Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Troisième partie. Perspectives d'avenir

Thème 1 : Les métiers du sport les filières européennes de formation

Jean Camy, Walfried König, Henrique Barreiros, Daniel Cassoret, Pierre Collomb, Raymond Claude, Ulrick Persyn, Alain Jehanne, Alain Braun, Daniel Cassoret, Alain Hébrard, Thierry Lardinoit und François Malik N’Dour

Volltext

1Table ronde animée par

Jean Camy

Président du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport.

2Nous allons faire une brève introduction qui, en fait, reviendra à présenter la structure de la table ronde. Le titre vous est familier. Il s'agit des "métiers du sport" et des "filières européennes de formation". Par rapport à ce qui s'est fait mardi, nous essaierons de développer un certain nombre de points et de perspectives qui touchent aux formations des métiers du sport en Europe. Nous vous présenterons les choses de la façon suivante.

  • Tout d'abord, il s’agir de définir le cadre général dans lequel ces métiers du sport vont avoir — avec les formations qui leur sont attenantes — à se déployer ; c'est-à-dire à la fois les aspects réglementaires, politiques et culturels dans lesquels se situent la construction européenne du marché unique et les règles qui vont la régir. Walfried König interviendra sur cet aspect.
  • Ensuite, nous essaierons de voir en quoi ce cadre politique, économique, institutionnel, va peser sur le système des formations et son fonctionnement, sur les relations entre formation et accès aux professions.
  • Ensuite, nous prendrons quelques exemples de formations européennes, autrement dit de dispositifs européens de formation qui ont été développés dans le domaine des sciences du sport, et qui sont à la fois une illustration de ce qu'il est possible de faire et probablement un moyen de repérer les difficultés que cela engendre.
  • Dans un quatrième point, nous aborderons les conséquences de l'ensemble de ces dispositifs sur la situation française.
  • Enfin, dernier aspect à traiter, nous essaierons d'envisager, pour ce qui concerne le sport universitaire lui-même, quelles sont les questions qui se posent, relatives à la formation des personnels susceptibles de l'animer, et quelles sont les pistes que l'on peut repérer.

3Voilà le programme. Nous pensons laisser une large part à vos interventions, à vos questions, Je vais donner la parole à M.Walfried König, qui va nous présenter le cadre général, les conditions politiques, économiques et institutionnelles dans lesquelles les métiers du sport vont prendre place et prennent déjà place dans notre Europe communautaire.

Walfried König,

Conseiller au Ministère de la Culture de Rhénanie-Westphalie,

Coordonnateur des formations en Education Physique et Sportive en Allemagne.

4Au début du XIXème siècle, l'Allemagne existait sous forme de plusieurs douzaines de petits royaumes, grands duchés, petits duchés, etc. Celui qui voulait traverser l'Allemagne était arrêté par la douane après très peu de kilomètres. On peut comparer la situation d'alors aux stations de péages sur les autoroutes françaises. En 1834, on a fondé en Allemagne le Deutsch Zollunion, et en 1871, le Deutsch Reich. C'est-à-dire qu'il a fallu trente sept ans pour aboutir à l'unification. Mais il faut ajouter que cela a nécessité une révolution et trois guerres. Au XXème siècle, ce mouvement de l'unification européenne a commencé après la Deuxième Guerre mondiale, mais les traités de Rome sont le véritable début. J'ajoute trente sept années à 1956, pour arriver au 1er janvier 1993, et je suis heureux de pouvoir constater que nous avons passé ces trente sept années en Europe occidentale sans révolution et sans guerre.

5Comme tout le monde parle du Traité de Maastricht, qui fera définitivement un seul état des douze que nous sommes toujours, on oublie presque qu'à partir de cette date, dans quatre mois, nous aurons le marché commun avec beaucoup de conséquences, y compris pour le sport, en dehors de la formation et des qualifications professionnelles. Mais celles-ci sont notre sujet aujourd'hui et elles sont profondément touchées par la création de la libre circulation entre Etats-membres. Cette dernière demande des standards de qualification qui doivent être comparables et équivalents dans les pays de la Communauté. D'ailleurs, cette comparabilité et cette équivalence des qualifications sont la condition nécessaire et essentielle pour cette nouvelle liberté.

6A cet égard, la situation des douze partenaires constituant la Communauté Européenne ressemble au modèle de la République Fédérale d'Allemagne qui comprend seize länder, et où les jeunes accomplissent leurs études, leur formation, selon les règlements d'un land et non pas selon les règlements centralisés. Mais les examens sont reconnus dans la république entière. Donc, un diplôme de n'importe quelle partie de l'Allemagne est reconnu dans toutes les autres parties, et si vous remplacez les Universités d'Allemagne, ou les länder allemands, par les Universités ou les pays européens, vous arrivez très vite à la description d'une partielle République Fédérale d'Europe.

7Nous préparons l'avenir et je sais bien que c’est la tâche de chaque génération. Mais nous nous trouvons dans une situation historiquement incomparable, et je pense que tous ceux qui veulent spécialement travailler dans le sport, dont une grande partie ont des métiers éducatifs, doivent savoir à quoi ils se préparent. Il y a ainsi un grand nombre de changements que nous connaissons déjà assez bien. Je vais en donner quelques exemples. A titre d'illustrations.

8Il y a un grand changement des relations entre le temps de travail et le loisir, il y a un changement des conditions de travail, des caractéristiques démographiques, des caractères sociologiques des familles, et aussi une certaine tendance vers les valeurs post-matérialistes. Nous constatons un développement vers une conscience plus profonde de la santé et du corps, etc. Je mentionne tout cela parce qu'il s'agit d'un mouvement, qui n'est pas seulement un mouvement allemand, mais un mouvement européen. La réponse à ces changements, auxquels on pourrait encore ajouter l'intérêt diminuant pour le sport compétitif, le nombre croissant des gens qui ne veulent plus tellement se lier à un groupe organisé, etc. ; donc, quand on veut donner une réponse à ces changements, je crois qu'elle doit être vraiment européenne.

9Devant cet arrière-plan, il est clair que les formations et les qualifications devront se ranger dans un cadre européen standardisé, ou du moins harmonisé.

10Ceci concerne les écoles, les Universités, les clubs et les fédérations, mais aussi d'autres organismes qui commencent à occuper le marché du sport. Comme les tâches seront de plus en plus difficiles, les solutions demanderont des structures, mais aussi des qualifications de plus en plus différenciées. La professionnalisation des champs de travail sportif progressera, accompagnant ainsi la commercialisation du sport. De nouveaux métiers sportifs naîtront, et dans les professions existantes, on verra des spécialistes s'occupant des aspects du sport. Il en résultera que beaucoup de gens essaieront de gagner, ou même de dorer leur vie directement sur le secteur ou dans les environs du sport. Ils ne sont pas tous bien préparés à résoudre leurs tâches.

11En parlant des professions du sport, nous ne pensons jusqu'à présent normalement qu'aux instituteurs et aux professeurs d'éducation physique, aux entraîneurs et à quelques cadres supérieurs, peut-être encore aux athlètes professionnels, mais il faut ajouter les journalistes, les médecins, les avocats spécialisés en matière de sport, les propriétaires de centres sportifs, les gestionnaires de grands clubs, de fédérations, les chercheurs scientifiques, les maîtres-nageurs, les moniteurs professionnels de ski, de voile, les fonctionnaires, etc.

12Quel est le but de cette énumération incomplète ? Elle doit rendre clair qu'il y aura tant de métiers sportifs qu'il sera impossible de tous les standardiser au niveau européen. Je crois plutôt qu'il sera beaucoup plus important pour un jeune espagnol, italien, français ou allemand voulant devenir moniteur de ski, journaliste de sport, maître-nageur, etc., d’être libre de choisir dans quel pays de la Communauté il recevra la meilleure formation, et qu'il aura plus tard la liberté d'exercer cette profession là où il souhaite le faire. Mais ceci suppose qu'il y ait une certaine harmonisation entre les formations. En tout cas, s'il reçoit une bonne formation en administration et marketing, en questions financières et juridiques, en communication, en service clientèle et dans quelques autres matières, l'intéressé sera un bon gestionnaire qualifié, soit dans le Royaume-Uni, soit en Italie, en France ou en R.F.A., et il aura sa chance pour réussir dans sa profession.

13Ce qui serait essentiel, c'est, sur le plan politique, la reconnaissance mutuelle de l'équivalence des formations qui se correspondent et à l'égard du travail de l'individu, sa qualité objective.

14Donc, voilà des aspects que la Communauté Européenne et le Comité des Ministres ont très vite compris, et ils ont essayé de trouver des solutions. Ils ont commencé par une harmonisation des formations en architecture et en pharmacie, et, en vérité, ils ont réussi, malheureusement, après 17 ou 18 années. Il a fallu beaucoup de temps ! Donc, si on avait continué le travail sur de telles bases, on aurait mis encore mille ans ! C'est pourquoi on a renversé la procédure. On a accepté, le 19 décembre 1988, une directive pour la reconnaissance mutuelle des formations universitaires qui nécessitent au moins trois années de formation, et cette directive est entrée en vigueur dans les douze pays en janvier 1991. On a tout de suite recommencé le travail parce qu'on s'est aperçu que cette directive ne suffisait pas pour le monde du sport qui avait besoin d'un règlement spécifique pour les métiers pour lesquels on est formé en dehors des Universités.

15C'est pourquoi nous avons préparé une deuxième directive qui a été adoptée au mois de juin 1992.

16Voilà maintenant le cadre politique et juridique et, en ce contexte, il faut aussi mentionner un bon nombre de jugements de la Cour de Justice de la Communauté qui, elle aussi, se prononce régulièrement pour chaque tendance d'harmonisation et d'égalisation entre les douze pays.

17Ce qu'il faut maintenant, c'est obtenir une certaine standardisation des contenus pour justifier la situation juridique et pour faciliter la décision des gens qui sont vraiment intéressés pour s'installer dans l'un des pays. Ceci demande des informations sur les activités physiques et sportives, sur leur organisation dans les douze pays, des cours dans une langue étrangère, des stages obligatoires dans un autre pays et, avant tout, un consensus général sur les conditions d'accès à une formation, sa durée et son contenu central.

18Et c'est là le travail réalisé en grande partie par le Réseau Européen des Sciences Sportives dont Jean Camy est le Président, et dans lequel Raymond Claude porte une responsabilité très importante. Ils vous en informeront au cours de cette séance.

Jean Camy

19Merci Walfried König de cette introduction qui a bien montré ce que sont les enjeux et les cadres dans lesquels la formation, envisagée à l'échelle de l'Europe, prend tout son sens.

20Henrique Barreiros va nous donner son point de vue. Quelles sont les conséquences de ce système, qui se met en place, sur le fonctionnement de nos systèmes existants ?

21On prendra aussi quelques exemples sur les conséquences que les directives induisent sur la mobilité des étudiants et les effets de cette mobilité. D'autre part, comment circulent les étudiants et les professionnels, en relation avec cette directive ?

Henrique Barreiros,

Directeur de la Faculté "Motricidade Humana" de Lisbonne - Président de la conférence portugaise des directeurs d'instituts des sciences et du sport.

22J'essaierai d'ajouter quelques réflexions, quelques points qui sont apparus au cours de nos travaux de tentative d'harmonisation.

23Les métiers du sport sont récents, au point de vue terminologie et démarche. D'après une étude française — mais il en existe d'autres — les métiers du sport qui correspondent aux directives officielles européennes sont très nombreux.

24Mis à part les problèmes juridiques de droit du travail, parler d'un métier, c'est parler en liaison avec le système de formation, y compris le système de qualification professionnelle ou professionnalisation.

25Je vais souligner quelques questions que pose maintenant le problème des métiers du sport.

26Quand on parle de métiers du sport, on sait ce que cela veut dire au point de vue des orientations législatives européennes.

27D'abord la question est de savoir ce que l'on désigne par métiers du sport ? Du point de vue universitaire, il faut voir s'il s'agit d'une filière autonome et spécifique de formation, mais du point de vue général, il faut savoir où se placer dans une hiérarchie, dans une sorte d'édifice de formations à plusieurs niveaux. Il faut donc établir une relation étroite entre métiers et niveaux institutionnels de formation.

28La question que je voudrais ensuite soulever, c'est de savoir ce qui se passe actuellement quand on parle de métiers du sport dans nos instituts traditionnels de formation.

29D'après nos tentatives de formation diversifiées, on parle normalement d'animation, d'enseignement, d'entraînements, de réhabilitation et de gestion. Ce sont les références les plus importantes, les plus connues, celles que l'on pratique le plus.

30La première question est de savoir si cela correspond vraiment à des métiers, et si on rentre bien dans des filières professionnelles. Un problème peut se présenter : celui de la différenciation scientifique.

31Je ne vais pas m'étendre sur ce sujet, mais je peux en dire deux mots. Quand on parle d'animation, d’enseignement ou d'entraînement, la question qui se pose est : "qu'est-ce qui est vraiment différent ?" La seconde question, que je vous formule à ce niveau, concerne ce qui doit être distingué pour la formation. Je vous propose une façon de réfléchir à ce problème car :

  • premièrement on est confronté avec un problème de rôle du sport : rôle, cela veut dire enseignement, animation, éducation ;
  • deuxièmement on est confronté avec une spécialité instrumentale d'intervention (basket-ball, natation...) ;
  • en troisième lieu on est confronté au contexte d'application (par exemple le sport à l'Université ou le sport à l'école).

32Encore quelque chose de difficile à apprécier : la professionnalisation.

33Pourquoi ? Cela dépend des pays, des systèmes, des filières, mais il y a une relation difficile à établir avec les pouvoirs professionnels. Ce n'est pas évident que l'on doive professionnaliser dans le cadre des institutions de formation, — c'est-à-dire définir le produit du point de vue de l'habilitation professionnelle — soit au niveau de la compétence, soit au niveau des directives qui appartiennent aux institutions de la profession.

34Le problème est délicat. Il est très difficile de dire si oui ou non il faut professionnaliser à l'Université. Par exemple, normalement, dans la plupart des pays, ce n'est pas aux facultés de médecine de professionnaliser, c'est aux ordres médicaux.

35Une petite contribution pour finir : nous sommes ici dans un Forum de sport universitaire. Du point de vue des métiers du sport et du point de vue des formations pour les métiers du sport, on doit se poser la question suivante : Est-ce que le sport universitaire contient les ingrédients suffisants pour déboucher sur un métier du sport ? Comment faut-il l'envisager ?

36Du point de vue du marché ? Ou du niveau d'implantation ? Et aussi du point de vue de la spécificité du contenu ? Là, les choses sont difficiles. Quand on parle de sport universitaire, on parle d'enseignement, d'animation, d'entraînement, de gestion. Je crois que le seul aspect pour le moment, qui peut donner de la spécificité au sport universitaire, c'est d'une part la population à qui on s'adresse, et cela mérite peut-être d'être étudié d'une façon particulière pour différentes raisons, et ensuite, le sens projectif. L'étudiant d'aujourd’hui est appelé à exercer des responsabilités dans un futur proche.

37Ce qui est spécifique, c'est le rôle futur de l'étudiant universitaire dans la société. Qu'il soit médecin, ingénieur ou autre, il va avoir un rôle important, et le sport universitaire peut lui permettre d'acquérir responsabilités et rayonnement. Le sens d'autrui également.

Daniel Cassoret,

Formateur-conseiller départemental d'animation sportive, Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports du Pas-de-Calais.

38Raymond Claude, dans une séance de travail, évoquait la classification des nomenclatures de formation au niveau européen (...). Je crois que la première des choses à faire est d'harmoniser les situations afin que l'on parle tous le même langage lorsque l'on parle de niveau de formation. Ce n'est déjà pas évident dans son pays propre, pour le faire comprendre aux jeunes, et aux employeurs potentiels. Alors, si l'on y ajoute une nomenclature différente, je crois que ce sera encore plus difficile. Le premier besoin est un besoin d'harmonisation des classifications.

39Jean Camy évoquait tout à l'heure la possibilité pour un jeune d'aller chercher dans un pays de la communauté la formation qui lui convient le mieux sinon celle qui lui semble la plus performante. Il faut qu'il sache aussi de quel type de formation il s'agit et encore une fois, c'est nécessaire que l'on parle tous le même langage.

40Un petit mot pour évoquer — par rapport à l'ensemble des diplômes européens ne concernant pas l'enseignant de l'Education Physique, donc brevet d'état — les petites expériences qui se sont passées par exemple dans le domaine du ski avec les moniteurs, en particulier anglais, qui venaient enseigner dans les Alpes avec des groupes. Ces moniteurs avaient acquis leur diplôme en très peu de temps alors qu'en France, il faut deux ou trois ans pour obtenir le brevet d'état.

41Mais je pense que si l'on arrive d'une part à harmoniser les discours, les classifications et, d'autre part, à déterminer dans chaque pays que pour arriver à tel niveau il faudra, soit une formation complémentaire, soit une formation professionnelle, on pourra trouver une voie qui permettra à chacun d'y trouver son compte.

Jean Camy

42Avant d'apporter une réponse, il serait peut-être bon d'écouter les questions et les commentaires de la salle.

Pierre Collomb

43Le sujet de cette séance porte sur la formation aux métiers du sport. Je crois que l'on a beaucoup parlé de formation, de diplômes, mais on a peu parlé des métiers du sport. Alors le souhait que j'exprime est que l'on axe nos échanges sans oublier que la formation a un sens dans la mesure où elle est en perspective d'un métier.

44On a beaucoup parlé de la formation de l'enseignement des A.P.S., mais dans les métiers du sport, il y en a bien d'autres. Et je crois qu'il faudrait essayer de parler de formation aux autres métiers du sport qui peuvent se présenter, et de manière à préciser dans quelle mesure on doit cibler et adapter la formation aux métiers. Parce qu'il ne faut pas faire de la formation pour la formation mais de la formation pour qu'elle débouche sur une réalité professionnelle.

Jean Camy

45Je ferai une réponse brève sur le fond à la question qui vient d'être posée et je passerai la parole à mes collègues qui peuvent dire des choses plus précises, y compris à Walfried König, qui a engagé en Allemagne un travail important pour dégager les filières de formation privilégiées. Et je crois qu'il y a là des exemples à suivre quant à la méthode et aux résultats acquis.

46Henrique Barreiros l'a très bien dit tout à l'heure : il y a une grande difficulté à parler de métiers du sport, c'est vrai, à la fois parce que le noyau dur des compétences qui sont au centre de ces métiers n'a pas toujours été identifié. Autrement dit : est-ce qu'un médecin du sport ou un juriste qui travaillerait spécifiquement dans le domaine du sport fait un métier du sport ? On peut répondre oui sur le principe à cette question mais, sur le plan des stratégies de formation que cela engage, il faut aller regarder dans les conjonctions de compétences qu'impliquent ces métiers. Qu'est-ce qui est spécifique du domaine sportif et qu'est-ce qui est spécifique d'une compétence professionnelle particulière qui a déjà son champ de compétences existant ? Tout en imaginant que cela ne se détermine pas uniquement sur des bases théoriques ou sur des principes, mais que c'est aussi la conséquence "des effets de marché" qui peuvent le réguler. Il s'agit de voir par exemple comment la médecine du sport est gérée en France et comment elle est gérée dans les pays d'Amérique du Nord. Les médecins en France ont réussi beaucoup mieux à préserver ou à accroître le territoire de leurs compétences que ne l'ont fait les médecins nord-américains.

47Donc, premier problème, la définition des limites des métiers. Sans sous-estimer le fait que c'est quelque chose a priori de difficile parce que les métiers eux-mêmes sont des métiers complexes.

48Deuxième question : nous sommes dans un champ. Est-ce particulièrement vrai pour le sport ? Je ne le sais pas. Et un métier, qu'est-ce que c'est ? Une tradition, une culture, ce sont des savoir-faire particuliers. Dans le système sportif, on connaît les transformations économiques comparables à ce que l'on observe dans d'autres métiers. (...). Les entreprises de sport sont des petites entreprises pour leur très grande majorité, où l'on voit apparaître des structures plus grandes, avec les effets secondaires que l'on connaît ailleurs : division du travail augmentée, augmentation des niveaux de qualification et de l'écart entre ces qualifications. Donc, des nouveaux métiers apparaissent et, de ce point de vue, on est en situation difficile. Et je crois que le travail qui a été fait par le Ministère Français de la Jeunesse et des Sports, dans le cadre de son schéma directeur des formations, qui a travaillé ponctuellement sur les métiers du moment, en essayant de projeter des solutions à partir de l'unité des métiers existants, a connu là certaines de ses limites. Si l'on veut avoir une méthode fiable, il faut réinsérer les métiers dans les organisations professionnelles, dans les entreprises, dans les contextes de production qui leur correspondent et qui peuvent faire varier complètement la définition des tâches dans ces métiers.

49Nous avons tenté de lancer au sein de notre réseau un Observatoire Européen des Métiers du Sport. Raymond Claude est chargé d'en coordonner la mise en place. En nous appuyant sur les Observatoires Nationaux ou Régionaux existants, ou sur les travaux maintenant relativement connus concernant les qualifications professionnelles dans les différents pays d'Europe, ou aux Etats-Unis, ou ailleurs. Ces structures sont destinées à faire à la fois de l'analyse des métiers et des approches prospectives des évolutions des structures d'emplois.

50En étendant ces coopérations, comme on a déjà commencé à le faire, à d'autres pays d'Europe, on pourra petit à petit arriver à la fois à parler un langage commun et peut-être parviendra-t-on prochainement à se donner des outils de pilotage des systèmes de formation qui tiendront compte des réalités économiques et sociales qui sont en place.

51Cela va de soi et il faut déjà s'entendre sur les grilles et sur les indicateurs de qualification. Nous utilisons une grille européenne, qui a été acceptée par l'ensemble de l'Europe et par la France. Et il se trouve que la France continue à utiliser dans ses usages communs une grille qui a été fabriquée par un organisme qui s'appelle le "C.E.R.E.C.", qui est une grille en six niveaux de qualification et qui possède une numérotation à l'envers de ce qu'est la numérotation européenne. Je crois que les Français doivent savoir que l'Europe ne peut pas se contruire autour de la France et à l'image de ce qu’elle est. Faire l’Europe, c'est participer à une vaste communauté et mettre ensemble un certain nombre de choses, et renoncer à certains de ses particularismes nationaux.

Walfried König

52Je vous dit à l'avance que moi-même, je ne suis pas capable de donner une réponse définitive à cette question-là.

53Un métier du sport qu’est-ce que c’est ? Je crois qu'il y a deux possibilités de définition. Il y a la possiblité de donner une définition juridique, puisque c’est une profession qu'on exerce après avoir passé des études universitaires ou après avoir passé un apprentissage sanctionné par un examen.

54La deuxième possiblité serait de dire que l'expression désigne toutes les occupations où l'on travaille dans le sport et où l’on gagne de l'argent.

55Maintenant regardons ces deux formes pures. Si je prends la première définition, la situation juridique est facile. Il y a, comme je l'ai dit dans mon intervention, deux directives, la première pour les formations universitaires avec une durée d'au moins trois ans, et une deuxième directive pour tous les niveaux situés au-dessous de ce niveau universitaire. C'est-à-dire qu'il peut s'agir là d’une formation universitaire avec une durée d'une ou deux années, ce sont des exemples qui viennent d'Angleterre, ou d’une formation au-dessus de l'Université.

56Je reviens à la première directive. Tous les métiers qui relèvent d'une formation universitaire avec une durée d'au moins trois ans sont reconnus dans les douze pays de la Communauté Européenne. Indépendamment de la question consistant à savoir s'il s'agit des études juridiques, de médecine ou en lettres, etc. Donc, personne ne s'occupe de la question de savoir si un médecin a reçu une formation dans telle Université, dans tel pays, où il y avait beaucoup de contenus concernant le sport, ou s'il a reçu une formation dans laquelle le sport n'existait pas du tout. Personne ne s'en occupe. On dit que c'est équivalent. Ceci est la situation juridique.

57Mais ceux qui travaillent dans le sport ne sont pas contents de cette situation. C'est pourquoi ils essayent d'améliorer la situation en favorisant des échanges entre les Universités, des échanges personnels et aussi des échanges de connaissance et de plans d'études, sur les contenus, etc., pour les harmoniser. Il faut travailler ainsi pour que la situation juridique soit définie nettement et justifiée par la situation concrète.

58Maintenant je reviens sur la directive. Là, il y a beaucoup de choses qui ne sont pas encore claires parce que la directive est très récente. Elle date du mois du juin mais elle comprend normalement tous les métiers qui sont basés sur un apprentissage ou des études courtes dans une Université. Et là, il y a très peu de formations dans le sport qui correspondent à l'apprentissage d'un boulanger ou d'un maçon, etc. Si cela existait, cela serait maintenant reconnu comme équivalent mais comme cela n'existe pratiquement pas, les responsables du sport doivent s'interroger sur la décision à prendre : doit-on laisser la situation actuelle ou doit-on essayer d'harmoniser ce qui existe pour faciliter les échanges entre nos pays ? La décision qui a été prise est que l'on s'est décidé à harmoniser tout ce qui est apte à être harmonisé sans se préoccuper trop de cette deuxième directive. Et dans ces efforts d'hamonisation, nous avons commencé avec les travaux qui ont été évoqués aujourd'hui avec les différents niveaux, entre 1 et 5.

59Si vous le permettez, je voudrais vous préciser que chez nous, en Allemagne, il existe vraiment la possibilité de monter lentement du niveau 1 au niveau 5. C'est-à-dire les niveaux 1, 2 et 3 correspondent à des formations qui sont données dans les Fédérations et pour le niveau 4, on peut suivre la formation à l'"Académie" de Cologne. La formation dure une année et demie, et si l'on a de bons résultats à la fin de la formation, on a la chance de pouvoir continuer ses études à l'Université sportive de Cologne sans avoir passé auparavant le baccalauréat qui, normalement, est une condition requise pour pouvoir accéder à ces études. Je dois préciser que très peu de personnes sont concernées mais ceci est plus qu'une théorie. La possibilité existe vraiment.

60Nous nous trouverons certainement dans quelques années à devoir décider si un jeune espagnol, ou un néerlandais, ou un français pourra également avoir la chance d'entrer dans une Université chez nous sans être titulaire du baccalauréat. Si ce jeune a ce niveau requis, il aura certainement une chance d’être accepté pour cette formation universitaire.

Raymond Claude

61Je donne tout simplement la définition telle qu'elle se trouve dans les directives en ce qui concerne les métiers. Chaque individu est à considérer comme un professionnel s'il exerce une activité (pour laquelle il faut avoir un diplôme) et qui est rémunérée. La définition de la directive est très simple. Mais le problème, c'est justement au niveau des métiers du sport. Il y a des pays où c’est réglementé ; il faut avoir un diplôme et c'est rémunéré. Dans d'autres pays, la même activité se fait sans réglementation.

Henrique Barreiros

62Un petit mot sur les problèmes de passerelles et sur la possiblité d'arriver jusqu'au bout dans l'échelle des formations. Il ne faut pas oublier — ce n'est pas une question de sport — que depuis longtemps, dans un très grand nombre de pays, les Universités ont l'habitude d'accepter des individus âgés de plus de vingt cinq ans avec des examens de maturité, (ce qui suppose un sens de la liberté) et de formation d'adultes.

63Ce n'est pas une question de sport. C'est une question de principe, que d'accepter des gens et de leur donner la possibilité de poursuivre des études. C'est un principe universitaire ; je crois que cela existe dans plusieurs pays. Un autre aspect spécifique : l'examen d'entrée. Quelle est la réelle importance de l'examen d'entrée (...). Concernant le problème des métiers, je crois que la définition est claire. Dans ma première intervention, j'avais dit cela. Mais ça ne résoud pas nos problèmes de formation, de gestion, etc. Prenons un exemple français. Selon une étude réalisée sur trois départements, 11 000 emplois sont recensés, qui, plus ou moins, peuvent être admis dans cette définition, même si dans certains cas il s'agit d'emplois saisonniers. Le problème doit être posé : qu'est-ce qu'un métier quand on veut vraiment faire l'effort nécessaire pour construire une définition opératoire ? Les Universités sont restées fermées très longtemps à ce genre de question. Cette attitude n'a pas été sans conséquence. Il y a un système de professions qui s'est développé plus ou moins de façon empirique. Ceci veut dire que l'on est en retard, avec le manque de pouvoir d'un savoir organisé qui puisse dire quelque chose, qui puisse imposer les professions. On est ici dans une situation assez ambiguë, difficile, mais on prend conscience qu'il faut respecter la réalité telle qu'elle s'est développée plus ou moins d'une façon autonome, dispersée, corporative. Ma dernière remarque concerne un autre problème, au niveau des métiers. Il y a deux grands secteurs : les métiers où l'on travaille avec les gens, et ceux où l'on reste au niveau de spécialistes du sport : les médecins, les psychologues et tous les autres qui travaillent autour des instruments, qui travaillent autour des études, les journalistes.

64Cette différenciation professionnelle fait apparaître une tendance centrifuge, par ramification et segmentation progressive des spécialités qui se double d'une tendance centripète, opérant par recentrement (par exemple, les métiers de la communication). Et le sport et les sportifs sont là, au cœur de ce dispositif... Les métiers du sport subissent ces deux mouvements contradictoires.

65Je m'excuse d'être un peu rapide mais je ne veux pas prendre la parole plus longtemps.

Jean Camy

66Nous avons évoqué un certain nombre de problèmes auxquels il nous faudra essayer d'apporter des réponses.

67Y a t-il déjà des réponses dans des secteurs déterminés qui tentent d'élaborer et de mettre en œuvre des filières européennes de formation ? Et que peut-on éventuellement mettre en place dans ce contexte ?

68Avant de donner la parole à mon collègue Raymond Claude, qui va évoquer ces questions, je voudrais faire une toute petite remarque par rapport à ce qui a été dit sur les directives, le cadre dans lequel elles se placent, le contenu qu'elles définissent, les possibilités qu'elles ouvrent à partir de deux ou trois exemples concrets. Je ne prendrai, exprès, que des professions comme celle par exemple de professeur d'éducation physique, où les écarts de formation entre les différents pays sont relativement faibles, c'est-à-dire de trois à cinq ans selon les systèmes de formation en Europe. Mais je me souviens, pour en avoir parlé et exposé cette question auprès d'étudiants espagnols, dont la formation dure actuellement cinq ans, d'avoir été extrêmement choqué d'apprendre que des étudiants italiens, ayant fait simplement trois années d'études dans leurs instituts universitaires, pourraient postuler au même emploi de professeur d'éducation physique en Espagne que s'ils s'étaient eux-mêmes arrêtés après simplement leur premier cycle de formation qui dure trois ans. Il y a là effectivement un dispositif, qui a laissé latitude de considérer comme équivalentes un certain nombre de formations se déroulant au delà de trois ans, et de laisser quand même au pays, dans la mesure ou il estimerait que l'écart entre la formation initiale reçue dans le pays d'origine et celle qui est exigée dans le pays d'accueil s'avèrerait trop importante, la possibilité de demander une mise à niveau soit sous forme de formation complémentaire, soit sous forme de stage professionnel encadré, au choix d'ailleurs du professionnel.

69Donc, on voit là un dispositif qui aura des effets, qui a des effets en termes de qualification professionnelle, et on voit déjà des effets qui sont liés au système de formation qui engendrent la mobilité. Walfried König a évoqué la mobilité comme une possibilité, une liberté laissée à l'étudiant. Je vais prendre deux exemples qui montrent en quoi la mobilité est déjà en cours et peut être engendrée par des dispositions institutionnelles. Prenons par exemple les professeurs d'éducation physique, en tous cas les formations en sciences du sport, en France. Pour entrer dans des instituts, il faut passer des tests d'aptitude physique. Etant donné les capacités d'accueil limitées de ces instituts, en moyenne, il y a pratiquement un dixième des postulants qui se présentent, qui sont effectivement intégrés en formation de première année. Ce type de tests physiques n'existe pas en Belgique, comme condition d'entrée préalable dans les Universités. Et j'ai été moi-même saisi par plusieurs jeunes candidats de la région lyonnaise, où j'habite, me disant "Pourriez-vous me donner les adresses des trois Universités francophones de Belgique pour que nous puissions faire acte de candidature, sachant que de toute façon le diplôme que nous aurons obtenu en Belgique qui a d'ailleurs une excellente réputation nous permettra d'exercer des fonctions de Professeur d'éducation physique en France et de passer les concours de recrutement pour la formation ou la fonction de professeur d'éducation physique". Voilà un premier exemple.

70Deuxième exemple, qui relève du même type de problème. Les études de médecine, en France, donnent lieu à un terrible numerus clausus ; là encore, un certain nombre de jeunes étudiants, qui veulent absolument faire des études de médecine, s'orientent vers des pays où ce numerus clausus dans les études de médecine n'existe pas ou est plus faible encore — on retrouve des choses équivalentes au niveau de la Belgique — et vont revenir, alors que ce numerus clausus a été mis en place pour contrôler le marché de l'emploi des médecins sur le territoire français. Cette disposition va être complètement contournée parce que l'on va voir arriver des médecins français, diplômés des Universités belges ou d'ailleurs, qui vont s'installer en France et qui vont saturer, si je peux dire, le marché de l'emploi.

71Donc, on voit que la mobilité et la déstabilisation des systèmes de formation ne viendront pas seulement du choix volontaire d'un certain nombre d'étudiants mais pourront venir directement des effets des organisations et des dispositions institutionnelles qui existent dans les différents pays.

Raymond Claude,

Directeur de l'Ecole Nationale de l'Education Physique et des Sports à Luxembourg, Vice-Président du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport.

72Le Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport travaille, depuis mai 1990, sur le problème de l'harmonisation de la formation des entraîneurs en Europe. Suite à cinq réunions — la dernière a eu lieu à Cologne le 23 juin dernier — on a réussi à élaborer un modèle européen d'une structure de formation pour entraîneurs, dont je vous ai déjà parlé hier. Mais je vais vous énumérer quelques principes généraux concernant sa structure. Le but était de fixer des standards européens minima, des références concernant l'organisation des formations et des profils professionnels, c'est-à-dire de définir la qualification, je vous ai dit cela hier. Un autre principe général était de prendre en considération la diversité des formations européennes ; il fallait que ce système, cette nouvelle structure, s'adapte à la diversité des formations européennes existantes. Un autre principe général, c'était que cette structure pourrait servir peut-être — et j'espère sûrement — comme instrument de reconnaissance des formations qui existent actuellement en Europe. Et cette structure devrait servir comme point de référence aux formations nationales qui sont en train de se mettre en place. Je vous ai dit hier que des pays sont en train de mettre des formations, y compris des formations d'entraîneurs, en place ; il faut qu'ils puissent se rapporter à des références européennes. Pour construire cette structure, on s'est référé à des textes de droit communautaire européens. La première directive est sortie en 1985 ; la deuxième a été votée en juin 1992 par le Conseil des Ministres et sera donc applicable en 1994. Dans ces directives, on donne une définition très claire de ce que l'on entend par formation universitaire ou non universitaire. On donne des précisions quant à la validation des diplômes et on donne des précisions quant à la durée des formations. Par exemple, pour le niveau 4 européen, c'est-à-dire le Brevet d'Etat 2ème degré, on part dans la directive d'une durée minimale d'une année de formation, c'est-à-dire 600 heures environ, qui peut être accompagnée d'une formation professionnelle d'une durée indéterminée. Ce sont des données très précises qui sont définies dans les directives. On s'est référé, à l'échelle européenne, aux cinq niveaux de formation professionnelle, dont je vous ai parlé hier.

73Ce cadre de droit communautaire existant nous a permis d'élaborer cette structure européenne de formation. Cette structure, si elle montre qu'elle est valable et qu'elle est déjà suivie dans certains pays, trouvera son extension dans d'autres domaines de formation. Je vous donne quelques toutes petites précisions concernant le modèle que l'on a retenu. Il concerne cinq niveaux ; il faut que les niveaux 1 et 2 qui correspondent aux niveaux français les plus bas, en général, puissent être considérés dans nos pays, en Europe, comme la formation dite bénévole. Dans notre idée du Réseau, la formation professionnelle, d'après ce que l'on voit dans les autres pays, commence normalement au niveau 3, c'est-à-dire en France à peu près au Brevet d'Etat 1er degré.

74Alors, dans notre structure, on a défini pour le niveau 3 — Brevet d'Etat 1er degré — une durée minimale de 300 heures plus deux années d'expérience en tant qu'entraîneur. Je crois que ce qui est très important à retenir, c'est qu'on a mis beaucoup l'accent sur l’acquis, sur le terrain, en tant qu'entraîneur. On a défini le profil de l'entraîneur, c'est-à-dire que l'on a défini la tâche dans les domaines d'activité. On a parlé de la validation de la formation.

75Pour le niveau 4 — Brevet d'Etat 2ème degré — on a préconisé 600 heures, ce qui correspond à une année de formation, plus deux années d'expérience en tant qu'entraîneur. On a défini le profil de l'entraîneur.

76Pour le niveau 5 — la formation universitaire — on a défini un minimum de quatre années d'études universitaires dont deux années de formation générale et deux années de formation scientifique spécifique dans la discipline sportive choisie.

77Ce qui est très important à retenir, dans ce système, c'est qu'il s'agit d'une structure qui intègre le système universitaire et non universitaire. Cela veut dire qu'il faut aussi créer des passerelles entre formation universitaire et non universitaire, c'est-à-dire qu'une personne qui a le Brevet d'Etat 2ème degré doit avoir la possibilité de passer au niveau 5 sous certaines conditions, qui peuvent être un test d'entrée, qui peuvent être un acquis professionnel ou toute autre clause qui sera à considérer pays par pays. Mais à l'inverse, quelqu'un qui a fait le niveau 5, par exemple un professeur d'éducation physique, doit avoir la possibilité d'entrer au niveau 4 ou 3 en fonction de son expérience professionnelle, et à des conditions à déterminer dans chaque pays de la Communauté Européenne.

78Deuxième considération en général, c'est un système, une structure qui est ouverte, qui n'est pas figée, ni cloisonnée. C'est-à-dire qu'actuellement, chaque formation qui existe ou qui fonctionne en Europe peut, malgré la grande diversité qui existe, s'intégrer dans cette structure. En plus, cette structure est applicable à d'autres disciplines sportives, comme je l'ai dit précédemment.

79Troisième point : je crois que cette structure laisse intact l'esprit de concurrence entre les différents pays, car l'esprit de concurrence peut être quelque chose de très positif ; il peut servir à une émulation vers une meilleure qualification. Je crois que l'Europe va effectivement vers une meilleure qualification des cadres sportifs.

80Un dernier point : vous avez vu, d'après ce que Jean Camy vient de dire, que les directives sont difficilement applicables et poseront énormément de problèmes et cette nouvelle structure — si on trouve un accord — peut être une directive sectorielle, c'est-à-dire que l'on n'a pas besoin d'appliquer la directive qui est difficilement réalisée devant la diversité de nos formations.

Jean Camy

81Merci de nous avoir tracé ce qui a été mis en œuvre de façon concrète, pour tenter de réaliser un cadre à partir duquel des formations européennes peuvent se mettre en œuvre. On notera en particulier la volonté et les efforts qui ont été faits des deux côtes, du côté du mouvement sportif pour accepter que le niveau de qualification le plus élevé puisse et soit nécessairement une qualification universitaire ; et inversement, pour les universitaires, accepter un principe de continuité dans les qualifications qui gardent au moins le principe ouvert de la continuité dans la formation ; c'est quelque chose d’intéressant.

82De façon plus concrète, je voudrais passer maintenant la parole à Ulrick Persyn qui va vous exposer comment, pour ce qui concerne des formations qui se situent au niveau 5, et je dirais au niveau 5 plus, puisque dans la directive européenne, le niveau 5 est théoriquement atteint à partir de trois années, une tentative d'organisation d'une formation européenne, toujours dans le domaine de l'entraînement sportif, intitulée "Master Européen"

Ulrick Persyn,

Professeur à l'Institut d'Education Physique de l'Université Catholique de Leuven (Belgique).

83En ce moment aussi, dans le réseau, on est en train d'essayer d'établir un aperçu des centres d'excellence par discipline sportive. Qu'entend-on par là ? On pourrait parler également de centres d'évaluation où des entraîneurs universitaires, avec des chercheurs, acceptent des sportifs pour établir des diagnostics et pour donner des directives.

84Par exemple, en natation — c'est mon sport — nous avons répertorié en Europe à peu près vingt-cinq de ces centres. Le problème est que, dans ce type de contexte, il faut une interface entre les entraîneurs professionnels universitaires et les scientifiques, et on remarque en réalité que ce ne sont que des entraîneurs universitaires, qui travaillent hors de l'Université, qui peuvent jouer ce rôle de méthodologues ou d'interface entre le sportif et le centre d'évaluation.

85En ce moment, on a proposé une formule aussi pratique que possible pour des gens qui travaillent au niveau 5, comme professionnels, et qui n'ont pas la possibilité de se libérer pendant toute une année académique pour un post-graduate. Quelle est la formule proposée ? On propose des modules d'une semaine ; ce sont des cours intensifs. Après quatre de ces modules, avec un travail préparatoire et un travail personnel, on pourrait obtenir comme entraîneur, niveau 5, le "Master’s degree". Il est important, dans ce contexte, que l'entraîneur ou l'expert puisse choisir une spécialisation plutôt vers le coaching, vers la formation des cadres, ou vers une fonction de coordonnateur dans un grand club ou dans une fédération sportive. Egalement, dans ce contexte, il est primordial de coopérer dans la mesure du possible, avec les autres instances qui s'occupent du sport et qui sont responsables du sport, par exemple les fédérations et les associations d’entraîneurs, et il n'y a aucun problème pour réaliser cette formule en Europe, ce qui est déjà une opération qui existe au Canada par exemple, c'est-à-dire d'organiser simultanément des spécialisations ou des modules, des cours intensifs pour le niveau 5 ou le niveau 4, les mêmes charges de cours mais en groupes séparés, pour certains modules, par exemple un module de biomécanique où la partie positive scientifique est importante ; d'autres modules pourraient être donnés ensemble, où les entraîneurs seraient invités.

86En ce qui me concerne, j'ai tout de même un problème qui touche les jeunes chercheurs en Europe, un problème que l'on devra résoudre. Pour le jeune chercheur qui investit beaucoup de temps dans une approche transversale, où il combine la physiologie, la sinésiologie et la morphologie, il est beaucoup plus difficile de publier dans des articles ou dans des revues qui sont acceptés par les autorités académiques, que pour celui qui s'oriente sur un petit détail fondamental — parfois inutile — mais qui est important dans le contexte universitaire pour arriver et pour devenir immédiatement, aussi vite que possible, professeur. C'est un problème qui me touche personnellement avec la jeunesse que je suis de près dans le domaine du doctorat. Et je suis persuadé que dans le Forum prochain qui aura lieu à Cologne, ce sera une question essentielle et que, dans chaque pays — comme cela a déjà été réalisé en France — on va essayer d'organiser des revues, des publications où ce genre d'approches qui touchent le sport, qui sont intégrées, soient acceptées par les autorités académiques.

Jean Camy

87Je crois que l'expérience que tu as citée, et sur laquelle on pourra peut-être revenir pour avoir plus de détails, qui a mobilisé les efforts pour l'organisation des modules, la coopération, l'accord et la participation des autorités fédérales sportives, me paraît être un exemple de ce qu'il est possible de faire dans la reconnaissance mutuelle des compétences et dans l'acceptation mutuelle des savoirs, entre les Universités et les Fédérations.

88Ce travail qui est fait au niveau européen, il va de soi qu'il ne sera probablement pas sans conséquences — et j'en avais évoqué quelques-unes tout à l’heure — sur les systèmes de formation français, que ce soient des sytèmes universitaires — j'ai pris l'exemple des professeurs d'éducation physique tout à l'heure — ou des systèmes qui sont mis en oeuvre par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Et à ce sujet, je voudrais interroger nos collègues de la Jeunesse et des Sports pour voir un peu comment eux vivent, côté français, ces dispositifs d'intégration européenne, comment ils les appréhendent, de quelle manière ils se situent et quelles sont les perspectives qu'ils envisagent.

Alain Jehanne,

Formateur- Conseiller Départemental d'Animation Sportive à la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports du Calvados.

89Ce sera une intervention un peu questionnante puisque, depuis hier, et je les en remercie, les éminents membres du réseau des Instituts de Sciences du Sport m'ont intégré un peu dans leur groupe (...) parce qu'il m'a semblé que je risquais fort de par ma situation de formateur sur le terrain et de syndicaliste, d'être un peu en décalage par rapport aux travaux qui sont menés au niveau européen.

90Maintenant, et par rapport au titre de l'Université Sportive d'Eté : "Le Sport, l'Université, l'Europe", il faut bien que je dise que je travaille en fait hors Université. Ce qui nous préoccupe, c'est aussi ce qui se passe au niveau universitaire, mais c'est la jonction entre ce qui se passe en dehors de l'Université et à l'Université. Pourquoi ? Parce que je vois dans le mouvement des filières européennes de formation un décalage avec le niveau national ; et j'aurais bien aimé à ce sujet que Monsieur Bouchout, qui traite les règlementations et les formations au niveau du Ministère de la Jeunesse et des Sports, nous donne son avis. Parce que je vois un décalage entre, d’une part, ce qu'a dit tout à l'heure Monsieur Claude Raymond concernant les formations de niveau 2 européen, donc 5 français ; ces formations sont considérées en fait comme des formations de bénévoles. Ce qui se met en place actuellement, si j'en juge par les derniers textes, c'est une formation de niveau 2 européen, professionnalisante, et les formateurs que nous sommes s'interrogent sur les cursus, les filières, les passerelles pour aller d'une formation de ce niveau-là à une formation universitaire. On ne voit pas bien de quoi il s'agit lorsque l'on parle parallèlement des formations des filières européennes. On imagine mal actuellement comment, et y compris au niveau syndical, même si on en accepte l'augure, de mettre en place des formations de niveau 5, sous condition que ce ne soient pas des voies sans issue. Car l'intervention syndicale, vous le comprendrez, est une intervention qui se situe de façon privilégiée dans le cadre de l'insertion sociale et professionnelle. Mais on ne peut pas tout faire et n’importe quoi.

91Alors, il est un moment où, par souci de cohérence, on a envie de savoir et de comprendre comment un individu X, dans un club, avec quelques diplômes de bénévole émanant d'une fédération, arrivera tant bien que mal à passer du niveau 2 européen au niveau 3, voire au niveau 4, alors même que les Assises Nationales du Sport qui se sont tenues conjointement avec le Ministère de l'Education Nationale et le Ministère de la Jeunesse et des Sports au mois de novembre dernier proposaient aux universitaires présents, par le biais des U.F.R. S.T.A.P.S., et aux représentants de Jeunesse et Sports, par le biais des services régionaux de formation à la Jeunesse et aux Sports, de mettre en place des cursus — non pas communs parce que ce serait aberrant. Pourquoi deux structures différentes feraient-elles la même chose ? — mais des cursus en cohérence. Actuellement, depuis novembre dernier en tous cas, j'ai essayé, dans ma région, de me rendre compte en questionnant les partenaires que sont le Directeur Régional et le Directeur de l'U.F.R. S.T.A.P.S., où on en était par rapport à ce projet-là, et je me suis rendu compte — et sans doute par des effets, corporatistes — que la question était bonne mais qu'elle était bloquée. On n'avançait pas là-dessus. Ce qui veut dire qu'à terme, on a des jeunes stagiaires qui passent un brevet d'Etat 1er degré, voire un brevet d'Etat 2ème degré, et qui ont des difficultés pour intégrer, le cas échéant, un cursus universitaire.

92Autre interrogation sur la position de l'administration qui a en charge :

  • d'intégrer les travaux qui sont menés, par exemple, au niveau du réseau européen,
  • et de faire appliquer sur le terrain un certain nombre de consignes.

93Je vois une incohérence et un décalage entre, par exemple, ce qu’on nous propose actuellement, c'est-à-dire de mettre en place une filière professionnelle de niveau 2 européen, alors même qu'il est clair, après le discours de Monsieur Claude Raymond, que ces diplômes seront considérés comme des diplômes de bénévoles. Je vois là une incohérence majeure. Si on se met dans ma posture de formateur, il est certain que je suis mal à l'aise parce que je ne comprends pas que le Ministère, participant à ces travaux, accepte — sous quelles pressions ? Peut-être les pressions syndicales — de mettre en place un diplôme vers des populations — ne nous voilons pas la face — qui sont la plupart du temps défavorisées, en recherche d'emploi, et souvent au chômage, à qui on propose un diplôme qui a un risque majeur, c'est celui d'être pris par les employeurs pour le diplôme de base. Donc pour des intérêts que l'on comprend bien — de rémunération — on met des structures qui pourraient employer ces gens-là, associatives par exemple, en situation de choisir entre deux niveaux 2 ou un niveau 3 ; et cela n'est pas tenable pour un formateur.

94(...)

95Maintenant, sur le problème des équivalences, et j'en terminerai là-dessus, la loi 1984, qui a été modifiée récemment fin juin 1992, fait apparaître — c'est une nouveauté et c'est pour cela que je me permets de le dire aujourd'hui — des équivalences possibles entre les diplômes fédéraux français et les brevets d'Etat (...). C'est une nouveauté qui est intéressante parce qu'elle fera avancer certainement les travaux sur les filières européennes de formation.

Jean Camy

96Bertrand During souhaite poser une question. Nous allons donc lui laisser la parole.

Bertrand During,

Professeur à l'Institut National Supérieur de l'Education Physique de Paris.

97Ce que je vais dire n'est pas en rupture avec ce que j'ai entendu, et les analyses qui ont été présentées sur ce champ fort complexe des métiers du sport m'ont paru très intéressantes. Je vais cependant me permettre de proposer un modèle très simplifié. Il me semble, que nous sommes — en tout cas en France — confrontés à deux dispositions qui sont respectables sans doute, pas forcément contradictoires mais, qui, dans les faits, se contredisent un peu.

98Il y a d'abord une tradition qui est de dire que, par le sport, on peut assurer sans problème une promotion sociale de jeunes pratiquants qui se trouvent être — souvent d'ailleurs — en rupture de système scolaire, en rupture d'insertion sociale parfois. Si bien qu'on voit fonctionner là une logique qui est celle de l'apprentissage. On deviendrait entraîneur ou éducateur sportif comme on deviendrait maçon, par exemple sur le terrain, au contact de ceux qui savent. C'est quelque chose qui a fonctionné, et où pèsent des empirismes sur lesquels il est facile de faire une critique.

99De l'autre côté, il y a la nécessité de reconnaître une compétence, un niveau culturel au regard des responsabilités exercées par ceux dont on s'aperçoit qu'ils encadrent, et qu'ils encadrent des enfants. Et comme, d'une manière générale, dans notre société, on admet le fait qu’il n'est pas inévitable que ceux qui encadrent les enfants soient moins longtemps formés ou moins diplômés que ceux qui encadrent des adolescents ou des étudiants, on serait tenté d'exiger de ceux qui font de l'initiation sportive une qualification élevée, quelque chose qui serait au moins situé au niveau 3 européen ou même au niveau 4. Et finalement, entre ces deux pôles, il paraît, en l'état actuel des choses, assez difficile de trouver une voie de conciliation, je ne méconnais ni ne néglige ce qui a été dit des possibilités de promotion, en particulier du côté des Universités allemandes, je pense que là, il y a beaucoup à réfléchir, il y a beaucoup à créer, et qu’on est vraiment au début d'un processus qui mérite de nombreux efforts. Je ne sais pas si vous partagez cette rapide analyse.

Jean Camy

100Je peux me permettre de dire un petit mot là-dessus et volontairement polémique. J'espère qu'on ne m'en voudra pas. J'ai l'impression que la façon dont les problèmes de la constitution des métiers du sport, en France, autour d'une logique d'insertion et presque de réhabilitation personnelle et sociale des individus, est un phénomène franco-français qui s'explique par des raisons à la fois institutionnelles et politiques particulières. Je crois que l'ancien ministre, que nous aurons l'honneur d'accueillir demain, Monsieur Roger Bambuck, n'est pas pour rien dans cette orientation (...). C'est, à mon avis, une erreur fondamentale que l'on puisse concevoir une filière entière de métiers autour de gens qui sont en échec social ou en échec scolaire. Je pense que c'est dévaloriser d'entrée cette filière de formation que de la considérer ainsi, de même qu'il me paraîtrait humainement et socialement tout à fait injuste de ne pas concevoir un système professionnel qui ne fasse pas place à la capacité de développement, de promotion à laquelle tout individu a droit, comme cela se passe en Allemagne et comme le système français le prévoit. Autrement dit, autant il me semble important de ne pas oublier que les gens qui sont sur le terrain, et qui n'ont pas toujours une formation académique approfondie, ont droit d'accéder à une qualification la plus élevée possible, autant il me semble faux que les métiers du sport doivent être conçus comme le lieu d'accueil privilégié de tous les malheureux de la terre, de tous ceux, en particulier, qui sont en échec social. Je crois que c'est une vision à mon avis fausse. Je ne sais pas si ce type de dispositions que j'évoque comme étant franco-française est effectivement spécifique de la France ou si dans d'autres pays européens les métiers du sport sont aussi considérés comme le refuge des gens qui sont en échec d'insertion sociale ou d'échec scolaire. Je renvoie éventuellement la question à d'autres.

François N'dour

101Depuis tout à l'heure, nous parlons des métiers du sport, et les descriptions que l'on en fait, et les réponses qu'on donne aux différentes questions font penser que nous sommes encore cantonnés dans la formation d'éducateurs ou d'entraîneurs. Nous sommes dans une Université d'Eté, et en parlant d'Université d'Eté, il faudrait que l'on arrive aussi de temps en temps à parler des métiers de sport au sein même de l'Université. Au moment où le sport est devenu un pôle central, émancipateur, à l'origine de pas mal de métiers, au moment où des corporations utilisent le sport pour susciter une émancipation. Nous avons assisté à Lille, l'année dernière, aux Jeux Mondiaux de l'Entreprise autour du sport. Le sport lui-même ne peut-il pas faire en sorte de prendre en charge ce type d'organisation ? A l'heure actuelle, est-il utopique de souhaiter que le sport forme aussi ses propres économistes, forme aussi ses propres juristes. Et de la manière dont nous parlons de sport depuis tout à l'heure, j'ai l'impression que le sport est ici quelque chose en marge, quelque chose à part du monde socio-économique dans lequel nous sommes en train de vivre. Nous sommes dans l'Université d'Eté du Sport et nous devons parler de la prise en charge globale du sport par sa propre façon de faire puisque le sport, en construisant son propre produit, peut le vendre. La biologie nous utilise, l'économie nous utilise et on veut toujours parler de sport en restant sur le terrain et dans la salle. Il est temps que nous nous vendions nous-mêmes.

Jean Camy

102Je crois que votre question est une très bonne question et peut-être les réponses qui ont été faites tout à l'heure n'étaient-elles pas tout à fait claires sur certains points. Je donne une ou deux illustrations puis je passerai la parole à mes collègues.

103Actuellement il y a trente cinq Universités en Europe, Instituts des Sciences du sport, qui forment des managers du sport dans des filières qui se sont données, dans le cadre d'un programme Erasmus, des critères de qualification et de qualité permettant de reconnaître à la fois la compétence de ces personnes et la spécificité de l'objet sur lequel elles travaillent. On ne gère pas le sport comme on gère un magasin de chaussures ! Deuxième exemple, en Allemagne, et Walfried König pourrait en parler mieux que moi puisque c'est lui qui est à l'origine de cette affaire, en Allemagne, un certain nombre de filières de spécialisation professionnelle, après la deuxième année, sont mises en place dans la réforme des études. Et parmi les filières, il y en a une qui doit s'appeler "sport et médias". Et en Allemagne, il est tout à fait clair qu'il s'agit d'une revendication des instituts de sciences du sport pour former les journalistes sportifs et ne pas laisser aux seules Ecoles de Journalisme la tâche de les former.

Henrique Barreiros,

Directeur de la Faculté de " Motricidade Humana ", Lisbonne.

104Je crois qu'on avance bien parce qu'on prend de plus en plus conscience des problèmes. C'est difficile de tirer des conclusions tout de suite car là c'est un point difficile. Bien sûr que l'on sait que le sport est un phénomène social total. De plus en plus, il y a un système, un système de lois, de structures, etc, qui définit le sport dans sa complexité. De même, le secteur qu'il couvre permet d'engager, des personnes, mais de là à dire que tous les participants, dans ce système, dans son développement, remplissent des fonctions correspondant à des métiers du sport, c'est quelque chose qui doit faire réfléchir. C'est la même chose pour d'autres professions. Des ingénieurs qui travaillent pour la santé et qui font des recherches, je ne sais pas s’ils sont à classer dans les métiers d'ingénieurs ou dans les métiers de santé. Là, il y a des questions qui se posent. Un économiste qui travaille pour le sport doit décider au départ, soit au niveau du savoir, soit au niveau des structures professionnelles, s'il veut être un économiste spécialisé en sport (...). Mais je crois qu'il faut faire attention de ne pas précipiter les choses en disant que tous ceux qui travaillent pour l'objet sport exercent un métier du sport. Là il faut faire attention pour la classification. Travailler pour le sport et avoir un métier du sport. Là il y a des différences auxquelles il faut faire attention. D'abord par l'aspect des connaissances, deuxièmement par l'aspect de la formation, troisièmement de par leurs relations.

Walfried König,

Conseiller au Ministère de la Culture de Rhénanie-Westphalie.

105Jean Camy nous a posé tout à l'heure une question. Je vais essayer de répondre. Les métiers du sport ne sont pas un refuge pour les "échoués". J'espère que c'est clair. Deuxième sujet, en reprenant un exemple que Jean Camy a donné, je veux rendre clair ce qui concerne les avantages de l'harmonisation. Jean Camy nous a dit qu'il y avait dans les pays de la Communauté, c'est-à-dire à l'intérieur du réseau européen, déjà trente cinq Universités qui forment des managers en sport. Chez nous, cela existe dans plusieurs Universités, comme par exemple à Cologne ou, je crois, aussi à Bayreuth. C'est connu en Allemagne. Si une Fédération ou un grand club veut engager un manager, l'une ou l'autre sait ce qu'il reçoit au moment où on prend quelqu'un qui a fait ses études dans cette Université. Mais à partir de l'année prochaine, il y aura peut-être quelqu'un venant de Birmingham, ou de Lisbonne ou de Toulouse. Dans ce cas, la Fédération ou le club n'a pas de point de repère. Quelle est la valeur de la formation que cette personne a eue ? Tous les candidats ont-ils la même compétence ? D'ailleurs au Ministère nous avons déjà à faire ces travaux de comparaison de qualifications pour tous ceux qui sont venus dans les années passées de l'Europe orientale vers l'Allemagne. Régulièrement, nous nous trouvons devant la question qui est de savoir quelle est la valeur de telle ou telle formation, et c'est toujours très compliqué. Nous devons toujours comparer et nous y passons beaucoup de temps, et l'harmonisation entre les pays européens engendre certains automatismes. Et cela ne concerne pas seulement ceux qui veulent engager une telle personne, cela concerne aussi ceux qui sont responsables de la formation, par exemple les professeurs, et qui, peuvent être échangés beaucoup plus facilement. Les étudiants et étudiantes peuvent être également échangés beaucoup plus facilement. On va de Heidelberg à Montpellier et de Montpellier à Heidelberg facilement parce qu'on sait que ce qu'on fait dans l'autre Université est reconnu là où on va passer un jour son examen. Tout cela est un avantage de l'harmonisation, et c'est pourquoi on essaie de faire ce réseau.

106Dernière remarque concernant encore une fois ces problèmes de métiers dans le sport. Je prends le problème du dopage. Jusqu'ici les Fédérations, chez nous, ont réglé leurs problèmes juridiques à l'intérieur des Fédérations, et elles ont su faire leur travail. Et tout le monde en est satisfait. Maintenant il y a de nouveaux problèmes, et il s'agit de problèmes concernant les agents. Et que voit-on en ce moment ? On constate que la qualité des juristes dans les Fédérations — quand ceux-ci ne sont pas de véritables juristes, mais des personnes qui travaillent de manière bénévole et qui, au cours des années, ont acquis des connaissances juridiques — ne suffit pas pour ces problèmes graves. Donc qu'est-ce qu'on exige ? On exige de véritables juristes qui sont de véritables spécialistes dans le domaine du sport. Il y en a déjà quelques-uns qui se sont spécialisés dans cette matière, qui semblent gagner actuellement beaucoup d'argent parce qu'ils se sont spécialisés dans cette matière-là. Et je crois qu'en deux, trois ou quatre années, on aura une douzaine de juristes spécialistes dans la matière du sport. Est-ce qu’ils exercent, à partir de ce moment-là, un métier du sport ? Je n'en suis pas sûr, et c'est là le problème de la définition et plus nous en parlons et plus je comprends que la notion de profession ou métier ne nous aide pas. Tous ces métiers qui ont à faire avec le sport sont tellement répandus et tellement différents qu'il sera nécessaire de définir régulièrement, très exactement, de quel groupe on parle.

Pierre Collomb,

Directeur du Centre de Droit du Sport. Professeur à l'Université de Nice.

107Je ne veux pas monopoliser la parole. Je ne voudrais pas que l'on s'éternise sur la question, mais elle me paraît importante, et c'est pour cela que je désire intervenir. Monsieur König, vous m'avez rassuré, la manie du diplôme n'est pas une spécificité française uniquement. Je dis cela parce qu'il me semble que vous revenez à la définition du métier par le diplôme. Et chaque fois que l'on parle métier, on répond diplôme. Or je crois qu'il ne faut pas faire un lien indissociable entre les deux. Il y a des métiers qui s'exercent sans diplôme, tous les métiers du commerce sont des métiers qui ne nécessitent pas de diplôme, et pourtant, ce sont des métiers. Je crois que c'est la même chose en matière de métiers du sport. Et je crois qu'il ne faut pas revenir constamment à une analyse en matière d'équivalence de diplômes. Chaque fois, on revient au problème d'équivalence de diplômes. Je veux bien croire que c'est un gros problème, surtout dans la perspective communautaire, mais ce n'est pas le seul problème. Je crois que le métier existe indépendament du diplôme et de la même façon, la formation peut exister indépendament du diplôme. Donc je crois qu'il y a un problème de fond, et je comprends assez mal la réticence générale que je sens chez vous à élargir le domaine des métiers du sport. J'ai l'impression que vous êtes un peu frileux sur la définition du métier. Vous avez d'ailleurs un souci de rigueur dans la définition du métier qui vous honore, mais qui pour moi, professionnel des définitions, me surprend (...). Parce que vous savez, quand on parle Droit, je prends volontairement cette illustration, moi qui suis professeur de Droit, je ne sais pas ce qu'est le Droit. Il existe cent cinquante définitions du Droit. Les définitions sont des repères, ce ne sont pas des garanties de certitude. Et je crois que pour le métier, c'est pareil. S'acharner à définir le métier, c'est souvent du temps perdu, et je crois que c'est pareil pour les métiers du sport. Le métier du sport, c'est un métier qui touche au sport mais aussi à d'autres disciplines. Le manager du sport, c'est un manager mais il est aussi dans le sport. On a cela dans tous les métiers de la vie. Un chef de services des examens à l'Université, c'est un employé de l'Education Nationale et pourtant cela n'a rien à voir avec l'enseignement : c'est un administratif. A l'intérieur de chaque secteur professionnel, vous avez des divisions et des sous-divisions. Alors quelle est la division principale ? Est-ce qu'un ingénieur de chez Renault est un employé de l'automobile ou un ingénieur ? Il est les deux. Et quelle est la classification première ? C'est un emploi de l'automobile et c'est un emploi de l'ingénieur. J'ai l’impression que vous persistez à conférer à la référence sport, la qualité de sous-division. Or moi, je pense que dans l'intérêt du sport, il serait important que ce soit une division principale. Un manager du sport vit du sport et fait vivre le sport. C'est un professionnel du sport. Alors, bien entendu, c'est aussi un manager et il ne faut pas l'exclure de la catégorie des managers, mais je ne vois pas ce qu'il y a d'incompatible entre les deux. L'exemple que vous avez donné sur le droit du sport est significatif. Il y a quinze ans que je dis que les juristes vont arriver et que ces questions-là ne vont pas rester sans lendemain et sans procès. C'est fatal. Et peut-être que si, justement, dans les Fédérations il y avait des gens mieux formés à la gestion du sport et au Droit du sport, probablement que ces problèmes que vous avez connus en Allemagne et dans d'autres pays auraient été évités ? Cela montre bien que la formation pour les métiers du sport, dans d'autres domaines que l'enseignement, est indispensable aujourd'hui. Ce qui me semble important, ce n'est pas de s'acharner sur des problèmes de définitions, c'est de constater que des gens vivent professionnellement d'une activité relative au sport et qui est indispensable à la vie de la communauté sportive, je crois que c'est cela qui est important. Aujourd'hui, il ne peut pas y avoir de communauté sportive sans gestionnaire du sport. Ensuite, savoir si un médecin qui ferait de la médecine du sport est imparti au sport ou à la médecine ? Moi je pense que c'est une question qui est secondaire. C'est un métier du sport et c'est un métier de la médecine, et je ne crois pas qu'il y ait quelque chose d'incompatible là-dedans. Voilà ce que je voulais dire.

Jean Camy

108Très bien, je crois que la question intéressera — ou embarrassera — les statisticiens pour savoir dans quelle case on va mettre les gens. Mais peut-être ne faut-il pas mesurer le monde selon les catégories ou les nomenclatures des statisticiens. C'est une manière de poser les problèmes.

Bertrand During

109Ce n'est pas une question, c'est une réaction à ce que j'entends, et à ce que j'ai moi-même vécu, puisqu'après tout on a bien le droit de voir le sport à sa propre porte.

110A l’I.N.S.E.P., la mission de l'établissement est d'assurer l'insertion professionnelle d'athlètes de haut niveau. La première façon de répondre à cette mission a été de dire : on va les préparer aux métiers du sport. On les prépare aux métiers du sport et aux métiers de l'éducation physique, et puis, petit à petit, on s'est dit que tous les sportifs de haut niveau n'ont peut-être pas envie de passer leur vie à enseigner leurs pratiques ou même l'éducation physique. Donc on a ouvert, à côté de ce qui était la vocation traditionnelle de l'établissement, quantité de formations. Certaines se font dans l'I.N.S.E.P., c'est le cas par exemple de la formation aux métiers de la vente des articles sportifs, avec un B.E.P., etc. Et puis d'autres formations se font en partie à l'I.N.S.E.P. et en partie dans les établissement extérieurs, universitaires ou grandes écoles, etc.(...) Bien entendu, connaître le sport, avoir une image d'un sportif lorsque l'on est dans un magasin Décathlon n'est pas mal. Mais ce n'est pas totalement indispensable. On peut d'ailleurs entrer dans ces magasins en ne suivant pas les formations de l'I.N.S.E.P.

111Voilà, c'est une petite réaction sur des domaines concrets. Je crois que l'on aurait intérêt à avoir, compte tenu du titre : "Le Sport, l'Université et l'Europe", un fil directeur bien net. L'Université est concernée par toute la richesse du champ sportif et des compétences nécessaires dans ce champ, ce qu'elle fait d'ailleurs depuis fort longtemps, et elle développe en plus une connaissance spécifique du sport qui donne lieu éventuellement à des professions nouvelles, créées par le sport lui-même.

Alain Braun,

S.U.A.P.S. et F.N.S.U. - Université de Paris 1 - Corbeil - Essonnes.

112Je voudrais juste ajouter une ou deux petites chose au sujet de la notion des métiers du sport d'une part, et puis tout ce qui tourne autour de l'organisation. Et je voudrais poser la question suivante : les personnes que vous êtes, qui font partie de ce comité européen d'études, etc., viennent très souvent du monde de l'éducation physique, me semble-t-il. Les formations juridiques, par exemple, ou économiques, ne pourraient-elles pas ouvrir davantage leur champ au monde du sport ? Je suis directeur d'un service de sport universitaire qui n'a pas d'U.F.R.-S.T.A.P.S., et je me suis donc interrogé. N’y a-t-il en dehors de la composante animation, de la préparation sportive des étudiants, de la compétition, etc., à mettre en place des "formations aux métiers du sport" ? Ma logique est de voir s'il n'existe pas des possibilités d'ouvrir l'étude et la recherche dans ces domaines-là, et à partir de spécialistes de droit, d'économie et de gestion... Cette logique-là est assez différente de l'analyse qui est faite à partir des U.F.R.-S.T.A.PS., par exemple.

Jean Camy

113Je crois que l'on a partiellement répondu à la question posée et en particulier à son dernier aspect. (...) Actuellement, il n'existe en France que trois ou quatre structures de recherche qui ont décidé de s'impliquer fortement sur l'objet sport et qui n'appartiennent pas à des U.F.R.-S.T.A.P.S. Et se spécialiser de cette façon, c'est toujours prendre un certain risque parce que le marché est relativement étroit, et que l'objet n'a pas toujours été valorisant. Il faut citer ce qui se passe à Limoges ou à Nice, par exemple, dans le domaine du droit du sport. Mais ce sont quand même des aventures exceptionnelles et, très souvent, la recherche fondamentale disciplinaire — appliquée à l'objet sport —ne s'est développée, dans un certain nombre de domaines, que parce que des gens de l'U.F.R.-S.T.A.P.S. ou venant du domaine du sport s'y sont intéressés. Il ne me paraît pas anormal et illégitime que les U.F.R.-S.T.A.P.S. se préoccupent d'être présentes sur ce champ, et il ne me paraît pas non plus anormal et illégitime qu'il soit difficile pour des structures disciplinaires généralistes de choisir, de se donner une image autour de l'objet-sport dans la mesure où il reste un champ de professionnalisation et un marché relativement réduit.

Pierre Collomb

114Je crois qu'il faudrait essayer de trouver un compromis entre nous, car nous sommes motivés tous par de bonnes intentions. Il faut en fait voir les choses en perspective. Il y a vingt ans, les métiers du sport n'existaient pas ; il y avait le métier du sport et c'était l'enseignement de l’E.P.S.

115Je crois qu'aujourd'hui l'évolution montre qu'il y a place pour d'autres métiers, et notre devoir est de nous mettre en perspective pour dans vingt ans. Dans vingt ans, il y aura d'autres métiers du sport aussi bien établis que ceux qui le sont actuellement. Je crois que c'est vrai qu'il y a les métiers de l'enseignement, du corps, dont on a parlé. Ce sont des divisions qui ne me gênent absolument pas et c'est vrai que les métiers de gestion ne sont pas de même nature que les métiers d'enseignement qui sont intrinséquement rivés aux métiers du sport. Ils sont l'exemple type. C'est le premier et sa place de premier, je ne la remets pas en cause, mais ce n'est pas parce qu'il y a un premier dans ce domaine qu'il ne peut pas y avoir des seconds.

Bertrand During

116Ce que je viens d'entendre me conduit à une question : peut-on considérer que, dans un premier temps, on voit une profession qui couvre en fait une diversité des champs d'interventions, c'est ce qui se passait il y a encore quelques années pour le professeur d'éducation physique qui pouvait finalement encadrer des tas d’activités dans des tas de secteurs, y compris dans le monde sportif. Est-ce que ce phénomène s'est produit de la même façon dans les différents pays européens ? En France, je ne crois pas me tromper en disant que le professeur d'éducation physique polyvalent des débuts avait de nombreuses équivalences qui lui permettaient de faire de la rééducation, d'être kinésithérapeute, d'être maître-nageur, d'enseigner le ski. Il n'y a guère que les métiers de guide qui y ont échappé à cette logique. Tout cela est fini. Quelle est la situation aujourd'hui ?

Jean Camy

117Peut-être y a-t-il des collègues étrangers qui veulent dire quelques mots par rapport à cela ?

Henrique Barreiros

118(...)

119Le processus du développement du sport a engendré des besoins et l'insertion du sport à l'Université, de même que l'approfondissement des connaissances ont obligé à voir les choses d'une façon plus approfondie, plus distinguée et à rentrer dans le marché d'une façon différenciée. Cela sont des raisons assez classiques et connues. Il y a des besoins. On le voit, par exemple, en Espagne. Les emplois les plus recherchés maintenant et les mieux payés sont ceux d'animateurs et d'organisateurs sportifs de municipalité. (...)

Une intervenante

120Ce n'est pas une question, mais plutôt une remarque qui me vient à l'issue de toutes ces discussions. Je me demande si toutes les difficultés rencontrées par le secteur sportif au sens large, en tant que secteur professionnel, à se définir et à notamment définir les métiers du sport, ne sont pas en fait une conséquence de quelque chose de beaucoup plus large qui est en train de s'organiser à un moment où, justement, ce qui permet d'organiser les représentations professionnelles est en train de changer. Je m'explique. Dans la notion traditionnelle du métier, on désigne quelqu'un qui possède des savoir faire, une certaine place dans le système de production, dans le système social et on peut prévoir sa trajectoire professionnelle. Tout cela est en train de voler en éclats pour de très nombreux secteurs professionnels. (...) Ce qui est difficile pour "les métiers du sport", c'est qu'ils cherchent à s'organiser justement à un moment où l'on remet en cause les notions de métiers, éventuellement les notions d'activités professionnelles, et où l'on parle beaucoup plus de tâches, de fonctions.

Daniel Cassoret,

Direction de la Jeunesse et des Sports du Pas-de-Calais.

121Une simple illustration. Actuellement vient de sortir, en France, la filière sportive territoriale des métiers du sport. C'est tout à fait nouveau, sorti par décret qui a trois mois, et qui illustre parfaitement cette trajectoire de mobilité professionnelle où, jusqu'alors, l'animation sportive municipale, avouons-le, était assez anarchique.

Alain Hébrard,

Chargé de mission à la Direction des Enseignements Supérieurs et de la Recherche, Ministère de l'Education Nationale.

122Simplement deux mots sur la question de la filière, parce qu'en entendant ce terme, je ne peux pas m'empêcher de faire un retour sur moi-même, lorsque je dis — et que je surprends beaucoup de mes collègues en le leur disant — que depuis douze années maintenant je ne suis plus, de fait, enseignant d'éducation physique et sportive. Je les choque parce que c'est ma formation initiale mais il est bien évident que mes occupations actuelles sont d'un autre ordre.

Walfried König

123Pour ne pas être mal compris, je veux préciser encore une fois ce que j'ai dit dans mon intervention. J'ai dit en parlant des professions du sport — j'aurais pu dire également les métiers du sport — que nous ne pensions jusqu'à présent qu'aux instituteurs et aux professeurs d'éducation physique, aux entraîneurs et à quelques cadres supérieurs, peut-être encore aux athlètes professionnels, mais il faut ajouter les journalistes, les médecins, les avocats spécialisés dans le sport, les propriétaires de centres sportifs, les gestionnaires de grands clubs ou de fédérations, les chercheurs scientifiques, les maîtres-nageurs, les moniteurs professionnels de ski ou de voile, les fonctionnaires qui s'occupent de l’Education Physique et du sport dans les administrations des villes, des régions et des ministères, enfin les marchands (...). Chez nous, on dit que chacun exerce au cours de sa vie trois professions. Vous pouvez réfléchir et voir si cela correspond oui ou non à votre situation personnelle.

124Vous avez posé une question concernant la différenciation des professions et je pense que cela vaut la peine de revenir sur ce point et de noter l'augmentation des emplois dans le sport. Je crois qu'il faut s'attendre à une augmentation d'emplois dans le sport, ce qui correspond à la signification montante du sport dans nos pays civilisés. Plus nos pays changeront dans le sens de la sédentarité et d'un manque de mouvement dans nos occupations professionnelles, plus la population pratiquera le sport, et plus on aura d'emplois dans ce secteur.

125(...)

126Si je m'appuie sur le développement que le sport allemand a pris au cours des deux dernières décennies, je suis personnellement sûr que les clubs, les fédérations, seront obligés de plus en plus d'engager du personnel qui a vraiment appris ce travail, qui vient dans l'intention d’y exercer une profession pour un certain temps, pour des années, et qui ne le fait plus de manière bénévole, mais qui veut être payé pour ce travail-là.

127Chez nous, c'est une conséquence du grand nombre.

128Si un club a 6 000, 7 000, 8 000 membres, c'est déjà une entreprise ; une entreprise qui, parfois, dispose de halles et de terrains, avec une valeur de 10 000 000 ou 20 000 000 de D. Mark.

129Donc, pour cela, il faut vraiment avoir du personnel qui est toujours là, qui fait son travail toute la journée, et qui est payé pour cela. (...) De même, les contextes de l'emploi sportif sont très variables les uns par rapport aux autres.

130Par exemple, dans le sport, il y a un club qui n'a que 50 membres ou 120 membres et un autre qui en a 5 000, et il y a des fédérations avec moins de 2 000 membres tandis que d'autres en comptent 5 500 000. Alors, vous pouvez facilement imaginer que les intentions des gens qui travaillent dans ces diverses institutions sont complètement différentes.

131Encore une dernière remarque sur le développement de ces professions dans le sport, qui ont certainement un éventail de niveaux différents.

132Il y a le niveau où il faut exiger, pour des raisons précises, un niveau universitaire. Parce que la matière est tellement compliquée, et qu'il faut avoir étudié cela : soit la médecine, soit les sciences juridiques, soit l'enseignement et les sciences sportives, etc.

133Et de l'autre côté, il y a un niveau au-dessous qui, de nouveau, est très différencié. Il y a les maîtres-nageurs-sauveteurs, il y a les gymnastes, il y a ceux qui font un travail relativement facile ou simple, et tout cela forme enfin le monde du travail dans le sport.

134On ne peut plus guère parler, en même temps, de toutes ces professions, tellement différentes.

135C'est ce que j'ai compris aujourd'hui, plus que je ne le savais auparavant.

136Je crois que l’on arrive à la fin de nos travaux. Je veux tout simplement dire qu'il y a encore un problème que nous n'avons pas abordé dans notre discussion et qui est vraiment passionnant, c'est la question qui concerne les relations entre les Etats, les Gouvernements et le monde bénévole, les fédérations.

137Et, dans une seule phrase, tout ce qui est réglé aujourd'hui par les Etats, par les Gouvernements sera réglé demain avec les décisions prises à Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg.

138(...)

Thierry Lardinoit

139Monsieur Camy, je souhaiterais poser une question pour laquelle, en Belgique, on ne trouve pas de réponse actuellement.

140Nous venons de parler de trajectoire professionnelle changeante, soit qu'il s'agisse d’envisager un cursus dans une filière, soit qu'il s'agisse de passer d'un secteur sportif à un autre (...). Monsieur Barreiros nous a dit : "nous devons voir jusqu'où nous pourrons aller..." Nous n'avons pas réussi à mettre de la clarté autour des diplômes ni autour des termes définissant les métiers du sport. Nous ne savons pas ce que sont les métiers du sport, aujourd'hui, ou nous le savons de façon encore vague...

141En tout cas, ce qui est sûr, c'est que nous ne savons pas véritablement ce que seront demain les métiers du sport.

142Est-ce que tout cela ne doit pas nous pousser à nous poser une question fondamentale sur la formation ? Notamment celle des professeurs d'éducation physique et sport.

143La question que nous nous posons en Belgique et peut-être plus spécifiquement à l'U.C.L. est la suivante. Est-ce que la formation ne devrait pas être essentiellement générale ? Pour ne pas dire généraliste, c'est-à-dire, axée sur, par exemple, l'économie politique, la philosophie, la psychosociologie, la biologie et l'anatomie ? Et sur la base de tels cursus — et éventuellement, c'est une question, je n'ai pas la réponse — nos étudiants seraient à l'avenir capables de s'adapter au droit, aux sciences médicales, aux sciences humaines.

144Est-ce que, dans d'autres pays européens, des gens réfléchissent sur ce problème ?

145Je pense que oui, mais s'il y en a qui ont trouvé un type de réponse, je n'en sais rien.

François N'dour

146Je voulais dire simplement que je suis ravi de voir que tout le monde tend, en fait, vers la recherche, l'exploration. On ne cherche pas à se réfugier derrière des certitudes.

147Les deux principes me paraissent intéressants : une certaine combinaison des choses et la compréhension mutuelle de toutes les solutions utilisées. Mais tout ce que je veux vous dire c'est qu'il y a quelque part des pays pro-européens qui attendent le résultat de vos recherches, de vos investigations pour pouvoir s'insérer dans votre démarche.

148Et cela, il ne faudra pas l'oublier parce que l'avènement de ce pays pro-européen, incluant l'Afrique, et je vous dis : "faites une place à ces pays-là, dans le cadre de la coopération sportive, et expliquez-la, parce que c'est aussi, pour moi, un facteur d'économie et de développement.

Henrique Barreiros

149Je voulais vous suggérer la lecture de deux documents qui ont été faits par des Commissions de la Communauté et, qui sont des réponses aux questions posées, ici, depuis une demi-heure.

150C'est une réflexion sur ce que doit devenir l'enseignement supérieur en Europe. C'est très clair. C'est un document sur les besoins de qualifications professionnelles en Europe ; c'est un document très important où les réponses générales sont esquissées.

151Par rapport aux deux dernières questions. Bien sûr qu'il n'est pas difficile de définir un modèle de formation et son organisation. Il y a une question complémentaire — outre la session de formation et son modèle — à savoir : l'analyse de marchés.

152Cela veut dire qu'il y a des modèles qui ont été, par exemple, faits à partir de formations graduées et la Belgique en a l'expérience. (...) Je veux dire que l'on est généraliste par force, même au niveau des contenus de formation : c'est le sport, c'est un domaine pluridisciplinaire ; on est là dedans et il n'y a rien à faire, mais ce sont les marchés qui vont obliger à définir telle ou telle priorité dans un pays et pas un autre, parce qu'il est possible qu'un pays ait par exemple du tourisme développé. Alors, il faut qu'il organise quelque chose dans ce sens-là. Ce sera une option, ce sera une branche, ce sera une filière, ce sera un diplôme...

153Mais je voulais terminer avec quelque chose qui est déjà dépassé. J'aimerais bien lancer la question afin de savoir si le sport universitaire a des spécificités, parce qu’il faut aussi envisager précisément la question du sport universitaire. (...)

Jean Camy

154Merci, je crois qu'effectivement cette question est aussi au cœur des choses qui ont été débattues ces derniers jours : comprendre ce que peuvent être le rôle et la spécificité du sport universitaire. Quel encadrement professionnel éventuellement il appelle, ou appelle cette organisation ? Ce sera une question à creuser et à poursuivre, en particulier pour ceux qui sont dans le système en tant que professionnels eux-mêmes.

155Je crois qu'il est également important que ce domaine ne soit pas conduit uniquement par les professionnels. Ce qui caractérise le sport ou le monde du sport, ce n'est pas seulement le fait d'être un secteur potentiel ou réel d'emplois.

156Je crois que le propre du sport c'est d'être un phénomène social et culturel qui supporte ou suppose un certain nombre de valeurs, y compris de type économique, et je crois que, de ce point de vue, il est intéressant qu’il y ait des regards un petit moins intéressés qui se penchent sur les questions de sport. Et je pense que des organismes comme l'U.N.C.U. ou des gens qui observent ce monde avec un point de vue humaniste, comme peuvent le faire nos collègues journalistes, sont indispensables. C'est très précieux que l'on puisse s'interroger sur ces questions des métiers du sport, en s'appuyant sur leur regard, leur réflexion.

157Je me permettrai de conclure sur ce point et vous remercie de l'attention et de la participation que vous avez bien voulu apporter, et je remercie aussi mes collègues de leur participation.

Autoren

Formateur-conseiller départemental d'animation sportive, Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports du Pas-de-Calais.

Professeur à l'Institut d'Education Physique de l'Université Catholique de Leuven (Belgique).

Formateur- Conseiller Départemental d'Animation Sportive à la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports du Calvados.

Direction de la Jeunesse et des Sports du Pas-de-Calais.

Chargé de mission à la Direction des Enseignements Supérieurs et de la Recherche, Ministère de l'Education Nationale.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540