Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 2

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 3. Centres de loisirs avec ou sans hébergement : un laboratoire du genre

À quoi sert la mixité en animation socioculturelle ?

Lecture de textes des années 1950 (Harvaux, Berge)

Jean-Marie Bataille

Texte intégral

  • 1 Bacou, Herman, Maruejouls, Raibaud in Gillet et Raibaud 2006 ; Ayral et Raibaud, 2009 ; Bacou et Ba (...)

1La mixité, la parité et le genre ont fait l’objet de différents articles pour le champ de l’animation socioculturelle1. Il manquait, jusqu’ici, un ancrage de ces analyses dans un socle ancien de pratiques qui joueraient le rôle de matrice historique. Le texte, « La mixité en colonie de vacances », dans la revue Instructeurs des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), publié en 1959, peut remplir cette fonction. En effet, il est resté une référence pendant près de quinze ans au sein des Ceméa, mais pas seulement ; la revue Instructeurs occupe une place importante dans la diffusion des idées de cet organisme : « Nous y définirons nos positions sur les problèmes pédagogiques importants » (de Failly, 1957). Le texte analysé est une enquête de Blanche Harvaux réalisée en 1958 (Harvaux, 1959). Blanche Harvaux est avec Marie-Aimée Niox-Château à l’origine de l’école de Boulogne (1947-1956), haut lieu de l’Éducation nouvelle d’après-guerre.

  • 2 Le Mouvement de l’enfance ouvrière (Faucons rouges), par exemple, pratique la mixité au cours des a (...)

2« Dès 1922, les chefs lyonnais n’ignoraient rien de la question sexuelle, comme leurs camarades de la région parisienne, auditeurs d’une “causerie sur l’Éducation sexuelle des jeunes” au programme de leur camp-école en week-end » (Palluau, 2013, p. 117). Les thématiques abordées sont liées aux conceptions de ce que devaient être de telles relations sexuelles à savoir, la fondation de la famille et le rejet de la masturbation. « Il s’agit de promouvoir la fécondité et dans une moindre mesure, la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles. » (P. 116). Dans les années 1930, « la mixité dans les œuvres post-scolaires ne fait pas l’unanimité » (Sévilla, 2012, p. 277)2. Même si le contexte est un peu différent dans l’après-guerre, le texte de Blanche Harvaux donne des indications sur l’état des expériences de mixité dans les années 1950. Notons le titre suivant : « 1. L’adaptation des enfants non habitués à la vie de mixité, pour ne l’avoir connue ni à la maison, ni à l’école, ni dans une précédente colonie » (p. 4). En 1958, année de la colonie décrite par Blanche Harvaux, de nombreux enfants n’ont pas d’expérience de la mixité :

À côté de la contrainte du système scolaire qui, à la ville et dans bien des milieux ruraux, sépare les sexes dès la première année de l’école primaire, jusques et y compris dans les classes de préparation au baccalauréat, il y a celle des familles, qui, souvent, par préjugé, redoute pour leurs filles la compagnie des garçons. […] Il en résulte que filles et garçons grandissent en s’ignorant, et que leur séparation favorise un durcissement dans leurs positions respectives, une vision fausse et négative des relations possibles. (P. 16)

3Cet élément renforce l’intérêt pour ce texte, comme témoignage de ce qui se conçoit en cette fin des années 1950, à un moment où les filles et les garçons ne se côtoient pas encore ou peu en colonie de vacances.

4Cet article s’appuie sur la méthodologie de la théorisation enracinée (Luckerhoff & Guillemette, 2012) pour tirer profit des informations et catégories contenus dans ce texte. L’analyse se fera en appui avec plusieurs textes qui permettront de confronter les processus sociaux mis au jour : d’abord le livre du docteur Berge (1951) sur l’éducation sexuelle auquel fait référence Harvaux (§ 2) ; ensuite (§ 3), nous aborderons plus précisément la question de la masturbation à partir d’un article d’Alexandre Wenger (Wenger, 2005), d’une leçon de Michel Foucault (Foucault, 1999) et de son livre L’Histoire de la sexualité (Foucault, 1976), et enfin d’un texte de Carlo Bonomi (Bonomi, 2011). Ces textes ont été sélectionnés dans une logique d’échantillonnage théorique c’est-à-dire pour nous aider à monter en généralité dans l’analyse.

5L’article pose la question de la mixité comme mise en relation d’individus présentés comme garçons et filles. Nous interrogeons le sens donné aux relations et l’appareillage qui permet d’interpréter ce qui est observé. Ceci nous amène progressivement à mettre en lumière les références psychanalytiques, et derrière celles-ci, le rôle de la masturbation et de son « traitement ». En couplant les deux apparaît la problématique singulière de l’éducation d’après-guerre : soigner et punir.

De la mixité à la sexualité : les affres de la bicatégorisation

6Le texte de Harvaux peut se lire comme une tentative pour tenir en même temps, l’idée de la catégorisation garçons-filles et l’explication de la présence de pratiques qui ne rentrent pas dans son cadre. Apparaît alors une façon singulière de concevoir la relation entre garçons et filles, sous le régime de la mixité, en cette période des années 1950.

7Quelle est pour l’auteure l’intention de la mixité ? En cherchant à expliquer la présence de couples d’enfants souvent instables (nous y reviendrons), nous apprenons que le sens de la mise en relation entre les deux sexes est de stimuler la sexuation des rapports entre enfants : « Des psychologues ont remarqué que si, vers 9 ans, filles et garçons se séparent pour jouer, toutefois, lorsqu’ils sont mêlés, cela peut les stimuler à jouer, à s’embrasser, à se dire des plaisanteries » (p. 17).

8Notons combien, pour l’auteure, nous sommes ici dans le registre de l’évidence : « des psychologues » (en réalité principalement Berge) font autorité quant à la façon de poser un cadre de référence pour penser la mixité. Il n’y a pas besoin d’en dire plus. Pour Berge, il existe une logique propre à la mixité. Il s’agit de rapprocher les filles et les garçons sur la base d’une différence sexuelle mise en avant et construite, pour qu’ensuite les enfants forment des couples, mode de relation attendu sur le modèle de la famille hétérosexuelle, conçue pour un projet de procréation. Ce schéma énoncé par Harvaux en référence à Berge se confronte aux pratiques qui n’y correspondent pas (couples d’enfants instables ou absence de couples, jeux entre enfants du même sexe, relation garçons-filles perturbées par l’agressivité de certains garçons). Il faudrait ajouter la masturbation qui reste dans le non-dit : bien qu’évoqué implicitement, le terme n’est pas employé. Trois catégories de comportements s’opposent point par point au projet de la bicatégorisation et de mise en mixité des colonies de vacances : l’homosexualité vs les relations « naturelles » entre garçons et filles ; les couples éphémères (pour jouer) vs la famille comme horizon ; l’onanisme vs la procréation comme finalité. Pourtant, l’expérience de cette colonie mixte, relatée par Harvaux, montre qu’il se passe bien d’autres choses entre les enfants du même sexe ou de sexes différents. Pour partie, ce qui nous apparaît aujourd’hui est la création d’une dynamique de groupe, comme technique d’animation, qui commence à devenir un support de l’organisation de la vie entre enfants, mais le support est peu maîtrisé en tant que tel, et l’auteure ne saisit pas ce qui se déroule sous ses yeux, focalisée qu’elle est sur les attitudes des adultes au lieu de regarder les situations.

La différenciation sexuelle des enfants

9La bicatégorisation est le résultat d’un processus qui passe par différentes opérations portant sur les situations (Joseph, 1998) entendues ici comme des configurations d’interactions, structurées par un jeu de règles. Un premier exemple porte sur l’organisation des espaces de vie :

  • 3 Souligné par l’auteur.

Situés non loin d’un village, les locaux comportent, entre des prairies et un petit bois, un corps principal : « le château » où logent les grandes filles et les petits3, puis « la ferme » vaste, aménagée en chambres pour les deux grands groupes de moyens, tandis qu’en face les communs sont utilisés pour faire les ateliers. Au-delà, trois marabouts, réservés aux grands garçons et à leurs moniteurs. (P. 2)

10D’emblée, les grandes filles et les grands garçons sont situés physiquement dans deux univers différenciés. Le premier renvoie à un rôle que devraient occuper les filles : elles sont proches des petits ; alors que les seconds sont, en quelque sorte, préservés dans un territoire qui leur est propre, signalant ainsi à tous la place qu’ils occupent dans la collectivité temporaire de la colonie.

11Une série d’exemples suivent dans lesquels les uns et les autres sont rattachés à des stéréotypes de genre : une fille protège une plus petite (p. 5) ; les filles sont « complaisantes » pour porter le linge des garçons (p. 6) ; elles refont à l’occasion le lit de ces garçons (p. 12) ; certains garçons se révèlent bruyants et difficiles (p. 6). Ces éléments servent de matrice pour produire un univers d’attentes qui incite chacun à se comporter comme il faut, c’est-àdire selon une différenciation sexuelle souhaitée. Ce qui est attendu n’est pas explicité mais l’auteure en rend compte :

Un soir du second séjour, des garçons, soudain, descendent dans la chambre des filles, qui crient et se sauvent. Un autre jour, des garçons prennent plaisir à pousser brusquement la porte de la salle des douches, alors que les filles y sont. (P. 6)

12Ce qui est d’abord et avant tout une agression de l’intimité des filles, est évoqué par l’auteure sous l’angle du plaisir que prennent les garçons. Il semble être dit implicitement que cela est finalement souhaitable.

13La mixité, sous l’angle de la sexualité, prend de la place voire toute la place : « Au moins pour tout le groupe des plus grandes, tout ce qui concerne la mixité apparaît comme l’essentiel de leurs préoccupations et de leurs discussions. » (P. 11).

14Et si ce n’est pas par les discussions, ce sera par les corps :

Chez les « petits moyens » la plupart des enfants ayant déjà vécu ensemble dans cette colonie l’an passé, les quelques nouveaux se font progressivement et assez rapidement à cette forme de vie : trois jours après l’arrivée, le 18 juillet, on entend bien encore quelques taquineries, mais dans le groupe entier règne une bonne entente. (P. 4)

15Derrière cet alignement des âmes, des corps (qui « se font progressivement à cette forme de vie »), et des relations sur la bicatégorisation, pointent dans le texte, en mode mineur, quelques signes d’une tension vécue par certains et certaines dans cet univers sexualisé.

Au-delà des catégories filles-garçons, la violence

16En fait, la sexuation des individus se fait sous un mode de confrontation entre des garçons qui se doivent d’être agressifs et des filles soumises. Les éléments qui révèlent cette violence se trouvent au gré des propos, sans que l’auteure organise son texte avec cette grille de lecture. Deux formes de violence existent : une pour les filles et une pour les garçons.

  • 4 Le texte comporte un passage qui reprend les notes de l’une des monitrices.

Une quatrième table accueille des enfants de trois petits groupes ; c’est la seule table mixte et aussi la seule table sans moniteur. Les filles refusent de s’asseoir à cette table ; le tour de table doit être organisé, les discussions recommencent à chaque repas. Situation défavorable ; la mixité à table apparaît comme exceptionnelle… et dans des conditions qui n’aident guère les enfants : garçons et filles se trouvent face à face, ils se chicanent, ricanent ou se disent des grossièretés. Le dimanche (6e jour), nous4 demandons aux filles de se répartir entre toutes les tables, à raison de trois par table. Prévenues avant les repas, elles discutent, hésitent, finalement acceptent et se groupent par trois avant d’entrer à la salle à manger. (P. 8)

17À un moment, l’auteure dit que les adultes n’ont pas souhaité imposer la mixité, sauf pour les filles, devrions-nous dire. Cette soumission n’est pas acceptée par certaines filles :

Le lendemain de l’arrivée à la colonie, au cours d’une promenade les garçons d’A. et les filles de D. se rencontrent : moqueries réciproques, taquineries des garçons, et même bataille : des garçons sans méfiance s’attaquent à l’aînée des filles, R., qui riposte violemment, à la grande stupeur des garçons. (P. 9)

18L’absence de méfiance des garçons indique combien leur agression va de soi dans ce récit. Le texte note plusieurs fois que les garçons font preuve de grossièreté et de brutalité.

On a entrevu au passage certaines circonstances qui, en dehors des cadres et malgré eux, peuvent s’opposer accidentellement à ce que de semblables relations se constituent : c’est ici le surnombre des garçons, ailleurs la brutalité ou la vulgarité de quelques-uns, rares d’ailleurs, et pour qui la durée du séjour est insuffisante pour permettre une transformation. (P. 18)

19Le rôle négatif de la brutalité des garçons émergeant de la bicatégorisation n’est pas expliqué à partir des effets de cette grille de lecture, point aveugle du raisonnement, mais en fonction soit du surnombre des garçons, soit du manque de temps pour agir sur les garçons brutaux.

Sortir du statut bicatégorisé fille-garçon

20L’enfermement des garçons dans l’agressivité sexuelle ou sexualisée n’est pas sans effet sur eux. Passé les premiers jours, certains garçons vont chercher à construire d’autres relations. Cependant ils se trouvent piégés dans ce mode de relations.

L. appelle Denise, la monitrice, d’un air très sérieux et lui dit qu’il voudrait lui parler. Il paraît désemparé et déclare : « les filles ne veulent pas de moi. J’ai pourtant été gentil avec R. » (P. 9)
Deux autres garçons (11 ans 5 mois et 12 ans 4 mois), semblent avoir du mal à trouver le ton de leurs relations avec les filles. L’un d’eux les rabroue, refuse de les accepter dans ses jeux et plaisante grossièrement, ou veut les embrasser de force avec l’aide d’un camarade ; à une observation de Denise, il répond ironique et désabusé : « Ah ! Les femmes ! » mais parallèlement vient souvent voir Denise au château : cependant il se ferme dès qu’on essaie de parler sérieusement avec lui sur ce chapitre. (P. 10)

21Du point de vue d’Harvaux, il n’est pas si simple de tenir le rôle de garçon. Le modèle de la mixité se focalise sur une relation stéréotypée et polarisée des garçons dans l’agressivité et des filles dans la soumission. Mais jusqu’à quel point l’agressivité sexuelle des garçons est-elle acceptable ? Si elle est doit être limitée, ce n’est pas pour les faire entrer dans un rôle très borné de « bons garçons », mais parce que leurs pulsions sexuelles doivent être canalisées.

Que faire des comportements en dehors de la bicatégorisation ?

22La mixité comme système vise à produire des relations sexualisées selon un schéma « naturel » qui doit s’imposer. Trois figures des relations entre enfants inquiètent dans cette conception de la mixité.

23Première difficulté : l’auteure revient plusieurs fois sur la présence d’enfants du même sexe qui jouent ensemble. Le risque de l’homosexualité, sans jamais utiliser le terme, pour les filles comme pour les garçons, inquiète. Il faut donc trouver des raisons valables à cet état des relations.

Parallèlement, quelques enfants ont tendance à se retrouver avec ceux de leur sexe. Tel est le cas des plus jeunes dans le groupe des petits, des plus affirmés parmi les garçons chez les petits moyens, enfin, chez les grands moyens de cinq garçons et d’une fille (celle-ci n’a pas de sœurs). (P. 5)

24Deux raisons sont évoquées ici. La première, celle de l’âge, le sera très souvent comme une grille de lecture évidente (même si une fois, il s’agit des plus petites… parmi les grandes filles). Chez les petits cela ne compte pas : les petits enfants n’ayant pas de sexualité, filles comme garçons, il ne faut pas s’inquiéter d’innocents jeux. Pour les grands garçons, il faut sauver l’honneur et éviter de laisser penser qu’il y aurait attirance entre garçons : on fera donc appel à leur virilité : « Les plus “ durs” de ceux-ci et ceux qui à promenade marchent plus vite que les autres, jouent à part. » (P. 6)

  • 5 Il serait intéressant d’en connaître plus sur ces trois psychologues dont nous n’avons pas réussi à (...)

25Pour les filles, une éventuelle homosexualité est occultée. L’auteure fait appel à une série d’autres psychologues (Wall, Gesell, Osterrieth)5 :

Il est normal qu’à 8 ans les sexes commencent à se séparer dans les jeux ; les filles réagissent parfois tout particulièrement aux jeux violents des garçons ; et les uns comme les autres « commencent à regarder ceux de l’autre sexe à la dérobée, à leur lancer des propos grossiers, à ricaner d’un air provocateur, à chuchoter ». (P. 15)

26Deuxième difficulté : si les enfants font des couples, ceux-ci sont très instables et donc ne ressemblent pas à ceux des adultes mais là encore, le Dr. Wall explique :

Les enfants qui, vers 5 ans, aiment à former des couples garçons-filles commencent vers 8 ans à perdre ce goût ; cela expliquerait que cette forme de jeu, fréquente chez les petits de la colonie, ait été moins accentuée parmi les moyens, où les couples d’amis se faisaient et se défaisaient. Chez les grands, elle répond sans doute à divers besoins de cet âge : resserrer le groupe, « exercer sa curiosité affective, pénétrer le monde des relations humaines ». (P. 17)

27Le découpage en tranches d’âge permet à l’auteur de rendre plausibles des pratiques différentes sous le principe « à chaque tranche ses besoins ». Les tranches d’âge se justifient par la présence de formes de sexualité différentes, naturalisée dans d’hypothétiques besoins indiqués, nous le pensons, a posteriori. Il s’agit en premier de faire tenir une « théorie » basée sur la finalité naturelle, de la constitution de couples hétérosexuels, mais nous anticipons sur la deuxième partie qui reviendra sur ce modèle.

28Troisième difficulté : l’onanisme, jamais évoqué en tant que tel mais toujours au travers de solutions apportées dans le texte.

Quant au pré-adolescent, selon les professeurs Wall et Osterrieth, il est « en proie à des conflits et à des tensions que seul peut réduire le recours à une activité extérieure parmi les pairs (jeux accaparants, coopération) ». (P. 15)

29On peut donc freiner ou empêcher la masturbation chez les garçons par une « activité extérieure parmi les pairs », « des jeux accaparants » ou une intense occupation physique. Les préadolescentes ne semblent pas avoir ce problème. On peut se demander d’ailleurs si cela ne dessine pas une clé d’explication pour concevoir, en général, les activités masculines.

Et pourtant, que de chose se passent en colonie…

30Si l’auteure prend beaucoup de soin pour justifier le rôle de la mixité comme modalité de préservation du modèle hétérosexuel du couple, elle indique cependant différentes choses qui montrent que des relations entre individus se mettent en place bien au-delà des seules envisagées par la bicatégorisation.

« Après quelques jours de colonie, plusieurs fillettes semblent soulagées de vivre et de jouer avec les garçons, ceci avec l’approbation totale des adultes. » (P. 10). « On trouve des garçons et des filles dans toutes les activités : tissage, broderie, poupées, travaux d’aménagement, cuisine, chant, jeux chantés, etc. Nous n’avons jamais entendu “c’est pour les filles” ou “c’est pour les garçons”. Peut-être est-ce dû à l’importante proportion d’anciens. Toutefois les filles participent moins facilement aux travaux de menuiserie. Dans les travaux d’aménagement, les garçons aident volontiers les filles. » (P. 12)

31Des formes multiples existent pour entrer en relation mais la grille de lecture de l’auteure empêche littéralement de voir ce qui se passe, elle s’oblige à ramener les choses à une différenciation sexuelle des activités. Ces relations tiennent pourtant à la dynamique de groupe permise par l’organisation de la colonie de vacances.

La dynamique petit groupe – grand groupe

32La colonie est séparée en petits groupes au début du séjour. Ceux-ci sont non mixtes. Il faut attendre le cinquième jour pour que des activités soient organisées à l’échelle des groupes d’âge (petit-es, moyen-nes, grand-es) par les adultes. Une fois les grands groupes constitués, la richesse des relations se trouve grandement améliorée.

« Les rapports s’améliorent dans les jours suivants. La grossièreté cesse presque totalement par la suite, sauf chez 3 ou 4 garçons, pour qui de nouvelles mises au point seront nécessaires, en particulier chez les plus jeunes. » (P. 9)
Tandis que garçons et filles conservent volontiers leurs jeux propres, on les voit se côtoyer à l’atelier de la peinture ou de la broderie, à la cuisine et dans divers travaux d’aménagement utiles à tous. Les enfants apprennent ainsi peu à peu à vivre ensemble (c’est ce qui se passe à l’atelier de couture ou de peinture) puis à s’entr’aider (aménagements), à travailler ensemble à une même fin utile à tous (nettoyage et embellissement d’un foyer, préparation d’un repas, de la kermesse ou d’un camp, élaboration des statuts d’une association). (P. 16)

33L’auteure saisit tout l’intérêt de cette évolution.

On apprend par soi-même à estimer celui ou celle que l’on méconnaissait ; on cherche sa place dans une collectivité d’une forme nouvelle ; on apprend à s’y rendre supportable et à y vivre heureux. (P. 16)

34Harvaux, en 1959, a conscience de toutes ces choses qui se passent lorsque des filles et des garçons se retrouvent ensemble, mais elle ne peut pas sortir de la logique de la mixité et de son pendant, la bicatégorisation. Une lecture contemporaine montrerait peut-être que l’enjeu consiste à accompagner le collectif pour qu’il se construise avec la multiplicité des formes de relations, au-delà du féminin et du masculin.

La mixité : un processus de bicatégorisation

35La mixité, pour Harvaux, a pour fonction de produire une différenciation entre garçons et filles selon un schéma implicite selon lequel les garçons doivent rester virils et agressifs à l’égard des filles, et les filles soumises et dominées par les garçons. La colonie de vacances est envisagée comme une occasion de faire fonctionner ce mode de relation. L’ensemble est subsumé par un projet de procréation qui nécessite un modèle hétérosexuel du couple. Cette mixité rejette dans l’ombre la sexualité des plus petits, les relations homosexuelles, cherche à occuper les garçons par des activités afin de canaliser leur sexualité, n’évoque pas la présence de la masturbation ou alors de façon implicite (des « tensions » qu’il faut réduire par « des activités accaparantes »). Enfin, en corrélation avec cette conception binaire, s’organise une série de réponses pédagogiques comme celles de la séparation des tranches d’âge ou cette idée de trouver des activités pour occuper les garçons. Le texte aborde d’autres points concernant la rencontre entre garçons et filles d’abord considérés comme individus, mais cela reste hors de portée de l’auteure du fait de sa propre conception de la mixité.

36Ces éléments sont grandement éclairés par le livre de Berge qui sert de référence à l’analyse de Harvaux comme nous allons le voir. L’enseignement de Berge est très connu dans les années 1950 et donc par Harvaux, qui le cite souvent. Analyser ce que pense Berge avec ses propres écrits montre combien ce qui n’est qu’une référence de bas de page chez Harvaux est une perspective sociétale de l’époque, certainement partagée par bon nombre de personnes, et diffusée massivement via les formations de moniteurs et de monitrices de colonies de vacances.

Lecture d’André Berge : les statuts de fille et de garçon, dans l’emprise de la sexualité

37Un passage de La Police des familles de Donzelot (Donzelot, 1977, p. 171-181) revient sur la création de L’École des parents à laquelle a participé André Berge. Nous y apprenons que celui-ci joue un rôle important quant à la circulation des idées sur l’éducation à la sexualité. « Dès l’entre deux guerres, [André Berge] a publié des ouvrages d’éducation sexuelle qui font autorité en France et à l’étranger et serviront de modèle à tous ceux qui ont proliféré depuis lors. » (P. 173).

38On peut citer en particulier celui dont nous parlerons plus loin, L’Éducation sexuelle et affective, publié aux Éditions du Scarabée, maison d’édition des Ceméa. Berge participe à la création en 1945 du Centre médico-psycho-pédagogique Claude-Bernard, institution d’inspiration psychanalytique pour les adolescents d’origine bourgeoise, puisque implantée dans le XVIe arrondissement de Paris, avec Georges Marco, autre figure de l’École des parents. Entrons dans le vif du sujet. Berge, dans le texte qui inspire Harvaux, voit dans l’éducation sexuelle un projet de grande envergure :

Elle a pour but de préparer à l’amour, en donnant à ce mot son acception la plus étendue. Préparer à l’amour, c’est préparer à la vie, à l’épanouissement de l’être ; c’est donner des assises stables et saines à la famille et à la société. (Berge, 1951, p. 15)

39Nous retrouvons les analyses de Foucault pour le xixe siècle (ci-après) : la sexualité ramenée à un instinct, concernant la famille, comme assise de la société. Les trois logiques mises au jour chez Harvaux sont ici présentes mais surtout la bicatégorisation associée au couple hétérosexuel. La masturbation est peu évoquée, comme l’homosexualité qui apparaît dans quelques remarques, toujours sur la même tonalité : il s’agit d’une maladie. « Un malheureux jeune homme inverti – et sincèrement désolé de l’être – à la pensée que s’il guérissait […] » (p. 17).

40L’essentiel du propos porte donc sur la justification des rôles de sexe, et des rapports sociaux de sexe, qui imposent la domination des femmes par les hommes. Nous allons prendre en compte les différentes séries d’arguments qui se constituent autour de quelques grandes catégories : l’instinct sexuel et sa naturalité ; les rôles de sexe ; la domination masculine vs la soumission féminine.

La naturalité sexuelle

41Chez Berge, le fondement de la différence sexuelle est de l’ordre de la nature, et de la nature des choses : « Les pères “maternels” et les mères “paternelles” ne donnent rien de bon ! Un garçon qui manque de virilité et une fille de féminité demeurent, malgré toutes leurs autres qualités, des êtres incomplets. » (P. 17-18).

42Chaque individu doit répondre au type que la nature lui a donné. L’auteur prend ainsi un exemple qui lui paraît probant :

Deux bébés de quelques mois devant une vitrine de jouets ne fixent pas leur regards sur le même point : l’un est fasciné par les petites autos et les jouets mécaniques ; l’autre par les poupées et les robes de poupées. Est-il nécessaire de préciser que le premier est un garçon et que le second est une fille ? (P. 84)

43Le texte est construit sur l’assentiment du lecteur aux évidences de l’auteur, évidences qui sont bien sûr discutables, y compris pour des lecteurs.trices de l’époque ! Pour Berge, les choses sont simples : « S’il existe des hommes et des femmes, c’est que les uns et les autres ont un rôle à jouer dans la vie, un rôle moral et social en rapport avec leur caractère mâle ou féminin. » (P. 93)

Les rôles de sexe

44Une grande partie de la domination de l’homme tient dans la présence de son sexe toujours affublé d’un prestige quand la femme doit, elle, souffrir de l’absence du membre viril, et cela dès l’enfance : « Le garçon se prend à être fier des signes extérieurs (encore bien modestes pourtant) de sa virilité, tandis que la fille se prend à les lui envier. » (P. 25) Le propos est attribué « au garçon » et « à la fille », comme si l’adulte pouvait saisir ce qu’il ou elle pense en toute circonstance. Au travers de ce procédé l’auteur imagine les raisons que se donne « l’enfant » devant l’absence de pénis chez « les fillettes » :

Peut-être cet objet n’est-il pas encore poussé chez les fillettes en question (et c’est l’espoir qu’elles-mêmes entretiennent souvent !). Peut-être au contraire l’ont-elles cassé par maladresse ou parce qu’elles ont enfreint la défense d’y toucher ! Peut-être le leur a-t-on coupé par punition ! (P. 33)

45À ceci s’ajoute la constitution d’une dichotomie des rapports de sexe :

En règle générale la mère est beaucoup plus mêlée à la vie physique et quotidienne du tout-petit. Entre elle et l’enfant, le lien de chair est beaucoup plus concret qu’entre le père et celui-ci. Mais le père, quant à lui, bénéficie du prestige que lui confèrent sa grosse voix, sa force musculaire, son titre de chef de famille et le caractère mystérieux des occupations qui d’habitude le tiennent, la plus grande partie de la journée hors de la maison. (P. 36)

46Ceci est à la fois une matrice explicative mais aussi un exemple de ce qu’il faut dire pour faire l’éducation sexuelle, en séparant bien les rôles :

Ce sont des glandes déjà présentes chez le petit garçon et la petite fille – (et dont on pourra préciser la localisation s’il y a lieu) – qui, lorsqu’elles sont mûres et que le moment est venu, fabriquent ces cellules magiques. Cela se passe quand le garçon est assez grand pour être un papa – c’est-à-dire quand il a une moustache et une grosse voix, en d’autres termes quand il est assez fort pour travailler, gagner la vie de sa famille et défendre sa progéniture – et quand la petite fille est assez grande pour être une maman ; et il faut pour cela que sa poitrine soit assez développée pour pouvoir donner du lait à un tout-petit. (P. 63-64)

47L’homme a une vie sociale, la femme est réduite à la maternité. Mais cela ne s’arrête pas là, Berge nous dit : « Le jeune époux a la douce mission d’initier sa compagne à l’amour physique » (p. 74).

48Dans la logique de l’auteur, l’homme doit avoir différentes aventures pour acquérir de l’expérience alors que la femme doit rester vierge. Il sait nécessairement ce qui sera bon pour elle. La sexualité du couple est donc fondée sur un rapport systémique de domination.

La domination masculine vs la soumission féminine

49Le masculin se construit sur une série de comportements qui paraissent souhaitables chez le petit garçon : batailleur, bruyant, indépendant (p. 37), sans que des caractéristiques particulières soient identifiées chez la petite fille. Par contre chez « la femme » domine l’accumulation de traits négatifs. Le développement de la destinée féminine suivrait trois voies : « 1 ° la féminité normale, qui est la solution la plus heureuse, mais aussi la plus délicate ; 2 ° la déformation du caractère dans le sens de la virilité ; enfin 3 ° la névrose avec tout son cortège de troubles et d’inhibition » (p. 94).

50Berge va plus loin, toujours en attribuant le propos à « la fille », qui fait le constat elle-même de sa différence anatomique, physiologique et biologique qui justifie sa soumission.

Considérons donc tout d’abord l’anatomie superficielle, […] la première constatation de la fille, c’est évidemment qu’il lui manque quelque chose […]. Le sentiment d’infériorité qui en résulte est encore grossi par l’attitude fanfaronne du petit garçon […] Dieu sait avec quel acharnement les pauvres petites filles […] sont parfois poursuivies par des bandes de galopins qui ne leur cachent pas qu’ils se jugent d’une race et d’une espèce supérieure. (P. 95)

51L’auteur utilise le registre de l’enfance comme une grille de lecture de ce qui est « naturel » à cet âge, occultant évidemment le caractère construit des comportements. Berge utilise symétriquement le registre médical pour montrer que l’analyse physiologique détermine le caractère de soumission « normal » de « la femme ».

Ses fonctions dans [l’amour et la maternité], sont, […], tour à tour synergiques et antagonistes : elle a un rôle à jouer vis-à-vis de l’homme, un rôle vis-à-vis de l’enfant, vis-à-vis de la race. Au reste, sa fonction dans l’amour est double, elle aussi : une partie active (il s’agit d’attirer et de séduire) et une partie apparemment passive qui en paraît le terme, la conclusion : se soumettre et se laisser vaincre, se donner. (P. 102)

52Ce point trouve sont pendant masculin : « La femme attire, l’homme recherche et poursuit. Il ne cherche d’ailleurs pas et ne poursuit pas seulement un but sexuel. C’est à lui, en principe, de gagner l’argent que son épouse économise ou dépense. » (P. 110)

53La femme est donc une proie sexuelle que l’homme poursuit. Peut-on imaginer que tous ces propos sont restés sans effets sur les considérations des individus qui les ont lus dans ces années 1950-1970 c’est-à-dire pour la génération qui était jeunes parents, et les enfants de cette époque, aujourd’hui adultes ? En tout cas, ils sont explicites sur beaucoup de points qui nous encombrent toujours aujourd’hui :

La position de la femme vis-à-vis du métier ne saurait être la même que la position de l’homme : d’une façon normale, ce dernier n’est pas un homme complet si, lorsqu’il est dans la force de l’âge, il n’a pas un emploi qui l’appelle une partie de son temps au dehors, tandis que la femme n’est pas une femme complète si elle n’est pas capable tout au contraire d’abandonner son métier au moins partiellement quand son foyer le requiert. (P. 134)

54Tout ceci, les textes de Harvaux et Berge, constitue finalement un ensemble structuré dans lequel, au-delà de la bicatégorisation qui forme la matrice de l’hétérosexualité et la ligne de défense contre les comportements désignés comme anormaux, se trouve fondée une différence des rôles de sexe porteuse d’un rapport de domination du masculin sur le féminin.

Le non-dit de la masturbation

55Nous avons envisagé dans notre analyse la présence de la masturbation comme figure d’une sexualité non désirée car contraire à l’horizon d’un couple hétéro-normé, et bicatégorisé, procréateur. Ce point demande un complément car la masturbation se trouve jouer un rôle bien plus important qu’on ne l’imagine à la conjonction du médical et du pédagogique voire comme matrice de la psychanalyse (pour une histoire de la masturbation : Stengers & Van Neck, 1998). Nous aborderons ce thème à partir de trois textes qui rendent compte des évolutions quant aux disciplines mobilisées pour parler de la masturbation, et les conséquences quant aux discours construits selon les époques.

Couplage masturbation-lecture chez les femmes

56Alexandre Wenger construit une analyse du lien opéré, pour les femmes, au cours du xviiie siècle, entre la lecture de roman et la masturbation (Wenger, 2005). Il trouve cette idée par exemple chez le médecin Samuel-Auguste Tissot (1728-1797), auteur de deux ouvrages : De la santé des gens de lettres (Tissot, 1768) et L’Onanisme ou Dissertation sur les maladies produites par la masturbation (Tissot, 1760). Les arguments développés sont de deux ordres : d’abord dans une logique somato-psychique, puis dans une logique de genre créant une différenciation entre des comportements masculins, préférables, et d’autres féminins à éviter. Le tableau clinique des effets de la lecture est construit sur le même schéma que celui de la masturbation. On y évoque une sensibilité exacerbée, un « onanisme moral » :

[...] qui se produit « toutes les fois qu’on se nourrit et s’échauffe l’imagination par des images voluptueuses et lascives ». Cet état se rencontre fréquemment « chez les femmes non mariées, dont la lecture habituelle des romans et autres livres semblables a corrompu l’imagination ». (Tissot in Wenger, 2005)

57La construction de la bicatégorisation se fait par la différenciation de la lecture et des effets de la masturbation, chez l’homme et la femme qui apparaissent alors comme catégories. Tissot décrit la lecture des femmes « allongées », celle des hommes à un bureau. Une des conclusions de Tissot est que la lecture de romans chez les hommes les rendrait efféminés.

58La masturbation, entrée de la sexualité dans la famille

  • 6 Signalons que Berge est à la fois médecin et psychanalyste.

59Pour saisir l’enjeu de ces textes, nous nous appuierons sur Michel Foucault. Dans Les Anomaux, Cours au Collège de France (1974-1975) (Foucault, 1999) qui prend place entre Surveiller et punir, février 1975 (Foucault, 1975) et Histoire de la sexualité : La volonté de savoir, octobre 1976 (Foucault, 1976), Foucault nous propose des éléments pour comprendre le passage d’un gouvernement des peuples par la force, à un autre, par la constitution d’un processus de normalisation. Foucault voit dans le glissement de la psychiatrie à la psychanalyse, du médical à l’éducation, le prototype de cette transformation6. Foucault s’intéresse à une série de textes des années 1830-1840 sur la masturbation. Ils concernent les enfants et les adolescents des milieux bourgeois (1999, p. 222) et les propos ne font pas appel au plaisir que pourraient y prendre les individus (p. 219). L’homosexualité est quasi absente dans l’analyse (p. 220). L’ensemble porte sur autre chose :

Autrement dit, à l’époque même où l’anatomie pathologique était en train de repérer dans le corps une causalité lésionnelle qui allait fonder la grande médecine clinique et positive du xixe siècle, à cette époque-là (c’est-à-dire à la fin du xviiie - début du xixe siècle) se développait toute une campagne anti-masturbation qui faisait apparaître du côté de la sexualité, plus précisément du côté de l’auto-érotisme et de la masturbation, une autre causalité médicale, une autre causalité pathogénétique qui – par rapport à la causalité organique qu’étaient en train de repérer les grands cliniciens, les grands anatomopathologistes du xixe siècle – joue un rôle à la fois supplétif et conditionnel. La sexualité va permettre d’expliquer ce qui autrement n’est pas explicable. C’est également une causalité additionnelle, puisqu’elle interpose aux causes visibles, assignables dans le corps, une sorte d’étiologie historique, avec responsabilité du malade lui-même vis-à-vis de sa propre maladie : si tu es malade, c’est bien parce que tu l’as voulu ; si ton corps est atteint, c’est bien parce que tu l’as touché. (P. 227)

60Le changement opéré est d’importance puisqu’à la charnière entre le judiciaire et le médical, la psychiatrie constitue un champ qui porte sur la responsabilisation des individus dans leur sort. Tout le monde de la surveillance et de l’enfermement, représenté par la prison panoptique, bascule dans un contrôle social rapproché, passant par les âmes, et surtout, un cadre de référence, celui de la psychanalyse qui s’impose dans son rôle de structure et de matrice éducative.

61Il faut rappeler que ce couplage de la sexualité avec le médical entraîne de fréquentes ablations du clitoris, en France, des années 1835 à 1883, ramenant le problème de la masturbation à un geste chirurgical (p. 238). Ce problème de la masturbation est crucial pour le corps médical. Dans les textes, on demande aux parents de surveiller très attentivement leurs enfants jusqu’à se glisser dans leurs draps pour les surprendre. Ce ne sera qu’à la fin du xixe siècle que cela ouvrira la question de l’inceste (p. 258). Mais surtout la médecine expliquera de nombreuses pathologies des anormaux comme relevant de la présence de masturbations dans l’enfance, c’est-à-dire d’une sexualité non ordonnée. En corollaire, la psychiatrie va s’intéresser aux mariages car on pense alors que ces anormaux sont liés à des pratiques héréditaires.

[La psychiatrie] se donne un rôle de défense sociale généralisée et, par la notion d’hérédité, elle se donne en même temps un droit d’ingérence dans la sexualité familiale. Elle devient la science de la protection scientifique de la société, elle devient la science de la protection biologique de l’espèce. (P. 299)
Deux champs de pratiques vont alors s’ouvrir : une intervention en direction des familles populaires considérées en danger d’inceste par les pères ou par les frères, il s’agira à la fois de surveillance mais aussi d’action sur le logement en préconisant des chambres séparées ; une autre en direction des familles bourgeoises, où là, le danger vient du désir de l’enfant. (Cours du 12 mars 1975, p. 249-274)

La masturbation au fondement de la psychanalyse

62La castration féminine c’est-à-dire l’ablation des ovaires, est une pratique relativement répandue à la fin du xixe siècle. Elle se fonde sur un lien imaginé entre hystérie et organes génitaux. Cependant, l’idée fait débat.

La question de savoir si les états morbides et les processus dans les organes génitaux exercent une influence sur le système nerveux et sur la maladie mentale est au centre des controverses médicales et psychiatriques depuis vingt ans. Certains acceptent cette influence et tentent de soigner et de guérir les états pathologiques du corps par les interventions chirurgicales. D’autres nient l’existence d’une telle influence. (Krömer, 1896 in Bonomi, 2011)

  • 7 Les pratiques de stérilisation eugénistes du national socialisme allemand (350 000 stérilisations d (...)

63Le fond théorique qui permet cette liaison organe-hystérie est celui du réflexe. Avant l’apparition de l’inconscient freudien, des auteurs évoquent un inconscient physiologique (Gaucher, 1992). Plus encore, il faut comprendre qu’à partir des années 1850, on ne cherche plus à guérir la masturbation mais à la supprimer en introduisant des pratiques « de plus en plus sadiques » en direction des enfants et des femmes (Bonomi, 2011, p. 21). Spitz, qui s’intéresse à ce point, affirme que les pratiques sadiques perdurent et « étaient recommandées dans les manuels officiels » jusqu’aux années 1940 (Spitz, 1952 in Bonomi, 2011). Du côté des garçons, on procède à la circoncision « identifiée à la propreté corporelle, à la bonne moralité, à la bonne santé et à un caractère ferme » (Bonomi, 2011, p. 23). Les deux sexes ne sont donc pas considérés de la même façon quant aux interventions qu’ils subissent. L’ablation des testicules est considérée comme un crime, pas celle des ovaires7. Le problème de la masturbation, c’est l’incapacité de l’enfant à se maîtriser. L’onanisme étant considéré quasiment comme un réflexe, les pratiques sadiques ont pour objet de produire une sensation suffisamment douloureuse pour empêcher la poursuite de la masturbation.

  • 8 La psychanalyse apparaît comme une façon de faire tenir la tension qui se trouve au sein de l’éduca (...)

64Le passage à une logique d’éducation sexuelle pour les enfants suppose donc une série de transformations. En premier émerge l’idée de la suggestion psychologique dès la fin du xixe siècle (plutôt que des formes de castration), une perception nouvelle de l’enfant auquel on attribue une capacité d’imagination. La masturbation n’est donc plus un effet réflexe, elle a une cause mentale. Freud commence sa carrière médicale comme responsable du service des maladies nerveuses à l’Institut public des maladies infantiles à Vienne (p. 27). Or cet élément biographique est généralement passé sous silence comme sa connaissance des opérations de castration subies par les femmes. Ces occultations témoignent d’une tension qui traverse la constitution de la psychanalyse, et plus particulièrement, pour la masturbation, la manière de concevoir et de penser le lien entre cure et punition. Bonomi défend l’idée d’une capacité nouvelle développée par la psychanalyse pour accepter les contradictions au travers du mécanisme de perlaboration (p. 39)8. Dit autrement, comment « traiter » (la cure) ceux qui sont anormaux au regard du modèle de bicatégorisation, sans les punir ? Les éduquer, semble dire-permettre la psychanalyse…

Conclusion

65Qu’apprend-on de l’analyse de ces textes et quelles sont-seraient les pistes qu’il faudrait explorer pour organiser des relations non bicatégorisées entre les enfants ? Nous n’avons pas abordé de front la « fabrique des garçons » car nous avons vu que, finalement, celle-ci est consubstantielle de la bicatégorisation dans laquelle elle joue le rôle de pivot à celle des filles. À travers Harvaux et Berge, nous voyons comment les garçons des années 1950-1960 sont construits dans la crainte de l’homosexualité et par le but de la procréation, qui exclut l’onanisme. Autant de facteurs qui créent un univers d’attente pour ces individus, mettant en avant l’agressivité des garçons en parallèle de la soumission et de la gentillesse des filles. Malgré cela le texte de Harvaux nous montre que la mixité dans cette colonie de vacances, comme rencontre sexualisée, permet aux enfants de se découvrir comme individus bien au-delà des seules catégories de filles et de garçons. Les colonies de vacances offrent donc d’autres possibles que ceux qui sont évoqués dans le texte.

66Je voulais évoquer pour finir ma rencontre avec le texte de Blanche Harvaux. Pour réussir à le déconstruire, j’ai d’abord été sensible à la violence, à la souffrance exprimée par les garçons. Chemin faisant, il m’est apparu que le système proposé interdisait toute autre forme de relations que celles qui étaient attendues de la part de filles et de garçons destinés à se séduire sur le modèle de la famille hétérosexuelle, aux seules fins de reproduction de la société et d’un certain ordre social. C’est ce que m’a apporté le texte d’André Berge auquel Blanche Harvaux fait référence à maintes reprises. La fragilité, la brutalité, la difficulté à rencontrer l’autre évoquées dans ce texte ont été autant d’indices du « non-dit » : le travail de normalisation des comportements en œuvre dans l’organisation même de la colo. Ce travail de normalisation est conscient, la tension entre soigner et punir est mise à l’œuvre dans le cadre de l’interprétation des actes des enfants et de l’organisation du séjour. Il n’y a pas de violence directement exercée sur les corps. La violence se fait discours, ouvrant la voie d’une éducation qui prône une mixité fondée sur la bicatégorisation des sexes, l’héronormativité et la domination masculine.

Bibliographie

Bibliographie

Ayral Sylvie et Raibaud Yves (2009), « Les garçons, la mixité et l’animation », Agora Débats/Jeunesses, no 51, p. 43-58.

Bacou Magalie et Bataille Jean-Marie (2012), « L’aménagement des colonies de vacances (1939-1965) : changements des lieux et des rapports sociaux de sexe ? », Les Dossiers des sciences de l’éducation, no 28, p. 13-25.

Berge André (1954 [1951]), L’Éducation sexuelle et affective, Paris, Éditions du Scarabée.

Bonomi Carlo (2011), « Castration, circoncision et origines de la psychanalyse », Le Coq-héron, vol. 4, no 203, p. 16-44. doi:10.3917/cohe.203.0016.Consulté le 25 septembre 2013.

De Failly Gisèle (1957), « Nous vous présentons instructeurs », Instructeurs, no 1, p. 2.

Donzelot Jacques (1977), La Police des familles, Paris, Les Éditions de Minuit.

Foucault Michel (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, NRF - Éditions Gallimard.

——— (1976), Histoire de la sexualité, t. 1, La Volonté de savoir, Paris, NRF - Éditions Gallimard.

——— (1999), Les Anormaux. Cours au collège de France 1974-1975, Paris, Gallimard/Le Seuil.

Gaucher Marcel (1992), L’Inconscient cérébral, Paris, Le Seuil.

Harvaux Blanche (1959), « La mixité en colonie de vacances », Instructeurs, no 8, p. 1-18.

Herman Elisa (2006), « Le genre en centre de loisirs : faire avec et “mettre de soi” », in Gillet Jean-Claude et Raibaud Yves (dir.), Mixité, parité, genre et métiers de l’animation, Paris, L’Harmattan, p. 87-101.

Huxley Julian (1946), « L’Unesco : ses buts et sa philosophie » [En ligne], Commission préparatoire de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, Archives de l’Unesco. Disponible sur : http://unesdoc.unesco.org/images/0006/000681/068197fo.pdf. Consulté le 16 septembre 2013.

Joseph Isaac (2009 [1998]), Erving Goffman et la microsociologie (2009th ed.), Paris, Presses Universitaires de France.

Krömer R. (1896), « Beiträge zur Castrationsfrage », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, no 52, p. 1-74.

Luckerhoff Jason et Guillemette François (2012), Méthodologie de la théorisation enracinée. Fondements, procédures et usages, Québec, Presses de l’Université de Québec.

Palluau Nicolas (2013), La Fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances 1919-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Raibaud Yves (2007), « Genre et loisirs des jeunes », EMPAN [En ligne], vol. 1, no 65, p. 67-73. Disponible sur : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=EMPA_065_0067.Consulté le 17 septembre 2013.

Sévilla Nathalie (2012), « La ligue française de l’enseignement : relais de l’Éducation nouvelle (1920-1960) ? », in Gutierrez Laurent, Besse Laurent et Prost Antoine (dir.), Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, p. 275-285.

Spitz René A. (1952), « Authority and masturbation : some remarks on a bibliograhic investigation », Psychoanalytic Quaterly, vol. 21, p. 490-527.

Stengers Jean et Van Neck Anne (1998), Histoire d’une grande peur, la masturbation, Le Plessis-Robinson, Synthélabo pour le progrès de la recherche.

Tissot Samuel Auguste David (1991a [1760]), L’Onanisme ou Dissertation sur les maladies produites par la masturbation, Paris, La Différence.

——— (1991b [1768]), De la santé des gens de lettres, Paris, La Différence.

Vari Judit (2006), « Une autorité sexuée. Les jeunes animatrice face aux garçons “difficiles” : un impensé, l’autorité féminine », in Gillet Jean-Claude et Raibaud Yves (dir.), Mixité, parité, genre dans les métiers de l’animation, Paris, L’Harmattan, p. 103-113.

Wenger Alexandre (2005), « Lire l’onanisme. Le discours médical sur la masturbation et la lecture féminines au xviiie siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], no 22, p. 227-243. Mis en ligne le 1er décembre 2007. Disponible sur : http://clio.revues.org/1787.Consulté le 25 septembre 2013.

Notes

1 Bacou, Herman, Maruejouls, Raibaud in Gillet et Raibaud 2006 ; Ayral et Raibaud, 2009 ; Bacou et Bataille, 2012.

2 Le Mouvement de l’enfance ouvrière (Faucons rouges), par exemple, pratique la mixité au cours des années 1930.

3 Souligné par l’auteur.

4 Le texte comporte un passage qui reprend les notes de l’une des monitrices.

5 Il serait intéressant d’en connaître plus sur ces trois psychologues dont nous n’avons pas réussi à trouver les écrits pour mieux comprendre leurs liens avec la pensée de Berge.

6 Signalons que Berge est à la fois médecin et psychanalyste.

7 Les pratiques de stérilisation eugénistes du national socialisme allemand (350 000 stérilisations de 1934 à 1945) sont contemporaines de ces écrits (p. 34). On retrouve ici la bio-politique de Michel Foucault.

8 La psychanalyse apparaît comme une façon de faire tenir la tension qui se trouve au sein de l’éducation d’après-guerre, entre eugénisme (tous les individus n’ont pas les mêmes capacités) et éducation de tous (Huxley, 1946).

Auteur

Pédagogue, ADESS CNRS, Université Bordeaux Montaigne

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search