Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. La situation en Europe

Thème 3 : L'ouverture de l'université sur la société

Présentation

Jean-Paul Schneider, Till Lufft, Gerhard Treutlein, Yves Sell, Graham Solley, Nadine Mosanson, Alain Jehanne, Franco Mauro, Sergio Quesada Rettschlag, Henrique Barreiros, Jean-Michel Martin, Ignace Van der Cam, Jan Boutmans, Thierry Lardinoit et Claude Labrousse

Texte intégral

Jean-Paul Schneider

Professeur à l'Université de Strasbourg, Union Nationale des Clubs Universitaires.

1En ouvrant cette séance, je voudrais tout d'abord saluer nos amis journalistes qui nous ont rejoints, et dont la présence en effet va sans doute nous être précieuse dans les débats qui vont s'engager au cours de cet après-midi. Nous allons voir dans un instant pourquoi.

2D'autre part, je voudrais vous dire ma perplexité. Elle vient de ce qu'au cours des trois demi-journées que vous venons de passer ensemble, nous avons vu progressivement devenir floues un certain nombre de définitions, et notamment celle du sport universitaire.

3Le sport universitaire, quel est-il ? Notre ami Henrique Barreiros nous a rappelé que nous n'étions plus très au clair sur la définition de ce qu'il fallait entendre par "sport universitaire".

4Alors, pour clarifier mon propos, je rappellerai simplement la définition provisoire à laquelle, pour ma part, je me référerai dans l'exposé que je vais vous faire. Je considèrerai le sport universitaire dans sa dimension la plus large, c'est-à-dire sous sa triple forme, ou plus exactement sous les trois formes qui ont été évoquées jusqu'à présent :

  • d'une part la formation à l'enseignement des activités physiques et sportives,
  • d'autre part la recherche dans le domaine des activités physiques et sportives,
  • et enfin la pratique des activités physiques et sportives par un certain public, en d'autres termes celui qui constitue la communauté universitaire, et je dis bien la communauté universitaire dans son sens le plus large, personnels et étudiants confondus.

5Nous abordons un sujet encore plus difficile à explorer que ceux que nous avons envisagés jusqu'à présent. Sans doute allons-nous en partie retrouver le même type de difficultés que celui que nous avons connu ce matin et hier. Nous allons en effet retrouver la même diversité dans les institutions, dans les structures politiques des Etats par exemple, et nous allons retrouver les mêmes différences dans les traditions et dans les pesanteurs qu'elles peuvent exercer au sein des différents pays de la Communauté Européenne. Mais il faut bien constater que, jusqu'à présent, nous avons exploré un champ — j'allais dire interne — à l'Université. Nous sommes restés à l'intérieur des limites de l'Université ou du monde universitaire, avec ses points forts, ses points faibles, mais caractérisé, d'une façon générale, par une certaine cohérence. A présent, il s'agit pour nous de sortir de ces limites, de dépasser ces frontières, et cela va nécessairement entraîner un certain nombre de difficultés nouvelles.

6Difficulté tout d'abord de définir les partenaires. Ces partenaires, en d'autres termes ce monde extérieur va pouvoir se définir aussi bien comme le "mouvement sportif" (et encore faudra-t-il voir quelles sont les différentes acceptions que peut prendre ce terme), ou encore comme le monde associatif dans son sens le plus large, ou encore comme le pouvoir politique, ou encore comme l'action sociale, ou encore comme l'entreprise. Bref, nous sommes là face à un monde extrêmement complexe. Une espèce de kaléidoscope dans lequel se retrouvent toujours les mêmes éléments constitutifs mais qui ne dessinent jamais les mêmes figures.

7La deuxième difficulté nouvelle vient de ce que ce monde extérieur lui-même, dont nous allons parler, est traversé de tensions, voire de conflits. Tensions par exemple entre les mouvements de jeunesse et le mouvement sportif ou entre le domaine qui relève du droit public et celui qui relève du droit privé. Par voie de conséquence, ce monde extérieur auquel nous allons maintenant nous intéresser, est un monde en constante mutation. Ajoutons que ces mutations affectent le panorama politique (et c'est le problème que nous avons rencontré déjà depuis quelques jours chaque fois que nous avons abordé ces questions concernant le Portugal ou l'Espagne par exemple), ou qu'elles affectent le panorama sportif lui-même, je pense notamment par exemple à la montée des sports de loisirs ou encore à une pratique de plus en plus importante des activités physiques et sportives par un public de troisième âge, qui a modifié assez considérablement les obligations des clubs sportifs et jusqu'à la définition du mouvement sportif lui-même. Vous savez d'ailleurs, que tout au long des heures que nous venons de passer ensemble, nous avons vu se définir deux fonctions principales du sport : une fonction hédonique et une fonction éthique (le sport comme recherche d'un plaisir ou comme apprentissage du respect d’une règle). Les intervenants insistaient tantôt sur l'une, tantôt sur l'autre, et on a vu le centre de gravité perpétuellement se déplacer de l'une à l'autre. Cette hésitation entre les deux, ou du moins sur la priorité à donner à l'une ou l’autre, me semble pouvoir se lire comme la marque d'une société qui est elle-même à la recherche de ses valeurs.

8Même en supposant que les trois difficultés précédentes n'existent pas, il y en aurait une quatrième, et elle vient de ce que nous avons à étudier à présent non pas un système qui a sa logique propre, mais un ensemble de relations entre différents systèmes qui n'ont pas forcément les mêmes objectifs, ni les mêmes méthodes. Relations qui vont prendre nécessairement un tour tantôt conflictuel, tantôt consensuel, c'est-à-dire un tour perpétuellement mouvant. Et dans cet ensemble, où les rapports constamment sont en train de se réajuster, le sport universitaire me paraît être un domaine où l'observation est particulièrement éclairante. Parce qu'en tant qu'universitaire, ce sport participe d'un certain nombre de caractères de son milieu support, mais aussi parce qu'en tant que pratique sportive, il témoigne comme tout le mouvement sportif d'ailleurs, d'une extrême perméabilité aux problèmes de société (ce qui explique notamment la fragilité du monde sportif, voire quelquefois sa faiblesse devant les problèmes de la violence, ou de la drogue, ou de la toute puissance de l'argent, par exemple). Il en résulte que le sport universitaire est un indicateur particulièrement sensible des difficultés que peuvent rencontrer l'Université dans ses relations avec la société, la société dans ses relations avec l'Université.

9A première vue, ces relations sont marquées par un certain nombre de malentendus et par une longue tradition de suspicion réciproque. Je voudrais rappeler à ce sujet deux expériences qui se passent dans deux pays européens. A Paris, faisant partie d'un aréopage d'universitaires chargés de juger leurs pairs, j'ai vu avec régularité écraser sous les condamnations ceux que l'on accusait du péché de "vulgarisation". C'était là un péché qu'aucun purgatoire ne pouvait racheter : pensez donc, c'étaient des collègues qui travaillaient pour être compris par les gens de l'extérieur ! Quelques années plus tard, il m'est arrivé à Berlin de participer à un stage de formation de dirigeants sportifs. Il y avait là des dirigeants de clubs de danse, de tir à l'arc, de football, de clubs d'activités physiques et sportives à destination d'enfants de quartiers difficiles ; dans ce groupe j'ai été très vite regardé comme une bête curieuse, échappée de quelque réserve, sorte de Huron ou d'Iroquois arrivé on ne sait trop de quelle Amérique, parce que j'étais universitaire. J'arrivais d'un autre monde et on se demandait d'ailleurs ce que je venais faire là.

10Il me semble que la méconnaissance profonde des deux milieux l'un pour l'autre repose, si l'on s'en tient à une analyse grossière, à deux faits principaux. D'abord ce que j'appellerai la clôture perverse que tisse de façon subreptice le savoir autour de ceux qui savent. Le savoir est certes une ouverture au monde, mais qu'on le veuille ou non, il développe une complicité entre ceux qui savent et surtout il dresse une barrière entre eux et ceux qui ne savent pas. Dans la mesure où le savoir équivaut à un pouvoir, ou tout au moins à une image du pouvoir, il me semble que la barrière culturelle devient très rapidement une barrière sociale, voire une barrière politique. Du même coup, lieu du savoir, l'Université a tendance à se clôturer elle-même et à être clôturée par ceux qui l'entourent.

11D'un autre côté — et c'est la deuxième cause apparente de ce malentendu — la quête de l'efficacité immédiate et une conception étroite du réalisme dans une société dominée par la notion de rentabilité, voire de profit, fait souvent considérer comme vaine toute spéculation intellectuelle, à la limite toute recherche qui ne soit pas immédiatement ou appliquée ou applicable. La société a donc tendance à considérer ce qui se fait à l'Université comme une espèce de luxe vénérable certes, mais sans intérêt direct, en tous cas sans prise directe avec ses préoccupations.

12Les malentendus se sont ainsi accumulés au fil des ans et ils semblaient devoir condamner le sport universitaire à n'être finalement qu’un exercice corporatiste en milieu protégé. Ce qu'il est d'ailleurs devenu dans un certain nombre de situations qui ont été évoquées au cours des journées précédentes, et notamment au cours de l'après-midi d'hier. Le sport universitaire tend à se réduire à un sport par les étudiants, pour les étudiants, à l'intérieur d'un monde qui est totalement clos.

13Et pourtant ce sont paradoxalement les crises qui affectent le monde occidental depuis le début du XXème siècle qui vont conduire à faire, et de plus en plus souvent d'ailleurs, du monde extérieur et du monde universitaire des alliés objectifs. Le fonctionnement du sport universitaire dans les différents pays de la Communauté Européenne permet en effet, de cerner ici ou là des zones de collaboration, des processus d'échanges, et ce sont eux qui vont désormais retenir notre attention.

14La proposition que je voudrais vous faire est la suivante : c'est de faire un inventaire à un triple niveau. Essayons de voir tout d'abord quelles sont les actions qui concernent les relations entre le mouvement sportif et le sport universitaire. Par exemple, en ce qui concerne le haut niveau, dans le domaine soit de la recherche appliquée, soit de l'encadrement des athlètes, et quand je parle d'encadrement des athlètes de haut niveau, je donne à cette expression son sens le plus large, c'est-à-dire tout ce qui se fait avant, pendant et après le haut niveau. Car l'athlète de haut niveau est un athlète de courte vie, si je puis dire, du moins en ce qui concerne son haut niveau. Par conséquent s'occuper du haut niveau ce n'est pas seulement s'occuper de la performance immédiate de l'athlète, mais aussi de son insertion ultérieure dans la société. Ce premier bilan peut concerner aussi les programmes d'animation sportive : il conviendrait de voir là ce que l'Université éventuellement fait pour animer la pratique sportive dans le monde extérieur ou encore ce que le monde extérieur fait pour soutenir la pratique sportive à l'intérieur de l'Université.

15En d'autres termes, il nous faut répondre à la question suivante : qu'apporte, ici ou là, le mouvement sportif à l'Université, au sport universitaire, et qu'apporte réellement le sport universitaire au mouvement sportif ?

16Le deuxième niveau auquel il faudrait peut-être essayer de nous situer dans nos interventions, est un inventaire des contacts, des échanges, des coopérations qui peuvent se développer entre le monde des affaires et du travail et les Universités dans leur dimension sportive. Relations qui peuvent prendre deux formes différentes : celle d'une relation de charité (le sport universitaire comme bonne œuvre de la société civile) ou celle d'un rapport de collaboration ou de partenariat. Si c'est le cas, il conviendra de voir sur quels projets il se construit.

17Enfin, il me semble qu'un intérêt particulier devrait être porté aux dysfonctionnements de ces relations. En d'autres termes, il conviendrait de voir non seulement ce qui va, ce qui se fait, ce qui réussit, mais aussi ce qui ne va pas ici ou là entre l’Université et le monde extérieur, et ce que le sport universitaire justement peut mettre en évidence. Il me semble que nous devrions tout particulièrement porter notre intérêt sur un certain nombre de cas aberrants qui sont les formes que peut prendre le sport universitaire en déviance par rapport au modèle général tel qu'il se définit dans le pays que nous considérons. Je pense notamment à tel exemple que j'ai pu voir évoquer dans les pré-rapports et qui concerne par exemple ou la Belgique ou l'Allemagne. Il pourrait se révéler intéressant d'étudier d'un peu plus près ces cas particuliers et de voir à quelles aspirations profondes correspond leur refus du modèle général.

18Dans cette réflexion sur un inventaire des relations et des contacts, la présence des spécialistes de la médiation que sont les journalistes va nous être particulièrement précieuse. Peut-être pourrions-nous du même coup tenter de définir un quatrième axe de réflexion en essayant de voir comment interviennent les médias dans ces relations, quel rôle ils jouent, quelle place ils occupent, quelles fonctions éventuellement ils ne remplissent pas.

19Pour cela, nous allons revenir à la méthode que nous avons suivie hier, c'est-à-dire que nous allons passer en revue les uns après les autres les pays qui participent à notre réunion en mettant l'accent surtout sur la méthode comparative ; c'est-à-dire qu'à partir du premier exposé que nous aurons entendu, je demanderai à l'intervenant suivant d'essayer de dire surtout ce qui est différent ou ce qui éventuellement prolonge les expériences qui auront été évoquées par celui ou par ceux qui l'auront précédé.

LA SITUATION EN ALLEMAGNE

Till Lufft,

Secrétaire Général de la Fédération Allemande du Sport Universitaire.

20Chers partenaires du sport universitaire, comme je l'ai déjà expliqué hier, en Allemagne, la situation est bien différente d'une Université à l'autre. Aussi, je vais vous donner un certain nombre d'exemples. Bien sûr, je ne pourrai pas vous donner tous les exemples voulus ou souhaitables parce que je ne connais pas toutes les situations.

21Tout d'abord, la ville. La ville est un partenaire de l'Université. Parfois la ville peut louer des terrains à l'Université que cette dernière doit donc payer pour pouvoir les occuper. Certaines Universités et écoles, qui ne disposent pas effectivement d'équipements peuvent les louer à la ville. Toutefois, les Universités qui disposent d'équipements peuvent les louer à la ville, lorsqu'ils ne sont pas nécessaires pour les activités sportives au sein de l'Université. Ces équipements peuvent être loués à d'autres écoles, ou éventuellement pendant les vacances, soit à des écoles, soit à d'autres groupes qui souhaitent y pratiquer du sport.

22Il y a également la participation à des activités sportives proposées au sein de l'Université. Si nous disposons de suffisamment de place, nous pouvons faire appel à d'autres personnes, donc, dans certains cas, nous pouvons accueillir le public qui peut dès lors participer à nos activités, du moins utiliser nos équipements. Nous pouvons ainsi accueillir en partie une population extérieure à l'Université.

23Il existe un autre système qui organise des cours pour des débutants, cours ouverts au public, pour une année — donc deux semestres — pour se familiariser avec ce type d'activités sportives. Et ensuite, les gens qui ont participé à cette initiation peuvent s'inscrire au sein de clubs privés. C'est donc une formation initiale qui a une durée limitée dans le temps.

24Nous avons des programmes sportifs qui sont organisés pour des groupes-cibles : groupes d'handicapés ou ayant une certaine maladie (maladie de cœur, etc.). Ces groupes peuvent parfois bénéficier de nos équipements. Il y a également des programmes de vacances pour les enfants, à nouveau en collaboration avec divers partenaires : la ville, le conseil de la ville ou avec des compagnies d'assurances. Nous coopérons également avec des clubs et des associations sportives. Nous avons de nombreux étudiants qui ont suivi une formation d'éducation physique et qui ont le droit effectivement de donner des cours dans les clubs locaux. Puis vous avez des clubs qui offrent des cours spécifiquement destinés aux étudiants de l'Université.

25Il peut arriver qu'il y ait peu de place dans nos Universités pour des activités sportives. Alors, les étudiants doivent effectivement s'adresser ailleurs. Vous avez donc des cours qui sont organisés par des étudiants, d'anciens étudiants ou par d'autres personnes qui travaillent au sein de clubs.

26Nous coopérons également, à un autre titre, avec les clubs locaux, pour des sports que l'on pourrait appeler éventuellement des sports exotiques ou des sports pour lesquels l'Université ne dispose pas d'équipements. Cette collaboration se fait en accord avec les responsables de l'Université Sportive et des clubs sportifs, qui permet aux étudiants de pratiquer le sport au sein du club, par exemple l'équitation, le squash... Les étudiants peuvent pratiquer ces sports à des tarifs nettement préférentiels.

27Enfin, nous avons des activités touristiques, sportives bien sûr, qui ne peuvent pas se faire sur place, à l'Université par exemple, lorsqu'il s’agit de pratiquer le ski ou de faire de la voile. Si effectivement des groupes se rendent dans des lieux permettant la pratique de ces sports et si effectivement toutes les places ne sont pas occupées, ces places sont offertes au public étudiant.

28Bien sûr le sponsoring, le partenariat se sont développés à tous les niveaux, au niveau fédéral mais également au niveau de l'Université. Nombreuses sont les Universités qui ont leurs partenaires ; elles travaillent avec des compagnies d'assurances, avec des sociétés individuelles et privées, elles négocient avec ces sociétés, coopérent avec ces sociétés pour, par exemple, l'impression des programmes sportifs ou pour les aider d'une manière ou d'une autre, notamment lors de l'organisation d'activités sportives, de manifestations et de journées sportives.

Gerhard Treutlein,

Président de la Fédération Allemande du Sport Universitaire.

29Till Lufft a abordé le côté du sport universitaire du point de vue de l'organisation des pratiques. Je vais ajouter quelques informations sur le côté des sciences du sport, avec le domaine de la recherche.

30Les sciences du sport sont demandées surtout par le sport de haut niveau ; et parmi les différentes sciences du sport, il y a surtout celles qui permettent un rendement immédiat : c'est-à-dire la médecine sportive, la psychologie, la biomécanique, la théorie de l'entraînement, etc. Elles sont demandées par les fédérations. Les fédérations craignent les autres sciences comme la pédagogie, la sociologie qui pourraient provoquer la réflexion critique à propos de ce que l'on fait.

31Les Instituts de Sciences du Sport sont demandés dans différents domaines par des fédérations, par des communes, par des clubs, par exemple quand il s'agit de faire construire des installations.

32Autre possibilité. Je vais citer pour illustration une recherche qui a été faite dans les environs de Heidelberg. Il y avait une commune qui voulait développer le sport local et on a demandé de faire une analyse de l'offre faite par les clubs, de l'offre faite par la commune, pour savoir quels étaient les besoins de la population et dans quelle direction il fallait développer l'offre dans cette commune.

33Autre possibilité encore. Des clubs ou des communes demandent un accompagnement scientifique dans un certain domaine de l'activité sportive, ou demandent le développement d'une offre pour des groupes spéciaux, comme Till Lufft l'a déjà évoqué, par exemple dans les différents domaines de l'animation des handicapés ou des gens qui ont des problèmes de santé.

Yves Sell

34Je voudrais avoir quelques éclaircissements sur les conditions de cette collaboration parce qu'il semble — mais peut-être que je me trompe — que les relations dont vous faites état reposent un peu sur une conception, je dirai, libérale, de l'activité sportive et de l'enseignement du sport.

35Je voudrais simplement que vous donniez des indications chiffrées, peut-être, sur le coût de cette collaboration, dans la mesure où vous parlez de cours que l'Université donne aux débutants, aux handicapés, ou du rôle qu'elle remplit dans les programmes de vacances pour les enfants. Je voudrais savoir dans quel esprit tout cela est fait : si c'est au fond une activité fondée sur la rentabilité ou sur le service social. De la même manière, lorsque les clubs donnent leurs cours à vos étudiants, cette collaboration est-elle à base financière ou désintéressée pour les clubs ? Pourriez-vous chiffrer ces actions et nous donner quelques indications.

Till Lufft

36Je ne peux pas vous donner de chiffres précis. Ma prise de parole visait seulement à décrire un éventail de réalisations, mais je peux simplement vous donner l'idée qui sous-tend tout ce phénomène. C'est une sorte de service social effectivement, et essentiellement. C'est pour que l'Université sorte de sa tour d'ivoire et s'intègre à la communauté. Les coûts sont les coûts réels et rien d'autre. Par exemple, le programme pour les enfants pendant les vacances scolaires : il faut fournir des repas et des professeurs, et ces coûts-là doivent être défrayés. Parfois la ville verse une contribution mais ce n'est pas du tout dans le but de gagner de l'argent, de rentabiliser l'opération. Ce sont seulement les frais supplémentaires qui doivent être payés. Il n'est pas question de tirer des bénéfices financiers.

LA SITUATION AU ROYAUME-UNI

Graham Solley, Président de la Commission Européenne du Sport Universitaire, Président de la British Student Sports Federation - Sheffield.

37Comme Till Lufft l'a dit, nous devons généraliser. Lorsque nous parlons des liens entre la Communauté et l'Université, car chaque institution est différente et les liens dépendront des idées caractérisant l'institution, je voudrais mettre l'accent sur la nécessité d'avoir de bonnes relations entre l'Université et la ville où elle se trouve.

38L'Université a généralement une très grande importance pour l'activité économique de cette ville. Il ne faut pas perdre de vue ce fait. L'Université est une source d'emplois très importante, dans la région, en ce qui concerne le personnel à plein temps et le personnel à temps partiel. Donc une bonne relation doit être encouragée.

39Les étudiants qui viennent dans la ville chercheront un logement, consommeront et participeront à l'activité économique de la région.

40Il y a cinq domaines principaux que je voudrais traiter où l'Université a un lien avec la communauté, du moins au Royaume-Uni, tel que je conçois la situation.

41Comme Till Lufft l'a dit, la communauté profite des installations universitaires. La plupart des institutions universitaires ont de meilleures installations que la commune et les exemples au Royaume-Uni sont nombreux d'Universités qui permettent aux membres de la communauté de se servir de ses installations et de pratiquer les activités physiques et sportives.

42L'Université de Lancaster, dans le Nord-Ouest de l'Angleterre, a pu faire construire une piscine grâce aux activités de la communauté. On a fait une quête de fonds, on a acheté la piscine avec une hypothèque, on a permis aux gens de la ville de venir nager dans la piscine ; donc tout le monde y a gagné : l'Université et la communauté.

43Il en va de même dans d'autres institutions où les installations ont été construites grâce à la contribution de la communauté. Dans d'autres villes, les clubs de sports locaux viennent se servir d'installations universitaires.

44Un autre exemple me vient à l'esprit. Il y a un club de gymnastique très important qui est d'une grande utilité à la communauté dans son ensemble. Le personnel de l'Université assure la formation et l'entraînement, et les étudiants eux-mêmes entraînent les enfants ; cela fait partie de leurs cours d'études, sous la direction du personnel enseignant.

45Il y a par exemple des soins prodigués aux cardiaques. On a permis aux gens qui ont subi un infarctus ou une opération à cœur ouvert de suivre un programme de reconversion avec du personnel enseignant formé à cette fin dans des installations spéciales.

46Il y a beaucoup d'institutions qui proposent des programmes pour les enfants pendant les vacances scolaires. Les coûts sont défrayés, sans plus. Il n'y a pas de but lucratif.

47De nombreuses institutions universitaires sont désormais considérées comme des centres d'excellence. On y organise des cours de perfectionnement pour entraîneur ou pour les gens qui s'occupent de sport (le basket-ball, le football, etc...) centralisant leurs activités sur cette institution pour profiter des installations dont elles disposent.

48Un autre aspect de ce genre de lien est le suivant : l'Université loue les installations, l'Université fait appel aux installations de la ville car elle n'en a pas elle-même. Là aussi, il y a de nombreux avantages. Les clubs de sport de l'Université louent des installations appartenant à la commune.

49Je vous donne encore des exemples : le club d'aviron de Sheffield, sachant que cette ville n'a pas de rivière, contrairement à Oxford, Cambridge ou Londres. Pour l'aviron on est obligé d'aller sur les réservoirs d'eau. L'aviron n'est pas un sport très populaire dans la région, mais il y a deux Universités dans la ville qui ont des liens avec le club d'aviron de Sheffield, et maintenant ce sport est développé grâce aux clubs d'aviron et malgré l'absence d'installations dans l'Université. L'Université loue des installations appartenant aux clubs d'aviron de la ville. Cela se fait depuis dix ans, et maintenant les deux Universités vont s'associer pour acheter un lieu de stockage des bateaux qu'elles vont partager avec le club d'aviron. Les bénéfices et les avantages seront pour tout le monde.

50D'autres liens avec des clubs dans les villes ? De nombreux étudiants, et pas seulement les étudiants en Education Physique, vont dans les écoles de la ville pour assurer l'entraînement sportif.

51Nous établissons des programmes dans les Universités pour organiser ce genre de chose.

52J'ai oublié dans le début de ma présentation de vous parler des collectes de fonds assurées par les étudiants pour les œuvres caritatives de la ville, de la région, pour les handicapés, etc.

53L'autre lien avec les clubs de sport, qui est bénéfique pour les étudiants de l'Université, c'est que les étudiants qui jouent dans les clubs de sport locaux vont faire connaissance avec le monde des affaires de la ville, et par la suite, on leur propose un emploi qui correspond bien sûr à leur formation. On leur propose un emploi dans la ville, tout simplement parce que le club veut les garder, mais aussi pour amener des étrangers dans la ville, pour rehausser le niveau de vie de la ville, pour donner un peu de sang neuf.

54Je parle du monde économique et, bien sûr, cela est une partie absolument indispensable de la relation entre l'Université et la ville. Alan Rustage nous a parlé des bourses d'études pour les sportifs et il est évident qu'une bonne relation avec le monde économique dans la ville encouragera celui-ci à participer, à payer ces bourses pour aider l'Université à développer ses équipes sportives.

55Mon dernier point concerne les recherches. Comme en Allemagne c'est une partie indispensable de la contribution de l'Université à la vie de la communauté. Par exemple, dans le domaine de l'évaluation de la condition physique, il y a des installations pour assurer ce service dans l’Université et beaucoup de clubs de sport locaux font appel à ces installations, reçoivent également des conseils sur leur programme d'entraînement. Vous voyez, le rapport avec le centre d'excellence : les entraîneurs locaux sont tenus informés de l'évolution dans l'entraînement dans leur sport.

56J'ai traité tous les domaines dans lesquels les Universités britanniques ont des liens avec leur communauté, si j'en ai omis, je suis sûr que Monsieur Alan Rustage, qui représente l'Université d'Essex, va compléter mes remarques.

Nadine Mosanson,

Institut National d'Etude du Travail et d'Orientation Professionnelle (I.N.E.T.O.P.).

57J'aurais souhaité un peu plus de précisions sur les centres d'excellence dont il a été question. Si j'ai bien compris, il s'agit de centres de formation pour les entraîneurs. Ont-ils d'autres fonctions ? Permettent-ils éventuellement le regroupement des athlètes de haut niveau au sein de l'Université ?

Réponse

58Ces deux activités sont assurées, mais pas dans tous les cas. Les centres d'excellence visent surtout le développement de l'enseignement des entraîneurs de sport. La Fondation nationale en charge de l'entraînement a des centres régionaux où l'on organise des cours pour permettre aux entraîneurs de la région de ne pas devoir se rendre au centre national qui se trouve à Leeds.

59Les centres d'excellence s'occupent également du développement des sports. Il y en avait pas mal, il y a dix ans ; je ne sais pas pourquoi il y en a moins maintenant. A l'origine, notre intention était que le canoë-kayak par exemple soit développé à Leeds, le badminton à Essex, pour favoriser des concentrations sur certains sports dans certaines villes. Une école de football a été créée de la même façon pour attirer les jeunes de l'âge de 15-16 ans afin qu'ils restent sur la ville pour faire des études et en même temps qu'ils puissent se perfectionner en football.

60Il y a un centre d'excellence pour la gymnastique où l'on assure les cours d'entraînement pour les gymnastes. Cela ne vise pas directement le sport universitaire, mais le sport de haut niveau national.

Question

61Quelles sont les formes que revêtent ces relations par exemple avec une municipalité ou avec un club sportif ? Ces formes sont-elles contractuelles ou simplement établies par accords verbaux ?

62Qui concrétise ces relations ? Est-ce le Directeur des Sports ou l'Université en tant que telle, et ses représentants au plus haut niveau ?

Réponse

63Dans la majorité des cas, c'est le Directeur des Sports. C'est le poste que j'occupe moi-même ainsi qu'Alan. Nous sommes responsables des négociations avec le club local pour la location de ses installations. Dans certains cas, au Royaume-Uni, l'Institution n'aura pas un service de récréation et ce sera peut-être aux étudiants eux-mêmes de se mettre en rapport avec les clubs locaux. Il y a parfois des problèmes lorsque les étudiants s'en occupent. Le problème principal c'est qu'un étudiant fréquente l'institution uniquement pendant une année ou deux. S'il y a des étudiants parmi nous je vous demande de l'indulgence...

64Dans de nombreux cas les étudiants ne sont pas toujours très efficaces, ni très compétents ; et ils ne se comportent pas toujours de façon très sérieuse. Evidemment cela ne se passe pas toujours ainsi mais cela peut arriver. Alors on ne s'occupe pas du club local comme il le faudrait et la relation en souffre. Si la relation se fait entre le Directeur des Sports, qui représente l'institution elle-même, et le club d'autre part, et qu'il s’agit d'un contrat pour un certain nombre d'heures par semaine, il n'y a jamais de problèmes.

65Il en va de même pour les clubs qui louent les installations à l'Université. Un contrat sera rédigé entre le club et l'Université pour la location des installations pour une période donnée, et à raison d'un certain nombre d'heures par semaine.

Alain Jehanne,

Direction départementale de la Jeunesse et des Sports du Calvados.

66J'aurais voulu avoir des précisions sur ce que vous entendez par programme pour les vacances scolaires concernant l'Université ? S'agit-il d'un programme vers les enfants de la ville ou de la localité ? Et qui est prestataire de service ? Autrement dit : qui rend service à qui ?

Réponse

67Il y a différents systèmes, différents arrangements. Le programme des vacances scolaires est assuré généralement pour les enfants de la ville, de la région, et il se caractérise par un niveau relativement limité d'entraînement pour les enfants. Un choix d'activités sportives sera proposé : badminton - cricket - tennis - natation - football, etc., et ce sera normalement des étudiants qui seront engagés pour assurer l'entraînement dans le cadre de ces programmes. Normalement, ce sont des enfants ayant moins de 11 ans ou âgés de 11 à 14 ans. Ce sont ces deux tranches d'âge qui généralement sont intéressées.

LA SITUATION EN Italie

Franco Mauro,

Directeur de l'Institut Supérieur d'Education Physique de la Lombardie (Milan).

68Nous avons parlé ce matin de la formation des enseignants où on voit que l'Italie est à la première place, mais en réalité, c'est une première place à l’envers...

69En Italie, il n'est pas possible de faire plus de trois années d'Université. Donc, de ce fait, beaucoup d'étudiants italiens cherchent à faire des études supplémentaires à l'étranger.

70L'Italie a toujours une situation particulière. Il y a toujours eu une opposition entre l'Education Physique, qui appartient à l'Université, et le sport qui est du domaine exclusif du C.O.N.I.

71Il y a à peu près 30 000 étudiants, professeurs d'éducation physique qui ont été formés à l'Université, et environ 170 000 instructeurs ou entraîneurs, qui sont en partie des bénévoles, et qui ont été formés par les Fédérations en collaboration avec le C.O.N.I. En plus, il y a une organisation de la promotion sportive qui forme aussi des animateurs. C'est une formation de quelques heures.

72En Italie, onze Instituts ou Universités forment des professeurs d'éducation physique, auxquels s'ajoute l'institution qui est étatique, celle de Rome, désignée par le sigle I.A.S.E.F. Le coût de formation d'un professeur d'éducation physique sur trois années est de 300 000 lires pour l'Etat italien, les autres étant formés par des Instituts privés. L'Etat ne donne pas beaucoup pour la formation des professeurs d'éducation physique.

73Comme vous le savez, le C.O.N.I. est autonome. Il ne reçoit pas d'argent de l'Etat mais beaucoup du "Totocalcio".

74La formation des cadres et des professeurs d'éducation physique ne coûte pas une lire à l'Etat italien.

75La première question qu'il faut se poser est la suivante. Si ce modèle italien est tellement bien, pourquoi les autres Etats n'importent-ils pas le modèle italien ?

76Nous ne comprenons pas bien cette jalousie que vous avez pour le système italien. C'est un système où le mouvement sportif est complètement autonome et nous ne voulons pas exporter notre système et nous avons peur que les autres le reprennent parce que probablement, cela dépassera l'aspect pédagogique et culturel du système éducatif qui existe actuellement en Europe.(...) Je suis Directeur Technique de l'I.S.E.F. de Milan. Là on a fait les statistiques suivantes. Sur toutes les sociétés sportives de Milan, il y a 30,6 % qui n'ont aucun encadrement, 22,8 % qui ont des bénévoles, mais qui n'ont aucune qualification. Il y a seulement 7,4 % des diplômés de l'Université, 26,7 % de personnes qui ont une formation fédérale et 12,5 % de personnes relevant d'un autre type.

77Le sport italien est caractérisé par le bénévolat. Or le professeur d'éducation physique, qui a besoin d'un salaire pour vivre, ne peut pas le faire et il a des difficultés à s'insérer dans le mouvement sportif. Cela donne le paradoxe suivant : nous avons très peu d'étudiants dans nos Instituts parce que l'école n'offre pas ou très peu de débouchés, et les sociétés sportives sont fermées pour les professeurs d'éducation physique.

78Le professeur d'éducation physique enseigne en grande partie à l'école moyenne ou à l'école supérieure, c'est-à-dire auprès de jeunes scolarisés ayant entre 11 et 19 ans. Il ne se trouve pas ou très peu à l'école élémentaire et maternelle, et pratiquement pas à l'Université. Ici, on estime qu'il y a 12 millions de personnes qui font du sport en Italie ; cela me permet une dernière réflexion.

79Si je regarde le slogan qui est le sujet de votre Université d'Eté, je suis sûr qu'il n'y a pas de grande différence entre la culture sportive qui existe en Italie et celle qui s'est développée dans les autres pays. Ceci peut se comprendre dans la mesure où le concept du sport est normalement dirigé ou orienté par des points de vue économiques, médiatiques et sociologiques.

80La dernière réflexion que je souhaite formuler est que l'on se fait un faux problème du sport quand on pose le problème du sport sur le niveau de l'éducation. Il faut plutôt se demander qui commande le système éducatif et qui est responsable de ce système universitaire.

81Je préfère plutôt développer un concept nouveau pour le sport qui serait un concept pour l'homme et non un concept allant contre l'homme ou parallèlement à l'homme.

LA SITUATION EN ESPAGNE

Sergio Quesada Rettschlag,

Directeur du Service des Sports - Université d'Alicante.

82D'abord, nous devons préciser que la communication que nous présentons peut connaître de petites variations locales dues à l'autonomie de chaque Université. Mais en général c'est assez précis et suffisant pour comprendre la réalité du sport universitaire en Espagne.

83La relation de chaque Université avec le Conseil Supérieur des Sports communique par deux chemins différents. L'Université reçoit deux subventions pour construire les principaux bâtiments de ses installations sportives :

  • une subvention importante du Conseil Supérieur des Sports,
  • une autre aide plus petite, de la Direction Générale des Sports de sa propre communauté autonome.

84En plus, il existe une autre connexion pour toutes les compétitions universitaires nationales entre l'Université et le Conseil Supérieur des Sports, avec la participation directe du service des sports de l'Université : c'est le C.E.D.U. dont nous avons parlé hier.

85Cette mission du Service des Sports est relative au "Sport pour Tous" et aux compétitions internes et externes, ces dernières se déroulant au sein des clubs sportifs universitaires, en liaison avec les Fédérations.

86Toutes les questions se rapportant à l'enseignement, à la recherche et aux relations professionnelles avec la société se font par l'intermédiaire des départements universitaires qui sont le cœur de l'Université. En Espagne, il y a deux niveaux différents d'études universitaires et sportives :

  • une licence qui se fait en cinq ans, mais qui doit être transformée en une préparation de quatre ans au cours de l'année 1993-1994, en accord avec les nouvelles réformes universitaires ;
  • un diplôme qui s'obtient en trois ans et qui commencera en octobre, avec un nouveau système de 200 crédits (un crédit = 10 heures d'enseignement). Avec ce système, l'élève étudie non seulement la psychologie sportive, la pédagogie sportive, la médecine sportive, etc., mais il peut aussi choisir, par exemple, l'économie du sport, la sociologie du sport, le droit du sport, etc.

87L'investigation universitaire est engagée fondamentalement, aujourd'hui, à résoudre les principaux problèmes de la société. En particulier l'investigation sportive en Espagne opérant dans un cadre universitaire a commencé il y a sept ou huit ans. Nous pensons que nous devons suivre ce chemin si nous voulons donner au sport l'importance qu'il mérite, car généralement il n'est pas reconnu par le reste de la communauté universitaire.

88Mais pour pouvoir travailler avec la même considération qu'ont effectivement les autres disciplines universitaires, nous devons établir un véritable lien avec les institutions officielles et les principales entreprises de notre province.

89On doit signer des accords de coopération avec les institutions officielles pour optimiser l'usage des installations sportives, et surtout pour sensibiliser la société à l'importance de notre spécialité et de nos efforts.

90Plus difficile, mais non impossible, est de persuader les entreprises sur les questions de l'aide économique à la recherche sportive. Nous ne parlons pas de la sponsorisation des équipes de compétition, qui est très importante, mais des bourses d'études attribuées aux sportifs et surtout du besoin et de l'importance de parrainer aussi des travaux de recherche sérieux pour connaître la réalité — sociale — du sport dans notre société, et ainsi pouvoir agir efficacement.

91Pour résumer, nous défendons autant la recherche théorique du sport, qui lui donnera le prestige auprès des autres universitaires, que la recherche pratique qui nous permettra d'ouvrir le sport universitaire à la société toute entière.

LA SITUATION AU PORTUGAL

Henrique Barreiros,

Directeur de la Faculté de "Motricidade Humana" de l'Université de Lisbonne.

92Je vais reprendre, en guise de remarque préalable, ce que nos collègues anglais ont dit : "Il est difficile de parler d'une réalité homogène au niveau du thème de cette session".

93L'insertion des Universités dans la dynamique sociale et économique, on le constate partout, est tout à fait différente : la dynamique même des institutions et des organismes, des Recteurs, des services, etc.

94Je crois qu'il faut bien séparer, pour être clair dans cette session, deux cas de figure : l'Université avec Institut de Sciences ou Sport et l'Université sans Institut de Sciences ou Sport. Ce qui change tout à fait le type du programme que l’on peut développer à ce niveau-là.

95Si j'essaie d'aller un peu plus loin, je commencerai par dire que, pour parler de sport universitaire, il faut savoir si le sport universitaire s'insère dans le système sportif ou dans le système universitaire.

96Pour nous, au Portugal, il y a une loi générale relative à ce que l'on appelle le système sportif, où le sport universitaire se trouve inclus. Mais cela ne veut pas dire que le sport universitaire appartient au système sportif ; ce qui change la façon de voir. Cela veut dire que chez nous, c'est l'autonomie des Universités, c'est le programme des Sénats, c'est la responsabilité des organismes internes à l'Université qui doivent être tenus pour responsables du programme de sport.

97Une autre question se pose : l'argent. L'argent est distribué sous la forme d'une subvention pour les Associations des étudiants. Cela veut dire que les Associations des étudiants reçoivent l'argent nécessaire pour leur politique d'activités. L'Université a aussi l'argent du service social, qui aide les initiatives ponctuelles.

98Le sport n'est pas une île, une réalité complètement dissociée, dans la façon d'évoluer du système universitaire. On doit se mobiliser. Maintenant au Portugal, on demande aux Universités de gagner de l'argent et de le gérer. Alors, on loue les installations, on fait de l'appui médical. On établit des rapports dans la plupart des Universités, avec les municipalités, à différents niveaux, avec différents programmes.

99La haute compétition n’est pas directement concernée par ces disciplines financières. Je me limiterai ici à une simple information. Un athlète de haute compétition peut obtenir au Portugal une place à l'Université sans passer par le système du numerus clausus.

100Au Portugal, il existe le système du numerus clausus. Les Universités définissent le nombre d'étudiants qu'elles peuvent recevoir, mais à côté de cela, elles doivent recevoir les athlètes de haute compétition qui sont en condition de rentrer à l'Université. C'est un contingent spécial.

101Mais en ce qui concerne les bourses sportives, ce n'est pas avec les Universités que nous traitons. Les Universités ne fournissent pas d’aide particulière, des conditions pour organiser le système d'entraînement ou pour donner des bourses comme la formule existe, par exemple, dans les Universités américaines. Ce n'est pas cela. On est seulement obligé d'insister en inscrivant de nouvelles dates d'examens, en développant un sytème particulier pour un certain nombre de cours qui ont été manqués. C'est seulement cela qui est demandé aux universités. Elles doivent faire un effort pour appuyer ces athlètes pour qu'ils ne soient pas perturbés dans leurs études.

102La seule facilité concrète qu'ils reçoivent, c'est une place dans les Universités, ce qui est beaucoup. Dans un pays qui pratique le numerus clausus, avoir une place même si l'on n'a pas la classification suffisante pour rentrer, c'est beaucoup. Vous en conviendrez.

Question

103Dans le pré-rapport que nous a remis Jean-Michel Martin, il est dit que l'activité sportive n'apparaît pas comme un objectif isolé dans une association spécialisée, mais qu'il y a eu une tendance, au Portugal, qui consiste à donner aux associations une vocation culturelle dans laquelle l'activité sportive n'apparaît que comme une mission particulière, parmi d'autres, mais pas isolée.

104Est-ce que cette définition de l'activité sportive comme entrant dans un projet culturel plus vaste a entraîné, au niveau du sport universitaire portugais, une ouverture dont vous pourriez rendre compte ?

Réponse

105Disons que les Universités sont libres de ne pas suivre cette orientation. Le club sportif existe encore. Il y a des traditions sportives dans certaines Facultés. C'est-à-dire qu'il y a des Facultés qui ont des grandes traditions dans le domaine du sport : le rugby par exemple. C'est un sport, au Portugal, qui a une tradition essentiellement universitaire.

106Les Associations des étudiants sont libres de présenter des programmes sportifs et culturels (théâtre, sport, etc...). Mais le plus important, au Portugal, c'est qu'on assiste à un grand moment de transition. Je n'aurai pas la même impression que Jean-Michel Martin, dans la mesure où c'est un pays qui est entré depuis une quinzaine d'années dans la démocratie et qui, depuis quatre ans, donne l'autonomie à ses Universités. Et être autonome ce n'est pas facile. Obliger la mentalité à changer, en passant de la dépendance intellectuelle, économique pour prendre une autre attitude, ce n'est pas facile. Et le sport est au milieu de tout cela. C'est dans ce sens-là que je vois le culturel : d'abord le sport à côté des programmes et la liberté d'utiliser l'argent comme on le souhaite.

107Il faut tout de même que j'ajoute quelque chose d'important qui va commencer cette année. C'est qu'au Portugal, jusqu'ici, l'étudiant d'Université payait très peu. Maintenant, cela va changer beaucoup

Question

108Je voudrais revenir sur deux points. Ce que vous dites m'intéresse beaucoup parce que lorsque je reviendrai chez moi, j'essaierai d'importer les idées d'Italie, en reprenant le Totocalcio, et j'essaierai de suivre l'exemple du Portugal en persuadant les autorités que les athlètes de haut niveau ont besoin d'entraînement sportif pendant qu'ils accomplissent leurs études supérieures.

109Est-ce qu'un étudiant, qui entre à l'Université comme athlète de haut niveau, va quitter l'Université avec un diplôme qui aura la même valeur que celui des autres étudiants ?

Réponse

110Oui, la seule prérogative, c'est d'avoir une place. La licence, le cursus, d'une façon générale, sont les mêmes. Il ne s'agit pas d'un régime de faveur. Mais ces étudiants sportifs ont le droit de passer leurs examens à d'autres moments. Par exemple, si les Jeux Olympiques avaient eu lieu en période d'examen, ils auraient eu le droit de passer leurs examens à un autre moment. L'Université doit assurer cela. Par contre, le diplôme, les examens, sont les mêmes pour tout le monde.

LA SITUATION AU DANEMARK

Jean-Michel Martin,

Directeur de l'Institut en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives - Université de Reims.

Question

111Il est dit dans le pré-rapport que ce sont les clubs sportifs qui proposent des activités physiques pour les étudiants. On voit à peu près comment les choses se font. Les entreprises, elles aussi, organisent éventuellement les activités sportives pour les étudiants. Le point a été noté. A-t-on d'autres renseignements à ce sujet ? Peut-on préciser sur quelle base se fait cette collaboration entre Entreprise et Université ?

Réponse

112C'est relativement simple. Il existe un certain nombre de clubs qui sont parfois des clubs attachés à des entreprises. Les parents sont attachés à une entreprise dans laquelle ils travaillent et les enfants viennent dans le club de l'entreprise. C'est la raison pour laquelle on a cité l'entreprise.

113D'autre part, je peux signaler que même si sur les listings des représentants de la F.I.S.U. figurent des Danois, Monsieur Roch Campana m'a confirmé, hier, qu'aucun Danois ne participe effectivement à la F.I.S.U. et qu'aucun étudiant danois, à ce jour, n'a jamais participé à une Universiade.

114C'est bien dommage qu'aucun représentant sportif du Danemark ne soit présent parmi nous pour nous présenter concrètement la situation de son pays par rapport au thème traité actuellement.

LA SITUATION AU BENELUX

Ignace Van Der Cam,

Directeur des Sports - Université de Gand.

- LA BELGIQUE

115Les trois pays ont été traités ensemble, mais il faut savoir qu'en Belgique tout est différent selon l'Université à laquelle on se réfère. La Flandre et la Wallonie sont également différentes en ce qui concerne le sport universitaire.

116A propos des contacts avec les villes, il y en a peu. Par exemple, l'Université de Liège a de très bons contacts avec la ville tandis que les autres Universités ont de très bonnes infrastructures sportives. Presque toutes les Universités ont une piscine, des salles de sport, de bonne qualité. Et c'est seulement au moment où l'on manque de place, par exemple lors de l'organisation de championnats universitaires importants, que l'on va louer à la ville telle ou telle infrastructure. Par contre, si chez nous il y a de la place durant le week-end parce que le pays n'est pas très grand et que, par conséquent, les étudiants retournent chez eux, ou pendant les vacances, même celles de courte durée, nous serions de mauvais gestionnaires si nous ne louions pas notre infrastructure au public non universitaire.

117En ce qui concerne la collaboration avec les clubs, nous leur proposons des entraînements en commun ou des matches amicaux. Les clubs universitaires sont plutôt l'exception. Ce que nous faisons également, c'est aller en dehors de l’Université pour trouver des conditions spéciales pour faire du sport ; par exemple pour l'alpinisme que nous pratiquons, comme la plupart des pays, sur des murs. Etant donné que nous n'en possédons pas dans notre propre infrastructure, nous passons des accords en dehors de l'Université. C'est la même chose pour le squash et l'équitation.

118En ce qui concerne les fédérations, du côté flamand, les Instituts Supérieurs travaillent avec les fédérations pour former les moniteurs de sport. Du côté francophone, l'A.D.E.P.S., travaille avec le Ministère de la Culture qui subventionne l'infrastructure sportive. De plus, il faut savoir que la Fédération Universitaire Sportive Belge travaille parfaitement en accord avec le Comité Olympique Belge. Un protocole nous donne la possibilité d'envoyer nos athlètes aux Universiades et selon des critères fixés avec le Comité Olympique Belge.

119Un mot au sujet du "sponsoring". Chaque Université fait de son mieux pour augmenter ses moyens financiers. Tout d'abord par voie habituelle. Nous sollicitons les banques, les firmes d'ordinateurs et d'automobiles, les brasseries, les magasins sportifs et même, parfois, l'office national pour la promotion des produits agricoles et horticoles. C'est comme cela que la plupart des Universités ont des minibus qui sont sponsorisés par exemple par les firmes Peugeot et Citroën.

120A l'Université Libre de Bruxelles (U.L.B.), il y a des gens qui travaillent à plein temps pour rechercher des financements. Mais ceci est un cas exceptionnel en Belgique.

121Je vous remercie.

Jan Boutmans,

Fédération Sportive Universitaire Flamande.

122Je voudrais parler d’une sorte de modèle de coopération entre les Universités et les institutions sportives dont nous bénéficions. Ce matin, on nous a parlé de la formation des Universités. Nous avons également cela en Belgique. Nous formons aussi des entraîneurs dans les Universités en coopération avec l'administration des sports néerlandophones (B.L.O.S.O.). Nous avons construit un modèle de bonne coopération entre ces deux institutions. Cela veut dire que pour organiser les cours, les professeurs des deux instituts travaillent ensemble. Le contenu de ces cours est le fruit de la coopération entre les chercheurs de l'Institut d'Education Physique et les personnes qui travaillent dans les fédérations.

123Du côté du sport universitaire, on trouve cela très intéressant. On trouve que nos entraîneurs qui accompagnent nos étudiants de haut niveau doivent avoir réussi un cursus universitaire. Je dis de préférence, car on a toujours le cas de certains sports où l'on n'a toujours pas la compétence des gens qui sont formés dans les Universités. Mais jusqu'ici, disons que pour les sports les plus connus, on a des entraîneurs qui accompagnent les équipes universitaires pour les Universiades, qui sont formés par des Universités, qui sont reconnus par les fédérations. Monsieur Campana l'a rappelé hier : les athlètes qui vont aux Jeux Olympiques vont venir aux Universiades : ils vont disputer une compétition de haut niveau, mais quand même dans un tout autre esprit. Il est très important que nous obtenions ce résultat. C'est le modèle de la coopération entre les Universités et l'Institut de Sport en Belgique. Le cas cause parfois des difficultés parce qu'il y a des gens qui prétendent que les étudiants ne sont pas capables de faire du sport de haut niveau.

124En plus de cela, je veux soulever encore une question que le Président a évoquée à midi. Que fait la communauté universitaire pour le sport universitaire ? Par exemple, dans les différentes Universités, que font les recteurs, les responsables d'Universités pour le sport universitaire ? J'ai encore le sentiment qu'en Belgique, on peut faire du sport, on est effectivement supporté. Cependant la Faculté d'éducation physique doit encore se battre pour être reconnue pour ses propres valeurs. C'est ainsi que seulement 10 % de diplômés universitaires travaillent dans les fédérations. La raison est simple. En fait, c'est assez difficile d'obtenir la possibilité, lorsqu'on a terminé ses études universitaires, lorsque l'on est formé comme entraîneur à l'Université, d'être reconnu parce qu'il est courant de prendre de préférence quelqu'un qui a pratiqué au plus haut niveau, mais qui n'a pas nécessairement une formation d'entraîneur. On va le prendre parce qu'il a un nom, et c'est un problème. Je trouve que, dans le cadre universitaire, on doit se battre et essayer de convaincre les décideurs de la valeur de notre formation.

Thierry Lardinoit - Université Catholique de Louvain.

125Je pourrais peut-être ajouter quelque chose à ce que mes deux collègues ont dit. Je crois que nous avons la chance en Belgique de pouvoir, à travers nos Universités, nous insérer dans le tissu social, notamment au travers de la formation continue. A l'Université Catholique de Louvain (U.C.L.), chaque année, nous organisons des grands rassemblements de formation continue. A Louvain-la-Neuve, chaque année, pendant trois jours, nous attirons plus de 1 000 enseignants en éducation physique et il se passe exactement la même chose à Liège. Et nous pouvons le faire grâce à l'Université qui nous prête les locaux et nous donne énormément de facilités. S'il est vrai que nous n'avons pas d'actions directement avec le public, néanmoins, l'Université nous aide au niveau du suivi de notre formation.

Jean-Michel Martin

126L'Université belge est fortement marquée d'aspects confessionnels puisque la moitié des Universités, si ce n'est plus, est d'obédience confessionnelle. J'aimerais savoir si les régions participent financièrement à ces établissements quels qu'ils soient ? Y a-t-il des répartitions qui sont différentes selon les régions ou très marquées en fonction des Universités et en direction du sport éventuellement ?

Réponse

127C'est très simple. Dans le pays, nous avons toujours les Universités Catholiques de Louvain ; à côté de cela on trouve les Universités Libres de Bruxelles qui ne sont pas du tout catholiques et, par contre, les Universités de Gand et de Liège qui sont des Universités d'Etat. Mais chaque Université a une certaine autonomie, et depuis que l'on a donné une certaine autonomie à ces Universités-là, tout le monde a presque les mêmes moyens, et peut-être même les Universités d'Etat ont-elles le moins de moyens. Cependant, je pense que ce ne sont pas tellement les principes qui nous séparent. Nous travaillons ensemble.

Jean-Michel Martin

128J'ai une autre question à poser concernant le haut niveau universitaire. Il me semble qu'à Bruxelles en particulier, certaines opérations ont été montées qui garantissent à des étudiants sportifs de haut niveau un métier ou une place dans une entreprise à la sortie de l'Université. M. Crèvecœur est maître d'ouvrage, pour une bonne part, de cette formule. J'aimerais savoir si ce processus est encore en œuvre aujourd'hui. C'est peut-être possible pour une entreprise d'aider un étudiant durant sa carrière sportive de haut niveau, mais lui garantir une place dans l'entreprise, cela me paraît beaucoup plus délicat. J'aimerais avoir des précisions à ce sujet ?

Réponse

129Notre ami Guy Crèvecœur, qui est Directeur des Sports de l'U.L.B., a organisé un système dans lequel il cherche des partenaires au sein de la vie économique. A ces partenaires, il dit par exemple : "Vous prenez en même temps un étudiant de sport de haut niveau, qui peut faire ses études ; nous allons le mettre en contact avec votre firme". Et ainsi cela peut déboucher sur une forme de coopération dans laquelle la meilleure solution pourrait être pour le jeune sportif d’obtenir une place. Mais garantir une place, cela n'existe pas encore. C'est seulement des choses que l'on souhaite si on a quelqu'un qui fait ses études dans la chimie, par exemple, on prend contact avec la firme Solvay ou une autre. L'étudiant peut être pour la firme un nom intéressant parce qu'il a déjà obtenu une médaille aux Jeux Olympiques. Il fait des études et il est lié avec la firme Solvay. Cela peut créer une bonne entente dans laquelle peut croître la profession, mais que l'entreprise concernée s'engage à garantir cette profession, c'est autre chose. On peut dire que l'idée existe en général et qui dans les autres Universités on n'a pas élaboré cette idée-là.

- LE LUXEMBOURG

130Au Luxembourg, même si on entend parler des formules de ce genre au niveau du sport universitaire, je crois que malheureusement, cela reste sans application... Mais cela n'a pas toujours été. Je vous rappelle que la F.I.S.U. a été créée au Luxembourg dans les années 1950, et que le Luxembourg a toujours tenu une place prépondérante dans la construction de la F.I.S.U. Ce n'est plus le cas, et je suis le premier à le regretter ; mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'activités du tout au niveau de nos étudiants. Je vous rappelle que nos universitaires n'étudient pas au Luxembourg. Ils vont dans les autres pays environnants. Il y a des cercles d'étudiants luxembourgeois qui se créent dans les plus grandes cités universitaires, Nancy, Strasbourg... Ces gens-là s'entraînent régulièrement dans ces cercles en vue d'un championnat qui se fait tous les ans au Luxembourg. Il y a une petite activité qui ne se montre pas tellement à l'extérieur, mais cette activité universitaire n'est pas morte pour autant.

Jean-Michel Martin

131Je voulais simplement un complément d'information. Est-ce que dans les différentes régions du Luxembourg, ils participent à ces cercles ?

Réponse

132Si on parle des grandes régions au Luxembourg, on est perdu ! Normalement, dans la plupart des pays en Europe, il y a une association pour le sport universitaire et une association pour le sport secondaire ou estudiantin du secondaire. Au Luxembourg, on a seulement une association pour les deux niveaux d'études. Cette association met chaque année un ou deux tournois pour les étudiants étrangers. Cela motive les étudiants à développer la pratique sportive à l'Université, à leur compte, pour préparer ces rencontres. En plus, un autre avantage tient au fait que ces étudiants venant de différents pays ont un moyen de communiquer entre eux et de préparer l'Europe, et de faire savoir ce qui se passe en Allemagne, en France, en Angleterre, en Autriche... Je crois qu'il y a tout de même une certaine idée directrice de cette activité sportive universitaire.

- LES PAYS-BAS

133Le système aux Pays-Bas est, je pense, à peu près la même chose qu'en Belgique, exception faite que la Fédération Nationale du Sport Universitaire, en Hollande, travaille beaucoup plus avec les Fédérations. En Belgique, si nous faisons des sélections pour n'importe quel championnat mondial ou pour les Universiades, c'est nous-mêmes en relation avec le Comité Olympique Belge qui faisons les sélections sur des minima alors qu'en Hollande les responsables du sport universitaire prennent contact avec les Fédérations et leur demandent s'ils ont des athlètes de haut niveau qui font des études. Dans le cas d'une réponse positive, ils proposent de payer tous les deux 50 % des frais pour envoyer leurs étudiants à ces championnats. Mais du point de vue du championnat national, le travail dans les centres, les écoles supérieures et les Universités est identique à ce qui se passe chez nous en Belgique (...).

LA SITUATION EN France

Claude Labrousse

Président du Groupement National des Directeurs de S.U.A.P.S.

134L’Université sportive française, par tradition, a longtemps vécu repliée sur elle-même. Mais les transformations de la société moderne, les impératifs de gestion et la collaboration obligatoire avec le milieu socio-économique tendent à modifier sensiblement les comportements. Si des progrès remarquables sont faits, il reste encore beaucoup à faire. Le sport n’a pas échappé à ce comportement, bien que les clubs universitaires aient toujours su tisser avec leur environnement des relations soutenues. Aujourd'hui, si les clubs représentent réellement l'Université dans le sport de la cité, toutes les structures du sport universitaire ont à faire à la société sportive et aux collectivités.

135Je vous ai énuméré hier les différentes structures —-qui pour certains paraîtront très nombreuses — du sport universitaire (je vous rappelle que ce sont les S.U.A.P.S. et les S.I.U.A.P.S., la F.N.S.U. et ses associations sportives, et enfin les clubs universitaires eux-mêmes).

1) Les S.U.A.P.S. et les S.I.U.A.P.S.

136Les rapports avec la société civile se situent essentiellement au niveau des installations sportives. Ces rapports se font avec les collectivités locales, essentiellement pour l'utilisation des installations municipales par les étudiants, mais aussi à l'inverse, l'utilisation par les collectivités, par les scolaires, par les clubs, des installations universitaires. Ces relations se nouent aussi avec les comités d’entreprise, parfois pour les mêmes raisons. Et puis, bien entendu, avec le mouvement sportif.

- Relations avec les Offices Municipaux des Sports

137Ils sont en France le relais entre la Municipalité à la tête d'une Collectivité et le mouvement sportif. Un directeur de S.U.A.P.S. se doit de collaborer avec cet Office Municipal des Sports, et il n'est pas rare qu'il en soit membre. C'est en effet cet organisme qui, la plupart du temps, fait des propositions d’attribution d'installations.

- Relations avec le secteur fédéral : les Ligues, les Comités

138Les relations se situent au niveau :

  • de l'accueil dans les installations universitaires,
  • de la participation dans le cadre de conventions relatives au Centre d'Entraînement et de Formation, qui sont élaborées par le Ministère de la Jeunesse et des Sports avec les Fédérations dans lesquelles l'Université est souvent un partenaire important,
  • de l'accueil des athlètes de haut niveau à l'Université (c'est en effet le Directeur du S.U.A.P.S. qui a en charge l'accueil, l'aménagement des études, en liaison avec les entraîneurs et avec les enseignants de l'Université des étudiants sportifs),
  • du fonctionnement des centres de haut niveau universitaires.

139Il n'y a pas, ou peu, d'actions du service des sports universitaires en direction de la population extérieure à l'Université.

140Il faut remarquer cependant qu'en France, depuis 1990, se développe le plan "Universités 2000", en particulier pour la construction des installations. Dans ce plan, l'Etat finance à 50 %, et les Collectivités Locales ou Territoriales, l'autre partie des 50 % restants. Dans ce cadre de l'Université, et pour tout ce qui concerne les installations sportives universitaires, c'est la plupart du temps le S.U.A.P.S. qui est en relation avec les Collectivités pour cette part de financement.

2) La F.N.S.U.

141Elle contribue également à l'ouverture de l'Université sur la société sportive. Ceci s'opère à deux niveaux : local et national.

- Au niveau local

142Le Président du Comité Régional du Sport Universitaire (C.R.S.U.), qui gère la compétition universitaire dans chaque académie, est membre de droit du Comité Régional Olympique et Sportif (C.R.O.S.) qui est le représentant local du mouvement sportif national.

143La F.N.S.U. est obligée de prendre des contacts avec le mouvement sportif pour l'organisation de compétitions et elle doit tisser des relations avec le mouvement sportif, les Collectivités Locales, les Offices Municipaux des Sports pour obtenir des installations, ou avec les Ligues pour l'organisation des compétitions au niveau de l'arbitrage, la participation aux Commissions mixtes régionales. Elle a aussi bien entendu des contacts avec la presse locale.

- Au niveau National

144La constitution des équipes nationales de la F.N.S.U. ne peut se faire, en fonction de nos règlements, sans la participation des responsables des fédérations. Il y a une coopération souhaitée et voulue dans les textes des commissions mixtes nationales pour l'organisation des compétitions nationales ou internationales. Par ailleurs, la Fédération Nationale du Sport Universitaire est également membre du Comité National Olympique.

145Mais nous voyons que pour ces deux structures, que sont le S.U.A.P.S. et la F.N.S.U., les relations existant avec les collectivités ou avec le sport civil, sont pour la plus grande part des rapports de type "échanges de services", et non pas de participation active à la vie de ces secteurs.

3) Les clubs universitaires

146Ce sont des clubs implantés, et parfois de longue date, dans les villes d'Universités. Ils sont, dans le domaine du sport, l'interface entre l'Université et la Cité. Leur position est unique, à la fois dans l’Université, mais aussi en dehors, et cela leur donne des possibilités de relations très grandes, facilitées en plus par leur statut d'association de loi 1901 qui permet une grande souplesse de fonctionnement.

- Relations avec les collectivités

147Le club universitaire est un club de la cité. Il est donc considéré par la collectivité comme un de ses représentants. A ce titre, le club peut intégrer toutes les instances de la ville ou de la commune : l'Office Municipal des Sports, la Commission des sports (organisme de la municipalité), les commissions de quartier, les commissions d'équipements sportifs, etc...

148Le club universitaire participe par ailleurs à la politique sportive en faveur des jeunes : écoles de sport, animations sportives. A ce titre, il est fort bien considéré par la collectivité car il propose des actions de qualité.

149Depuis peu, nous avons organisé (comme en Angleterre) des animations d'été : de plus en plus, en effet, les clubs universitaires organisent sur les installations sportives universitaires, qui sont laissées libres par les étudiants durant les vacances scolaires, des centres de vacances pour les enfants ou les adolescents. C'est une image formidable pour l'Université qui, enfin, apporte quelque chose à la collectivité, alors que généralement elle demande des moyens. Ces activités ne sont pas destinées à faire du bénéfice, mais les coûts demandés couvrent les frais de fonctionnement.

150Le club universitaire amène, de l'extérieur de l'Université, par le biais de ses dirigeants, de ses entraîneurs, des cadres venant d'autres milieux ; et c'est également un grand enrichissement pour le reste de la communauté.

151Il peut assurer le plein emploi des installations sportives universitaires pendant les vacances scolaires et pendant les weekends.

- Les relations avec le sport fédéral

152Les membres des sections des clubs universitaires (étudiants mais aussi non étudiants) sont licenciés dans les différentes fédérations sportives. L'Université est ainsi présente dans la plupart des fédérations françaises.

153Par ailleurs, le club universitaire, par la dynamique qu'il développe à travers le Comité Régional des Clubs Universitaires (C.R.C.U.), qui est une composante régionale regroupant les clubs universitaires d'une région, et par le Comité Régional Olympique et Sportif (C.R.O.S.), qui est la partie régionale du mouvement sportif français, devient tous les jours un peu plus une référence, un outil régional dans le domaine de la culture sportive, de la formation, de l'éthique et du développement transdisciplinaire.

154En effet, si le mouvement sportif en France est particulièrement méfiant vis-à-vis des intellectuels, il commence en même temps à exprimer une nécessité de mise en phase avec les évolutions de la société appréhendée dans sa globalité. Le principe de la régionalisation, que nous connaissons actuellement en France, est en train de cristalliser la nécessité de participer aux actions réciproques et à l'action universitaire ouverte au profit de la communauté régionale.

155Ici, on voit que l'Université prend une part active à l'animation de la cité et ne se cantonne pas dans une relation de services comme c'était le cas avec les S.U.A.P.S. ou la F.N.S.U.

156D’autre part, l'Union Nationale des Sports Universitaires est également membre du C.N.O.S.F. et y assure la représentation de l'Université.

157Une petite crainte cependant : dans les nouvelles villes d'Université, les élus locaux ne souhaitent pas toujours que les clubs universitaires se développent mais qu'au contraire les étudiants alimentent les clubs locaux. C'est un problème auquel nous aurons à réfléchir. Tel ou tel choix n’est pas sans conséquences...

158En conclusion, on peut dire qu'en France, bien que toutes les structures participent à l'ouverture de l'Université, sur la société sportive d'une part et sur les collectivités d'autre part, ce sont incontestablement les clubs universitaires, en raison de leur histoire et de leur participation active dans ces secteurs, qui sont les plus en pointe dans ces domaines.

159Enfin, les clubs universitaires sont dans le monde du sport civil, les défenseurs de l'éthique du sport. Nous essayons de faciliter les études des étudiants sportifs de haut niveau, en échange de quoi, ils représentent les Universités en jouant dans les clubs universitaires ou en représentant leurs Universités dans les différents niveaux de compétition et de championnat.

CONCLUSION

Jean-Paul Schneider

160Il nous faut maintenant conclure cette séance de travail. Je crois que vous avez été tous frappés par l'extraordinaire richesse de ce qui a été apporté ici au cours de cette demi-journée.

161Il est certes relativement difficile de tirer des lignes directrices cohérentes de l'ensemble des faits — parfois anecdotiques et illustratifs — qui nous ont été présentés. Quelques lignes de force peuvent pourtant être dégagées. Tout d'abord un paradoxe. Si les relations entre Université et monde extérieur, Université et mouvement sportif sont souvent des relations de méfiance, il apparaît néanmoins que la société considère visiblement le sport universitaire (c'est-à-dire la pratique sportive de ses futures élites, la formation de ses futurs enseignants d'E.P.S., la recherche en activités physiques et sportives) comme essentiels. D'une part elle s'en méfie, d'autre part elle le considère comme important, comme le prouve d'ailleurs l'aide qu'elle paraît constamment lui apporter dans un grand nombre de pays, soit par des fonds publics, soit par des fonds privés.

162On a beaucoup dit que l'Université avait tendance à se fermer sur elle-même. Il est vrai qu'il y a une longue tradition de clôture de l'Université. Pourtant tous les faits rapportés nous montrent à quel point aujourd’hui l'Université a tendance à s'ouvrir.

163Cette ouverture peut prendre des formes paradoxales, voire cyniques, comme c'est le cas par exemple au Danemark (c'est une manière de s'ouvrir que de dire "après tout, le sport universitaire, nous le confions à d'autres"). D'une façon générale, il me semble quand même que cette ouverture, ou cette mise en contact des deux mondes — le monde universitaire et le monde extérieur — par le biais du sport universitaire, se fait à trois niveaux principaux que nous avons pu relever aujourd'hui :

  • -ouverture de l'Université à des populations extérieures (centres de vacances pour jeunes, ou accueil de non universitaires dans les Universités, dans les activités organisées pour les étudiants, comme dans les exemples empruntés à la réalité allemande que Till Lufft vient d'évoquer),
  • participation de l'Université à la compétition civile (exemple des clubs universitaires français entre autres),
  • mise à disposition de la société du savoir de l'Université qui peut d'ailleurs se situer à différents niveaux (formation de techniciens supérieurs, stages organisés à destination d'entraîneurs de haut niveau, mais aussi formation continue de dirigeants). Sans omettre les recherches plus fondamentales.

164A chacun de ces trois niveaux, nous avons été conduits à constater que les raisons qui poussent les uns ou les autres à aller l'un vers l'autre peuvent être extrêmement différentes, je dirais parfois opposées. Deux raisons principales apparaissent dans le panorama qui nous a été dressé :

  • l’intérêt (chacun fait ses calculs et se dit qu'il a intérêt à aller vers l'autre, à travailler avec l'autre),
  • la vocation sociale (à propos de telle ou telle collaboration des Universités allemandes avec les communes), voire la vocation morale (on se souvient de ce que vient de dire Claude Labrousse des clubs universitaires français).

165Je crois que tous les exemples qui nous ont été donnés montrent à quel point la différence que faisait Ernest Gibert dans son discours d'introduction entre structure (qui enferme, qui sépare, qui distingue, qui oppose) et mouvement (qui peut rassembler, unir, voire dépasser) est tout à fait valable, mais à une condition pourtant :

166- il faut au préalable, pour que le mouvement ne se transforme pas en affrontement, que la représentation que chacun des partenaires se fait de l'autre ait profondément changé. Dans le cas qui nous intéresse, elle est en train de changer ; elle n'a pourtant pas changé partout. Or le problème de l'image est un problème important. Car le malentendu entre la société extérieure et l'Université, dont est victime le sport universitaire, est souvent lié à une question de représentation que se font les uns, les autres. La chance de l'époque actuelle, c'est bien que les images sont profondément déstabilisées et que chacun est actuellement à la recherche de sa propre image, d'une nouvelle image. Et cela est vrai aussi bien pour l'Université que pour le sport, que pour l'Europe.

167Comment le sport peut-il améliorer l'image de l'Université ? Nous aurons dans les jours prochains à apporter peut-être des éléments de réponse à cette question-là. Inversement, l'on peut se demander aussi dans quelle mesure l'Université est susceptible de permettre à l'image du sport de s'améliorer. Là aussi, nous aurons à apporter un certain nombre d'éléments de réponse.

168Voilà le travail qui nous attend : réfléchir sur la façon dont peuvent se transformer des relations d'indifférence ou de méfiance, voire de concurrence et d'opposition en relations de confiance, de complémentarité, de collaboration. C'est ce qu'on a appelé l'harmonisation. Et c'est cela, finalement, construire l'Europe.

169Il faut en effet construire l'Europe sur une nouvelle logique, et là je ne résiste pas à l'envie de vous citer un texte très bref. Cette logique de l'harmonisation, il faut la substituer en effet à une logique de l'opposition nous dit l'auteur. Car "quelle est donc cette logique qui veut accélérer par de sanglantes invasions l'avènement de la paix ? Comme si c’était en irritant un ennemi qu'on l’invitait à cesser de l'être. Comme si on allait à l'harmonie par la discorde et à la félicité publique par les ruines et par les funérailles".

170Le texte que je viens de lire n'est pas écrit par un technicien de l'O.N.U. qui vient de visiter la Yougoslavie. Il n'est pas non plus écrit par un défenseur de Maastricht. Non ce texte a 200 ans. Il a été écrit par Delisle de Sales, dans un petit opuscule qui porte un titre qui, aujourd'hui, est d'une singulière actualité. C'est un essai intitulé "De la paix en Europe et de ses bases". Ce texte en effet, débarrassé de son emphase, pourrait nous servir à nous aussi de guide dans la promotion de relations renouvelées entre sport universitaire, mouvement sportif et société.

171Je sais qu'au moment où nous avons choisi le thème de cette Université, certains d'entre nous se sont inquiétés en disant que c'était là un sujet étroit, qui allait concerner uniquement une chapelle, un sujet de sérail en quelque sorte. La journée d'aujourd'hui a dû les rassurer. Nous n'avons pas cessé de le constater. Réfléchir sur les problèmes du sport universitaire c'est en fait prendre à bras-le-corps les problèmes de la société de son temps. Il me reste à terminer par cette citation que j'emprunte à la fin de "Bouvard et Pécuchet" et n'y voyez, je vous prie, aucun essai pervers de rapprochement entre les deux personnages de Flaubert et nous. La dernière phrase du roman sonne comme un appel, comme un départ : "Et ils s'y mirent".

Auteurs

Secrétaire Général de la Fédération Allemande du Sport Universitaire.

Institut National d'Etude du Travail et d'Orientation Professionnelle (I.N.E.T.O.P.).

Directeur du Service des Sports - Université d'Alicante.

Fédération Sportive Universitaire Flamande.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540