Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. La situation en Europe

Thème 4 - La presse sportive et le monde universitaire

Echos du séminaire des Journalistes Sportifs

Jacques Marchand, Jacques Ferran, Robert Denel, Walfried König, Franco Mauro, Pierre Collomb et Claude Labrousse

Texte intégral

Jacques Marchand

Président honoraire de l'Union Nationale des Journalistes Sportifs de France.

1Vous savez que parallèlement à vos travaux, nous avons mené les nôtres dans le cadre de l'Ecole de Journalisme de Lille, de réputation mondiale puisque c'est la première Ecole qui a été fondée en France. C'était un hommage à lui rendre.

2Au cours de ces deux demi-journées, nous avons abordé différents thèmes dont l'un qui était un thème commun à tous les pays européens : c'est le nationalisme et ses excès.

- Nationalisme et violence

3Ce thème a été traité par notre ami Robert Pringarbe, avec un exposé très complet, très nuancé où le nationalisme est tantôt présenté comme une motivation sympathique pour les athlètes, et qui tantôt peut déboucher sur la violence et malheureusement l'alimenter.

4Je vais retenir un aspect qui s'adressait directement aux journalistes présents. Notre ami Robert Pringarbe constate, en effet, que dans les commentaires journalistiques, trop souvent, un chauvinisme excessif (presse écrite et presse audio-visuelle) risque d'influer sur les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs.

5Est-ce le hasard ou la logique de notre programme, il se trouve qu'hier matin, nous avions parmi les intervenants un jeune garçon qui n'est pas encore très connu, Vincent Chupin, un confrère, qui représentait Eurosport. La chaîne Eurosport a diffusé effectivement pendant les Jeux Olympiques, et comme c'est la seule chaîne qui a une dimension européenne, les retransmissions étaient faites en quatre langues : le Français, l'Allemand, l'Anglais et le Néerlandais, pour vingt-deux pays. Quatre langues, c'est-à-dire quatre équipes de commentateurs, dans des cabines différentes, qui commentent la même image en direction de vingt-deux pays.

6Notre camarade faisait remarquer pour cette même raison que les commentateurs devaient modérer et oublier les chauvinismes nationalistes.

7Il prenait en exemple le commentaire en français. Il disait : "on ne peut pas faire un commentaire français pour les Français mais faire un documentaire francophone", car il est bien évident que le succès français finit par agacer au bout d'un moment les Belges et les Suisses, et c'est normal. Il en est de même pour toutes les langues.

8Il constatait que cette formule nous obligeait à modérer nos nationalismes respectifs. "Nous avons un esprit européen. Nous essayons en tout cas d'insuffler à nos commentateurs un esprit européen qui débouchera peut-être un jour sur un chauvinisme européen".

9Nos confrères qui participaient à ce débat ont fait remarquer que si, effectivement, on pouvait les accuser un peu de chauvinisme, ils n'avaient rien à envier aux confrères de pays voisins, en particulier, à nos voisins latins, italiens, espagnols par exemple. C'est peut-être vrai, mais ce n'est pas une excuse.

- Les valeurs fondamentales du sport

10Dans un deuxième exposé, Jacques Ferran avait à traiter de la presse devant les valeurs fondamentales du sport. Ordonné comme toujours dans sa pensée, Jacques Ferran nous a proposé trois directions :

  • 1) définir les valeurs et les menaces dont elles sont l'objet,
  • 2) apprécier quelle est la part de responsabilités de la presse dans les déviations du sport et dans les attaques à ces valeurs,
  • 2 bis) constat plutôt négatif, car il est vrai que la presse a des responsabilités ; elle le reconnaît d'ailleurs jusqu'à l'analyser dans deux de ses "Livres Blancs", comme c'est le cas en France,
  • 3) et comme Jacques Ferran est toujours un homme pragmatique, il s'est résolu à étudier les solutions.

11Jacques Ferran exposera lui-même les différentes solutions qu'il a proposées.

12Je vais reprendre quelques points, en particulier lorsque l'auteur a signalé d'abord la difficulté de définir les valeurs du sport et même de les reconnaître, puisque certains les contestent sans pour autant rejeter le sport.

13Il a cité en particulier l'exemple d'un colloque public où il s'est trouvé opposé à un de nos amis, aujourd'hui Ministre, Jean Glavany, qui émettait des thèses contraires aux nôtres et qui trouvait dans une assemblée de dirigeants sportifs, de responsables sportifs, un certain écho favorable. On a parfois l'impression que tout le monde ne veut pas reconnaître comme des valeurs, ces valeurs que l'on attribue au sport.

14Jacques Ferran a poursuivi en expliquant, qu'après tout, chacun a sa propre définition du sport. Ce n'est d'ailleurs pas seulement son idée, c'était celle aussi de notre regretté Bernard Jeu. Mais Jacques Ferran a beaucoup insisté sur la crédibilité du sport pour que le public s'y passionne. Indiscutablement, il faut que le public y croit. En particulier, il citait l'exemple du dopage. Il est tout à fait exact que le trouble que les affaires de dopage peuvent jeter sur l'opinion publique prouve bien que le public a besoin d'une crédibilité du sport.

15Sur le deuxième chapitre, la responsabilité des journalistes est évidente. Mais Jacques Ferran explique que les journalistes sont avant tout des témoins, et en conséquence, il ne faudrait pas confondre le thermomètre et la température.

- Le journaliste : une indépendance menacée

16J'ai, pour ma part, enchaîné ensuite sur un exposé concernant les menaces de l'indépendance du journaliste. Des menaces qui peuvent être simplement des pressions et qui peuvent devenir, si elles se précisent et s'aggravent, des agressions. Nous n'en sommes pas au point de nos confrères de la presse politique qui, eux, sont quelquefois l'objet de menaces de la part d'Etats, de Gouvernements, de Régimes. Là, c'est beaucoup plus grave. Il n'en reste pas moins que sur notre conscience, il y a beaucoup de pressions qui pèsent. C'est un sujet dont nous discutons dans nos institutions depuis longtemps et que nous analysons très souvent.

17Dans le temps, les menaces que nous avons connues étaient spectaculaires. Elles se manifestaient chaque fois qu'une personne n'était pas contente d'un article, ce qui provoquait alors des polémiques. Tout cela se trouve un petit peu dépassé aujourd'hui. C'est de l'histoire.

18La menace d'aujourd'hui est très différente parce que je crois qu'elle est moins perceptible, et je ne suis pas sûr qu'elle soit clairement perceptible pour certains de nos confrères.

L'exclusivité du reportage : un piège redoutable

19En effet, voilà ce qui me paraît être la menace la plus grave (...). L'exclusivité, telle qu'elle est introduite depuis une dizaine d'années par la télévision, a complètement modifié l'horizon de notre profession.

20L'exclusivité est un danger pour l'indépendance du confrère qui doit traiter et commenter le spectacle en exclusivité qu'il ne peut que vanter. Il ne peut pas détruire le produit qui est un produit maison. Il est seul, étant donné qu'il a l'exclusivité, à en donner le reflet. Nous pensons vraiment que c'est une menace pour l'indépendance du journalisme.

21Mais nous l'avons constaté durant les derniers Jeux, même lorsque la compétition est partagée par plusieurs chaînes, ce qui a été le cas en particulier pour Barcelone, il se crée une obligation systématique de vanter le spectacle, même s'il ne le mérite pas parce qu'il faut maintenir à tout prix l'audimat. C'est l'audimat qui attire et justifie tous les supports publicitaires et les participations des sponsors. Donc, dévaloriser l'événement que l'on commente ou dire un peu brutalement ce que l'on en pense, cela a de telles répercussions commerciales que le journaliste se trouve, aujourd'hui, un peu piégé. Il se trouve complètement broyé dans un système commercial et son indépendance, au fil du temps, risque sérieusement de s'effriter. Nous créons ainsi des zones d'enthousiasme autour d'événements ou même d'un espoir qui ne se justifie pas toujours, et, finalement, lorsque survient un événement ou un exploit, qui, lui, devrait susciter légitimement l'enthousiasme, il est victime d'une certaine banalisation...

22Voilà les sujets dont nous avons discuté. A n'en pas douter, ils ont leur place dans le cadre d'une Université Sportive d'Eté consacrée au thème : Le Sport, l'Université, l'Europe. C'est d'ailleurs pour cela que plusieurs points de rencontre sont prévus entre les participants à notre séminaire et vous tous qui suivez les travaux de l'U.S.E. Nous ferons notre possible pour que les interventions des confrères journalistes soient publiées, au moins pour l'essentiel, dans les actes de l'U.S.E. de Lille.

23Avant de vous donner la parole, je souhaite insister sur quelques points concernant la pertinence d'une distinction entre presse écrite et presse audio-visuelle. Faut-il les opposer l'une à l'autre ? Doit-on plutôt les considérer comme complémentaires ?

- Presse audio-visuelle et presse écrite

24Un de nos confrères, Jean-Marc Michel (FR3 Nice) disait : "La grosse différence entre presse écrite et presse audio-visuelle ? Nous syndicalistes, nous essayons toujours de faire comprendre à nos confrères qu'on fait le même métier. Nous en sommes tout à fait persuadés les uns et les autres. Mais, dans la réalité, ce n'est pas toujours facile ; il y a un peu d'opposition alors qu'à la base et dans sa formation, un journaliste doit avoir une notion de toutes les formes de presse et être capable de passer au cours de sa carrière de l'audio-visuel à la presse écrite et vice versa".

25Il n'en reste pas moins qu'un autre de nos confrères, André Garcia (FR3 Orléans) a donné une définition — qu'il appelle un raccourci — en précisant que la presse audio-visuelle, c'est la notoriété. Nos confrères qui pratiquent le commentaire et le reportage recherchent peut-être un peu trop la notoriété personnelle, se mettent un peu trop en avant par rapport à l'événement, alors que le rôle du journaliste est d'être toujours derrière son actualité, jamais devant, jamais de cacher l'actualité en se montrant trop ? "La presse audio-visuelle, c'est la notoriété alors que la presse écrite, c'est la compétence". C'est d'ailleurs pourquoi on fait quelquefois appel à la télévision, en complément, à ces journalistes de presse écrite.

26Gilles Guérin, de La Voix du Nord, a expliqué les répercussions de la télévision sur la presse écrite elle-même et sur la presse régionale en particulier.

27Cette évolution de la télévision a bousculé les journalistes de la presse écrite et les a obligés à se remettre en cause et à étudier leur complémentarité.

28"Quand nous traitons des Jeux Olympiques, nous ne les traitons pas comme la presse nationale, nous les traitons d'abord à travers nos propres athlètes régionaux qui participent aux Jeux et si nous travaillons dans des conditions très difficiles, il n'en reste pas moins que nous donnons à nos lecteurs un aspect de ces Jeux que ne livre pas le National ou les télévisions, nous avons encore là une possibilité de fournir un travail complémentaire à ce qui est fait sur le plan national et sur le plan international".

29Notre conclusion — et c'est vrai pour nos jeunes camarades de l'Equipe et pour les anciens que nous sommes, avec Jacques Ferran — nous avons constaté que jamais la télévision n'a pu nuire à la presse écrite tout au moins dans le sport. Au contraire, plus un événement est commenté à la télévision, plus le lendemain nous aurons de lecteurs qui se précipiteront sur nos journaux pour avoir des renseignements complémentaires sur l'événement.

30D'une façon générale, j'ai essayé de vous donner quelques traits, quelques points de ce qu'ont été ces deux demi-journées de travail et surtout d'échanges.

DEBAT AVEC LES PARTICIPANTS DE L’U.S.E.

Jacques Marchand

31Il est prévu d'aborder dans le cadre de ce forum un sujet particulièrement important. Il s'intitule de la manière suivante : la presse sportive, l'Université et le sport. Sans plus attendre, je donne la parole à Jacques Ferrand.

L'image du sport... et le rôle de l'Université

Jacques Ferran,

Journaliste sportif.

32Si j'avais un intitulé à donner à cette intervention, je reprendrais la phrase de Jean-Paul Schneider par laquelle il terminait hier son exposé : comment l'Université pourrait-elle améliorer l'image du sport ? J'y ajouterais, au coude à coude avec les journalistes et les médias !

33Tous mes camarades journalistes, mais aussi ceux de l'U.N.C.U. avec lesquels nous travaillons depuis un certain nombre d'années, savent que cette préoccupation d'améliorer l'image du sport m'habite depuis que je suis journaliste, c'est-à-dire depuis très longtemps. Et cela pour plusieurs raisons.

Une méfiance réciproque ?

34Je suis d'abord frappé, depuis que j'exerce cette profession, par cette éternelle méfiance qui existe entre tout ce que l'on pourrait appeler le monde de l'intelligence, du savoir, de la science de la connaissance — c'est-à-dire en gros l'Université — et le monde du sport. Au lieu que ces deux mondes s'interpénètrent, travaillent ensemble, s'associent, on assiste le plus souvent, au contraire, à une espèce de rejet réciproque, notamment en France. Cette situation existe-t-elle également dans d'autres pays ?

35La recherche fondamentale sur le sport qui, pourtant, on s'en aperçoit tous les jours, est mêlée de plus en plus à la vie des gens, représenterait, sur le plan psychologique, sociologique, un domaine extrêmement important. En France, elle n'est pas réellement prise au sérieux, ni traitée par la recherche universitaire.

36Ce clivage, est perceptible à l'intérieur de l'Université, même si c'est moins net aujourd'hui. Mais pendant longtemps, les professeurs d'éducation physique eux-mêmes avaient pour le sport de compétition, notamment le haut niveau, une méfiance fondamentale. Je cite toujours cette lettre d'un professeur d'éducation physique que j'avais trouvée il y a quelques années dans un hebdomadaire, qui disait : "chaque fois que je reconnais, en mes élèves, des qualités sportives importantes qui pourraient en faire un champion, je suis extrêmement inquiet." C'est exactement comme si un professeur de Lettres était inquiet chaque fois qu'il s'apercevait qu'il a un élève qui écrit bien et qui peut devenir un jour écrivain. C'était à ce point-là.

37A l'intérieur de ma profession, c'est la même chose. Il y a de la part des journalistes d'informations générales, vis-à-vis des journalistes de sport, une espèce de condescendance, quand ce n'est pas davantage. Nous sommes le plus souvent traités de journalistes mineurs et sommes tenus pratiquement à l'écart de la profession.

38Je pense que ce divorce, il faut bien employer ce terme-là, est dommageable à tout le monde et notamment au sport lui-même (...).

Qu'est-ce que le sport ?

39Le deuxième constat a été résumé tout à l'heure par Jacques Marchand : le sport lui-même, de son côté, a de plus en plus de mal à se reconnaître. Il est déboussolé, émietté en ses composantes, chacun se réclame de lui et personne ne sait exactement non seulement où il va, où il se dirige tant bien que mal, mais ce qu'il est précisément. Chacun apporte sa propre définition, et du même coup, comme le disait Bernard Jeu, toutes les définitions sont suspectes dans la mesure où elles sous-entendent déjà un choix et un parti-pris de celui qui donne cette définition. Vous savez que, pour ne pas donner une définition lui-même et pour ne pas être suspect, Bernard Jeu préférait faire un dessin que donner une définition. Il dessinait une ellipse et disait qu'elle représentait le sport et que les deux foyers de celle-ci étaient le corps, notre corps, et la compétition. Pour lui, c'est ce dessin qui représente le mieux le sport lui-même dans lequel entre pour une part le corps, la motricité, etc., et d'autre part la compétition. A quoi, en plaisantant à demi, je répondais à Bernard Jeu : "mais votre dessin lui-même est suspect car aujourd'hui les joueurs d’échecs, par exemple, pour lesquels le corps entre peu en jeu se réclament du sport. Et innombrables, d'autre part, sont les gens qui veulent faire du sport sans faire de compétition. Par conséquent, je ne suis pas sûr que vous entraîniez vous-même l'adhésion de tous les sportifs".

40Et il est vrai que de nos jours, on s'aperçoit que, lorsque l'on parle de sport, on a tendance à parler de n'importe quoi. Mais dans ce domaine, ma réflexion, ma réaction, plutôt que d'entériner cette situation de déboussolage, d'émiettement et d'a-signification, est de dire que plus que jamais ce sport, déboussolé précisément, a besoin de dire qui il est, de se définir. Et on s'aperçoit que si tout le monde se réclame du sport, y compris ceux qui tous les jours créent des sports nouveaux, y compris ceux qui font semblant de faire du sport, tous ceux qui se réclament du sport rendent hommage à une idée du sport qui est contenue dans celui-ci et qui, bon gré mal gré, résiste curieusement à toutes les atteintes, qu'elles soient politiques, économiques, médiatiques.

41Le sport a une grande force de résistance et l'exemple que je prendrai ici est celui du dopage. Si un certain nombre de gens, avec un courage qu’il ne faut pas dissimuler, tentent de lutter contre le dopage dans le sport, c'est bien qu'ils estiment que le sport représente quelque chose, représente une certaine idée de lui-même, revêt une signification qui est par exemple, en ce qui concerne le dopage, l'égalité des chances. Si on sait que l'un des athlètes, des concurrents, est dopé alors que l'autre ne l'est pas, il n'y a pas égalité entre eux, il n'y a donc pas sport. Pour qu'il y ait sport, il faut qu'il y ait égalité. C'est donc bien de toute évidence au nom d'une certaine idée du sport, d'une éthique non dite, qu'on lutte contre le dopage. Ce n'est pas seulement pour guérir et pour lutter contre la maladie ou contre tous les dangers du dopage, puisqu'on laisse, par ailleurs, les étudiants ou les hommes politiques, ou les comédiens se doper sans aller surveiller ce qu'ils font. Si on lutte contre le dopage, et peut-être pas suffisamment, c'est que précisément on parle au nom d'une certaine idée du sport. Je dirais même que si on va plus avant, on est frappé par le fait que l'éthique sportive a une spécificité extraordinaire dont nous ne nous rendons pas assez compte.

42Je parlais récemment avec des gens du Comité d'Ethique National Français. Vous savez qu'il existe en France un Comité d'Ethique des Sciences de la Vie qui se penche sur tous les dangers que court l'homme du fait de la science... Et ce Comité d'Ethique a pris récemment position contre une initiative du Comité International Olympique qui, vous le savez, entendait faire passer des examens aux athlètes pour savoir s'il s'agit bien de femmes ou d'hommes. Il a estimé que cet examen portait atteinte à l'éthique générale de l'homme, à l'éthique humaine. Les hommes de sport ont discuté avec eux et se sont aperçus que l'on pouvait concevoir qu'il existait une éthique sportive légèrement différente ou différente de l'éthique tout court.

43C'est extrêmement intéressant, car cela va très loin. En effet, on s'aperçoit qu'il peut y avoir une logique sportive qui n'est pas la logique ordinaire. Comme si le sport s'affirmait, malgré toutes les atteintes qu'il subit, et dont je parlais au départ, en lui-même, pour lui-même. C'est une idée d'une extrême richesse qui n'a pas été, à mon avis, suffisamment étudiée, examinée.

La responsabilité des hommes de presse

44Alors on en arrive au troisième constat : celui de la responsabilité que nous, hommes de presse, portons dans ce débat. Je rencontre souvent des confrères qui me disent (évidemment cela est plus facile !) : nous n'avons aucune responsabilité. Nous n'avons aucune responsabilité en rien d'ailleurs. Nous sommes des témoins, c'est suffisant. Nous avons un droit d'informateur, nous n'avons pas un devoir de formateur. Nous sommes là pour dire les choses que nous voyons, et c'est déjà beaucoup, et dénoncer ce qui doit l'être. Nous ne sommes pas des complices, nous sommes des témoins et cela nous suffit. Je leur réponds que c'est un raisonnement sans doute, mais que la manière de traiter l'information, la manière d'informer est tellement subjective, dépend tellement de l'individu que, bon gré, mal gré, qu'ils le veuillent ou non, ils jouent un rôle important. Quand vous savez ce qui se passe en France au niveau des télévisions par exemple, avec cette bataille, dont vous parlait Jacques Marchand tout à l'heure, de l'exclusivité où l'on s’arrache les événements sportifs et où l'on est obligé d'en dire du bien parce que c'est un produit que l'on a acheté, alors que la chaîne concurrente, qui n'a pas d'exclusivité, ne parle pas de cet événement et ne fait pas son travail de journaliste, parce que l'événement a été acheté par une chaîne concurrente. Quand vous voyez qu'une chaîne française qui a beaucoup d'argent, et c'est la raison pour laquelle elle le fait, vient d'acheter une grande partie du sport français, c'est-à-dire les plus grands clubs parisiens pour commencer, mais aussi les plus grands stades de Paris, qu'elle organise elle-même des matches de boxe, qu'elle vient de prendre en compte pratiquement toute la fédération d'athlétisme et demain sans doute encore davantage. Ne faut-il pas réagir ? Ces médias-là seront les principaux organisateurs et administrateurs du sport français, comme ils le sont déjà du cinéma français, puisque la même chaîne produit actuellement 60 % des films français. Par conséquent, je crois que l'on ne peut pas ignorer cette responsabilité de la presse et qu'il nous est impossible, à nous journalistes, de nous déclarer incompétents en matière de sport et de dire que nous ne pesons pas du tout notre poids, qui devient de plus en plus important, sur le marché du sport.

Etablir un rapprochement entre l'Université et la presse...

45Et j'en arrive au dernier point, c'est-à-dire avec l'Université qui, à mes yeux, ressemble beaucoup à la presse, aux médias. Comme nous, l'Université, et il semble qu'elle l'oublie avec un peu trop de facilité, a inventé le sport. La presse sportive est pour beaucoup dans l'avènement du sport. Mais l’Université et notamment l'Université britannique — moi qui ai fait un livre sur l'histoire du football et du rugby, je ne peux pas ignorer que les premières règles qui restent en grande partie valables, sont les règles de Cambridge — a inventé le sport. Les règles du football sont des règles qui ont été écrites, imaginées par des universitaires et des étudiants. Et que cette espèce de droit d'aînesse, de droit d'invention, ait été complètement abandonné, et qu'aujourd'hui personne ne songe à aller vers les Universités lorsqu'il s'agit de changer les règles du football ou même d'administrer le football ou les autres sports, c’est assez étonnant. Et que l'Université n'ait pas la force, l'imagination, l'unité, la solidarité nécessaire pour revendiquer, d'une certaine manière, ce droit d'inventeur me paraît grave.

46Autre rapprochement entre l’Université et la presse : c’est l’idée que les universitaires, comme les journalistes, comme un certain nombre de journalistes je l’espère, se font du sport. Cette analyse que j’ai faite beaucoup trop vite naturellement en commençant sur la spécificité, l’identité du sport, son éthique, ses valeurs, nous la partageons avec les universitaires, et les universitaires sont encore, je dirais, mieux placés sur ce plan de la réflexion, de l’analyse, de la recherche, que nous journalistes pour essayer d’aller plus loin dans ce domaine. Je crois que d’ailleurs cette idée que nous nous ressemblons, que nous avons des responsabilités communes à l’endroit de tout le sport, que nous avons donc à imaginer ensemble des solutions, est à l’origine de ce mouvement des assises — du sport — qui est né en France qui rassembla essentiellement, au départ, des journalistes et des universitaires pour essayer de réfléchir ensemble, avec le recul nécessaire, avec la liberté et l’indépendance nécessaires, sur l’avenir du sport. Il me semble que les universitaires, comme les journalistes, qu’ils le veuillent ou non et même s’ils ne le veulent pas, sont, d’une certaine manière, comptables de l’avenir du sport.

47Alors ce rassemblement, ce rapprochement entre journalistes et universitaires qui a eu lieu en France et qui fonctionne, et qui je l’espère fonctionnera de mieux en mieux, est-il possible, concevable dans les pays qui nous entourent et qui sont ici rassemblés ? Est-ce que les problèmes pour vous se posent de la même manière ? Est-ce qu’on pourrait imaginer un jour que ce rassemblement entre journalistes et universitaires ne soit pas simplement national ou hexagonal, mais prenne une dimension européenne ? Et que l’on se retrouve sur le même terrain sur le plan européen ? C’est rêver sans doute, mais pourquoi ne pas rêver ici un peu, car moi qui m'intéresse à ce que vous faites depuis quelques jours, je suis frappé de tout ce que vous contenez de potentialités immenses, énormes — les plus importantes peut-être qui existent en France et en Europe — mais en revanche, quel retard vous avez du point de vue de vos relations, et de ce que vous devriez savoir les uns des autres. Et qu'il a fallu que l'U.N.C.U. organise cette Université d'Eté pour que vous le sachiez. (...) L'U.E.F.A. qui existe depuis 1956 sait tout ce qui se passe dans les pays étrangers. Il y a une quinzaine de commissions à l'U.E.F.A. qui travaillent ensemble sur le plan européen, qui échangent à longueur d'année des idées, des informations sur ce qui se passe, et qui vont ensemble en front commun devant la Communauté Européenne pour défendre par l'exemple l'idée que le sport n'est pas qu'un produit commercial.

48Il y a au niveau olympique, une association des Comités Olympiques Européens qui n'est pas très ancienne mais qui fonctionne assez bien. Même nous, et Dieu sait pourtant que nous avons du mal à nous associer, nous avons une Union Européenne des Journalistes Sportifs qui ne fonctionne pas si mal depuis une douzaine d'années.

49Je ne vois pas, pour l'instant, pointer cette idée d'un sport européen universitaire uni qui irait ensemble se battre pour essayer de dire aux gens du sport : vous avez besoin de nous, vous ne pouvez pas vous passer de nous, nous sommes les seuls qui ayons le temps, les éléments, les hommes pour réfléchir objectivement sur le sport. Vous avez besoin des théoriciens que nous sommes, vous qui êtes les hommes de terrain. Sans quoi, si le sport demeure uniquement entre les mains des pouvoirs sportifs qui sont juges et parties, des pouvoirs politiques, et des pouvoirs économiques, je pense qu'il finira par devenir ce "n'importe quoi" dont je parlais en commençant.

...Pour l'avenir du sport

50Alors si sur ce double constat — qu'une certaine idée du sport est menacée et que les journalistes comme les universitaires sont, dans une certaine mesure, responsables et comptables de ce sport-là — est entériné par vous, il faudrait se pencher effectivement sur des solutions à apporter. Là, naturellement, je ne vais pas vous faire un exposé. Que faire pour que le sport soit davantage matière d'enseignement ? L'est-il davantage ailleurs que chez nous, où il ne l'est pratiquement pas ? L'histoire du sport, la culture sportive, les structures sportives, l'éthique sportive ne devraient-elles pas être des matières d'enseignement et d'examen ? Est-ce que cela n'est pas aussi passionnant que l'histoire des armées ou des pouvoirs économiques ? Que la recherche s'instaure davantage et s'échange entre les pays, notamment sur les problèmes de finalité, de signification, d'éthique sportive. Que la recherche se penche aussi sur les structures dont je parlais, car si quelque chose est en cause en ce moment, ce sont les structures du sport. A qui appartiendra le sport demain ? Est-ce que le pouvoir associatif, non économique, sera assez fort pour maintenir son autorité sur le sport ? C'est une idée essentielle pour l'avenir. Est-elle partagée par tout le monde ? Et comment les journalistes et les universitaires pourraient-ils être associés davantage à la réflexion, voire même à la gestion du sport ? Vaste programme, sans doute utopique en grande partie, mais j'ai la réputation de rêver un peu, et je ne voulais pas la perdre aujourd'hui.

Robert Denel,

Professeur agrégé d'Education Physique et Sportive à l'Université de Lille II, Secrétaire Général de l'Union Nationale des Clubs Universitaires.

51Parmi nous, il y a un jeune sportif de haut niveau, Monsieur Scandella qui nous écoute depuis deux jours. Il est champion de France d'Haltérophilie et étudiant à l'Université. S'il a aujourd'hui des choses à nous dire ou des réactions à nous communiquer, qu'il n’hésite pas à lever la main. J'aperçois d'autres sportifs et sportives de haut niveau.

52Il y a également Caroline Carpentier, ancienne championne. Donc il n'y a pas que les plus âgés qui doivent intervenir. Si vous avez des choses à nous dire ou des critiques à formuler par rapport à tout ce qui a été dit, n'hésitez pas.

53Nos partenaires des pays étrangers ont été peu sollicités jusqu'à présent. Je vais passer la parole à Monsieur Walfried König, Conseiller au Ministère de la Culture de Rhénanie-Westphalie et Coordonnateur des formations en Education Physique et Sportive en Allemagne.

Walfried König

54Je suis responsable de l'Education Physique et du Sport en Rhénanie-Wesphalie qui est un pays de la R.F.A. avec 17 millions d'habitants. Je donne des cours à l'Université de Sport de Cologne et je m'engage pour l'Europe.

55Je veux d'abord féliciter Messieurs Marchand et Ferran pour leurs interventions qui m'ont vraiment enthousiasmé.

56Je sais bien qu'il faut être poli en même temps que diplomate quand on va à l'étranger, mais j'avoue que je n'ai plus le sentiment d'aller à l'étranger quand je vais en France. Je vous regarde plutôt comme autant de compatriotes dans la Communauté.

Critique concernant le journalisme sportif

57Je vais exprimer quelques aspects un peu critiques concernant le journalisme. Vous avez déjà formulé, avec une grande sincérité, qu'il y a plusieurs menaces pour l'indépendance du journalisme, pour la qualité du journalisme, que je ne vais pas répéter. Mais je souhaite ajouter que, pour moi, le journalisme sportif est trop lié au sport d'élite, à la télévision avant tout, mais aussi dans la presse écrite. Il y a vraiment si peu sur le sport scolaire et sur le sport de masse, que ceux qui ne sont pas engagés dans le sport directement peuvent avoir le sentiment que le sport n'est rien que le sport d'élite. Et c’est faux. Ce sujet a une certaine importance dans la discussion actuelle en Allemagne. Après l'intégration de la R.D.A., il y a beaucoup de gens qui disent chez nous, au moment où le sport d'élite de la R.D.A. n'existe plus, que le sport est mort dans la R.D.A. Pour moi, ce n'est pas vrai. Le sport, c'est autre chose ; et le sport d'élite, c'est simplement une partie.

58Deuxième aspect critique : le journalisme est trop lié à l'actualité et il regarde trop peu les sources. On regarde trop peu le passé ou le début d'une certaine évolution. On décrit ce qui se passe aujourd'hui, peut-être encore hier soir, mais on ne décrit guère comment une évolution s'est faite et comment cela a commencé. On répète des interviews, mais on ne regarde pas ce que les mêmes politiciens du sport par exemple ont dit l'année dernière. (...) Troisième aspect critique : il y a un manque d'internationalité dans la prestation des journalistes. Monsieur Marchand a déjà parlé d'un chauvinisme excessif. Je peux dire que je l'ai remarqué pendant les Jeux Olympiques de Barcelone parce que j'ai passé mes vacances en France, et j'ai eu d'énormes problèmes pour connaître simplement les résultats. J'ai mis deux jours pour savoir enfin qui avait gagné le saut en hauteur. J'ai regardé TF1 et je suis tombé sur le judo, sur Antenne 2, le judo. J'ai attendu une heure, c'était toujours le judo...

59Il existe un réel problème. Je crois que c'est un problème pour les journalistes de la télévision avant tout. Ils rapportent ce qui se passe pendant toute la journée, du matin jusqu’au soir. Mais qui a le temps de s'asseoir devant la télévision dès le matin, et jusqu'au soir ? Quand je m'y mets, le soir, je souhaite être informé pendant une demi-heure ou une heure et avoir des informations comparables aux informations politiques.

60Donc je le répète, on doit reprocher un manque d'internationalité. Cette semaine il y a beaucoup de journalistes qui séjournent à New-York pour le tournoi de tennis et je suis sûr qu'après le tournoi, personne ne saura comment le tennis américain s'organise, si c'est vraiment un mouvement dans le pays entier, si cela joue un certain rôle dans les écoles, dans les Universités, dans la population. Nous n'en saurons absolument rien. Peut-on alors parler d'une information sérieuse ? Ce n'est pas sûr !

61C'est pourquoi je veux proposer que l'on organise dans cette union européenne des échanges de journalistes, de manière à ce qu'un journaliste français travaille quelque temps en Allemagne, qu’un journaliste allemand travaille quelque temps en France pour mieux connaître les structures du pays. Si on ne peut pas faire cela, il sera peut-être possible que les journalistes français organisent leur prochain séminaire en Allemagne, et que les journalistes allemands organisent leur séminaire en France, de même avec l'Espagne, les Pays-Bas, etc...

62Pour mieux concrétiser mon propos avec un dernier exemple : en France le rugby joue un très grand rôle ; par contre, dans la presse allemande, le rugby n'existe pas. Nous sommes des voisins et on ne sait pas ce qui se passe dans chacun des pays.

63Quatrième point critique : chez nous, le sport à la télévision est présenté de plus en plus comme amusement. Si je veux être informé le samedi soir, je suis obligé de regarder pendant une heure et demie une émission dont les trois quarts du contenu ne m'intéressent pas. Les informations les plus intéressantes sont données à la fin de l'émission pour éviter que les téléspectateurs quittent la télévision trop tôt. Entre-temps on présente une émission de divertissement, comme "entertainment" et non pas comme information. Cela touche au cinquième point qui est aussi important : je critique un manque de qualité dans le journalisme sportif. Je crois qu'il y a trop peu de journalistes qui ont déjà développé une nouvelle technique pour satisfaire les deux groupes différents dans le public. Un groupe est déjà bien informé, qui a vu un certain événement à la télévision et qui veut revoir ce qu'il a déjà vu ; le deuxième groupe n'a rien vu à la télévision et il doit être informé d'abord. Il est très difficile de lier l'information et le commentaire et trop peu de gens savent le faire.

64Je m'excuse pour ces remarques critiques mais j'espère que vous comprendrez que c'est l'expression d'un certain souci qui concerne le développement du sport.

65(...)

La responsabilité de l'Université !

Robert Denel

66J'ai l'impression, à l'écoute des différentes informations de ces trois premières demi-journées, que l'Université, dans le domaine du sport, tourne beaucoup sur elle-même et qu'elle ne manifeste pas la responsabilité que Jacques Ferran a souligné tout à l'heure fortement : le rôle qu'elle doit avoir dans la société en général et en particulier dans le domaine du sport.

67Cela m'a fortement interpelé d'entendre Jacques Ferran dire tout à l'heure : "mais l'Université a un rôle considérable à jouer". Est-ce que, dans chaque pays, les Universités — pour la question du sport — ont conscience qu'elles ont certes une tâche de formation, de recherche, mais elles ont au delà une responsabilité dans tous les actes et notamment dans le sport, dans le pays ?

68Je n'ai pas ressenti une réponse véritable à cette question dans les jours précédents. L'Université a-t-elle tendance, malgré ses efforts, à rester dans son cocon et ne pas trop s'intéresser à ce qui se passe ailleurs ? Et comment l'interpréter ? Par intérêt uniquement ? Parce que toutes les informations n'ont pas été communiquées ? Ou peut-être parce que l'on se méfie d'elle ou parce qu'elle se méfie finalement des autres ? C'est peut-être un peu noir comme tableau, mais je souhaiterais que l'on finisse cette matinée en ayant une réponse à cela.

Franco Mauro,

Directeur de l'Institut Supérieur d'Education Physique de la Lombardie- Milan (Italie) dont le propos est retraduit en français.

69Le Professeur Mauro souhaiterait vous dire quelques mots sur les rapports de la presse (à Milan) avec les instances sportives. Il pense qu'en Italie il y a vraiment une situation particulière pour ce qui est des rapports entre la presse et le sport. Cinquante huit millions d'habitants en Italie, à peu près comme en France et comme en Allemagne, donc pas de grandes différences sociodémographiques au départ. Concernant l'information sportive, quatre quotidiens permanents, qui portent uniquement sur le sport, paraissent chaque jour en Italie. Concernant l'information télévisuelle, il y a eu un conflit en Italie : l’Etat a souhaité limiter la diffusion de l'information sportive à seulement dix chaînes et cinq cents stations locales (il n'y a donc en Italie aucun problème d'information).

70La diffusion de l'information sportive en Italie est organisée sur les concepts de passivité et d'activité. En général, le consommateur d'informations sportives a un comportement passif ; il consulte l'information à la télévision et recherche sur la chaîne qui l'intéresse l'information qu'il souhaite.

71Une partie active aussi, car régulièrement la parole est donnée au cours de tribunes à l'ensemble des auditeurs ou à des participants qui souhaitent le faire. Il y a en Italie cinquante huit millions de commentateurs techniques...

72L'image du sport : de quel sport parlons-nous ? Quel type d'informations souhaite véhiculer la télévision et les médias concernant le sport ? La télévision parle tantôt des aspects culturels du sport, des aspects sociologiques, des aspects politiques, des aspects économiques, des aspects publicitaires et du sport spectacle. L'information est dirigée par des lois d'ordre économique. En d'autres termes, l'information sportive est gérée par l'audimat. Parfois il y a des séminaires qui sont organisés, et la demande qui est faite à la presse est la suivante. Pourquoi ne parlez-vous pas plus souvent des problèmes culturels, politiques, éducatifs qui devraient régir le sport ? La presse répond que l'interrogation est pertinente, mais elle ajoute : combien de personnes vont acheter et lire nos quotidiens ?

73En fait l'Italie est devenue un office de spectacles. Ceci constitue la réalité quotidienne même si les Italiens sont bien conscients, au moins à ce niveau, que c'est le dernier stade.

74Pour votre information et pour donner un exemple, Berlusconi, que chacun connaît, dirige en Italie, au delà de ses grandes entreprises, trois chaînes télévisuelles, une équipe de football, des installations sportives, etc. Au moment des problèmes économiques rencontrés par la firme Fiat dans les années 70, les travailleurs pendant toute la semaine criaient : "à mort Agnelli, nous allons manquer de travail et de moyens", et le dimanche, ils criaient : "vive Agnelli, merci de faire jouer Platini dans l'équipe de la Juventus".

Pierre Collomb

75(...)

76Pour répondre à l'interrogation fondamentale de Jacques Ferran, présentée au début de séance : que peut apporter l'Université au Sport ?

77Je crois qu'il faut distinguer les plans, car l'Université peut, dans un premier temps — et je crois que l'on a plus parlé de cet aspect que du suivant — apporter sur le plan quantitatif. Elle peut apporter à la pratique sportive ; elle peut apporter à la pratique de ces étudiants. Je me résume. Qu'est-ce que l'Université peut apporter pour le développement du sport ? Mais tout de suite se pose une autre question : qu'est-ce que l'Université peut apporter sur la nature du sport pratiqué ? Ceci est le premier groupe de questions qu'il faut se poser.

78Il y a un deuxième plan, le plan moral : qu’est-ce que l'Université peut apporter pour l'éthique du sport et pour la réflexion sur le sport lui-même ? Il y a certainement un problème de communication qui se pose. Je voudrais simplement dire que lorsqu'on doit bien distinguer les deux aspects du problème : ce que l'Université peut apporter pour la pratique sportive et ce que l'Université peut apporter pour la réflexion, le problème se pose de savoir si les deux questions sont liées, et notamment si l'apport à la réflexion suppose l'apport à la pratique et au développement dans le cadre universitaire, dans le cadre de la pratique des étudiants.

79Voilà simplement, d'un point de vue de la méthode, ce que je voulais dire.

Robert Denel

80Merci Pierre Collomb. Je pense qu'il s'agit effectivement d'une grave question. Parce que c'est vrai que si les universitaires ne se font pas assez entendre, bien qu'ils aient des choses intéressantes à dire sur le sport, c'est peut-être aussi parce qu'ils ne sont pas capables à l'intérieur de leur maison de faire faire suffisamment de sports aux étudiants.

81(...)

Claude Labrousse

82C'est surtout une interrogation que je voudrais poser à Jacques Ferran par rapport à son intervention de tout à l'heure.

83Il existe l’U.S.J.S.F. (Union Syndicale des Journalistes Sportifs Français). Si cette Union existe, elle est donc séparée des autres journalistes. Je voudrais lui demander si c'est pour des questions professionnelles ou pour des questions plus générales, d'ordre syndical.

84Cela m'amène à une autre question portant sur la formation des journalistes puisqu'on voit qu'il y a une certaine déviance dans la retransmission des événements sportifs. Est-ce que, dans la formation des journalistes, il est prévu ordinairement une formation sur le sport ? Est-ce que cette activité est prise en compte ou est-ce qu'il y a une formation spécifique des journalistes sportifs ? Tout à l'heure, Jacques Ferran a dit qu'il serait intéressant que l'Université et les journalistes puissent se mettre ensemble pour faire avancer ce qu'il a appelé "une certaine idée du sport, l'éthique du sport". Je crois que c'est une très bonne idée, qu'il faut creuser, mais si on veut que cette chose puisse se faire, cela ne se fera pas si on ne trouve pas des intérêts communs, car il n'y a pas d'activité humaine qui puisse se faire si les gens n'ont pas un intérêt évident à la conclure ensemble.

85Je pense qu'une des pistes qu'il serait intéressant d'explorer à la suite de cette Université, ce serait de trouver quels sont les intérêts communs qu'il peut y avoir entre l'Université et les journalistes pour essayer de faire avancer cette idée d'un certain sport tel qu'on l'entend, me semble-t-il, dans le cadre de cette Université Sportive d'Eté.

Robert Denel

86Nous allons demander à Jacques Ferran de répondre à cette question et de conclure notre matinée de travaux.

Jacques Ferran

87Notre Union des Journalistes Sportifs, comme il en existe d'ailleurs dans tous les pays d'Europe, est née il y a une trentaine d'années d'une prise de conscience. Des journalistes de sport se sont aperçus qu'ils avaient un certain nombre d'intérêts communs et, par conséquent, ils se sont groupés comme les journalistes de politique, de cinéma qui ont eux aussi constitué des associations par profession, par sujet traité.

88Les journalistes de sport ont manifesté un dynamisme particulier parce qu'ils sont très nombreux. Notre Union regroupe, en ce moment, plus de deux mille journalistes professionnels spécialisés en sport, et vous imaginez bien la force que représente ce mouvement dans toutes les discussions, en particulier avec le mouvement sportif lui-même.

89Par exemple, c'est notre Union qui a obtenu du mouvement sportif et de la Fédération de Football que tous les matches de championnat commencent à 20h30. Ça a l'air d'être peu de chose mais c'est très important, car si les rencontres commencent à 20h45, les journaux du lendemain ne peuvent pas en donner des comptes rendus. C'est une sorte de bataille que nous avons entreprise et que nous avons gagnée malgré les télévisions qui, elles, voudraient que les matches commencent plus tard.

90Notre Union Syndicale, depuis qu'elle existe, s'est intéressée aussi aux problèmes généraux du sport. C'est ainsi qu'elle a appris à réfléchir, par exemple, à propos de la terminologie sportive sur laquelle nous avons fait une commission de réflexion mais, également sur les responsabilités des journalistes de sport par rapport au sport et enfin sur l'évolution du sport à laquelle nous nous intéressons. Nous avons publié deux Livres Blancs, que nous tenons à votre disposition, sur les responsabilités des journalistes, l'indépendance professionnelle des journalistes et les déformations du sport. Vous voyez-là que nous nous intéressons à la vie même du sport.

91La formation : il n'y a pas d'école de journalistes sportifs mais il y a des écoles de journalistes dans lesquelles le journaliste du sport joue un rôle important. C'est ainsi que Jacques Marchand a été Président pendant une dizaine d'années du Centre de Formation des Journalistes de Paris, qui est le Centre le plus important de notre pays. C'est donc montrer à quel point le journalisme du sport est important dans la vie du journalisme "tout court".

92Tout à l'heure, j'ai essayé de poser un certain nombre de questions dans l'espoir d'une réponse et aussi d'un engagement, des journalistes qui sont là mais également des universitaires puisque c'est quand même une Université d'Eté ouverte aux universitaires. Je ne suis pas sûr d'avoir entendu une réponse sur les quatre points que j'ai posés. Je me permets de les rappeler.

93Le premier, c'était : "Dans quelle mesure les universitaires ont quelque chose à dire sur l'évolution même du sport et sur la signification même du sport ?" Il me semble qu'il y a là encore, comme chez les journalistes, un peu de timidité, de frilosité, de manque d'ambition des universitaires, comme s'ils avaient à s'occuper de leur sport à eux mais qu'ils n'avaient rien à dire sur le sport en général et sur son évolution. Mon point de vue est tout à fait inverse parce que si les universitaires, d'une certaine manière, n'interviennent pas dans la marche même du sport, le sport risque d'aller dans des voies que nous déplorons par avance.

94Quand les universitaires semblent dire "nous ne sommes pas armés", je crois qu'ils ont tort. Nul n’est mieux armé qu'eux pour réfléchir sur le sport étant donné qu'ils sont mieux armés que quiconque pour réfléchir et mettre en place les leviers d'enseignement et de réflexion.

95Ils nous disent : ce n'est pas notre vocation. Je leur réponds naturellement : "au contraire, s'il y a quelqu'un qui a vocation de parler du sport, ce sont bien les Universités où le sport moderne est Quand ils disent : "on ne nous écoute pas" — et c'est vrai que le Mouvement Sportif se méfie — c'est peut-être parce qu'ils ne parlent pas assez fort ou avec le bon langage. Par conséquent, je crois que les universitaires doivent revendiquer d'avantage cette vocation à s'intéresser au problème du sport. C'est le premier point.

96Le second point, c'est le rapprochement qui apparaît un peu contre nature, bizarre, paradoxal, entre les universitaires et les journalistes, mais parce que je suis un ancien universitaire devenu journaliste, je pense au contraire que les points de rapprochement sont beaucoup plus importants que les points de division. Je dois répondre à Monsieur Labrousse que nous sommes en train de le démontrer. Cela fait quand même huit ans que l'Université d'Eté est conjointement organisée par des universitaires et des journalistes et que les Assises Nationales du Sport qui se sont déroulées, il y a un an à Montpellier, devant sept cents personnes, elles-mêmes organisées au départ par des universitaires et des journalistes. Et nous sommes là aujourd'hui, côte à côte. Je voudrais demander si dans les pays qui nous entourent un rapprochement de ce type entre universitaires et journalistes, pour parler de l'avenir du sport et des problèmes du sport, est concevable ou pas. Il me semble même que Monsieur König fait un certain nombre de critiques à la presse, que la presse connaît bien et qu’elle se fait elle-même. Pourquoi ce rapprochement ne commencerait-il pas à se faire en Allemagne, en Grande-Bretagne ? Nous avons partout des associations de journalistes et il y a au sein de ces associations des hommes qui souhaitent aller vers les universitaires pour appréhender ensemble les problèmes du sport.

97Le troisième point, c'était cette recherche à l’intérieur des Universités sur le sport. Je sais bien qu'elle existe. On disait tout à l'heure : elle existe mais elle n'est pas assez connue. Je connais beaucoup d'universitaires qui le pensent. Mais, elle a un certain nombre de défauts. A mon avis, elle est trop abstraite, elle est trop longue dans le temps et elle n'est pas assez connue, voilà ses défauts.

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540