Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Le bilan

Bilan diagnostic

État des lieux, information réciproque et perspectives à explorer

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul Callède

Chargé de Recherche au Centre National de la Recherche Scientifique, U. N. C. U. et Bordeaux-Etudiants-Club.

1Ce bilan, qui n'est pas encore un document définitif, intervient à mi-parcours. Il est élaboré à partir des travaux de lundi, mardi et de ce matin, et il précède l'ensemble des tables rondes. Il s'agit, nous semble-t-il, d'un moment charnière de l'U.S.E. 1992.

2Deux sections composent cet exposé : la première est intitulée "le bilan documentaire et l'information réciproque", et la seconde renvoie à une tentative d'identification "des perspectives à explorer".

I - Bilan documentaire et information réciproque

3La première partie de l'Université Sportive d'Eté a permis effectivement de réaliser ces deux objectifs : rassembler un bilan documentaire détaillé et permettre une information réciproque entre tous les participants.

4Je serai volontairement bref car il ne s’agit pas de reprendre le contenu des diverses communications et présentations et, par ailleurs, il serait malvenu d'identifier des lignes de faiblesse ou des prétendues lacunes dans la mesure où les situations nationales et parfois régionales (je pense ici à nos amis espagnols, par exemple), sont en partie le résultat spécifique d'histoires nationales : je veux parler d'histoire culturelle, sociale, politique ou économique. Et il convient de connaître ces situations nationales pour les apprécier dans leur diversité, au moment où se construit l'Europe.

5Premier point, premier thème qui était proposé aux conférenciers : "les pratiques sportives étudiantes dans l’enseignement supérieur".

6Les différents orateurs, pays après pays, ont clairement présenté les cadres de la pratique sportive étudiante, ceux-ci pouvant être plus ou moins diversifiés. De la même manière, aujourd'hui, nous disposons d'une meilleure connaissance des contextes organisationnels de la pratique sportive et nous savons aussi, grosso modo, quel est le nombre d'enseignants et/ou de cadres — techniques ou administratifs — qui animent le sport universitaire dans chacun des pays de la Communauté Européenne. Enfin, nous apprécions mieux la part d'engagement et d’initiative dont font preuve les étudiants.

7Un tel état des lieux est évidemment indispensable. Mais pour proposer un véritable bilan diagnostic sur le thème des pratiques, il conviendrait, me semble-il, de disposer de données chiffrées supplémentaires. Elles devraient être de trois ordres :

  • sur le coût et l'investissement économique consenti par les Universités en matière d'animation des pratiques sportives, il conviendrait de disposer de données précises et univoques ;

  • deuxième aspect : le patrimoine d'équipements et d'installations sportives qui sont mis à la disposition des étudiants. A partir du moment où l'on s'exprime simplement en termes de cadres de pratiques, de cadres organisationnels ou administratifs, on sait peu de choses, finalement, sur les contextes locaux de l'activité sportive et sur la qualité de l'environnement sportif ;

  • troisième aspect : les statistiques socio-démographiques identifiant pratiquants et pratiquantes, rapportées aux effectifs de jeunes scolarisés dans l'enseignement supérieur de chacun des pays.

8Ces éléments sont indispensables pour dresser un véritable bilan, à des fins d'approche comparée.

9Voilà pour le premier thème.

10Deuxième thème proposé : "la formation des cadres du sport et la recherche dans le sport".

11Je reprendrai en définitive la phrase de Pierre Collomb : "nous sommes réunis à Lille pour collecter des informations et non pour débattre du bien fondé des réalités de tel ou tel pays". Nous en savons plus aujourd'hui sur la formation des cadres du sport. Je crois qu'il faudrait accorder une place spécifique à la formation des étudiants qui se destinent à enseigner le sport ou l'éducation physique, dans des instituts universitaires spécialisés, dans la mesure où ce sont des étudiants à part entière. Ce ne sont pas directement des étudiants prenant leurs loisirs sur un campus ou dans un cadre universitaire de détente et récréatif. Et il est indispensable de connaître le statut spécifique que leur reconnaît — ou ne leur reconnaît pas — l'Université.

12Pour ce qui concerne plus particulièrement "la recherche dans le sport", les états de lieux qui ont été proposés sont intéressants. Ils montrent des spécificités selon les pays qui s'expliquent par l'histoire universitaire, par le découpage des champs scientifiques, par tel ou tel processus de légitimation universitaires du sport, par le degré d'ouverture des organismes de recherche sur le monde sportif et sur la société. Le Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport peut jouer un rôle déterminant, à l'avenir, pour la circulation des chercheurs, des idées, des informations scientifiques et des travaux.

13Troisième et dernier point, toujours dans cette première section : "l'ouverture de l'Université, son rôle dans la société sportive en rapport avec les collectivités".

14Et l'on pourrait ajouter en fait l'ouverture de l'Université sur la société dans sa globalité. Jean-Paul Schneider a animé ces exposés-débats qui ont permis de connaître et d'identifier plusieurs cas de figure. La "société sportive" peut être un problème pour le sport universitaire tandis que le sport universitaire n'en est pas un pour la société sportive en général. Un intervenant allemand nous en a dit quelques mots ce matin. Dans d'autres cas, le sport universitaire peut être amené à jouer un rôle de médiation entre le monde du sport et celui des études supérieures. On pourrait noter, à certains égards, que les clubs universitaires, en France, se trouvent un peu dans cette situation. Ils sont en prise sur l'Université et sur le sport "civil". La société sportive "tout court" ne s'efforce pas toujours de penser du mieux possible la conciliation entre une carrière sportive et des études réussies. Le club universitaire, par contre, conçoit l'épanouissement de l'étudiant dans l'harmonisation des deux domaines. Cela suppose de réfléchir à des solutions : aménagement des cursus, soutien aux études, tutorat, etc..., et conjointement aux critères du sport dit de haut niveau.

15Dans d'autres cas, dans d'autres pays, il semble que le sport universitaire échappe au sport "tout court", qu'il échappe aux problèmes du sport, aux problèmes du rapport avec les collectivités locales et territoriales. En ce sens, il se limite à l'animation des loisirs étudiants et il a, à l'égard de la société ou à l'égard de la société sportive en général, une attitude, soit d'indifférence, soit de critique radicale. En fonction des contextes nationaux, la société universitaire peut être en prise plus ou moins directe sur la société sportive, sur la société locale et sur la société appréhendée dans sa totalité. On fera le même constat à propos des relations entretenues avec le monde économique. Et là encore, il n'est pas question de porter des jugements de valeur mais de constater cette diversité de situation.

16J'ajouterai que les clubs universitaires "à la française", si vous me pardonnez cette expression, et peut-être les clubs universitaires tels qu'ils existent au Royaume-Uni, sont en prise plus directe avec la réalité sociale du sport. En France, les clubs universitaires, avec leur ouverture sur le monde sportif en général, sont confrontés quotidiennement à la recherche de subventions publiques, à la question du sport de haut niveau, à la conciliation — pour les jeunes sportifs de talent — des études avec une carrière de compétiteur, et parfois à des problèmes comme ceux du dopage et de la violence dans le sport. De même, les clubs universitaires sont confrontés à l'évolution du bénévolat et de l'associationnisme volontaire. La nécessité de développer une réflexion nourrie de l'expérience quotidienne et de ses contraintes, dans le cadre des clubs universitaires et de l'Union Nationale des Clubs Universitaires s'explique en partie par cette situation.

17Finalement, cette situation française a permis la création d'une Université Sportive d'Eté qui se réunit régulièrement pour comprendre et expliciter le sens de certaines évolutions du phénomène sportif, et pour essayer d'explorer des solutions possibles et de définir des propositions concrètes.

18Plusieurs pays montrent que les étudiants — pas forcément ceux qui préparent les métiers du sport et de l'éducation physique — s'investissent dans l'action sportive universitaire. De telles formes de participation sont en partie le signe des transformations de l'Université contemporaine.

19Au terme de cette première section, je retiendrai l'idée de Jean-Paul Schneider : "disposer le plus rapidement possible d'un cadre de référence commun pour rendre plus efficaces les échanges et, le cas échéant, les comparaisons". A cette condition, il sera possible d'établir un véritable bilan diagnostic.

20J'en viens maintenant à la deuxième partie.

II - Quelques perspectives à explorer

21J'ai privilégié pour cela trois points, trois aspects qu'il conviendra de ne pas négliger dans nos travaux ultérieurs.

22Le premier point qu'il me paraît important de noter peut être intitulé "la démocratisation des activités physiques et sportives à l'Université et la démocratisation de l'Université".

23Il me semble (c'est à mettre à l'actif du bilan diagnostic) qu'on assiste aujourd'hui à un processus de démocratisation et de diffusion des pratiques sportives, à l'échelle des Universités. Je dirai même plus qu'un "mode de vie sportif étudiant" tend progressivement à s'imposer dans la cadre de la Communauté Européenne. La culture sportive, telle qu'elle est favorisée par la fréquentation accrue des Universités, devient équitablement partagée entre jeunes gens et jeunes filles. On a même vu, dans certains cas, chiffres à l'appui que les filles l'emportent parfois sur les garçons.

24Il s'agit bien là, me semble-t-il, d'une des missions cardinales de l'Université. L'acquisition d'une formation de niveau supérieur contribue à l'émancipation socio-culturelle des bénéficiaires. A cet égard, l'Université ouvre à la société, et la pratique sportive à l'Université, sous des formes variées, y ajoute sa valeur éducative en termes de culture corporelle, de formation personnelle, de bienêtre, bien sûr, mais également de rapports inter-personnels et de sociabilité. Il y a tout lieu de penser que les échanges entre Universités, la mobilité géographique et l'accueil des étudiants étrangers, vont renforcer cette évolution positive.

25Le sport est donc une chance pour l'Université. Il joue effectivement un rôle de médiation dans l'animation de l'espace universitaire, dans la socialisation du cadre de vie étudiant, et c'est un prétexte important d'enrichissement des relations sociales entre étudiants. C'est évident aujourd'hui, c'était sensible jadis. Le regard de l'historien constate que le sport permet de faciliter l'adaptation aux mutations structurelles de l’Université. En fait, les premières grandes réformes qui concernent l'Université française, au tournant des années 1890, s'accompagnent déjà d'une formalisation institutionnelle du sport universitaire. De même, dans le courant des années 1920, si les premiers Jeux Mondiaux Universitaires se structurent, c'est en liaison avec une certaine ouverture sociale et supra nationale de l'Université. On pourrait en dire autant, à certains égards, de la création de la F.I.S.U. Aujourd'hui, dans les années 1990, il est bien évident que les mutations structurelles que connaît l'Université dans la plupart des pays européens peuvent expliquer cette importance accordée au sport et aux pratiques sportives des étudiants. Elément privilégié de médiation entre l'étudiant et son environnement, immédiat ou élargi, le sport est culture.

26L'Université, conjointement, est une chance pour le sport, en termes de diffusion sociale des pratiques sportives et de l'éducation du corps. On sait, par des études statistiques, que le taux de pratique sportive croît avec le taux de scolarisation. Et à partir du moment où les jeunes sont plus nombreux à être scolarisés dans l'enseignement supérieur, on peut penser que le taux de pratique augmentera dans une proportion analogue. De même, chez les adultes, le taux de pratique sportive décroît d'autant plus lentement que le niveau de scolarisation initial est élevé.

27Deuxième point qu'il convient d'envisager : "L'Université est-elle une chance pour la connaissance objective du sport ?" D'une certaine manière, on retrouve là l'interpellation que Jacques Ferran avait formulée ce matin. C'est vrai, sans doute, que la connaissance objective — ou universitaire — des faits sportifs peut être un facteur de régulation du sport. Encore faut-il, peut-être, ne pas trop attendre de la connaissance universitaire du sport pour garantir absolument les conditions de la bonne pratique, dans la mesure où le sport, aujourd'hui, est régi par d'autres instances, économiques, politiques, ou autres. Pour autant, la formulation de Jacques Ferran évoquant "un rassemblement d'universitaires et de journalistes sportifs réfléchissant autour des thèmes du sport contemporain", n'est pas inintéressante. Ceci étant, c'est vrai qu'il peut y avoir une méfiance, plus ou moins réciproque, entre universitaires et journalistes.

28Essayons brièvement de réfléchir à cette question : Pourquoi les universitaires et les journalistes ne se rencontrent-ils pas plus souvent sur un thème d'actualité, et quelques fois d'actualité brûlante, comme le sport ? Il me semble en fait que le langage universitaire n'est pas le langage du journalisme ou du journaliste. Un sociologue, ou plus exactement un sociolinguiste anglais, Basil Bernstein, a analysé les codes d'expression utilisés dans divers contextes institutionnels ou de société. Pour reprendre sa terminologie, il apparaît que le langage universitaire s'appuie sur des codes dénotatifs, c'est-à-dire sur une désignation objective, avec une suppression des flous plus ou moins artistiques, qui ajoutent du "beau" ou du "vilain"... Il s'appuie donc sur un registre d'expression relevant du démontrable et du vérifiable. Le journalisme sportif, et je ne vise personne en particulier bien sûr, lui, a tendance à user et à abuser des codes connotatifs. Il parle le langage de la passion, du pathétique, du "roman" et, plutôt que le démontrable, c'est le démonstratif qui est ici privilégié. L'ordre de l'émotionnel s'épanouit dans ses prolongements les plus inattendus. Alors, tant que le journalisme n'aura pas mieux explicité ses modes et ses moyens d'expression —j'allais dire ses moyens de séduction et ses "ficelles" — l'Université se montrera toujours quelque peu prudente dans la mesure où elle n'a pas pour vocation d'utiliser, au moins jusqu'à ce jour, le même langage. Conjointement, on peut penser que les finalités de l'Université et du journalisme ne sont pas nécessairement les mêmes — sauf à jouer sur la signification des termes de "formation" ou d'"information" — et que les tutelles avec ou sans guillemets, auxquelles faisait allusion Jacques Marchand, ne sont pas les mêmes. Ceci étant, je crois qu'un programme de réflexion et d'étude mériterait d'être engagé, peut-être dans le prolongement de l'Université Sportive d'Eté 1992, ouvert à différents horizons professionnels, à propos du sport envisagé comme phénomène de société.

29Mais je reste persuadé que certaines questions ne se posent pas pour l'Université comme elles se posent dans le monde du sport en général. Prenons l'exemple du dopage. Bien sûr, on peut s'efforcer de comprendre le contexte du sport contemporain et l'utilisation de dopage. Il est possible d'en avoir une connaissance sociologique, ou psycho-sociologique, par exemple. Mais, en même temps, par rapport à l'Université, la meilleure des réponses est indirecte. Elle tient premièrement, pour les jeunes gens et les jeunes filles, à l'acquisition d'une formation universitaire — et d'une formation diplomante — et à l'acquisition d'une culture sportive dispensée par l'institution scolaire et par l'Université, une culture qui rende les jeunes sportifs autonomes et responsables. Les jeunes sportifs de haut niveau qui se font épingler en flagrant déli de dopage ne bénéficient pas d'une ancienneté suffisante sur les bancs de l'école secondaire ou de l'Université. Connait-on des sportifs de haut niveau contrôlés "positifs" qui sont des diplômés de l'Université ? Non. Et je crois que la preuve ou la réponse par l'Université, à propos du dopage, se fera aussi par la démocratisation et l'ouverture sociale des Universités. La pratique sportive, au sein du système éducatif (primaire, secondaire et supérieur) est indispensable et sans substitut possible. Encore conviendra-t-il de mieux définir la place des jeunes sportifs de haut niveau au sein de l'institution sportive.

30Troisième point qui, finalement, prolonge le précédent : "l'information sportive universitaire".

31C'est un point plus précis. Il me semble que l'information et la promotion du sport universitaire doivent être rendues plus efficaces. Jacques Marchand avait ouvert des pistes intéressantes, à ce sujet, lors d’une Université Sportive d’Eté antérieure. Une collègue de Barcelone, Madame Maria Mercè Masnou I Ferrer, disait ce matin que lorsque les médias s'intéressent au sport universitaire, c'est à l'occasion d'un grand événement comme les Universiades, ou à l'occasion d'un championnat national. Pas plus. C'est vrai, mais je crois qu'il y a peut-être à repenser l'information et la promotion du sport universitaire dans d'autres termes, en valorisant des dimensions spécifiques (journaux traitant du sport à l'Université, formule de la Radio-Campus, émissions télévisées...), mais en s'assurant de la compétence des professionnels des médias.

32Un lien mieux établi avec la société locale pourrait être le bénéfice à tirer de cette collaboration : une ouverture du sport universitaire sur la société et l'environnement immédiat. A la mesure d'une région, par exemple.

33Voilà les trois aspects sur lesquels je souhaitais insister.

34Je me résume. Un premier aspect qui renvoie à ce que l'on pourrait appeler une évolution d'ensemble de la société, avec une transformation de l'Université allant dans le sens d'une démocratisation et d’une modernisation. Je crois que le bilan-diagnostic doit nous orienter ici vers une exigence de connaissance plus précise des données statistiques.

35Deuxième aspect, en terme de connaissance — critique — du sport, il y a peut-être effectivement à attendre de l'Université une meilleure connaissance, une connaissance plus rigoureuse des faits sportifs. Toutefois, si la société sportive est probablement un problème, un sujet d'étude pour l'Université, il n'est pas sûr que les solutions ou les interprétations formulées par l'Université soient une "solution" pour la société sportive en général. Encore faut-il ici distinguer différents niveaux de savoirs ou de savoir-faire, entre les façons de poser la question de l'adéquation entre des "fins" et des "moyens"...

36Et le troisième point : "information sportive, promotion sportive", renvoie à un aspect concret, pratique et pragmatique qu'il faudrait, me semble-t-il, développer en aval de cette Université Sportive d'Eté. Un véritable bilan diagnostic ne devra jamais négliger cette dimension du fait sportif.

37En conclusion, le sport à l'Université n'est pas à lui seul la mesure de l'Université, c'est évident, et il convient toujours de relativiser sa place (sauf peut-être pour les étudiants en E.P.S. ou les institutions qui ont en charge la formation des futurs enseignants de sport ou d'éducation physique). Par contre, la possibilité d'acquérir une culture sportive à l'Université est une façon d'enrichir, à moyen et/ou à long terme, la société dans son ensemble en formant des personnes qui seront à la fois bien dans leur peau et bien dans leur tête. De même, s'interroger sur le sport des Universités est sans nul doute une manière de penser l'Europe. Et valoriser le sport des Universités est une manière de bien la construire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540