Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. La situation en Europe

Thème 2 : la formation et la recherche

Présentation

Pierre Collomb, Jean Camy, Henrique Barreiros, Raymond Claude, Claude Batigne, Robert Denel, Lucien Batigne, Gerhard Treutlein, Yves Sell, Mireille Arguel, Alain Braun, Thierry Lardinoit, Jacques Ferran, Bertrand During, Graham Solley, Alain Junqua, Dolorès Diez Garcia, Pierre Hartman, Franco Mauro, Jean-Pierre Lefebvre et Claude Régnier

Texte intégral

Pierre Collomb

Professeur à l'Université de Nice, Directeur du Centre de Droit du Sport de Nice.

1Hier, nous avons traité du sport des étudiants ; aujourd'hui, il nous appartient de parler du sport des professeurs. C'est un raccourci un peu caricatural, bien sûr, mais aussi une manière commode pour présenter le thème puisque la formation et la recherche sont des missions que l'Université confie à ses professeurs.

2Il nous appartient aujourd'hui de mesurer la part que l'Université occupe, dans les douze pays de la Communauté, sur la formation et la recherche, et évidemment, en contre point, il nous appartient de mesurer la part qu'elle ne prend pas et que d'autres, le cas échéant, prennent à sa place.

3Mais il faut évidemment procéder à cette mesure du rôle de l'Université d'une manière informative ; il faut bien rappeler que nous sommes réunis, aujourd'hui encore, pour collecter des informations et non pas pour débattre du bien fondé des réalités de tel ou tel pays.

4Ces deux missions — Formation et Recherche — que remplit pour une part l'Université, ne se situent pas tout à fait sur le même plan dans le cadre de notre réflexion. D'un côté, la formation des cadres ne peut pas, en matière sportive, ne pas exister, même si elle est peut-être insuffisante, et peut-être mal organisée ; elle existera toujours parce qu'elle est nécessaire au maintien du sport lui-même, à la vie du sport elle-même.

5En revanche, la recherche, même si elle apparaît essentielle aux chercheurs — et j'en fais partie — même si elle me paraît indispensable au progrès du sport, peut ne pas être indispensable à la survie du sport. Elle est d'ailleurs d'apparition relativement récente et bien des milieux ne sont convaincus de la nécessité de la recherche en matière sportive que depuis peu. Cela explique évidemment que dans certains pays elle soit plus avancée que dans d'autres, alors que la formation sera nécessairement présente sous des formes éventuellement particulières, dans les différents pays ; et il faudra évidemment savoir de quelle manière.

6D'un autre côté, la recherche est plus spécifiquement universitaire que la formation. La formation, évidemment, est une tâche de l'Université mais elle peut se faire, se concevoir en dehors de l'Université. La recherche est, au moins dans la tradition française, très liée à l'Université. Mais, bien entendu, là encore, des situations divergentes sont parfaitement concevables.

7C'est la raison pour laquelle les deux thèmes seront traités successivement.

I - La formation des cadres et des techniciens du sport

8S'agissant tout d'abord de la formation des cadres du sport, je dirai que le premier problème est celui du contexte précis de cette formation. La condition est de savoir où et par qui les cadres du sport sont formés dans les pays de la Communauté. Quel est au fond le type de formation proposé ? Et c'est là que l'on rencontre évidemment la mesure de la part que prend l'Université dans cette formation. En effet, la formation peut être initiale et destinée à des personnes qui, dès le départ, se destinent à être des cadres du sport. C'est là que, bien entendu, l'Université a un rôle important à jouer, mais on peut parfaitement concevoir des instituts de formation qui soient entièrement extérieurs au cadre de l'Université.

9Et puis, la formation peut être conçue comme une formation continue et, de manière historique d'ailleurs en matière sportive, c'est un peu cette formule qui a été connue à l'origine ; la formation peut être destinée à des acteurs du sport, à des athlètes, à des joueurs qui se destinent ultérieurement à l'encadrement, et qui sont souvent formés alors, non plus dans un cadre spécifiquement destiné à la formation, mais dans le cadre de la pratique sportive, notamment dans le mouvement sportif.

10Les entraîneurs de sport sont des cadres du sport bien entendu, venant d'un autre horizon que les cadres formés dans les instituts spécialisés.

11Première question : qui s'occupe de la formation ? Il serait intéressant aussi, me semble-t-il, d'avoir des éléments de réponse chiffrés. Combien de cadres sortent de telle formation ? Combien sortent de telle autre formation ? Si cela est possible, car je crois que les éléments chiffrés sont très importants. Dans une perspective comparatiste, nous serons en mesure de disposer de précieuses informations.

12Deuxième question à propos de la formation, qui doit être posée : quel est le type de formation que reçoivent les cadres du sport ? Car, on le sait, l'ambiguïté du mot sport lui-même, dans lequel on met un peu ce que l'on souhaite, jointe à la tardiveté de l'émancipation du sport par rapport à d'autres disciplines concernant l'activité physique, l'éducation physique notamment, permet bien des différences de conception pour ces formations. Et l'exemple français est là qui en témoigne, ne serait-ce qu'à travers la terminologie et l'évolution des appellations de nos instituts de formation universitaires. On a commencé à parler d'éducation physique simplement, puis d'éducation physique et sportive, puis d'activités physiques et sportives ; et on connaît toute l'évolution de la terminologie ; U.E.R. : Unité d'Enseignement et de Recherche d'Education Physique et Sportive, U.F.R. : Unité de Formation et de Recherche en Activités Physiques et Sportives ; aujourd'hui : U.F.R. S.T.A.P.S., Unité de Formation et de Recherche en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives ; et puis aujourd'hui Faculté des Sciences du Sport.

13Cette évolution terminologique n'est pas sans rapport avec le contenu de la formation. Il serait donc également intéressant de savoir quel est le contenu des formations qui sont dispensées dans les différents cadres institutionnels.

14Troisième question évidemment relative à la formation, et que l'on ne peut pas éviter : c'est la question de la sanction d'une formation. Une formation va déboucher sur un diplôme. Et le "diplôme", c'est une question connue du grand public. Les problèmes de formation sont mieux connus par le grand public français avec la question des entraîneurs de football qui sont diplômés ou pas diplômés, et cela pose un grave problème lorsque l'on nomme un entraîneur qui n'est pas diplômé. C'est également à partir de la question du diplôme que l'Europe, la Communauté Européenne, à travers son instance juridictionnelle, la Cour de Justice, a été confrontée à des "problèmes de sport" à partir de l'affaire Heylens, entraîneur ressortissant de la Communauté qui voulait exercer en France sans les diplômes français. Cela a posé le problème de l'équivalence des diplômes. Et vous savez que la France est un pays qui se caractérise par la quête du diplôme.

15Alors, diplômes d'Etat, diplômes fédéraux, diplômes d'institutions privées de formation ? Tout cela doit être connu de tous pour que nous puissions apprécier, dans une perspective d'équivalence, dans une perspective d'harmonisation éventuelle, ce qu'il y a lieu de faire et, évidemment, il sera intéressant de mesurer le rôle de l'Etat dans l'attribution des diplômes, le contrôle des diplômes, le contrôle de la formation, un rôle complexe qui est important évidemment en France mais qui est certainement très inférieur dans bien des pays de la Communauté.

II - La recherche dans le domaine du sport

16S'agissant de la recherche, et pour aborder très schématiquement ce point, il me semble que trois questions peuvent se poser.

17D'abord, la question qui s'impose est celle du lieu de la recherche. Encore une fois, est-elle le monopole de l'Université, comme on pourrait l'imaginer dans la tradition française ? Quelle est le place des instituts privés dans la recherche, les laboratoires par exemple ? Et évidemment, quel est le lien entre la recherche et la formation ? En France, c'est une tradition universitaire d'établir un lien assez fort entre ces deux fonctions de l'Université. Ce n'est probablement pas le cas partout.

18Deuxième question qui peut se poser au sujet de la recherche : quel est le domaine de la recherche en matière sportive ? On a peut-être, de ce domaine, une vision un petit peu courte parfois, dans la mesure où la recherche a débuté dans les sciences qui ont explicitement pour objet de permettre l'amélioration de la performance. La recherche, au départ, est une recherche qui vise à améliorer les performances de l'athlète. Elle s'inscrit donc dans un contexte d'ordre médical, et cette recherche a été la première et, évidemment, la plus connue. Mais, à la suite de cela, toutes les disciplines académiques, dirai-je, se sont intéressées progressivement à la recherche en matière de sport. Que ce soient les sciences dures — selon l'expression classique, les sciences au sens strict du terme, tout ce qui concerne la mécanique et autres, les matériaux — mais aussi les sciences sociales et humaines, sociologie, psychologie, histoire, droit, lettres, etc. Là encore, étant donné le côté récent de l'élargissement des domaines de la recherche, il est très vraisemblable que tous ces derniers aspects ne soient pas également développés dans les différents pays de la Communauté. Et il est très vraisemblable que les situations soient très diverses.

19Enfin, la troisième question sur laquelle il serait intéressant d'avoir quelques éléments de réponse, — et c'est peut-être la question fondamentale et peut-être la plus polémique — concerne la conception même de la recherche en matière sportive. Au fond, il serait utile de savoir si les recherches, qui sont menées dans les différents pays de la Communauté, sont des recherches disciplinaires ayant pour objet le sport ou s'il s'agit de recherches de spécialistes des activités physiques et sportives qui, progressivement, s'intéressent ou se spécialisent dans une discipline académique. Je prendrai simplement pour exemple une chose qui est au cœur des controverses à l'heure actuelle en France : un historien qui s'intéresse au sport, et qui fait de l'histoire du sport en étant aussi historien de formation, fait-il la même recherche qu'un spécialiste des activités physiques et sportives qui se spécialise progressivement en histoire ? Est-ce la même recherche, est-ce le même type de recherche ? Doit-on admettre qu'il y a deux conceptions de la recherche en matière sportive qui, probablement, ne sont pas également développées selon les différents pays de la Communauté.

20Voilà les questions majeures qui me semblent se poser mais, là encore, et surtout à propos de la dernière question, je rappellerai que cette matinée est informative. Il s'agit de collecter des informations et non pas de débattre du bien-fondé de telle ou telle conception. Je pense qu'il faut maintenant répondre à ces questions. Nous ne sommes pas là pour seulement poser des questions mais pour essayer d'avoir des réponses. Je ne prolongerai pas davantage cette présentation.

"Au cours de ces dernières années près de 2 000 établissements d'enseignement supérieur dans toute la Communauté ont participé à des programmes communautaires dans les domaines de l'éducation, de la formation et de la recherche. Ces programmes, notamment COMETT, ERASMUS, LINGUA et le Programme Cadre de Recherche et de Développement, ont joué un rôle essentiel de stimulation des innovations et de promotion de la coopération entre établissements d'enseignement supérieur ainsi que de la coopération avec les entreprises, aux niveaux national et transnational. Impliquant des échanges, des projets communs, des actions de mobilité des enseignants et des étudiants, ils ont affecté en profondeur les établissements d'enseignement supérieur concernés, dans leurs fonctions de recherche et d'enseignement et en tant que services publics. La multiplicité de ces contacts transnationaux a ouvert des horizons à de nombreux établissements qui ont adopté de nouvelles pratiques d'enseignement, d'apprentissage et de contrôle des connaissances, de nouvelles méthodes de travail, de nouvelles perspectives en matière de programmes, de nouvelles orientations de recherche. Elle a contribué à diversifier les structures de l'enseignement supérieur, y compris à l'intérieur de certains Etats membres".
Commission des Communautés Européennes, Mémorandum sur l'Enseignement Supérieur dans la Communauté Européenne, Bruxelles, décembre 1991. Extrait tiré de l'Avant-propos. Ce Mémorandum a eu pour objectif de stimuler un large débat pendant l'année 1992, à la fois au niveau de la Communauté, et à l'intérieur des Etats Membres.

QUELQUES PERSPECTIVES DE TRAVAIL ET D'ÉCHANGES.

Jean Camy,

Animateur de la séance, Président du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport.

21Je remercie Pierre Collomb de sa présentation. L'organisation de la matinée va être la suivante : dans un premier temps, Monsieur Henrique Barreiros, Directeur de la Faculté de Motricité Humaine de Lisbonne, dressera un petit tableau des formations universitaires aux métiers du sport, telles qu'elles existent en Europe. Il est évident que ce seront des tendances ou des indications de caractère général qui vous seront données. Puis, notre collègue Raymond Claude, Directeur de l'Ecole Nationale d'Education Physique et Sportive du Luxembourg, présentera un tableau de ce qui existe actuellement en matière de formations non universitaires en Europe, et comment elles sont organisées. Après une première discussion, vous aurez une courte présentation, que je ferai moi-même, du bilan et des perspectives que l'on peut établir sur la recherche et sur le sport en Europe.

22Je crois que Pierre Collomb a bien introduit le nombre de questions qu'il convient de traiter à propos du thème "Formation des cadres du sport et de la recherche". Elle se posent effectivement lorsqu'on se place dans un cadre européen. Il n'y a probablement pas de sport à l'Université s'il n'y a pas d'encadrement ou tout au moins une organisation lui permettant de se développer. En ajoutant que, peut-être, dans ses formes les plus sophistiquées, l'appel à un travail de recherche est susceptible de contribuer à ce développement. C'est en tous cas une des perspectives que nous avons développées en France, et qui existe déjà dans notre pays : à savoir essayer de lier ce qui, pour certains, apparaît comme relevant de champs tout à fait différents, d'une part la pratique sportive à l'Université et la formation de cadres, et d'autre part la recherche dans le domaine du sport.

23Deuxième chose, très importante à nos yeux : rajouter la dimension européenne. Je crois que nous sommes dans une perspective où la mobilité internationale nous touche et va nous toucher de plus en plus ; où l'Europe va toucher de plus en plus de types de public — les étudiants eux-mêmes — avec des effectifs grandissants. C'est un processus engagé depuis maintenant plusieurs années, avec un dispositif dont le plus connu est Erasmus, qui permet l'échange des étudiants. Et cette mobilité des étudiants à l'intérieur de l'Europe a des effets dans la mesure où elle n'est plus seulement accidentelle, où elle devient une perspective qui s'intensifie et qui donne aux gens des repères nouveaux. Ce n'est plus un accident que d'aller faire ses études à l'étranger. Cela devient l'élément d'un processus dont chacun prend plus ou moins conscience, qui va se généraliser, et cela a des effets directs sur la manière dont nos Universités sont organisées, dont elles engagent leurs relations les unes avec les autres, et des effets également sur leur image de marque respective.

24Cette nouvelle perspective a des effets parce que les Universités, en France en tous cas, mais peut-être aussi dans d'autres pays, commencent à se penser en termes de concurrence, avec une certaine curiosité en même temps qu'une certaine inquiétude de ce qui peut se passer au delà des frontières. Je crois qu'il faut essayer d'éviter ces sortes d'inquiétude et je pense que les Universités — internationales —, comme celle qui se tient ici, ont cet objectif de désamorcer la crainte, et de passer de la crainte à la connaissance, de satisfaire les curiosités et de susciter des formes de collaboration et d'échange. Je crois que cette curiosité pousse aussi les étudiants à la mobilité. Et pour avoir suivi quelques expériences d'étudiants "mobiles", il est évident que leur retour a des effets importants et positifs ; ils racontent ce qu'ils ont vu à l'extérieur et, en général, ce qu'ils disent ou ce qu'ils rapportent de leur expérience étrangère, c'est plutôt ce qu'ils ont vu de positif ou de novateur, et ils arrivent très critiques vis-à-vis de leurs universités d'origine. Peut-être la France est-elle plus mal lotie en matière d'études et d'organisation d'études que les pays étrangers. Il peut s'agir aussi d'un mécanisme psychologique de "dévalorisation" du familier... Mais on a là un stimulus très important et des réactions qui nous poussent à modifier, à évoluer et qui, probablement, nous conduiront petit-à-petit vers une certaine convergence sinon dans nos façons de faire, en tous cas pour nous donner un certain nombre de repères communs. De plus en plus, des organisations, dont la structure que j'ai l'honneur de présider : le Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport, s'efforcent de faciliter la mise en place de ces repères de manière à ce que la mobilité se fasse dans l'esprit d'une connaissance mutuelle et avec la perspective d'une amélioration de l'ensemble de nos dispositifs de formation : tirer parti de l'expérience des autres pour mieux faire ensemble, et pour le bien de tous.

25Deuxième point dans la mobilité, et qui va nous toucher au delà de la mobilité des étudiants : la mobilité des professionnels. L'Université a été de tous temps un territoire un peu extra-national et c'était un des rares endroits où, dans la fonction publique, pouvaient exercer des gens de nationalité étrangère, pour ce qui concerne la France en tous cas. Je crois que la mobilité des professionnels, ici la mobilité des cadres du sport, est une réalité et elle sera de plus en plus une réalité, même si elle est encore emblématique et si elle ne représente qu'un petit nombre de personnes ; le fait même qu'elle existe, et que les gens se mettent dans la perspective qu'elle existera de plus en plus, a un impact déterminant. Elle nous impose de travailler sur les problèmes de règlementation, de réfléchir à la manière dont cette mobilité peut être une source de richesse pour tous.

26Voilà, me semble-t-il, des raisons de s'informer sur ce qui se passe à l'étranger, de mieux comprendre ce qu'est la situation européenne en matière de formation et en matière de recherche.

27Il est temps maintenant de laisser la parole à nos collègues qui sont venus là comme informateurs privilégiés, pour nous donner des repères précis sur la formation et sur la recherche.

SPORT ET UNIVERSITE : le « Rapport Fabre »

La demande du Ministre de l'Education Nationale
“(...) je souhaite que vous acceptiez d'apporter votre concours à la définition d'un projet capable de mobiliser les étudiants, les enseignants et les instances universitaires.
Ce projet devra prendre en compte la situation existante tant en ce qui concerne les structures sportives universitaires que les moyens actuellement mis en place.
Il devra replacer les activités physiques et sportives du secteur universitaire dans le contexte plus général du développement du sport dans notre pays.
Vos propositions porteront à la fois sur les structures du sport universitaire à l'échelon national et sur les structures internes aux Universités et aux Grandes Ecoles rattachées au Ministère de l'Education Nationale.”
Les propositions
“(...) En fonction du constat, pour répondre progressivement aux besoins exprimés, les propositions ont été articulées autour de trois axes :
- doter l'Université d'une structure forte et unifiée pour mieux représenter le Sport à l'intérieur, pour qu'il soit mieux perçu et mieux identifié à l'extérieur, pour un meilleur fonctionnement et une meilleure gestion en prenant tous les problèmes dans leur globalité.
- modifier les pratiques, innover, sensibiliser et mobiliser les étudiants en leur donnant plus de responsabilités dans l'organisation du Sport à l'Université.
- s'ouvrir sur le monde sportif, participer activement au développement et à la démocratisation du Sport dans la société. Cette ouverture peut se faire en particulier dans deux directions : vers les sportifs pratiquant la haute compétition et vers la recherche.
(...)
L'Université, comme l'Ecole, a un rôle capital à jouer dans ce sens. Mais l'Université a une mission supplémentaire à accomplir. En s'ouvrant au monde sportif dans son ensemble, rompant ainsi un cloisonnement traditionnellement entretenu, elle répondra à une énorme demande et à des besoins sociaux largement exprimés. C'est ainsi qu'elle retrouvera une autorité, une force et une identité lui permettant de rester une référence dans tous les problèmes du Sport relevant de l'éthique.
C'est dans cet esprit que les propositions figurant dans ce rapport ont été développées.”
Extrait tiré de l'Introduction, p. 12.

LES FORMATIONS UNIVERSITAIRES AUX METIERS DU SPORT

Henrique Barreiros,

Directeur de la Faculté "Motricidade Humana" de l'Université de Lisbonne. Président de la Conférence Portugaise des Directeurs d'instituts de Sciences du Sport.

28Je vais vous parler du travail accompli dans le cadre du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport sous d'angle de l'harmonisation de la formation.

29Je vais vous présenter des données qui proviennent de réflexions, de réunions, de travaux préalables.

30Il faut savoir avant tout pourquoi nous voulons parler de formation de cadres.

  • Est-ce que nous ne sommes pas satisfaits de la formation qui existe ? Peut-on dire qu'elle ne nous sert pas bien, n'étant pas suffisante ?
  • Ou est-il normal de parler des formations du fait de leur évolution et du besoin que nous avons de nous adapter ?
  • Ou alors, tout simplement, sommes-nous poussés par des perspectives européennes qui nous obligent à nous rapprocher, à harmoniser nos réalisations ?

31Je tiens également à vous dire que ce Forum est important pour nous, car c'est un Forum exceptionnel par ses exigences de fonctionnement. Nous sommes non seulement dans un milieu sportif, mais aussi dans un milieu sportif universitaire. Je pense que vous nous apporterez de l'aide pour la poursuite de nos travaux, et nous permettre de nous adapter aussi aux exigences du sport universitaire.

32Lorsque l'on parle de cadres sportifs, une première difficulté se rencontre dès le départ : celle de savoir de quoi — ou de qui — l'on parle. En effet, nous avons dans la tradition un double problème professionnel, et qui a des prolongements en termes de connaissance : le dialogue entre l'éducation physique et le sport.

33Il faut que l'on s'entende : tout mon exposé va être développé en considérant l'éducation physique ou les professeurs d'éducation physique comme faisant partie des cadres du sport.

34Ceci constitue la première polémique, la première difficulté : les arguments sont soit corporatifs, soit de tradition, soit aussi imputables à un certain nombre de fragilités, ou à des réactions de défense.

35Il y a ici de grandes différences entre les pays. L'Allemagne a par exemple dépassé cette ambiguïté depuis longtemps. Mais dans certains pays, en particulier quelques pays du Sud, et même en Grande-Bretagne, cette séparation existe encore.

36J'aborderai la question en partant du principe que dans la formation de cadres du sport il faut inclure l'éducation physique.

37La première difficulté, c'est que les études comparatives dont on dispose jusqu'à présent sont surtout des études comparatives très quantitatives.

38On a évolué d'une façon un peu différente au Réseau des Instituts de Sciences du Sport, en essayant de comprendre le sens des disciplines et les modèles de formation.

39La première grande préoccupation renvoie à une difficulté au niveau de la connaissance. On se rend compte qu'il n'y a pas, comme dans d'autres professions, comme dans d'autres domaines de formation, des choses claires au niveau des disciplines fondamentales, au niveau de ce qui constitue un objet essentiel et indispensable de formation fondamentale. La dispersion terminologique est très grande. Les types de disciplines sont très variés. La place de telle ou telle discipline tout au long de la formation est aussi très différente.

40Entre la connaissance dite scientifique et la connaissance dite empirique, il n'y a pas encore de dialogue constructif pour que le besoin de formation qui dérive des fonctions, des compétences ou des exigences de marché, soit tout à fait clair. Cela veut dire que l'une des difficultés traditionnelles est celle du dialogue entre la théorie et la pratique.

Les disciplines

41Certains pays parlent de sciences fondamentales, biologiques et sociales ; d'autres parlent de disciplines sociales et humaines. Mais la plupart des pays continuent à avoir des disciplines "importées" d'autres domaines. D'autres encore commencent à avoir des disciplines de type intégré. La construction de nouvelles disciplines qui essaient de répondre à des problèmes concrets sur la complexité du comportement humain est probablement, à l'heure actuelle, le mouvement le plus important.

42Ensuite, on voit que, de plus en plus, on ne construit pas seulement des disciplines fondamentales intégrées, qui s'appellent selon les pays "analyse de l'action motrice" ou "comportement moteur", mais il y a aussi à côté de celles-ci les disciplines de la science du sport ou des sciences du sport.

Le statut des formations

43Il y a des pays qui possèdent une grande tradition de formation universitaire. On peut citer la Belgique, la Grande-Bretagne et l'Allemagne.

44Il y a d'autres pays qui ont plusieurs niveaux de formations supérieures, et d'autres qui n'ont pas encore défini le statut universitaire relatif à ces formations. Le problème le plus difficile est peut-être celui de l'Italie qui a des formations supérieures mais qui a des difficultés de reconnaissance d'un statut universitaire.

45De toutes façons, la formation des cadres du sport de tous les pays est admise au programme Erasmus.

La durée

46Il y a des différences de durée allant de trois à cinq ans. La moyenne tourne autour de quatre ans, mais il y a également des différences d'organisation. En Allemagne, où il y avait des différences d'équivalence dans le pays même à l'intérieur des différends Länder, il y a depuis cette année une certaine homogénéisation de la formation approuvée au cours de la conférence des Recteurs.

La structure de formation

47On constate là aussi de grandes différences. Des pays continuent à avoir une formation intégrée, axée sur le professorat d'éducation physique comme profession-clef. D'autres pays ont des options qui évoluent dans un modèle de plus en plus séparé, avec des filières de formations qui sont marquées par des spécialités à partir de la seconde année de formation. D'une façon générale, il y a deux ans de formation de base, à la suite de quoi il y a ou formation intégrée, ou option ou deux options, ou séparation immédiate.

48Il est difficile de voir l'évolution de certains pays, mais on peut peut-être se placer dans une perspective optimiste :

  • d'une part parce qu'il y a des réformes dans certains pays,
  • d'autre part parce que les débouchés sont réduits, ce qui oblige nécessairement à des adaptations,
  • ensuite parce qu'il y a le programme Erasmus avec des contacts et des comparaisons dans les différents pays.

Les filières de sortie professionnelle

49Les filières de sortie professionnelle que l'on voit le plus souvent permettent d'identifier quatre secteurs qui sont :

  • l'entraînement sportif (organisé d'une façon assez différente selon les pays),
  • l'animation, les loisirs, le tourisme,
  • la rééducation, le sport, l'animation pour les handicapés,
  • la gestion, l'organisation, l'administration, etc...

50Certains pays se placent seulement au niveau de l'éducation physique, les professionnels trouvant après coup des formations complémentaires ailleurs, et l'Italie en est un exemple typique. D'autres pays établissent déjà des orientations très claires comme en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne. Il y a une tradition universitaire très forte en Belgique, avec des titres de Conseillers obtenus après une formation complémentaire, car les Instituts belges ont un grand poids puisqu'ils dépendent depuis longtemps des Facultés de médecine qui ont beaucoup marqué l'orientation et la formation scientifique.

La professionnalisation

51C'est un délicat problème au niveau européen car il y a des problèmes d'équivalence et d'application des directives européennes.

52Certains pays ont opté pour la professionnalisation intégrée : l'étudiant sort avec son diplôme et il est prêt à travailler. D'autres pays ont des modèles mixtes : l'Université ou l'Institut Supérieur participe avec le Ministère à une formation professionnalisante. D'autres ne le font pas.

53Il ne faut pas oublier qu'en parlant de professionnalisation, on parle non seulement de stages, mais aussi de reconnaissance par les structures professionnelles.

54Quand on parle de formation, on est toujours pris entre deux feux : les aspects disciplinaires scientifiques et les exigences du marché.

55L'Université a été longtemps fermée aux problèmes des marchés professionnels et elle n'a pas évolué dans le sens de savoir où se placent les éléments qu'elle forme par rapport à d'autres qu'elle ne forme pas.

La conception du sport

56Comme objet de connaissance, le sport pose des problèmes de taille aux options de formation.

57Si l'on veut comprendre la dispersion, les différences européennes, il faut savoir comment on organise l'analyse des comportements, des méthodologies et les fonctions du sport. Parce qu'on trouve par exemple des instituts où il est difficile de dire que l'éducation physique est l'application du sport et de ses valeurs à un système d'éducation. La diversité des points de vue est grande...

58Les instituts de formation sont vraiment entre deux feux. Qu'est-ce que la science du sport et quels sont les métiers du sport ?

59Enfin, je voudrais insister sur la difficulté des professions qui s'ouvrent comme processus centrifuge avec un modèle de connaissance, un modèle de formation, qui crée des diversifications. Il y a des métiers qui, comme le journalisme sportif (qui est un sous-système, un sous-modèle de formation), imposent des réflexions, soit au niveau de la connaissance, soit au niveau de la tradition, soit au niveau de l'organisation professionnelle. La question est de savoir si les professions — ou la professionnalisation — autour du sport sont aujourd'hui en mesure de susciter un mouvement analogue.

LE BREVET D'ETAT D'EDUCATEUR SPORTIF (B.E.E.S.) 1er DEGRE
Le B.E.E.S. 1er degré, tel qu'il avait été défini par l'arrêté du 8 mai 1974, était obtenu après le succès à un examen comportant deux parties distinctes : l'examen de la formation commune et l'examen de la formation spécifique.
Or le ministère de la Jeunesse et des Sports a constaté que le pourcentage du nombre de reçus par rapport au nombre de candidats était assez faible et que les échecs se produisaient essentiellement lors de l'examen de la formation commune. Il a donc paru nécessaire aux responsables d'envisager une modification du tronc commun qui permette aux candidats de mieux se préparer et aux examinateurs de mieux apprécier la valeur des postulants.
Deux transformations principales ont été effectuées :
1. Il a été introduit une épreuve orale qui se déroule sous la forme d'un entretien avec le jury.
2. L'épreuve écrite comporte désormais 3 questions (au lieu de 10 précédemment) qui portent sur la biomécanique (anatomie), la physiologie et la psychologie (sociologie)
Les parenthèses signifient que le domaine de la discipline précédente s'étend à celle mise entre parenthèses.
Par ailleurs des stages sont mis en place dans les services des établissements relevant du ministère chargé des Sports. Dans ceux-ci l'évaluation se fera sous forme de contrôle continu.
Tiré du Manuel de l'Educateur sportif, par E. Thill, R. Thomas et J. Caja. Paris, Vigot : 1987 (septième édition).Le manuel de l'éducateur permet la préparation du 1er et du 2ème degrés du Brevet d'Etat qui comprend trois niveaux.

LES FORMATIONS NON UNIVERSITAIRES AUX METIERS DU SPORT

Raymond Claude,

Directeur de l'Ecole Nationale d'E.P.S. de Luxembourg. Vice-Président du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport.

60Tout d'abord je voudrais remercier les organisateurs de m'avoir invité surtout en tant que représentant du plus petit pays de la Communauté Européenne. Pour le Luxembourg, le besoin de savoir, de connaître ce qui se passe en dehors de nos frontières a toujours existé. La raison principale en est que nos étudiants vont depuis toujours étudier à l'étranger. La mobilité des étudiants luxembourgeois en Europe n'est pas récente et n'a pas été inventée par la C.E.E. Mais des programmes européens tels que Erasmus la favorisent dans tous les pays de la C.E.E.

61Le besoin de savoir, de connaître l'autre, est devenu européen, surtout à l'approche du marché unique et de ses contraintes. La libre circulation des personnes est un droit fondamental inscrit dans le Traité de Rome. La libre circulation des professionnels rend nécessaire la reconnaissance mutuelle des diplômes délivrés dans les différents pays. Une première directive a été prise instituant un système général de reconnaissance des diplômes d'enseignement supérieur. Une deuxième directive pour la formation de type non-universitaire sera prise incessamment. La formation universitaire comprend selon les directives toutes les formations professionnelles avec Bac plus trois années de formation (Bac+3), les formations non-universitaires, les formations inférieures à Bac+3 et les formations du niveau Bac.

62Face à la diversité des formations dispensées en Europe, les directives prévoient les mécanismes de compensation suivants :

  1. si la durée de la formation acquise est inférieure à la durée de la formation requise dans le pays d'accueil, on peut exiger du migrant une expérience professionnelle préalable ;
  2. si les contenus de formation ou si le profil de la profession sont substantiellement différents dans le pays d'accueil, on peut exiger du migrant qu'il accomplisse un stage d'adaptation ou qu'il se présente à une épreuve d'aptitude, au choix du migrant.

63Ces directives s'appliqueront à tous les métiers du sport dont l'exercice est autorisé aux seuls possesseurs d'un diplôme déterminé et qui est rémunéré. Ceci ne manquera pas de poser certains problèmes au monde sportif et dont je vais citer pour illustration deux cas :

  • l'obligation fédérale d'avoir une formation sanctionnée par un diplôme pour pouvoir exercer le métier d'entraîneur, à temps partiel ou à temps complet, correspond-elle à la notion de règlementation prévue par les directives ? Autre cas :
  • est-ce qu'une personne rémunérée pour un travail partiel est à considérer comme rémunérée dans le sens de la directive ?

64D serait intéressant que la jurisprudence de la Cour Européenne se prononce sur ces deux questions précises.

65Quelle est la situation de la formation non-universitaire face aux contraintes européennes ? Elle est très peu connue en Europe. Les échanges, la collaboration qui existent entre Universités, sont très peu développés. Il y a une grande complexité, une grande diversité de la situation des formations non-universitaires en Europe. Dans certains pays les métiers du sport sont faiblement réglementés ou pas du tout. En Allemagne par exemple, quelqu'un qui veut travailler en tant qu'entraîneur dans une école de voile n'a pas besoin d'un diplôme. C'est l'employeur qui décide, c'est le marché libre. Il y a aussi la situation intermédiaire où des fédérations imposent la possession d'un diplôme pour pouvoir entraîner à un certain niveau. L'autre extrême, c'est l'Etat qui règlemente. C'est le cas de la France qui impose la possession d'un diplôme à toute personne rémunérée.

66Cette réalité européenne posera des problèmes à la mobilité des professionnels. Si une personne va d'un pays non-réglementé vers un pays où le métier est règlementé, par exemple la France, elle devra se soumettre le cas échéant aux mécanismes de compensation des directives. Par contre, un français se déplaçant vers un pays non-règlementé en est dispensé ; c'est l'employeur qui décide. A mon avis, cela aura comme conséquence, pour l'Europe future, que les professionnels des pays non-règlementés se sentiront désavantagés par rapport à leurs homologues européens. Ils vont s'organiser et chercher à faire règlementer leurs métiers. Je crois que l'on s'achemine vers une règlementation progressive de certains métiers du sport.

67La responsabilité de l'organisation des formations incombe d'un côté aux organismes privés, les fédérations, et d'un autre côté à l'Etat. En France, en outre, l'Etat intervient dans la règlementation des métiers.

68Qui valide les diplômes ?

69C'est l'Etat, ce sont les fédérations, ou encore c'est l'Etat qui reconnaît ou qui valide des formations fédérales. La dernière formule est utilisée par les Pays-Bas, où les fédérations présentent un projet de formation au ministère qui l'approuve, et à l'examen se trouve un représentant de l'Etat qui valide la formation fédérale. Vous voyez, il y a beaucoup de diversité en Europe en ce qui concerne la validation des diplômes.

70Abordons maintenant les niveaux de formation. Je prendrai la nomenclature européenne, qui prévoit cinq niveaux de formation professionnelle. Le niveau 5 est le niveau le plus élevé. C'est le niveau universitaire, à l'inverse de la nomenclature française où c'est le niveau 1. Les formations qui sont les plus développées actuellement en Europe concernent surtout les niveaux 1 à 3, c'est-à-dire du niveau le plus bas au niveau moyen. Par contre, elle est très peu développée aux niveaux 4 et 5. Je rappelle que le niveau 4 correspond au 2ème degré français, et le niveau 5 au niveau universitaire. Ces niveaux sont beaucoup moins développés.

71Dans certains pays, le niveau 4 n'existe pas ou est en train de se mettre en place. En regard des niveaux de formation, il y a une grande diversité, une grande différence actuellement en Europe.

72Quelques commentaires sur les domaines de formation. On peut constater qu'en règle générale la formation des entraîneurs est généralisée partout. Il y a des pays qui ont une longue tradition dans cette formation, comme la France, l'Allemagne et d'autres. Il y a des pays qui viennent seulement de la coordonner ou de la mettre en place, tel le Portugal. Il y a des domaines comme le management du sport où dans certains pays la formation n'existe pas du tout. Mais grâce à l'effort du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport, grâce aussi à une meilleure connaissance de ce qui se passe en Europe, certains pays sont en train de mettre cette formation sur pied. La même chose se passe au niveau de la réhabilitation du Sport pour Tous.

73Les métiers du sport qui découlent de ces formations sont peu structurés et peu stables, mais ils sont en pleine évolution. Ils n'ont pas de passé, à l'inverse des autres métiers traditionnels. Ils sont à la recherche de leur identité, de leur profil, de leur organisation et de leur reconnaissance. Je crois que cela est un fait et c'est aussi la réalité d'un marché unique qui fait progresser ces métiers du sport. Mais, finalement, on peut se poser la question suivante : est-ce que devant cette complexité, devant ces problèmes, une intégration européenne de ces formations est véritablement possible ?

74Est-ce que l'on peut se mettre d'accord sur une formation européenne commune ? Je crois que oui et que c'est même une chance pour nous que ces métiers soient peu structurés, qu'ils ne soient pas basés sur une tradition rigide. Parce que se mettre d'accord sur une structure rigide et cloisonnée est très difficile, cela coûterait des années. Je crois que la chance des métiers du sport est qu'ils soient peu structurés, en pleine évolution et qu'ils cherchent leur identité.

75Les perspectives pour les prochaines années seront fondées sur deux aspects : la transparence et l'harmonisation. La transparence est nécessaire à toute collaboration, elle donne la confiance mutuelle pour œuvrer ensemble. Il ne sera plus possible de présenter dans les Congrès Internationaux des formations vides, ou de mentir sur des soi-disant réalisations nationales. En outre, cette tâche accomplie en commun motivera les pays qui ont des formations moins développées, les incitant à faire des efforts pour donner à leurs cadres sportifs une meilleure qualification.

76A un certain moment, des gens ont eu peur. Ils se sont dit qu'avec le marché unique, l'harmonisation se ferait par un nivellement vers le bas. Je crois personnellement que c'est le contraire. Les gens qui auront la meilleure qualification en Europe auront le plus de chance sur le marché.

77Harmonisation est un mauvais mot. Harmonisation pourrait être compris dans le sens d'uniformisation ou de formation unique. Je crois que ce serait une catastrophe pour l'Europe future et je crois que ni la France, ni le Luxembourg ou d'autres pays ne seraient d'accord pour abandonner leurs acquis culturels. Mais harmonisation veut dire rapprochement sur des standards ou des références européennes minimales concernant l'organisation des cours et le profil professionnel. Je crois que si on peut se mettre d'accord sur ces données, si chaque pays se rallie à ces standards minima, on pourrait reconnaître mutuellement nos formations tout en laissant à chacun le choix de dépasser largement ces minima requis.

78Comme référence, je cite volontiers l'élaboration d'un modèle européen d'une structure de la formation d'entraîneur, proposé par le Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport. Pour réaliser ce modèle, on s'est basé sur les directives concernant la reconnaissance des diplômes et sur l'échelle européenne des cinq niveaux de formation professionnelle. Des références minimales ont été proposées pour les cinq niveaux, concernant la durée, la validation, le profil professionnel.

79Ce modèle a pour avantage d'intégrer dans une structure de formation unique un système de formation universitaire et non-universitaire. Car dans une Europe future, la recherche d'une meilleure solution passera par la collaboration entre ces deux systèmes de formation.

80En outre, chaque pays pourrait facilement placer ses propres formations dans cette structure européenne de formation, ce qui constituerait un pas non négligeable vers la reconnaissance mutuelle de nos diplômes.

81Pour conclure, je dirai que le marché unique constitue une chance irremplaçable pour les métiers du sport, et de manière à ce qu'ils puissent trouver leur identité et asseoir leur reconnaissance.

Jean Camy,

82Remercions les deux conférenciers. La parole est maintenant à la salle pour engager le débat.

Claude Batigne,

Directeur du Service des Sports de l'Université de Lille I.

83J'ai trois questions à formuler.

84La première est sur l'enseignant d'éducation physique ou de sport. Je parle tout de suite "d'enseignant du sport" pour éviter les antinomies ou les erreurs. Quand on parle E.P.S. et sport, il y a encore des problèmes ; donc je parle en termes d'A.P.S., c'est-à-dire l'enseignant d'activités physiques et sportives. J'aurais aimé personnellement savoir, dans les différents pays, quelles sont les fonctions de ces enseignants d'E.P.S. ou d'A.P.S. Quelle est la situation dans les différents secteurs ? Dans le secteur où il y a un enseignement débouchant sur une notation, type unité de valeur, sport obligatoire, etc., le secteur compétition, le secteur loisir et animation, la coordination et, pour certains enseignants, des fonctions d'administration, de gestion, de relations publiques ? Afin de voir l'opposition ou les similitudes qui existent dans les différentes Universités.

85Ma deuxième question qui est liée à la première est la suivante : Quel est le profil européen futur de ces enseignants d'A.P.S. dans les Universités ? Est-ce que le cursus actuel qui est proposé dans les établissements ou U.F.R. correspond aux fonctions qu'ils devront ou doivent assumer à l'enseignement supérieur ?

86Puis, la troisième, qui prolonge un peu ce qui a été dit précédemment. On parle beaucoup de l'évolution du sport dans notre société. L'Université suit cette évolution ; on parle donc beaucoup de sport de loisir. Quelle sera la définition du sport-loisir universitaire européen ? Quelle sera sa place et comment l'Université, dans son entité, pourra-t-elle contrôler ce sport-loisir pour éviter, c'est sous-jacent, une commercialisation et peut-être la mise en place des petits "clubs Méd." universitaires ?

Robert Denel

87On peut rapidement essayer d'y répondre. Peux-tu déjà décrire en quelques mots la tâche du professeur en France ?

Lucien Batigne

88Schématiquement, on demande au professeur d'éducation physique de l'enseignement supérieur en France d'être polyvalent, non pas dans son enseignement technique mais dans ses fonctions. On peut en distinguer quatre.

89Il y a une première fonction qui est l'enseignement direct, c'est-à-dire un enseignement sur le terrain, de haut niveau, puisqu'il a eu une formation universitaire, et cet enseignement débouche ou cherche à déboucher sur des notations, une prise en charge par l'Université de la fonction sport et de la pratique sportive de l'étudiant. Obligation, en fin d'année, qui est sanctionnée avec notations et notes prises en compte pour l'examen de DEUG ou de licence, etc.

90La deuxième fonction est une fonction de spécialiste se rapportant à l'entraînement sportif de bon niveau, c'est-à-dire permettant de perfectionner, d'entraîner l'association sportive pour amener au plus haut niveau l'équipe ou les individus dans les différents sports universitaires, qui vont des championnats d'académie jusqu'aux championnats de France, voire même aux championnats du Monde universitaires.

91Le troisième secteur, c'est le secteur d'animation dans lequel le professeur d'éducation physique travaille en liaison encore plus étroite avec les étudiants mais où il a le rôle non plus d'enseignant sur le terrain ou d'entraîneur mais d'animateur et de coordination. Il est en quelque sorte l'éminence grise, si je peux employer ce mot, dans l'organisation des différentes compétitions et des animations sport-loisir de l'Université.

92Pour la quatrième et dernière tâche, qui est un peu un épiphénomène mais qui est partagée par beaucoup de nos collègues, ce sont les fonctions de directeur qui sont assumées par des professeurs d'éducation physique qui, a priori, n'ont pas eu de formation de gestion, d'animation ou de relations publiques, ou de recherches de sponsoring, mais qui existent de temps en temps chez nous aussi. C'est une formation qui est faite sur le tas et dans laquelle il est parfois difficile de se lancer. On fait un peu d'empirisme pour assumer ces fonctions.

93Voilà, je crois, les quatre fonctions apparemment essentielles qui sont assumées par la majorité des professeurs de l'enseignement supérieur en France.

Professeur Gerhard Treutlein,

Président de la Fédération Allemande du Sport Universitaire.

94En Allemagne, la situation est à peu près la même, à la seule différence qu'il n'y a pas de sport obligatoire ou de sport qui figure dans les différentes filières. C'est pourquoi les professeurs d'éducation physique assument les différentes fonctions qui ont été énoncées. Il faut peut-être ajouter en plus l'organisation de séjours, par exemple des séjours de ski ou de voile.

Yves Sell,

Professeur à l'Université de Strasbourg - U.N.C.U.

95Il faudrait quand même dire et préciser qu'en Allemagne, il n'y a souvent qu'un enseignant d'éducation physique par Université. Seules, les grandes Universités en ont plus.

Gerhard Treutlein

96On a moins de postes qu'en France c'est sûr, mais par exemple, parmi les vingt-trois professeurs de l'Universités de Heidelberg, à l'U.F.R S.T.A.P.S., il y a quatre postes pour le sport universitaire. C'est la même chose dans les autres Universités ; cela dépend effectivement de la taille de l'Université.

Yves Sell

97Je voulais dire par là que l'essentiel de l'animation et de l'organisation est tout de même assuré par les étudiants, beaucoup plus qu'en France.

Gerhard Treutlein

98Comme Till Lufft l'a dit, jusqu'à la fin des années 1960, il n'y avait que les étudiants. Depuis cette époque, il y a eu la création de postes et, aujourd'hui, l'organisation du sport universitaire est partagée entre ceux qui ont des postes à plein temps et les étudiants.

Mireille Arguel,

99Maître de Conférences à l'Université de Paris V - Chercheur à l'Unité de Recherche Associée au Centre National de la Recherche Scientifique 1426.

100Une petite précision en ce qui concerne les fonctions d'un professeur d'éducation physique à l'Université. Un peu comme hier, je pense que l'on envisage le sport universitaire uniquement à travers ce que l'on a appelé les services inter-universitaires ou les services des sports et, qu'une fois de plus, on a un peu oublié la fonction du professeur d'éducation physique au sein d'une unité de formation et de recherche, fonction qu'il faudrait ajouter aux fonctions déjà citées, que l'on retrouve aussi au sein des instituts en Allemagne ou en Belgique. On pourrait à ce moment-là retrouver le secteur recherche — au niveau de la recherche didactique et pédagogique — qui correspond à une volonté en France de prendre en compte ce type de recherche à travers les certifiés et agrégés d'éducation physique. C'est un secteur qui est loin d'être négligeable.

Jean Camy

101Je voudrais apporter un témoignage, ou plus exactement une illustration de la diversité des situations que l'on retrouve dans les Universités, et qui sont assez révélatrices de ce qu'est l'éclatement du sport lui-même. J'ai eu l'occasion d'avoir en main un certain nombre d'organigrammes de services universitaires. Ce n'est pas à l'Europe, c'est au Québec que je fais allusion : on voit un organigramme dans lequel l'ensemble des responsabilités ou des tâches, que l'on observe habituellement dans les entreprises, sont présentes. C'est-à-dire qu'il existe un responsable marketing du service, un responsable communication, un responsable par produits, et, c'est indiqué comme tel. Autrement dit, on voit se mettre en place, dans le cadre des Universités, un véritable service commercial ou para-commercial qui organise les activités sportives.

102Un autre exemple. Je pense qu'il a déjà été évoqué hier, mais je crois qu'il est remarquable, et il permet de répondre à certaines questions que posent les collègues. L'Université Libre de Bruxelles a monté un service des sports au sein duquel une organisation qui concerne les sportifs de haut niveau en liaison étroite est parrainée par les entreprises, comme cela a été dit. Et il faut savoir que la personne qui patronne cette opération — qui s'appuie sur des fonds importants — est un docteur en médecine et il porte le titre de "responsable marketing" de cette opération.

103Donc c'était un peu aussi une réponse à la crainte de Lucien Batigne de dire "le loisir, c'est l'invasion du commercial". Je dis que l'invasion du commercial se retrouve dans toutes les formes de pratique sportive, que ce soit le loisir, que ce soit le haut niveau. Il nous faudra probablement trouver des réponses au sein de l'Université qui nous permettent d'être en accord avec nous-mêmes, ou qui seront peut-être une avant-garde ou une manière de prendre position vis-à-vis de l'organisation du sport dans son ensemble. Sinon, les dérives, les "solutions" un peu tous azimuts et sans identités, ou à identités multiples, concernant le sport, et que l'on voit fleurir dans le monde du sport civil, risquent de fleurir dans le sport universitaire aussi.

Robert Denel

104L'attitude jusqu'à présent consisterait plutôt à tourner le dos aux difficultés ou à se voiler la face plutôt qu'à aborder réellement le problème et à le gérer.

Jean Camy

105Je ne sais pas si on en a les moyens parce que ces phénomènes sont encore des phénomènes marginaux. Il n'y a pas de volonté, me semble-t-il, de se voiler la face ; nous continuons à fonctionner avec un schéma relativement traditionnel où il y a des organisations à peu près contrôlées par un personnel qui, s'il n'est pas très nombreux, pèse d'un poids relativement important dans la manière dont le sport est organisé à l'Université. Je pense aux professeurs d'éducation physique des services en particulier. Je dis que cette situation ne va probablement pas durer, et si le sport est utilisé comme un moyen de promotion des Universités, avec le sport de haut niveau, ou si on cherche à répondre plus massivement aux besoins en matière d'éducation sportive des étudiants, on risque de voir se mettre en place des organisations d'un autre type. Il faut y réfléchir. En même temps qu'on y réfléchit pour l'Université, il faudrait y réfléchir pour l'organisation du sport dans son ensemble.

Alain Braun,

Directeur du Service des Sports de l'Université Paris I.

Président du Comité Régional du Sport Universitaire de Paris.

106Je voudrais essayer de rectifier quelques informations qui ont été données concernant le sport à l'Université et finalement reprendre la balle au bond. A savoir que l'on a beaucoup parlé de ce qui se faisait ; et je crois qu'il faut aussi parler de ce que l'on peut faire (...). On a trop fait référence, concernant l'animation du sport, à une forte différenciation qui existait entre les U.F.R. S.T.A.P.S., c'est-à-dire la formation en éducation physique à l'Université et maintenant aux métiers du sport, et d'autre part, il me semble qu'on doit réexaminer les concepts d'animation et compétition (...).

107Cela vient, à mon avis, du fait que les références étaient des textes officiels datant du début des années 70, c'est-à-dire remontant à la création des S.U.A.P.S. et qui définissaient les missions des S.U.A.P.S. Or, depuis, il y a quand même eu la loi de 1984 sur l'enseignement supérieur, allant dans le sens d'une plus grande autonomie des Universités, et qui demandait aux Universités de créer leurs composantes et de donner à ces composantes des missions précises. Je crois qu'aujourd'hui, il y a quelques Universités qui ont donné des missions relativement ambitieuses — même si elles ne sont pas encore mises en place — dans le domaine des activités physiques et sportives, et même si, dans ces Universités, il n'existe pas d'U.F.R. S.T.A.P.S. Je crois qu'une Université aujourd'hui peut, si elle le souhaite, développer énormément ses interventions dans une certaine liberté, puisqu'elle est autonome.

Thierry Lardinoit,

Université Catholique de Louvain (Belgique).

108Quand les Jeux Olympiques sont organisés deux fois sur une même année, il est clair qu'une institution universitaire comme la nôtre ne peut pas rester muette par rapport aux événements observés.

109A l'Université Catholique de Louvain, certains professeurs de l'Institut d'Education Physique désirent inviter d'autres intellectuels en provenance de l'Institut de Philosophie, de Sciences Economiques, ou d'autres secteurs, à s'exprimer dans la presse.

110Nous souhaitons nous élever contre l'hypernationalisme présenté au travers de nos canaux télévisés. Nous désirons nous exprimer contre le dopage, contre la course à la médaille, et sur le fait qu'une priorité, pour nous du moins, est avant tout l'éducation des jeunes par le sport et l'éducation physique. Ceci pourrait constituer un exemple d'interaction avec la presse.

111Complément d'information à Monsieur Batigne au sujet de la formation des professeurs d'E.P.S. Quand M. Batigne affirme "le professeur d'E.P.S. doit être polyvalent, il doit être spécialiste, animateur, coordinateur, manager", je me dis "c'est un E.P.S. bionique". Et je me demande s'il existe réellement un cursus qui prépare le futur professeur d'éducation physique à l'ensemble de ces lourdes tâches.

112Dans le cas présent, je ne suis pas habilité à m'exprimer au nom des institutions belges, mais je parle au nom de mon Université.

113Nous sommes partis d'un certain nombre de constats. L'éducation physique en Belgique francophone est distribuée à raison de 3 fois 50 minutes de cours par semaine. Nous pensons, à l'U.C.L., que nous ne pouvons pas faire passer un contenu axé sur la performance sportive dans ces cours, sachant pertinemment que dans 50 minutes d'E.P.S. il n'y a que 13 minutes de cours d'éducation physique effectif. Nous pensons donc que c'est irréaliste d'être spécialiste dans ce contexte. Nous avons l'ambition d'orienter nos cursus beaucoup plus vers le travail autour des fondamentaux de l'éducation physique et du sport.

114Ceci constitue notre option à l'U.C.L. L'Université Libre de Bruxelles (l'U.L.B.) développe un autre axe. Celui-ci semble être plus centré sur le sport et la performance.

115Ceci paraît commun à l'Europe : les tendances sont spécifiques à chaque courant universitaire.

Robert Denel

116J'invite le Groupement National des Directeurs de Services en France à organiser, avec les enseignants des autres pays d'Europe, une rencontre pour approfondir la question.

Président de l'Association Internationale pour un Sport sans Violence.

Jacques Ferran,

Président de l'Association Internationale pour un Sport sans Violence.

117Nous savions que l'Université de Louvain s'était un peu spécialisée dans la réflexion sur les problèmes fondamentaux sportifs d'actualité. Témoin, par exemple, du travail énorme de réflexion que vous aviez fait après les événements tragiques du Heysel.

118Ce qui me paraît très intéressant, c'est qu'elle ne se contente pas de réfléchir dans l'abstrait sur la philosophie du sport, mais qu'elle prend prétexte d'événements d'actualité comme les Jeux Olympiques pour se demander, par exemple, si tout va bien — dans ce déroulement des Jeux Olympiques — par rapport à une certaine éthique sportive.

119Ce qui est fait à Louvain c'est sans doute trop demander à toutes les Universités de le faire. Mais pourquoi n'y aurait-il pas des Universités qui se spécialiseraient dans cette réflexion sur l'actualité sportive à partir d'une certaine idée du sport ?

120Cela me paraît un début extraordinairement fertile, parce que cela pourrait avoir un effet d'entraînement.

Thierry Lardinoit

121L'étude dont vous parlez ne provient pas de l'U.C.L., c'est-à-dire de l'Université francophone, mais de la K.U.L., l'Université Néerlandophone. Toutefois, la Faculté de Psychologie à l'U.C.L. s'est également penchée, après les événements du Heysel en 1985, sur les expressions de violence dans les foules de spectateurs.

Robert Denel

122Nos amis de la Communauté Européenne peuvent-ils nous dire s'ils ressentent de la même façon le besoin de voir l'Université s'investir davantage ? Non seulement pour former des cadres, pour développer la pratique du sport chez les étudiants, mais aussi dans les problèmes posés par le sport, non seulement en paroles, mais aussi en actes ?

Président de la Fédération Allemande du Sport Universitaire.

Gerhard Treutlein,

Président de la Fédération Allemande du Sport Universitaire.

123Vous venez de dire "le monde du sport attend beaucoup de nous". Je ne suis pas sûr que cela soit vrai. L'expérience dans le sport universitaire allemand montre que le contraire est possible. La Fédération Allemande du Sport estudiantin a une tâche un peu différente de celle de la F.N.S.U., qui est d'organiser des compétitions, alors que la tâche de la Fédération Allemande est d'organiser des compétitions et de développer les conceptions du sport universitaire.

124On a vu dans le passé que le sport universitaire était souvent en avance par rapport au mouvement sportif. Par exemple le sport de masse a débuté dans le sport universitaire (mais, il faut le dire, à la fin des années 60, et au début des années 70, le sport de masse, le sport de loisirs, s'est développé de plus en plus au détriment du sport de compétition ou de haut niveau).

125Le sport universitaire s'est occupé, bien avant les fédérations, de thèmes comme "expérience corporelle", "sport et tourisme", "sport de masse et sport pour tous". Cela a inquiété les fédérations qui étaient très orientées vers le sport de compétition ou le sport d'élite, et a provoqué des réactions agressives. Voilà pourquoi je mets en doute votre affirmation.

Robert Denel

126Faut-il identifier le sport aux Fédérations ? Je signale qu'en France on a inventé le mot "société sportive" parce qu'on considère que le sport concerne les fédérations mais aussi beaucoup d'autres choses. Si l'on identifie le sport aux fédérations, ce que vous dites est exact, et probablement en France également. On a dit "le sport a besoin de l'Université." Pour ma part, je n'ai pas dit "les fédérations ont besoin de l'Université"...

Bertrand During,

Professeur à l'Institut National Supérieur de l'Education Physique - Paris.

127Je vais parler en tant que membre du Centre Lillois de Recherches en Analyse du Sport - Université de Lille III.

128Le Centre Lillois a été créé par Bernard Jeu, professeur de philosophie à l'Université de Lille. Il me paraît intéressant dans sa structure, car c'est une structure tri-partite. Elle est universitaire et implantée dans l'Université où elle a ses locaux. Elle est reconnue par Jeunesse et Sports, qui participe aux séances de bilans et de programmation chaque année, et elle implique le monde sportif puisqu'on y trouve, entre autres, deux présidents de fédérations.

129Ce Centre fait :

  • des recherches qui ont été publiées soit sous la plume de Bernard Jeu, soit collectivement,
  • des enseignements, et il y a là quelque chose d'original, car ce sont des enseignements qui sont validés par l'Université dans des cursus différents (on y trouve des étudiants qui font des études de philosophie, ou de lettres, et qui optent pour une unité de valeur de réflexion et d'analyse sur le sport).

130Ce Centre propose également des opérations de formation continue, en accord avec le Comité Régional Olympique ou parfois avec le Comité National. C'est pourquoi il est tout à fait possible dans une Université d'avoir au delà même de l'organisation de pratiques, une reconnaissance sociale quant on propose une réflexion ou une recherche sur le sport.

Graham Solley,

Président de la Commission Européenne du Sport Universitaire.

131Notre ami allemand nous a fait part des difficultés avec les Fédérations Nationales de Sports. Nous constatons le même problème au Royaume-Uni. Il est facile dans un colloque comme celui-ci de parler de ce qui se passe ou de ce qu'il s'est passé, mais en tant qu'éducateurs, il nous incombe de regarder vers l'avenir et d'influencer cet avenir. C'est notre tâche principale. Il me semble que le sport dans les Universités a un rôle très important à jouer.

132Nous devons réfléchir à l'enseignement et à notre rôle, dans le cadre de l'enseignement, vis-à-vis de chaque étudiant qui passe par l'Université. Ce rôle change d'un pays à l'autre et c'est peut-être le moment de développer une approche européenne commune.

133Il nous faut également nous assurer qu'au sein de ces Universités notre programme d'étude pour l'avenir, en tant que cadres du sport et enseignants d'éducation physique, est assuré. Nous devons également nous assurer que le potentiel en matière de recherches, fourni par les Universités, est orienté vers le sport dans l'Université, mais aussi vers la collectivité locale dans laquelle se trouve l'Université. Pour assurer les trois fonctions que je viens de citer, il est indispensable d'avoir tout d'abord une déclaration à un niveau très élevé concernant l'importance de l'activité physique, de l'éducation physique, son rôle dans la société, son rôle dans la formation de nos futurs citoyens et dans l'amélioration de la qualité de leur vie. Lorsque nous aurons une telle déclaration et qu'elle sera acceptée, nous devrons également encourager, au niveau de l'Etat, la fourniture de moyens suffisants pour garantir que cette déclaration se traduise dans les faits.

134Au Royaume-Uni, l'éducation physique est obligatoire à l'école primaire et à l'école secondaire. Dans les grandes écoles, à l'Université, ce n'est plus obligatoire, mais ce genre d'activités est encouragé. Je m'adresse d'ailleurs à l'heure actuelle à mon Député local pour avoir une déclaration concernant l'importance du sport et des loisirs physiques dans les Universités.

135Je trouve que c'est ici la voie de l'avenir. Il faut avoir une déclaration d'intention précisant pourquoi il est important de pratiquer l'éducation physique. Que ce soit dans la recherche, dans la gestion des installations, dans l'organisation, dans l'entraînement, dans l'enseignement, nous devons être fiers de notre discipline comme tout autre enseignant est fier de sa discipline. Mais nous devons nous exprimer d'une seule voix collective. Et je suis d'accord pour que nous nous tournions vers l'avenir.

Robert Denel

136Si, au Royaume-Uni, une déclaration d'intention suffit pour qu'il y ait une action, ce n'est pas le cas en France !

Alain Junqua,

Professeur à l'Université de Poitiers, Chercheur à l'U.R.A. 131 du C.N.R.S.

137Les propos de Monsieur Solley sont développés dans le dernier numéro de la revue E.P.S. où il y a toute une étude sur le système éducatif et d'éducation physique en particulier.

138Je signale que l'on se pose les mêmes questions en France.

139La discipline E.P.S., qui relève à la fois des savoir-faire, des savoirs intellectuels, etc... n'a toujours pas de programme et pas de contenu linéaire de formation parce que ces programmes sont très difficiles à constituer. L'Université peut-elle apporter quelque chose ? Que pourrait-être un programme d'éducation physique ? Un programme de formation ? Je pense que cette recherche existe en France, mais qu'elle n'est pas connue. Cela relève aussi d'un problème de communication.

140J'appartiens au C.N.R.S. et je peux dire qu'il y a des équipes qui travaillent accessoirement sur le sport : les hasards de la recherche font que mes collègues, comme moi-même, ont comme champ d'investigation la motricité humaine par exemple. Or la motricité humaine, étudiée dans des conditions difficiles ou extrêmes, c'est le sport. Beaucoup d'équipes au C.N.R.S. ou à l'I.N.S.E.R.M. travaillent avec des retombées sur le sport mais ce ne sont pas des retombées immédiates.

141On retrouve ce problème de communication dans le journalisme. Il est évident que le sport est mis à l'écart dans le monde du journalisme, comme il l'est dans le monde de la recherche fondamentale, mais c'est lié au fait que les contenus qui sont développés et entretenus n'ont peut-être pas la qualité que l'on attend — ou que l'on constate — dans d'autres disciplines comme les journalistes d'informatique, les journalistes scientifiques, etc.

142L'approximation est souvent de règle. C'est par exemple une explication dite technique du type "Canal +". Je prends deux illustrations :

  • le terme "stats" (statistiques) est mal employé quand on explique aux téléspectateurs, qu'il y a eu cinq événements (2 shoot au but, 2 poteaux de corner renversés et 1 tir cadré),
  • tout ce qui est dit en matière de commentaire "savant", technique, pendant la retransmission d'un match de golf, va à l'encontre de ce que peut en dire le professeur de physique ou, autre exemple, l'explication sur la façon dont un nageur se meut dans l'eau (aux Jeux olympiques) est fausse.

143Le sport est la science du mouvement. On se réfère donc à la mécanique et à la mécanique intuitive, dans le langage de tous les jours. C'est ce qui amène des gens à être non scientifiques, cela va à l'encontre des lois scientifiques. Or dans la communauté éducative, universitaire, il y a des gens qui enseignent ces lois et qui, comme je viens de le souligner, sont bafouées ou mal dites ailleurs. (...)

Dolores Diez Garcia (Espagne)

144Il y a des sportifs de haut niveau qui sont étudiants mais l'Université profite de leur présence dans l'Université pour leur faire participer aux championnats nationaux, pour les Universiades, et non pour enseigner. Les professeurs d'E.P.S. ne forment pas les sportifs de haut niveau, on en profite. Il y aurait peut-être d'autres manières d'utiliser toutes les compétences.

Pierre Hartman,

Président du Comité Régional du Sport Universitaire, Professeur à l'Université de Dijon.

145J'avais prévu d'intervenir sous le contrôle du Professeur Mauro sur deux points, j'en ai ajouté un troisième, suite à l'intervention de notre collègue de Poitiers. Je partage entièrement son analyse à propos de l'enseignement de la science en particulier, de la physique et de la mécanique. Mais je dois signaler qu'il existe en France une formation de troisième cycle de biomécanique, à Orsay, dans une Université parisienne, où enseignent des professeurs d'Université spécialisés en mécanique. Je souhaite ajouter — j'aime donner des exemples — qu'à Dijon, à l'Unité de Formation et de Recherche en S.T.A.P.S., le collègue est un agrégé de physique qui a suivi ce troisième cycle de biomécanique. C'est l'un des rares. Je dois dire que les étudiants de Dijon n'apprécient pas tellement ce type d'enseignement parce que ce n'est pas évident, la cinématique, la dynamique, les équations (...).

146Je reviens maintenant à la situation universitaire italienne par rapport aux interrogations qui viennent d'être formulées. Quelle est la situation en ce qui concerne l'Italie et la formation des professeurs ? Et pour faire suite à mon intervention de lundi. J'avais terminé en disant que l'activité physique et sportive n'était pas prévue dans le cursus universitaire. Ce qui implique que l'Université ne fait rien, ou presque, dans le domaine de la formation des maîtres.

147Je vais vous exposer très brièvement comment cela se déroule. Les cadres du sport sont formés par les Instituts Supérieurs d'Education Physique, les I.S.E.F., qui forment des enseignants des lycées et des collèges. Monsieur Mauro est Directeur Technique de l'Institut Supérieur de Milan. Il existe aussi l'Ecole Supérieure du Sport (S.D.S.) qui est chargée du perfectionnement des professeurs, de la formation des entraîneurs et des dirigeants sportifs. Cette dernière école dépend du Comité Olympique National Italien (C.O.N.I.).

148Le "S.D.S.” se compose de deux divisions : didactique et recherche, et de trois départements : psychologie - physiologie - médecine du sport auxquels sont adjoints des services audiovisuels : documentation - bibliothèque.

149Il regroupe les missions "formation" des entraîneurs fédéraux, des instructeurs de base et des intervenants sportifs, recyclage scientifique et didactique des enseignements d'éducation physique, spécialisation des professeurs diplômés des Instituts Supérieurs d'Education Physique. Enfin, il est chargé de l'organisation de séminaires d'information destinés aux dirigeants sportifs de colloques nationaux et internationaux de science du sport.

150Cet enseignement est dispensé en collaboration avec les Fédérations Sportives, avec le Comité Olympique Italien, des représentants de l'Institut Supérieur d'Education Physique et, bien entendu, de l'Université. Il est assuré par des maîtres du sport, des enseignants d'Education Physique et Sportive, des professeurs et des chercheurs de l'Université. L'Université intervient donc par ce biais-là. Interviennent également des chercheurs du Centre National de la Recherche et d'autres Instituts. Les programmes sont établis avec l'accord des Fédérations.

151Je me suis entretenu avec le Professeur Mauro et je lui ai posé la question suivante : est-ce que l'Université se préoccupe de l'Education Physique et Sportive ? Il va nous répondre maintenant avec l'aide d'un traducteur.

Franco Mauro,

Directeur de l'Institut Supérieur d'Education Physique de la Lombardie - Milan (Italie) (dont le propos est traduit en français).

152Selon le Professeur Mauro, ce n'est pas l'Université qui souhaite intervenir, mais ce sont plutôt les professeurs d'E.P.S. des écoles qui souhaitent que l'Université s'intéresse à leur domaine d'action. Leur volonté, c'est de créer une Faculté du Sport, pluridisciplinaire, un peu calquée sur ce qui se fait dans nos Unités de Formation et de Recherche : les U.F.R.S.T.A.P.S. La raison de ce souhait étant que "le sport", dans les colloques internationaux, se trouve complètement court-circuité, puisque dans les publications ne paraissent que les autres facultés. Sa volonté pour l'avenir est de faire une Faculté Sportive — avec différentes composantes — bien entendu rattachée à l'Université.

Jean-Pierre Lefebvre,

Maître de Conférences à l'U.F.R.S.T.A.P.S. de Rouen.

153Mon intervention se situe dans la continuité de ce qui vient d'être dit à propos de l'Europe. Je remarque qu'on a un point de vue philosophique relativement commun qui considère la valeur éducative du sport. Cependant, dès qu'on parle d'organisation du sport ou des A.P.S., je vois des différences importantes et voudrais apporter une pondération par rapport à ce que j'ai entendu tout à l'heure de la bouche du Professeur Junqua. Ce dernier exprime un point de vue qui me semble très positiviste et qui postule qu'il existe une position étroite entre la science et les programmes qu'on devrait appliquer dans le contexte scolaire. (...) A ce propos, pour avoir participé à l'élaboration de l'article en question, qui a été fait par un de mes collègues de l'U.F.R.S.T.A.P.S. de Rouen, on constate que de nombreux programmes deviennent assez rapidement caduques ou qu'ils ne sont pas appliqués (...). Je pense donc que les sciences humaines et les sciences sociales nous montrent que les particularismes, l'évolution des mentalités, des goûts, des jeunes, etc., qui ne sont pas forcément soumis systématiquement à l'avis des experts, posent des questions. Et que le sport et les A.P.S. ont une dimension éminemment culturelle. (...) De ce point de vue, il semblerait que le sport universitaire pourrait devenir une référence vers laquelle on revient sans cesse, après diverses déviations qui ne manqueront pas de s'exprimer sous le poids des forces économiques, médiatiques et autres (...).

Robert Denel

154J'aurais voulu profiter de quelques instants que je m'accorde pour signaler le problème de la pratique des personnels de l'Université. Lorsqu'il y a une Université de quelques milliers d'étudiants, il y a en général mille à deux mille personnels A.T.O.S. (c'est-à-dire des personnels enseignants, des secrétaires, des agents, etc...). Je voudrais également savoir si ces personnels sont associés réellement à la pratique sportive et ce qui est fait pour eux ? Monsieur le Président de l'Université, pouvez-vous nous donner quelques chiffres au niveau du nombre d'étudiants ainsi qu'au niveau des personnels ?

Claude Régnier,

Président de l'Université de Strasbourg II.

155Il y a trois Universités à Strasbourg : une Université à dominante juridique, une Université à dominante sciences et médecine et une Université des Sciences Humaines. Et c'est cette dernière Université que je suis chargé d'animer. Je suis aussi un démographe, un vrai démographe.

156Je prendrais peut-être en compte quelques considérations qui se rapprochent de ma discipline.

157Je voudrais commencer par citer un Ministre français qui était chargé de l'Education Nationale mais aussi de la Jeunesse et des Sports, en Novembre 1989, lorsque s'est tenu le colloque national du sport universitaire à Paris : "Je souhaite que les étudiants dans un avenir proche aient une pratique obligatoire de l'éducation physique et sportive dans le cadre de leur formation". Cette citation est intéressante. Nous n'avons pas lieu de douter des bonnes intentions des Ministres, et de leurs déclarations d'intentions ; il y a tel ou tel Ministre en charge de l'Education Nationale ; il y a aussi bien sûr les Ministres des Finances et du Budget.

158Nous évoquerons tout à l'heure, sans donner de chiffres, la question des moyens.

159En tant que Président d'Université, nous sommes tout à fait conscients de la diversité des institutions et des structures qui interviennent dans la pratique sportive des étudiants.

160Il faut bien sûr parler de pratique sportive mais également d'enseignement. Les cas sont fort divers selon les sites universitaires, selon les Universités.

161Mon collègue et ami Jean-Paul Schneider vous a entretenu, avec d'autres, des relations avec les Collectivités Territoriales Locales, et les Municipalités notamment sans doute. C'est là un phénomène très important mais il y a bien sûr, au delà, d'autres interlocuteurs institutionnels. On a parlé du Ministère, mais il y aurait également toutes les Fédérations, tous les organismes de concertation, le monde de l'Entreprise, et le monde socio-économique. A Strasbourg, nous avons l'exemple qui, je crois, est en train d'être couronné de succès, de la culture qui se développe notamment dans le cadre du pool universitaire européen. (...) Je voudrais vous donner quelques approches statistiques à la manière Régnier.

162J'ai fait récemment un exposé sur les jeunes en Europe et je retiendrai de cela qu'il faut bien avoir conscience, si on prend comme référence l'Europe des douze qui est la vôtre pour cette Université Sportive d'Eté, que la population d'une tranche d'âge comme celle des 20-24 ans représente un effectif tout à fait considérable. On sait très bien que tous les jeunes de moins de 25 ans ne sont pas scolarisés mais on sait aussi qu'il y a des jeunes d'âge plus précoce et des personnes d'âge plus élevé qui fréquentent l'institution universitaire. En 1990, la tranche d'âge des 20-24 ans représentait environ 26,5 millions d'individus au plan européen. On sait que les projections démographiques ramèneront, en l'an 2000, cette population à environ 21 millions. C'est quand même encore un effectif tout à fait considérable. Vingt et un millions pour le moins, parce que n'est pas compris dans le chiffre, l'ex-Allemagne orientale. En ce qui concerne la France, il y a actuellement plus de 4 millions de jeunes de 20-24 ans et il y en aura encore 3 700 000, à peu, près en l'an 2000.

163Il faut bien donner encore quelques indications sur la fréquentation des appareils de formation même si les taux de scolarisation ne rendent pas compte de la seule fréquentation des Universités, au sens étroit. Ce que nous sommes obligés de dire, c'est qu'il y a des différences qui peuvent être sensibles entre les Etats Européens.

164La France, la République Fédérale d'Allemagne, d'autres Etats se placent relativement bien et, sur une tranche d'âge des 18-25 ans par exemple, peuvent rivaliser avec les Etats-Unis et le Japon.

165En démographe, je vous ferai une petite remarque sur la plus forte fréquentation des appareils de formation du sexe féminin. C'est un phénomène qui n'est pas proprement français, et qui se développe aussi dans les autres états européens. L'accroissement de la population féminine scolarisée, au delà de 20 ans, dans un pays comme l'Espagne est quelque chose de spectaculaire. Il y aurait encore d'autres pays que l'on pourrait citer, dont la France : 53 % de filles dans les Universités à l'heure actuelle. Or, on peut rapprocher ces données de quelques données qui ont trait à la pratique sportive. On sait que les données concernant la pratique sportive ne sont que des données approchées et combien on a pu débattre — j'ai eu l'occasion de le faire pour un colloque de nos amis des S.T.A.P.S., qui s'est tenu à Strasbourg — sur la différence entre les statistiques I.N.S.E.E. et les statistiques produites par l'Institut National du Sport et d'Education Physique. Ce ne sont pas les mêmes activités sportives qui sont décomptées. Alors j'en reviens au propos de mon voisin. Quels sports ? Ne disons pas que nous ne savons pas quels sont les sports pratiqués par nos étudiants. On le sait, notamment, à travers certaines structures comme les S.U.A.P.S.

166Il me semble que l'Université a un rôle particulièrement important à jouer pour le développement de la pratique sportive chez le sexe féminin. Toutes les statistiques montrent qu'elle est inférieure à celle du sexe masculin. La population étudiante, ici et là, est une population qui reste quand même fortement typée. La démocratisation de l'enseignement supérieur est encore très largement à faire. Or, c'est bien amener à la pratique sportive une population qui, malgré la pratique de certains sports, le football, etc..., pratique moins. La pratique sportive doit être mise en corrélation avec le dernier diplôme obtenu, avec la catégorie socioprofessionnelle, avec le lieu de résidence et selon la catégorie de commune. Ceci étant, un fait s'impose. Les Universités se démocratisent, c'est un bien.

167Le Ministère de l'Education Nationale français a repris dans son Bulletin TGV de mai 1992, une enquête qui a été faite auprès de jeunes de 15 ans. Important que la pratique sportive des jeunes, très important. 90 % disent pratiquer un sport. Pourquoi pas ? Es placent cela en tête de toutes leurs activités de loisir. Ilya donc un besoin pour le sport. Faisons en sorte que cette demande, s'agissant du sport, puisse être plus largement honorée à travers les structures d'enseignement supérieur et notamment les Universités.

168Effectivement, on voit que les jeunes de 20-24 ans qui sont encore scolarisés, en grande partie, dans l'enseignement supérieur, d'après les budgets-temps qui sont effectués en France, consacrent un peu plus d'heures, de temps hebdomadaire, à la pratique sportive. Encore faudrait-il savoir laquelle.

169On a dit tout à l'heure que le sport est un phénomène économique et social. Mais comment ne pas prendre en compte le phénomène du nombre de licenciés, du nombre considérable d'Associations Sportives alors que l'on parle de crise des Associations, le nombre de personnes (un million pour la France) qui s'intéressent justement aux Associations Sportives et la diversité des structures qui ont à faire connaître et à développer les activités sportives dans les Universités. E y a les services interuniversitaires, les U.F.R. S.T.A.P.S., les Comités Régionaux, les Clubs Universitaires. Et si je prends une ville comme Strasbourg, les statistiques de ces organismes font apparaître qu'il y a au moins 15 000 étudiants qui pratiquent une activité sportive. Ce n'est pas mal par rapport à une population qui doit tourner autour de 36 000 étudiants.

170On parle de recherche en matière de sport mais je crois que l'on devrait mettre beaucoup plus l'accent là-dessus. Les pratiques sportives évoluent rapidement et quand on prend les activités qui sont surtout fréquentées, quand on a le nombre de séances, le nombre total de présences dans un S.U.A.RS. comme celui de Strasbourg, on aboutit à plus de 100 000 présences au cours d'une année. Mais les danses, les gymnastiques, la musculation, voilà des activités sportives qui sont aujourd'hui en plein développement et qu'on ne repère pas forcément.

171On a parlé également de l'étudiant futur Cadre, même les filles, de la promotion de l'étudiant, de l'Université, de la place du sport dans les curriculum-vitae — maintenant on apprend aux étudiants à faire un curriculum-vitae — et on sait combien cela joue pour leur insertion professionnelle. Il faut aider les étudiants à gérer leur temps libre.

172N'oublions pas que nous avons beaucoup d'étudiants étrangers qui, de par les pratiques de leur pays, ont beaucoup plus l'habitude que les étudiants français de faire du sport. Nous en savons quelque chose lorsque nous avons à faire face aux demandes de nos étudiants américains par exemple. Et plus globalement des étudiants étrangers qui ne savent pas forcément quoi faire en fin de semaine et qui peuvent s'inscrire assez massivement dans les structures de pratique sportive.

173On a ensuite des étudiants qui sont des étudiants avancés. Dans cette population d'étudiants, en Europe, j'ai constaté que dans un pays comme la République Fédérale d'Allemagne, on sait que les études se poursuivent ; 50 % des étudiants ont plus ou ont au moins 25 ans, avec les problèmes que cela pose. En France, c'est de l'ordre d'un tiers ; aux Etats-Unis : 40 % ; en Espagne : plus de 30 % ; en Suède : 60 % ; en Suisse : 45 % ; le vieillissement de la population étudiante est une réalité sociale. Donc, on a affaire à des jeunes en D.E.U.G. que l'on cerne relativement bien, mais on a aussi des étudiants relativement "âgés" qu'il nous faut éventuellement encadrer y compris dans le domaine de l'activité sportive, et s'ils en ont la possibilité horaire, ce qui n'est pas évident car beaucoup d'entre eux ont déjà une activité professionnelle.

174Je voudrais terminer en évoquant les moyens. On a débattu de la Recherche. Je crois qu'il faut parler d'assez grande pauvreté en France, s'agissant de la recherche. Loin de moi de critiquer les enseignants dont le statut d'ailleurs nous préoccupe (...). Mais la recherche est à faire et puisque l'on parle d'Europe, cette recherche peut se faire notamment dans le cadre européen. On évoque 60.000 étudiants dans les programmes Erasmus pour la campagne à venir. Quelle part pour les étudiants en sport, dépassant par là la seule pratique ? Donc il y a la recherche, les U.F.R. S.T.A.RS. dont l'encadrement est encore insuffisant. Comment ne pas dire que, chaque année, nous demandons plusieurs postes S.T.A.P.S. dans notre contingent qui nous est alloué par la contractualisation, et on ne nous en accorde qu'au compte-goutte. Notre prochain poste sera à Strasbourg un poste de professeur — dans cette filière on verra bien si ça passe ou si ça casse — notamment pour développer la recherche. C'est absolument nécessaire.

175Quant à la pratique sportive, on compte sur le S.U.A.RS. mais on compte aussi sur les Associations Sportives d'Université. On en arrive à essayer de travailler sur le plan inter-universitaire en formant des équipes inter-universitaires pour avoir suffisamment d'équipes qui peuvent entrer en compétition inter-académique, et on forme également des équipes pour des compétitions inter-U.F.R. Pour tout cela, il faut des moyens, il faudrait des enseignants pour encadrer les jeunes dans le cadre des Associations Sportives. Nous avons aussi la mise en place d'U.V. optionnelles, d'U.V. libres. Mais combien d'étudiants pouvons-nous recevoir dans ces unités de valeur libre ? Relativement peu, en fonction des moyens qui nous sont alloués. Il ne s'agit pas systématiquement de se plaindre mais ce n'est pas facile. Il y a encore le problème des installations sportives. Nous collaborons avec la Municipalité mais celle-ci a aussi d'autres types de demandes du monde associatif, des associations de quartier. On sait que tout cela n'est pas simple.

176On évoquait il y a un instant la Communauté Universitaire et les personnels enseignants administratifs. On a des amicales des personnels administratifs, et je crois qu'il y aurait, là aussi, beaucoup à faire dans le domaine du sport par rapport à des amicales qui peuvent être assez dynamiques.

177Le Ministère insiste beaucoup sur les aspects "culture". Des conventions sont signées avec des Directions Régionales des Affaires Culturelles en France. On a mis en place un certain nombre d'opérations à Strasbourg. Je crois qu'il faudrait s'y mettre pour de bon, s'agissant du sport, de manière à créer une mobilisation analogue.

178Nous avons la chance d'avoir à Strasbourg un pool universitaire européen et, dans le cadre de ce pool d'accueil aux étudiants, il est entendu qu'une des prochaines opérations sera le développement des activités sportives dans les Universités, tout en se demandant ce qu'est le sport à l'Université.

179La promotion du sport est nécessaire, y compris pour l'image des Universités. Elle peut se faire par la presse nationale ou locale mais je crois qu'il ne faut pas tout demander à la presse. Ce n'est pas à travers la presse qu'on va discuter avec nos financeurs. A nous de jouer aussi. Il existe une presse bien spécifique qui est la presse des Universités. A elle d'être de qualité et d'avoir les correspondants qu'elle doit avoir, et de faire en sorte que ces messages soient de qualité, y compris lorsqu'il s'agit du sport.

Auteurs

Directeur du Service des Sports de l'Université de Lille I.

Président de l'Université de Strasbourg II.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540