Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Troisième partie. Perspectives d'avenir

Thème 5 : Problèmes de société

Nouvelles approches de la recherche

Jean-Paul Callède, Pierre Collomb, Gérard Messin, Alain Junqua, Bertrand During, Jean Camy, Mireille Arguel, Roger Bambuck, Thierry Lardinoit, Gerhard Treutlein, Walfried König et Patrick Legros

Texte intégral

1Table ronde animée par

Jean-Paul Callède

Chargé de Recherche au C.N.R.S. (GEMAS & M.S.H. Aquitaine), U.N.C.U.

2En cette deuxième partie d'après-midi, nous devons traiter, sous forme d'une table ronde, des "problèmes de société et des nouvelles approches de la recherche", en ayant toujours pour perspective le thème de l'Université Sportive d'Eté : "Le Sport, l'Université, l'Europe".

3La question qui se pose à nous est la suivante : comment l'Université, envisagée dans sa dimension européenne, est-elle susceptible d'impulser une recherche sur le sport qui éclairera précisément les problèmes de société ? Ou tout au moins ceux d'entre eux qui sont en rapport avec le thème sportif.

4Mardi dernier, alors que nous établissions un premier tour des situations du sport en Europe, Pierre Collomb avait mis l'accent sur trois questions majeures à propos de la recherche. Il me paraît utile de les rappeler ici, comme autant de jalons incontournables pour notre thème : -Quel est le domaine de la recherche en matière de sport ?, interrogeait-il. Aujourd'hui, on va s'efforcer de préciser quelle est la délimitation de ce domaine de recherche appliqué au sport, en relation avec des problèmes de société.

5Il formulait une deuxième question : comment se définit la conception même de la recherche en matière de sport ? Aujourd'hui, nous allons voir comment se définit concrètement cette conception, ces conceptualisations aussi, propres à tel ou tel secteur du sport et des recherches sportives, en relation avec les problèmes de société.

6Pierre Collomb proposait une troisième question : quels sont les lieux de la recherche sportive ? Et on va effectivement, aujourd'hui, essayer de repérer et d'identifier les lieux institutionnels — connus, reconnus ou méconnus — de la recherche sportive envisagée à l'échelle de l'Université et de l'Europe.

7Bien sûr, il s'agit de trois questions, de trois niveaux d'analyse qui sont inter-dépendants les uns par rapport aux autres, mais il me semble utile de conserver ces jalons, de manière : -à favoriser un échange avec la salle, en permettant à chacun de s'exprimer et d'établir des points de comparaison ; -à faciliter le travail du rapporteur général qui devra dégager des propositions générales, demain.

8Il me paraît indispensable, dans la mesure où le premier emprunt a été fait à Pierre Collomb, de lui redonner la parole pour qu'il nous éclaire concrètement sur les trois perspectives, sur les trois questions jugées essentielles en matière de recherche.

Pierre Collomb,

Professeur à l'Université de Nice, Directeur du Centre de Droit du Sport.

9Je voudrais tout d'abord, avant d'essayer d'apporter quelques éléments de réponse aux questions que je me suis moi-même posées, faire le lien entre les éléments du thème de la séance : les problèmes de société, le sport, l'Europe. A priori, certains d'entre vous pourraient penser que cela n'a pas grand chose à voir. L'approche de la recherche, avec les problèmes de société, avec le sport, avec l'Europe... Comment réunir tout cela ? Et pourtant, je pense qu'il y a finalement une grande unité propre à la mise en relation de ces termes. On dit aujourd'hui, couramment — et c'est une expression usée — que le sport est un phénomène de société. Si l'on y songe, cela veut dire que le sport est intégré dans la société, qu'il n'est plus à la marge de la société comme il pouvait l'être il y a encore quelques années. Et à partir du moment où le sport est dans la société, il est tout naturellement confronté aux problèmes de société :

  • problèmes de promotion sociale, on connaît cela depuis assez longtemps,

  • problèmes d'insertion sociale, c'est plus récent. On parlait tout à l'heure de dopage, et, d'une certaine manière, on peut penser à la drogue. On dit que le sport est un bon moyen de lutter contre la drogue. Et on appelle les sportifs à participer à ces campagnes. Une petite parenthèse d'ailleurs, pour revenir sur l'importance de l'image valorisante que donne le sportif de haut niveau. Je suis quelquefois choqué de voir que d'un côté on dit que le sport est le meilleur rempart contre la drogue, d'un autre, on voit des institutions sportives lutter très approximativement contre la drogue dans le sport. Il y a peu de temps, avant l'été, certains milieux sportifs ont connu des problèmes de sportifs qui ont été déclarés positifs à partir de produits non pas dopants, mais se rapprochant plutôt de la drogue. Alors, dans ce cas, la réaction du milieu sportif est de dire : "cela ne nous concerne pas ; ce n'est pas une amélioration de la performance, donc il ne faut pas sanctionner ce type d'usage comme si cela était un doping". Mais, pour moi, il y a l'image du sportif, et je crois qu'il est assez déplorable, alors qu'on veut, par le sport, lutter contre la drogue, de laisser s'installer des images de cet ordre.

10Problèmes donc, d'insertion sociale, avec des aspects connus : la drogue, la délinquance bien sûr, avec les transformations du cadre de vie, le chômage et les mouvements de population. Le sport est confronté aussi à ce problème d'intégration des populations d'origine étrangère. Nous pourrions d'ailleurs trouver des prolongements à ces aspects :

  • le rôle des médias est essentiel pour aborder certains problèmes de société illustrés par le sport,

  • la place des femmes dans la société, pensons à l'Algérie...

11Tous ces problèmes de société se révèlent ou sont illustrés par le sport. Donc, le lien entre les problèmes de société et le sport est ainsi évident. Maintenant, quelle est l'incidence sur la recherche ? Tant que le sport était un peu à la marge de la société, une petite manie de spécialistes, la recherche dans le domaine du sport était cantonnée à des domaines très particuliers, notamment tous les domaines qui cherchent l'amélioration de la performance. A partir du moment où le sport est intégré à la société, et dans la société, fatalement le problème qui se pose est celui de sa place exacte dans la société. Et la recherche, qui va apparaître à partir de ce moment-là, sera une recherche qui fera davantage appel aux sciences sociales, aux sciences de la société, aux sciences de la place des institutions et des hommes dans la société.

12Donc, à partir de ce moment-là — c'est le premier élément de réponse que j'essaierai d'apporter — il n'est pas étonnant de voir le domaine de la recherche se redéfinir. Il n'est plus cantonné au domaine d'origine ; il s'étend au fond à tous les domaines de recherche de la vie en société. Il n'y a pas de domaine d'où le sport est exclu.

13Autre problème posé, c'est le problème du lieu de la recherche. Le domaine de la recherche est un domaine où règne la liberté, et il faut d'ailleurs la préserver ou l'espérer. Alors, à partir de ce moment-là, la recherche pourra se faire dans des lieux très différents. Dans les Universités, c'est traditionnel, bien entendu ; mais l'Université n’a pas le monopole de la recherche. Il y a des instituts spécialisés — dont le statut évidemment va varier selon les pays — type Centre National de la Recherche Scientifique, en France. Il y a des instituts privés, pourquoi pas, et selon les pays, il faudra sans doute inventorier aussi ces organisations privées.

14Donc, avant toute chose, un domaine de liberté et, entre les différents chercheurs, le problème qui se pose — à propos de la recherche — n'est pas le même que celui de la formation. Hier et avant-hier, lorsqu'on a traité de formation, on a parlé surtout d'harmonisation des formations. Cela est logique. En matière de recherche, cela est différent. Au contraire, à partir du moment où la recherche est un domaine où la liberté est fondamentale — troisième élément de réponse — je dirai que sur les conceptions, s'il y a débat, je ne crois pas que ce soit regrettable, même si chacun a ses opinions. C'est même un signe de maturité et une garantie de liberté intellectuelle et scientifique.

15Dans ce domaine, le maître-mot me semble — et surtout dans un cadre européen — plutôt qu'harmonisation, celui de coopération. Coopération entre instituts de recherche d'un pays et d'un autre pays, coopération entre disciplines. Je ne crois pas qu'il faille dire que la recherche en sport doit se faire dans tel endroit ; à l'Université par exemple ; dans telle Université ; avec une recherche en sciences sociales cantonnée aux Universités de Sciences Sociales. Je crois que la recherche peut se faire en différents lieux, mais que la collaboration doit s'instaurer.

16Pour en terminer, après ces trois premiers éléments de réponse, je souhaiterais évoquer un exemple concret pour illustrer un peu ce que l'Europe peut provoquer en matière de recherche dans le domaine des sciences sociales. Je voudrais illustrer ce qui se passe dans ma discipline, c'est-à-dire le droit.

17L'Europe, c'est la liberté de circulation. Au départ, c'est une communauté économique. Donc l'approche du sport se fait par l'économie, la liberté de circulation des travailleurs. Mais le problème qui va se poser, c'est de savoir si, en matière sportive, les règles de l'économie de l'Europe pourront être appliquées telles quelles. Est-ce que — c'est ce qu'évoquait hier ou avant-hier Monsieur Raymond Claude — la liberté peut être totale ? Est-ce que, dans la composition des équipes sportives, on doit tout de même conserver quelques restrictions ou doit-on abandonner toutes limites ? Même chose, et autre exemple, toujours pour prendre des problèmes d'actualité. L'organisation française du sport repose sur le monopole des fédérations dirigeantes. Dans une perspective économique et d'entreprise, de libre concurrence entre entreprises, ces monopoles sont menacés et certains ont proposé de les faire disparaître. Donc, c'est bien là que l'on voit ce qu'est la recherche : envisager comment traiter juridiquement les situations nouvelles qui se dessinent en matière de pratiques sportives ou d'organisation du sport.

18Je pourrais également évoquer le problème des médias, qu’a traité ce matin Monsieur Roland Faure. Il est exactement le même. C'est là qu'on est au cœur de la recherche. La recherche en Droit n'est pas appliquer le droit à la matière particulière du sport, c'est rechercher comment traiter juridiquement l'activité particulière qu'est le sport. Parce qu'il faut l'insérer à sa place dans la société. Et insérer le sport à sa place dans la société européenne, est-ce lui appliquer brutalement et sèchement les lois de l'économie ? Je n'en suis pas persuadé. Voilà pourquoi la recherche en Droit est une véritable recherche. Ce n'est pas l'application de règles déjà existantes, c'est la recherche de règles futures.

19Donc, voilà les premiers éléments que je peux donner pour situer le débat.

Jean-Paul Callède

20Pierre Collomb vient d'exprimer une idée force. On admettra volontiers que la recherche vient enrichir le sport, au point parfois d'accroître sa légitimité. Pensons, par exemple à des travaux sur l'éducation, sur la socialisation. Mais l'inverse est également possible. Le sport est susceptible d'enrichir la recherche, d'élargir ses domaines d'investigation et d'imposer la prise en compte de divers paramètres.

21Nous retenons également cette idée de coopération entre les pays — nous avons eu l'occasion d'y insister durant ces derniers jours — de même que le principe d’une collaboration interdisciplinaire est à souligner. Il faut se demander également s'il n’y a pas un troisième niveau dans la coopération — plus local peut-être — qui viserait à mieux intégrer certains des acteurs du monde sportif dans des formes de recherche. Il me semble que, quelquefois, les sciences humaines, la sociologie, la psychologie auraient à gagner en prenant en compte le point de vue des acteurs du mouvement sportif pour définir un certain type de recherche, en tirant parti d'un certain type de savoir, et pas forcément de savoir-faire considérés sur un mode dépréciatif. Certains travaux réalisés sur le sport se prétendent "théoriques" ou ""fondamentaux", alors qu'ils sont banalement "spéculatifs" et sans grand rapport avec la réalité des faits sportifs. Et "statistiques" à l'appui, si j'ose dire, en évoquant certaines pseudo-quantifications. Dans le contexte universitaire, les U.ER. S.T.A.P.S. — ou Facultés des Sports — peuvent jouer un rôle de médiation des plus indispensables pour l'étude du sport.

22(...)

23"Nouvelles approches en matière de recherche" : je me tourne vers Gérard Messin qui, finalement, a une triple raison de nous entretenir de ce qui bouge, au niveau de l'Université, en matière de recherche, quant aux domaines, aux conceptions et aux lieux définissant ce type d'activité et ce contexte institutionnel. Il appartient à l'Union des Clubs Universitaires, il est universitaire et il est expert en matière de promotion de la recherche.

Gérard Messin,

Vice-Président de l'Université Franche Comté (Besançon)

Chargé de Mission à l'Innovation et Valorisation Industrielle, Union Nationale des Clubs Universitaires.

24"Il faut connaître le système auquel on appartient afin de pouvoir s'y situer", nous disait Ernest Gibert. Je vais tâcher de mettre en application ce précepte.

25Ma contribution concerne le "système" « Université » et il est logique de rappeler sa triple mission :

  • recherche,

  • formation,

  • applications.

26Ces trois mots s'enchaînent. Ils peuvent être énoncés dans n'importe quel ordre et constituent une boucle que l'on peut ouvrir à n'importe quel endroit. Conjointement, "le champ d'action de l'Université s'étend, son contenu s'enrichit en permanence, se développe et se complexifie..." L'établissement « Université » (entité juridique) a un seul responsable : le Président de l'Université.

27L'établissement « Université » est composé d'U.F.R. : Unités de Formation et de Recherche, la recherche s'effectuant dans les laboratoires de ces U.F.R.

28Un laboratoire est "managé" par un enseignant-chercheur habilité à diriger des recherches et responsable scientifique de ce qui s'y fait.

29Pour compléter ce schéma, le fonctionnement de l'établissement s'appuie sur des services communs, aux missions bien définies, tels que Service Commun de Formation Continue, de Médecine Préventive, le S.U.A.P.S. pour la pratique du sport, mais également d'un service que vous ne connaissez peut-être pas : la cellule de valorisation-transfert, baptisée dans mon établissement Service Universitaire d'innovation et Valorisation Industrielle. Ce service traite et gère brevets, licences, contrats de l'Université pour le compte des laboratoires et il offre, à la demande, ses compétences pour accompagner tel ou tel professeur dans la préparation négociation d'une convention d'étude ou d'un contrat industriel, par exemple.

30Ces cellules ou services échangent et constituent en France un vaste réseau dénommé réseau Curie.

31L'établissement « Université » n'ayant pas suffisamment de souplesse, notamment lorsqu'il s'agit d'embaucher des chercheurs contractuels, peut déléguer la gestion des contrats à une association Loi 1901 (liée par convention-cadre à l'Université) ou à une société filiale de l'Université. En effet, une Université peut créer ou participer au capital d'une société filiale (20 % du capital étant le minimum légal).

32Le Président de l'Université (ou son Chargé de Mission) met en pratique une politique économique qui peut même être "offensive" dès lors qu'il développe les outils au sein de cette politique : l'information et la communication. L'image de marque de l'Université s'améliore... avec l’utilisation et la reconnaissance de ses compétences.

33J'en viens maintenant à parler plus précisément du sport.

34Pour que le sport s'affirme comme discipline majeure, il est indispensable que les enseignants-chercheurs s'investissent de manière à mettre en place et développer des laboratoires de recherche dans les U.F.R.-S.T.A.P.S.

35La recherche fondamentale peut être en partie "alimentée" par des contrats de transferts de recherche appliquée ou par des contrats d'études : les enseignants-chercheurs et chercheurs publient. Les laboratoires et les U.F.R. acquièrent une compétence et une reconnaissance. Ne perdons pas de vue que la recherche appliquée ne peut exister que si recherche fondamentale il y a.

36Les dits contrats permettent non seulement de financer du matériel "de pointe", mais aussi d'embaucher un personnel spécialisé. Au lieu d’aller vers d'autres laboratoires pour compléter des équipes, il faut faire l'inverse : attirer ou embaucher les spécialistes qui vous manquent pour les faire travailler sur vos propres axes de recherche, pour votre discipline (bourses C.I.F.R.E.S., CORTECHS...).

37Les sciences du sport peuvent ainsi se dégager des secteurs existants, tels que Sciences Médicales ou Sciences pour l'Ingénieur.

38Les laboratoires d'U.F.R.-S.T.A.P.S. les plus efficaces pourront aussi demander une association au C.N.R.S. et obtenir d'autres moyens.

39Le ou les laboratoires les plus compétents sont sollicités et contribuent à la recherche appliquée multi-sectorielle effectuée dans les centres de compétences, souvent appelés instituts, ou seront appelés par les entreprises ou les centres techniques des secteurs industriels.

40C’est ainsi que bon nombre de laboratoires universitaires se développent et que le domaine du sport, sous différents angles possibles, s'impose dans les programmes de recherche des Universités.

Jean-Paul Callède

41Merci pour cette approche à la fois panoramique et prospective. Gérard Messin nous a présenté les ressources utilisées par l'Université. Pourrait-on demander maintenant à Alain Junqua ce qu’est le travail d’un chercheur au quotidien, à la fois universitaire et impliqué dans une Formation de recherche associée du C.N.R.S. ?

Alain Junqua,

Professeur à l'Université de Poitiers, Chercheur à l'U.R.A. 131 (Unité de Recherche Associée au C.N.R.S.).

42L'intervenant précédent a brossé remarquablement le cadre dans lequel on se situe. Il y a schématiquement deux sortes de chercheurs au C.N.R.S. Je précise bien : schématiquement, parce que c'est un secteur professionnel assez hétéroclite, parfois, lorsqu'on l'observe à la loupe. La finalité est la recherche mais la manière de la faire et les moyens pour la faire sont considérablement disparates, même au sein du C.N.R.S.

43Il existe deux familles de chercheurs ; les uns ont plutôt besoin de disposer de banque de données et sont souvent des chercheurs relativement isolés même au C.N.R.S. Cela leur demande beaucoup de travail personnel. Et cette formule fait ses preuves.

44Puis il y en a d'autres — c'est la famille à laquelle j'appartiens — qui ont besoin de beaucoup de matériel, souvent coûteux, pouvant être peu productif d'ailleurs, et rapidement dépassé. Nous devons impérativement travailler en équipe, afin de rester dans l'actualité de la recherche et de contribuer au progrès scientifique. Autrement, ce n'est pas la peine, nous ne ferons pas avancer les problèmes.

45De plus, de manière institutionnelle, il y a très peu de temps que l'on voit d'un bon œil la recherche directement appliquée au sport. Il ne faut pas ignorer cette évolution récente des mentalités universitaires...

46On a cru que la fondation de la 74ème section — c'est une section de chercheurs, puisqu’on est répertorié en sections — serait une dynamique pour la recherche liée au sport. En fait, c'est un peu une erreur, et je serais tenté de dire qu'en faisant cela, même si l'intention de départ était bonne, nous avons fait fi de tous les acteurs de la recherche qui ont précédé la création de cette 74ème section.

47Ils sont par exemple juristes comme vous-mêmes, puisque vous êtes parmi les plus anciens dans le métier de chercheur en ce qui concerne le sport. On a vu également des économistes se mettre à faire des applications dans le domaine du sport. Dans le domaine des sciences, traditionnellement les médecins, qu'ils soient à l'I.N.S.E.R.M. ou au C.N.R.S., étaient reconnus, connus pour leurs travaux sur le sport, même du monde environnant (...). Moins nombreux, par contre, les gens des secteurs des sciences dures, occasionnellement, travaillaient sur des thèmes intéressant le sport.

48Tout cela a constitué des ruisseaux qui ont fait de grandes rivières, et il y a désormais un contenu scientifique assez extraordinaire en France, avec une situation que l'on retrouve à l'étranger (...). Et on ne peut pas se couper de la recherche dite fondamentale. La création d'une discipline, d'une spécificité, se fait essentiellement par les avancées réalisées sur les aspects fondamentaux.

49Comment travaille-t-on ? Il a fallu créer des associations de chercheurs qui revendiquaient de travailler dans le monde du sport Quand c'était un peu plus spécialisé, pour certaines disciplines, par exemple, l'institutionnalisation a été plus nette : les juristes ont créé des pôles juridiques et économiques. D'autres chercheurs, plus liés à l'entraînement, ont créé une autre association ; une association plus ancienne était liée à la fondation même des U.E.R.E.RS.

50Mais, ces associations n'ont généralement pas la reconnaissance du monde scientifique traditionnel. Nous n'avons pas réussi à attirer vers nous ces fondamentalistes dont on a beaucoup besoin pour asseoir nos discours.

51C'est donc un manque ; il faudra du temps. Je me suis engagé à essayer de créer des revues spécialisées, mais dans le monde du sport, il était rare que la revue spécialisée ait un comité de lecture... Or, l'éthique de chercheur veut qu'un comité de lecture juge de la qualité de ce qui va être publié. Pendant quelques années, nous avons engagé une politique de publications mal ajustée par rapport aux règles de la communauté scientifique. Ce n'est pas normal dans le monde scientifique.

52Notre métier a-t-il des retombées immédiates ? C'est rarement le cas. La recherche, c'est comprendre les phénomènes et, malheureusement, on est confronté à un phénomène qui est la nature humaine — et comme je le disais récemment lors d'une conférence, je crois que la nature est extrêmement compliquée — ce n'est pas demain que l'on comprendra tout de la nature et donc ce n'est pas demain que l’on comprendra tout de l’homme qui s'exerce, qui court et qui saute.

53Une dernière chose à ajouter, c'est qu'il y a — déjà — des retombées qui sont immédiatement applicables dans des secteurs que les chercheurs dédaignent quelquefois. C’est le fait de présenter, dans les contenus d'enseignement, les constats, les observations et les retombées évidentes de cette recherche fondamentale ou appliquée.

54Dans ce cas, les retombées sont non seulement suffisantes mais performantes : -retombée au niveau du contenu même de ce qui est enseigné dans les U.F.R. spécifiques (c'est le travail traditionnel du chercheur), -retombée également pour l'aide à la compréhension de la gestuelle humaine : permettre à des enfants lors de cours d'éducation physique, dès l'école primaire (nous sommes en train de faire des expériences à l'école primaire), d'appréhender des concepts fondamentaux de la vie technologique actuelle.

55(...)

56Beaucoup de gens parmi vous, et moi le premier, ont une conception intuitive de la mécanique. Des entraîneurs peuvent effectivement entraîner les sportifs, d'une manière excellente, car ils ont une théorie intuitive extraordinaire. Mais il est indispensable d'utiliser les acquis scientifiques.

57Et donc la relecture de cela, en passant des impressions à la vérité scientifique, c'est une tâche ingrate mais passionnante et qui, je peux vous le dire, n'est pas dénuée d'intérêt.

Jean-Paul Callède

58Merci pour cette intervention. Alain Junqua a parfaitement su montrer la place du sport au sein du monde scientifique : une place à part entière... et une place quelquefois à part... Mais, progressivement, ce domaine de l'activité humaine est mieux intégré. Il est vrai que les questions d'information scientifique, de vulgarisation scientifique restent entières et entièrement posées. Ses dernières réflexions ouvrent des perspectives en matière d’analyse critique des processus de structuration des connaissances sportives et des caractéristiques qui font que ces connaissances sont crédibles ; et qu'elles peuvent être crédibles sans être scientifiquement fondées... Nous aurons l'occasion d'y revenir.

59Nous avons entendu deux éclairages qui, à mon avis, correspondent chacun à un cadrage de type institutionnel. Je me demande si, après une petite demi-heure de débat, il n'y a pas lieu d'essayer de revenir plus précisément à l'objet sport, à l'objet pratique sportive ou pratique culturelle. Il est vrai que le sport est un élément fondamental de culture et d'éducation. Il renvoie à des univers symboliques, à des idéologies et, sans parler de nature humaine, n'y-a-il a pas moyen de renouveler les perspectives de recherche universitaire en prenant cet angle d'approche ? Je me tourne vers Bertrand During pour qu'il nous éclaire dans ce domaine.

Bertrand During

60Je vous propose — car je suis moi-même issu du sport universitaire d'abord, et ensuite venu au métier de la formation et de la recherche sur le sport — de voyager en sens inverse.

61Nous sommes, avec les précédents intervenants, partis de la recherche pour aller vers le sport. Peut-être pourrait-on partir du sport pour aller vers la recherche. Je vais m'y essayer. Et j'ai pensé, pour illustrer le propos, m'appuyer sur deux petites fiches historiques, sans prétention aucune, mais qui me semblent illustrer deux grandes tendances caractéristiques de la présence du sport dans l'Université française, depuis les années 40.

62J'ai trouvé cela dans le Bulletin de l'Institut National du Sport n° 18, de Novembre/Décembre 1951.

63La première fiche condense un article de Robert Hervé intitulé : "Lorsque deux mille cinq cents étudiants venaient à Lacretelle".

64Lacretelle est le nom du stade qui deviendra par la suite l'U.F.R.-S.T.A.P.S. de Paris V. Fin 1941, Jules Coulon confie à Joseph Maigrot, grand entraîneur d'athlétisme, l'initiation sportive des étudiants. Un mot du contexte. C'est le régime de Vichy ; c'est la "révolution nationale" et c'est à l'intérieur du projet de révolution nationale, le développement de l'éducation générale et sportive, le vaste projet piloté par Jean Borotra qui se traduit par l’obligation pour tous les étudiants de première année d'avoir une pratique inscrite dans leurs horaires. On n'est pas loin d'ailleurs de réussir à appliquer cette obligation puisque les étudiants de première année, à cette époque-là, à Paris, sont cinq mille et qu'on en comptabilise hebdomadairement au moins la moitié sur les installations sportives.

65Il s'agit de leçons d'éducation physique beaucoup plus que de séances sportives, inspirées de la méthode naturelle de Georges Hébert : mise en train, marche, équilibre, jonglage, lancer, saut, course, grimper, parcours. Et à la suite de cette première partie, qui s'appelle séance foncière, on ajoute une séance de sports collectifs. Les étudiants qui fréquentent avec assiduité ces séances, et on pourrait déjà voir là l'amorce de certaines traditions, sont les étudiants des Universités scientifiques et de l'Université de médecine ; ceux qui les fréquentent le moins sont les étudiants inscrits en lettres.

66Dix ans plus tard, l'un des principaux acteurs de l'enseignement de cette époque, le professeur d'éducation physique Raquin, qui d'ailleurs est un rescapé des camps de Buchenwald et de Dora, porte l'appréciation suivante :

  1. en 1950, rien n'a changé chez les étudiants même s’ils mangent un peu mieux ;

  2. s'il y a tout de même un démarrage dans le supérieur, on le doit à cette tentative du régime de Vichy ;

  3. les programmes conçus il y a dix ans sont encore valables.

67L'auteur ajoute un souhait : le principe de l'obligation étant admis, il faut sanctionner celle-ci comme le font certaines grandes écoles par des récompenses et non par des punitions.

68Il me semble qu'on a là une première figure des relations possibles du sport et de l'Université dans laquelle il apparaît, d'ailleurs, que sport et éducation physique sont encore confondus et que l'Université se donne pour mission de prolonger par une pratique obligatoire ce qui est — en principe à l'époque — obligatoire dans l'enseignement secondaire.

69La deuxième figure est antagoniste par rapport à la première. Elle est définie dans le même numéro du même bulletin. Robert Jacquet, qui s'exprime là comme ancien Président de l'Union Nationale des Etudiants de France, livre un papier intitulé : "Le sport et l'Université en France". Il constate une crise : les étudiants ne sont pas sportifs, "Où, dit-il, disparaissent les lycéens sportifs, qui sont eux-mêmes déjà très peu nombreux, quand ils entrent à l'Université ?" Le tableau est classique. Pris par les nécessités de leurs études et par les multiples tentations des grandes villes, ils sont très peu nombreux à pratiquer le sport.

70Je ne résiste pas au plaisir de vous lire cet article car cela va vous sembler un peu désuet.

71"Dans notre monde estudiantin de 1951, entre une rare jeunesse dorée qui vogue en Cadillac vers des paradis réservés. Elle amasse, hélas, des étudiants pauvres qui ne sont plus aujourd'hui des sujets d'opérette, où se situe encore une série de jeunes gens, de jeunes français moyens (moyens par leurs moyens), qui pourraient et devraient être attirés par le stade, la piscine, leurs plaisirs et leurs jeux. Or, il n'y vont pas. Est-ce une question d'horaires ? Pas vraiment. Est-ce une question d'installations ? Oui, bien sûr, mais ça ne suffit pas à expliquer ; c'est d'abord", précise l'article, "la structure du sport universitaire que nos étudiants mettent en cause".

72L'expérience montre que partout en France, il n'est possible d'agir chez les étudiants que par les étudiants, et Robert Jacquet rappelle, à ce moment-là, le rôle majeur des étudiants qui a été mentionné dans les historiques présentés au début de la présente Université Sportive d'Eté, au sujet de la création du sport universitaire. Et l'auteur de l'article conclut sur la revendication d'autonomie pour les étudiants dans le sport comme ailleurs.

73Il me semble que c'est la deuxième facette de la présence du sport dans l'Université. Là, il s'agit d'un sport, d'un sport compétitif, d'un sport institutionnalisé, d'un sport qui débouche évidemment sur le mouvement des clubs universitaires et sur des compétitions nationales et internationales.

74Après cette brève illustration, essayons de construire les relations entre les trois termes qui me paraissent être, si on généralise les choses, tout à fait centraux pour les réflexions qui ont été menées ici : "Sport, Culture, Université". Et essayons, pour finir, de placer ce système de relation dans une perspective européenne.

75Il me semble qu'on peut voir apparaître trois figures de relations : -première figure : le sport se définit comme ensemble de pratiques motrices. Et là, on peut se demander comment l'Université contribue, avec tous les échelons qui la composent, au développement de ces pratiques motrices ; comment se prolonge dans le supérieur ce qui est entrepris dans le primaire et le secondaire ; comment — et c'est le versant plus théorique d'une affaire qui est d'abord essentiellement pratique — l'Université peut-elle concevoir ces techniques du corps ? Comment peut-elle les théoriser. Comment peut-elle leur donner la place qu'elles méritent dans la culture ?

76Disons, pour résumer, qu'il s'agit-là de pertinences motrices, de didactiques sportives (comme certains l'ont souhaité ce matin) et d'une motricité pleinement signifiante où l'on pourrait voir que la tâche de l'Université est à la fois de prendre en compte la pratique motrice et en même temps de faire que cette pratique soit plus autonome, plus signifiante, plus chargée de sens.

77Il s'agirait-là de dépasser le vieil obstacle qui fait que, quand on pratique du sport, on s'identifie volontiers à un modèle un peu rustique et on met entre parenthèses, comme le font de nombreux étudiants, l'énergie qu'on dépenserait par ailleurs à réfléchir aux problèmes qui se posent.

78- deuxième figure de la relation possible et deuxième définition. Le sport est compétition. Là, je crois qu'on est non plus dans la pertinence motrice mais dans la pertinence culturelle. En tant que compétition, le sport est premièrement entraînement, affrontement, donc mobilisation de ressources qui sont techniques, scientifiques et qui mobilisent effectivement à l’Université, ainsi que cela a été largement évoqué par mes prédécesseurs, des laboratoires, des disciplines, des équipes de recherche, etc...

79Il est aussi en tant que compétition, et c'est le deuxième volet de l'approche possible de la compétition, une forme originale de relations humaines dans un contexte culturel, une forme originale de relations humaines mettant en jeu un certain nombre de normes et un certain nombre de valeurs, mettant en jeu aussi des émotions d'une grande richesse, des rituels et la régulation d'une éthique.

80Là, de l’anthropologie à la morale, le rôle de l'Université est aussi un rôle très important, avec, tout particulièrement, la place des clubs universitaires. C'est dans cette perspective qu'on pourrait situer des travaux comme ceux du colloque d’anthropologie qui a eu lieu l'année dernière, ou d'anthropologie du sport, ou les travaux du Centre Lillois de Recherches en Analyse du Sport créé par Bernard Jeu.

81- troisième possibilité, et troisième figure : le sport est institution. Là, on retrouve ce qui a été évoqué par Pierre Collomb, la pertinence à la fois économique, sociale et juridique. Il est clair qu'à cette institution se raccroche un très large éventail de métiers dont nous avons débattu hier après-midi.

82Et il est clair que cette institution soulève, par son développement et par ses relations avec les autres institutions, une quantité de problèmes qui concernent aussi les Universités et des universitaires.

83Il me semble qu'ici le rôle de l'Université est double. Elle a un rôle de création par ses services, par les clubs et par les formules originales qui s'y développent. En même temps, elle réfléchit sur ce qu'elle contribue à créer dans le domaine sportif.

84Alors, reste à évoquer l'Europe, et je le ferai en un mot. Il me semble — et ça serait passionnant à étudier au plan historique — que l'Europe de l'Université est une réalité qui remonte au Moyen-Age et aux voyages de formation des étudiants qui ne connaissaient pas les frontières. Avant que le concept même de nationalisme apparaisse, il existe dans l'Université quelque chose qui relève de la logique européenne.

85Donc, l'Université et l'Europe sont profondément liées. Le deuxième point — et là aussi c'est une hypothèse et il faudrait du temps pour l'étayer — il me semble que le sport a été développé pour briser l'enseignement nationaliste de l'Université française ; en un mot, c'était pour ouvrir à la comparaison.

86Le sport me semble, même s'il peut par la suite servir les nationalismes, avoir été placé dans une perspective qui a pour but de les dépasser.

87Ce qui me permet de conclure. Le titre qui est affiché derrière moi me semble doublement justifié. Je crois que le sport universitaire est doublement européen : européen parce qu'universitaire et européen parce que culture sportive.

Jean-Paul Callède

88Merci. La présence de Monsieur During parmi nous est doublement justifiée. Premièrement parce que l'aperçu rétrospectif de l'historien n'est jamais inutile pour comprendre les phénomènes sportifs, y compris les plus actuels et, deuxièmement elle s'explique par la capacité de Bertrand During à interroger le sport et à nous interroger. Remercions-le aussi pour le risque qu’il a pris en définissant quelques préoccupations interrogatives qui pourraient se transformer en autant de lignes programmatiques pour la recherche sportive.

89Tournons-nous maintenant vers les acteurs qui construisent l'Europe des Universités. Jean Camy retrouve-t-il dans les préoccupations de Bertrand During, en matière de nouvelles orientations de recherches, des éléments qui sont déjà formalisés au niveau des programmes de recherche internationaux ou interuniversitaires ?

Jean Camy

90Répondre à une telle question, je n'en ai pas les moyens. Mais je voudrais au moins rappeler ou indiquer quelques pistes pour essayer de montrer autour de quels axes la recherche sur le sport est orientée en Europe.

91On peut revenir aux questions posées en préambule sur le thème de la recherche sur le sport : comment peut-on en définir les orientations ? Quels sont les lieux institutionnels où elle devrait prendre place ? Avec quelles collaborations ? Il me semble qu'à ces trois questions, on peut d'abord présenter un constat. Le constat, aussi bref et rapide soit-il, nous avons tenté de le faire mardi. Il nous apprend ce qui caractérise la recherche sur le sport en Europe, en dehors de la diversité de son implantation selon les différents pays. Et là encore, je rappellerai cette opposition Nord-Sud que l'on retrouve dans bien d'autres domaines.

92Cette recherche présente un tableau contrasté rendant compte en partie de l'histoire de chacun des éléments qui le compose. Deux grands pôles s'imposent : un pôle à dominante médicale et un pôle à dominante pédagogique. On constate un équilibre global entre les recherches qui sont conduites dans le domaine des sciences de la vie et dans le domaine des sciences de l'homme et de la société.

93Ce qui caractérise également ces recherches, c’est une identité plurielle puisqu'elles sont à la fois conduites dans des lieux institutionnels ou par des personnes qui disposent de compétences disciplinaires relevant de champs disciplinaires différents, et par des gens issus du terrain, et qui sont porteurs de problématiques et de thématiques qui émanent de ce terrain : amélioration des performances, recherche du développement des loisirs et de la pratique des loisirs, intégration sociale à partir du sport, etc...

94Trancher sur cette question pour tâcher de savoir quelle est la meilleure formule, à partir d'analyses épistémologiques, a peu de sens et le constat de cette diversité est en lui-même une force.

95Je pense que ce qui peut nous aider, ce qui pourrait aider les politiques et les chercheurs à structurer la recherche sur le sport en Europe, ce sont, me semble-t-il, deux préoccupations éthiques.

96La première, me semble-t-il, c'est que le sport comme phénomène qui mobilise largement la population européenne et en même temps comme pratique médiatisée où sont magnifiées les performances extrêmes, les performances du plus haut niveau, est un domaine qui attire un certain nombre de chercheurs.

97De ce point de vue, la situation de la pratique sportive peut être conçue comme une situation "quasi expérimentale" pour tester les capacités humaines, ses limites et les moyens de les élargir...

98Je crois qu'il y aurait un grand dommage à abandonner à cette seule perspective la recherche sur le sport. Et de ce point de vue, ce sera la première indication que je voudrais donner. Il me semble essentiel que la recherche conduite soit moins une recherche pour le sport qu'une recherche par le sport, c'est-à-dire au service du développement de la pratique sportive et de ses formes diverses.

99La deuxième préoccupation, que je voudrais mettre en avant, relève aussi de l'éthique. En tant que chercheur soumis aux lois du marché, aux contrats, à la demande, nous sommes peut-être très heureux des intérêts que le sport engendre et des vertus qu'on lui prête. Et nous avons quelquefois tout intérêt à ne pas nous engager dans une manœuvre de démystification de ce que sont les prétendus "bienfaits" du sport parce que cela peut nous permettre d'engager un certain nombre de travaux.

100Si on veut échapper à cette utilisation, à ce rapport opportuniste de la recherche vis-à-vis du sport, il me semble qu'il ne faut pas avoir peur de travailler justement sur ce que sont les effets réels du sport.

101Le sport peut être considéré comme un moyen d'expression culturelle, sous des formes diversifiées, et ce à quoi peut contribuer la recherche qu'elle soit une recherche en science humaine et sociale ou une recherche en science de la vie ou en science dure, c'est d'aider à la richesse et à la cohérence de cette expression. Il me semble que nous pouvons mettre en commun les connaissances qui sont issues de nos divers laboratoires. Nous pouvons, donc, les mettre au service de l'enrichissement, de l'approfondissement de ce que sont les effets, les intérêts, les conséquences bénéfiques ou néfastes de la pratique sportive.

102(...)

103Dire que les chercheurs doivent être conduits par des préoccupations éthiques ou tout au moins qu'ils doivent mettre en avant des préoccupations éthiques pour unifier leurs champs peut apparaître tout à fait paradoxal. Je crois que cela montre plutôt ce qui caractérise les gens qui ont choisi de travailler sur le sport et essayent de mettre leurs travaux au service du développement du sport. Ils ont une responsabilité sociale, une responsabilité "politique" au sens large du terme, c'est-à-dire en liaison avec la Cité. Je crois que cette responsabilité, nous devons l'assumer sans fermeture d'esprit, en restant ouvert à des possibles sociaux multiples, en étant aussi conscients de notre rôle, en étant des partenaires responsables de tous ceux qui en tant que praticiens ont la responsabilité de mettre ces pratiques en œuvre. Au travers de nos travaux, il est possible de les mettre en garde sur certaines des conséquences de l'activité sportive, et en mettant au service du développement des pratiques dans leurs formes diverses les éléments que les travaux de recherche sur le sport peuvent apporter.

Jean-Paul Callède

104Merci à Jean Camy pour son exposé. Il évoquait tout à l'heure une distribution Nord-Sud des savoirs savants ou des formes d'institutionnalisation en matière de recherche du sport. Je vais m'adresser à Mireille Arguel qui travaille en zone tempérée, si j'ose dire, dans la mesure où elle se trouve à Paris, à mi-chemin du pôle Nord et du pôle Sud de l'Europe. Et je souhaiterais qu'elle nous dise comment, dans le cadre de son équipe ou de ses travaux, elle envisage, en fait, les nouvelles orientations de recherches en matière de sport, et en même temps qu'elle nous apporte son témoignage sur la place d'une femme enseignante de terrain ayant accédé au statut d'enseignant universitaire et au monde universitaire, médical en particulier. Et qu'elle nous dise peut-être comment le monde sportif a tendance à rejeter ou à comprendre ce genre de trajectoire professionnelle

Mireille Arguel

105Je n'avais pas prévu d'intervenir en réponse à de telles questions, mais je peux le faire si vous le souhaitez. J’avais pensé insister sur certains axes de réflexions, non pas pour refaire une synthèse qui a déjà été proposée d'une manière très brillante par les uns et les autres mais pour apporter un point de vue complémentaire.

106Je vais répondre donc répondre directement à votre question, sans nier mon statut de femme, parce qu'effectivement cela a été évoqué à plusieurs reprises au sein de la communauté scientifique, au sein de la communauté sportive, et j'essaierai de montrer comment les choses interfèrent et me placent à l'Université et/ou dans une équipe de recherche.

107Une petite rectification : je n'appartiens pas au monde médical. Je travaille avec des équipes médicales dans une optique d'interdisciplinarité à laquelle je tiens. Je suis vraiment pour une recherche de ce type, et je reprendrai l'idée d'un de nos confrères belges qui a insisté sur le fait que la recherche interdisciplinaire voire transdisciplinaire n'avait pas sur le plan de la reconnaissance scientifique le même statut que les recherches plus pointues et, je dirais, monodisciplinaires. Effectivement, ma situation est une situation frontalière. Je me trouve aux limites de plusieurs territoires, depuis l'anthropologie la plus physique au premier sens de Broca jusqu'à l'anthropologie culturelle ou à l'anthropologie qui englobe et l'histoire et la philosophie. C'est effectivement une zone dans laquelle j'aime bien évoluer mais ce choix n'est pas sans inconvénient parce que, dès que l'on se situe dans des zones frontalières, vous pouvez être sûr que l'on est rejeté par un bord et par l'autre.

108Mais ceci dit, c'est possible, d'opérer sur des territoires qui ne sont pas exclusivement les vôtres mais qui vous intéressent pour promouvoir des recherches interdisciplinaires, développer des programmes d'études. Il est possible, en tant qu'enseignante puis chercheur issu des sciences humaines et sociales, de travailler avec le secteur des sciences de la vie ; cela ne pose pas de problèmes fondamentaux.

109Je travaille sur des thématiques qui ont trait à l'analyse des techniques corporelles et en prenant tout particulièrement comme techniques, l'ensemble des techniques de danse contemporaine et classique.

110C'est vrai que dans le monde du sport, il m'a fallu batailler ferme sur le terrain ; il y a vingt-cinq, trente ans maintenant, j'ai introduit dans le monde sportif, dans le sport universitaire, plus précisément au centre sportif Jean Sarailh à Paris, l'activité "danse" à une grande échelle tout en continuant à m'investir en tant qu'athlète. A l'époque, c'était considéré comme le haut niveau ; maintenant je n'oserais plus le dire. Mais en tant qu'athlète, j'enseignais l'athlétisme. J'ai bien essayé d'enseigner les deux mais ma passion pour la danse l'a emporté parce que cela apportait une autre dimension que la pratique de l'athlétisme. Mais j'ai voulu tout de même ne pas séparer une activité corporelle comme la danse d'une activité corporelle sportive. Mon pari a été de garder la danse dans le domaine d'un sport ouvert vers le loisir et de l'envisager comme une autre manière de pratiquer. Je crois qu'en cela je retrouve des conceptions sur le sport qui ont été avancées autant par le Royaume-Uni que par l'Allemagne c'est-à-dire cette dimension récréative, de loisir etc., et une autre manière de se situer et de situer son corps. Je ne vais pas m'étendre sur le combat parce que c'était un véritable combat vis-à-vis de sportifs mâles, sportifs à tout crin ; la "danse, pratique de nana". C'était le langage employé à l'époque. Depuis, cela a beaucoup changé. Cela reste encore un combat, mais plus du tout avec la même intensité, tout de même, puisque nous sommes là pour en témoigner.

111A cette époque-là, je me suis posée un certain nombre de questions, comme tout ceux qui sont confrontés à des difficultés et puis je me suis dit : il faut que j'essaye de démontrer par tous les moyens que l'enseignement de la danse apporte à l'individu autant que l'enseignement du sport. L'une et l'autre peuvent être comparables du point de vue de l’enseignement. Tout de suite s'est greffée une réflexion éthique, c'est-à-dire une vision humaniste de la formation de l'être humain, fille et garçon, par l'intermédiaire d'une pratique corporelle. C'est à partir de là que ma démarche de chercheur s'est intuitivement mise en place, puis dans des circonstances sur lesquelles je ne reviendrai pas, le fait d'avoir travaillé avec certaines personnes, le fait d'avoir eu des approches avec différents chercheurs m'ont entraînée dans un processus d'approfondissement de connaissances qui font que, maintenant, je suis effectivement en poste dans une Université où je continue à promouvoir la danse au sein du monde sportif, et où le laboratoire que j'ai créé, qui s'appelle "Etudes et Recherches sur Corps - Art Mouvement", a une thématique sur les techniques corporelles en danse dans un cadre S.T.A.RS. Je reprendrai ce qui a été avancé par mes collègues à plusieurs reprises, ne serait-ce qu'au niveau de la motricité humaine. Et, une fois de plus, la motricité humaine, c'est comme la santé. Cela intéresse tous les secteurs depuis la mécanique la plus dure, avec Monsieur Junqua, jusqu'au royaume de l'imaginaire et des conceptions, des catégorisations de fonctionnement basées sur le fonctionnement de l'imaginaire. Et, là, je ferai référence aux travaux de Durand. Il s'agit d'une exploration depuis le plus concret, le plus scientifique, jusqu'à une science qui n'est pas reconnue comme une science dure mais qui est quand même une science par la rigueur de sa démarche et par la recherche en profondeur, fondamentale, du fonctionnement de la conscience humaine. Il ne faut pas oublier que le mouvement de l'homme ne se réduit pas au mouvement de la machine. Modestement, au niveau de l'échelle humaine, on s'aperçoit que plus on connaît de choses, on les connaît de plus en plus en petites parcelles et le reste, le tout, la globalité de l'être humain semble échapper, en tout cas, être difficile à définir. Et c'est tout cela l'enjeu de la recherche à l'Université : l'enjeu de former un être humain au niveau éducationnel, et c'est aussi l'enjeu de l'Europe.

112J’ai peut-être débordé au sujet des questions qui ont été posées. Je voudrais tout de même ajouter une chose au sujet de l'importance de la recherche fondamentale. Quand on parle de recherche fondamentale, on oublie que la science est culture. Il y a une culture scientifique comme il y a une culture sportive. Il y a une évolution de la science qui est une évolution culturelle de la science. Et ce que l'on oublie souvent, c'est que le fondamental ne concerne pas spécialement l'étude du programme génétique de la molécule mais concerne aussi tout ce qui, au plus profond de l'être humain, met en place des schémas perspectifs, des filtres informationnels qui font que nos activités, que ce soit le sport ou la science, qui reflète une culture, une culture scientifique, le sport, qui est un fait culturel mais un reflet culturel aussi, peuvent être considérés d'une certaine manière — je vais peut-être choquer certaines personnes — comme des idéologies exactes.

113Le sport se comporte comme une idéologie en acte, c'est-à-dire qu'il se comporte comme une véritable sub-culture au sein d'une culture plus globale qui peut-être la culture anglaise, allemande, française, italienne, etc. On peut parler d'une sub-culture se caractérisant par une pratique plus ou moins intensive et continue, par la manière dont on se représente l'espace, le temps, les rapports que l'on entretient avec les autres, etc. Cette idéologie en acte oriente les manières d'agir, d'être, de penser et cela va même jusqu'à la création. J'ai la chance de travailler dans une équipe d'esthétique et nous conduisons un programme de recherche dans cette perspective. On s'aperçoit qu'en amont de la création, il y a une disposition qui est favorisée ou pas en fonction d'un système éducatif qui oriente vers des modes de percevoir, des manières de vivre expérimentalement le temps et l'espace. D'ailleurs, actuellement, beaucoup de physiciens, au niveau de la physique quantique, ont posé un problème philosophique sur le temps, l'espace et la matière. Le temps n'existerait que parce qu'on le vit et pas parce qu'on le compte. Le même constat pourrait s'appliquer pour l'espace. Effectivement, ce sont des propos philosophiques qui divisent, actuellement, les physiciens. Mais, c'est intéressant parce que cela reflète indirectement le fait que les chercheurs se retrouvent confrontés de plus en plus à la complexité des phénomènes qu'ils étudient.

Jean-Paul Callède

114Remercions Mireille Arguel qui nous a prouvé, encore une fois, que l'on peut être à la fois chercheur et passionné(e) et que comprendre de façon scientifique le sport ne revient pas nécessairement à le désenchanter.

115Mais alors, me dira-t-on, peut-être faut-il être une femme pour être passionnée de recherche. Je laisserai à chacun et à chacune le soin de prolonger cette petite réflexion.

116Je me tourne vers Monsieur Roger Bambuck mais je ne sais pas à quelle personne je dois m'adresser. S'agit-il du Ministre de la Jeunesse et des Sports ? Ou de l'athlète de haut niveau, ancien recordman du monde ? Ou s'agit-il simplement de l'homme attentif à l'environnement humain et culturel du sport et aux militants sportifs ? Ou s'agit-il encore du Chargé de Mission au C.N.R.S. ? Je laisserai à notre invité la liberté de choisir et je rappellerai les trois questions directrices retenues pour la table ronde.

  • Y a-t-il aujourd'hui de nouvelles orientations de recherches possibles ?

  • Dans quel cadre institutionnel ?

  • Avec quelle conception du travail de recherche, et quelles formes de collaboration possible ?

Roger Bambuck,

Chargé de mission au Centre National de la Recherche Scientifique.

117Je crois qu'une fois que vous vous serez adressé à l'homme Bambuck qui a un passé, un présent et un futur — tout au moins je l'espère — les choses seront bien faites.

118C'est difficile de passer après vous, Madame Arguel, après toutes les belles choses que vous nous avez dites.

119Longtemps, l'activité physique danse a été considérée comme une culture particulière et les adolescents ne s'y intéressaient guère. Aujourd'hui, il en est autrement.

120Ce qui nous donne de l'espoir, c'est que les jeunes sont même très enthousiastes quand on leur propose des activités de danse. Et n’importe lesquelles. Cela prouve que le poids de la société dans laquelle nous vivons, les schémas culturels qui sont imposés de manière arbitraire parfois, commencent à devenir un peu moins opérants et les très jeunes ont tendance à vouloir se libérer de telles contraintes lourdes de préjugés. Malheureusement, ils sont parfois repris par ces contraintes quand ils arrivent à l'âge de l'adolescence, et tout est à recommencer (...).

121Revenons aux perspectives de la recherche et du sport. La recherche et le sport ont toujours fait bon et mauvais ménage à la fois. C'est vrai que beaucoup de chercheurs ont choisi le sport comme étant un lieu de démonstration, d'expérimentation, en privilégiant leurs propres préoccupations, sans se soucier directement de la finalité de l'usage qui serait fait de leur éventuelle découverte. Si bien qu'il s'est créé une espèce de fermeture entre deux mondes qui auraient dû collaborer : le monde scientifique de la recherche et le monde du sport vis-à-vis de ces scientifiques et de ces chercheurs, y compris les professeurs d'E.RS. qui ont été très vite marginalisés, et quelquefois selon une double exclusion. D'abord parce qu'on les accusait de ne pas parler un langage compréhensible, ensuite parce qu'on les accusait d'avoir trahi le sport, d'être passé "des jambes à la tête".

122Beaucoup de vos collègues se sont complus dans cette situation-là. Et plutôt que d'ouvrir les portes vers le monde du sport, ils les ont refermées et sont restés dans leur propre ghetto. Si bien que la recherche en matière de sport, aujourd'hui, n'est pas reconnue par le monde du sport qui serait tenté de lui donner une seule signification, une signification productiviste.

123On voudrait que le chercheur qui s'est spécialisé dans le monde du sport soit une espèce de sorcier, de magicien, de marchand de recettes, chez qui tel ou tel sportif se rend quand il a un problème. D'où cette complicité objective qui s’est développée entre le monde du sport et ces sorciers qui ont été à l'origine — et qui sont encore à l'origine — de toutes ces pratiques du dopage, puisque le dopage n'est jamais qu'une recette faisant fi de toute la dimension humaine du sportif, de l'individu et de son identité.

124Il me semble que l'utilité de la recherche en matière de sport doit être premièrement de réconcilier ces deux mondes qui sont devenus, à la longue, ennemis et marqués de suspicion l'un à l'égard de l'autre.

125Les réconcilier pour qu'il y ait une parfaite coopération dans le sens où chacun aura préalablement défini ses propres objectifs, ses propres finalités. Et qu'à partir de cela on puisse collaborer, coopérer sur des thèmes ou des programmes d'étude bien précis, et se séparer après s'il le faut.

126Evitons de la sorte des luttes pour le pouvoir. Parce que là-aussi, une des raisons pour lesquelles le monde du sport et le monde de la recherche s'ignorent superbement, c'est qu'il y a de toute évidence une lutte pour le pouvoir.

127D'ailleurs, peut-être y a-t-il lieu de faire un véritable travail de recherche sur le thème du pouvoir dans le sport — qui détient le pouvoir ? Et quelle est l'importance de ce pouvoir ? — pour que l'on puisse enfin dialoguer totalement, librement, avec le monde du sport.

128Et quand je dis "monde du sport", je ne dis pas seulement le monde de la compétition sportive ou le monde du sport fédéral, qui est une partie importante du monde du sport mais qui n'en est pas l'ensemble, mais l'ensemble des pratiques d'exercice physique et sportif.

129Il y certes la pratique organisée à l’intérieur d'une fédération. Mais on voit de plus en plus se développer des pratiques qui sont spontanées. Et les fédérations sportives voient d'un mauvais œil l'émergence de celles-ci, cela étant considéré comme une concurrence supplémentaire sur un terrain qu'elles ont choisi.

130Et ce faisant, elles oublient d'un seul coup toute la finalité de la pratique sportive à l'intérieur d'une fédération. On doit avant tout, par l'activité sportive, participer au développement culturel et humain des individus, et non pas les enfermer dans une quelconque logique, qu'elle soit issue des traditions qui remontent aux Grecs ou au delà, ou encore copiée sur un modèle idéologique qui, à une époque donnée, aurait été le modèle parfait de l'organisation de la société, mais qui, maintenant, doit être contesté très largement.

131Il faut arrêter de considérer que sport et recherche doivent donner lieu à des applications obligées, immédiates et efficaces. Je crois que le sport doit légitimement être un champ ouvert aux fondamentalistes.

132Bien sûr, lorsque l'on pose le problème du sport essentiellement sur le plan de la production, on ne voit que l'application du travail du chercheur. Mais quand on pose le problème du sport comme moyen d'éducation, de promotion, et de connaissance de l'homme, de son organisation sociale et de son fonctionnement, le champ est largement ouvert pour les fondamentalistes des diverses disciplines scientifiques.

133Jusqu'ici, là aussi, on avait eu tendance à cantonner le sport soit dans les sciences de la vie, soit dans les sciences de l'homme et de la société, soit, pire encore, dans ce type de discipline scientifique qui est essentiellement tournée vers la production.

134Mais il me semble que tous les fondamentalistes peuvent trouver matière à apporter leur contribution à une meilleure connaissance du fait sportif et de son organisation sociale en se penchant sur le problème du sport dans toutes les dimensions.

135Seule une approche interdisciplinaire, pluridisciplinaire de la recherche dans le sport nous permettra d'atteindre ces objectifs-là, de faire sortir le sport de cette définition simpliste dans laquelle il est enfermé depuis des décennies et que l'on continue encore, pour des raisons de confort intellectuel et parfaitement idéologiques, de nier les complexités qui existent à l'intérieur du sport.

136(...)

137Je me souviens avoir dit aux décideurs du sport que le sport est complexe et que l'on ne peut clore un débat en disant que le sport est éducatif ou social. Comme ceci, sous la forme d'un postulat, d'une proposition définitivement démontrée.

138Il faut aller plus loin dans l’explication, et dans l'appropriation des différents champs qui nous sont ouverts. Et quand on dit que le sport est éducatif, il faut immédiatement prolonger la perspective sous une forme interrogative : quelle éducation ? Quel mode de transmission de cette éducation ? Quelles valeurs de référence ? Une telle connaissance n'est jamais vaine. Nous aurons ainsi une chance d'éradiquer réellement le dopage.

139Ce n'est pas à coup de mesures répressives, d'exclusions, que nous allons résoudre le problème du dopage. C'est en donnant au sport sa définition et sa compétence réelle dans l'éducation, que l'on réussira à supprimer le dopage.

140(...).

141A mes yeux, il y a une totale antinomie entre la pratique du sport et le dopage. Encore faut-il expliquer pourquoi le sport et le dopage font si bon ménage et pourquoi ils sont promis à une vie commune très prospère si rien n'est fait dans le sens de l'éducation, et pas seulement dans le sens de l'explication des phénomènes. Et cela, toutes ces questions qui demeurent, c'est un échec momentané, la méconnaissance que nous avons du sport.

142J'ai été très choqué de voir un jeune espoir de l'athlétisme français mourir d'une overdose. Parce que cela veut dire que nous n'avons rien compris au sport, que nous n'avons pas été capables d'expliquer quoi que ce soit sur le sport, ou alors que nous n'avons rien compris au phénomène de l'usage de la drogue chez les jeunes.

143D’un côté, on dit que le sport c’est la convivialité, la découverte de soi, une prise en charge de soi-même, d'un autre on dit que si les jeunes s'adonnent à la drogue c'est par désespérance de la société, parce qu'ils sont sans perspective d'avenir, parce qu'ils sont isolés. Alors comment se fait-il qu'un jeune, qui est un espoir dans sa discipline sportive, qui réussit, puisse mourir d'une overdose ? (...) Un vaste domaine de recherche s'offre aux investigations scientifiques. Il s'agit maintenant de mobiliser les volontés et de favoriser les collaborations.

144Le C.N.R.S. va porter dans les semaines qui viennent une réponse qui illustre bien : -premièrement son orientation politique quant à la mise en œuvre de l'interdisciplinarité ; -deuxièmement la définition qu'il se fait du sport et de la recherche dans le sport.

145Nous allons créer, dans les prochaines semaines, un groupement de recherches coordonnées qui aura pour objet de : -rassembler les différentes équipes de différentes disciplines appartenant à différents laboratoires et à différents départements scientifiques ; -travailler ensemble sur des sujets choisis en commun ; -travailler en coordination pour atteindre ces objectifs qui sont, semble-t-il, ceux des chercheurs (celui de la découverte, celui de la compréhension).

146Ce groupe de recherche va être mis en place au sein du C.N.R.S. Il va être souché sur le département des sciences pour l'ingénieur — parce qu'il faut bien le mettre quelque part — et il va être très largement ouvert à tous les autres laboratoires, à tous les autres départements, pour que nous puissions illustrer la manière dont on doit travailler au C.N.R.S. dans la recherche et pour le sport.

147Monsieur Junqua a été un des pionniers quant à l'organisation institutionnelle de la recherche dans le sport et quant à la validation de la recherche dans le sport. C'est dire aussi toutes les difficultés qui ont été les siennes quand il a voulu afficher qu’il s'intéresserait au sport dans sa discipline scientifique. Mon exemple n'est pas isolé. Je l'ai constaté de visu : beaucoup de chercheurs au C.N.R.S. travaillent sur le sport, mais un peu d'une manière clandestine — on n'ose pas dire que l'on fait un travail sur le sport — ou alors le font d'une manière bénévole. Pourtant, tous ceux qui ont continué à s'intéresser au sport se sont rendu compte qu'il y avait matière à satisfaire leurs propres préoccupations et matière à faire évoluer une discipline sportive.

148Je vais présenter un exemple : des chercheurs de Toulouse ont eu à résoudre un problème de palme de natation subaquatique.

149Au départ, le fils d'un des chercheurs qui appartient à un club de plongée subaquatique a demandé à son père, qui est chercheur, d'étudier une palme particulière pour aller plus vite. Le père s'est mis au travail en pensant que ce serait facile. Il s'est vite rendu compte que le problème était plus complexe qu'il n'y paraissait et qu'il demande l'élaboration d'une théorie et l'utilisation d'appareillages particuliers. Et que, finalement, c'est passionnant.

150A la fin, ce travail commencé dans la clandestinité est devenu officiel et a amené une contribution certaine à l'amélioration de la palme de plongée subaquatique.

151Puis, ce travail s'est heurté à un problème de commercialisation de la fameuse palme. Il y a un pays qui est leader dans la fabrication et la vente de la palme : celle-ci est transparente et elle se vend mieux sur le marché des compétitions. Mais, sur le plan strictement scientifique et mécanique, elle ne présente aucun avantage. Quand le père est allé proposer son produit aux Fédérations, il lui a été répondu "mais votre palme n'est pas transparente, elle ne peut pas avoir un meilleur rendement". Cela illustre bien le parcours que nous avons à faire pour :

  • premièrement mieux faire comprendre les finalités de la recherche ;

  • deuxièmement mieux travailler avec les acteurs du monde du sport ;

  • troisièmement pour nous préoccuper d'assurer aussi un développement économique à telle ou telle invention.

152Le sport est devenu un phénomène qui concerne l'ensemble de la planète, qui concerne des milliards d'individus, et il est devenu tellement porteur de ressources financières qu'on en est venu à oublier ses finalités pour ne plus voir que le côté économique.

153Lorsque l'on parle de sport professionnel, on parle du montant d'un transfert et rarement du talent d'un joueur, de son entraînement, de son suivi médical, de ses qualités ou du travail qu'il a fourni pour arriver jusque-là. On parle du prix que l'on est prêt à mettre pour rentabiliser l'investissement, à se livrer aux pires exagérations, quitte, peut-être, à détruire la machine, parce qu'en l'occurrence, il s'agit d'une machine qui sera chargée de rapporter quelques millions.

154Et si la recherche s'occupe de ce développement, elle ne va pas réaliser une partie de sa vocation qui est de participer au développement culturel, humain, de la collectivité à laquelle nous appartenons, que ce soit la France, que ce soit l'Europe, que ce soit au delà des océans.

155C'est en ce sens, et à ces conditions seules, me semble-t-il, que nous pourrons développer la recherche dans le sport, la recherche pour le sport, la recherche avec le sport, ou la recherche tout simplement, en sachant que le domaine du sport est très largement approprié par l'ensemble de la société. C'est à ce prix-là seulement que nous arriverons à travailler pour le développement du progrès de l'humanité.

Jean-Paul Callède

156Monsieur Le Ministre, nous vous remercions pour cet exposé clair et brillant (...). Je vais maintenant m'adresser à la salle (...). Vous avez pu constater que nous n'avons pas voulu faire autour de cette table une sorte d'auto-célébration de la situation française. Il est bien évident que les Universités, l'Enseignement Supérieur ou la Recherche française n'ont pas la prétention à l'exemplarité, et la plus grande courtoisie est de donner la parole à nos amis de la C.E.E. pour qu'ils présentent brièvement s'ils le souhaitent, soit des particularités, soit des formes comparables de recherche ou des orientations visant à un renouvellement des thèmes et des perspectives de recherches en relation avec le sport.

Thierry Lardinoit,

Université Catholique de Louvain (Belgique).

157Je vous remercie Monsieur Bambuck d'avoir présenté de la sorte les aspects humanistes du sport. Je vais ajouter quelque chose de très commun. Je crois que seul un véritable athlète peut parler comme vous. Toutefois, je ne ferai pas de constat pour la Belgique. Je poserai plutôt une question à Monsieur Messin qui a parlé de transfert en matière de recherche. Monsieur Messin, pourriez-vous nous expliquer les outils que vous utilisez pour assurer le suivi de ce transfert de la recherche fondamentale par la recherche appliquée vers l'entreprise ?

Gérard Messin

158Ceci tient évidemment à une politique lancée par le Président de l'Université, il y a quelques années.

  1. Nous nous sommes d'abord dotés d'outils de communication. Une image de marque de notre Université a été affirmée. Pour cela, nous avons embauché une artiste graphiste qui a commencé par créer les logos représentant la triple mission de notre Université. Ceci a permis de faire nos cartes de visite comme toute entreprise, nos papiers en-tête. Et tous les documents qui proviennent de notre établissement universitaire sont imprimés avec ce logo.

  2. Nous avons ensuite créé, il y a cinq ans, un journal qui s'appelle En direct de l'Université. Nous avons embauché une journaliste. C'est un débouché pour l'école de journalisme que d'aller travailler dans une Université et faire le journal de l'Université. Ce journal a un très grand succès. Il est distribué à l'ensemble des entreprises de notre Région mais également aux entreprises qui le désirent, de façon gratuite, ainsi qu'à toutes les Universités françaises. Et maintenant nous l'envoyons aussi, de façon régulière, à de nombreuses Universités Européennes.

159Qu'y a-t-il dans ce journal ? Il n'y a pas de publicités mais des nouvelles brèves qui racontent un peu ce qui se passe dans nos laboratoires. Accessibles à tous, ces petits articles finissent toujours par un nom et par un numéro de téléphone. L'universitaire a fait un très grand pas lorsqu'il raconte un peu ce qu'il fait dans son laboratoire, quelle est l'actualité de la recherche, et il faut absolument que les industriels, qui sont intéressés, puissent décrocher leur téléphone pour se renseigner auprès de l'universitaire qui est prêt à collaborer avec le monde économique.

160Ensuite, nous avons créé d'autres outils, comme par exemple un annuaire de la recherche dans lequel tous les laboratoires de notre Université sont recensés : matériel, chiffre d'affaires, compétences ; une plaquette grand public qui explique ce que l'on fait à l'Université et qui est mise à jour tous les ans et, comme organisme, nous avons cette association qui fonctionne depuis dix ans, "interaction université économie" qui, cette année, a fait un chiffre d'affaires de 17 millions de francs. Elle a embauché quatre-vingt personnes qui sont des chercheurs salariés et qui travaillent à l'intérieur des laboratoires. Nous avons un service de "suivi" pour accompagner les professeurs lors de négociations de contrats et nous avons également un service de formation continue qui est bien ajusté à la réalité du terrain. Chaque fois qu'une nouvelle technologie est mise en œuvre, nous organisons un stage de formation continue notamment pour les industriels afin qu'ils s'initient à cette nouvelle technologie.

Thierry Lardinoit

161Avez-vous un cas concret à présenter dans le domaine du sport ou de l'éducation physique ?

Gérard Messin

162En ce moment, j'accompagne la prise de brevet d'un chercheur de l'U.F.R.-S.T.A.P.S. qui est médecin et Maître de Conférences. Aux Jeux olympiques d'Albertville, il était médecin-responsable de l'équipe de ski de fond. Quelques médailles ont été gagnées. Mais là aussi, il y a quelques secrets qui, en ce moment, sont en train d'être brevetés par l'Université et qui seront bientôt sur le marché. Voilà un genre de transfert qui montre la position d'un universitaire très actif dans les compétitions internationales, comme par exemple les Jeux olympiques, et qui montre également la façon de trouver un certain nombre de produits, peut-être, non dopants, qui permettront d'améliorer les performances de nos athlètes. Alain Junqua a peut-être un autre exemple allant dans ce sens.

Alain Junqua

163Ce qui vient d'être évoqué est un transfert de technologie que réalisent beaucoup d'Universités françaises, telle que celle de Besançon.

164Je vais donner un autre exemple : pour traiter un problème lié au sport, il faut le traiter d'une manière pluridisciplinaire, même lorsqu'il s'agit d’un problème de transfert.

165Je vais vous présenter le problème posé par la Fédération Internationale de Judo. Le problème était le suivant : les tatamis du judo, c’était tout et n'importe quoi (...). A l'époque, les économistes nous ont montré qu'il n'y avait pas d'industrie du tatamis de judo. Il y avait un commerce de fabrication de tatamis de judo. Il a fallu, pour concevoir un tatami et prendre des normes internationales, au stade européen, faire des études pluridisciplinaires. L'étude des chutes a été faite, sous l'autorité de Pierre Guichard à l'époque par le laboratoire Peugeot - Renault, en ce qui concerne la vitesse d'arrivée de l'épaule, de la cheville, du dos d'un judoka de haut niveau.

166Le problème des chocs était la grande préoccupation. C'est le laboratoire de métallurgie, dont j'anime une équipe, qui a cherché à faire des produits absorbants les chocs violents.

167Ensuite, nous avons fait des prototypes. On a réuni tous les fabricants français avec des sociétés françaises. Ce sont en fait des sociétés qui récupèrent les produits de la chaussure, si vous voulez le savoir, ou les produits des pneus, et qui réinvestissent là-dedans un produit qui n'a aucune valeur marchande, et avec une certaine valeur ajoutée puisque vous pouvez la multiplier par cent, pour messieurs les économistes.

168En fait, le produit absorbant, c'est de l'air et c'est tout, c'est du vent. Donc c'est pas très cher.

169Après cela, il a fallu que la Fédération discute avec des praticiens pour savoir qu'elles étaient les fourchettes d'absorption des chocs que souhaitaient les compétiteurs. La Fédération de judo a conduit cette consultation. (...)

Gerhard Treutlein,

Président de la Fédération Sportive Universitaire d'Allemagne.

170Je veux bien intervenir en abordant la question portant sur la situation en Allemagne. Tout à l'heure, nous avons parlé de l'éthique du sport. Il faudrait aussi parler de l'éthique du chercheur en E.P.S. J'ai montré la situation de la recherche dans le domaine du dopage en Allemagne de l'Est. Là, des chercheurs et des médecins ont fait des recherches allant à l'encontre de ces lois éthiques, mais sous la tutelle de l’Etat. Il n'existait pas de commission d'éthique qui aurait pu s'en occuper.

171Ma première question est la suivante : N'est-il pas nécessaire de créer des commissions d'éthique pour les recherches dans notre domaine ?

172Deuxième question : Est-ce qu'un chercheur dans notre domaine est responsable de ce que l'on peut faire au niveau de l'application de ses recherches ? Deux exemples : les physiciens qui ont travaillé dans le nucléaire sont-ils responsables de la bombe atomique ? Est-ce que les chercheurs qui travaillent sur les méthodes anti-dopage sont responsables si les fédérations n'appliquent pas leurs résultats ? Doivent-ils intervenir si les fédérations ne réagissent pas dans le cas de résultats positifs ou dans le domaine de nouvelles méthodes ?

Jean-Paul Callède

173Vous formulez des questions, des interrogations importantes, complexes, qui n'appellent pas de réponses immédiates. Elles supposent, me semble-t-il, des cadres institutionnels bien définis dans leurs fonctions et leurs attributions. Et qu'il y ait un débat public sur des sujets aussi graves. C'est d'abord une exigence démocratique. La presse d'information doit également se faire l'écho des points de vue exprimés.

174Pour ce qui est du premier aspect, concernant une commission d'éthique et son opportunité au niveau national ou international, Monsieur le Ministre, auriez vous un point de vue à exprimer ?

Roger Bambuck

175Lorsque j'étais au Ministère, j'ai voulu créer une commission d'éthique du sport. Je me suis fait vite renvoyer dans mes buts parce qu'il m'a été répondu qu'une commission d'éthique sur les sports était totalement inutile dans la mesure où le sport à ses propres règlements qui font office d'éthique. Je n'étais pas de cet avis, et j'ai tout de même mis en place cette commission d'éthique. Depuis que je suis parti, elle ne fonctionne plus, pour des raisons mystérieuses, mais elle ne fonctionne plus. Je crois qu'il est nécessaire d'avoir un lieu où l'on propose, où l'on échange, où l'on discute sur l'éthique dans le sport, et à propos de chacun des domaines touchés par le sport. Dans la pratique, c'est un problème d’éthique par exemple que de ne pas leurrer un certain nombre de jeunes gens et de jeunes filles quant à leur capacité d'obtenir des résultats exceptionnels comme ils auraient voulu en obtenir. C'est un problème d'éthique aussi que de résister aux ambitions des parents qui voudraient systématiquement que leurs enfants accomplissent les exploits qu'eux n'ont pas pu accomplir. Et c'est aussi du domaine de l'éthique que le chercheur qui s'interroge sur la finalité des travaux qu'il accomplit. Il n'y a pas de réponse donnée d'avance puisque c'est un domaine tout à fait personnel, mais il me semble que lorsqu'on a une définition de l'homme lui-même, de sa finalité, de ses rapports aux autres et à la société, il y a des choses que l'on doit s'interdire de faire, des choses sur lesquelles on doit tout de suite attirer l'attention de la collectivité quand celles-ci se produisent. Bien sûr le chercheur n'est pas toujours comptable de l'utilisation du travail qu'il a fait, mais il n'en est pas moins vrai que c'est son devoir d'attirer l'attention sur l'utilisation pervertie de ce qu'il aura découvert ou proposé. Pour moi l'éthique doit être un comportement permanent de tous ceux qui touchent de près ou de loin au sport, et aucune autre valeur, qu'elle soit pécuniaire, idéologique ou politique ne peut faire faire l'économie de cette permanence de l'éthique dans tout ce que l'on entreprend.

Jean-Paul Callède

176Je vais donner dans quelques instants la parole à Walfried König (...). Permettez-moi d'ajouter un élément. Il me semble qu'il y a tout intérêt à ce que la communication scientifique existe car elle est porteuse et créatrice de communauté scientifique. Et le pays que vous citez — l'ex R.D.A. pour ne pas la nommer — se présentait dans le domaine du sport comme une sorte d'isolat mystérieux, vu de l'extérieur, marqué par une réussite sportive impressionnante. Il faudrait d'ailleurs repérer comment se distribue aujourd'hui la diaspora de ces apprentis-sorciers, dans tel ou tel pays. Certains progrès spectaculaires accomplis en sport nous faciliteront sûrement la tâche.

177A un moment du débat, Alain Junqua avait évoqué cet aspect de communication entre chercheurs, de communication ou de livraison des connaissances à destination du monde sportif, par exemple. Pourrait-il nous préciser sa pensée ? Et je donnerai ensuite la parole à notre collègue allemand.

Alain Junqua

178Le problème numéro 1 pour le chercheur est effectivement celui de la communication. A la fois pour diffuser ses propres travaux, discuter les travaux des autres et voir si les retombées sont conformes à une certaine éthique. Un exemple : j'ai été effrayé quand j'ai pu mesurer précisément les chocs engendrés par certains tapis sur certaines petites gymnastes. Je crois qu'une arrivée avec vingt fois le poids du corps, dans un temps très bref, inférieur au temps de réaction humain, c'est tout de même assez lamentable et sujet à interrogation.

179La communication n'est pas limitée au monde des chercheurs ; c'est également une communication avec les industriels du sport. Par exemple, c'est une aide des scientifiques ou des juristes, des commerciaux, de façon à mieux concevoir des produits, à mieux les vendre, ne pas les vendre sur des arguments qui ne sont pas corrects. Il y a eu une période où on citait que telle chaussure était la meilleure parce qu’elle était portée par Yannick Noah. Eh bien, cela ne prend plus dans le marché européen. Maintenant il faut dire pourquoi elle est meilleure et des sociétés, comme par exemple la C.A.M.I.F., qui représente une grosse action dans le monde éducatif et sportif français, nous demandent de définir une démarche objective, argumentée de façon vérifiable.

180Maintenant il y a également la communication par l'intermédiaire des médias avec la société qui nous entoure. On revient là au propos de Roger Bambuck. Il faut un effort de la part des chercheurs ou prétendus tels, pour répondre convenablement à la question suivante : la recherche à quoi sert-elle ? Cela montre déjà la méfiance, les a priori, l'ésotérisme de certains discours des uns et des autres et, en fait, la séparation entre le chercheur scientifique, le monde scientifique, et le public en général. Cet aspect de la communication est difficile et peu de scientifiques sont susceptibles de se prêter à un art extrêmement difficile. Tout le monde n'a pas sous la main un Hubert Reeves, qui en a fait d'ailleurs son métier (...). C'est le moyen de promouvoir sa discipline et une certaine conception de la vie du chercheur. Mais des gens qui ne sont pas très connus font déjà œuvre dans ce sens. Dans le domaine du sport, dans les publications de vulgarisation scientifique, la situation est en train de s’améliorer (...). J'ai beaucoup apprécié la contribution des gens qui ont été consultés au moment des Jeux olympiques par un journal qui s'appelle Libération. Il a fait un très bon travail de démystification du sport, du dopage, du saut à la perche...

181Il y a une communication des scientifiques avec les praticiens, c'est un problème douloureux car, comme le disait Roger Bambuck, le praticien nous demande une recette, et nous n'en avons pas à lui fournir. La seule chose que l'on puisse lui donner, c'est un contenu qu'il faudra traduire pour que l'entraîneur soit plus performant, parce que c'est ce dernier qui entraîne, et ce n'est pas nous qui pouvons apporter directement un certain contenu.

182Au C.N.R.S., à la fin du mois, nous avons une réunion sur l'éthique et le sport, parce qu'il y a une loi en France qui organise et qui réglemente l'éthique médicale, et elle doit être revue prochainement. Et c'est nécessaire étant donné les nouveaux champs concernés par la médecine, les manques qui ont été notés, les impossibilités d'application qui ont été relevées. Comment peut-on faire évoluer cette loi ? Et le sport doit être concerné par cette loi. De la même manière que l'A.C.A.RS. (Association des Chercheurs sur les Activités Physiques et Sportives), lors de son congrès annuel, qui se tiendra à la fin du mois d'octobre, a mis à son ordre du jour cette question de l'éthique dans la recherche.

Walfried König

Conseiller au Ministère de la Culture de Rhénanie-Wesphalie.

183Je ne suis pas préparé à faire un discours sur la science sportive en Allemagne. Je vais simplement donner quelques chiffres, des dates et une brève description d'une situation.

184Il y a en Allemagne plus de soixante instituts pour les sciences sportives auprès des Universités dans lesquels entre 1 000 et 1 500 personnes travaillent. Il n'y a pas d'institut strictement comparable au C.N.R.S. Les scientifiques qui travaillent dans les instituts des Universités sont libres de faire ce qu'ils veulent, chacun choisit son sujet et cela conduit à une grande diversité d’orientations thématiques. Un tel travaille sur des sujets qui concernent les fédérations, tel autre s'occupe des questions de la violence dans le sport, il y a à Hambourg et à Munster des professeurs qui travaillent sur les accidents dans le sport, à Bonn on travaille sur le troisième âge, à Hambourg sur les métiers dans le sport, à Cologne sur tous les sujets. Les travaux faits à Cologne remplissent tout un livre ; là-dedans, on trouve des résultats qui concernent la médecine, la physiologie aussi bien que la traumatologie, la réalisation aussi bien que la prévention immunologique, la pédagogie, la psychologie, la sociologie, l'histoire. Tout cela va de l'aspect technique jusqu'aux questions tout à fait fondamentales de l'éthique, de la philosophie... Si on ne peut pas définir facilement des lignes directrices, on peut dire tout de même qu'il y a eu durant ces cinq dernières années une certaine tendance. C'est-à-dire que les sciences sportives en Allemagne ont commencé à devenir un peu plus concrètes, à s'adresser un peu plus à ceux qui sont responsables du sport. Je le dis parce qu'il y a eu des décennies où les sciences sportives se sont perdues dans l'abstrait et les clubs, les fédérations, les ministères, les villes, qui avaient des questions urgentes à résoudre, n'obtenaient jamais de réponses. Mais maintenant il y a des gens qui travaillent sur des thèmes concrets et qui proposent des orientations pratiques. La deuxième tendance est que ceux qui sont responsables de la gestion du sport ont compris qu'il ne faut pas laisser les sciences sportives seules, mais qu'il faut s'adresser activement à elles, qu'il faut formuler les questions importantes et qu'à ce moment-là, on rentre en contact avec des scientifiques qui souvent sont très heureux qu'on leur pose des questions et qui travaillent de manière très fructueuse. Il y a une science sportive qui se dirige vers la situation concrète du sport et il y a des clubs, des fédérations, des ministères... qui sont prêts à s'adresser, plus que par le passé, aux sciences sportives. Pour terminer, je dirai, parce que vous avez à peu près le même problème, qu'il faut que nous renforcions la communication internationale. Je viens depuis trente ans en France et je dois avouer connaître toujours très mal ce que les scientifiques français font effectivement et je crois que beaucoup d'entre vous ont le même sentiment envers l'Allemagne, la Belgique.... C'est pourquoi il est important que le réseau européen fasse le congrès l'année prochaine à Cologne où nous avons l'intention de créer le début d'une science sportive européenne de manière que ceux qui travaillent sur le même sujet se rencontrent et échangent leurs résultats pour que l'on ne fasse pas deux fois le même travail et pour éviter d'un autre côté d'entretenir des lacunes.

Patrick Legros

Maître de Conférences, Université de Paris XI-Orsay.

185Je voulais apporter deux réponses, l'une à propos de l'éthique, mais Monsieur Bambuck y a déjà un peu répondu. C'était pour dire que le Comité d'Ethique en France qui était créé dans le domaine médical allait peut-être un peu plus loin et couvrait les recherches, en tous cas dans le domaine de la physiologie, de la médecine et de la biologie sportive. Théoriquement, toute recherche qui a pour sujet ce thème doit passer devant une commission du Comité d'Ethique.

186Le deuxième point était par rapport à une question posée sur le dopage, pour savoir si les personnes qui faisaient de la recherche sur le dopage ou sur l'anti-dopage étaient responsables de l'application ? Je crois qu'il y a, en France, un effort qui a été fait à l'instigation de Monsieur Bambuck, c'est la création du Conseil National de Contrôle du Dopage qui associe des gens divers sous la présidence du Professeur Escande, qui font un travail formidable sur ce sujet en associant différents acteurs : médecins, juristes, sportifs, entraîneurs ; tout le monde est représenté.

Roger Bambuck

187Les interrogations qui concernent la recherche — les recherches ! — ne sont pas toujours aisées à formuler. Il y a à cela plusieurs raisons, évidemment. L'une d'elles est que ce sont des domaines couverts par des spécialistes. Mais je crois que la recherche dans le sport est une nécessité qui doit se mettre en œuvre dans le sens du progrès de l'humanité. Eviter de créer de nouveaux ghettos, de nouvelles luttes entre des pouvoirs qui voudraient être issus d'une prétendue tradition ou qui voudraient imposer une idéologie, une manière d'organisation de la société.

188Concrètement, il s'agit de développer un programme qui suppose de multiples collaborations. Développer l'interdisciplinarité pour bien comprendre que l'être humain à propos duquel nous avons une responsabilité ne peut pas être considéré comme un jouet, une mécanique, une machine dont on connaîtrait parfaitement bien le fonctionnement et que l'on pourrait programmer, régler, ou dont on pourrait prévoir les résultats. Le sport n'a de signification que lorsqu'il permet de mieux connaître l'homme et surtout de mieux assurer un développement de la société. Ecore faut-il une prise en compte de la globalité des choses et des gens, et la recherche doit participer à cette ambition. Toute autre manière de faire est à proscrire, toute autre méthode qui consiste à ouvrir ou fermer les portes avec des solutions en trompe-l'œil sont des méthodes à proscrire. En tout cas, au C.N.R.S., dans la mesure de mes possibilités, je vais œuvrer dans ce sens et je vous encourage à en faire de même dans vos domaines respectifs.

Jean-Paul Callède

189Le propos de Monsieur Roger Bambuck permet de conclure cette table ronde. Il me reste à remercier tous les participants en ajoutant que plusieurs aspects, rapidement évoqués ici, seront vraisemblablement approfondis dans la suite des travaux de l'Université Sportive d'Eté.

Auteurs

Vice-Président de l'Université Franche Comté (Besançon). Chargé de Mission à l'Innovation et Valorisation Industrielle, Union Nationale des Clubs Universitaires.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540