Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Troisième partie. Perspectives d'avenir

Thème 4 : La médecine du sport

Le sport, la médecine du sport et les universités

Patrick Legros, Mireille Arguel, Gerhard Treutlein, Patrick Legros, Walfried König, Pierre Hartman, Jean-Pierre Lefebvre, Caroline Carpentier, François Malik N’Dour, Alan Rustage, Henri Couvrand y Ignace Van der Cam

Texto completo

Docteur Patrick Legros

Maître de Conférences - Service Technique des Activités Physiques et Sportives - Université de Paris XI-Orsay.

1Pour envisager ce sujet, il faut s'interroger sur les principes de la pratique de la médecine du sport en général, sur la pratique du sport à l'Université, avant d'envisager leurs rapports éventuels, et ce, dans les différents pays.

I - L'évolution de la pratique sportive

2Il n'est pas dans notre propos d'étudier l'organisation du sport dans les universités européennes, sujet certainement analysé par d'autres. Nous souhaitons simplement évoquer ici l'évolution des aspirations des pratiquants sportifs qui a conduit à des pratiques différentes et qui a impliqué des "demandes médicales" ou "demandes de santé" également différentes. Schématiquement, il est possible de distinguer deux sortes de motivation : -la motivation pour des pratiques "libres" qui reposent sur le plaisir de l'exercice, du jeu, individuel ou collectif, dans lesquelles le niveau de performance est secondaire. Dans ce cadre, entretenir (voire restaurer) la santé est la priorité recherchée ; -la motivation pour des pratiques "compétitives" qui reposent, au contraire, sur le désir intense d'accomplir une performance dans une spécialité donnée. La performance est dans ce cas à la base de tout. Elle justifie notamment l'établissement d'un programme d'entraînement visant à l'amélioration systématique des performances. On comprend que ce type de pratique puisse intéresser n'importe quel sportif, indépendamment de son âge.

3Dans ce cadre, la santé n’est plus vécue comme un objectif mais comme le moyen d’atteindre son but.

4Dans le premier cas, le médecin, le plus souvent associé à l’idée de maladie (mauvaise santé), est exclu du système de pratique, d’où la nécessité de mettre en place les conditions d’un véritable dialogue : éducation et information des pratiquants et formation des médecins du sport. Dans le deuxième cas, la demande médicale est plus importante : soins permettant de supprimer (immédiatement) tout obstacle à la réalisation d’une performance, évaluation et contribution à la mise au point de l’entraînement. Cette importance de la demande ne va pas sans poser de problèmes, notamment lorsque le médecin apparaît comme celui qui fait obstacle à l’atteinte du but (prescription du repos), et elle justifie ainsi la nécessité du dialogue évoqué précédemment.

5A ce titre, le contexte universitaire pourrait, dans tous les cas, être une situation éminemment favorable à l’instauration de ce dialogue, notamment pour ce qui concerne l’éducation des pratiquants (intérêt, limites de l’acte médical) et la formation des médecins (connaissance des aspirations des pratiquants, des activités sportives, c'est-à-dire contact avec le terrain). Cependant, d'autres conditions, externes à l'institution doivent aussi être réunies et notamment une reconnaissance de la médecine préventive. On retrouve d'ailleurs ici une des missions de la médecine, en général, à l'Université.

II - Le concept de médecine du sport

6Aujourd'hui, la santé représente une des préoccupations essentielles, aussi bien pour l'individu que pour la société. Compte tenu des progrès de la médecine, les principales causes de morbidité et de mortalité sont représentées dans nos pays par les maladies dites de civilisation, dont la sédentarité représente un facteur très important. Les études sur ce sujet sont nombreuses, aussi bien en Europe qu'en Amérique du nord, et mettent en évidence les bienfaits de l'activité physique. Aussi ne faut-il pas s'étonner de constater que de nombreux pays aient cherché à développer la pratique des APS dans leur population et, dans cette voie, on peut affirmer le rôle de l'organisation du sport à l'Université, lieu d'éducation s'il en est. Il ne faut cependant pas oublier que la pratique des APS, si bénéfique soit-elle, peut représenter, en elle-même, un facteur de morbidité surtout lorsqu'elle s'effectue en dehors de toute surveillance, de tout conseil (pédagogique, technique, médical...). On retrouve ici la nécessité de l'éducation et du dialogue de tous les agents intéressés par cette pratique et, encore une fois, la nécessité d'une situation favorable à leur mise en place au sein des Universités.

7Compte tenu de ces considérations, il est évident que, pour la médecine du sport, un des pôles importants de son action est la prévention. Il en est ainsi, par exemple, pour la détermination du niveau d'aptitude du sujet qu'il est important de connaître afin d'adapter la nature de l'activité, les conditions de pratique, à celui-ci. Par ailleurs, la démarche préventive sera d'autant plus rigoureuse qu'il existe des facteurs de risques liés au sujet, à l'activité, aux conditions de pratique (entraînement intense, par exemple). Là encore, compte tenu du contexte, la médecine du sport a largement sa place dans l'organisation du sport à l'Université.

III - La situation en Europe

8Afin de promouvoir la pratique des APS, de nombreux pays ont cherché à développer le secteur de la médecine du sport, tant en ce qui concerne la formation des professionnels que la mise en place de structures intégrant prévention, soins, enseignement, application et recherche.

9Malgré cet effort de développement, il est difficile de collecter des données précises sur le sujet. Cependant, au vu de quelques éléments d'enquêtes diverses, il semble que la conception de l'organisation de la médecine dépende de celle du sport. Dans les pays où il existe un sport universitaire fortement développé, la médecine du sport occupe une large place à l'Université comme c'est le cas aux U.S.A. En revanche, il n'en est pas de même lorsque la gestion du sport est fragmentée en de multiples clubs et associations.

10Les modalités d'exercice de la médecine jouent également un rôle : l'exercice libéral implique un mode de financement privé et se traduit souvent par une absence de coordination des actions (citons le Danemark, la Suède). A l'inverse, une "étatisation" de la santé amène une intégration de la médecine du sport à tous les niveaux, dirigée et hiérarchisée.

11Il faut également constater l’influence de la politique nationale de santé. Une priorité pour une médecine préventive conduit à l'intégration et à la prise en compte de la médecine du sport à part entière par le Ministère de la Santé. La non-prise en charge des actes préventifs par les organisations sociales réduit beaucoup les possibilités d'exercice de la médecine du sport dans le cadre libéral.

12Si le mouvement sportif est le principal intéressé par la médecine du sport, il est surprenant de remarquer que sa participation reste très souvent limitée (il semble que seul le Comité Olympique Italien lui fasse une place de choix), une budgétisation mixte, Etat/pouvoir sportif étant le plus souvent la règle. On peut cependant remarquer dans quelques pays (comme la Suède) la formation très poussée en physiologie des éducateurs sportifs et des entraîneurs, celle-ci leur permettant de participer directement aux explorations fonctionnelles de surveillance de l'entraînement et facilitant l'instauration du dialogue déjà évoqué.

13La qualité de la médecine du sport va de pair avec celle de la formation des médecins du sport. A ce sujet, des différences existent puisqu’avec la France, seules l'Italie et l'Allemagne délivrent, à l'issue des études médicales, un enseignement spécifique de médecine sportive sanctionné par un diplôme de spécialisation. Dans un certain nombre d'autres pays (Suède), la formation est intégrée à la formation permanente des personnels de santé sous forme de séminaires post-universitaires par exemple. En Grande-Bretagne, il n'existe, à notre connaissance, aucune disposition de ce type. Enfin, au sujet de cette formation, il est intéressant de remarquer qu'elle est assurée par les Facultés de Médecine, les rapports avec les filières de formation des éducateurs physiques restant très discrets.

14Il faut enfin signaler qu'au plan législatif, il existe également une grande disparité puisque si le contrôle médical préalable à la compétition est régi de façon légale, en Italie et en France notamment, la plupart des autres pays ne semblent pas disposer d'une telle législation.

15En conclusion, que pouvons-nous retenir de cette présentation ?

16L'Université, par la population qui la compose, par les possibilités d'intervention qu'elle permet, semble un lieu idéal pour la mise en place d'une médecine du sport participant à l'éducation de la santé. Cependant, à quelques exceptions, pour des raisons diverses, notamment celles liées aux différentes conceptions des politiques sportives et de santé, elle est encore loin, à nos yeux, de pouvoir jouer ce rôle.

Mireille Arguel

17Remercions Patrick Legros pour son exposé très complet. Donnons immédiatement la parole à notre confrère le Professeur Gerhard Treutlein qui va aborder la question du dopage dans l'ex République Démocratique d'Allemagne.

LA QUESTION DU DOPAGE DANS L'EX-R.D.A. : INTERROGATIONS ET PERSPECTIVES

Professeur Gerhard Treutlein,

Président de l'Allgemeiner Deutscher Hochschulsportsverband (Sport Universitaire Allemand).

18L'exposé de l'auteur, comportant de nombreux graphiques présentés sous forme de transparents ainsi qu'un montage diapos, ne peut pas être reproduit dans les actes de l'Université Sportive d'Eté. La rédaction a simplement retenu les interrogations par lesquelles le Président Gerhard Treutlein a conclu sa communication.

19Incontestablement l'ancienne R.D.A. a érigé l’utilisation du dopage à un niveau quasi obligatoire. On s'interroge aujourd'hui sur la possibilité de ne pas rejeter systématiquement les savoir-faire et les compétences, au niveau d'une Allemagne réunifiée...

20Première question : est-ce que l'on peut sauvegarder "le bon côté" du sport de l'Allemagne de l'Est ? Pourtant la réponse n'est pas simple. C'était quoi, exactement, le bon côté ? Si un système politique est complètement pourri, est-ce que notre système politique et social — celui de la R.F.A. — peut en transférer des parties ? N'y-a-t-il pas un risque évident ?

21Deuxième question : quel est le sens du sport de haut niveau et, conjointement, le sens du dopage ? Quelle signification culturelle accordons-nous à la haute performance ?

22Troisième question : si l'Etat donne des subventions, a-t-il le droit de demander par exemple une lutte sérieuse contre le dopage ? Et pourquoi ?

23Quatrième question : si le sport universitaire et l'Université sont, d'une certaine manière, l'avant-garde de systèmes sociaux, pourquoi ne sont-ils pas à l'avant garde dans ce domaine-là ?

24Cinquième question : pourquoi n'y a t-il pas eu des contrôles positifs dans les Universiades jusqu'en 1991 ? Cela laisse planer des doutes, des soupçons, et des soupçons justifiés.

25Sixième question : quelles devraient être les relations entre le sport de masse et le sport d'élite ? A-t-on suffisamment réfléchi à cette problématique ?

26Septième question : est-ce qu’un athlète de haut niveau doit toujours être un modèle pour les jeunes, surtout pour le sport scolaire ?

27Huitième question : est-ce qu'un tel problème influence le système sportif et ses structures ?

28Dernière question : pourquoi les athlètes qui veulent se doper ne fondent-ils pas d'autres fédérations et ne font-ils pas leur sport dans d'autres fédérations ?

29Telles sont les interrogations majeures qui, à mon avis, méritent d'être posées et débattues.

DEBAT

Mireille Arguel,

Maître de Conférences à l'Université de Paris V, Chercheur à l'U.R.A. C.N.R.S. 1462 (Paris).

30Je remercie Monsieur Treutlein pour ce brillant exposé. Nous sommes réunis pour aborder le thème de la médecine du sport telle qu'elle est organisée dans les différents pays de l'Europe des douze. Pour lancer les débats nous avons entendu deux exposés préliminaires. Le premier a été proposé par le docteur Patrick Legros et le deuxième présenté par Gerhard Treutlein a traité plus particulièrement des questions de dopage.

31Patrick Legros souhaite reprendre brièvement la parole pour un complément d'information.

Patrick Legros

32On m'avait demandé de traiter, en introduction d'une table ronde, du thème : la Médecine du Sport à l'Université et en Europe. J'étais très embarrassé parce que j'avais assez peu de renseignements à ma disposition sur la Médecine du Sport à l'Université, en Europe, et connaissant l'état de la Médecine du Sport à l'Université en France, j'aurais déjà pu limiter mon exposé à ce cadre.

33Cependant j'ai essayé de partir de la pratique de la médecine du sport en général, c'est-à-dire comme elle est faite partout, ailleurs qu'à l'Université, puis d'aborder la pratique du sport à l'Université, et d'essayer d'envisager quels rapports il pourrait y avoir entre ces deux phénomènes, et ce dans les différents pays.

34Dans une rapide introduction j'ai essayé de m'interroger sur l'évolution de la pratique sportive. (...) Je ne veux pas enfoncer des portes largement ouvertes. Je voudrais simplement relever qu'il existe une évolution dans l'aspiration à pratiquer le sport, qui a conduit à des pratiques différentes ; ce qui a impliqué des demandes médicales ou des demandes de santé également différentes.

Mireille Arguel

35Merci Patrick pour ce complément. Je crois que nous allons laisser la parole à l'assemblée pour poser les questions et échanger les points de vue.

Walfried König

36Je me réfère au discours présenté par Monsieur le Professeur Treutlein qui concerne le dopage.

37D'abord, je voudrais évoquer une très petite anecdote. Au mois de mars 1990, j'ai participé à une séance du Comité Directeur pour le Développement du Sport (C.D.S.) du Conseil de l'Europe, et là, j'ai raconté tout ce que je savais du dopage dans la R.D.A. La réaction a été la suivante : l'un de mes meilleurs amis dans ce comité, membre du C.O.N.I. en Italie, qui est vraiment un bon ami, a pris la parole et m'a dit : "ce que tu fais en ce moment c'est du terrorisme psychologique". Je le répète, c'était en 1990. Quelle est la morale de cette histoire ? Je vous dis tout simplement, personne n'était intéressé par cette question et disposé à connaître la vérité. C’est pourquoi il faut décrire ce qu’était la réalité sportive de la R.D.A., comme M. Treutlein vient de le faire.

38Deuxième aspect, et de nouveau d'abord une anecdote. En 1976 lors des Jeux Olympiques de Montréal, les nageuses de la R.D.A avaient beaucoup de succès ; elles ont gagné beaucoup de médailles. Et puis il y a quelqu'un qui a demandé à l'entraîneur : "pourquoi les nageuses ont-elles presque toutes une voix si basse ?" Et il lui a été répondu : "elles sont ici pour nager et non pas pour chanter".

39Ceci prouve comment on a vu pendant longtemps ces méthodes. C'est-à-dire que tout le monde a bien su ce qui se passait ou a pu le savoir. Ce n'est pas pour autant qu'on a cherché à comprendre la situation et à analyser de façon critique les méthodes employées. Quelle en est la conséquence ? Actuellement, tout cela est publié en Allemagne, on connaît encore beaucoup d'autres choses qui n'ont pas été présentées par G. Treutlein, car s'il voulait présenter tout ce qu'il sait, il continuerait je pense jusqu'à demain... Parce que l'on a trouvé tous les dossiers, tout le matériel dans des armoires fermées à double tour, en R.D.A.

40Il faut dire que c'est l'une des plus grandes tromperies qui ait jamais existé dans le monde du sport. La R.D.A. sportive n'a été qu'une immense usine chimique. Il y a beaucoup d'athlètes dans le monde qui en ont souffert. Il faut d'ailleurs ajouter qu'il y a toujours actuellement beaucoup d'athlètes qui trompent le monde et d'autres qui en souffrent (...).

41Chez nous, il y a maintenant un réseau de contrôle qui est devenu très précis. S'il n'était pas aussi pointu, nous n'aurions pas trouvé Katrin Krabbe, Grit Breuer, Silke Mller et toutes les autres qui nous ont trompés. Et nous sommes décidés à combattre le dopage même si nous perdons toutes les médailles ou le rang sportif que nous avons maintenant.

42Il y a actuellement des gens qui sont inquiets que la nouvelle R.F.A. ait gagné autant de médailles à Barcelone, et je peux vous rassurer et ajouter que cela ne se répétera jamais. Parce qu'il est sûr que parmi ceux qui ont gagné des médailles, il y en a toujours quelques uns et quelques unes qui ont pu profiter encore de la situation, bien qu'il y ait ce réseau étroit de contrôle, mais qui profitent toujours du fait qu'ils ont été dopés pendant plusieurs années, de manière systématique. Et l'on a commencé avec de très jeunes athlètes.

43Pourquoi raconte-t-on cela ? Certains pensent que l'on raconte cela parce que la R.D.A. était communiste et parce que nous étions toujours dans un combat, et que maintenant c'est l'heure de la vengeance. Non, ce n'est pas cela.

44Nous racontons cela parce qu’il s'agit de connaître la vérité et parce que c'est notre tâche de vous dire ce qu’il en était dans ce pays, et pour éviter que tout cela ne se reproduise.

45Et puis, il y a une deuxième raison, qui concerne l'avenir. Et là, il y a actuellement des problèmes parce qu'il y a des gens, chez nous, qui croient qu'il sera très simple de garder le niveau de la R.D.A., en quelques disciplines, les disciplines où l'on pouvait gagner beaucoup de médailles comme l'athlétisme, la natation, l'haltérophilie, la boxe, etc. Il y a des gens qui pensent que nous serons capables de garantir le gain d'autant de médailles dans l'avenir. Raisonnablement, ce sera impossible, et je suis sûr que la nouvelle R.F.A. aura moins de médailles que l'on en a eu à Barcelone, et ce sera tout à fait naturel.

46Mais les journaux allemands et beaucoup d'autres gens diront : c'est bien clair ! Vous qui êtes responsables dans les Fédérations, vous qui êtes responsables dans les Ministères, vous n'avez pas la capacité des collègues qui ont travaillé dans la R.D.A. Vous n'effectuez pas un bon travail, etc... Et il faut savoir qu'il y beaucoup de gens et beaucoup de journalistes qui s'expriment déjà de cette manière et qui suggèrent au Ministère d'œuvrer plus en direction du travail de la R.D.A. Par exemple, on demande que nous fassions revivre des écoles spéciales qui ont existé dans la R.D.A., où elles accueillaient les jeunes "espoirs", et que nous reprenions le système de compétition sous le nom de "spartakiades". Et nous refusons catégoriquement. La semaine dernière, j'ai donné une interview à un journal allemand sur ces questions-là et j'ai dit aux journalistes : "je vous dis tout cela (ce que je viens de raconter ici) parce que je sais que bientôt, au plus tard dans deux ans, vous écrirez que nous tous sommes des gens qui échouons, qui travaillons mal", etc. Et ils m'ont répondu : "oui, c'est vrai nous l'écrirons probablement après Leehamer". Donc, il me reste encore une année et demie pour prévenir et pour faire savoir à tout le monde quelles ont été les conditions de succès de l'ancienne R.D.A. Voilà la raison pour laquelle nous racontons tout cela. Merci.

Pierre Hartman,

Professeur à l'Université de Dijon.

47J'ai été très impressionné par l'exposé de G. Treutlein. J'avais une première question à poser concernant les compétitions universitaires. Est-ce que les moyens de soutien dont vous avez parlé interviennent avec la même force dans le sport international universitaire par rapport aux Jeux Olympiques et aux autres compétitions civiles ?

48La deuxième question est la suivante. Je sais qu'il existe des listes officielles de produits dopants, et la bataille que vous menez tous contre cette chose horrible est difficile parce qu'il y a toujours des moyens détournés avec cette fameuse liste officielle d'ailleurs contestée. En tant que dijonnais, je me suis interrogé depuis un certain temps à partir d'une question que j'adresse également à Gerhard : l'électro-stimulation peut-elle être considérée comme un moyen artificiel pour améliorer la performance ?

49Pour préciser ma deuxième question, je crois que, d'après les textes officiels, il ne s'agit pas de dopage quand on applique l'électro-stimulation, mais à mon avis les frontières entre dopage et usages non interdits sont floues...

Gerhard Treutlein

50A mon avis, quelqu'un qui travaille avec cela et quelqu'un qui travaille avec d'autres médicaments qui ne sont pas interdits, travaillent l'un et l'autre dans une mentalité de dopage. C'est encore pire que le dopage même, parce que, lorsqu'on dit "une mentalité de dopage", on essaie toujours de trouver des substances qui ne sont pas encore interdites mais le principe est analogue.

51C'est pourquoi il faut lutter pas seulement contre le dopage, d'après les règles du Comité International, parce que ses membres sont toujours très longs pour renouveler les règles, mais il faut lutter surtout contre cette mentalité de dopage, cette disposition perverse, et c'est surtout la tâche des pédagogues.

52Deuxième question : ceux qui se font épingler dans les grandes compétitions sont bêtes parce qu'on sait aujourd'hui, et depuis longtemps, combien de temps avant la compétition il faut arrêter le dopage pour ne pas se faire attraper. J'ai fait volontairement cette remarque concernant les Universiades parce que j'ai posé exactement la question à un Vice-Président de la F.I.S.U., il y a trois ans. Pourquoi n'a-t-on jamais attrapé quelqu'un dans un contrôle ? On attrape bien des tricheurs pendant les Jeux olympiques — sauf pendant les Jeux à Moscou — et cela montre déjà le problème. Le Vice-Président m'a répondu qu'ils avaient bien attrapé quelqu'un mais que le Président n'avait rien fait pour prendre une sanction. C'est-à-dire qu'il y avait des contrôles positifs, mais sans résultat. Et Monsieur Untel est en même temps Président de la Fédération Internationale d'Athlétisme, et il est entouré de beaucoup d'avocats ; il est très dangereux de dire de telles choses...

Patrick Legros

53L'électro-stimulation, je crois, est intéressante, car c'est un modèle de pratique qui illustre bien ce qui se passe souvent. Il n'y a aucune étude qui prouve que l'électro-stimulation seule, en utilisant des courants que l'homme est capable de supporter, peut améliorer les performances. L'électro-stimulation est quelque chose qui a été utilisé, et qui est utilisé encore, en rééducation, chez des gens qui sont des infirmes moteurs, pour essayer de restimuler les muscles. Lorsque des gens ont une intégrité complète, pour que l'électrostimulation ait un effet, il faut y ajouter d'autres substances.

54Le leurre vient de ce que, il y a déjà six, sept ou huit ans, quand on a vu Ben Johnson grossir, une mauvaise explication a été fournie. C'était grâce à l'électro-stimulation, disait-on. Et beaucoup de gens se sont précipités sur l'électro-stimulation. Beaucoup y ont laissé des plumes parce que, soit cela n'avait aucun intérêt, soit ce type de traitement les "déglinguait". Ce que l'on a su après, c'est que le fameux Ben Johnson accompagnait probablement des séances d'électro-stimulation par autre chose. Je crois donc que l'électro-stimulation est un peu un leurre.

55(...)

56Moi, je parlais santé et éducation, et d’autres ont parlé dopage. Je crois que les deux vont de pair. Je m'explique. Il y a une grosse demande dans le milieu sportif et il est très difficile de résister à cela, pour donner des médicaments, même quand on sait qu'ils n’ont aucun effet. Je parle de tous les stimulants divers, que n'importe qui peut acheter en pharmacie, qui ne sont plus remboursés d'ailleurs par la Sécurité Sociale parce que cela coûte très cher et que cela ne rapporte qu'aux laboratoires finalement. Mais je trouve qu'il est grave de commencer à distribuer ce genre de médicaments, même quand on sait qu'ils n'ont strictement aucun effet, parce que c'est le début de la dépendance. Et je crois que, lorsqu'on parle d'éducation, si on veut essayer d'éviter le problème du dopage, il faut commencer par essayer d'éviter tous les systèmes de dépendance. C'est comme cela qu'on augmente l'armement contre tous les risques et les mauvaises tentations.

Jean-Pierre Lefebvre,

U.F.R.-S.T.A.P.S. de l'Université de Rouen.

57Le dopage fascine sans doute parce qu'il est en relation avec la question de la puissance et de la mort. A ce propos, la question du Docteur Gerhard Treutlein qui m’a le plus intéressé, c'est la suivante : "l'athlète de haut niveau doit-il toujours servir de modèle pour les jeunes ?" Parce qu'il me semble que cela nous ramène au thème central de cette Université d'Eté, à savoir la relation que nous avons avec les médias, et au rôle des médias dans la construction des modèles de représentation et/ou d'identification, et à la puissance d'évocation considérable du "modèle sportif sur la jeunesse. Le héros sportif fascine les jeunes par sa beauté physique, sa richesse matérielle et sa puissance. Or le dopage est en relation avec tout cela.

58Donc, ce que j'aurais aimé poser comme question aux responsables des médias, et à Jacques Marchand, notamment, c’est qu'ils me semblent parfois timides dans leur manière de dénoncer le dopage. Un des premiers articles importants, me semble-t-il, paru dans Sport et Vie, en 1960, commençait à dénoncer très sérieusement cette question. Mais, cependant, aujourd'hui, dans les entrefilets de l'Equipe, il n'y a pas grand chose, sauf pour les lecteurs assidus, et nous lisons ainsi, dans les tout petits coins, de temps en temps, qu'un athlète de haut niveau de l'I.N.S.E.P. a sauté par la fenêtre alors qu'un contrôle inopiné se présentait. Bref, cela ne fait pas l'objet d'une dénonciation très claire et très nette. On en parle bien dans les "gueuletons", de temps en temps, quand on a des amis journalistes. Avouez que ce n'est pas décisif. Le problème du dopage n'est pas dénoncé franchement. Et je mets cela en relation avec le début de mon propos, à savoir le niveau de fascination qu'il exerce et l'ambiguïté qu'il dégage dans sa problématique.

59La question importante me parait être celle du rôle des médias. (...)

Gerhard Treutlein

60Les journalistes du sport étaient toujours au courant — au moins une partie d'entre eux — de ce qui se passait dans le sport de haut niveau, et ils savaient quels médicaments on prenait, mais la plupart n'ont pas osé le dénoncer. Même aujourd'hui car, à mon avis, les journalistes du sport de haut niveau sont trop intégrés dans le système, et s’ils donnent des noms, ils risquent de se couper des informations. C'est pourquoi, chez nous, en Allemagne, c'étaient toujours des journalistes qui venaient de l'extérieur, qui mettaient les choses au clair, et très peu de journalistes de la presse écrite.

Caroline Carpentier,

Ancienne nageuse de haut niveau,

Ministère de la Jeunesse et des Sports - Département de la vie de l'athlète.

61J'ai bien connu l'époque des nageuses est-allemandes, puisque j'ai eu l'occasion de nager dans les mêmes compétitions, mais surtout dans leurs battements de pieds... Mais je me demande si, pour lutter efficacement contre le dopage, il ne faudrait pas dépasser tout de même le domaine du sport ? Et je pose la question aux professeurs universitaires : à quand les contrôles anti-dopage dans les concours et les examens ? Y a-t-il des usages condamnables et d'autres qui sont acceptables ? Et tant qu'on ne parlera du dopage que dans le sport, je pense que l'on ne pourra pas lutter efficacement contre, parce qu'il fait partie actuellement de la vie sociale. L'ambiguïté vient également de cette situation.

François Malik N'Dour,

Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports.

62J'ai la chance d'être parmi vous qui êtes des universitaires. Vous savez très bien qu'une médaille d'or est une mine d'or en soi. Vous avez ici la charge des étudiants qui viennent des autres pays que vous connaissez aussi bien que moi — je veux parler du Continent Africain — et qui commencent — paraît-il — à percer dans le monde sportif. Je vous en prie et j’attire votre attention là-dessus. Faites en sorte de les respecter et de les conserver dans leur propre façon de faire, et de ne pas les laisser glisser dans ce que vous êtes en train de dénoncer. Parce que sinon, cela deviendra comme le sida, nous attendrons que le médicament soit trouvé à Londres ou à New York avant de pouvoir nous soigner. Alors, dites-leur qu'ils fassent attention et qu'ils ne se mettent pas à imiter ceux que vous êtes en train de dénoncer. Je compte sur vous dans les Universités.

Alan Rustage,

Directeur de "Physical Recreation" à l'Université d'Essex (Angleterre).

63Je vais développer plusieurs commentaires de la situation au Royaume-Uni. Il est très courant, à mon avis, de voir dans les professionnels du sport, les pratiquants du sport de haut niveau, des hommes et femmes qui se dopent. Tout le monde le sait, je crois, mais dans le monde des Universités, je ne pense pas qu'il y ait un problème. A ma connaissance, il n'y a pas de gros problème.

64Depuis des années, je suis responsable de l'organisation des championnats universitaires d'haltérophilie chez nous et j'ai demandé aux organisateurs d'effectuer des contrôles de dopage. Pendant de nombreuses années, on m’a répondu : "non, c’est trop cher". Cette année, pour la première fois, nous avons effectué des contrôles anti-dopage et avons trouvé des tricheurs, des gens dont le résultat était positif, et ils ont été rayés à vie. Je voudrais savoir s’il y a d'autres pays où l'on procède à ces contrôles anti-dopage dans les championnats nationaux.

Henri Couvrand,

Nantes-Etudiants-Club.

65On vient de dénoncer le fait que les sportifs se dopent ou sont dopés. Mais pour être dopés, il faut être deux. Il faut que quelqu'un prenne la drogue et qu'un autre la fournisse. On pensait que le serment d'Hippocrate autorisait le médecin à donner la drogue pour guérir, à la demande du malade. Or les médecins qui donnent ou ont donné ces produits sont véritablement des criminels puisqu'ils sont à la tête de la recherche. Ils sont parfaitement informés de ce que cela produit sur l'organisme et en plus, dans le cas des pays dont on a parlé, ils étaient précurseurs de la chose, c'est-à-dire que c'étaient eux qui imposaient la prise de la drogue, connaissant les effets et les dévastations que cela pourrait produire.

66Je pense que les médecins, formés dans des établissements universitaires, sont parfaitement responsables de ce genre de choses. Il faudrait le dire.

Mireille Arguel

67Peut-on solliciter très rapidement des réponses à la question posée par notre collègue du Royaume-Uni. Y a-t-il des contrôles dans le cadre des championnats universitaires ? Y a-t-il d'autres pays qui sont exactement dans ce cas précis ?

Ignace Van Der Cam,

Directeur des Sports à l'Université de Gand (Belgique).

68Je peux vous dire que l'année passée, lors des Universiades à Sheffield, tous nos athlètes sélectionnés ont subi un examen médical avant de partir pour Sheffied. Et je peux vous dire qu'à ce moment-là, l'un des athlètes — sélectionné en athlétisme — a été trouvé positif lors de cet examen. Et il a dû rester "à la maison".

Gerhard Treutlein

69Deux remarques pour vous montrer tout de même la complexité du problème.

70La première recherche, qui a été faite en Allemagne, concernait le domaine de l'usage du dopage des jeunes mineurs, dont on a d'ailleurs prouvé l'efficacité. Le chercheur à l'origine de ces expérimentations était un Docteur qui est aujourd'hui haut fonctionnaire au Ministère de la Santé ; il n'a jamais pris ses distances par rapport à cette recherche-là. Il n'a pas l'air d'en souffrir. Et personne n'y trouve à redire.

71J'ai écrit plusieurs articles dans ce domaine du dopage des mineurs. J'ai rencontré une difficulté que je n'avais jamais rencontrée. Le rédacteur en chef de la revue des entraîneurs en Allemagne m'a répondu : "je ne peux pas publier cela parce que si un entraîneur le lit, il devra quitter sa profession tout de suite". Le rédacteur en chef du journal d'athlétisme m'a dit : "on a déjà trop publié dans ce domaine-là ; on ne peut pas le publier". Le rédacteur en chef de la revue "Education Physique et Sportive", à Paris, a répondu tout simplement "cela sent le sulfureux", et ne l'a pas fait publier.

72Que faut-il conclure, en se référant à de telles attitudes ? En fait, la prise de conscience à propos du dopage n'est jamais problématisée et explicitée de manière approfondie. On ne peut que le regretter.

Mireille Arguel

73Il est difficile de prétendre conclure sur des sujets aussi complexes que la médecine sportive et le dopage. Sur le dernier domaine, il n'en reste pas moins évident que la médecine sportive à l'Université, dans chacun des pays européens, contribue à clarifier le débat et à définir des principes éthiques. Il me reste à remercier tous les participants.

Autores

Maître de Conférences - Service Technique des Activités Physiques et Sportives - Université de Paris XI-Orsay.

Nantes-Etudiants-Club.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540