire, elle revendique sa part de réussite et de bénéfice symbolique.

10D'autres écueils peuvent être décelés. Ils proviennent de la multiplicité des organismes qui s'occupent — ou prétendent s'occuper — de l'étudiant sportif de haut niveau. Je citerai les Services Universitaires des Activités Physiques et Sportives, les Clubs Universitaires, les Unités de Formation et de Recherche en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, la Fédération Nationale du Sport Universitaire, les Centres Régionaux d'Education Physique et Sportive et leurs centres d'entraînement, les Comités Régionaux Olympiques et Sportifs, et les différentes commissions de haut niveau œuvrant souvent en relation avec les Directions Régionales de la Jeunesse et des Sports. Cela représente beaucoup d'organismes et une diversité un peu trop importante des interlocuteurs de l'étudiant sportif de haut niveau qui ne s'y retrouve pas facilement. Les questions qui découlent de ce constat peuvent être les suivantes :

  • Quels sont les exemples actuels de coordination des actions en France ?

  • Quelle est la situation dans les autres pays européens ? Comment cela fonctionne-t-il ?

  • Quelles propositions sommes-nous capables de faire afin d'améliorer la situation actuelle ? Un marché existe-t-il pour les organismes privés ?

  • Quel rôle peut jouer le club universitaire, situé, comme nous l'avons vu, à l'interface entre l'Université et la cité, dans le domaine du sport ?

11Ces réalisations possibles devront tenir compte de différents facteurs :

  • la situation géographique,

  • les moyens de formation,

  • les possibilités de pratique sportive, compte tenu des exigences de haut niveau,

  • les clubs d'accueil ou les centres d'entraînement existants ou restant à créer,

  • les partenaires publics ou privés, pour les moyens à rassembler,

  • la volonté affirmée d'une ou plusieurs personnes pour le pilotage de l'opération.

12Les deux intervenants qui m'entourent vont certainement apporter des réponses précises et des solutions possibles à ces interrogations. Ensuite, nous donnerons la parole à la salle afin que s'instaure un dialogue constructif.

Claude Labrousse,

Président du Groupement National des Directeurs de S.U.A.P.S. (Grenoble).

13Je vais d'abord vous présenter un tableau général des mesures prises en France au niveau national, et l'illustrer par un exemple qui fonctionne assez bien sur Lyon, et enfin, dans un second temps, dresser un rêve pour l'avenir.

14Le sport universitaire de haut niveau, en France, est né autour des années 1975. Avant, il avait un certain nombre de difficultés pour se développer, car on ne pensait pas trop au sport de haut niveau.

15Les sportifs universitaires, à cette époque-là, étaient peut-être, tout au moins dans les disciplines sportives fondamentales, un peu plus rayonnants que maintenant car la pression de l'argent était moins importante. Et le niveau des performances était probablement plus accessible pour prétendre au haut niveau de l'époque. Aujourd'hui, c'est un peu plus difficile, et en particulier compte tenu des contraintes financières.

16Les clubs universitaires ont reçu, à partir de 1975, une aide du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il s'agissait de créer, dans les clubs, des sections sportives de haut niveau universitaire. Les clubs, ayant obtenu ce label, avaient à l'époque une aide d’environ 50 000 F par an pour l'ensemble. Ce n'était pas une aide formidable, en 1975, mais le geste était intéressant.

17Qu'avaient fait les clubs universitaires, et comment avaient-ils organisé cela ? Le principe appliqué était celui du tutorat : c'est d'ailleurs un principe que nous continuons à appliquer : un enseignant universitaire, autre qu'éducation physique ou sport, impliqué directement dans les études de l'étudiant. Son rôle est de suivre l'étudiant, ou le groupe d'étudiants qui font leurs études dans cette Université, afin de faciliter les relations avec les enseignants, aménager les horaires, reporter certains examens, autrement dit, aménager les études, voire même faire un plan d'études pour ces étudiants sportifs de haut niveau.

18Cette organisation a duré jusque dans les années 80 et, curieusement, le Ministère de la Jeunesse et des Sports n'a plus aidé les clubs universitaires dans ce domaine. Ceci dit, les clubs universitaires ont continué quand même ce type d'aide compte tenu de leur potentiel d'enseignants et de sympathisants relayés, là où les relations étaient bien établies, avec les services des sports universitaires.

19Puis, vers les années 85, le Ministère de l’Education Nationale s'est davantage préoccupé de ce problème des sportifs de haut niveau. A cette époque-là, le Ministère a décidé de faire un inventaire des Universités dites sportives, c'est-à-dire celles qui avaient en leur sein un certain nombre de sportifs de haut niveau. Et ces Universités, identifiées comme sportives, ont reçu de la part du Ministère de l'Education Nationale, une aide sous forme d'heures complémentaires. Je rappelle le principe. Il s'agit de rétribuer des enseignants du Supérieur qui aident les sportifs de haut niveau, par l'aménagement des études notamment pour des cours de rattrapage, voire même des sessions de rattrapage.

20A partir de là, s'est donc développée une aide relativement organisée, actuellement placée sous la tutelle des Services Universitaires des Sports, les S.U.A.P.S., la partie qui, à l'intérieur de l'Université, s'occupe du sport pour l'ensemble des étudiants et non pas seulement pour ceux qui sont inscrits en formation d’éducation physique. (...) Dans une Université qui comporte une dizaine de milliers d'étudiants, adopter un type d'organisation pour les sportifs de haut niveau qui ne sont qu'une dizaine au grand maximum, dispersés dans plusieurs U.F.R., paraît très difficile. Dans les U.F.R. A.P.S. nous trouvons des dispositions plus adaptées. (...) L'aide aux sportifs de haut niveau s'organise sous deux formes. Il y a l'aide pour les étudiants isolés et celle dirigée vers des étudiants regroupés dans une même Université.

21Dans un premier temps, pour les sportifs isolés, on a maintenu le principe du tutorat, le tuteur étant le directeur du Service des Sports. C'est lui qui, au centre de l'organisation, va trouver dans l'Université l'enseignant qui pourra organiser et aménager les études de tel ou tel étudiant. C'est obligatoirement du cas par cas. C'est-à-dire qu'il faut prendre son bâton de pèlerin et aller dans l'Université pour rechercher dans les filières les gens qui peuvent nous aider.

22Pour les sections universitaires de sport de haut niveau, qui sont structurées par sport, on a une organisation un peu plus cohérente et un peu plus performante. L'Université prend en charge une partie de la préparation physique des étudiants. Auparavant, cela ne se faisait pas parce que l'Université n'y accordait pas d'importance et laissait la préparation physique s'organiser dans les fédérations, dans les centres d'entraînements régionaux ou nationaux. Les étudiants inscrits dans nos Universités sont, pour un certain nombre d'entre eux, éloignés de leur club ou de leur structure d'entraînement. Afin de leur éviter de revenir tous les jours dans leur club, on organise à l'intérieur de l'Université une partie de l'entraînement, en concertation avec les entraîneurs de leur club.

23Ces sections sont le fruit d'une convention qui est généralement quadripartite. Ce sont les Universités d'une part, bien sûr, représentées souvent par les services des sports, les Directions Départementales et Régionales de la Jeunesse et des Sports, la fédération sportive concernée et la F.N.S.U. Parfois, on peut ajouter dans la convention, les départements, voire les régions ou les villes.

24Actuellement, en France, la fédération la plus en pointe est la Fédération de Rugby qui a systématisé son organisation avec un centre national à Toulouse et dix centres régionaux répartis sur l'ensemble du territoire. La Fédération Française de Judo fonctionne très bien également. Il existe également des centres en athlétisme, en natation. Beaucoup de fédérations ont voulu reprendre cette formule.

25Quel est le type de fonctionnement et quelles sont les parts que prennent chacun des signataires de la convention ?

26L'Université, pour sa part, aménage les études. Quelquefois, quand il y a une section qui existe, elle fournit des installations pour l'entraînement, et quelquefois elle fournit l'encadrement.

27Les fédérations interviennent souvent sous forme de moyens financiers et de cadres techniques qui travaillent en relation avec les enseignants de l'Université.

28Quels sont les avantages de ce système ? Les Présidents d'Universités l'ont compris immédiatement. On identifie beaucoup mieux le sport de haut niveau d'une Université à travers ces centres. L'image de l'Université en est améliorée. De plus, quand on se regroupe, il y a économie de moyens. Enfin, la plus importante de ces retombées, c'est que ces étudiants sportifs de haut niveau représentent leur Université dans les compétitions nationales ou internationales universitaires.

29Voilà, les dispositions générales que nous avons mises en place en France, et pour illustrer cela, je donnerai plus tard, si vous le souhaitez, quelques exemples.

Mireille Arguel,

Maître de Conférences à l'Université de Paris V.

30La place de la danse contemporaine a été citée sur la liste reconnue par le Ministère de la Jeunesse et des Sports et je crois que, vis-à-vis de nos amis étrangers, il faut préciser cette situation qui est très ambiguë. La danse est partagée entre le sport et la culture (...). Est-ce la même chose chez vous, qui appartenez aux différents pays de la Communauté Européenne ?

Ignace Van Der Cam,

Directeur des Sports de l'Université de Gand (Belgique).

31J'ai déjà expliqué l'autre jour que les Universités en Pays flamand, et même dans toute la Belgique, sont autonomes. Donc, tout le monde fait un peu ce qu'il veut.

32Nous ne donnons pas seulement des facilités pour les athlètes, mais aussi pour tous les artistes qui sont concernés ainsi que pour cette autre catégorie que sont les sportifs qui travaillent déjà et qui veulent faire ou continuer des études universitaires. Mais je pense que chez nous, les gens de la danse ne sont pas considérés comme des sportifs. Ils sont certainement acceptés comme des "ayants-droit", à condition d'être des bons danseurs.

Robert Denel

33Il faut savoir de quel sport de haut niveau on parle, parce que toutes les expériences qui ont été données concernent peut-être quelques athlètes de haut niveau, mais ne concernent pas l'athlète véritablement de haut niveau au plan international, assailli par un certain nombre de questions : celle de l'argent, celle de la formation, et celle des meilleures conditions dans lesquelles il doit être mis pour être performant.

34Pour les athlètes qui sont en devenir, ou qui sont d'un niveau relativement moyen, mais que l'on qualifie quand même de haut niveau, ou qui opèrent dans des sports qui ne sont pas encore envahis par l'argent, on arrive tant bien que mal à trouver quelques solutions. Je pense aussi que ce n'est pas là qu'est véritablement le problème.

35J'aborde le problème de ceux qui finalement traînent un handicap, le handicap de l'argent, parce qu'ils font des études, ou le handicap de la formation s'ils vont immédiatement vers l'argent (...). Il y a une alternative pour un athlète à ce niveau-là. Ou il répond à l'appel de l'argent et on le met dans des situations telles que, de toute façon, on se moque de sa formation, il se débrouille, ou on le met dans un système de formation, et auquel cas il faut qu'il ait de l'argent pour pouvoir faire à la fois des études et du sport de haut niveau.

36Tout ce dont on a parlé jusqu'à présent, c'est de l'aménagement d'études et cela est vrai que, dans tous les pays d'Europe, on a fait des efforts dans le domaine scolaire et dans l'enseignement supérieur. On ne va pas détailler ces aménagements, mais ils existent de plus en plus. Est-ce qu'un jeune à qui l'on propose une voiture, un appartement, 15 000 F par mois ou plus, dans certains cas, de faire une couverture de magazine, de prendre quelques photos pour vanter divers produits, etc, sera aussi performant dans la vie qu'il l'aura été sur le terrain ? A l'inverse, celui qui dit : je vais faire des études, et qui veut effectivement faire du sport de haut niveau a besoin d'argent. Est-ce qu'on lui donne cet argent ? Le vrai problème est de savoir si oui ou non on veut effectivement donner une réelle chance aux gens, dans le cadre universitaire, en définissant une réelle alternative par rapport à l'appel de l'argent. On n'a pas de statistiques précises dans ce domaine. On se garde bien d'ailleurs d'en donner. Et pour cause ! Si l'on donne les bons exemples, acquis pour quelques-uns grâce à d'heureux concours de circonstances, on se garde bien de donner les contre-exemples bien plus nombreux que les bons exemples...

37J'aimerais, puisque l'on est maintenant dans la phase de formulation des propositions, qu'effectivement, il y ait une réelle étude sur le nombre d'athlètes qui se sont investis dans le sport de haut niveau, qui ont raté leur carrière sportive et en même temps raté leur vie. On en parle, on dit quelques noms. Comme ça ! Mais nous n'avons pas de statistiques réelles, y compris d'ailleurs pour les athlètes qui ont été à l'I.N.S.E.P. Moi, je sais que j'en ai envoyé plusieurs à l'I.N.S.E.P. qui aujourd'hui ne veulent plus entendre parler de sport et qui, en plus, regrettent de ne pas avoir fait un certain nombre d'études. Parce qu’on les a réinsérés ! Enfin réinsérer. Ça s'applique à des handicapés ! On les insère parfois, cela est déjà mieux depuis quelque temps, mais on ne leur laisse pas le choix dans la vie, on ne leur donne pas la possibilité réelle de choisir, d'être performant sur le terrain ou d'être performant dans la vie. Je sais que c'est difficile, je sais que cela n'est pas quelque chose de simple et que c'est plus facile de parler au micro que de créer les solutions véritables valorisantes pour le jeune sportif. Mais il y a un certain travail qui est fait dans ce domaine. Malheureusement, si on fait quelques petits efforts, on ne donne pas réellement les moyens et les mauvaises solutions sont les plus nombreuses. Je donne l'exemple d'un athlète qui a été attiré par un club. C'est un joueur de water-polo. On lui a donné 15 000 F par mois et on lui a dit : "surtout pas d'études, on veut bien te donner 15 000 F par mois, mais pas d'études ; tu t'entraînes, tu entraîneras un peu les jeunes, mais pas d'études, tu n'as pas de temps à perdre dans ce domaine-là". Puis, il s'est rendu compte au bout d'un an que c'était la mauvaise voie. On a essayé dans le cadre d'une association qui s'appelle Athanor, de le prendre en charge pour lui donner une formation. Il va aller dans une école d'attaché de presse, et avec cette inscription à l'école d'attaché de presse, nous nous efforçons de trouver un partenaire qui va financer ses études, et non seulement financer ses études mais financer conjointement tout un accompagnement matériel, parce que sinon, malgré sa bonne volonté, il sera attiré par les 15 000 F par mois et non par la formation. C'est bien évident ! (...) Ce n'est même pas la peine de mettre le sport de haut niveau à l'ordre du jour de l'Université Sportive d'Eté, si nous ne sommes pas capables de mettre à plat ces questions et d'envisager des propositions.

38L'Université vit mal et nous vivons mal le sport de haut niveau parce qu'effectivement on nous met dans cette situation. Les clubs universitaires en France vivent très mal le sport de haut niveau parce que désormais ils savent bien qu'il doivent ou rentrer dans le système de l'argent et trouver des sponsors ou alors véritablement former les sportifs. Des études sans moyens pour le sport... Des moyens pour le sport sans la moindre formation... Il nous faut aborder réellement ce thème et savoir s'il y a des exemples où ce problème-là, ce dilemme, ce malaise, est moins grave que chez nous.

Alan Rustage,

Director of Physical Recreation, University of Essex (Royaume-Uni).

39J'ai trouvé très intéressant vos explications sur le système français. Au Royaume-Uni, nous sommes plutôt des dilettantes par rapport à vous. Notre système diffère du vôtre. Il existe plusieurs régimes. Il faut le dire brièvement. Nous avons des Centres d'Excellence, des Centres Nationaux, des Centres Régionaux, et puis des Centres Satellites, moins importants.

40Ils sont ouverts à tout le monde, et on n'a pas besoin d'être étudiant pour en bénéficier.

41Le système marche relativement bien. Cependant, il y a un certain nombre de problèmes.

42Nous avons des Fédérations Nationales, par exemple celles de basket-ball, de volley-ball, etc., qui ont leur propre programme de formation ou plutôt d'entraînement, et il existe un certain chevauchement entre ces deux régimes.

43De nombreux étudiants fréquentent les Centres Satellites, s'il s'en trouve un près de l'Université, ou alors ils se rendent dans un club local qui dépend de la Fédération Nationale. C'est donc une possibilité pour un étudiant qui est sportif de haut niveau, en réalité ou en puissance.

44Au Royaume-Uni, tous les mercredis après-midi sont consacrés au sport pour tous les étudiants. La seule différence, en ce qui concerne les étudiants de haut niveau, c'est la possibilité de recevoir une bourse de sportifs de haut niveau. Ils deviennent des "sportscholars", donc des étudiants sportifs.

45Si un étudiant sportif suit une formation qui dure normalement trois ans, il bénéficiera d'une année de plus, donc de quatre ans pour accomplir ses études. Il bénéficie d'un peu plus de souplesse dans son cursus d'études par rapport aux autres étudiants, pour lui permettre de prendre un mois de disponibilité, de temps en temps. Par exemple, juste avant un Championnat Mondial ou des Jeux olympiques, il peut prendre toute une année sabbatique. Il bénéficie donc d'un peu plus de souplesse, de cette flexibilité indispensable pour concilier études et sport.

46Il y a aussi un suivi alimentaire, médical, psychologique, etc... mais, cela ne s'applique qu'aux étudiants, relativement peu nombreux, qui bénéficient d’une bourse sportive. Beaucoup d'autres étudiants n'ont pas ces bourses. Nous n'avons pas le même genre d'organisation que celle que vous avez évoquée.

47Le montant de la bourse est de 4 000, 5 000, 6 000 Livres Sterling par an, donc 40, 50, 60 000 francs français. C'est le montant de la bourse qui est versé par une entreprise privée, non par le Ministère, non par l'Université. C'est le secteur privé qui assure le financement des bourses. C'est une sorte de parrainage, de sponsorisme.

Walfried König,

Coordonnateur des Formations en Education Physique et Sportive en Allemagne.

48Je vais décrire la situation en Allemagne. Dans mon pays, je dois dire que la solution à ces problèmes-là n'est pas considérée comme une tâche des Universités. Les Universités ne s'occupent pas du sport de haut niveau. Même si vous rencontrez, dans le cadre des Universiades ou dans les relations internationales que vous entretenez, des équipes allemandes d'étudiants, parmi lesquelles il y a des athlètes de haut niveau, ils ne se sont pas entraînés dans les Universités et leur excellent niveau n'est pas une conséquence de l'entraînement universitaire.

49Nous séparons strictement les tâches de l'Université, où il y a le sport pour tous, non obligatoire, et les tâches des Fédérations.

50Donc, tout ce qui résulte — comme problème — du fait qu'un sportif de haut niveau est un étudiant, sont des problèmes pour lesquels doivent être données les aides nécessaires par le club auquel l'étudiant appartient, par la fédération ou par la Deutchsportive qui est une organisation privée qui donne des subventions, des bourses, et qui finance, pour la plus grande partie, ce qui est nécessaire au sportif de haut niveau. Par exemple, si un sportif de haut niveau, qui est étudiant, doit participer à des compétitions internationales pendant l'année universitaire, et s’il ne peut donc pas participer à une partie de l'enseignement, il a besoin que quelqu'un lui donne des cours. Mais cette personne doit être payée. Donc, il peut s'adresser à la Deutchsportive pour que cette organisation paie ce qui est nécessaire pour le suivi de ces études. C'est à peu près le système en vigueur dans notre pays.

51Je crois qu’en général le système fonctionne bien parce que dans nos équipes nationales, il y a beaucoup d'étudiants. Je crois que dans l'équipe qui est allée aux Jeux olympiques à Barcelone, il y avait un pourcentage de 40 à 50 % d'étudiants.

52Ce qui est aussi important, c'est que nous avons, comme en Angleterre, beaucoup de Centres d'Entraînement. C'est-à-dire que si un étudiant originaire du nord de l'Allemagne désire faire ses études au sud de l'Allemagne, il va choisir une ville universitaire où il y a, pour son sport, un centre d'entraînement qui n'appartient pas à l'Université mais à la fédération. C'est là qu'il s'entraînera. Il y a donc ces contacts, je dirai, informels entre les Universités et les centres d’entraînement ou les fédérations.

53Si nous essayions, en Allemagne, de pratiquer le système français, nous aurions certainement des problèmes énormes avec les fédérations parce qu'elles diraient que l'Université se mêle des affaires qui n'appartiennent qu'aux clubs et aux fédérations.

54Financièrement les athlètes qui ont vraiment un niveau international touchent plus de 1 000 Marks par mois, c'est-à-dire plus de 3 000 francs français. On leur donne en plus une voiture, des cures de mise en forme, des aides spéciales, un appartement, etc... Mais, cela dépend de leur niveau. Les athlètes de haut niveau sont classés chez nous en cadres A, B ou C.

55A, c'est le niveau international. B, c'est le niveau national et C correspond au niveau le plus bas. Si on appartient au cadre C, c'est-à-dire le plus bas des Fédérations Nationales, il est possible que l'on ne touche que 200 ou 300 Marks par mois. Donc, c'est tout à fait différent selon les cas et cela dépend aussi un peu de la situation personnelle.

56Quant à l'aménagement des études, l'étudiant lui-même est responsable. Il doit essayer de s'arranger. Ceci est possible chez nous parce que les étudiants sont un peu plus libres que les étudiants français. Chez nous, il n'y a pas de problème particulier concernant les études "dures". Chacun fait comme il veut. Et les étudiants qui pratiquent le sport de haut niveau mettent deux ou trois années de plus que les autres. S'il y a parfois un problème particulier, si par exemple quelqu'un doit passer un examen à l'Université le même jour où il doit participer à une compétition, on trouve toujours des arrangements individuels. Ce sont des solutions individuelles, qui sont nécessaires de temps en temps, mais, en vérité, cela se passe très rarement.

Dolorès Diez Garcia,

Université d'Alicante (Espagne).

57Notre situation en Espagne est semblable à celle de l'Allemagne. Les Universités ne font presque rien pour le sport de haut niveau. Ce sont les Fédérations et aussi le Conseil Supérieur des Sports, c'est-à-dire l'organisme national qui appuie le sport fédéral, qui interviennent. Il existe une Commission pour l'Université qui se préoccupe des athlètes de haut niveau, mais c'est la Fédération, ou plus encore la Direction Générale des Sports qui se préoccupe de ces athlètes. Ces athlètes font leurs études et entrent dans la dynamique normale de l'Université, c'est-à-dire suivre les cours, passer régulièrement les examens.

58Comme l'Allemagne, nous n'avons pas de problèmes parce qu'un athlète peut faire ses études étalées sur 7, 8 ou 9 ans ; cela n'a pas d'importance.

59Il y a une chose que le Conseil Supérieur des Sports a créée. Voilà cinq ans, pour mieux préparer les Jeux olympiques de Barcelone, on a mis en place plusieurs Centres de perfectionnement.

60Dans les fédérations, il y a peu de place et les fédérations envoient leurs meilleurs athlètes dans ces centres.

61Si ces athlètes sont plus jeunes et ne fréquentent pas encore l'Université, dans ces centres, ils ont un régime de lycée, des professeurs particuliers, pour suivre leur formation. On a commencé en essayant d'intégrer ces athlètes dans les centres normaux, les lycées, les collèges, mais l'expérience n'a pas bien réussi.

62Au niveau universitaire, ce n'est pas comme ça. Si les étudiants athlètes de haut niveau ont des problèmes avec leurs périodes d'examens, parce qu'il y a une compétition, c'est la même chose qu'en Allemagne. On demande à l'Université, quelquefois à la fédération, quelquefois à l'athlète, quelquefois au Conseil Supérieur des Sports, d'arranger chaque situation. Ce sont des situations particulières, réglées au cas par cas. C'est une chose qui n'est pas vraiment structurée, ni définie par avance (...).

63Les Universités se préoccupent beaucoup plus du sport pour tous ou alors du sport de compétition de niveau moyen.

Caroline Carpentier,

Ministère de la Jeunesse et des Sport, Département Athlètes de haut niveau (Paris).

64Je crois, qu'il y a eu quelques petites erreurs dans la description du système français. L'athlète de haut niveau ne s'entraîne pas à l'Université mais dans un club, qui se trouve à proximité de l'Université ou dans un centre d'entraînement, qui est à côté également du système universitaire, ou dans la région. C'est un peu le même système qu'en Allemagne. La différence par rapport à l'Allemagne, c'est que l'on demande pour l'athlète de haut niveau des aménagements de formation et de cursus. D'après ce que j'ai compris, le cursus universitaire français est beaucoup plus rigide. On demande d'atteindre tel niveau en deux ou trois ans, et on est obligé, à ce moment-là, de demander des aménagements de cursus, de formation pour l'athlète. C'est un avantage minime.

65Je parlerai aussi des exigences du haut niveau. On ne peut pas mettre sur le même plan un étudiant sportif qui s'entraîne deux ou trois fois par semaine et un athlète de haut niveau qui est obligé de s'entraîner quatre à cinq heures par jour. Ce ne sont pas les mêmes exigences, ce ne sont pas les mêmes heures d'entraînement. C'est totalement différent (...).

66Actuellement, en France, il y a aussi un système individualisé pour les athlètes de haut niveau. Les listes nationales de haut niveau sont très strictes. Ne sont reconnus sportifs et sportives de haut niveau que des athlètes qui sont sur les listes nationales, le ministère est censé coordonner, depuis un ou deux ans, tout ce qui se passe au niveau régional pour les athlètes de la liste nationale. C'est lui qui a les rapports avec les partenaires régionaux, avec les Universités, les écoles de formation.

Daniel Bonzoms

67Si personne ne souhaite prendre la parole, je vais redonner le micro à Claude Labrousse afin qu'il nous présente quelques illustrations.

Claude Labrousse

68Comme convenu, je vais présenter l'organisation du sport universitaire à Lyon. Tout d'abord le dispositif général. Il a été créé une Commission Universitaire du Sport de haut niveau qui regroupe sept établissements universitaires, la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports, le Comité Régional Olympique et Sportif, certaines Fédérations et, bien entendu, la Fédération Nationale du Sport Universitaire. Cette Commission du Sport de haut niveau est rattachée au service Inter-Universitaire des Sports de l'Université. Dans les établissements, il y a une section sportive à l'I.N.S.A. (Ecole d'ingénieurs). Il n'y a pas de section par sport, mais tous les sportifs de haut niveau sont regroupés dans une section, quel que soit le sport qu'ils pratiquent, les études étant aménagées pour cet ensemble d'étudiants. C'est un ensemble cohérent et important : une quarantaine de jeunes sportifs environ. Mais par contre, dans les autres établissements sont organisés accueil et suivi des athlètes avec aménagements divers. Des dispositions particulières sont prises pour l'U.F.R-E.P.S.

69Comment fonctionnement ces fameux centres d'entraînement ?

70A Lyon, dès 1987, des dispositions générales ont été prises, et, s'ajoutant à ces mesures d'accueil, ont été créés dans certains établissements des centres d'entraînement permettant aux étudiants de concilier plus facilement les études et la vie sportive.

71A Lyon ont vu le jour des centres pour les spécialités suivantes : Aviron, Athlétisme, Rugby et Danse contemporaine, qui accueillent quatre-vingt étudiants de haut niveau, inscrits sur les listes ou assimilés.

72En France, les athlètes de haut niveau sont répertoriés sur des listes par catégories de niveau national et catégories de niveau régional. Je crois que ce principe-là est en train d'évoluer.

73C'est le Ministère de la Jeunesse et des Sports qui prépare ces listes et ainsi nous savons que tout étudiant qui y figure a le label de sportif de haut niveau.

I - La nature des centres

74Là aussi, une convention est signée entre l'Université représentée par le S.I.U.A.P.S., la Fédération ou la Ligue concernée, la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports et la Fédération du Sport Universitaire.

75La Direction Régionale Jeunesse et Sports les considère comme des centres locaux et, à ce titre, elle leur accorde une subvention de fonctionnement. Deux d'entre eux, Athlétisme et Aviron, sont accolés à un centre de perfectionnement, d'entraînement et de formation mis en place par les fédérations sportives et la Jeunesse et les Sports, augmentant ainsi la capacité d'accueil de ces derniers et permettant une utilisation plus rationnelle des moyens. Le centre est administré par un comité de pilotage paritaire (Université et Fédérations). L'encadrement est assuré généralement par un ou plusieurs professeur d'E.P.S. dont la compétence est reconnue par l'Université et la Fédération concernée. Chaque partenaire fournit les moyens à part égale. Le Centre peut recevoir des subventions et il a aussi ses ressources propres.

II - Les intérêts

76Quels sont effectivement les intérêts que trouvent les bénéficiaires ? Cela permet d'éviter les déplacements, d'assurer le suivi médical et universitaire dans de bonnes conditions, et cela permet aux athlètes éloignés des clubs de continuer leur vie sportive de façon normale. Cela signifie intérêt pour le sport universitaire, intégration du sport de haut niveau dans le dispositif général, liaison étroite et pratique avec le sport fédéral, facilité de certaines actions de recherche, amélioration du palmarès sportif de certains établissements, donc amélioration de l'image de marque de l'Université. Cette dernière y trouve également des avantages et un bénéfice symbolique.

III - Les relations avec les clubs

77Il y a toujours un problème à ce niveau-là, car c'est une question délicate. A Lyon, dans les Centres qui fonctionnent et dans d'autres villes aussi, les entraîneurs ont su établir de bonnes relations avec les clubs concernés en proposant un travail complémentaire et des échanges de services. C'est-à-dire que l'athlète se trouve avec plusieurs entraîneurs, dont l'entraîneur universitaire qui fait partie de l'équipe d'entraînement. A côté de cela, a été créé un centre médico-sportif en 1987, régi par la loi Association 1901, ce qui lui permet plus de souplesse de fonctionnement.

78Quel est l'effectif de sportifs rassemblés dans le cadre de ce dispositif ? Cela touche 450 athlètes sur Lyon dont 231 inscrits sur les listes régionales et nationales. Alors, pourquoi 450 et seulement 231 établis sur les listes ?

79Quand il y a des sports collectifs, puisqu'il y a une section Rugby, il faut bien mettre quelqu’un en face. On doit recourir à ce que l'on appelle des partenaires, et c'est une notion très importante pour le sport universitaire car nous avons des athlètes qui ne sont pas sur les listes Jeunesse et Sports ou tout au moins pas encore, mais qui sont des athlètes en devenir. On peut donc les faire bénéficier d'un certain nombre d'aménagements bien qu'ils ne soient pas encore tout à fait des athlètes de haut niveau.

80Dans les centres d'Entraînement de Lyon, il y a 82 athlètes inscrits, 69 dans les sections sportives de l’I.N.S.A., d'autres répertoriés à l'U.ER.E.RS. et 231 dans divers établissements.

IV - Le budget de fonctionnement de ces quatre centres

81L'Université amène pour sa part 185 000 francs inscrits au budget du service des sports inter-universitaire, dont 120 000 francs représentant une aide de l’Education Nationale et 65 000 francs en ressources propres auxquels s'ajoute une aide des fédérations, 200 000 francs environ sous des formes diverses. Donc, voilà un exemple d'organisation qui demande peut-être à être amélioré mais qui fonctionne aujourd'hui assez bien. C'est certainement le meilleur exemple que nous ayons actuellement en France.

82Pour finir, permettez-moi de proposer une petite note pour l'avenir. On vous a parlé en début de colloque d'un travail qui a été fait par Monsieur Jean Fabre, Chargé de Mission auprès de Monsieur Jospin, Ministre de l'Education Nationale, pour le Sport Universitaire. Il prévoit comme amélioration, de resserrer la structure du sport universitaire en France, dans ce qu'il appelle une U.F.R. SPORTS. L'U.F.R., c'est le même terme qu'habituellement (l'Unité de Formation et de Recherche). Et cette fois, elle n'est plus en S.T.A.P.S. mais elle est en SPORTS. Cette U.F.R. comprendrait trois départements et un laboratoire. Ces départements seraient : un département de formation générale, qui s'adresse à l'ensemble des étudiants des Universités pour leurs pratiques sportives, un département des formations aux métiers du sport, ce que font actuellement les U.F.R.S.T.A.P.S., et un département du sport de haut niveau. A côté de cela, viendrait s'ajouter un laboratoire de recherche.

83Ce projet devrait amener plus de cohérence et permettre plus de rayonnement à l'Université. Le département des Sports de haut niveau organisant les parcours de formation des athlètes et s'adressant à l'Université, aux établissements universitaires et à l'ensemble des partenaires que l'on peut trouver sur l'agglomération. Les avantages : une meilleure identification du sport de haut niveau Universitaire.

84(...)

85Pour Monsieur Fabre, l'Université peut aider la défense de l'éthique du sport, c'est-à-dire substituer à l'argent qui tourne autour des sportifs de haut niveau, la mise en place de formations véritables.

Bernard Astoul,

Professeur d'E.P.S., Conseiller Universitaire d'Athlétisme (Toulouse).

86En ce qui concerne Toulouse, des conventions ont été signées depuis huit ans avec certaines Fédérations, le C.R.E.P.S., le Mouvement Sportif local. A l'I.U.T., par exemple, un étudiant sportif de haut niveau peut choisir la formation en quatre ans au lieu de deux, à l'U.F.R. S.T.A.P.S., cinq places sont réservées aux sportifs de haut niveau, et ceci m'amène à une première remarque à l'égard de la notion d'image de marque de l'Université. Si l'étudiant sportif de haut niveau ne renvoie pas l'ascenseur — pardonnez-moi l'expression — à moyen terme, les universitaires se lasseront.

87Dans les interviews auprès des médias, très souvent l'étudiant passe sous silence l'aide de l'Université et ne parle que de l'aide des partenaires sponsors. D'autre part, à titre anecdotique, dans les cinq places de sportifs de haut niveau réservées à l'U.F.R. S.T.A.P.S., une athlète basketteuse de très haut niveau a réussi à jouer zéro seconde dans l'équipe de l'U.F.R. pendant trois ans ; cela paraît un peu paradoxal. Vous voulez qu'elle intègre l'U.F.R. S.T.A.RS. et elle ne renvoie pas l'ascenseur. A peine croyable et sans intérêt pour l'Université d'accueil.

88Pour revenir sur Rhônes-Alpes, une particularité à l'I.N.S.A. de Lyon, c'est que, parallèlement au groupe d'étudiants sportifs de haut niveau, il existe un Sport Etudes de musiciens. A l'I.N.S.A. de Toulouse, il existe un Sport Etudes de danse. (...) Mes propositions sont les suivantes :

  1. Pour pouvoir s'entraîner et participer aux compétitions, un étudiant doit être libre au delà de 18 heures, ne pas avoir T.P. et T.D. le jeudi après-midi. Le Ministère a envoyé une circulaire aux Présidents d'Universités pour demander la liberté du jeudi après-midi mais le Conseil d'Université s'est polarisé sur l'application de cette circulaire, suscitant des difficultés pour les étudiants qui voulaient s’entraîner dans la semaine.

  2. Quand, dans une filière d’études, il existe un système d'unités de valeur, l'étudiant peut planifier son cursus. Par contre, si c'est la loi de tout ou rien, pour un sportif de haut niveau ou même pour un sportif de niveau interrégional, c'est très difficile.

  3. J'ai donné l'autre jour le nombre de semaines de cours dans les différents pays. C'est en France que nous faisons un enseignement semestriel, mais la durée d'un semestre, c'est douze semaines et si on divise par quatre, cela ne fait que trois mois. Et si, par exemple, pour suivre six cents heures de formation, on divise par vingt-quatre, ce n'est pas la même chose, au niveau de la durée hebdomadaire, que si on divise par vingt-huit ou trente. Là aussi, l'étudiant ordinaire aura de la disponibilité, tous les soirs, pour aller s'aérer l'esprit.

  4. Dernière chose, et là c'est un problème franco-français, il faudrait peut-être que l'U.S.E. suggère que les Commissions Régionales du Sport de haut niveau qui sont dirigées par le C.R.O.S. et par la D.R.J.S., se réunissent plus souvent.

Ignace Van Der Cam,

Université de Gand (Belgique).

89Mardi dernier, nous avons déjà parlé des sports de haut niveau, lors de l'intervention de Monsieur Botrans, avec la question de notre ami qui demandait si l'Université de Bruxelles donnait des places après les études aux sportifs de haut niveau. Comment fonctionne le système dans le pays flamand de la Belgique ? Tout d'abord, qui est un sportif de haut niveau ? Il y a deux critères.

90Il doit être reconnu par le Comité Olympique Belge ou par le bureau flamand du Sport de haut niveau. Si ce n’est pas le cas, il doit appartenir aux vingt meilleurs athlètes dans une discipline. Par exemple, un coureur de 100 m, qui a fait l'un des vingt meilleurs temps l'année précédente, est considéré comme sportif de haut niveau. Ce qui est le cas aussi pour ceux qui jouent dans les deux premières divisions du pays par exemple en Football, en Volley-Ball ou Basket-Ball ou bien, aussi, les étudiants sélectionnés dans une équipe universitaire pour participer aux Championnats Mondiaux ou aux Universiades.

91Quelles sont les facilités données à ces athlètes ? Ce ne sont pas des facilités mais des flexibilités. Des flexibilités, tout d'abord, sur le plan sportif. Ils ont l'infrastructure gratuite à l'Université, tandis que tous les étudiants doivent payer normalement pour faire du sport. Pour eux, c'est gratuit ; et en plus, ils sont prioritaires. Par exemple : un nageur peut réserver la piscine mais on lui demande de ne pas s'entraîner seul et d'amener d'autres nageurs, parce que cela est coûteux.

92Après, ils ont aussi la possibilité de disposer d'un entraîneur à l'Université. Ou ils acceptent l'entraîneur qui est là, et qui est normalement de haut niveau, ou ils amènent leur entraîneur personnel qui est bien reçu, chez nous, à l'Université. Ils sont aussi suivis gratuitement par le Service Médico-Sportif ou bien dans le cadre de la Faculté de Médecine ou bien de l'Institut Supérieur d'Education Physique. Ils sont aussi testés dans le laboratoire et, au besoin, et s'ils le demandent, leur club et leur entraîneur sont tenus informés des résultats. Ils peuvent également faire appel à un pyschologue de l'Université s'ils ont des problèmes dans ce domaine. Sur le plan social, il y a le service social de l'Université qui va chercher pour eux une chambre, entre les installations sportives et les locaux où ils ont leurs cours. Pour les études, on a prévu un tuteur, un professeur responsable pour tous les sportifs de cette faculté. S'ils ont des problèmes au point de vue études ou autres, ils peuvent aller voir ce professeur qui va intervenir auprès de ses collègues pour trouver une solution. S'ils ont des stages ou des compétitions sportives pendant l'année, ces étudiants peuvent s'absenter, et il y aura un assistant et même un professeur, qui vont les aider en leur expliquant les cours ou les matières qu'ils ont ratés et en leur donnant des notes qui ont été prises pendant leur absence. Pour les examens, après un an, il y a deux sessions, et si le jeune sportif de haut niveau a 60 % des points à la première session, il ne doit pas recommencer tous ses examens ou il peut choisir de faire une année en deux fois.

93Pour l'avenir, on essaie de faire un contrat entre l'athlète de haut niveau et le Recteur car il y a des professeurs qui sont anti-sportifs. Et si le sportif signe un contrat avec le Recteur, donc avec le Président de l'Université, les professeurs seront alors obligés de l'accepter.

94Il y a un mois environ, une loi est entrée en vigueur chez nous, mais pour l'enseignement supérieur non universitaire, qui procure une souplesse de fonctionnement pour les athlètes.

95Quelques mots de conclusion. Il reste toujours très difficile d'être à la fois athlète de haut niveau et de faire des études universitaires. Je ne citerai qu'un seul exemple.

96Pendant les Jeux olympiques de Barcelone, on comptait trois étudiantes qui avaient ce statut-là, une en natation qui a tout raté, une fille en judo qui a tout raté aussi, et, heureusement, une troisième qui a obtenu une médaille de bronze. Elle fait sa dernière année d'ingénieur en deux ans. Voilà une illustration concrète.

Caroline Carpentier

97En France, c'est l'Etat qui s'occupe des problèmes des athlètes. C'est une fonction qui est assurée à plein temps et payée par l'Etat.

98Nous avons demandé aux Directeurs Régionaux d'engager des personnes sur ces postes. Certaines y sont à plein temps et d'autres à temps partiel, et on voudrait développer cette équipe.

Lucien Batigne

99Je pense que l'athlète de haut niveau n'a pas les mêmes chances, au départ, dans ses études que l'étudiant moyen. On ne peut pas lui offrir toutes les études possibles. Pour un certain nombre d'études, il y a un numerus clausus. Donc, première chose, il me semble qu'il faudrait envisager, une orientation au départ qui devrait se faire peut-être au niveau du bac. Ensuite, avec les statuts des étudiants qui travaillent, il y a des améliorations certaines, mais par contre, il n'est pas sûr que la pratique du sport améliore beaucoup de choses. Le deuxième point, c'est une nécessité de clarté. L'athlète de haut niveau est un étudiant qui n'a pas le temps de faire d'études. C'est un amateur qui touche des subventions. Je crois qu'il serait utile pour clarifier les choses et lui donner sa vraie place au sein d'une Université que l'on sache exactement quelle est sa situation, c'est-à-dire établir des sortes de contrats de travail, avec l'Université.

100Que l'étudiant ait des aménagements, c'est indispensable, mais en compensation, il doit quand même réussir ses études. Il y a donc un manque de clarté. Les Universités ne comprennent pas toujours le statut d'athlète de haut niveau et ont des étudiants qui vont, qui viennent, qui sont salariés sans l'être, etc... Il me paraît urgent d'y voir plus clair dans ce domaine.

Pierre Collomb,

Professeur à l'Université de Nice.

101Il y a deux grands types de problèmes en ce qui concerne les sportifs de haut niveau des Universités françaises. Il y a des problèmes d'ordre politique et des problèmes d'ordre technique.

102Il y a des problèmes d'ordre politique parce que se pose très clairement ce dont nous traitons depuis le départ, à savoir la place du Sport Universitaire et le rôle du Club Universitaire. Le problème se pose en terme d'appartenance, si j'ose dire, du sportif, de l'athlète de haut niveau. Je crois qu'on a vraiment très clairement trois grands systèmes.

103Le système anglo-saxon où le sportif de haut niveau universitaire appartient d'abord à son Université, même s'il y a des petites rivalités entre les fédérations pour essayer de récupérer ces athlètes. Mais historiquement l'athlète appartient à son Université. Il revendique son appartenance à son Université, il en est fier.

104A l'opposé, il y a les systèmes allemand et espagnol, que l'on a clairement définis, et dans lesquels l'athlète, dans le cadre sportif, appartient à sa fédération et à son club. Il n'appartient à l'Université que pour ses études et il est un étudiant comme les autres.

105Nous, les Français, nous sommes au milieu, comme d'habitude. Nous avons un système mixte et complexe. On n'arrive pas à choisir, et on a très bien senti les réticences à la fois fédérales et politiques.

106Mais malgré cela, pour des problèmes techniques, on vient s'adresser à l'Université. Cela pose le problème de la conception du service public en France. Et les problèmes que nous connaissons aujourd'hui viennent aussi de l'évolution de ce service parce que le sport en est un lui-même. Et l'Université est un service public. On vient lui demander de résoudre les problèmes du sportif et le problème aujourd'hui est multiplié par le fait que la conception même du service public évolue. Aujourd'hui on met l'accent sur la politique contractuelle. Mais cette politique contractuelle n'est pas assez développée, l'Université ne peut y souscrire que dans la mesure où elle a un retour évident et objectif. On demande à l'Université de donner, d'aménager mais ce qu'on lui rend en retour est très faible. Et lorsqu’elle demande que l'étudiant la représente, c'est avec parcimonie qu'on répond à cette demande.

107On a évoqué le problème de la rigidité des cursus qui est souvent un obstacle. C'est vrai, pour les études des athlètes de haut niveau. Dans un système d'unités de valeur, on peut aller à son rythme, alors que dans un système qui repose sur des examens annuels, c'est plus difficile. Mais il ne faut pas imaginer qu'on va obtenir une réforme de l'enseignement supérieur à partir de la quantité finalement infime des athètes de haut niveau. Simplement les athlètes de haut niveau ont la chance qu'il y ait actuellement une réforme en cours qui devrait limiter les quantités d'examens indissociables par le système des modules.

Bernard Astoul

108Je reviens sur la circulaire Mallet demandant de libérer le jeudi après-midi pour les étudiants. La pénurie des salles de cours et des amphithéâtres oblige les Universités à mettre des travaux pratiques (T.P.) et des travaux dirigés (T.D.) le jeudi après-midi. Cette circulaire est donc complètement torpillée avant même qu'on essaye de l'appliquer. Ma proposition à l'U.S.E. est de demander la constitution de groupes de sportifs qui seraient assurés de pouvoir suivre les T.P. et les T.D. avant 18 heures les autres jours.

109Aussi les sportifs de haut niveau mais aussi et surtout les étudiants, licenciés à la F.N.S.U., pourraient s'entraîner convenablement et représenter leur Université.

Daniel Bonzoms

110Nous devons impérativement conclure. Le thème abordé est un thème fondamental, incontournable, pour répondre à la réflexion d'ensemble sur "le Sport, l'Université, l'Europe". L'étudiant engagé dans une pratique de sport de haut niveau a besoin de trouver des réponses à ces préoccupations liées à des domaines très divers. L'Université peut répondre, je dirais même doit répondre, dans tous les cas, à cette demande en proposant des mesures adaptées. Bien sûr, il n'a pas été possible de dégager aujourd'hui des propositions communes. Néanmoins, nous avons beaucoup appris les uns des autres. Les liens européens que nous avons créés à cette occasion pendant cette U.S.E. doivent permettre de dégager des propositions adaptées à chaque situation et ceci afin que les étudiants sportifs de haut niveau ne restent pas des handicapés sociaux.

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540