Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Troisième partie. Perspectives d'avenir

Thème 3 : Sport et télévision

Présentation

Jacques Marchand, Roland Faure, Ernest Gibert, Jacques Marchand, Pierre Lambin, Argine Loyau, Alan Rustage, Alain Braun, Thierry Lardinoit et Christian Denis

Texte intégral

Jacques Marchand

Président honoraire de l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France.

1C'est toujours un plaisir d'accueillir un confrère et de vous le présenter, et en disant confrère, je vais jusqu'au sens le plus profond du mot parce qu'il se trouve que Roland Faure, exerçant aujourd'hui des fonctions extrêmement importantes, ne renie pas ses origines. Il a été, comme nous, journaliste sportif et il est resté très fidèle à notre association (l'U.S.J.S.F.). Et d'autre part, il nous a demandé, dans un travail particulièrement délicat qui va être évoqué au cours de cette intervention, notre collaboration et plus précisément celle de Jacques Ferran.

2Roland Faure est Président de la commission Sport-Télévision du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (C.S.A.) et s'il en est le Président, c'est qu'il est membre du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Il a derrière lui une carrière complète de journaliste, et qui confirme tout à fait ce que vous disait Monsieur Patrick Pepin, le Directeur de l’Ecole de Journalisme de Lille. S'il y a quelqu'un qui a conduit une carrière de multi médias c'est bien vous, puisque après avoir été chroniqueur sportif, vous êtes devenu rédacteur en chef du journal L'Aurore, ensuite vous avez exercé dans une radio qui était un peu la vôtre à Versailles et un journal qui était un peu le vôtre aussi à Versailles, et puis vous avez dirigé Radio France, ce qui n'est pas une mince affaire, et en 1987 vous avez créé France Info que nous connaissons bien en France, avant d'être nommé en 1989 au Conseil Supérieur de l’Audio-visuel. Voilà donc le parcours que vous avez fait, et il est évident qu'aujourd'hui vous êtes à même de pouvoir nous parler à la fois des grands problèmes de la télévision et des grands problèmes du sport puisque maintenant, depuis près de deux ans, vous vous consacrez plus particulièrement à cette tâche.

SPORT ET TÉLÉVISION : LE MARIAGE FORCÉ

Roland Faure,

Président de la Commission Sport et Télévision du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.

3Merci Monsieur le Président, merci Monsieur Jacques Marchand de m'accueillir pendant quelques instants à votre Université Sportive d'Eté. Je ne suis pas venu pour faire un cours, pour enseigner, pour faire acte de pédagogie ; l'Université-enseignement, ce n'est pas mon métier. Mais je n'ignore pas pour autant l'importance de l'enseignement, l'importance de la tâche qui est la vôtre, votre métier. Et pour ma part, je vais volontiers dans les écoles de journalisme, dans les Universités — il fut un temps où j'allais régulièrement au C.E.L.S.A. à Paris — pour témoigner, pour raconter mes expériences, ce qui a été ma vie passionnante de flâneur salarié, car j'ai eu pendant longtemps le privilège de vivre en direct sur le terrain l'actualité internationale, c'est-à-dire sans prétention, mais en direct, l'histoire contemporaine de la paix en Indochine à la guerre d'Algérie, la construction du mur de Berlin, la révolution culturelle à Pékin et l'agonie de Georges Pompidou, les grandes conférences internationales de Genève à Helsinki, mais aussi les Jeux Olympiques, de Munich à Barcelone, où nous nous sommes retrouvés il y a quelques semaines. Je crois, comme vous avez bien voulu le rappeler, avoir apporté à l'information avec ma passion ce qui lui manquait en créant voilà cinq ans, la première chaîne d'informations continues en Europe : France Info. Enfin, un jour de janvier 1989, dans le bureau présidentiel du Palais du Luxembourg, j'ai répondu oui, non pas à un référendum, mais à celui qui fut le principal collaborateur d'un des pères de l'Europe Robert Schumann, Alain Poher, qui me demandait de quitter la présidence de Radio France, huit mois avant la fin de mon mandat, pour apporter ma contribution à la régulation de l'audio-visuel en France.

4Au Conseil Supérieur de l'Audio-visuel, poste exceptionnel d'observation de la télévision et de la radio, poste également exposé et sujet à toutes les polémiques — c'est bien normal — j'ai complété avec les dossiers, les auditions et les contacts à tous les niveaux ma connaissance de ce monde médiatique qui a tant de pouvoir. Je ne ferai pas ici des révélations sur le fonctionnement, les débats, les décisions du Conseil Supérieur de l'Audio-Visuel, ce n'est d'ailleurs pas dans vos préoccupations, mais, devant votre Université Sportive d'Eté, je voudrais apporter des résultats, des investigations, des auditions, des réflexions générés par les travaux de la commission "Sport et Télévision" que j'ai créée et que je préside.

5Et je pensais dès 1989 que le sport allait contracter avec la télévision une collaboration — et on peut même parler ici de mariage — d'une portée et d'un retentissement exceptionnels. C'est le fruit d'un travail qui devrait intéresser les universitaires réunis à Lille, m'avait dit Jacques Marchand il y a quelques semaines, lui qui a pu constater comme moi combien l'Université que vous représentez et le journalisme qui fut et reste mon métier sont complémentaires.

6Je vais traiter du thème : Sport et Télévision. J'y ajoute volontiers un sous-titre un peu provocateur : Le mariage forcé, dont le sens va s'éclairer au cours de mon exposé.

7A la lumière des retransmissions fascinantes des événements sportifs qui ont marqué cette année exceptionnelle — Jeux d'hiver d'Albertville, Eurofoot, Tour de France, Jeux d'été de Barcelone — qui pourrait contester la réalité du mariage du sport et de la télévision dont je vais vous parler ?

8Mariage forcé ? Peut-être. Mais dans le sens de l'inéluctabilité, plus que d'une vraie contrainte. Car si une union entre le sport et la télévision ne va pas sans accrocs, elle a su aussi se révéler fructueuse en créant des intérêts mutuels, et a tissé des liens si forts qu'elle paraît bien aujourd'hui indissoluble.

9Il est patent que par la force, l'influence et la qualité de ses images, la télévision a beaucoup apporté au sport. En tout cas, a certains sports... Il est vrai aussi que, par l'aura de ces champions et l'intérêt et la passion qu'ils suscitent parmi le public, tout autant que par sa capacité dramaturgique, le sport a fourni à la télévision des spectacles incomparables, une audience considérable et par conséquent des recettes très importantes dont il a reçu d'ailleurs sa part.

10Cependant, avant le sport, la télévision avait, dès ses origines, connu et consommé un premier mariage. C'était avec le cinéma, qui paya cette union d'une hémorragie très grave de recettes, dont souffrirent les salles de projection, et remit en cause sa propre industrie.

11C'est ensuite qu'arriva le sport. D’abord sans bruit, du pas un peu hésitant de l'athlète cherchant ses marques. Ce petit écran paraissait alors trop exigu pour montrer vraiment un "cent mètres", et, plus encore, une course cycliste et une descente à ski. Ne parlons pas d'un match de football ou de rugby... En outre, c'était beaucoup plus facile de filmer, du bord d'une piste ou d'une tribune, un sprinter ou un descendeur, en pleine vitesse, une ligne de trois-quarts se déployant dans sa course à l'essai, ou le ballon rond jaillissant dans la "lucarne" après une longue trajectoire. Et, après avoir été captée, diffusée, cette image était, à l'évidence, beaucoup plus difficile à transmettre que celle d'une œuvre cinématographique déroulant son scénario conçu et réalisé en studio. Grandeur et servitude du reportage en direct !

12Mais le sport, comme la télévision, c'est une passion qui anime les réalisateurs, les ingénieurs, les journalistes, les producteurs : ceux qui allaient tout inventer pour servir et promouvoir une synergie magique.

13Très normalement, les sportifs commencèrent à courtiser la télévision, à s'en rapprocher, à entreprendre de la séduire. Avec discrétion, sans prétention. Tandis que la télévision sentit très vite que le sport pouvait lui permettre de programmer de grandes dramatiques en direct, et lui apporter beaucoup de téléspectateurs. Aujourd'hui, les stars du 7ème art doivent affronter la concurrence de ceux dont elles ne semblaient pas avoir à s'inquiéter. Les champions attirés, eux aussi, par la fascination de cette image pénétrant dans des millions de foyers, sportifs amateurs ou déjà professionnels, dont les salaires dépassent parfois les cachets des vedettes de l'écran... Seuls les profits des producteurs et des intermédiaires faisant, parfois, la différence avec le désintéressement des dirigeants de clubs ou du mouvement sportif...

14Ainsi s'immisca dans la proximité, puis dans l'intimité du couple "cinéma-télévision", le nouveau venu qui allait remettre en cause ce tête-à-tête, en apportant à l'antenne une contribution spectaculaire, devenue inestimable.

15La télévision est une femme exigeante, volontiers boulimique et dont les besoins d'argent ne cessent de croître jusqu'à parfois causer la ruine de ses actionnaires... Et le football, le tennis, la boxe, le cyclisme, qui allaient aussi hisser leur train de vie à un niveau inespéré, grâce aux droits d'exclusivité TV, montrèrent finalement que s'ils pouvaient exiger et recevoir, ils savaient aussi rapporter gros et générer des recettes de publicité et de parrainage, des recettes finalement plus importantes que les droits versés par la télévision.

16Car si l'on avait vu d'abord des fédérations et des clubs — pas tous (hélas pour eux) — solliciter modestement — pour atteindre une plus grande notoriété — l'attention et le support de la grande dame télévision, l'heure n'avait pas tardé à venir où les plus télégéniques d'entre eux allaient être, à leur tour, courtisés et largement rétribués pour apporter leur concours aux programmes de la télévision.

17Jacques Ferran, qui collabore étroitement avec moi, comme conseiller technique du C.S.A., dans le cadre de la commission Sport et Télévision, a pu dire, à propos des rapports parallèles entre la télévision et ses deux partenaires privilégiés : "Comme les gens du cinéma, les gens du sport s'inquiètent, et parfois se scandalisent, de ce que l'emprise de la télévision sur le sport entraîne des conséquences préjudiciables. La télévision, disent-ils, s'est emparée du sport, ou plutôt de certains sports, à des fins purement lucratives et, du coup, exploite le sport et le réduit plus qu'elle ne le sert. Il ne sera bientôt plus, si l'on n'y prend garde, qu'un produit de consommation audiovisuelle qui ne méritera même plus le nom de sport".

18"A qui la faute ?" rétorquent les diffuseurs. "A nos exigences ou aux vôtres ? Plus ça va, plus les fédérations, les clubs, les organisateurs privés nous réclament d'argent et de temps d'antenne ; plus ils nous considèrent comme les véritables "producteurs" du spectacle sportif. Qui revendiquerait encore l'organisation des Jeux Olympiques sans la manne colossale tombée des networks américains ? Supprimez l'apport télévisuel et l'édifice entier du sport s'écroulera comme un château de cartes" !

19Cette évolution, génératrice de moyens nouveaux, mais aussi porteuse de troubles, impliquait la recherche d'un équilibre dans de nombreux domaines.

20Du côté sport, on craignait qu'à l'instar de ce dont avait gravement pâti le cinéma, les reportages ne vident les stades comme avaient été vidées les salles obscures. En codifiant l'attribution des droits d'exclusivité pour la retransmission d'événements sportifs, les dirigeants des puissantes fédérations entendaient, du même coup, circonscrire les risques de désertion du public. Leur objectif était alors de cumuler les avantages de la promotion de leur discipline sportive et du supplément de recettes. Mais, du même coup, ce droit d'exclusivité liant les responsables du sport à la chaîne de télévision détentrice de l'exclusivité, risquerait de générer un abus de pouvoir, s'il finissait par servir d'alibi à une rétention des diffusions de manifestations sportives ou à une limitation excessive de l'exercice du droit à l'information.

21Toujours du côté sport, se pose la question de la diversification des disciplines ayant accès aux antennes puisque les statistiques prouvent que trois sports (le football, le tennis et le cyclisme) à eux seuls totalisent près de la moitié du temps d'antenne. Les sports de glace (11ème) et le ski (18ème) se classent dans la première partie du tableau. Beaucoup d'autres sont quasi totalement absents. Quant aux grandes chaînes de télévision française, elles accordent au sport une importance et une diversification très différentes sur leurs antennes : en 1990, avec 149 heures, TF1 a traité six disciplines sportives, la Cinq avec 182 heures, douze disciplines, Antenne 2 avec 317 heures, trente deux disciplines et FR3 avec 311 heures et demie, trente huit sports différents.

22Mais à mesure que se développera l'implantation du câble on constatera que c'est lui, qui, avec les chaînes thématiques dont il est le relais logique, constituera le vecteur essentiel de la diversification des sports, comme il le fait déjà avec Eurosport et TV Sports, promises à un beau développement, tandis que les chaînes hertziennes s'intéressent essentiellement et de plus en plus au seul spectacle sportif.

23Au moment du tirage du rapport, nous sont parvenus les temps d'antenne de 1991.

24En 1991 la finale de la Coupe Davis a entraîné une progression du tennis qui lui permit de ravir la première place en football qui, en 1990, avait bénéficié de la phase finale de la Coupe du Monde.

25La boxe prend la 3ème place au cyclisme, désormais 5ème, le rugby (grâce à la Coupe du monde) remonte de la 6ème à la 4ème place, le basket-ball de la 7ème à la 6ème, l'athlétisme de la 9ème à la 7ème, la formule 1 de la 10ème à la 9ème, tandis que le golf redescend de la 5ème à la 8ème, Auto moto de la 4ème à la 10ème et le ski (avant les J.O. d'Albertville) remonte de la 18ème à la 13ème place et le volley-ball de la 14ème à la 12ème.

26Et maintenant, cette question : en matière de sport, l'offre télévisée est-elle conforme à la demande ?

27Difficile de répondre car la demande n'existe pas a priori : elle est influencée par la mode et par l'offre de programmes sportifs elle-même. Et d'ailleurs ne serait-il pas illusoire d'imposer aux chaînes d'épouser les goûts en proportionnant la durée des programmes à une demande mesurée une fois pour toutes ?

28Cependant, à l'aide de quelques données disponibles, la hiérarchie des goûts peut être comparée à l'offre des programmes.

29Les analyses de répartition de l'audience élaborées par Médiamétrie (1990) permettent de constater que le sport constitue 5,2 % de la consommation télévisuelle pour une offre globale qui représente environ 4 % du volume des programmes. Le rapport semble donc favorable au sport. C'est le football qui explique la bonne performance globale des émissions sportives. A lui seul, il représente 47,5 % de la consommation d'images sportives (pour 22 % environ de l'offre). Neuf des dix plus grands scores d'audience sportifs ont été obtenus par des matches de football. Il ne faut évidemment pas sous-estimer ce qui, dans ce succès, relève du déterminisme de la programmation : le football, demeure pratiquement la seule discipline proposée aux heures de grande écoute. Le cinquième seulement de l'offre d'émissions sportives est en effet diffusé dans la tranche horaire 20 h 30 - 24 h, laquelle recueille globalement, toutes chaînes confondues, 36 % de l'audience des chaînes en clair. Certes, beaucoup de sports ne trouveraient pas leur place en soirée, ne serait-ce que parce que de nombreuses compétitions retransmises en direct ne peuvent être disputées qu'à la lumière du jour. Il reste que les émissions sportives ne semblent pas être le domaine où les programmateurs font preuve de plus d'audace.

30A ce propos la hiérarchie des disciplines est sans doute intéressante à signaler.

311) Les sports les plus programmés (football, tennis, cyclisme) sont effectivement les plus regardés. Globalement juste, cette appréciation appelle cependant quelques nuances. A l'exception du football, les grandes audiences concernent exclusivement les épreuves les plus prestigieuses (Tour de France, Tournoi des Cinq Nations) et les finales. La présence d'athlètes français s'avère également déterminante. L’audience est en majorité composée d'hommes (seul le tennis intéresse autant les femmes). La répartition par catégories socio-professionnelles et par classe d'âge est très variable selon les disciplines.

32Le tennis touche plus les cadres et les professions libérales ; le rugby ou le cyclisme davantage les agriculteurs et les ouvriers. Le football, lui, passionne presque tous les publics.

332) Des diciplines comme la gymnastique et le patinage artistique attirent les femmes plus que les hommes. Or, elles ne bénéficient pas, en part d'antenne, d’un classement conforme à cet intérêt (la gymnastique est 16ème et le patinage 11ème). On peut y voir un indice de la tendance, chez les programmateurs, à flatter davantage les goûts masculins. Ainsi, la place accordée à la Formule 1, à la moto et à la boxe contraste avec la relative faiblesse du temps d'antenne réservé à l'athlétisme, au ski ou à l'équitation.

34Les hommes constituent globalement le public le plus mobilisable et le plus visé. Selon Médiamétrie, ils consomment en moyenne 35 heures de retransmissions et 20 heures de magazines sportifs par an. Ils se répartissent entre un public très consommateur, un public épisodique, et une grosse minorité de "réfractaires".

35Les statistiques font apparaître également que les enfants et jeunes adolescents sont un public motivé. Pour ce public, l'offre télévisuelle peut exercer un rôle déterminant sur la pratique d'une discipline. Le président du plus grand club sportif français a souligné que les inscriptions étaient en relation étroite avec le temps d'exposition des différentes disciplines sportives de la télévision. Toute la politique des clubs en matière d'équipements et d'encadrement se trouverait donc sous la dépendance directe des politiques de programmation.

36Dans les émissions sportives, les chaînes ne négligent pas de s'ouvrir au jeune public. Témoin l'usage aujourd'hui très repandu d'inviter, sur le plateau des groupes d'enfants représentant un club, une équipe, une école. Ainsi de Télé-foot (TF1) et de Sport 3 dimanche (FR3). Cette vogue n'empêche pas que les reportages sur la pratique sportive des jeunes demeurent rares.

37Disparités entre disciplines, faiblesse du traitement du sport sous l'angle de l'initiation et de la pratique de masse, moindre prise en compte des goûts de certaines catégories de téléspectateurs (et plus particulièrement du public féminin), tels sont les constats qui doivent être soulignés.

38A long terme, des chaînes sportives à péage, offrant des événements en exclusivité ne seront-elles pas les seules en mesure d'assurer une confrontation harmonieuse de l'offre et de la demande ?

39Le sport constitue pour la télévision un glissement d'images et d'audience ; pour le sport, la télévision représente une source de financement et un vecteur de promotion. On peut tirer de cette évidence l'explication des affinités, comme des malentendus, qui caractérisent les relations entre sport et télévision. Comment évaluer la réussite du couple sport-télévision ? Au regard des principes ? Des résultats économiques ?

40Les épreuves sportives ont toujours revêtu deux visages : compétition et spectacle. La télévision a évidemment magnifié le second aspect. Grâce à la décomposition des plans, elle offre au public ce à quoi il n'avait jamais eu droit sur les gradins des stades : une pluralité d'angles. La télévision peut le plonger au cœur de l'action par la grâce du gros plan ; lui proposer le point de vue de Sirius grâce à la vue panoramique ou aérienne. Le montage lui épargne les temps morts. La caméra se fait tour à tour pédagogue et dramaturge. Le ralenti apporte une dimension magique de visualisation et d'analyse dont le spectateur des stades est congénitalement dépourvu. Les caméras sur motos suiveuses permettent une vision en continu des courses cyclistes, interdites au spectateur statique planté à son carrefour. Et que dire des caméras accrochées à l'alpiniste ou au parachutiste et à l'automobile de course ? Les avancées technologiques, le talent des cadreurs et des techniciens permettent assurément d'élargir le nombre des sports spectaculaires dignes d'accéder au petit écran. Qui aurait misé, naguère, sur la médiatisation du tennis de table ? Car si le sport attend beaucoup de la télévision, celle-ci doit être payée en retour de ses efforts.

41La Société Française de Production (S.F.P.) est réputée dans le monde pour son savoir-faire dans la couverture de disciplines importantes telles que le rugby, le football et surtout le cyclisme.

42Mais dans certaines disciplines, la France s'est mise à l'école d'autres télévisions, s'inspirant du savoir-faire des Espagnols pour le basket-ball, des Canadiens pour le hockey-sur-glace, des Américains pour le golf.

43De même le Comité d'organisation des Jeux Olympiques d'Albertville a fait appel aux télévisions allemande, italienne, norvégienne, suisse et yougoslave pour la couverture du ski de fond, du biathlon et du bobsleigh. Des échanges de compétences ont également été pratiqués à Barcelone.

44Les Jeux d'hiver 1992 ont constitué un défi pour les techniciens et réalisateurs de la télévision comme pour les sportifs. La France a su relever simultanément tous ces défis. Les promoteurs ont mis beaucoup d'ardeur pour en faire une réussite. Placée sous la direction de François Lemoine, l'organisation de radiodiffusion des Jeux Olympiques (O.R.T.O.) a parfaitement assuré la réalisation et la coordination de trois cent cinquante heures de télévision à destination du monde entier : Antenne 2, FR3 et TDF étant les "radiodiffuseurs-hôtes" tandis que TF1 était associée à la couverture télévisée.

45Avec le lancement de la télévision à haute définition et le traitement numérique des images, l'enjeu technologique des Jeux d'Albertville est fort comparable au tournant qu'avait représenté, lors des Jeux Olympiques d'hiver de 1968, à Grenoble, l'arrivée de la télévision en couleur.

46Quatre ou cinq disciplines furent en effet filmées en haute définition et une retransmission séparée fut assurée dans cette norme dans plusieurs centaines de points en France (TDF, IBM, Thomson et Alcatel étant les partenaires de cette avancée technologique).

47Il s'agit là d’une nouvelle occasion donnée au sport de compétition de montrer qu'il est un des vecteurs privilégiés des grandes épopées de la télévision, un laboratoire des progrès observés dans la réalisation et la transmission des images. Et quelles images ! Non seulement les descentes vertigineuses à ski ou en bobsleigh, mais aussi celles, au succès inattendu, de hockey sur glace et surtout celles du patinage artistique, qui permirent de battre tous les records d'audience le soir de la finale d'Albertville ! La dimension spectaculaire de la retransmission sportive pose l'un des problèmes les plus aigus : la recherche de l'image forte — tendance plus ou moins répandue chez tous les diffuseurs — ne menace-t-elle pas l'éthique sportive ?

48Le spectacle peut absorber le sport. Le catch en est l'illustration, certes pittoresque, traditionnelle est souvent éblouissante de virtuosité, mais non moins caricaturale. Moins traditionnels sont les courses de tracteurs, les bicross, les "championnats" de bras de fer, récemment vus sur nos écrans. Ces genres appartiennent à une catégorie que le Comité National Olympique et Sportif Français ne reconnaît pas volontiers comme partie prenante de l'univers du sport.

49Plus légitime est le souci des organisateurs d'aménager eux-mêmes l'infrastructure de la retransmission sportive. Le Palais omnisports de Paris-Bercy se situe en pointe dans ce domaine, grâce notamment à sa régie de production qui lui permet de vendre directement les images aux diffuseurs. Bercy participe aussi activement à la création et à la promotion de nombreux spectacles para-sportifs.

50Jusqu'où aller dans cette osmose entre manifestation sportive et mise en scène télévisuelle ? Question porteuse de controverses. Le mouvement olympique est encore le mieux placé pour tracer une frontière dans ce domaine. Le C.N.O.S.F., en avançant l'idée de "labélisation" des émissions sportives, s'est clairement prononcé. Et ce Label olympique est une idée qui a retenu l'attention du C.S.A.

51C'est ici que se pose le problème de l'information sportive et du pluralisme.

52Les diffuseurs cherchent en effet de plus en plus à s'assurer l'exclusivité de grandes compétitions sportives. Cette course à l'exclusivité n'est pas sans effet sur l'information sportive :

  • lorsque l'exclusivité d'une compétition, à plus forte raison son organisation, appartiennent à une chaîne rivale, l'esprit de concurrence peut pousser les autres à sous-estimer, voire à ignorer l'événement dans leurs émissions d'information ;
  • à l'inverse, une chaîne qui détient les droits d'exclusivité sur une compétition accordera à celle-ci un traitement privilégié (en durée, en nombre de séquences, en diversité d'informations) dans le cadre de ses journaux et magazines d’information. La scénarisation du spectacle sportif affecte le statut des journalistes. Ceux-ci sont d’ores et déjà confrontés quotidiennement aux problèmes de négociation de droits et de recherche de parrainages, quand ils ne sont pas exposés à la tentation des publicités illicites ou du publireportage occulte. Et le chef des services sportifs d’une chaîne de télévision ne peut plus être seulement un "homme d’information", il doit aussi être un manager, un négociateur, un gestionnaire.

53Les images sportives acquièrent une valeur marchande. Les séquences les plus concernées sont celles qui touchent des sports où quelques images ont un pouvoir informatif déterminant, comme les buts au football, le knock-out en boxe.

54Le rêve Coubertinien d’une information sportive désintéressée et pluraliste peut-il tolérer l’appropriation des images ? A défaut d’un accord satisfaisant entre les divers partenaires, peut-on définir les conditions d’exercice d’un "droit à l’information" ?

55Les deux grandes notions qui s'opposent dans les conflits récents sur l'accès aux images sont celles de propriété du spectacle sportif d’une part, de droit à l'information d'autre part. Ces revendications recouvrent pourtant des domaines distincts.

56Le spectacle sportif, dont l'exclusivité est en cause, concerne pour l'essentiel la retransmission intégrale et simultanée de la compétition. Celle-ci achevée, l'événement devient information. Dépouillé du "suspense" de l'issue du match, il perd sa valeur dramaturgique.

57L'information sur l'actualité sportive a toujours tenu une place particulière dans les journaux. Située en général en fin d'édition, elle tranche par sa tonalité avec le caractère grave de l'actualité politique, sociale et internationale. Toutes les chaînes recherchent les quelques images qui produisent cet effet dynamique.

58Il importait donc de concilier droit à l'information et propriété des images. C'est d'ailleurs ce qu'a réussi la Commission Sport et Télévision que je préside au C.S.A. : un accord en quatre points a été signé le 22 janvier 1991 par les six chaînes hertziennes françaises en présence de Mme Frédérique Bredin, ministre de la Jeunesse et des Sports et de Georges Kiejman, ministre délégué à la Communication. Cet accord inimaginable trois mois plus tard garantit le droit du public à l'information. Il prévoit :

  1. la diffusion à titre gratuit, dans les journaux télévisés et bulletins d'information réguliers, de courts extraits (1 minute 30), avec mention d'origine, d'une retransmission par les chaînes autres que celle qui détient l'exclusivité ;
  2. la diffusion de courts extraits (1 minute 30) d'une retransmission toujours avec mention d'origine, mais en contrepartie d'une rémunération équitable, dans les magazines sportifs pluridisciplinaires des chaînes autres que celle qui détient l'exclusivité ;
  3. l'accès au lieu de l'événement d'équipes de tournage autres que celle du radiodiffuseur qui détient l'exclusivité, en vue d'une diffusion différée et limitée au cadre régional de l'événement intéressé ;
  4. l'absence de clauses d'exclusivité relatives aux interviews dans les contrats liant les sportifs aux radiodiffuseurs.

59Le moment est venu d'évoquer l'entrée en scène du troisième partenaire devenu inévitable, "incontournable" comme on dit aujourd'hui, dans la vie du couple Sport et Télévision : appelons-le "l'intermédiaire" ou "l'agent conseil" ; bref, celui qui a réussi à s'imposer en apportant l'argent du ménage ou le nerf de la guerre, qui est aussi celui des exclusivités télévisées : argent issu de la publicité, du parrainage, du mécénat...

60Il n'est pas né d'hier. Car depuis le début du XXème siècle, le sport a pris appui sur des mécènes qui, pour asseoir leur propre notoriété, l'ont soutenu, parfois en suscitant de grandes épreuves sportives.

61En retransmettant les compétitions, la télévision démultiplie l'impact des messages publicitaires présents sur les lieux de l'épreuve (panonceaux, logos, etc). Une relation complexe s'est dès lors tissée entre sport, télévision et publicité. Le public en est l'enjeu. L'intérêt commun des trois groupes est de maximiser l'audience : pas d'argent, pas de télévision ; pas de télévision, pas de parraineurs ; pas de parraineurs, pas d'argent. Cette formule exprime le cercle vicieux qui enferme les petites disciplines.

62Pour la plupart des sports, le parrainage est devenu une des toutes premières sources de financement. Il a favorisé une floraison d'intermédiaires. Les formes les plus diverses de présence et d'intervention ont été explorées : fournitures d'équipements ou de matériels ; parrainage des épreuves, des équipes, des champions ; parrainage global d'une discipline ; création et dotation de challenges ; location d'emplacements fixes ou mobiles ; concessions de service (chronométrage, calculs par ordinateur) ; campagnes publicitaires liées par contrat à un événement pour s'attacher son image ; partenariats divers. Toutes sont liées à la présence de la télévision et motivées par la recherche de citations orales ou visuelles touchant un vaste public.

63Pourtant, les chaînes de télévision n'ont jamais été associées aux modalités (ni aux recettes) de la publicité implantée sur les lieux de compétition. Elles n'y étaient qu'indirectement intéressées dans la mesure ou cette présence publicitaire, répercutée par le petit écran, leur permettait d'acquérir à moindre prix les droits de retransmission.

64Depuis 1987, les télévisions, à leur tour, ont eu accès au parrainage. Elles y ont eu largement recours pour les retransmissions sportives. Les parraineurs ont prolongé leur action grâce à l'organisation de jeux ou de concours télévisés ayant pour thème les épreuves retransmises. Le public est convié à désigner le meilleur joueur, le meilleur coureur, etc. Le trophée est offert par le parraineur, ce qui multiplie les occasions de mentionner ce dernier.

65L’entreprise qui parraine use souvent aussi d'un droit de préemption pour diffuser des messages dans les écrans publicitaires qui précèdent, suivent ou interrompent les retransmissions sportives.

66Il existe donc de nombreux moyens permettant aux parrains de renforcer l'impact de leurs messages.

67Réciproquement, l'audience (réelle ou espérée) obtenue lors des retransmissions sportives procure aux chaînes l'occasion soit de vendre davantage de messages publicitaires, soit de pratiquer des tarifs plus élevés. Les recettes publicitaires tirées des grands événements permettent d'amortir largement l'investissement initial (acquisition de l'exclusivité, frais de retransmission, etc.).

68Dans son ensemble, ce dispositif a permis d'établir un équilibre, chacun des partenaires trouvant, grâce à l'autre, une source de financement.

69Le couple sport-télévision est à la recherche d'un équilibre aussi harmonieux que possible. Equilibre qui peut se développer grâce aux nouvelles avancées technologiques capables de conférer une "télégénie" encore insoupçonnée à des sports jusqu'alors méconnus du grand public et quasiment absents du petit écran alors que d'autres, très présents, lui font payer le prix fort.

70Précisément, l'harmonie du couple "sport-télévision" n'est-elle pas tributaire de l’image du sport ? Une image qui doit être préservée, sublimée même, et qui dépend essentiellement de trois facteurs :

  1. la fiabilité et le pluralisme de l'information ;
  2. la valorisation de la beauté du geste sportif et de l'émotion que générent les héros du stade, personnages essentiels à l'enthousiasme du public ;
  3. la lutte contre les dérives qui défigurent trop souvent les grandes manifestations sportives : chauvinisme, violence, ou qui, avec une débauche de publicités, fait offense au public.

71Constatons que tout cela engage pour une large part la responsabilité des professionnels qui réalisent des émissions sportives et, en premier lieu, les journalistes.

72Ayant moi-même exercé longtemps ce métier dans la presse écrite et dans l'audiovisuel, j'en parlerai en témoin impartial autant qu'en acteur reponsable, sans crainte ni prétention, mais non sans exigence.

73Exigence sur le fond et sur la forme.

74Le fond c'est la compétence, l'honnêteté et l'indépendance. Car un journaliste sportif s'adresse à la fois à des connaisseurs et à un public très large. Ce qui implique à la fois la précision du commentaire et une pédagogie sans ostentation. Si l'enthousiasme de certains commentateurs leur a permis de jouer utilement les prosélytes d'un sport, comme Roger Couderc le fit pour le rugby, il faut néanmoins se méfier du lyrisme, du chauvinisme, des jugements hâtifs et peut-être injustes, notamment sur l'arbitrage.

75Sur la forme si leur langue n'est le plus souvent, ni meilleure, ni pire que celles des autres présentateurs, certaines incorrections, certains tics passés dans le folklore des journalistes sportifs leur sont propres. Sans oublier les emprunts au vocabulaire étranger alors que les équivalents français existent et sont recommandés.

76Il faut aussi déplorer que l'événement sportif ne soit pas — comme toute information — expliqué, mis en perspective, commenté, car les rédactions sportives se limitent trop souvent à proposer des retransmissions "brut de décoffrage". Les faits sont sacrés mais le commentaire peut être très valorisant. Aussi est-ce avec raison que le mouvement sportif souhaite des éditoriaux, des débats de fond sur le sport au même titre que sur tout autre phénomène de la société moderne.

77Il faut aussi souligner que la profession de journaliste sportif a l'avantage d'être vraiment organisée. Et cela grâce à l'U.S.J.S.F. (Union Syndicale des Journalistes Sportifs Français) qui, à mes yeux, est moins un syndicat de défense corporatiste qu’un organisme responsable s'intéressant à tous les problèmes professionnels et déontologiques. Plusieurs de ses dirigeants d'hier et d'aujourd'hui m'inspirent estime et amitié et tout particulièrement son président d'honneur, Jacques Marchand, dont je voudrais citer ici ces réflexions : "Parce que la presse sportive, depuis son origine, est liée de près ou de loin à l'événement qu'elle commente, en faisant inévitablement sa promotion et parfois en l'organisant elle-même directement, le journaliste de sport, pour éviter d'être confondu avec un agent de publicité, doit veiller scrupuleusement à son indépendance".

78"Le milieu sportif, de même que les organisateurs de spectacles sportifs ont avantage à respecter et même à favoriser l’indépendance du journaliste, meilleure garantie de la sincérité de la compétition sportive".

79"Si le journaliste devenait complice de l'organisateur, la compétition elle-même serait suspectée et perdrait de sa crédibilité auprès du public".

80"Faut-il encore définir cette indépendance du journaliste pour pouvoir mieux la protéger ?" "L'indépendance n'est pas l'insolence, le droit de tout dire et de tout critiquer, mais d'être déliée de toute obligation vis-à-vis du sujet traité, ou de l'enquête menée et de pouvoir résister aux pressions et aux influences".

81"L'U.S.J.S.F. a donné au journaliste de sport cette recommandation :'Ni supporter, ni censeur'. Mais l'indépendance du journaliste dépend aussi de sa compétence".

82Le danger pour la vie du couple sport et télévision, c'est à l'évidence le risque de déséquilibre, c'est-à-dire les excès.

83Excès du droit d'exclusivité qui, sans la reconnaissance du droit à l'information est générateur d'abus qu'a permis d'éviter déjà à plusieurs reprises l'accord réalisé au C.S.A. le 22 janvier 1992.

84Excès dans la recherche de rentabilité, générant des concessions susceptibles de porter atteinte à la nature même du sport ; excès de tension inutile dans les conflits mineurs inévitables qui illustre la formule savoureuse : "le sport qui se plaint de la télévision est le même sport qui se jette dans ses bras". Il faut donc lutter contre les dévoiements, les initiatives contre nature du sport qui "en fait trop" pour s'adapter aux exigences de la télévision ; par exemple : modifier ses horaires, inventer de nouvelles règles, parfois même de nouvelles compétitions, envisager, comme certains l'avaient imaginé pour le football, de morceler les matches en quart-temps, au lieu de deux mi-temps, pour offrir de meilleurs supports à la publicité télévisée et en tirer des majorations de droit.

85Il faut donc rester vigilant. Car on doit préserver l'image et la nature du sport, le défendre contre les périls qui le guettent, tel ce sophisme selon lequel le reflet qu'il donne sur le petit écran est plus important que sa réalité sur le stade...

86Ces réserves et ces mises en garde ayant été recensées, gardons-nous de dramatiser.

87Reconnaissons même, comme Jacques Ferran l'a souligné dans le rapport, que, du point de vue du téléspectateur sportif, voire de la propagation et de la santé du sport, l'état actuel de libre connivence, n'est pas si malencontreux. "La concurrence effrénée des diffuseurs, confrontée à l'égoïsme des organisateurs, aboutit à un panorama du sport télévisé plutôt satisfaisant en ce qu'il correspond assez bien aux goûts et aux pratiques des Français. C'est sans doute que l'éventail présent du P.A.F., avec son mélange public-privé, clair-codé, hertzien-câblé, national-regional, favorise une diversification et une spécialisation qui conviennent assez précisément à l'éventail sportif." Ce qui importe, c'est aider le sport à demeurer du sport. Car un sport privé d'âme, un sport perverti par la seule quête du profit, un sport qui tricherait avec ses finalités perdrait sa crédibilité et sa valeur authentique, morale et même créative. Pour que le mariage — forcé hier, aujourd'hui de raison et demain d'inclination — triomphe de ses épreuves, le mieux ne serait-il pas d'exhorter le sport et la télévision à se comporter comme des partenaires qui se respectent et qui ont en commun un bien à protéger ?

DÉBAT

Ernest Gibert,

Professeur à l'Université de Rouen, Union Nationale des Clubs Universitaires.

88Merci Monsieur le Président pour cette intervention, dont le caractère brillant et complet, montre bien, qu'en effet, il ne s'agissait pas d'un cours.

89L'importance des propos que vous avez tenus n'a pas laissé nos amis, étrangers et français, sceptiques. Elle appelle sûrement de leur part un certain nombre d'interrogations.

90Vous avez bien voulu vous prêter au jeu des questions. La balle est dans le camp de la salle et, pour animer ce jeu, nul n'est mieux qualifié qu'un journaliste. C'est pourquoi je vais repasser le sifflet d'arbitre à Jacques Marchand.

Jacques Marchand

91Bien, Ernest Gibert ayant remercié notre conférencier, il vous reste maintenant à vous manifester. En effet, je crois que nous avons fait un tour d'horizon complet sur toutes les relations toujours délicates entre le sport et la télévision.

92Si j'ai bien compris votre propos, Monsieur Faure, et je me permets de vous féliciter au passage pour la qualité de votre analyse, il peut donc y avoir des Fédérations qui touchent des droits de télévision et des Fédérations qui doivent payer pour passer à la télévision ? Est-ce bien cela ?

Pierre Lambin

Si j'ai bien compris votre propos, Monsieur Faure, et je me permets de vous féliciter au passage pour la qualité de votre analyse, il peut donc y avoir des Fédérations qui touchent des droits de télévision et des Fédérations qui doivent payer pour passer à la télévision ? Est-ce bien cela ?

93Et je voudrais aussi poser une seconde question. Comment la télévision peut-elle évaluer le goût des téléspectateurs ? Comment la télévision sait-elle qu'il faut passer autant de temps sur le cyclisme, sur le football et pas sur d'autres sports, qui ne sont pratiquement jamais télévisés ?

Roland Faure

94D'abord, à l'évidence, des télévisions payent des droits d'exclusivité très élevés pour certains sports, comme c'est le cas pour le football. On l'a dit : c'est là que les recettes sont les plus importantes et ce phénomène s'accroît en quelque sorte avec la concurrence.

95La concurrence, qui est née de la fin du monopole du service public, est en partie responsable de ce processus. Et l'on peut situer justement cette accélération vertigineuse des droits d'exclusivité avec l'arrivée de Canal +, mais surtout de TF 1. Le droit de diffusion de la finale de la Coupe de France de Football, il y a dix ans, coûtait 250 000 F, et l'année dernière, ce droit a été de 6 000 000 F. Et il a fallu que pour un match de Coupe d'Europe, il y ait vraiment une demande tout à fait énorme, c'est-à-dire de l'ordre de 10 000 000 F pour que TF 1, ce jour-là, refuse finalement la surenchère et dise : non c'est trop !

96On est parti pour une concurrence infernale qui, bien entendu, pose en même temps problème. C'est que si l'on dépense plusieurs milliards pour la diffusion d'événements sportifs, les universitaires que vous êtes peuvent partager le souci de ceux qui sont chargés de la régulation ; à savoir que cet argent ne va plus à la création, ni à la culture.

97D'ailleurs, vous parlez du goût des téléspectateurs. Il est certain que le goût des téléspectateurs est aussi un peu fonction de ce qu'on leur propose. Mais la plupart des gens vous disent que, quand ils rentrent chez eux le soir, ils préfèrent avoir un film drôle que d'avoir une émission culturelle qui demande au moins quelques efforts de réflexion. Sans parler bien entendu des dérives que sont la violence et la pornographie pour lesquelles l'organe de régulation est là pour appliquer les sanctions. Ce qui évidemment génère les cris de ceux qui sont victimes de ces sanctions, mais qui ne sont pas prononcées comme telles.

98Je précise cela parce que récemment l'actualité a été nourrie d'un fait de ce genre : un jugement avec un Membre du Conseil d’Etat qui était là pour représenter le Ministère public, avec la chaîne qui comparaissait devant le C.S.A. accompagnée de ses avocats.

99A la suite de cela, les sanctions sont prononcées pour essayer de préserver le respect de la loi tout simplement, notamment le grand Carrefour du "Prime-Time", comme on dit en français, à 20 H 30. Ce goût, qui est pour le sport, est également pour le reste.

100On s'aperçoit aujourd'hui, que lorsque l'on peut conjuguer à la fois la grande écoute qui génère des tarifs de publicité très importants et des frais d'exclusivité ou de diffusion très faibles, c'est encore mieux.

101C'est ainsi que sont nés les "reality show" qui impliquent peu de droits, simplement le voyage de témoins que l'on fait venir de plus ou moins loin. C'est ainsi que l'on va vers une dérive parce que, bien entendu, la télévision coûte cher. Une télévision peut mourir comme un journal, nous l'avons vu récemment, et ceux qui ont pris en main la télévision privée, commerciale, qui ne vivent pas de la redevance mais des recettes, évidemment, sont amenés en chefs d'entreprise à gérer une chaîne de télévision un peu comme on gère d'autres entreprises. Je crois qu'il faut aussi — excusez-moi d'insister sur cette remarque — se rendre compte que c'est une responsabilité beaucoup plus lourde que dans le cas d'autres entreprises.

102Pour en venir au sport, il est certain qu'un grand match de football génère énormément d'audience et également des spots de publicité qui sont vendus beaucoup plus chers. Que finalement, la concurrence, dès l'instant qu'elle est nourrie par des recettes potentielles, existe et que, heureusement, il y a d'autres paramètres.

103(...)

104Actuellement, TF 1, qui a un budget de 6 milliards de francs, pourrait acquérir, finalement, tous les droits d'exclusivité. Quelque chose a remis les choses en place ; c'est la négociation des droits concernant le rugby, le Tournoi des Cinq Nations, les Internationaux de Tennis de Roland Garros et le Tour de France qui, jusqu'alors, étaient acquis par le service public. Ce dernier les a conservés parce qu'il a pu offrir, peut-être pas autant d'argent que TF 1, pour avoir ces droits, mais une exposition plus grande.

105Philippe Chatrier, qui est un grand dirigeant sportif, a le premier souligné que pour lui l'exposition sur les deux chaînes, successivement ou alternativement, des Internationaux de Roland Garros, avait finalement plus d'importance que la recette nette qu'il pourrait percevoir pour vendre ses droits d'exclusivité. C'est le cas aussi des organisateurs du Tour de France qui ont choisi de renouveler ce contrat avec le service public, A2 et FR3, et c'est également le cas du Tournoi des Cinq Nations pour le rugby.

106Les sports, comme l'escrime, les sports équestres, qui sont beaucoup moins traités, arrivent à un classement les situant très loin derrière les sports de grande audience et de grand spectacle.

107(...)

108Je voudrais dire deux choses à ce sujet. Il y a des sports qui, jusqu'alors, étaient considérés comme non médiatisables, c'est-à-dire qui étaient considérés comme très difficiles à montrer pendant de longues émissions. Et là, il y a incontestablement des avancées techniques très intéressantes. Si on prend pour exemple le tennis de table, on n'imagine pas de suivre cette petite balle qui va très vite. Or, il se trouve que l'on a vu aux Jeux Olympiques que ce sport était capable d'attirer une grande audience.

109Les Jeux olympiques d'hiver ont modifié, bouleversé même, beaucoup de données des responsables de programmation des chaînes parce qu'ils n'avaient pas imaginé que les émissions sportives des Jeux d'Hiver d'Albertville atteindraient ce niveau. Et cela a remis en cause certaines données.

110On peut espérer que des ingrédients comme la passion du public pour un champion, que la dramaturgie propre aux émissions sportives puissent attirer le public sur d'autres sports.

111Il y a également les chaînes câblées. Aujourd’hui, TV Sports et Eurosport, indiscutablement, sont des produits d'appel pour le câble qui en a bien besoin en France puisque l'on a une politique bien mauvaise, actuellement, pour le câble alors que les Allemands ont parfaitement réussi dans cette politique. Indiscutablement, nous le voyons à chaque fois qu'il y a des autorisations demandées pour des changements de programme pour les programmes câblés. Eurosport est un produit d'appel exceptionnel et là, TV Sport et Eurosport vont faire un effort, sur l'impulsion de Canal + également. Donc on pourra plus facilement que des chaînes "hertziennes", qui par définition sont plutôt orientées vers le grand public surtout à certaines heures, apporter cette diversification pour laquelle d'ailleurs la commission Sport et Télévision se bat, bien entendu avec l'appui de la plupart des Fédérations du Comité National Olympique du Sport Français.

Argine Loyau

112J'aurais voulu savoir si, dans les autres pays de l'Europe, il existe une institution comme le C.S.A. — de protection — et, si jamais un jour on arrivait à une harmonisation, risquerait-on perdre ces avantages ? Comment cela va-t-il se passer ?.

Roland Faure

113Je crois, qu’actuellement, il y a des organes de régulation qui existent aux Etats-Unis (la F.C.C. est un grand pouvoir), au Canada, en Belgique, et certains commencent à se créer également ailleurs (Pays de l'Est, Afrique), parce que je crois que c'est maintenant une orientation irréversible d'essayer de déconnecter le pouvoir politique du pouvoir médiatique.

114D'ailleurs, bien peu savent exactement ce qui s'y passe, comment on y travaille. On ne voit que l'écume, les décisions ou les conflits. C'est bien normal que, dans un organe indépendant, ceux qui ont été nommés par différentes instances, qui sont non renouvelables et inamovibles, puissent défendre des points de vue et notamment l'indépendance de cet organe face à toutes les pressions extérieures comme cela a été le cas au moment de l'attribution de la Cinq.

115Je crois que la mise en place des organes de régulation est irréversible. (...) Il y a quand même 210 personnes qui constituent le service juridique, le service radio, le service technique et tout ce qui forme un organe de régulation, d'observation des programmes.

116Tout cela est assez difficile à faire fonctionner. Evidemment, lorsque l'on veut comparer le Conseil Audio-visuel au Conseil Constitutionnel, l'un et l'autre ayant les mêmes origines de nomination, il y a une chose qui les différencie totalement : c'est la matière première qui est offerte à leurs spéculations, à leurs réflexions, à leurs décisions. D'un côté, ce sont les textes de loi, cela intéresse les juristes et de temps en temps quelques journalistes, alors que les activités de la télévision sont constamment sous observation et que, dès qu'on critique un programme, les abus d'insertion de publicité, il est évident que les "lobbies" jouent leur rôle.

117Il faut savoir qu'il y a déjà eu trois organes de régulation, et il y en aura peut-être un quatrième dans quelques mois. Ça ne fait que ridiculiser le pouvoir politique, et démontrer l'incompétence — souvent — de ceux qui sont chargés de traiter des problèmes au niveau politique. Je ne dis pas que les gens du C.S.A. sont des gens extraordinaires ; ceux qui sont à ce poste d'observation, qui ont des dossiers, qui auditionnent tous les participants font leur travail du mieux possible. Et nous, dans le domaine du sport, on a auditionné tout ce qui compte dans le sport et dans la télévision avant de rédiger un rapport pour ensuite se retrouver autour d'une table pour des débats, qui sont parfois très vifs mais qui, parfois aussi, aboutissent sans sanctions et sans contraintes.

118Je crois qu'aujourd'hui, il faut dire qu’il y a une grande évolution dans l'esprit des journalistes, dans leur indépendance, dans la façon de fonctionner des rédactions du service public...

Alan Rustage,

Director of Physical Recreation,

University of Essex, Royaume-Uni.

119Je souhaiterais insister sur un aspect de la programmation sportive. Au Royaume-Uni, la couverture télévisuelle des sports de femmes laisse à désirer. En tant qu'homme, j'apprécie la couverture des sports d'hommes, mais c'est peut-être un peu chauvin de ma part. Nous recevons des revendications de femmes, notamment des sportives, concernant ce manque de couverture, ce manque d'égalité entre les sexes. Avez-vous les mêmes problèmes en France, et si oui, quelle est votre réponse ?

Roland Faure

120Tout d'abord, je dois dire que sur neuf membres qui le composent, le C.S.A. compte quatre femmes ; ceci est, je crois, de bonne proportion, pour être très attentif à tout ce qui participe de l'intérêt d'égalité du public féminin.

121En fait, nous avons constaté au cours de nos séances d'écoute et des observations de programme qu'en effet, comme je l'ai dit tout à l'heure, le public masculin était indiscutablement favorisé. On voit d'ailleurs, pendant les grands événements sportifs qui prennent beaucoup de place à la télévision, que ce soit les Jeux olympiques, le Mundial, les grandes épreuves de football, souvent des dessins, des caricatures ou des articles qui disent : "mais pendant ce temps, que vont faire les épouses, les femmes, les filles ?" D'autre part, on a vu arriver — c'est tout de même assez récent — des journalistes sportifs femmes qui — de même que dans la Guerre du Golf, où elles étaient de remarquables reporters — font la même chose dans le domaine du sport. Je crois que c'est une avancée ; ce n'est pas encore une majorité mais je crois que de ce côté-là, il y a aussi une avancée ; mais il faut bien reconnaître que, aussi bien les télévisions commerciales — qui ont besoin pour vivre de recettes publicitaires — que les télévisions de service public ont comme critère l'audimat, c'est-à-dire la mesure d'audience. Il ne faut donc pas s'attendre à des révolutions... Je crois qu'il y a une avancée vers le public féminin du côté des programmateurs et il y a aussi, je crois, des goûts qui se diversifient venant du public féminin. (...) Mais nous n'avons pas eu vraiment à nous préoccuper particulièrement de ce problème, si ce n'est au cours des constats que nous avons faits dans notre commission.

Alain Braun,

Université de Paris 1 (Corbeil-Essonnes).

122Une petite question, s'il vous plaît, pour revenir au sport universitaire. Il y a eu récemment la Coupe du Monde de Rugby universitaire, au début de l'été, que la France a remportée. Il ne me semble pas que la Finale ait été retransmise à la télévision. Or, cet événement rassemblait quand même un certain nombre d'ingrédients que n'a pas habituellement le sport universitaire pour prétendre être susceptible de passer à l'écran. Parmi ces ingrédients, il y a d'abord la saison parce que souvent, dans les périodes estivales, la télévision profite un peu du creux pour passer des sports habituellement un peu moins vus, etc. Le deuxième ingrédient était l'aspect compétition internationale, permettant l'expression des identités, ou même un certain esprit chauvin — je n'émets pas de jugement de valeur — qui est un élément pouvant être utilisé. Le troisième élément était l'appartenance d'un certain nombre de compétiteurs au plus haut niveau national, puisqu'il y avait par exemple plusieurs sélectionnés universitaires ayant joué en Equipe de France A. Cependant, la télévision n'a manifesté aucun intérêt pour ce match. On traite actuellement des rapports entre le Sport, l'Université et les Médias. Voilà un contre-exemple de collaboration intelligente. Des centaines de jeunes étudiants jouent dans les championnats scolaires et universitaires ! Peut-on identifier les raisons qui ont entraîné cette non retransmission ?

Roland Faure

123C'est le domaine de la programmation ; elle appartient aux responsables des chaînes et nous n’avons pas à y intervenir. Mais on ne comprend pas pourquoi, parfois, certaines épreuves ne sont pas diffusées. Quand on pense que le record du Monde du relais 4 x 100 mètres français n'a pas été diffusé en direct et a été rattrapé — si vous me pardonnez l'expression — plusieurs heures après, c'était aussi un exemple probant des erreurs et des carences dans ce domaine, comme dans d'autres d'ailleurs. On peut le regretter, mais c'est vrai que je considère, comme vous, avec l'exemple que vous donnez, qu'il y a là un esprit, même parfois d'ailleurs un spectacle sportif, qui mériterait d'être d'avantage pris en compte. Et votre exemple est pertinent.

124Le rugby, c'est le Tournoi des Cinq Nations, c'est de temps en temps la Finale, la demi-finale et les quarts de finale qui sont retransmis par FR3 ; c'est aussi, heureusement, la possibilité pour des chaînes locales de faire place à un sport comme celui-là.

125Je crois que tout cela fait partie de ce que l'on vient de dire, c'est-à-dire d'une évolution progressive. Il y a aussi l'apprentissage par le milieu sportif de la communication. Nous avons constaté que souvent des fédérations, des dirigeants, qui sont vraiment d'un dévouement exemplaire, très compétents sur le plan du sport, ne soupçonnent pas ce qu'il faut faire pour avoir la télévision, les médias. Et c'est lorsqu'il y a de grandes compétitions qui ne peuvent pas être organisées sans le concours de la télévision, qu'ils viennent donc nous voir car ils se rendront compte que pour certaines épreuves de grande qualité, il faut véritablement se battre pour avoir la participation des médias et pas seulement de la télévision.

Jacques Marchand

126Je peux tout à fait confirmer ce point de vue. Il faut négocier, il faut aller voir les gens, il faut aller voir les chaînes, il faut essayer de savoir, il faut essayer de convaincre. Si vous pouvez apporter des supports publicitaires, ce n'en est que mieux.

127J'étais tout à l'heure assez surpris de la question du Président Lambin. Je doute fort qu'il ignore que des fédérations, effectivement, doivent payer. C'est vrai ; mais il faut quand même aller jusqu'au bout des choses. C'est important. En particulier, cela a été le système de FR3, avant la fusion, qui demandait très souvent ce que l'on appelle la couverture des frais techniques. "Vous voulez retransmettre tel ou tel événement, telle ou telle manifestation, mais vous devrez payer les frais techniques". Ce qui revient à dire, avec Nelson Paillou, que c'étaient les riches qui touchaient de l'argent et que c'étaient les plus pauvres qui devaient payer. Mais c'est un système qui a été malheureusement admis. Alors, il faut aller jusqu'au bout du raisonnement. Si vous prenez par exemple une fédération comme la fédération de tir à l'arc qui a réalisé une grande manifestation à Bercy et qui avait besoin de la télévision. En vertu du système expliqué tout à l'heure par Roland Faure, qui est le fameux triangle où, inévitablement, il vous faut, pour avoir des sponsors, la télévision. Qu'a fait la fédération de tir à l'arc ? Elle a payé la télévision pour avoir la télévision car, à partir du moment où elle avait la télévision, elle était certaine d'avoir immédiatement des sponsors, des soutiens. Si bien que dans sa manifestation — je prends cet exemple mais c'est vrai pour beaucoup d'autres — à partir du moment où elle avait obtenu l'appui de la télévision, elle était très largement remboursée de ce qu’elle payait et peut-être bénéficitaire à la sortie. C'est-à-dire qu'il faut aller jusqu'au bout du système, il faut expliquer jusqu'au bout que, quelquefois, il vaut mieux faire l'effort, il vaut mieux investir soi-même si le fait d'investir vous permet d'avoir dans un second temps des supports indispensables.

128Tout cela est une technique qu'il faut maintenant connaître. C'est vrai qu'il y a une formation à la communication car, actuellement, une fédération qui n'a pas ce don, qui n'a pas ce pouvoir de négocier avec les chaînes de télévision, a beaucoup de chances d’être ignorée. C'est malheureusement comme cela. C'est un constat, mais il faut le savoir.

Roland Faure

129D'ailleurs, on se rend compte aujourd'hui de cette avancée vers la communication. J'étais récemment à Radio France où on recevait une trentaine de futurs attachés de Presse qui étaient formés pour les fédérations, pour le sport. Maintenant il y a des professionnels de la communication qui viennent renforcer les équipes qui dirigent les fédérations. Je crois que tout cela est normal ; les entreprises le font, les partis politiques également, et je crois que le sport a besoin des professionnels pour s'occuper de la communication, et éventuellement d'une communication qui va jusqu'au sponsoring, au parrainage.

130D'ailleurs, dans cet ordre d'idée, dans le code de bonne conduite sur le droit à l'information, on a distingué entre les journaux, où la diffusion d'une minute et trente secondes était gratuite, et les magazines sponsorisés qui devaient payer un prix raisonnable — m'a-t-on dit — parce que, évidemment, celui qui a acquis en payant très cher les droits d'exclusivité a senti qu'il fallait faire un effort pour faire circuler les images, gratuitement pour des journaux ou pour des magazines. (...)

Thierry Lardinoit

131Je voudrais savoir, selon vous, Monsieur Faure, comment va évoluer le couple, entre guillemets, à trois : "Sport, média et sponsors". Allons-nous vers un système à l'américaine où les sponsors ont déserté les terrains de sport pour déverser leur argent dans les réseaux ? Et évidemment les réseaux rétribuent à leur tour les fédérations et les événements sportifs. Quel est votre point de vue ?

Roland Faure

132Je crois que tout cela, actuellement, évolue. Il y a autre chose à ajouter, sans esprit critique, simplement en observateur. C'est qu'actuellement, vous avez une grande chaîne de télévision en France qui est à la tête d'un grand club de football, qui est même leader de championnat, qui vient de prendre une grande équipe de basket-ball, de volley-ball et de handball. Donc, on peut dire que, sans cet apport d'une chaîne de télévision en tant que telle, le sport à Paris ne serait pas ou n'aurait pas été ce qu'il est en train de devenir. Cela fait des années que Paris cherche une grande équipe de football, c'est peut-être grâce à cela que la Capitale va y parvenir. Donc, tous les schémas sont possibles (...).

133Mais petit à petit, il y a comme dans la Presse, les intermédiaires, les agences de publicité, les agences conseil. Il y a une loi en France qui est en train de traquer les abus dans ce domaine. Ce que Monsieur Tapie a fait à Marseille, c’est un peu cela. On va peut-être éliminer les intermédiaires, de même qu'il y en a entre les joueurs et les clubs et que certains abus ont été dénoncés. Tout ce qui est excessif ne peut pas durer.

134Ceux qui, aujourd'hui, sont des intermédiaires deviendront des patrons de régie dans certains clubs, certaines fédérations, mais l'essentiel est que les droits d'exclusivité vont continuer — ils auront aussi leurs limites — on a vu d'ailleurs qu'il n'y avait pas seulement les sommes proposées pour payer les diffusions de matches et de manifestations sportives, et qu'il y avait aussi des expositions (...). On peut se rendre compte également, par exemple puisqu'on a parlé de Canal +, que c'est une chaîne qui a apporté beaucoup à la technique sportive. Indiscutablement, on diffuse les grands matches de football, on n'est pas bousculé, c'est intéressant aussi de constater que sur des chaînes cryptées, on a le temps et on peut disséquer l'événement sportif et y apporter des éléments techniques, soit de mesure de temps, de shoot, de tirs, de buts, etc. Et la télévision n'a pas fini de se développer sur ce plan-là et, d'ailleurs, la haute définition va servir le sport. Le sport va encore connaître des améliorations dans la diffusion, et je pense aussi que cela favorisera la diversification pour laquelle, maintenant, beaucoup de fédérations ont décidé de se battre. L'année dernière, nous avons participé à un Symposium à Monaco ; on a mis en présence les hommes du sport, du mouvement sportif, et les diffuseurs, les opérateurs. Ces derniers ont apporté au Sportel de Monaco des images d'escrime, de tennis de table, de lutte, etc., qui ont prouvé que si on faisait de la recherche, si on avait quelques moyens, on pouvait rendre ces sports médiatiques.

Jacques Marchand

135C'est l'escrime qui a eu le prix d'ailleurs. Le film de Michel Drhey sur l'escrime a été extrêmement photogénique, en ralenti sans doute, mais comme par hasard, c'est l'escrime qui a devancé les autres sports. Comme quoi l'escrime peut devenir un élément novateur dès lors qu'il est bien filmé et bien pris. Ce sport peut faire un spectacle en soi, ce qui est assez inattendu.

Christian Denis

136Je voudrais poser une question sur le statut du journaliste. Vous avez insisté à juste titre sur son indépendance et vous avez aussi évoqué le changement de son statut, c'est-à-dire qu'il devient un négociateur, un manager. Mais qu'en est-il du journaliste, lorsqu'il devient Président d'un club ? On peut prendre l'exemple de Michel Denisot. A-t-il encore droit à sa carte de journaliste sportif ? Qu'en pensez-vous en tant que C.S.A ?

Roland Faure

137Je ne vais pas faire de problème de personne, mais je crois que Jacques Marchand disait que Denisot était maintenant producteur. Je ne sais pas, donc, s'il a toujours sa carte de journaliste.

Jacques Marchand

138S'il est producteur, il ne peut plus avoir sa carte de journaliste.

Roland Faure

139Ce que j’ai voulu dire, c'est que certains journalistes, c'est-à-dire un directeur des services sportifs d'une chaîne de télévision, lui, doit être gestionnaire, manager. D'ailleurs, c'est ce qui s'est passé avec le service public où le Président commun des deux chaînes de service public est venu chercher d'ailleurs, à Lille, un Directeur des services sportifs pour les deux chaînes. Celui-ci avait été dans la presse écrite, avait organisé, parrainé des épreuves sportives, notamment cyclistes, lorsqu’il était à l'état-major de la Voix du Nord. Je crois que c'est normal. Il faut pouvoir nouer et en plus entretenir des relations à un haut niveau avec les gens des fédérations françaises et internationales, parce que la bataille est terrible pour avoir la possibilité de couvrir certains événements.

Jacques Marchand

140En ce qui concerne le journaliste qui fait son commentaire, son reportage, je crois que les règles ont été très bien définies, et Jacques Marchand peut en dire plus que ce que je n'en ai dit à ce sujet. Je me suis permis d'ailleurs de le citer, et très largement. Le journaliste qui fait son métier doit être compétent et il doit être indépendant. Je crois que les deux vont ensemble.

141En ce qui concerne Michel Denisot, je peux vous apporter une précision. Il s’est absolument engagé à ne jamais commenter un match de l’équipe du Paris-St-Germain. Vous allez me dire que, dans ce cas précis, c’est sa chaîne qui commente, bien sûr. Mais je suis assez rassuré sur l’indépendance du commentaire, pour une raison un peu personnelle ; je connais Charles Bietry qui a été un de mes élèves à l’école de journalisme, et je sais que s’il pousse indiscutablement sa chaîne dans toutes les opérations entreprises — et Dieu sait si elles sont nombreuses en ce moment, y compris le projet de racheter le Parc des Princes — sur le plan de la presse, sur le plan journalistique, je lui fais grande confiance. Lorsqu'il fait un commentaire, il le fait vraiment en journaliste. Je crois qu'il y a des précautions à prendre. Ce n'est pas un problème nouveau. J'ai été quand même pendant vingt-deux ans à l'Equipe et j'ai connu bien des difficultés, bien des cas de conscience. Il fallait éviter, lorsque nous faisions le Tour de France, que les rédacteurs de l'équipe soient trop impliqués dans l'organisation du Tour de France. Nous y avons toujours veillé. On trouvait auprès de Jacques Goddet un homme qui savait dresser la barrière. Lui-même, d'ailleurs, passait de la fonction de directeur du Tour de France à celle de journaliste quand il venait travailler avec nous dans la salle de rédaction que nous avions tous les soirs. A partir de ce moment-là, il devenait journaliste et il aurait pu aller jusqu'à critiquer le directeur du Tour qu'il était une heure avant. En tous les cas, il n'hésitait pas, comme journaliste, à porter des critiques sur le Tour lui-même et sur son organisation. Alors, nous avons tous été un peu éduqués dans cet esprit d'indépendance, y compris lorsque votre propre titre organise l'événement. J'espère que nos camarades de la télévision travaillent et travailleront dans le même esprit. Je le souhaite en tous cas.

Roland Faure

142Je voudrais ajouter une notion qui est très proche de celle de l'indépendance ; ce sont les moyens financiers dont on dispose. Il faut beaucoup d'argent pour faire un journal, pour faire une radio, et pour faire une télévision, c'est énorme. Mais il y a des sociétés qui arrivent en fin d'année dans une situation inconfortable si elles ont épuisé leur budget de reportage. Et, pour envoyer un journaliste, elles sont obligées de négocier un billet d'avion, des nuits d'hôtel auprès d'organisateurs pour pouvoir rendre compte d'un événement. On ne peut pas se faire offrir un séjour quelque part et ensuite profiter du micro ou de l'image pour critiquer celui qui vous a invité. Je crois qu'il faut en finir avec ces méthodes et qu'il est très important que les médias puissent d'abord payer les journalistes normalement. Je crois que l'indépendance passe aussi par l'indépendance financière qui est le fait d'une gestion correcte et de moyens conséquents qui sont très importants dans la vie médiatique.

143Puisque c'était la dernière question, je voudrais saisir cette occasion pour vous remercier, d'abord de l'attention que vous avez prêtée à ce qui a été dit, et puis à votre participation ; c'est toujours quelque chose de très stimulant, de très important et de très utile d'avoir un dialogue et de pouvoir s'adresser, écouter aussi, dans le cadre d'une Université comme celle-ci. Le monde universitaire est très proche de nous par certains soucis concernant l'éthique, concernant la réflexion et notamment, en ce qui concerne le sport.

Ernest Gibert

144Monsieur le Président, vous remercier une nouvelle fois à notre tour serait douter de la raison d'être de notre premier remerciement au terme de votre exposé magistral. Je vous dirai seulement, au nom de tous ceux qui sont ici, le plaisir que nous avons eu à vous entendre. Nous avons été touchés en particulier par vos dernières paroles. Il y a en effet, sur un certain nombre de sujets — les derniers jours l'ont montré — des convergences d'idées, des opportunités d'action entre le monde des journalistes et le monde des universitaires et du sport ; faisons en sorte de les aborder, de conduire une analyse, une réflexion pour définir des orientations d'action. Voilà pourquoi, Monsieur le Président, chaque fois que vous voudrez bien revenir, vous serez chez vous à l’Université Sportive d'Eté.

Auteurs

Président de la Commission Sport et Télévision du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540