Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Troisième partie. Perspectives d'avenir

Thème 2 : Les collectives locales, les clubs, le mouvement sportif, le secteur économique

Robert Denel, Pierre Lambin, Alan Firth, Christian Denis, Pierre Hartman, Pierre Collomb, Walfried König, Gérard Caudron, Alain Braun, Jacques Bertrand, Bernard Astoul, Claude Labrousse, Alan Rustage, Jean-Michel Martin, Christian Denis, Lucien Batigne et Claude Labrousse

Texte intégral

1Table ronde animée par

Robert Denel

Secrétaire Général de l'Union Nationale des Clubs Universitaires.

2Bien, nous allons ouvrir la séance. Je vous rappelle l'intitulé du thème. Nous devons traiter de l'ouverture de l'Université, de son rôle dans la société sportive, en rapport avec les collectivités. Quelques questions peuvent être proposées pour mieux comprendre l'importance de ce thème. Qu'est-ce qui existe au niveau européen en matière d'ouverture de l'Université sur l'extérieur ? Quelles sont les relations de l’Université avec l'environnement proche, et la cité en particulier ? Quels sont les liens ou les rapports entretenus avec les Collectivités locales ? Qu'attend — ou que peut attendre — le mouvement sportif de l'Université ? Quel partenariat peut s'instaurer avec les entreprises ? Voilà des questions, parmi d’autres, qui vont jalonner nos échanges. Je donne tout de suite la parole à Pierre Lambin.

Pierre Lambin,

Président du Comité Régional Olympique et Sportif, Président du Conseil National des Comités Régionaux Olympiques et Sportifs.

3J'ai préparé une petite intervention qui permettra de lancer le débat. Cela concerne le mouvement sportif et l'Université en Europe.

4L'Europe avec ses 320 millions d'habitants, plus que les Etats-Unis avec 250 millions d'Américains, et plus que l'ancien empire soviétique avec 280 millions seulement, constitue, c'est vrai, un géant incontestable sur le plan économique. Or, si l’on en croit tous les courageux qui ont pris connaissance de tous les articles du traité de Maastricht, le mot sport n'y figurerait pas. Jusqu'ici, seul le Conseil de l'Europe s'est intéressé au sport, à ses aspects économiques et au règlement concernant les joueurs.

5On peut s'interroger sur le rôle du mouvement sportif européen. Est-il l'un des mauvais élèves de l'Europe, incapable de faire reconnaître et connaître les valeurs importantes inscrites dans son patrimoine ? Il y a bien sûr l'A.C.N.O Europe, mais le mouvement sportif n'est-il pas pénalisé au départ parce que les fédérations internationales sont découpées en continents et que l'Europe occidentale n'est pas la C.E.E ? L'U.E.F.A. comprend environ cinquante pays. Si le mouvement sportif européen est incapable de s'organiser, on peut alors craindre que la C.E.E. dictera ses vues.

6Le sport en Europe concerne environ 70 millions d'élèves et d'étudiants. Un jeune sur trois parvient à accéder aux formations supérieures, un sur deux obtient le niveau C.A.P., B.E.P. ou Bac. Et un jeune sur cinq constitue le noyau dur de l'échec, il ne faut pas l'oublier, soit plus de 10 millions d'exclus au sortir des systèmes éducatifs européens.

7Le sport devra aussi jouer son rôle d'insertion sociale en sachant que les structures et les prérogatives des provinces et des régions sont très diverses. Il peut se poser également une question importante : est-ce que chaque pays deviendra une province de l'Europe et par conséquent chaque région un département ? Quels seront alors les structures du département sportif de demain à tous les niveaux ?

8L'Université sera de plus en plus confrontée à la mobilité et à l'accueil des étrangers. Erasmus est un programme anticipateur de ce type d'échanges intensifs ou étalés. L'Université ne devra pas être en vase clos. L'étudiant devra aussi pratiquer une autoculture et le sport en est un moyen authentique. Le but est donc de développer une vie associative authentique.

9L'Université doit être complémentaire de l'E.P.S. des collèges et des lycées mais aussi du sport des clubs civils. Elle a un rôle culturel à jouer, de conseil auprès de ses étudiants ; et par ses possibilités dans le domaine de la recherche, elle doit également faire passer des messages dans le mouvement sportif, et donc être utile à la société globale.

10Le sport universitaire et le sport civil doivent poursuivre les mêmes buts. Or le mouvement sportif n'attend-il pas beaucoup de l'Université ? Et à l'inverse comment celle-ci considère-t-elle le sport civil ou le sport fédéral de compétition ? Si les équipements sportifs et l'encadrement le permettent, le sport à l'Université doit se concevoir au niveau des pratiques ludiques et hygiéniques et bien sûr de la pratique compétitive jusqu'au plus haut niveau. Mais alors au service de qui ? Une meilleure connaissance réciproque est nécessaire, à l'échelle de la Communauté Européenne. Cette Université d'Eté spécifique en est un moyen. Merci de votre attention.

Robert Denel

11Pour que soit présentée une pluralité de points de vue, je vais me tourner vers les autres participants de la table ronde (...).

12Je vais demander dans ce cas à monsieur Alan Firth de nous dire quelles sont les relations entre l'Université et la communauté ? Et de nous dire qu'est-ce que la communauté peut faire pour l'Université dans le domaine du sport ? Et, à l'inverse, qu'est-ce que vous attendez de l'Université pour donner à la communauté la vie que vous voulez lui insuffler ?

Alan Firth,

Attaché au Cabinet du Président de la Communauté Urbaine de Lille, Pierre Mauroy.

13Je n'ai pas préparé d'intervention formelle. Ce que je voudrais essayer de vous faire comprendre n'est pas toujours très facile à expliquer parce que beaucoup de Français ne savent pas ce qu'est une Communauté Urbaine.

14La Communauté Urbaine n'est pas à proprement parler une collectivité territoriale. Elle a été créée par une loi en 1966, et cela constituait un établissement public (...). Ces Communautés Urbaines, qui constituent un territoire bien défini, ont été décidées par le gouvernement à l'époque pour constituer ce qu'on appelle des métropoles d'équilibre : vitaliser, dynamiser des provinces qui avaient l'air de s'endormir par rapport au rôle de l'ensemble parisien qui devenait à l'époque de plus en plus important. Il y a neuf communautés urbaines en France. La loi en a créé quatre obligatoires, celles de Lille, Lyon, Bordeaux et Strasbourg. Et elle a donné la possibilité à des agglomérations qui le souhaitaient de se constituer en communauté urbaine, c'est ce qu'on appelait à l'époque des communautés urbaines volontaires (Dunkerque, Brest, Cherbourg, Le Mans et Le Creusot). Ces métropoles se sont constituées quelquefois bon gré, mal gré. Il y a eu parfois des débats politiques très importants pour savoir quelle était l’utilité de ce genre de constitution. Et puis, il y a eu aussi beaucoup de villes qui se sont dit "on va perdre nos pouvoirs." Vous savez qu'en France, on est très attaché à nos clochers. Nous avons en France plus de villes, plus de communes que dans tout le reste de la C.E.E. Chaque maire de chaque village est très attaché à ses compétences.

15La Communauté Urbaine s'est constituée, et petit à petit, d'établissement public elle est devenue collectivité territoriale. D'abord parce qu'elle a un territoire, et la communauté de Lille, avec celle de Lyon peut-être, est la plus importante de France. Elle a une population, elle a des compétences variées, elle a un budget très important. Les compétences ont été prises aux communes, comme par exemple la voirie, la construction des routes, les transports, etc. Mais surtout les plans d'occupation des sols. C'est-à-dire qu'elle a le pouvoir d'équipement (usines d'incinération, stations d'épuration des eaux). Elle a aussi la faculté d'aménager le territoire avec le plan d'occupation des sols. Petit à petit, d'un simple établissement public, une espèce d'entreprise de construction, elle est devenue une collectivité territoriale avec une véritable conscience politique. Au départ, les maires étaient surtout attachés à ce que la communauté urbaine construise son petit morceau de trottoir ou aménage sa place de l'église. C'était véritablement un espèce de lobby. D'autant que la Communauté Urbaine de Lille — maintenant on peut parler de métropole — intègre 86 communes. Evidemment il y a des grandes villes comme Lille, Roubaix, Tourcoing, Marcq-en-Baroeul, Villeneuve d'Ascq, et aussi des toutes petites communes. La difficulté, ce n'est pas tellement de répartir le gâteau parce que nous avons un budget propre : quand les gens paient leurs impôts locaux, ils paient pour la région, pour le département, pour la commune et pour la Communauté Urbaine. Le budget de la communauté est le plus important, provenant des taxes locales, et le budget de la Communauté Urbaine de Lille est le plus important en France qu'une collectivité locale peut prélever. C'est dire l'importance de notre budget qui est de 5 milliards de francs pour cette année, tous budgets confondus. S'il n'y avait pas eu cette espèce de structure juridique au départ, il n'y aurait pas cette force, cette cohésion qui existe maintenant dans la métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing.

16Alors avec cette évolution, puisque la communauté urbaine a maintenant vingt cinq ans, il y a eu une maturation dans les esprits, il y a eu une prise de conscience collective de tous les élus. Le but étant de faire de la Communauté Urbaine une des cinq grandes métropoles européennes en France capable de faire face aux autres métropoles qui existent en Europe, parce que nous sommes très bien situés, nous sommes véritablement un carrefour. La loi nous a strictement dévolu des compétences et elle ne nous a pas donné de compétences dans le domaine du sport et de la culture. Ceci étant, il y a deux choses qui sont rattachées au sport et à la culture. D'abord il y a eu un phénomène nouveau. L'Université de Lille était en train de mourir, il y a trente ans. En fait il s'agissait de petites Universités qui vivotaient dans leur coin et un grand recteur a décidé de dynamiser cette Université ; c'était le recteur Debert. Il a décidé de désenclaver les Universités qui étaient en train de s'étioler dans les villes pour les mettre dans un espace afin qu'elles se développent et s'épanouissent. De là est naît Villeneuve d'Ascq, ville nouvelle puisqu'elle n'existait pas, car c'était à ce moment-là trois villages : Ascq, Fiers et Annapes. Je pense que vous êtes allés hier au musée d'art moderne. Ce musée est doté d'un équipement qui doit être mis à l'actif de la Communauté Urbaine de Lille. Dans cette ville nouvelle, l'Etat, qui était la seule autorité capable de construire à l'époque, car il n'y avait pas d'autorités locales, l'Etat a construit un stade olympique qui est le Stadium Nord dont on parle de plus en plus maintenant. Ce Stadium Nord est revenu à la Communauté Urbaine de Lille parce que personne ne savait le gérer. Donc, indirectement nous avons une compétence dans le domaine du sport et de la culture avec ce stade et avec le musée d'art moderne qui s'est crée parce que nous avons reçu une formidable collection de tableaux modernes et contemporains, et que nous étions la seule collectivité capable de construire et de gérer un musée.

17Au delà de ce problème strictement sportif et culturel, on s'est dit qu'il fallait dynamiser cette métropole. Nous avons pensé qu'une métropole ne pouvait pas se développer si nous ne dépassions pas ces compétences strictes et, de plus en plus, en partenariat avec d'autres collectivités locales, l'Etat et aussi les activités socio-économiques, nous travaillons pour développer des grands équipements (aéroport, palais des congrès et Universités). Il n'y a pas de grande métropole, s’il n'y a pas de grands développements au niveau structurel et scientifique. Nous avons maintenant un pôle universitaire important parce que le projet de la ville nouvelle, de la cité scientifique et de l'implantation des Universités à Villeneuve d'Ascq, est un succès incontestable. Il y a encore des problèmes, des retards, mais nous travaillons main dans la main. Par ailleurs, il y a un projet que vous connaissez, qui est "Université 2000". Et nous avons décidé d'y participer de façon très importante, pour un montant de 200 millions de francs. Bien sûr, nous ne voulons pas nous immiscer dans la maîtrise d'œuvre de cette opération. Si les présidents d'Université, les autorités académiques, estiment que l'argent doit être réparti dans le domaine des logements d'étudiants, dans le domaine du sport, des amphis, etc., on sait que ce que l'on donne va servir le sport universitaire, le sport de haut niveau. Nous donnons tous les ans d'importants moyens aux clubs qui sont installés dans la métropole, pour leur permettre de se développer parce que, quand on a des sportifs qui portent haut les couleurs de leur pays, ils portent également haut les couleurs de la métropole. Et nous avons là aussi un retard important à combler...

Robert Denel

18Nous avons eu le point de vue de nos partenaires du monde sportif, nous avons entendu à l'instant un partenaire des collectivités territoriales. Nous attendons toujours M. Caudron, maire de Villeneuve d'Ascq, et j'aurais voulu savoir si M. Christian Denis est en mesure de nous donner des renseignements concernant nos partenaires du secteur économique (...). Quand nous aurons fait le tour de ces personnes, il faudra envisager des propositions. Il nous restera à peu près une demi heure pour essayer de faire des propositions en partant des informations disponibles. Quelles propositions faites-vous pour que, dans chacun des secteurs, nous œuvrions mieux dans le domaine du sport ? Mais auparavant, la parole est à Monsieur Christian Denis.

Christian Denis,

Président Directeur Général de Christian Denis Conseil Groupe Courtaud.

19On constate que dans une région, l'Université est quelque chose de vital, et toutes les régions qui n'ont pas d'Universités en réclament à corps et à cris, parce que chacun sait que c'est un moyen de conserver sa jeunesse, et deuxièmement que c'est un moyen d'implanter des entreprises qui recueilleront les fruits de cette jeunesse mieux formée et qualifiée. Il y a objectivement, dans les régions, intérêt à avoir une Université, et cela engendre la création d'entreprises nouvelles.

20Donc Université et entreprises sont alliées dans la régénération d'une région. Je pense tout particulièrement au Nord, où l'Université a été très longtemps oubliée, et où l'on s'est cantonné dans le domaine économique à de la monoculture du type textile, associée au travail de la mine. Et c'est tout récemment que l'on est sorti de ce schéma pour se tourner vers des Universités de proximité dans les villes du Nord. Alors, très curieusement, les entreprises s'implantent près des Universités, et le paradoxe c'est que l'entreprise ne fait pas totalement confiance à l'Université pour former ses cadres. Il y a une méfiance entre les entreprises et le monde de l'Université. C'est sur l'alliance objective qu'il faut jouer. Si l'entreprise se fait mieux connaître de l'Université, et inversement si l'Université est mieux connue par les entreprises, ce sont deux mondes qui arriveront mieux à se parler. A partir du moment où ces deux mondes réussiront à se comprendre, il est clair que l'Université deviendra le porte-drapeau de la région.

21A partir du moment où les Universités sont à la tête de l'image de la région, alors les entreprises savent aider l'Université à avoir encore une meilleure image de marque. Et c'est dans le cadre de cette notoriété que le sport a sa place. A Strasbourg, une Université comme l'U.L.P. a tout à fait compris que le sport est quelque chose d'important et que cela peut donner un nouveau souffle à l'Université. Il n'y pas de recette, mais il y a une alliance objective qu'il faut développer. L'Université doit utiliser les méthodes de l'entreprise pour se fabriquer une image de marque et avoir une communication vers les entreprises qui soit compréhensible. Les entreprises doivent pénétrer dans l’Université pour en comprendre le mécanisme et éventuellement utiliser l'Université pour former les gens qui travaillent en entreprise. Je pense qu'à ce moment, quand il y aura une interpénétration régulière de ces deux mondes là. Il y aura des possibilités objectives pour le sport de se développer, et pour le sport universitaire en particulier.

Robert Denel

22Nous avons là un tableau assez précis qui correspond bien à nos attentes respectives. Merci aux intervenants. (...).

23Je voudrais entendre les trois parties : le mouvement sportif, les collectivités et le secteur économique. Il semblerait que tout le monde dise : c'est très bien, il faut développer les Universités, les jeunes se trouvent de plus en plus nombreux à l'Université et il est indispensable qu'ils s'ouvrent sur la société. Mais, en définitive, est-ce que ces propos ne sont que de bonnes intentions ou est-ce suivi d'effets concrets ? Il semblerait que non, par rapport à ce que l'on voit dans d'autres pays, sans prendre nécessairement modèle sur les Etats-Unis (...). Je trouve qu'il y a beaucoup de déclarations, de belles déclarations, et qu'en définitive, sur le terrain, elles ne sont pas appliquées. Prenons par exemple le cas du sport universitaire par rapport aux collectivités. Les collectivités disent en France : ce n'est pas notre ressort, c'est une question qui intéresse l'Etat. Dans le cadre de l'Université 2000, il y a un effort qui est fait : j'ai entendu que les collectivités apportaient 50 % des ressources. J'ai vérifié mes sources et il semblerait que ce soit un apport bien moindre puisqu'il serait de l'ordre de 25 %. Je pense que le secteur économique aide l'Université lorsqu'il y voit des intérêts directs, mais en ce qui concerne le sport, j'aimerais savoir quels sont les types de relations qui permettent effectivement au sport des jeunes de l'Université de mieux se développer. En ce qui concerne le mouvement sportif, je pense qu'il y a des rapports qui sont de plus en plus étroits. Il prend en compte le sport universitaire, mais il se trouve entre deux chaises. L'Université, c'est l'Education Nationale, adressez-vous à elle, a-t-il tendance à dire. Et l'Education Nationale dit que c'est du sport, uniquement du sport, et donc qu'il faut s'adresser au mouvement sportif.

24Je voudrais savoir si chez nos amis européens, c'est la même chose ou si les rapports sont différents.

Pierre Hartman,

Président du Comité Régional du Sport Universitaire, Professeur à l'Université de Dijon.

25J'interviens à propos de ce qu'a présenté M. Christian Denis. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce qu'il vient de dire.

26A l'intention de nos amis étrangers, il faut dire que dans nos régions, il existe des associations régionales pour le développement de la recherche, c'est-à-dire que pour chacune des régions — et pour la Bourgogne en particulier, et que je connais bien — vous avez des universitaires et des industriels qui prospectent toutes les entreprises pour trouver des sujets de travaux. Et il existe une collaboration importante. En ce qui concerne le sport, dans les Conseils Régionaux, il existe des commissions et des présidents des Conseils Régionaux qui travaillent avec le monde sportif et le monde universitaire en particulier. Voilà, c'était un complément d’information que je souhaitais apporter.

Alan Firth

27C'est vrai, mais le Conseil Régional a compétence pour le sport, la culture et l'enseignement. Pour cela, vous avez tout à fait cerné le problème. Les responsables du Conseil Régional sont tout à fait à l'aise, bien qu'ils aient des budgets inférieurs à ceux de la métropole de Lille.

Pierre Collomb,

Directeur du Centre de Droit du Sport (Université de Nice).

28Je ne crois pas que ce soit un problème de compétence. Le sport n'est pas dans les lois de décentralisation. La région n'a pas de compétence particulière, elle la prend. Je crois que c'est ce qu'il faut voir. C'est avant tout une question de volonté politique.

Walfried König,

Conseiller au Ministère de la Culture de Rhénanie-Westphalie, Coordonnateur des Formations en Education physique.

29Je voudrais exprimer d'autres idées. Chez nous, il y a une région très semblable à la Communauté de Lille, c'est la région de la Ruhr. Et je crois que la Belgique a également une région semblable autour de Charleroi, et l'Angleterre autour de Manchester et Birmingham, etc. On pourrait peut-être trouver d'autres exemples.

30Toutes ces régions, qui dépendaient du charbon, de l'acier, des mines, sont tombées dans une crise. C'est pourquoi elles ont été contraintes d'essayer de trouver des solutions communes.

31Dans la région de la Ruhr, il y a plusieurs très grandes villes qui sont très proches les unes des autres, formant une population de cinq millions d'habitants.

32Que peut-on faire en période de crise ?

33Nous avons d'abord fondé des Universités, et on s'est développé en direction des nouvelles technologies. Mais nous n'avions pas véritablement d'identité dans cette région, à part celle produite par les mines et l'acier mais qui, justement, étaient en crise. Donc, il manquait quelque chose autour de laquelle pouvait se créer la conscience positive d'une identité.

34Nous nous sommes donc tournés en direction de la culture et du sport. Le "Kommunelverband Ruhrgebiet" et le "Iniciativkreis Ruhr" sont des organisations où les grandes industries, les banques, les communes coopèrent étroitement. Elles organisent des concerts, des expositions culturelles, prennent en charge les coûts des grandes manifestations sportives, et parmi elles aussi, des événements sportifs universitaires (l'Universiade de Duisburg en 1989, par exemple).

35La promotion du sport est donc importante pour le développement de l'identité d’une certaine région. Je me demande si votre communauté de Lille, avec ses 85 communes, connaît déjà une telle identité ?

Robert Denel

36Oui. De plus en plus, nous travaillons avec des grands partenaires privés pour tous les grands meetings sportifs. C'est important et les résultats obtenus sont positifs.

Walfried König

37C'est donc une possibilité pour renforcer, je le rappelle, l'identité de la région.

Robert Denel

38Est-ce pour le sport en général ou pour le sport des Universités ? Compte tenu du thème dont nous traitons, c'est important d'être précis.

Walfried König

39Je pense que c'est pour le sport en général, mais le sport universitaire doit jouer un grand rôle, au sein de ce vaste ensemble, non seulement dans le sport d'élite, mais dans le sport pour tous.

40Et c'est la seconde remarque que je voudrais faire : je crois que dans de telles régions industrialisées, il y a partout en Europe un manque d'activités sportives de la part de la population. Il faut donc promouvoir le sport pour tous. Le mouvement sportif est responsable au premier plan, mais comme il s'appuie avant tout sur le bénévolat, il a déjà beaucoup à faire avec ses propres membres.

41Et qui s'occupe de ceux qui n'appartiennent pas encore au monde sportif ? C'est la plus grande partie de la population. C'est pourquoi nous croyons, et c'est ce que nous avons développé, que c'est l'Etat et les communautés qui doivent s’occuper des populations non organisées pour arriver à une situation où ils seront organisés dans le mouvement sportif.

42Mais pour cela, il faut parcourir un long chemin, il faut d'abord examiner ce qui existe déjà : étudier quel sport existe ou n'existe pas dans telle ville ou tel village, quel groupe de population a trouvé ce qu'il cherche, quel autre groupe ne trouve rien, ce qui est fait pour les vieux ou pour les jeunes, pour les femmes, les handicapés, etc.

43Je crois que les clubs ne sont pas capables de le faire. Mais la communauté le pourrait. Et je m'adresse spécialement aux Universités. Parce ce que dans notre développement du sport en Rhénanie-Westphalie, ce que nous appelons "Sportentwicklung" les Universités ou quelques universitaires jouent un rôle très éminent, très important.

44Pour eux c'est intéressant du point de vue scientifique. Pour le sport c'est intéressant du point de vue des résultats. Et pour les communes c'est intéressant du point de vue d'une conscience locale ou régionale de la population.

Robert Denel

45Nous accueillons à l'instant Monsieur Caudron. Son arrivée va nous permettre de faire le point sur les débats (...). Je vais proposer un bref résumé à l'intention de Monsieur Caudron sur ce qui s'est passé au cours de ces trois derniers jours.

46Nous avons été informés pendant quelques jours de tout ce qui se passe à l'Université dans le domaine du sport. Nous avons aujourd'hui la prétention d'aborder un thème particulièrement complexe : la relation de l'Université avec son environnement immédiat (le mouvement sportif, les clubs environnants, les collectivités territoriales, le secteur économique) et d'essayer de savoir comment, ensemble, nous pouvons tirer bénéfice les uns et les autres d'un partenariat en vue d'un sport que nous voudrions meilleur. (...) Je vais maintenant formuler trois questions à l'intention de Monsieur Caudron : -Quel est le rôle que vous attendez de l’Université au sein de votre commune, puisque vous avez deux Universités et demie — pour ainsi dire — à Villeneuve d'Ascq ?

  • Que pouvez-vous donner à l'Université pour qu'elle réalise mieux sa mission dans le domaine du sport puisqu'il y a une population estudiantine importante ?
  • Pouvez-vous intervenir, en tant que Député européen, sur le thème "le Sport, l'Université, l'Europe" si toutefois vous pensez que l'Europe a mission dans ce domaine ?

Gérard Caudron,

Député européen, Maire de Villeneuve d'Ascq, Vice-Président de la Communauté Urbaine de Lille.

47Je peux vous donner quelques informations, ou plus exactement vous livrer quelques réflexions par rapport à mes différentes casquettes, avec derrière chacune de ces questions le rôle du sport, l'importance que peuvent porter les différents responsables au sport et ce qui en découle : les modes de communication, les modes d’entraide réciproque.

48Pour ce qui est du niveau local — je parle ici de la Ville de Villeneuve d'Ascq — il est bien évident que, depuis le départ, le sport est un terrain de liaison entre la commune et les Universités. C'est même le premier niveau à considérer, avant même de parler de l'intégration des étudiants ou des enseignants dans la ville, avant de parler même d'activités culturelles communes.

49Il y a eu des choses concrètes, des équipements qui ont été réalisés par les deux, et que l'on appelle les Equipements Sportifs Universitaires Municipalisés (E.S.U.M.). Ces équipements montrent bien que, dès le départ, le sport a été vécu ou installé comme un élément de liaison entre une collectivité et les Universités. Et depuis cette époque, non seulement à travers la gestion commune de ces équipements, mais aussi à travers des échanges d'équipements, soit strictement universitaires, soit communaux, pour faciliter les activités sportives des uns et des autres, et en particulier des enfants et de la jeunesse, s'est structurée une coopération forte et efficace. Et il est significatif par exemple, que l'été, l’Université de sciences et techniques nous prête ses terrains de sport pour l'organisation de centres sportifs, pour les enfants, voire même les très jeunes enfants. On a développé ce partenariat en termes d'équipements.

50Comment peut-on aller plus loin ?

51Au niveau de la commune, c'est un peu difficile. Le sport, au niveau de l'aide au fonctionnement, suppose des moyens d'un niveau tel qu'il vaut mieux envisager une autre échelle, avec des groupements de communes comme la Communauté Urbaine de Lille, qui a des actions dans ce domaine, et qui est mieux à même d'intervenir dans le sport universitaire qu'une seule commune.

52Les Universités sont les Universités de l'ensemble de la région. Des liaisons d'aides spécifiques au sport universitaire peuvent se faire dans la région. En sens inverse, le sport strictement villeneuvois, à travers ses clubs, commence à récupérer un peu de sportifs universitaires, à la fois en nombre et aussi en qualité. Cela engage davantage la commune de Villeneuve d'Ascq en tant que telle à intervenir un peu plus dans le domaine du sport.

53Mais le sport, c'est un élément d'intégration de l'Université dans la ville, un élément de liaison important, de liaison entre les étudiants et les autres éléments d'une commune, voire d'une métropole ; et au niveau des aides, cela se traite au quotidien, dans des relations permanentes qui permettent d'améliorer les choses.

54Pour ce qui est de l'aspect européen, sur quels éléments faut-il insister ?

55Comme beaucoup de choses en Europe, le sport n'est pas prévu dans les traités, qui sont souvent un cadre à l'intérieur duquel l’Europe joue sa carte de développement avec plus ou moins de volonté ou de motivation pour le faire.

56Les gens craignent un peu que l'Europe envahisse tout. Chaque fois que j'arrive dans un colloque ou dans une réunion sur quelque domaine que ce soit, on me dit : "mais que fait l'Europe dans ce domaine ?" Il faut bien savoir qu'il y des domaines où l'Europe ne fera — heureusement — jamais rien. Le principe de subsidiarité fait que l'on considère alors que les problèmes peuvent être traités au niveau où ils se posent, pour certains au niveau européen, pour d'autres aux plans national, régional, départemental, communal. Il ne faut donc pas s'attendre à ce que l'Europe s'occupe de tout.

57En quoi l'Europe continue ou commence-t-elle à s'occuper du sport sur le plan européen ?

58A différents niveaux. Parce que le sport, de la même manière, est un élément de citoyenneté locale, de lutte contre la violence, d'intégration, une solution à certaines formes d'oisiveté.

59C'est un élément de citoyenneté européenne important qui concerne beaucoup d'emplois (un pourcentage important d'emploi est consacré au sport) et une population importante en Europe.

60Et donc à travers tout ce qui se passe dans le domaine du sport, et avec les conséquences de la libre circulation, la citoyenneté européenne, l'équivalence des diplômes, les installations, les compétitions, l'Europe ne peut pas se désintéresser du sport, et elle prépare des actions, des textes, dans ces différents domaines.

61Le sport est aussi un élément de communication et d'image. L'Europe finance des actions en termes de communication et d'image. Le sport, c'est aussi un élément de lutte contre les inégalités profondes, avec, par exemple, la place des handicapés dans nos sociétés. Et l'Europe a aussi des programmes spécifiques pour le sport des handicapés.

Alain Braun

62En tant que Président du C.R.O.S.F., j'aurais voulu, Pierre Lambin, que vous nous donniez brièvement l'analyse qu'a le mouvement olympique sur le sport universitaire quant à sa réalité, son importance, la prospective qui s'y rapporte et, d'une manière générale, qu'on sache la place qu'il occupe au sein des débats du C.R.O.S.F.

Pierre Lambin

63Ceci est un vaste sujet. Je représente les Comités Olympiques Régionaux Français. Mais je tiens à vous dire qu'il sera créé en 1993, à partir de la prochaine Olympiade, le Conseil National des C.R.O.S. (Comités Régionaux Olympiques et Sportifs) et des C.D.O.S. (Comités Départementaux Olympiques).

64(...)

65En ce qui concerne le sport universitaire et le sport scolaire, je tiens à vous dire que le C.N.O.S.F., les C.R.O.S.F., les C.D.O.S. ne s'occupent pas bien sûr du sport olympique puisque nous avons par exemple dans le Nord-Pas-de-Calais un rassemblement de soixante-dix membres au C.R.O.S. qui sont répartis en disciplines olympiques, en disciplines non-olympiques, en fédérations multisports, en fédération affinitaires et en fédérations scolaires universitaires.

66Donc toutes les fédérations universitaires sont intégrées dans le mouvement sportif, et nous traitons au niveau régional et départemental du problème du mouvement sportif en général, y compris de l'Université et du sport scolaire.

67En sachant que les relations entre universitaires et mouvement sportif sont assez difficiles. Nous ne nous comprenons pas toujours...

68Ce qui est important pour nous, par rapport au mouvement sportif, ce sont les centres de recherche qui existent au niveau de la formation (centres de Limoges, de Lille III, de Nice par exemple). Et c'est surtout par ce biais-là que le mouvement sportif est intéressé, directement intéressé par le monde universitaire.

69En ce qui concerne l'aspect compétitif, que puis-je dire ? Nous considérons le sport universitaire comme tout le reste du sport. Il est intégré dans nos préoccupations en permanence.

Jacques Bertrand,

Avocat, Président d'honneur de l'Union des Footballeurs Professionnels, Ancien Directeur de FIDAL SPORT.

70J'ai constaté à l'occasion des J.O. que le fameux team américain n'est jamais apparu sans que chacun de ses éléments ne parle de l'Université à laquelle il était rattaché.

71En France — et je parle en tant que fondateur de la plupart des mouvements sportifs syndicaux, de la Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels ou de l'Union des Footballeurs Professionnels Français dont je suis le Président fondateur — je pense qu'il y a une énorme demande parmi les sportifs de haut niveau, d'un suivi permanent et éventuellement de rattachement à une formation qui leur permette d'acquérir des connaissances ou des formations complémentaires. Or, concrètement, on ne voit rien de vraiment organisé dans ce domaine.

Alan Firth

72(...)

73Je ne voudrais pas qu'en France, il y ait ce genre de phénomène. Il faut que les étudiants soient de vrais étudiants, de façon à ce qu'ils soient demain des véritables acteurs de la vie économique, du développement de la métropole. Le professionnalisme, dans l'olympisme, est un anachronisme. Mais en plus de cela, y intégrer le mot universitaire...

Bernard Astoul,

Professeur d'E.P.S - Conseiller Universitaire d'Athlétisme Toulouse.

74Je souhaite faire une proposition à Monsieur Lambin. Qu'il œuvre pour que, dans le cadre de la circulaire envoyée par le Ministre aux Directions Régionales de la Jeunesse et des Sports pour la ventilation du F.N.D.S., le conditionnel ne soit pas employé en ce qui concerne "l'éventuelle attribution d'une subvention aux associations sportives scolaires et universitaires". Je vais prendre l'exemple que je connais le mieux. En Midi-Pyrénnées, les associations sportives universitaires sont complètement exclues du F.N.D.S. Cette situation doit probablement se retrouver ailleurs en France.

Pierre Lambin

75Je tiens à préciser qu'il est spécifié que les organisations qui sont prises en charge par le F.N.D.S., en matière de sport scolaire et universitaire, le sont sur des actions organisées conjointement avec le mouvement sportif traditionnel. Il n'y a aucun problème pour que ces actions soient prises en charge, comme elles le sont dans le Nord-Pas-de-Calais. Je note cependant la question. (...)

Bernard Astoul

76Vous m'avez mal entendu : j'ai bien dit "pour que vous œuvriez pour supprimer le conditionnel". En Midi-Pyrénées, nous sommes piégés, car il est écrit "éventuellement". Ce mot est en trop.

Robert Denel

77Il est souhaitable que le mouvement sportif en général prenne en compte le sport universitaire, tout au moins pour une part.

78(...)

79Si dans les pays voisins, il y a ou des informations complémentaires ou des contradictions par rapport à ce qu'on vient de citer en France, je vous demande de préparer de courtes interventions pour prendre la parole.

Claude Labrousse,

Président du Groupement National des Directeurs de S.U.A.P.S. - Grenoble.

80Je reprends l'intitulé exact du thème dont nous débattons : "les Collectivités locales, les Clubs, le Mouvement sportif, les Universités". C'est, disons, un tableau des relations qu'il y a entre l'Université et différents secteurs. Des relations généralement de bon voisinage, de très bonne considération réciproque. Mais ce qui m'inquiète un petit peu et ce qui m'interroge, c'est d'une part la timidité de l'Université qui ne va pas assez vers l'ensemble de ces structures — Christian Denis l'a fait remarquer particulièrement pour ce qui concerne le monde économique mais c'est vrai aussi pour les autres vraisemblablement — et à part Pierre Lambin qui nous a dit qu'il attendait de l'Université beaucoup, en particulier dans le domaine de la recherche, on ne sait pas exactement, et c’est ma seconde interrogation, ce qu'attendent les autres partenaires. Je voudrais que l'ensemble des interlocuteurs puissent nous dire vraiment ce qu'ils attendent du monde universitaire. Plutôt que d'attendre que le monde universitaire aille vers eux, car le monde universitaire, c'est bien connu, a quelquefois du mal à s'extraire de sa tour d'ivoire.

81Donc, qu'attendez-vous, Monsieur Lambin, pour le mouvement sportif, en plus de la recherche ? Est-ce qu'il y a d'autres domaines dans lesquels vous pensez que l'Université pourrait vous apporter des ressources de quelque sorte qu'elles soient ? Et pour les représentants des deux autres secteurs, les collectivités et le monde économique, comment peut-on arriver à faire que l'Université coopère mieux et vous apporte quelque chose ?

Pierre Lambin

82Je crois qu'il y a tout de même plusieurs aspects en ce qui concerne le sport universitaire. Il faut peut-être examiner par exemple le sport de compétition. Je pense que l'Université et les clubs universitaires sont inclus dans le mouvement sportif, je crois que là il n'y a pas de problème.

83Autre question : est-ce que l'Université admet bien le sport fédéral, le sport de compétition ? Est-ce qu'il ne lui reproche pas un peu une trop grande rigidité ? Je pose la question, puisque c'est ce que j'ai quelquefois entendu, à ce propos. Et je me permets de vous renvoyer la balle.

84Autre aspect, je crois qu'il y a encore le sport ludique et le sport hygiénique, et jusqu'à maintenant, les fédérations et le sport fédéral n'ont pas pris en charge ce sport pour tous. Et je pense que demain, il faudra que le sport fédéral le prenne en charge. Et je crois que l'Université est concernée parce qu'il faut que les étudiants entrent dans ce cadre-là. Et je pense beaucoup plus loin en disant : il faut que le sport fédéral arrive à prendre en charge ce sport pour tous, ce sport ludique, ce sport hygiénique, voire éventuellement de manière à en faire un peu un produit pour faire vivre le mouvement sportif dans le cadre de l'auto-financement. Et, de ce point de vue, je crois que le sport français a fait une erreur. Jusqu’à maintenant, le sport fédéral a fait une très grosse erreur en ne prenant pas en charge ce sport pour tous. Or il me semble qu'à l'Université, le sport pour tous est aussi un domaine très important. (...)

Robert Denel

85(...)

86Un mot quand même, parce que je crois qu'il faut qu'on s'arrête sur cette question. Je crois qu'il faudra que nous nous penchions sur la question du mouvement des étudiants étrangers, qui se déplacent d'un pays à l'autre. Or les règlements fédéraux posent des problèmes incontournables qui interdisent parfois la pratique du sport de compétition dans un certain nombre d'équipe. Par le fait seul que ces règlements sont trop rigides. C'est un problème concret. On ne peut pas demander aux jeunes de passer d'un pays à l'autre, d'une Université à une autre, et lorsqu'ils sont à Lille, par exemple, de ne pas pouvoir pratiquer dans telle ou telle discipline parce que les règlements fédéraux interdisent qu'il y ait tel ou tel nombre d'étrangers, etc.

87C'est un problème très précis, très concret, limité. Mais si, à l'issue de ce colloque, on pouvait obtenir qu'il y ait une réunion et l'adoption d'un règlement très précis à ce sujet, je crois qu'on aurait bien fait avancer les choses sur cette question.

Christian Denis

88Je voudrais faire une petite remarque en ce qui concerne les relations entre le sport universitaire et le mouvement sportif. Personnellement je pense que le mouvement sportif a imposé des règles au sport universitaire, notamment au club universitaire, tout à fait draconiennes qui lui ont fait perdre toute spécificité, et notamment l'obligation d'avoir des équipes de minimes ou de cadets : donc d'avoir, on pourrait dire, à l'Université, des papas, des mamans, des familles entières, etc. Le club universitaire, c'est vraiment un club d'étudiants. Ce n'est pas un club qui peut être prioritairement formateur de benjamins et le mouvement sportif aurait intérêt à se pencher sur ce problème, pour redonner réellement au club universitaire la vocation d'organiser essentiellement du sport pour les étudiants. On parle toujours de redonner de la vitalité au sport français. Ne s’agit-il pas là d'une solution à étudier. Permettre à ces clubs universitaires, pendant le temps où les jeunes sont étudiants, d'être de grands clubs et d'apporter ce qu'ils ont à apporter. A mon avis c'est une chose à laquelle il faut réfléchir, et qui pourrait être vraiment le ferment peut-être d'un renouveau, car il y a actuellement beaucoup de difficultés économiques dans les clubs et on revient à des choses plus fondamentales, comme la formation, l'intégration des champions dans la cité, etc., et ça me paraît fondamental pour l'avenir.

Robert Denel

89Une chose qu'il faut tout de même dire : la proposition de Christian Denis a son revers de médaille. Les clubs considèrent que, comme tous les jeunes sont appelés à être un jour ou l'autre étudiants, c'est à terme, voir partir tous les étudiants qu'ils ont formés dans leur club pour tel ou tel club universitaire.

90Mais ma remarque n'exclut pas d'aborder cette question parce qu'on pourrait au moins trouver quelques accommodements qui permettraient effectivement de ne pas être aussi rigide dans la réglementation telle qu'elle est appliquée par rapport au club universitaire.

Alan Rustage,

Director of Physical Recreation, University of Essex - Royaume-Uni.

91Un commentaire très bref, si vous me le permettez, concernant la situation au Royaume-Uni. Il y a de nombreuses agglomérations qui ont été repérées en vue du développement sportif. Nous avons un Conseil National des Sports qui fournit des fonds pour ce développement et qui a élaboré des normes précises. C'est-à-dire, pour tant de milliers d'habitants, vous aurez tant d'installations sportives, de piscines, de terrains de golf, etc.

92Ces fonds sont fournis par le Conseil National des Sports. Ce sont des fonds d'Etat qui aident à remettre sur les rails le sport dans ces régions, mais pour les Universités, les fonds sont fournis par le Conseil National des Sports et par les collectivités locales, à condition que les Universités ouvrent leurs installations sportives au public, et aussi à la condition expresse que les Universités s'occupent des sportifs de compétition, des sportifs d’élite. Les Universités au Royaume-Uni jouent un rôle important au sein de la collectivité où elles sont situées. Il y a beaucoup d'interactions entre les deux. Et ces relations se traduisent dans les faits par des réalisations intéressantes.

93(...)

Jean-Michel Martin,

Directeur de l'Institut des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives de l'Université de Reims, Union Nationale des Clubs Universitaires.

94Une petite intervention qui va peut-être choquer. Si les collectivités territoriales, apparemment, n'apportent pas grand chose, comme on semble le dire, il est possible de retourner l’argument : pour ce qui est de l'Université, on peut quand même noter que sur les mille enseignants en E.P.S. qui sont aujourd'hui nommés à l'Université, vraisemblablement près de neuf cents d'entre eux sont orientés vers l'intérieur de l'Université, mais en aucun cas vers l'extérieur. Il me semble qu'on peut le dire. Et en discuter...

Pierre Hartman

95Ça fait un petit moment que ceci devait être formulé noir sur blanc. Il s'agit d'une question capitale (...). Mais je crois qu'à la suite de la remarque de notre collègue, il y a une seule solution pour le sport universitaire, c'est que les universitaires aillent dans les Comités Régionaux Olympiques, qu'ils soient connus des municipalités et des Conseils Régionaux. En ce qui concerne ma région, il est absolument évident que le sport universitaire a depuis dix ans beaucoup gagné d'importance dans le sport civil parce que des universitaires sont allés là où il fallait pour montrer les avantages de la collaboration entre les universitaires et les fédérations.

Robert Denel

96Monsieur Labrousse avait posé une question. Le secteur sportif y a répondu. Est-ce que vous voulez bien y répondre, Monsieur Caudron ainsi que Christian Denis, pour les domaines vous concernant respectivement ?

Gérard Caudron

97La question était, si je me souviens bien : en tant que partenaire de 1'Université, qu'attendez-vous de celle-ci ?

98Ce que j'attends de l'Université, c'est la poursuite du travail commun et l'amélioration quotidienne. Je ne crois pas aux révolutions, aux grandes décisions, aux grands effets d'annonce. Dire du jour au lendemain : "les Universités font partie intégrante de toute la vie" n'est pas suffisant. Mais les choses progressent tout de même. Je pense qu'il y a eu beaucoup de chemin de fait depuis dix ans, dans ce domaine. Je préside une technopole qui assure une collaboration économique et technologique entre l'Université, la recherche et le monde économique, et je sais que ce sont des efforts, et que les rythmes et les contraintes des uns et des autres, les statuts différents font qu'on ne peut pas s'attendre à des bouleversements complets. Mais tout ce que l'Université permet, à la fois en termes d'encadrement, en termes d'équipements, en terme d'images, mais aussi en termes de recherche, en terme de recherche médicale, par exemple, peut apporter aux collectivités, donc à l'ensemble de la population, va dans le bon sens.

99Pour ce qui est de l'Europe, je suis déjà intervenu au cours du débat. (...) Alors, qu'est-ce que l'Europe peut attendre du monde sportif ? Qu'il concoure bien entendu à la citoyenneté européenne, et tous en mesurant les difficultés de l'application de ce que je vais dire. Encore faut-il ne pas mettre d'entrave à la libre circulation. Et c'est vrai que toute une série de règlements sur la part des étrangers, et en particulier des européens dans les clubs ou dans les compétitions, est un petit peu contradictoire avec l'acte unique et la libre circulation, puisque quand on peut s'installer, travailler, étudier, prendre sa retraite, vivre à n’importe quel endroit et bénéficier de l'ensemble des possibilités de l'endroit où on est, on doit aussi pouvoir faire du sport où on a envie d'en faire, et là, il y a des règlements qui, sans aucun doute, devront être quelque peu modifiés.

Christian Denis

100Je vais répondre à la question : Qu'est-ce que l'entreprise attend de l'Université ? Et bien, l'entreprise attend de l'Université des cadres bien formés, c'est clair, c'est pour cela qu'elle s'installe en général près de l'Université, et qu'elle en profite, qu'elle passe des contrats de recherche, c'est un grand progrès. Et en général, elle n'en attend pas plus. C'est-à-dire que sur un plan immédiat pour l'entreprise, il faut que ce soit du concret, que cela lui apporte immédiatement des choses positives. Et je pense que c’est peut-être à l'Université d'aller vers l'entreprise, à ce moment-là. Et je dirais alors : que doit faire l'Université pour aller vers l'entreprise ? La première des choses, c'est que l'Université doit avoir un projet non seulement en terme d'image, mais un projet à proposer aux entreprises, c'est-à-dire une sorte de challenge : où on est, où on va et pourquoi on a besoin de vous dans cette démarche de progrès ? Et je me suis aperçu que dans les Universités, c'était déjà quelque chose de très difficile à mettre en place. Un projet commun où tout le monde pourra s'intégrer et dans lequel on va proposer aux entreprises de participer. (...) Et à partir de ce moment-là, les entreprises peuvent être intéressées parce que, objectivement, elles sont à la remorque de l'Université. Donc, plus l'Université aura de renom et mieux ça sera pour la région et pour les entreprises.

101J'avais proposé cela à une entreprise strasbourgeoise. La première des choses lorsqu'on a fait ce premier travail, avec toutes les étapes de communication que cela suppose, c'est de faire le recensement des jeunes qui sont dans l'Université, en cours d'études, et qui ont des parents qui tiennent les leviers économiques et notamment qui ont des responsabilités dans les entreprises. Ces gens-là sont tout disposés à aider leurs enfants et à écouter la demande de l'Université et à partir de là, il faut créer des clubs, créer les ponts. Monsieur Hartman disait tout à l’heure que l'on a tout intérêt à travailler, à s'impliquer dans les C.D.O.S. ou dans les C.R.O.S. C'est la même démarche, il faut des gens compétents qui parlent le langage de l'entreprise et non pas celui de l'Université qui est un peu ésotérique, et donc qui se mettent à la portée de l'entreprise. Je dirais, pour moi, c'est la première des choses à envisager : un projet et une démarche.

Robert Denel

102Je pense qu'il y a eu un projet à Villeneuve d'Ascq, un projet important qui peut nous éclairer. J'aimerais que Monsieur Caudron nous en dise un mot tout en ajoutant qu'on a oublié le secteur sport, alors qu'on aurait pu faire quelque chose de fabuleux, à ce niveau-là.

Gérard Caudron

103Disons qu'à l’époque, le sport n'était pas dans l'air du temps, et il y avait de tels autres enjeux ou difficultés à résoudre que l'on ne pouvait pas tout faire et tout voir. C'est sûr que quand il y a des projets de cette importance — comme là, entre la Communauté Urbaine, les Universités, Matra pour développer un produit comme le VAL, mais demain sur d'autres opérations — la dimension humaine, et donc la dimension sportive, devrait faire partie explicitement de l'accord et du contrat. C'est plus à travers des grands projets qui vont apporter à chacun des partenaires des retombées immédiates qu'on peut intégrer le sport, non seulement dans sa dimension spectacle, ce qui est déjà fait à travers des meetings comme le meeting B.N.P. ou d'autres, mais dans la vie quotidienne du sport, dans la promotion du sport de masse et dans l'apparition, à partir du sport de masse, d'une élite qui rejaillit en termes d'image de marque.

Alan Firth

104C'est vrai qu'on parle de l’Université, avec l'intelligence, le cerveau, le savoir, etc. Mais on oublie que derrière, effectivement, il y a toute une dimension sociale, et l'intérêt que la collectivité peut avoir vis-à-vis de l'Université, ce n’est pas seulement en termes d'image de marque et de développement économique, mais c'est aussi en termes d'harmonie sociale, de paix sociale qu'il faut l'appréhender. Et c'est vrai que s'il y a des Universités dans lesquelles un courant humain passe, où il y a d'abord l'intégration dans la ville, mais aussi des structures d'accueil, d'épanouissement, de convivialité, où le jeune avec tous ses problèmes ordonnés dans sa tête se trouve bien, et où il peut faire du sport pas seulement pour devenir un sportif de haut niveau, mais simplement pour trouver un équilibre, et bien si on peut contribuer à cela, on aura fait un grand pas.

105La métropole travaille aussi dans le cadre d'un contrat d'agglomération qui a une forte connotation d'un point de vue social, qui ne concerne pas seulement les étudiants, mais les quartiers en difficulté, les jeunes et futurs étudiants, les lycéens, les collégiens. Si on arrive à créer cette espèce de décloisonnement entre la société civile et le monde des étudiants, ce sera un grand progrès. Et là, c'est pas tellement en terme d'argent qu'on donne directement soit pour sponsoriser ou pour faire des équipements "Université 2000", etc... Mais si tous ces programmes, toutes ces actions qui doivent se faire en partenariat peuvent converger vers une harmonie sociale, dans une société bien cohérente, ce serait déjà énorme. Le passage dans l'Université ne doit pas être un traumatisme et un terme d'échec, mais peut-être une piste dans l'épanouissement de l'homme tout simplement. Parce qu'il y a des étudiants qui sortiront des Universités sans diplôme, et cette perspective d’échec, il ne faut pas la mésestimer.

Robert Denel

106Donc une proposition, c'est que dans le cadre des grands projets (économie, Université, collectivités territoriales), on n'oublie pas le secteur sport, notamment dans le cadre d'un partenariat avec l'Etat.

Lucien Batigne

107Un constat s'impose : celui de l'ouverture de l'Université vers la cité et vers l'entreprise, avec peut-être encore des réserves des universitaires qui ont peur de perdre un peu leur identité. Le sport universitaire suit le même chemin, il est condamné à évoluer. La conséquence, n'est pas négligeable : le sport universitaire depuis vingt ans s'est transformé, et il faudra à l'avenir envisager cette transformation, au niveau non seulement des intentions pédagogiques ou éducatives, qui peuvent présider à son enseignement, mais aussi créer une nouvelle didactique du sport universitaire avec du sport initiation, entraînement, compétition, loisir... Et la conséquence directe et immédiate, c'est le nouveau profil de l'enseignant de sport ou d'E.P.S. à l'Université qui devra faire appel à de nouveaux paramètres à résoudre par rapport à ce qui se faisait il y a vingt-cinq ans.

Claude Labrousse

108Actuellement, tout le monde dit que le sport est en crise. Il y a un problème d'argent, il y a un problème de professionnalisation, et je voudrais savoir si le Mouvement Sportif pense éventuellement que le sport universitaire peut apporter des solutions dans ce domaine-là ?

Pierre Lambin

109Il est certain que le sport est en crise, et je partage votre opinion, mais il faut que le sport se prenne en charge. Jusqu'ici, les dirigeants du Mouvement Sportif avaient été au départ des administratifs, ensuite ils ont été des techniciens bénévoles ; il faudra que demain, ils deviennent des politiques, au niveau de la politique du sport, qu'ils soient capables de maîtriser le niveau économique, et qu'ils deviennent en quelque sorte des dirigeants, des managers. Et je parle là des dirigeants bénévoles élus, exerçant une responsabilité.

110Et je pense que l'Université peut nous apporter beaucoup. Je reviens aux dirigeants des clubs universitaires qui ont, de par leur formation, un certain niveau de théorisation et un sens pédagogique de l'échange. Et je crois qu'on a besoin du sport universitaire pour aller plus loin.

111Alors comment peut-on voir le sport de demain ? Je vois ses managers avec une formation plus importante — je parle des dirigeants à responsabilité — au niveau des grands clubs, des ligues, de comités départementaux, des fédérations, et à côté d'eux, des spécialistes professionnels, qui seront les techniciens, les professeurs d'E.P.S. Là aussi, on aura besoin des gens qui ont une formation universitaire. Et à partir de tout cela, il faudra que le Mouvement Sportif soit capable, au niveau des fédérations de concevoir des programmations, y compris de faire une étude de marketing. Je crois que là, l'Université et la formation des universitaires sont très importantes pour le Mouvement Sportif de demain.

Robert Denel

112Il nous faut terminer les travaux. Je remercie chacun des intervenants de la tribune et tous les participants (...). Les rapports entre le sport, l'Université, les collectivités locales, les entreprises permettent de développer la vie sociale et il faut que ces relations deviennent encore plus efficaces (...).

113Toutefois je voudrais vous dire, pour terminer, que si cette Université a été possible matériellement, c'est parce qu'il y a un certain nombre de partenaires : Pierre Lambin du Mouvement Sportif, la Communauté Urbaine, la ville de Villeneuve d'Ascq, qui nous ont aidés, et puis il y a le secteur économique, les entreprises qui nous ont aidés ; déjà nous engageons un partenariat sérieux dans le cadre de cette Université d'Eté.

Auteurs

Attaché au Cabinet du Président de la Communauté Urbaine de Lille, Pierre Mauroy.

Député européen, Maire de Villeneuve d'Ascq, Vice-Président de la Communauté Urbaine de Lille.

Avocat, Président d'honneur de l'Union des Footballeurs Professionnels, Ancien Directeur de FIDAL SPORT.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540