Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Le bilan

L'université, le sport et l'Europe

"L'Université, une chance pour le sport en Europe"/"Le sport une chance pour l'Université en Europe"

Jean Fabre

Texte intégral

Jean Fabre

Chargé de Mission auprès du Ministre de l'Education Nationale.

1Le Professeur Jean Fabre est l'auteur de l'important Rapport : Sport et Université, remis à Monsieur le Ministre d'Etat Ministre de l'Education Nationale (novembre 1991).

2N'ayant pas pu participer aux travaux de l'U.S.E., à cause d'un empêchement de dernière minute, le Pr. J. Fabre a fait parvenir aux organisateurs le texte de sa conférence, qui a été lu en séance de travail et communiqué aux participants. NDLR.

Situation du sport universitaire en France

Un constat accablant dont nous sommes tous responsables

3Quand on fait le bilan sur plusieurs décennies de la place du sport dans les Universités françaises, une formule vient à l'esprit : "nous sommes tous plus ou moins responsables". Il serait en effet vain, inutile et même dérisoire de vouloir décliner les responsabilités d'une situation qui, depuis plus de trente ans, s'est globalement dégradée de façon constante et continue. Le constat que l'on peut établir à ce jour fait en effet apparaître des difficultés de tous ordres, souvent accumulées.

Un environnement peu favorable, des moyens insuffisants

4La cause première de ces difficultés provient d'un environnement qui n'a jamais pris en compte, dans les faits, l'exceptionnelle chance pour la jeunesse de pratiquer dans des conditions convenables les activités physiques et sportives au sein du système éducatif. En raison d'une volonté politique insuffisamment affichée, d'un manque de sensibilisation des responsables du monde de l'éducation, d'un milieu sportif soumis à ses propres problèmes et donc ayant des difficultés pour intervenir efficacement en amont de son champ d’action, malgré les très nombreux discours humanistes rarement suivis d'effets, la pratique du sport à l'école et à l'Université n'a jamais eu la place qui doit être la sienne.

5A défaut d'un projet global, évoluant dans un contexte où le sport n’a pas une place prioritaire dans le système éducatif, plusieurs structures ont été créées afin de gérer une situation qui n'est jamais appréhendée dans une cohérence d'ensemble. Ainsi, même si certains s'en défendent et si d'autres n'en sont pas conscients, une culture de pouvoir s'est développée au détriment d'une culture d'action c'est-à-dire que l'action et le dynamisme des hommes se trouvent souvent confrontés au cloisonnement des diverses structures. Ceci n'empêche pas d'éprouver des sentiments admiratifs pour les hommes de terrain, en prise directe avec les difficultés, et dont certains sont de véritables soldats de l'impossible.

6Si le manque de prise de conscience de l'environnement est une des causes majeures des difficultés constatées, la conséquence se traduit par une insuffisance notoire de moyens d'équipement et d'encadrement qui n'ont pas suivi la forte augmentation de la population étudiante.

Le sport à la croisée des chemins

Le sport en pleine mutation... le pouvoir sportif doit rester aux sportifs

7Pendant ce temps, le monde sportif était pris dans une spirale bousculant ses traditions, ses repères, ses valeurs, au point d'être aujourd'hui à la croisée des chemins, en devenant de plus en plus une monnaie d'échange dans un système qu'il contrôle de moins en moins.

8Soumis à diverses formes de pouvoir, le seul vrai combat que le monde sportif doit mener est celui de la maîtrise de son destin. Le problème n'est plus de savoir si l'interférence du pouvoir politique, économique, médiatique est comp,atible avec l'éthique, il est simplement de savoir utiliser ces divers pouvoirs pour la promotion du sport, en préservant ses valeurs et en démocratisant ses pratiques. Les responsables du monde sportif préservent ses valeurs en démocratisant ses pratiques. Les responsables du monde sportif doivent s'adapter aux réalités incontournables de l'environnement socio-économique.

9L'avenir du sport leur appartient avec un seul but : "que le pouvoir sportif reste aux mains des sportifs". Ils doivent évoluer dans leurs pratiques mais également dans leurs mentalités. Ils doivent se former, professionnaliser leur savoir-faire de manière à utiliser le mieux possible l'environnement économique, afin de se retrouver en position de force alors qu'ils sont trop souvent en position d'assistés ou de faire valoir. Les pouvoirs publics doivent prendre en compte cette nouvelle approche et l'Université a un rôle majeur à jouer.

10L'Université est peut-être même la seule structure capable d'orienter l'évolution future du sport dans une référence de culture et d'éthique. Ce serait d'ailleurs un juste retour des choses puisque chacun sait la part fondamentale prise par les Universités et plus généralement par le monde éducatif, il y a de cela à peine un siècle, dans l'organisation associative du sport. Les valeurs humanistes étaient alors les seules références au bon fonctionnement des structures nouvellement créées et le sport assumait simplement sa mission éducative, sociale et sociologique. Ce n'est que bien plus tard qu'il fut soumis à un poids de plus en plus contraignant et de plus en plus présent des pouvoirs politique, économique et médiatique.

11Juste retour des choses donc, si l'Université contribuait à établir un équilibre satisfaisant, entre la mission première du sport liée à ses valeurs traditionnelles d'éducation et de culture et le rôle de plus en plus grand qu'il joue dans un monde économique dont il est devenu un des enjeux les plus puissants.

12Cela peut se faire, cela doit se faire, si telle est la volonté et la détermination de tous les acteurs du sport à l'Université en s'unissant et en se mobilisant derrière un projet, si l'on passe d'une culture de pouvoir à une culture d'action, c'est-à-dire si les hommes et les structures mettent leur compétence au seul service de l'action induite par le projet.

13Il faut donc tout d'abord doter l'Université d'une véritable politique sportive dans le cadre d'un projet global, ambitieux et mobilisateur. L'Université aura alors et alors seulement la capacité d’intervenir efficacement sur certaines dérives qui pervertissent le sport d'aujourd'hui, au travers de l'argent, du dopage et de la violence ; elle pourra enfin devenir une autorité, une référence, une force dans tous les problèmes du sport relevant de l'éthique.

L'Université a un rôle éminent à jouer

L'Université doit être partie prenante des problèmes actuels du sport

14Quand on projette une nouvelle organisation du sport à l'Université, afin, par une nouvelle approche, d'augmenter sa capacité de mobilisation à l'intérieur, son rayonnement à l'extérieur tout en améliorant son image, on se heurte irrémédiablement à un problème de moyens.

15Deux chiffres situent l'étendue de ce problème dans les Universités françaises : 20 % des étudiants ont la possibilité de pratiquer le sport en bénéficiant d'un encadrement et d'installations alors que 70 % voudraient pouvoir le faire dans les mêmes conditions. Cette différence indique qu'un véritable fossé s'est creusé, un fossé impossible à combler à court ou même à moyen terme. Une analyse de la situation montre en effet qu'une augmentation de 5 % du taux de pratique (passage de 20 % à 25 % d'étudiants pratiquants) nécessiterait que le nombre de postes d’enseignants chargés des activités physiques et sportives soit doublé et qu'il soit accompagné d'une enveloppe d'investissement en infrastructures d'un milliard de francs environ.

16Il appartient donc aux divers responsables et décideurs de doter les Universités des moyens suffisants pour arrêter une dégradation de la situation, constante jusqu'à ces dernières années, et de créer ainsi les conditions nécessaires permettant d'améliorer la qualité de pratique sportive des étudiants, les conditions de travail des enseignants et d'augmenter le pourcentage des pratiquants. Un commencement de réponse a déjà été donné par les responsables politiques, par la commande d'un rapport sur la situation actuelle de la part du ministre d'Etat, ministre de l’Education Nationale, par la communication au gouvernement qui a suivi ce rapport, par la création d'un bureau des sports à la Direction des enseignements supérieurs et par les quelques mesures prises en création d'emplois et en construction d'infrastructures.

17En restant totalement conscient de l'étendue du chemin qu'il reste à parcourir sur ce plan, je dis cependant avec toute la force de ma conviction que le temps est arrivé de mobiliser toutes les ressources, toutes les compétences de tous les acteurs du sport à l'Université, derrière un projet global, nouveau et ambitieux, traçant le cadre d'une véritable politique sportive.

18C'est le seul moyen de dynamiser le mouvement qui vient de s'amorcer, d'obtenir de nouvelles ressources et de provoquer auprès des décideurs un changement de mentalité afin qu'ils aient une autre perception du sport, de son rôle et de son rang. C'est également la seule possibilité de donner au sport universitaire un place réelle, dynamique et reconnue dans l'organisation générale du sport dans la société. L'Université par sa position, son prestige et son rayonnement, pourra alors intervenir efficacement dans les problèmes que traverse le sport dans le présent, tout en pesant sur son évolution dans l'avenir.

19Il n’est pas dans mon propos d'aujourd'hui de préciser le contenu du projet tel qu'il a été soumis au ministre, dans le rapport que j'ai eu l'honneur de lui remettre, mais plutôt d'indiquer quelques pistes de réflexion sur le rôle que peut jouer l'Université dans le développement du sport en général.

Le sport élément majeur de la vie universitaire

20En tenant compte de la mutation sociologique qu'a traversé le monde universitaire lors de la création des campus, il faut d’abord créer les conditions pour que la pratique du sport à l'Université soit un lien reconnu de vie, un élément important de rassemblement, d'animation et d'échanges, tout en restant à l'extérieur du monde universitaire, une marque traditionnelle de reconnaissance et d'identification.

21Une partie importante des infrastructures universitaires ont été construites en France dans les années 60 à 75. Elles forment dans la proche périphérie des villes de vastes campus dont une des difficultés majeures est de les associer à la vie urbaine. Ces campus regroupent le plus souvent des facultés implantées depuis parfois des siècles dans le cœur même des villes, qui constituaient le véritable moteur de l'animation des quartiers. Les lieux de rencontre, leur environnement donnaient à la vie universitaire une forte dimension urbaine et le sport y confortait son existence, en raison même de la place reconnue qu'il occupe dans toute vie citadine.

22Par les discussions qu'il engendre, les passions qu'il alimente, l'intêret qu'il suscite, par sa capacité à réunir et à rassembler des gens a priori différents, le sport restait, à l’intérieur des facultés, un moyen de communication naturel et un lien traditionnel d'unité. Alors que l'Université était identifiée et connue à l'extérieur, bien souvent au travers de sa représentation sportive... même si paradoxalement elle ne possédait pas d'installations sportives, les rencontres inter-facultés se déroulant alors sur des sites d'accueil.

23Le changement d'environnement consécutif à la création des campus a donc modifié tout le contexte de la vie, et le sport universitaire, d'une façon générale, y a perdu de son rayonnement. Même s'il a trouvé dans certains cas de bonnes installations, il est souvent devenu une activité comme les autres, concernant les étudiants en tant qu'individus, sans arriver à s'imposer comme un élément dynamique de la vie communautaire.

24Aussi est-il important que le sport universitaire dans un cadre futur que nous devons élaborer, devienne un moteur de l'animation de la vie étudiante, un moyen de communication et d'échange tout en s'exprimant à l'extérieur par un rayonnement dont les retombées concernent l'Université dans son ensemble.

25Cela implique une modification sensible du contenu et de l'organisation des manifestations sportives au sein des Universités.

26Ces manifestations devraient toujours mettre en évidence le potentiel sportif des Universités et leur capacité à mobiliser. Elles devraient se différencier des compétitions du sport civil dans leur contenu et aussi dans leur esprit en se déroulant dans un environnement de rassemblement, de fête et de convivialité. On pourrait sur des principes analogues organiser des compétitions d'excellence permettant de comparer le potentiel sportif de haut niveau des villes universitaires. Les compétitions de ce type pourraient s'étendre à l'Europe et être accompagnées éventuellement d'autres manifestations, culturelles, économiques et même politiques. Il y a là un excellent moyen de sensibiliser l'ensemble des collectivités, des structures économiques et des organes de communication d'une ville ou d'une région sur le sport dans les Universités.

27Il serait également souhaitable de responsabiliser le plus possible les étudiants dans l'organisation de certaines de ces manifestations. Cette responsabilité pourrait être reconnue par une qualification diplômante qui serait intégrée au cursus des étudiants. Cette technique, en plus de dynamiser l'organisation et l'animation des manifestations concernées, permettrait de former des étudiants à l'encadrement et à la gestion des groupes. L'Université proposerait donc un élément de réponse à l'important problème de la formation des futurs dirigeants du monde associatif.

L'Université doit créer des structures d'accueil pour les sportifs de haut niveau

28Si le sport universitaire en retrouvant une dimension nouvelle peut assumer dans la vie des Universités son rôle sociologique, l'Université en tant que telle a un rôle social majeur à jouer auprès des sportifs pratiquant la haute compétition.

29Lorsqu'un sportif pratique la haute compétition, il est placé dans une psychologie particulière et sa réussite sportive dépend de la priorité qu'il donne au sport. Les contraintes de la préparation, les exigences de la compétition sont un réel handicap pour une pratique convenable d'un métier et même pour un suivi régulier de formation.

30Comme la durée de l'athlète au sommet de ses capacités physiques est de l'ordre de quelques années, le problème de l'avenir social des sportifs de haut niveau se pose avec acuité et l'on compte, pour quelques réussites remarquables, beaucoup d'échecs cuisants, connus ou non connus.

31Les réponses que la société apporte à ce problème sont aussi variées qu'insatisfaisantes pour la plupart.

32Il y a l'argent et non seulement l'argent que l'on donne au sportif, avec tout ce que cela comporte de perversions autant sur les systèmes que sur les individus, au travers de surenchères, de dessous de table, de gestions hasardeuses avec l'arrivée des intermédiaires qui s'installent dans le paysage sportif en tant qu'hommes d'affaire des athlètes. Il y a aussi la fausse situation affectée au sportif, souvent incapable d'assumer des responsabilités, car il n'a ni la disponibilité suffisante ni parfois la compétence nécessaire. Il y a enfin, et c'est une bien meilleure réponse, la formation que l'on donne au sportif en vue de son insertion future dans le monde de l'emploi. Mais encore faut-il que cette formation soit adaptée à chaque cas, à chaque profil, à chaque individu.

33Ce problème est un réel problème de société qui concerne au premier chef les sportifs mais qui atteint également le sport dans son ensemble car il touche un élément de réponse en donnant à tous les athlètes pratiquant la haute compétition, les moyens les plus adaptés à leur profil et à leur situation, pour préparer dans les meilleures conditions leur future vie professionnelle. Il faudrait donc, en dégageant l'athlète de tout souci financier, en considérant que la pratique de sa discipline sportive est prioritaire sur toute activité, élaborer à partir de contrats d'objectifs qui en planifieraient le parcours, une formation individualisée, éventuellement alternée avec un emploi. Une enquête récente, réalisée sur la population des sportifs de haut niveau français, montre qu'une forte majorité d'entre eux serait favorable à la mise en place d'un tel système.

34L'Université est certainement l'entité la mieux adaptée et la plus prestigieuse pour organiser et gérer ce type de formation. Il suffirait que, dans les Universités qui en ont les capacités, soient créées des structures organisées pour accueillir, quel que soit leur niveau scolaire, quelles que soient leurs aptitudes intellectuelles, les sportifs pratiquant la haute compétition. Ces structures pourraient être des départements du sport de haut niveau dépendant d'Unités de Formation et Recherche du Sport.

35Le rôle de ces départements ne serait pas d'assurer une formation mais simplement d'accueillir les sportifs de haut niveau, de construire avec eux un parcours individualisé de formation, de négocier avec les structures les mieux adaptées à chaque niveau de formation la réussite de ce parcours, de mettre en place des systèmes d'aides et de tutorat, d'organiser des formations générales pouvant être suivies par l'ensemble des sportifs, d'être l'interface entre le sportif, son club, sa fédération et les structures qui assurent sa formation.

36En regroupant l'élite sportive dans les Universités et en donnant ainsi aux sportifs la possibilité d'assurer dans les meilleures conditions leur avenir social, l'Université participerait à la solution d'un problème majeur pour l'avenir du sport. Cette ouverture vers le monde sportif et vers celui des entreprises devrait lui donner des ressources nouvelles, en augmentant son rayonnement, sa crédibilité et son autorité.

L'Université doit au plan de la recherche s'ouvrir au monde du sport

37Cette ouverture de l'Université vers le monde sportif devrait aussi s'exprimer au plan de la recherche. D'une façon générale, il est très facile de constater l'existence d'un cloisonnement traditionnel entre le monde sportif, celui des pratiques, des clubs, des fédérations et le monde de la recherche universitaire en matière de sport. Un rapprochement est nécessaire, non seulement parce qu'il permettra au monde sportif de pouvoir bénéficier des capacités et des compétences des chercheurs universitaires pour améliorer ses techniques, ses préparations et ses pratiques, mais aussi, car il peut jouer un rôle important dans l'orientation future du sport, essentiellement au plan de l'éthique. La complémentarité de ces deux mondes aux cultures différentes est certainement une véritable chance pour le sport de demain : l'Université, avec ses ouvertures, ses possibilités et surtout sa capacité de pouvoir prendre le recul de la réflexion et de l'analyse face à certains problèmes, le monde sportif, celui des pratiques, en prise directe avec les problèmes, toujours en mouvement, obligés de réagir, d'inventer sans avoir toujours le recul nécessaire. Il y a incontestablement, là, des richesses complémentaires qu'il faut savoir utiliser et le domaine de la recherche est un terrain commun permettant les échanges.

38Mais je sais combien il est difficile de matérialiser cette volonté en raison des systèmes d'évaluation de la recherche universitaire. Dans l'état actuel des choses, ces systèmes d'évaluation favorisent certainement plus une recherche proche des normes universitaires classiques, liées aux disciplines existantes et reconnues, induite des enseignements dispensés dans les U.F.R. S.T.A.P.S., qu'une recherche orientée vers le monde sportif et ses pratiques, davantage ouverte vers une approche pluridisciplinaire. Il y a donc une réflexion à mener et peut-être un changement de mentalité à opérer.

Une chance unique : l'Europe

39L'Université a donc un rôle majeur à jouer dans le devenir du sport en général. Mais son rôle premier est de permettre au plus grand nombre d'étudiants de s'exprimer et même de s'épanouir par la pratique des activités physiques et sportives, pour leur équilibre, mais aussi pour un meilleur équilibre de la société. Car c'est au travers des pratiques que l'on peut faire passer le message d'une éducation sportive qui a toujours représenté pour l'homme une façon de vivre et de se comporter. Et c'est par référence à cette éducation que l'homme apprend à avoir des jugements face aux problèmes de société. Il est donc de la responsabilité de chacun de tout mettre en œuvre pour promouvoir et développer les pratiques sportives dans le monde éducatif.

40L'architecture actuelle de l'organisation du sport à l'Université n'est pas un facteur dynamisant des énergies, il constitue même un frein à l'efficacité de toute action d'envergure. Une modification dans l'organisation nécessite de la part des hommes un changement de comportement et de mentalité. C'est souvent une entreprise difficile. Or nous avons une chance unique pour réussir dans cette entreprise : c’est l'Europe. L'unification de l'Europe oblige d'aborder les problèmes communs sous un angle différent, en prenant en compte la nécessité de s'ouvrir, de dialoguer, de comparer pour construire ensemble les solutions.

41C'est pourquoi nous attendons beaucoup des divers échanges de cette Université Sportive d'Eté. Son thème recentré sur l'Europe est une opportunité et nous sommes tous impatients de voir traduire en termes d'action les propositions retenues.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540