Version classiqueVersion mobile

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. La situation en Europe

Thème 1 : Le sport des étudiants

Quelques perspectives concernant la France

Alain Perritaz, Jean-Paul Brefeil, Yves Sell, Till Lufft, Colette Andrusyszyn, Graham Solley, Jean-Michel Martin, Daniel Bonzoms, Claude Labrousse, Jean Spitaels, Lucien Batigne, Ignace Van der Cam, Pierre Hartman, Jean-Michel Martin, Jean-Paul Brefeil et Jean-Paul Callède

Texte intégral

Alain Perritaz

Sous-Directeur de la vie étudiante au Ministère de l'Education Nationale.

1Je suis Sous-Directeur de la vie étudiante au Ministère de l'Education Nationale et de la Culture et non au Ministère de la Jeunesse et des Sports. C'est un lapsus qui est peut-être intéressant à analyser, mais je peux vous dire que je suis très heureux que l'on m'ait demandé d'intervenir aujourd'hui à cette 9ème Université Sportive d'Eté portant sur le thème Sport, Université, Europe.

2Pourquoi ? Ce matin Monsieur Gibert a bien rappelé quel était l'historique de ces Universités Sportives d'Eté et quel intérêt vous avez pu apporter à l'avancement de la réflexion dans le domaine du sport en général et du sport universitaire en particulier.

3Je crois qu'un des éléments que vous avez omis ce matin d'indiquer, mais certainement par modestie, c'est que quand on arrive à organiser la 9ème édition de ce type, cela montre incontestablement qu'il y a une réussite de ce genre d'opération, et je tiens à le souligner aujourd'hui ici. Ces Universités Sportives d'Eté ont apporté beaucoup à l'ensemble du mouvement sportif et à la pratique sportive en général.

4Le deuxième point que je voudrais également rappeler ici, c'est l'intérêt de rassembler dans ce type de réunion des personnalités d'origine, de pays fort divers. Je crois que c'est quelque chose pour nous de très important et d'intéressant de pouvoir confronter les expériences des uns et des autres, quelles que soient par ailleurs les fonctions qu'ils exercent tout au cours de l'année et le lieu où ils exercent ces fonctions.

5Et puis, je dirais que vous avez une clairvoyance extraordinaire, parce que choisir ce thème : Sport, Université, Europe, en cette période précise, relève d'une intuition remarquable et, comme cela a été rappelé ce matin, un tel sujet nous conduit au cœur de l'actualité.

6Il est vraiment intéressant que l'on puisse au delà des a priori, des connaissances plus ou moins partielles que l'on peut avoir de tel ou tel pays, regarder de façon un peu détaillée — c'est ce qui va se faire dans les minutes qui viennent — comment se déroule le sport dans les Universités des autres pays de la Communauté Economique Européenne. Je crois, et là je parle en mon nom, et je peux le faire aussi au nom de l'ensemble des participants, que nous sommes vraiment désireux de savoir ce qu'il se passe dans les autres pays.

7Alors ceci étant dit de façon préliminaire, je me trouve dans une situation un peu délicate car finalement la présentation générale a été faite ce matin très largement et avec beaucoup de brio par les différents interlocuteurs qui ont bien exposé l'ensemble des problèmes que vous allez devoir traiter dans les jours qui viennent. Par ailleurs je n'ai pas du tout l'intention d'empiéter sur ce que doit dire tout à l'heure par Monsieur Labrousse pour la France ou sur ce que d'autres personnes vont dire. J'ai donc choisi de façon un peu arbitraire et vous m'en pardonnerez, de tenter de vous expliquer quelle doit être l'action du Ministère de l'Education Nationale et de la Culture dans le domaine du sport universitaire dans les mois qui viennent.

8Cette action, est largement inspirée par un certain nombre de discussions qui ont lieu autour du rapport remis par Monsieur Fabre à Lionel Jospin alors Ministre d'Etat en novembre dernier. Je crois que l'ensemble des partenaires, que j'ai rencontrés depuis la création de la structure dont j'ai la charge, sont d'accord pour considérer que le bilan qui a été établi à cette occasion était un bilan exhaustif de ce qu'est le sport universitaire en France, à l'heure actuelle. De plus, à partir des propositions qui ont été faites, chacun a essayé de nous apporter un certain nombre d'éléments sur lesquels nous nous sommes appuyés et nous avons eu des discussions avec tous les partenaires qui interviennent dans ce secteur de façon à pouvoir faire avancer notre réflexion.

9La première des choses qui a été faite concerne la création d'un bureau des sports, qu'a évoquée Monsieur Deyon ce matin, au sein de la direction des Enseignements Supérieurs. Connaissant les structures de l'administration, il est toujours souhaitable que l'on dispose d'une structure relais au sein du Ministère chargé de l'Enseignement Supérieur pour faire progresser les intérêts du sport universitaire et de ses différentes composantes. J'ai tendance à croire que cette opération marque, même si c'est simplement d'ordre symbolique, l'intérêt du Ministre d'Etat pour le sport universitaire. Elle est un élément essentiel au démarrage d'une politique réelle dans ce secteur. Alors quelles sont les options que nous avons retenues ?

10Elles sont au nombre de quatre. La première, c'est de permettre à un plus grand nombre d'étudiants possible de pratiquer un sport à l'Université. Il s'agit de l'élément fondamental. La deuxième, qui pour moi est tout aussi importante, c'est de favoriser l'animation sportive et de contribuer à la vie sur les campus. J'aurai l'occasion d'y revenir par ailleurs. La troisième, c'est de poursuivre le développement des activités physiques et sportives au sein des Universités. Et la dernière, c'est d'essayer de favoriser la coordination des différents facteurs intervenant dans le sport universitaire.

11Je vais essayer de revenir rapidement sur chacun de ces différents points.

12D'abord permettre à un plus grand nombre d'étudiants de pratiquer un sport à l'Université. Quand je suis arrivé dans ce secteur, il y a un chiffre qui m'a frappé. C'est, me semble-t-il, le plus important de tous ceux qui ont été livrés dans le rapport de Monsieur Fabre. C'est celui qui indique que 20 % d'étudiants pratiquent un sport à l'Université alors que 70 % des étudiants, par la réponse au sondage qui avait été fait à ce moment-là, souhaitaient pratiquer. Je crois que ces deux chiffres donnent la mesure de l'écart qu'il faut essayer de combler, et ils sont également à la mesure du défi qui nous attend. Il est clair, ainsi que le recteur Deyon l'a dit ce matin, qu'un retard a été accumulé dans les vingt dernières années : retard au niveau des équipements, retard au niveau des encadrements.

13Il n'est évidemment pas de notre ressort de le discuter.

14Il est clair que pendant des années on n'a pas eu de constructions de gymnases, on n'a pas eu de constructions d'équipements dans nos Universités. Je crois qu'on le constate tous les jours, même si l'endroit n'est pas bien choisi pour le dire parce que c'est un endroit, ici, où il y a des équipements, où il existe des choses, mais quand on se promène habituellement sur les campus français, on s'aperçoit du retard que nous avons.

15Pour essayer de faire face à ce retard, on a mis en place des solutions qui sont des débuts de solution et qui devront se perpétuer dans les années à venir. La première a été l'inscription dans le cadre du projet Université 2000 d'un certain nombre d'installations sportives. Vous me direz certainement les uns et les autres, avec preuves à l'appui, que dans votre Université un projet qui a été présenté n'a pas été retenu. Certes. Mais quand on regarde dans la globalité de ce qui a été inscrit dans les schémas de Université 2000, on s'aperçoit que depuis 20 ans, vous voudrez bien m'excuser de me répéter sur ce point, on a des constructions d'équipements sportifs qui sont prévues, que ce soit des halles, des gymnases ; on a même certains projets de piscines universitaires, dans quelques villes.

16Je considère donc qu'il y a l'amorce d'un redémarrage. Et ce redémarrage, nous avons l'intention de le mettre plus en valeur au travers de ce qui est maintenant la Charte des Administrations Centrales et de l'Université, c'est-à-dire la politique contractuelle.

17Vous savez les uns et les autres qu'hormis les Universités parisiennes, l'ensemble de nos Universités ont signé un contrat avec l'Etat par lequel chacun des contractants prend un certain nombre d'engagements. L'Etat prend des engagements en matière d'aides à diverses constructions, et de prise en charge de postes d'enseignants qui seront mis en place. L'Université s'engage pour sa part dans un certain nombre de choses en ce qui concerne les programmes, les objectifs, les priorités, etc...

18Le rôle que s'est fixée la Direction des Enseignements Supérieurs dans cette affaire, et plus particulièrement la structure dont j'ai la charge, c'est de vérifier à chaque renouvellement de contrat, c'est-à-dire tous les quatre ans ou même à mi-parcours, lorsqu'on fait une révision avec les Universités, que des opérations de développement du sport universitaire seront bien prévues dans ce contrat.

19On a un certain nombre d'autres objectifs de même type, et cela a été dit par les directeurs concernés à l'ensemble des présidents d'Universités, nous aurons un œil particulièrement vigilant à la mise en œuvre d'opérations de ce type. De la même façon, pour la campagne d'attribution des postes qui débutera très bientôt, en vue de la rentrée universitaire de l'année prochaine, il y aura des dispositions prises de façon à ce que les Universités soient encouragées à mettre en position éligible des postes d'enseignements E.P.S. ou des postes pour les filières S.T.A.P.S.

20Voilà un élément concret et précis de la politique que nous souhaitons voir s'engager mais il est clair que ce que je vous indique ne peut pas être une politique que l'Etat mène seul.

21Il est bien évident qu'il faut que les Universités s'impliquent personnellement dans ces opérations. Il faut que les présidents d'Universités soient convaincus de l'utilité et de l'importance du sport universitaire. C'est une partie qui se joue à plusieurs, dans laquelle l'Etat jouera sa part ; mais il ne jouera pas tout seul.

22Le deuxième point sur lequel je voudrais revenir, c'est l'animation des campus. Ma sous-direction a en charge, et je crois que c'est là aussi un défi très important, la nécessité de faire revivre, entre guillemets, un certain nombre de campus. Des exemples récents ont montré que sur des campus où existait une véritable activité associative, une véritable activité sportive, les choses se passaient beaucoup mieux que sur ceux qui étaient un peu livrés à eux-mêmes, sans véritables pôles de vie organisée, et qui ne bénéficiaient pas de cette animation.

23Là aussi, c'est une opération qui nécessitera du temps. C'est une opération qui est multiforme parce qu'elle ne concerne pas que le sport universitaire. Elle concerne aussi la mise en place de ce qu'on appelle la Maison de l'étudiant dont nous voudrions faire un lieu de rencontres de l'ensemble de la communauté universitaire permettant à la fois de disposer très rapidement d'un service d'orientation, de services sociaux, mais aussi de services sportifs et d'avoir également, ce qui est peut-être un rêve, un lieu unique où l'étudiant pourrait trouver facilement l'ensemble de l'information indispensable sur les questions qui l'intéressent.

24Je crois vraiment que, dans ce secteur-là, le sport a un rôle fondamental à jouer. Il a un rôle d'autant plus fondamental que l'on a vu se développer dans les dernières années, que ce soit à l'initiative des S.I.U.A.P.S., que ce soit avec l'aide de la F.N.S.U., que ce soit avec les clubs universitaire, des opérations d'animation des campus, d'organisation de manifestations sportives un peu différentes des manifestations habituelles connues du sport universitaire, qui me paraissent aller dans le bon sens. J'espère que l'on pourra avancer dans ce domaine. Je peux en tout cas vous dire que la Direction des Enseignements Supérieurs est prête à intervenir pour aider des opérations de ce type-là.

25Troisième point : poursuivre la mise en place de la filière des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Je crois personnellement que le développement des formations S.T.A.P.S. a été dans les années précédentes le moteur du développement du sport dans les Universités, et nous avons bien l'intention de développer ces formations.

26Comment allons-nous procéder ? D'abord par l'intervention de la politique contractuelle et la création possible de postes d'enseignants ; ensuite, et je crois que c'est un élément fondamental, par la recherche d'une harmonisation la plus grande possible avec nos collègues d'autres ministères et en particulier le Ministère de la Jeunesse et des Sports.

27Il me semble que nous aurions tous beaucoup à gagner à ce que les uns et les autres travaillent en commun le plus possible.

28Voilà un certain nombre d'orientations qui peuvent découler de la façon dont fonctionnent les S.T.A.P.S. Pour l'instant, il s'agit d'une des pistes ayant été tracées par les Assises Nationales du Sport qui ont eu lieu en décembre dernier et qui ont été l'occasion de débats assez riches sur les qualifications, sur ce que l'on peut attendre des différents modes d'orientation, et donc des orientations qu'il convient de mettre en œuvre.

29Autre point important : les étudiants sportifs de haut niveau. Vous savez que depuis un certain nombre d'années, le Ministère de l'Education Nationale et de la Culture intervient pour aider dans un très grand nombre d'Universités des étudiants sportifs de haut niveau. Cette aide se matérialise par l'octroi de subventions qui permettent d'adapter les cursus pour ces sportifs de haut niveau. C'est un point important sur lequel il faut sans doute développer quelques réflexions, dans la mesure où la situation actuelle n'est pas toujours très satisfaisante. En fonction des disciplines, des cursus et des Universités qui interviennent, il y a des différences assez profondes, sur lesquelles il faudra que l'on engage très certainement une réflexion rigoureuse. Dernier aspect en ce qui concerne la filière des S.T.A.P.S. : le développement de la recherche en sport.

30Nos collègues de la Direction de la recherche et des études doctorales au Ministère sont déjà intervenus et interviennent de façon très soutenue sur un certain nombre de projets de recherche en sport. J'ai le sentiment qu'il est souhaitable de continuer à avancer dans ce domaine en favorisant en particulier l'ouverture de ces équipes de recherche au monde sportif. En effet, autant cette recherche est intéressante si elle a une véritable interpénétration avec le monde du sport, autant elle risque de s'égarer si elle veut rester par trop doctorale et universitaire dans le sens étroit du terme. Il faudra certainement pouvoir avancer sur cette voie.

31Enfin, dernier point, et j'en terminerai par là : favoriser la coordination des différents facteurs du sport universitaire.

32Ce que je dis là, vous l'avez déjà entendu, et c'est un vœu pieux. Je crois qu'il faudrait que l'on essaie d'aller un peu au delà de tout ce qui a été fait ou dit à ce sujet. Une des voies qui avait été préconisée par Monsieur Fabre était de tenter de pallier le handicap des différente structures universitaires, qu'elles soient les U.F.R. S.T.A.P.S. ou les S.I.U.A.P.S., les différents intervenants extérieurs du monde sportif, la F.N.S.U., les clubs sportifs universitaires et tous ceux qui interviennent dans ce vaste domaine en proposant la création d'U.F.R. de sport.

33La position du Ministère sur cette affaire est relativement claire maintenant. Nous sommes prêts à regarder ce qu'il se passera sur une ou deux expériences pilotes dans les endroits et les Universités où les gens auront choisi de travailler ensemble. Il faudra voir comment peut se faire localement la mise en place d'une telle U.F.R.

34Par contre, là où l'histoire et les difficultés quotidiennes font qu'il paraît difficile de faire des choses, à l'heure actuelle, l'expérimentation permettra d'apporter un certain nombre d'indications sur ce qu'il faudra faire pour réussir. Le Ministère ne forcera à rien dans ce domaine. Par contre, il observera attentivement et verra quelles sont les conséquences de ce genre d'opérations. Dernier point relatif à ces opérations : la mise en place du Conseil National du Sport Universitaire qui doit justement permettre de regrouper l'ensemble des partenaires dans un organisme unique chargé de s'exprimer sur le sport universitaire dans notre pays.

35Je dois dire que j'en éprouve personnellement tout à fait le besoin. On a besoin, en effet, d'un parlement de ce type pour nous donner des indications relativement claires et précises. Lille est le bon endroit pour en parler parce que, dans les faits, cela fait longtemps qu'à Lille, les différentes parties prenantes travaillent en commun. Je peux dire que le projet d'arrêté qui va permettre la création de ce Conseil est à l'heure actuelle au cabinet du Ministre d'Etat et — j'en parlais tout à l'heure avec le recteur Deyon — je pense que dès l'automne on aura l'occasion de réunir pour la première fois ce conseil qui sera, je l'espère, l'organisme qui nous permettra de mieux suivre l'évolution de ce secteur et de faire des propositions constructives pour faire avancer plus vite les réalisations.

36Voilà ce que je voulais vous dire. Je tiens en conclusion à vous indiquer que les relations internationales dans le domaine du sport universitaire devraient pouvoir se développer. En particulier au niveau de l'Europe, nous avons déjà un certain nombre de contacts. Pour terminer encore, excusez-moi si c'est l'administrateur qui parle, il se trouve que dans la sous-direction dont j'ai la charge, se situe aussi le secteur des affaires internationales qui traite des programmes du type Erasmus. Nous allons essayer lors des discussions qui ont lieu à Bruxelles de faire avancer la réflexion sur des possibilités d'élargissement de ces échanges à des activités comme le sport universitaire.

37Je vous remercie et je vous souhaite bon courage pour la suite de vos travaux.

RAPPEL DES OBJECTIFS

Jean-Paul Brefeil,

Animateur de la séance, Chargé de cours à l'Université de Toulouse, Union Nationale des Clubs Universitaires.

38Nous devons présenter aujourd'hui la situation du sport universitaire dans les douze pays de la C.E.E. Il s'agit d'une information réciproque sous forme d'exposés successifs. Je vous rappelle le principe de l'organisation des travaux. Chaque intervenant — français — est assisté d'un représentant du pays concerné. Selon les cas, pour chacun des pays de la Communauté, nous entendrons un ou deux exposés, et des documents écrits seront distribués.

39Dans la mesure où de nombreux orateurs doivent se succéder à la tribune, je souhaiterais que nous réservions les questions et les demandes d'informations supplémentaires pour plus tard.

40Pour conserver l'ordre alphabétique qui figure dans le programme, je vais donner tout de suite la parole aux intervenants de l'Allemagne.

□ ALLEMAGNE
République Fédérale d'Allemagne
Capitale
 : Berlin, siège du gouvernement actuel : Bonn.
Superficie : 357 000 km 2
Nombre d'habitants : 79,1 millions.
Langue : L'allemand est la langue maternelle de plus de cent millions d'hommes.
Monnaies : Deutsche Mark (DM) 1 DM = 3,34 FF environ.
Villes principales : Berlin, Hambourg, Munich, Cologne, Francfort.
Fête Nationale : 3 octobre, journée de l'unité allemande.
Depuis le 3 octobre 1990, l'Allemagne est à nouveau unie. Rappelons les ultimes étapes du calendrier de l'unification. Le 18 mars 1990 eurent lieu les premières élections libres en RDA. Le 23 août, la Chambre du Peuple, issue de ces élections, décida l'adhésion de la RDA à la République Fédérale et, le 20 septembre, les parlements des deux Etats allemands ratifièrent le traité d'unification adopté par les gouvernements. Le 2 octobre 1990 à minuit, la RDA cessa d'exister et, depuis le 3 octobre, l'Allemagne n'est qu'une.
L'Allemagne est une démocratie représentative : la loi fondamentale a confié l'exercice de la puissance publique à des organes spéciaux : les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Le président fédéral est le chef d'Etat de la République Fédérale d'Allemagne. Il est élu par l'Assemblée fédérale. Ses fonctions sont essentiellement de nature représentative.
La Diète fédérale est l'assemblée nationale de la République Fédérale d'Allemagne qui est élue par le peuple pour quatre ans selon le système dit de "représentation proportionnelle personnalisée". Les députés sont élus par tous les citoyes âgés de 18 ans et plus, au suffrage universel, direct, libre, égal et secret ; à leur tour, les députés désignent le chancelier, votent les lois et contrôlent le gouvernement.
Le Conseil fédéral représente les Länder.
Le gouvernement fédéral se compose du chancelier fédéral et des ministres fédéraux.

ALLEMAGNE : RAPPORT PRELIMINAIRE

Yves Sell,

Professeur à l'Université de Strasbourg - U.N.C.U.

41Trois des piliers du sport universitaire en Allemagne sont ou seront parmi nous puisque Monsieur König, Conseiller au Ministère de la Culture de Rhénanie-Wesphalie nous rejoindra demain. Par contre, Monsieur Treutlein, Membre de la Fédération Allemande du Sport Universitaire et Président du secteur athlétisme à l'A.D.H. est déjà parmi nous, ainsi que Monsieur Till Lufft, qui prendra la parole, pour nous présenter les structures sportives et universitaires en Allemagne.

42Je rappellerai brièvement ce qu'est la Fédération Allemande du Sport Universitaire (ou l'A.D.H. : Allgemeiner Deutscher Hochschulsportsverband). Elle prend en compte aussi bien les activités sportives et de loisirs de base pour l'ensemble des étudiants et des personnels universitaires que le sport de compétition.

43Si l'A.D.H. n'organise par le sport au sein même des Universités, elle représente cependant les intérêts sportifs de plus de 1,4 million d'universitaires (étudiants et personnels). Elle est membre de la Fédération sportive allemande (D.S.B.), de la Fédération allemande pour la jeunesse (D.S.J.), du Conseil mondial pour les sciences du sport et de la Fédération Internationale du Sport Universitaire (F.I.S.U.).

44Les missions et les objectifs de l'A.D.H. peuvent être résumés selon les principaux thèmes suivants :

  • sport de haut niveau et sport de compétition inter-universités,

  • animation du temps libre et sport pour tous,

  • formation de recherche sportive,

  • relations internationales,

  • organisation de séminaires.

Till Lufft,

Secrétaire Général de la Fédération Allemande du Sport Universitaire.

45J'aimerais tout d'abord remercier les organisateurs de ce Congrès pour le travail qu'ils ont entrepris. Pour moi, ce qui est important, c'est de procéder à des comparaisons, de manière à apprendre les uns des autres pour effectivement construire une Europe meilleure. Alors félicitations aux organisateurs : je pense que ceci est un congrès très utile.

46Les chiffres de participation des étudiants français au sport universitaire sont globalement similaires aux chiffres allemands bien qu'ils diffèrent selon les régions d'Allemagne. Je vais seulement parler du sport universitaire. Je ne vais pas parler de la science du sport en Allemagne, pas plus de la formation des professeurs d'éducation physique et sportive. Je vais brièvement parler de la Fédération Sportive Universitaire Allemande.

47On m'a donné dix minutes pour livrer une description succincte de l'étendue des domaines et des différents aspects du sport universitaire, ainsi que son développement.

I - Le sport universitaire : une histoire ancienne

48L'histoire de l'Université sportive en Allemagne date du siècle dernier, et déjà, en 1909, nous avions par exemple à Leipzig l'Académie Olympique Allemande. En 1920, nous avions la décision de Gottingen où l'assemblée des étudiants réclamait fortement le sport universitaire.

49En 1930, nous avons organisé les Championnats du Monde à Darmstadt ; maintenant nous dirions les Jeux Mondiaux. Donc, le développement et l'histoire du sport universitaire sont assez conséquents. La question du sport universitaire est apparue très tôt dans notre pays.

50Malheureusement, le sport universitaire a été accaparé par le régime nazi et, bien plus tard, en partie par les dirigeants est-allemands. Pour servir leurs objectifs, ils voulaient avoir des hommes solides, prêts à défendre leur pays, etc...

51Après la Seconde Guerre mondiale, il y a eu un changement complet dans le sport universitaire. De même, actuellement, le sport universitaire depuis la chute de la République Démocratique Allemande, a complètement changé en Allemagne de l'Est aussi. Non plus le sport obligatoire, mais le sport volontaire est maintenant d'actualité ; non plus être un homme solide, mais s'amuser par le sport est la raison de le pratiquer.

52Au début, après la Seconde Guerre mondiale, en 1948, le sport universitaire était principalement organisé par les étudiants eux-mêmes, et il est vrai que les étudiants jouent toujours un grand rôle dans les activités sportives et dans l'administration du sport universitaire allemand.

53Presque toutes les Universités ou institutions d'études supérieures ont un conseil de l'auto-administration des étudiants.

54Le sport universitaire en République Fédérale Allemande a changé aussi, et tout particulièrement en ce qui concerne les objectifs du sport.

II - La participation sportive des étudiants

55Jusqu'à la fin des années soixante, le sport de compétition se déroulait entre les Universités et dans les Universités. Mais dans les années qui ont suivi, divers facteurs sont venus influencer cette organisation : une demande croissante pour un sport de loisir, des changements sportifs en matière de sport, les choix sportifs donnés par l'Université et également les changements de mentalité de ceux qui participent. Ce n'est plus seulement ceux qui aiment la compétition sportive qui viennent à la pratique universitaire du sport. Nous avons appris qu'en France, à peu près 20 % de la population universitaire s'adonne au sport universitaire. Nous pourrons dire qu'en Allemagne, d'après nos recherches, 30 à 35 % font de même, les chiffres étant différents selon les diverses régions. En Allemagne de l'Ouest, le taux de participation est de l'ordre de 25 % ; en Allemagne de l'Est, il est de 60 %. Mais d'après les sondages, nous savons que beaucoup d'étudiants et de gens travaillant dans l'Université aimeraient participer directement au sport universitaire, s'ils avaient des horaires mieux conçus et des facilités plus adéquates. Ce ne sont pas seulement les étudiants qui prennent part au sport universitaire, mais aussi tous ceux qui travaillent à l'Université. Vous pouvez trouver-là, aussi bien des étudiants que des professeurs ou des employés de l'Université. Et ne sont pas seulement invités à participer les gens qui travaillent à l'Université mais aussi la population environnante de l'Université, les installations offertes étant assez grandes pour s'ouvrir à un large public.

III - Les programmes de développement du sport

56Il y a toujours le sport de compétition : c'est le Championnat Universitaire Allemand ; ce sont également des rencontres amicales avec d'autres pays, et nous invitons d'autres pays à notre Championnat Académique National, nous participons aux Universiades et nous organisons des Jeux Universitaires Mondiaux ou encore des Championnats du Monde. Mais, en pourcentage, c'est la partie la moins importante du travail de la Fédération et des Universités. Les sports de loisirs, de l'aérobic aux activités nautiques de toutes sortes, sont les plus demandés. Nous avons des réductions pour débutants, pour ceux qui n'ont pas participé à un sport à l'école, ou qui détestaient le sport à l'école et qui maintenant ont trouvé une voie vers le sport ou découvert une nouvelle pratique sportive. Il y a des activités ciblées, comme le sport et la santé, le sport et la nutrition, le sport et l'environnement, le sport pour les handicapés et pour les gens en bonne santé. Donc, l'objectif général est bien de promouvoir les sports pour tous ceux qui travaillent à l'Université, le sport pour les étudiants bien sûr, et de parvenir à les convaincre d'acquérir un intérêt durable pour le sport.

IV- L'organisation et le financement du sport universitaire

57La base légale est la loi allemande pour l'enseignement supérieur, mais nous devons nous référer brièvement à la constitution. Nous n'avons pas un système centralisé tout au moins pas dans les affaires culturelles. Les textes de loi attribuent la promotion du sport en tant que tâche de l'Université, mais pour la mise en pratique du tout, c'est la tâche des différents "Länder", des différents Etats en Allemagne. Et ceci est notre principal problème car, selon le pouvoir économique des différents "Länder", les subventions pour le sport universitaire sont très variables. Nous avons des "Länder" où le sport universitaire est très bien subventionné, et d'autres où il l'est moins bien.

58Cependant, la conférence des ministères des affaires culturelles des différents "Länder", a convenu que le sport universitaire n'a pas seulement ces bases légales que je mentionnais, mais qu'il est aussi très important — et elle en a fait une déclaration — de promouvoir le sport universitaire pour des raisons de santé, pour des raisons sociales, dans le but d'avoir des loisirs intéressants en tant qu'étudiants, de promouvoir l'intégration des différents groupes au sein de l'Université, et aussi d'encourager un comportement sportif durable. Mais c'est le maximum sur lequel les membres de cette commission ont pu se mettre d'accord. Par contre, ils n'ont pu se mettre d'accord sur le montant des subventions que chaque état devrait donner à l'Université.

59Néanmoins, nous avons la déclaration de ces ministres visant à promouvoir le sport et la Fédération compte toujours là-dessus, le souligne et au besoin leur rappelle leurs devoirs. Même à l'intérieur d'un "Land", les conditions, les circonstances pour le sport universitaire sont différentes et ceci selon la tradition historique des Universités ; il y a des Universités très récentes qui n'ont pas d'aménagements sportifs et d'autres, très traditionnelles et anciennes, qui ont des aménagement sportifs. Donc, ce n'est pas très bien équilibré dans l'ensemble mais nous devons faire avec.

Le rôle de la Fédération Allemande du Sport Universitaire (A.D.H.)

60J'en viens au devoir de la Fédération sportive allemande. Pour être plus clair, il n'y a pas d'organisation de sport pour l'Université, c'est fait par l'Université elle-même, comme j'ai essayé de l'expliquer. En tant que Fédération Allemande du Sport Universitaire, nous apportons uniquement une aide. Nous organisons le Championnat National des étudiants, nous envoyons une équipe représentative à l'étranger ou nous recevons des équipes représentatives en Allemagne. Mais ceci, nous le faisons en coopération avec nos Universités allemandes. La semaine dernière, par exemple, nous avons eu le premier Championnat du Monde pour étudiants à Darmstadt ; le principal travail a été fait par nos amis de Darmstadt.

61La principale tâche de la Fédération est de représenter les intérêts des Universités envers l'Etat, les ministères et au sein de la République Fédérale pour ce qui la concerne. Nous distribuons l'information, nous promouvons la formation et la recherche pour ceux qui enseignent ou qui organisent le sport universitaire à l'Université.

LE ROYAUME-UNI : RAPPORT PRELIMINAIRE

Colette Andrusyszyn,

Administrateur de l'Union Nationale des Clubs Universitaires. Directrice du Comité Régional du Sport Universitaire du Nord-Pas-de-Calais.

62Ce dossier préliminaire a été réalisé avec le concours d'Alan Rustage, Directeur de l'institut "Physical Education" de l'Université d'Essex, et sera complété au moment des débats de l'Université Sportive d'Eté.

63Ont été contactées plus particulièrement les Universités de :

  • Essex

  • Loughborough

  • Warwick

  • Edimbourg (Ecosse)

  • Limerick (Irlande)

I - Les Universités Britanniques

64Il existe à peu près soixante Universités en Grande-Bretagne, chacune d'elles comprenant un effectif de 2 500 à 12 000 étudiants. Seulement quelques-unes d'entre elles offrent un premier et second cycle en sport, telles Loughborough, Exeter, Warwick, Leeds et Sheffield. La plupart des Universités britanniques proposent des programmes sportifs volontaires.

65Comme les différences entre les Universités et les Ecoles Polytechniques Anglaises sont amenées à disparaître, toutes les Ecoles polytechniques peuvent être considérées par conséquent en tant qu'Universités. Quelques Ecoles polytechniques offrent des formations sportives.

II - Organisation des activités sportives à l'Université

66La plupart des Universités proposent des programmes qui offrent des cours dans une large variété de sports tels que l'aérobic, l'athlétisme, le badminton, le football, le squash, le tennis, le volley-ball, la musculation...

67Elles ont aussi un programme de compétition interne. Ceci ne tend pas nécessairement à désigner le meilleur sportif, mais à essayer d'accroître la participation. Les équipes proviennent généralement des lieux de résidence, des Universités de Formation et de Recherche en Sciences Techniques des Activités physiques et Sportives, des associations et des sections sportives.

III - Les installations sportives dans les Universités Britanniques

68La plupart des Universités possèdent d'excellentes installations : grandes salles omnisports, des courts de squash, des salles de musculation, des saunas et solariums, un mur d'escalade, des terrains de tennis, des terrains de football, rugby, des vestiaires... Vingt Universités au moins possèdent une piscine.

IV - Le personnel et les finances dans les Universités Britanniques

69Les Universités sont indépendantes les unes des autres. Aussi, il est très difficile de décrire exactement ce qu'elles possèdent.

70Pour les cours, elles ont toujours un professeur principal, un adjoint et d'autres enseignants aidés par des techniciens.

71La plupart des Universités offrent des pratiques sportives de loisir telles que celles proposées par la "Fondation Nationale d'Enseignement". Elles possèdent en général un directeur, deux sous-directeurs, quelques assistants sportifs ou superviseurs, du personnel d'accueil et des aides au secrétariat. Quelques Universités ouvrent leurs installations sportives et prêtent leur matériel sportif au public et au personnel, à titre payant. Le montant des revenus varie de £50 000 pour les petites Universités, à £250 000 pour les plus importantes.

V - L'Union Athlétique des Etudiants

72La plupart des Universités possèdent un groupe d'étudiants chargés de s'occuper de l'organisation des clubs sportifs (le club sportif étant composé des étudiants de l'Université). Le groupe est connu par son nom, Union Athlétique des Etudiants ou Fédération Sportive des Etudiants. Celle-ci est constituée d'un(e) secrétaire et d'un Président étudiant "sabbatique" ; il s'agit d'un étudiant qui prend une année de disponibilité ayant un salaire équivalent à celui d'une secrétaire grade 1 (de £5 820 à £6 397 par an). L'Union Athlétique est également constituée d'étudiants volontaires pour l'aider à mener à bien cette organisation.

VI - Les organisations du sport universitaire

a - L'Union Athlétique Universitaire (U.A.U. : University Athletics Union)

73Elle comprend à peu près quarante Universités membres. Elle se charge de l'organisation des sports collectifs masculins et féminins en Angleterre et au Pays de Galles. L'U.A.U. n'inclut pas les Universités d'Oxford, de Cambridge ainsi que les Universités Ecossaises et Irlandaises.

74Les compétitions inter-Universités sont regroupées dans plusieurs championnats. Elles tiennent compte des divisions, et les meilleurs de chaque division se rencontrent en finales au niveau national.

75Le siège social de l'U.A.U. se trouve à Londres.

76L'U.A.U. reçoit de l'argent de chaque Université au prorata du nombre d'étudiants (en moyenne 40 p. par étudiant).

b - La Fédération Sportive des Universités Britanniques (B.U.S.F. : British University Sports Federation)

77Le siège social se trouve à Birmingham, et toutes les Universités anglaises, irlandaises, galloises et écossaises peuvent en être membres. Cette Fédération organise plus de trente championnats, ceci pour chaque type de sport. Elle est financée suivant un taux fixe de 31 p. par étudiant. Ce sont les Universités qui payent cette redevance.

c - La Fédération Sportive des Etudiants (B.S.S.F. : British Student Sports Federation)

78Cette Fédération couvre tous les types de sports au niveau universitaire. Cette Fédération représente les étudiants britanniques au sein de la Fédération Internationale du Sport Etudiant. Elle organise des compétitions auxquelles les membres des organismes précédemment cités (U.A.U. et B.U.S.F.) peuvent également participer.

79Le siège social est à Birmingham.

80Elle reçoit des financements des organismes affiliés pour gérer les compétitions, les frais d'administration.

81L'administration de cette Fédération est assurée par un secrétaire assisté d'un personnel de la Fédération Sportive des Etudiants Britanniques, de la Fédération Sportive des Universités Britanniques, de l'Association des Etudiants Polytechniciens Britanniques et de l'Association Sportive des Collèges Anglais. La Fédération est également financée par actions. Un complément de financement est assuré au moyen d'une contribution versée par les fédérations qui participent aux rencontres sportives internationales, exceptée "l'Universiade", celle-ci bénéficiant de financements différents.

VII - L'Association des Centres Sportifs des Universités Britanniques

82Cette association professionnelle regroupe les professeurs de sport et autres personnels travaillant pour les centres sportifs des Universités.

83Chaque Université paie une souscription pour permettre à cette association de fonctionner. Les particuliers peuvent également adhérer en payant une souscription moindre.

84L'association publie un bulletin d'informations pour ses adhérents. Elle organise également des conférences, des séminaires et publie des documents tels que des guides concernant la sécurité.

VIII - Les bourses sportives universitaires

85Un certain nombre d'Universités anglaises offrent des bourses sportives. En bref, l'Université est en contact avec des sponsors, ce qui permet à l'étudiant boursier de faire une formation de trois ans en quatre, et de quatre ans en cinq. L'année supplémentaire est consacrée à la pratique des sports. Le temps passé à étudier est planifié en fonction des activités sportives. Les relations entre le personnel sportif, les psychologues, les responsables du centre médical... sont très développées.

86Quelques Universités offrent des bourses d'un montant de £500 chacune. Cela permet à l'étudiant de couvrir ses frais d'équipements sportifs et de déplacements pour les entraînements et compétitions.

LE ROYAUME-UNI : COMMUNICATION COMPLEMENTAIRE

Graham Solley,

Vice-président de la Fédération Internationale du Sport Universitaire,

Président de la Commission Européenne du Sport Universitaire,

Vice-Président de la Bristish Student Sports Federation.

Le sport dans l'Enseignement Supérieur au Royaume-Uni

87Pour les vingt-trois dernières années, l'Enseignement Supérieur s'est fait en Universités, dans les Ecoles Polytechniques et les Grandes Ecoles d'Education Supérieure.

88Une législation gouvernementale récente a conféré un statut universitaire à toutes les Polytechniques. Donc dans un avenir prévisible, l'Enseignement Supérieur sera assuré dans les Universités et les Grandes Ecoles (universitaires) de l'Education Supérieure. Bien que certaines Grandes Ecoles continueront d'avoir leurs cursus validés par le Conseil National des Diplômes Universitaires, beaucoup d'autres seront "associées" à leurs Universités régionales pour la validation des cursus.

89Au sein des Universités et des Grandes Ecoles, il y a quatre domaines principaux où le sport et les études sont inclus. Bien que la plupart, sinon toutes, proposeront des options sportives comme il est expliqué au paragraphe 1, seulement une minorité proposera des cours et se consacrera à la recherche comme il est souligné aux paragraphes 2, 3 et 4.

  1. Le sport et les programmes de loisirs proposés par les départements sportifs et par les associations étudiantes d'athlétisme pour le bénéfice de la communauté étudiante.

  2. Dans l'enseignement de premier cycle tous les étudiants doivent suivre un cours obligatoire d'éducation physique à côté de la matière principale de leurs études, qui peut également être une spécialisation en éducation physique, menant à terme à un statut de professeur certifié.

  3. Le sport et les études de loisirs pour les étudiants de premier cycle et de second cycle :

  • la gestion du sport,

  • la gestion des loisirs,

  • la science du sport et la gestion.

  1. Le sport de loisir et la recherche en loisir : en jonction avec les cursus mentionnés aux paragraphes 2 et 3, un grand nombre d'étudiants et de personnels sont activement impliqués dans une large gamme de thèmes de recherche sur les questions sportives.

90Pendant l'exposé, des informations détaillées, complémentaires seront présentées dans chacun des domaines cités (...).

91J'ai l'intention maintenant de développer, très rapidement, certains points qui viennent d'être mentionnés (...).

92Je souhaite démarrer par les dispositions prévues pour le sport de base et de manière à progresser jusqu'aux dispositions prévues pour le sport d'élite dans l'Enseignement Supérieur.

93Comment caractériser le sport étudiant en Grande-Bretagne ? Je voudrais insister sur le fait que 50 % de l'Education Supérieure en Grande-Bretagne se fait en dehors de ce que l'on appelle le secteur universitaire, dans les Ecoles Polytechniques.

94Dans ces Etablissements, il y a quatre cursus prévus. Il y a les programmes sportifs et récréatifs proposés par les Départements Sportifs. Je suis Directeur du Département Sportif dans mon propre Etablissement.

95Il y a de la remise en forme, de l'Education Physique pour les professeurs en formation et il y a des sports, des loisirs, sans oublier la recherche en matière de sports et de loisirs.

96Ce dont je veux traiter, c'est le sport et les programmes de loisirs sportifs proposés par les Directeurs des Départements Sportifs et de Loisirs mais également, par les Associations Etudiantes et les Associations Sportives auxquelles il a été fait référence.

97Il y a une grande variété de choix proposés. Il n'y a pas deux établissements qui proposent le même niveau dans les cursus. Cela dépend de l'histoire de l'Etablissement et la plupart d'entre vous seront conscients que les traditions d'Oxford et de Cambridge en matière de sport universitaire ont influencé les évolutions qui ont eu lieu dans les Universités.

98Cela dépend beaucoup de l'attitude de l'Etablissement à vouloir former soit un étudiant "à la tête bien pleine", soit un étudiant "à la tête bien faite" : le sacro-saint point de vue selon lequel la finalité de l'Enseignement Supérieur n'est pas uniquement d'étudier des disciplines universitaires, mais consiste à former des individus "à la tête bien faite" qui contribueront pleinement à la construction de la Société dans l'avenir.

□ ROYAUME-UNI
Capitale : Londres.
Superficie : 244 111 km2
Nombre d'habitants : 56,9 millions.
Langue : Anglais.
Monnaie : Livre sterling.
Villes principales : Birmingham, Edimbourg, Leeds, Liverpool, Londres.
Le Royaume Uni est une monarchie parlementaire.
Le pouvoir exécutif est conféré par le souverain (La reine Elisabeth II) au chef du parti majoritaire à la Chambre des Communes (premier ministre).
Les ministres sont nommés sur recommandation du premier ministre.
Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement qui se compose de la Chambre des Communes (650 députés élus directement) et la Chambre des Lords (1 000 membres pour la plupart des pairs héréditaires).
La durée de la législature est fixée à cinq ans.
Le droit de vote est accordé à 18 ans.
Il n'y a pas de service militaire.

LE SPORT UNIVERSITAIRE EN IRLANDE

99Il est sensiblement organisé comme en Grande-Bretagne. Tous les étudiants paient également un droit sportif.

□ IRLANDE
Capitale : Dublin.
Superficie : 70 300 km2
Nombre d'habitants : 3,5 millions.
Villes principales : Cork, Dublin.
Langues officielles : Irlandais (gaélique) et anglais.
Monnaie : Livre irlandaise.
Fête nationale : 17 mars (Saint Patrick).
L'Irlande est une démocratie parlementaire.
Le pouvoir législatif est conféré au Parlement national qui se compose d'un président et de deux chambres (Chambre des représentants et Sénat).
Droit de vote : 18 ans.
Le service national n'est pas obligatoire.

□ DANEMARK
Capitale
 : Copenhague.
Superficie : 43 080 km2 composé de la péninsule du Jutland et de 483 îles.
Nombre d'habitants : 5,1 millions.
Langue : Danois.
Monnaie : La couronne danoise (DKR).
Fête nationale : 5 juin.
C'est une monarchie constitutionnelle fondée sur la démocratie parlementaire. Le pouvoir législatif est exercé par la reine et le Parlement. Les 179 membres sont élus au suffrage universel pour quatre ans.
Le droit de vote et l'éligibilité sont accordés à l'âge de 18 ans. Le service militaire est obligatoire.

LE DANEMARK : RAPPORT PRELIMINAIRE

Jean-Michel Martin,

Directeur de l'Institut en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives - Université de Reims.

100Depuis le début de l'année, chacun sait où se trouve le Danemark puisque, d'une certaine manière, ses habitants se sont prononcés contre l'Unité européenne.

101Quand on fait une analyse de ce qui se passe au Danemark, on se rend compte que deux Universités seulement ont des départements qui s'occupent du sport — et il faut savoir qu'il s'agit plus d'éducation physique que de sport d'ailleurs — et qui ont une vocation essentielle : former des enseignants en éducation physique et sportive.

102En effet, si l'on prend les références de différents établissements d'enseignement supérieur, on constate que seules deux Universités comportent des départements ayant pour objet l'éducation physique :

  • Danmarks Hojskole for Legemsovelser University of Copenhagen
    The Danish State Institute of Physical Education
    COPENHAGEN

  • Department of Physical Education
    Odense University
    EDENSE

103De plus, quand on s'intéresse au contenu et aux orientations de ces instituts, on constate qu'ils sont exclusivement organisés pour former des futurs éducateurs qui auront à œuvrer dans le cadre des établissements scolaires.

104Il faut donc se rendre à l'évidence, les étudiants ne font pas de sport à l'Université. Il n'existe d'ailleurs quasiment pas d'équipements sportifs. Même si le Danemark est bien présent à la F.I.S.U., il est clair que cette représentation n'est pas celle d'une action conduite au sein du milieu universitaire.

105Si on essaye de savoir où pratiquent les étudiants danois, on se rend compte que la structure sociale du Danemark est organisée de telle manière que les clubs et les entreprises privées accueillent ces étudiants pendant leurs études. L'Université ne participe pas au sport universitaire pour l'ensemble des étudiants.

106En conclusion, le Danemark paraît avoir adopté une solution qui permet aux étudiants une pratique sportive, celle-ci étant structurée en dehors des murs de l'Université.

L'ESPAGNE : RAPPORT PRELIMINAIRE

Daniel Bonzoms,

Directeur du Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives - Université de Montpellier.

107Je ne voudrais pas commencer ce très court exposé sans vous rappeler que l'Espagne est un pays actuellement en pleine mutation. Elle l'a démontré par l'organisation cette année de grandes manifestations comme l'Exposition Universelle de Séville, qui se tient actuellement, et comme les Jeux olympiques de Barcelone.

108J'ai l'impression que les Universités sont engagées dans la même dynamique et qu'elles cherchent également à s'ouvrir vers les autres pays d'Europe. J'ai trouvé cet élan, et cette détermination aussi bien dans les Universités de Barcelone et de Madrid, pour aller à la rencontre des autres. De plus, l'ensemble du peuple espagnol, et cela se retrouve aussi dans les Universités, est habitué à recevoir des étrangers. L'Espagne est un pays où le tourisme occupe une grande place, et ce domaine a fait évoluer les mentalités dans le sens de l'ouverture à l'Europe.

109M. Sergio Quesada, professeur de mathématiques statistiques à l'Université d'Alicante, est en même temps directeur du service des sport dans son Université. Il est également membre du Conseil Espagnol du Sport Universitaire. Il pourra compléter l'exposé très succinct que je vais vous faire.

110Il y a quarante et une Universités qui organisent l'enseignement supérieur. On peut dire qu'il y a beaucoup de différences d'une Université à l'autre dans l'organisation, dans les équipements et dans les structures mêmes des Universités. Il y a une réelle autonomie universitaire qui a conduit à une différenciation vraiment très importante des Universités entre elles. Je ne pourrai donc pas faire de présentation globale.

111Au niveau des équipements, j'ai pu visiter par exemple l'Université "Complutense" de Madrid. Cette Université possède deux très grands espaces sportifs mis à la disposition des étudiants.

□ ESPAGNE
Capitale : Madrid.
Superficie : 504 800 km 2
Nombre d'habitants : 39 millions.
Villes principales : Barcelone, Madrid, Séville, Valence, Saragosse, Malaga, Bilbao.
Langue : Espagnol ou Castillan, Catalan, Galicien, Basque.
Monnaie : Peseta.
Fête nationale : 12 octobre (mais chaque communauté autonome a sa propre fête).
C'est une monarchie constitutionnelle héréditaire fondée sur un régime démocratique parlementaire.
Le roi Juan Carlos 1er est le chef de l'Etat, chef suprême des armées.
Le Parlement (Cortes generales) exerce le pouvoir législatif par l'intermédiaire de ces deux assemblées :
La Chambre des députés : 350 représentants élus au scrutin proportionnel tous les quatre ans.
Le Sénat ou Chambre haute : 225 membres élus au scrutin majoritaire tous les quatre ans dans les provinces, ou désignés par les parlements autonomes pour la représentation adéquate proportionnelle. Les projets de loi doivent être soumis aux deux chambres, mais normalement, c'est à la chambre des députés que revient la décision ultime.
Le président du gouvernement est M. Felipe Gonzales Marquez. Les élections législatives ont lieu tous les quatre ans, au suffrage universel libre direct secret.
L'âge de la majorité et le droit de vote sont à 18 ans.
Le service militaire est obligatoire pour les hommes.

112Elle accueille même le Conseil Supérieur des Sports d'Espagne sur ses propres terrains, ce qui, par rapport à d'autres Universités, est vraiment à considérer comme un trait original. La pratique universitaire également reflète cet état de fait.

113La compétition universitaire est organisée dans le cadre du C.E.D.U. (Conseil Espagnol des Sports Universitaires). Le C.E.D.U., qui a été créé en 1988, comprend des membres de différentes Universités. Ceux-ci prennent des décisions en commun et organisent eux-mêmes huit activités sportives (avec, en plus les jeux d'échecs) que j'ai citées dans mon rapport : athlétisme, cross, badminton, judo ski, squash, tennis et tennis de table. Puis le C.E.D.U. examine des projets d'organisation présentés par les Universités pour les autres activités sportives. Il donne une côte de label et des subventions aux organisations reconnues et acceptées par ce Conseil.

114En guise de conclusion, il semblerait que chaque Université autonome ne travaille pas, ou très peu, en relation avec les autres ; simplement parfois par le biais de petites rencontres interuniversitaires.

115Il ressort que l'organisation du sport universitaire est un peu moins complexe qu'en France. Les clubs universitaires sont encore balbutiants mais commencent à revendiquer clairement leur existence.

116Peut-être pourrons-nous aller un peu plus loin avec le témoignage de Monsieur Quesada et découvrir les réalités de ce monde universitaire Espagnol.

□ FRANCE
Capitale
 : Paris.
Superficie : 544 000 km 2
Nombre d'habitants : 58 millions.
Langue : Français.
Monnaie : Franc français.
Fête nationale : 14 juillet.
La France est une république avec répartition des pouvoirs entre le président de la République, le gouvernement et le Parlement.
Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour sept ans.
Le Parlement est composé de deux chambres
○ L'Assemblée Nationale : 577 députés.
○ Le Sénat : 317 membres élus pour neuf ans au suffrage indirect (renouvelable par tiers tous les trois ans).
La majorité est à 18 ans, ainsi que le droit de vote. Le service national est obligatoire pour les hommes.

LA FRANCE : RAPPORT PRELIMINAIRE

Claude Labrousse,

Président du Groupement National des Directeurs de Services Universitaires des Activités Physiques et Sportives.

117En France, le Sport Universitaire est né du mouvement syndical étudiant. Dès le début du siècle dans certains cas, mais surtout après la guerre de 1914-18, ce sont les Assemblées Générales d'étudiants qui se sont organisées avec des commissions sportives qui sont devenues les Clubs Universitaires.

118A cette époque, l'Etat ne s'occupait pas du sport des étudiants.

119Après la deuxième guerre mondiale, certains Directeurs Régionaux de la Jeunesse et des Sports et certains Recteurs ont souhaité que le sport se développe dans l'Université. Pour cela, ils ont mis à disposition des Universités un certain nombre d'enseignants d'Education Physique. C'est ce qui explique les situations inégales d'une Université à l'autre.

120C'est en 1968, avec la loi Faure que furent créés les S.I.U.A.P.S. (Services Universitaires — ou Inter-Universitaires — des Activités Physiques et Sportives). Leur mise en place effective date de 1970.

121Le système universitaire français peut être schématisé en deux grandes organisations : les Universités, d'une part, et les Grandes Ecoles, d'autre part. Nous verrons que les types de moyens et de fonctionnement ne sont pas les mêmes dans les deux structures.

I - La Tutelle

122Le sport universitaire français qui se trouvait, depuis toujours, sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports, vient de passer, en 1981, sous la responsabilité de l'Education Nationale.

123Il faut remarquer, qu'en France, il y a soixante quatorze Universités qui regroupent actuellement environ 1 300 000 étudiants.

124Cependant, le Ministère de la Jeunesse et des Sports n'est pas totalement absent du Sport Universitaire puisque c'est lui qui prend en charge les activités internationales de la Fédération Nationale du Sport Universitaire.

125En ce qui concerne les Grandes Ecoles, qui regroupent environ 145 000 étudiants pour environ quatre cents établissements, quarante et une Grandes Ecoles dépendent de l'Education Nationale et les autres sont sous la dépendance soit du Ministère des Armées, soit de la Santé, soit de l'Agriculture ou sont tout simplement des Etablissements privés.

II - Quelles sont les missions de l'Enseignement Supérieur en matière d'Activités Physiques et Sportives ?

126Ces missions découlent de plusieurs lois. Ce matin, Monsieur Lojacono n'a pas omis d'insister sur l'importance des lois en matière de sport universitaire. Nous n'en manquons pas en France. Nous avons eu, en 1968, la loi Faure puis une loi sur les sport (loi Mazeaud en 1975), puis la loi Savary sur l'Enseignement Supérieur et la loi Avice en 1984.

127On peut donc résumer les missions, qui découlent de ces lois, de la façon suivante :

  • les formations générales d'éducation physique pour les étudiants avec parfois des activités intégrées dans les cursus. Il s'agit soit de la préparation aux compétitions, soit simplement d'une activité de formation ou d'une activité de loisirs ;

  • les formations à finalités professionnelles ; ce sont les métiers du sport ;

  • la recherche dans le domaine du sport ;

  • l'accueil du sport de haut niveau ;

  • le développement du milieu associatif universitaire ;

  • la gestion des installations sportives universitaires quand elles existent.

III - Quelles sont les structures qui permettent d'accomplir ces missions ?

128Le système universitaire français, de ce côté-là, est peut-être un peu compliqué.

129Il convient de distinguer :

130- les S.U.A.P.S. (Services Universitaires des Activités Physiques et Sportives) et les S.I.U.A.P.S. (Services Inter-Universitaires des Activités Physiques et Sportives) qui ont été créés en 1968. Ils ont en charge toutes les missions qui ont été nommées tout à l'heure, sauf les missions du métier du sport et dans de nombreux cas la recherche. Ils sont regroupés au sein d'un Groupement National des Directeurs de S.U.A.P.S. et de S.I.U.A.P.S.

131- les U.F.R. S.T.A.P.S. (Unités de Formation et de Recherche en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives). Nous parlerons demain des problèmes de formation. On aura l'occasion de préciser le rôle de ces instituts. Retenons simplement que ces U.F.R. S.T.A.P.S. forment de façon générale aux métiers du sport.

132- les Associations Sportives d'Etablissements et la Fédération Nationale du Sport Universitaire (F.N.S.U.).

133Les Associations Sportives ont été créées dans toutes les Universités. Elles sont ouvertes aux étudiants et aux personnels des Universités. Elles ont pour but essentiel la participation aux compétitions organisées par la F.N.S.U. La F.N.S.U. organise les compétitions régionales, nationales et internationales des étudiants. Elle est affiliée à la F.I.S.U.

134- les Clubs Universitaires et l'Union Nationale des Clubs Universitaires.

135Les Clubs Universitaires sont les créateurs du sport universitaire au début du siècle. Ils ont pour mission d'ouvrir l'Université sur la Cité et sur le sport fédéral. Leurs adhérents sont le plus souvent des étudiants mais ils sont ouverts aux scolaires et aux autres "couches" de la population. Ils participent aux compétitions civiles et non aux compétitions des étudiants entre eux. Ils comptent actuellement environ 65.000 membres dont 2 000 sont étudiants. Ils sont regroupés dans une Fédération : l'Union Nationale des Clubs Universitaires qui est d'ailleurs l'un des co-organisateurs de notre Université d'Eté.

136Il faut remarquer que peu de Grandes Ecoles ont des services spécialisés du type S.U.A.P.S.. Les cours sont généralement intégrés dans les cursus et dans les programmes des études avec prise en compte ou non de l'activité au niveau des examens. La structure d'accueil la plus développée dans les Grandes Ecoles est surtout l'Association Sportive d'Etablissement.

IV- Pour pouvoir pratiquer, il faut des équipements. Quelle est la situation des équipements sportifs universitaires en France ?

137Là, encore, nous distinguerons les équipements des Universités et ceux des Grandes Ecoles.

- Pour les Universités

138Sur cinquante six villes universitaires en France, vingt et une villes ne sont pas pourvues d'installations propres. Les Universités utilisent dans ce cas-là, et quand elles le peuvent, les installations municipales. Cette solution est souvent observée. Pour les trente cinq villes qui ont des installations, la répartition est la suivante : l'équivalent d'environ cent vingt-sept gymnases, onze piscines et l'équivalent de deux cent soixante quinze terrains de sports. Il faut savoir que ces installations sont relativement anciennes car presque toutes ont été construites avant 1975. Ce matin, il a été fait allusion au rapport Fabre qui a analysé le sport universitaire français, et cette enquête montre que si on voulait faire pratiquer du sport à un étudiant sur cinq à raison de deux heures par semaine dans des conditions décentes, il faudrait créer immédiatement quatre vingt douze gymnases de 1 000 m2. Il y a donc un retard assez considérable par rapport à nos collègues britanniques, pour ne prendre qu'un exemple.

- Pour les Grandes Ecoles

139La situation n'est peut-être pas aussi dramatique. Mais, là aussi, il faut faire attention car l'enquête n'a pas porté sur l'ensemble des Etablissements mais uniquement sur cent Etablissements. Et sur les cent Etablissements concernés, on trouve dans les Grandes Ecoles : quatre-vingt-treize gymnases, soixante-sept salles spécialisées, cent vingt terrains extérieurs et dix-huit piscines. Je rappelle que les Grandes Ecoles s'adressent à 145 000 étudiants, que les Universités s'adressent à 1 300 000 étudiants. On peut pratiquement dire que les équipements sont équivalents d'un côté et de l'autre, mais évidemment, il n'y a pas la même fréquentation ; de plus, on peut donc dire que la situation des Grandes Ecoles est moins mauvaise que dans les Universités.

V - Après les installations, pour pratiquer, il faut disposer d'un encadrement pour étudiants

140Il convient, là aussi, de distinguer deux cas : les Universités et les Grandes Ecoles. Pour les U.F.R. S.T.A.P.S., le problème est différent. Il sera évoqué demain dans le thème "Les Formations".

- Pour les Universités

141Il y a 1 300 000 étudiants et quatre cent vingt-sept enseignants d'Education Physique, soit un taux d'encadrement de 1 pour 2 810 étudiants (calculé sur la base d'un million et deux cent mille étudiants inscrits). C'est un taux très faible se rapportant à deux heures hebdomadaires. L'enquête de Monsieur Fabre montre que si on voulait faire faire du sport à un étudiant sur cinq, c'est-à-dire à 20 % de l'effectif étudiant durant deux heures hebdomadaires, il faudrait immédiatement créer quatre vingt-cinq postes supplémentaires.

- Dans les Grandes Ecoles

142La situation est plus favorable, tout au moins pour certaines institutions, car les situations sont très diverses. Il y a des Grandes Ecoles qui n'ont pas d'enseignants et d'autres qui ont un taux d'encadrement de l'ordre de 1 enseignant pour 24 étudiants. La moyenne se situerait, et il faut tout de même être prudent, en avançant des chiffres, à 1 enseignant pour 250 étudiants.

143Au niveau du personnel, il faut remarquer qu'il n'y a pas que des enseignants d'Education Physique. Beaucoup d'Etablissements utilisent le système de vacataires qui peuvent être parfois des enseignants d'Education Physique venus du second degré mais qui sont souvent des étudiants qui reçoivent une formation plus ou moins poussée. Ce système est assez développé dans les Grandes Ecoles. Il se développe de plus en plus dans les Universités ; par contre il l'est assez peu dans les U.F.R. S.T.A.P.S..

144Au niveau de l'encadrement, il ne faudrait pas mettre de côté la Fédération Nationale du Sport Universitaire. Car si elle a comme mission l'organisation des compétitions, la F.N.S.U. comporte actuellement 80 000 licenciés ; et pour animer ces 80 000 licenciés, elle ne dispose que de 34 postes d'enseignants qui ont surtout un travail administratif.

VI - Des installations, des enseignants et évidemment un budget de fonctionnement

145Actuellement, le budget des S.U.A.P.S. est d'environ 70 millions de francs dont 23 proviennent de subventions du Ministère de l'Education Nationale, soit 32 %. Les 47 millions restant sont des ressources propres qui proviennent de cotisations annuelles demandées aux étudiants — on appelle cela "le droit sport" — qui varie selon les Universités de 25 à 80 francs pour l'année.

146Cependant, certaines Universités n'ont pas institué cette cotisation, en particulier, dans la région parisienne, pour la raison suivante. N'ayant pas d'installations sportives, elles ont des difficultés à offrir des activités sportives. Elles ne voient pas comment elles pourraient justifier une cotisation pour une activité qui n'existe pas.

147En ce qui concerne la F.N.S.U., le budget annuel est d'environ 18 millions de francs, dont environ 60 % proviennent du Ministère de l'Education Nationale, et du Ministère de la Jeunesse et des Sports pour la partie internationale. Le reste, ce sont des ressources propres qui sont, en particulier, alimentées par une cotisation que l'on appelle, en France : licence, et dont le coût moyen est de 90 francs par étudiant.

VII - Quels sont les résultats que nous avons obtenus avec les moyens que je viens de décrire ?

- Les S.UA.P.S.

148Il faut savoir que la pratique étudiante est libre. Il n'y a pas d'obligation et environ 240 000 étudiants pratiquent dans le cadre des S.U.A.P.S., soit une moyenne nationale de l'ordre de 20 %.

149Les activités offertes peuvent se résumer ainsi :

  • des activités intégrées dans les cursus, sous forme d'options, unités de valeur, certificats ;

  • des activités d'initiation ou de pratique sportive éducative ou de loisir ;

  • l'entraînement et la pratique des compétitions, c'est-à-dire la préparation des compétitions F.N.S.U., en sachant que la plupart du temps, les préparations sont assurées par les S.U.A.P.S. et non par la F.N.S.U. car cette dernière n'a pas les moyens d'encadrement ;

  • l'accueil des sportifs de haut niveau.

- Les Grandes Ecoles

150Par contre, pour les Grandes Ecoles, la pratique est souvent obligatoire. Actuellement, 48 % des Etablissements ont institué la pratique obligatoire des Activités Physiques et Sportives. Et sur ces 48 %, 36 % ont inséré les Activités Physiques dans les cursus ; autrement dit, elles interviennent au niveau des notes dans les examens. Autre caractéristique, c'est que le taux de participation aux compétitions. Dans les Grandes Ecoles, il est beaucoup plus élevé que dans les Universités puisque 27 % des étudiants inscrits dans ces établissements sont licenciés à la F.N.S.U.

151Cependant, on assiste à un grand développement de compétitions parallèles, organisées par les étudiants des Grandes Ecoles, parallèles en particulier à celles organisées par la F.N.S.U. Et il faudra vraisemblablement, que l'on se penche sur ce problème pour faire en sorte que cette force puisse amener un certain nombre d'autres forces vives à la F.N.S.U. elle-même.

VIII - Les pratiques sportives universitaires

152En France, actuellement, les sports les plus pratiqués, dans le cadre universitaire, se situent de la façon suivante : le volley-ball arrive très largement en tête, et on trouve ensuite la natation, le tennis et la préparation physique générale.

153Pour conclure, on pourrait dire que le sport universitaire en France ne demande qu'à se développer mais il faudrait pour cela lever un certain nombre d'obstacles qui se situent principalement au niveau des manques de moyens (installations, personnel et crédits de fonctionnement). Mais il y a aussi une prise en compte plus importante du sport par les autorités universitaires elle-mêmes, et il faut s'en réjouir. En France, l'Université a été très longtemps — le Recteur Deyon le disait encore ce matin — assez revêche à se laisser pénétrer par le sport universitaire. D'autres facteurs sont susceptibles de favoriser l'essor du sport universitaire. Et ce pourrait être en particulier la libération du temps libre pour la pratique des Activités Physiques par les étudiants ou la prise en compte, plus importante encore, des sports dans les cursus.

154Cependant, on pourrait dire que notre organisation semble ne pas faire assez appel à l'intervention des étudiants et des personnels universitaires tandis que les Grandes Ecoles ont pu responsabiliser un peu mieux les étudiants à ces tâches.

155Il faudrait cependant ne pas tomber dans l'excès contraire. Dans certaines Grandes Ecoles, on a vu le sport confié seulement à des étudiants et cela n'a pas toujours donné de bons résultats. De même, on arrive à des catastrophes parce que le système universitaire français, tel qu'il est conçu, ne laisse pas aux étudiants le temps nécessaire pour prendre en charge cette organisation. En France, un étudiant n'a pas la possibilité de prendre une année sabbatique comme nos amis anglais viennent de nous le montrer. Il y a certainement un effort à faire et c'est une piste qu'il conviendrait de discuter, mais avec beaucoup de précautions.

156Cependant, les efforts actuels, qui sont déployés par le Ministère de l'Education Nationale pour l'amélioration de la vie étudiante dans nos Campus, devraient nous permettre de progresser, du moins nous l'espérons, et la création récente du bureau des sports à la Direction de l'Enseignement Supérieur devrait nous permettre, nous l'espérons également, de concrétiser ces espoirs.

LA GRECE : RAPPORT PRELIMINAIRE

Jean Spitaels,

Directeur du S.U.A.P.S. de l'Université de Lille II.

I - Les activités physiques et sportives universitaires en Grèce

157En cette année olympique, la Grèce reste la référence des Jeux institués au VIIIème siècle avant J.C., lorsque le roi Iphitos de Pisa et le législateur de Sparte Lycurgue décidèrent d'organiser des concours sportifs entre les peuples grecs.

158Ces jeux renouvelés tous les quatre ans imposaient une trêve sacrée d'un mois entre les "cités grecques", véritables unités territoriales et politiques sans cesse en querelle.

159Que reste-t-il comme vestiges de cette civilisation des premiers Jeux olympiques de 776 ? De fabuleux sites archéologiques, sanctuaires culturels, tous connus mondialement.

160Olympie

  • Avec son palestre : salle de sport Carrée de 66 mètres où s'entraînaient les lutteurs.

  • Son stade de 212,54 mètres de long sur 28,50 m de large, pouvant accueillir 20 000 personnes, et où se déroulaient les épreuves athlétiques sur une piste de 192,38 mètres.

  • L'hippodrome de 609 mètres de long sur 320 mètres de large, où se déroulaient des courses de chevaux et de chars.

161Epidaure Vème siècle avant J.C.

162Surtout célèbre pour son théâtre admirablement conservé, une des merveilles de la Grèce, où subsiste un stade occupant une dépression de terrain dont les lignes de départ et d'arrivée sont toujours séparées de 181,30 mètres.

163Delphes IIIème siècle avant J.C.

164Haut lieu mystique et grandiose du massif du Parnasse où s'inscrit un stade dans les bois de conifères couvrant la colline et où sont organisées des manifestations en été.

165Ce stade pouvant accueillir 6 500 personnes reste un souvenir des plus saisissants avec ses gradins de pierres intacts d'un côté, effondrés de l'autre, mais toujours présents.

166La piste a gardé ses lignes de départ et d'arrivée, distantes de 178 mètres, ainsi que sa porte monumentale dont les piliers ont été partiellement reconstitués.

167Déjà 150 000 ou 200 000 personnes assistaient à ces Jeux dont les vainqueurs ceignaient la couronne de rameaux d'olivier !

168"Vénérés par les cités, Célèbres par les poètes, Immortalisés par des statues" la similitude reste troublante entre ces héros, séparés des nôtres par 2 500 ans d'histoire, et où déjà des inspecteurs infligeaient des amendes à des contrevenants aux règlements olympiques, où Pelops corrompit le cocher du char royal qui, saboté, perdit une roue et la course...

169Déjà les Jeux olympiques engendraient l'aménagement des cités pour y recevoir les foules : maisons, bains, aqueducs indispensables à leur déroulement, les vouant par là-même à leur décadence, et en 393 après J.C. à leur mort.

II - L'olympisme moderne

170Alors que le centenaire de la renaissance des Jeux Olympiques échappe à Athènes, pays de leur naissance et de leur renaissance, pour être affecté à Atlanta et Coca Cola, on s'interroge : l'olympisme moderne résistera-t-il pendant 1 169 ans comme ceux de l'histoire ?

171Occupant l'emplacement du stade antique aménagé sous Lycurde au IVème siècle avant J.C., le "Stadio" d'Athènes reconstitué pour la première Olympiade de l'ère moderne, de 1896, sur son plan d'origine, redonne naissance à l'architecture antique. Tout de marbre blanc, pouvant contenir 70 000 personnes, ayant vue sur l'Acropole, ce sanctuaire impressionne par sa grandeur. Envahi par des herbes folles, mais visité par le monde entier, il reste d'une étrange et somptueuse beauté seulement enlaidi par le tartan de la piste anachronique de noirceur.

172Pour obtenir les Jeux du centenaire, Athènes comptait sur ses pôles historiques d'Olympia, de Delphi et d'Epidauris, sur le stade Pannathinaikon du Pirée mais aussi sur la création de l'ensemble sportif olympique pratiquement achevé, à l'exception des stades de sports collectifs, de 18 000 et 8 000 places aujourd'hui en voie de construction.

173Ce complexe de 110 hectares présente au monde entier le haut niveau technologique de la Grèce contemporaine et témoigne de l'investissement de ce pays autant que de la certitude qu'il avait d'obtenir les Jeux olympiques de 1996.

174On sait qu'il n'en est rien et que ces infrastructures au coût financier énorme, n'auront servi qu'aux Jeux Méditerranéens de 1991 et aux Championnats du Monde de Natation de 1992.

175Le plus original de ces jeux du centenaire aurait été certainement ce souci de recréer un pont entre le présent et le glorieux passé culturel, en adjoignant aux épreuves athlétiques des concours de musique ou de poésie renouant ainsi avec les fastes olympiques du passé mais incitant aussi à réfléchir sur ce qui avait petit à petit entraîné leur dilution puis leur décadence.

III - La Grèce : enseignement et sport

176Le grand chantier qui préparait la Grèce des Jeux olympiques de l'an 2000 n'est pourtant que la façade d'une infrastructure obsolète couvrant 50 % des besoins actuels du système éducatif, notamment à Athènes où les salles de sport couvertes à usage scolaire sont l'exception et où les installations de plein air se limitent souvent à un terrain de basket-ball dans une cour de récréation ou sur un coin de rue.

177Les grandes agglomérations permettent difficilement la construction d'installations sportives par le manque d'espace mais aussi par le coût des infrastructures soumises aux normes sismiques.

178C'est ainsi que deux vitesses semblent s'être installées :

179- l'une pour le sport civil et notamment pour les deux passions nationales : le football et le basket-ball, avec des fédérations autonomes de l'Etat, sans crédits autres que ceux de gros sponsors, mais bénéficiant des infrastructures de prestige, à l'exemple d'Athènes, le stade olympique pour l'équipe de football, le

180Pannathinaikon pour le basket-ball.

181- le sport civil et notamment pour l'autre pour l'éducation physique et le sport, de l'école maternelle à l'Université, à la charge de l'Etat et dont le financement provient en grande partie des célèbres concours de pronostics "pro-pro" gérés par un organisme autonome mais dépendant du Secrétariat d'Etat aux Sports.

182Là, presque tout est insuffisant, vétuste, dégradé, y compris déjà une partie du site olympique mis à disposition de la Faculté des Sports d'Athènes.

183Dans l'organisation gouvernementale, les départements de l'Education physique et du Sport Scolaire et celui de l'Université dépendent du Ministère de l'Education alors que la Direction du Sport dépend du Ministère de la Culture.

IV - L'enseignement

184En général, il comprend quatre niveaux :

  • l'école primaire,

  • le collège ou gymnaseion,

185Ces deux étapes constituent la scolarité obligatoire de neuf ans.

186-le lycée, facultatif, est accessible après l'obtention d'un examen écrit de fin de collège. La dernière des trois années de lycée s'achève par un examen de niveau national équivalent à notre baccalauréat : l"'Apolitrio".

187-l'Université est accessible après examen d'admission, le "panhellénique" pour lequel un numerus clausus est déterminé par le Ministère.

188L'enseignement de l'éducation physique dans les cycles primaires est obligatoire et figure théoriquement pour deux heures hebdomadaires.

189Confié aux instituteurs dans le primaire, l'enseignement évolue vers l'encadrement par des professeurs d'Education Physique rétribués par le Secrétariat Général aux Sports et non par le Ministère de l'Education comme les autres enseignants. Cette initiative permettait, semble-t-il, d'entrevoir une augmentation du recrutement des professeurs d'E.P.S. par l'Etat. Hélas, ce processus d'affection semble stagner interdisant de nouveaux débouchés à de nombreux enseignants de l'E.P.S. soumis à la loi de l'offre et de la demande.

190Dans le secondaire, l'enseignement de l'éducation physique et sportive obligatoire de trois heures, dans les deux premières années de collège et de deux heures en dernière année, et dans toutes les classes du lycée, est assuré par des professeurs diplômés de l'Université.

V - L'Université et la formation des professeurs E.P.S.

191La Faculté des Sports, qui fête en 1992 ses dix ans d'existence de statut de faculté indépendante, est intégrée aux vingt et une facultés qui forment l'Université d'Athènes forte de 10 000 étudiants.

192Ces départements de l'Education Physique et des Sciences du Sport, au nombre de quatre pour l'ensemble de la Grèce : Athènes - Thessaloniki - Ceres - Komotini, ont accédé à un statut de recherche avec création de la maîtrise et du doctorat en sciences du sport.

193Un nombre considérable d'étudiants s'orientent vers cette formation. Sur 3 000 prétendants diplômés de l'Apolitirio et soumis à l'examen panhellénique d'entrée à l'Université, Athènes recrute 600 "premières années" pour un effectif global de 4 000 étudiants.

1942 000 étudiants sont promus chaque année mais seuls 100 enseignants sont recrutés par l'Etat. Ainsi, actuellement, 5 000 professeurs d'E.P.S. sont à la recherche d'un emploi, tentant de trouver des débouchés dans les écoles privées ou comme entraîneurs de clubs, postes souvent réservés aux athlètes de haut niveau.

195Le personnel enseignant des Facultés de Sports comprend trois catégories, tous titulaires du doctorat, et tenus d'effectuer un travail de recherche indispensable pour progresser dans la hiérarchie :

  • les assistants astreints à huit heures/semaine,

  • les maîtres de conférences astreints à six heures/semaine,

  • les professeurs chefs de chaire astreints à quatre heures/semaine.

196A ces catégories s'ajoute celle des chargés de cours pouvant être des enseignants du secondaire, des entraîneurs, des enseignants étrangers.

197A la Faculté des Sports d'Athènes, les laboratoires de recherche d'ergonomie et de cinétique prévalent surtout par la qualité de leurs enseignants, plus que par l'équipement. Quant aux installations sportives entièrement financées par l'Etat, elles aussi sont saturées et ne répondent plus aux besoins des utilisateurs. Elles témoignent d'un manque de crédits et d'entretien, voire d'une dégradation qui malheureusement n'est pas spécifique aux bâtiments de l'Education Nationale.

VI- L'Université et le sport

198Si les Facultés de Sports sont accessibles et facilement identifiables, représentant la pratique sportive universitaire nationale et internationale, il est beaucoup moins évident de contacter ce qui pourrait être l'équivalent de nos services universitaires organisant le sport à l'intention des autres étudiants.

199A Athènes, dix professeurs d'E.P.S., sans installations spécifiques, sans crédit, sont dispersés entre les vingt et une facultés de l'Université.

200Le sport ne fait l'objet d'aucune obligation, d'aucune intégration dans les formations autres que celle de l'E.P.S.

201La Direction, promotion du sport universitaire, rattachée au Ministère de la Culture, est à l'origine d'une compétition panhellénique qui selon les crédits se déroule une fois par an. La F.N.S.U. n'a pas son équivalence en Grèce et les quelques compétitions semblent être des rencontres amicales interuniversitaires à l'initiative d'étudiants.

202La confection du dossier "l'Université et le Sport" témoigne par sa faible densité de l'inorganisation et du faible intérêt des activités physiques et du sport à l'Université. Tout le système éducatif étant théoriquement à la charge de l'Etat, la première raison de cette situation demeure le manque de moyens. Les Grecs deviennent de plus en plus méfiants à l'égard de leur système politique. C'est ainsi qu'une Université parallèle privée s'organise, attirant de plus en plus d'étudiants. La France est fortement représentée en Grèce par son Ambassade et son Lycée Français d'Athènes, mais seulement quelques initiatives d'implantation, à l'exemple des I.U.T. de Rouen ou Droit Lille n, se font jour. L'Etat ne fait aucune difficulté pour reconnaître une équivalence à ces diplômes sous condition qu'ils soient passés à l'Université d'origine. Contrairement aux Français, les Grecs viennent de plus en plus nombreux dans nos Universités surtout juridiques et médicales. C'est peut être pour y obtenir de bons diplômes.

□ GRECE
Capitale : Athènes.
Superficie : 131 990 km2 (dont 2 000 îles qui représentent 20 % du territoire).
Nombre d'habitants : 9,9 millions.
Villes principales : Athènes, Salonique, Patras.
Langue : Grec moderne.
Monnaie : Drachme.
Les fêtes nationales : Elles ont lieu le 25 mars (début de la lutte de libération sous l'empire Ottoman en 1821) et le 28 octobre (déclaration de la guerre italo-grecque de 1940).
La Grèce est une république fondée sur le régime parlementaire.
Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement et le président de la République, qui approuve et promulgue les lois.
L'exécutif est exercé par le président de la République et le gouvernement. Le président de la République est élu pour cinq ans par le Parlement. Il nomme le premier ministre et, sur proposition de ce dernier, les ministres.
Le vote est obligatoire à partir de 18 ans.

□ LUXEMBOURG
Capitale : Luxembourg.
Superficie : 2 586 km 2
Nombre d'habitants : 378 000.
Langue : Luxembourgeois. Français et allemand sont les langues administratives.
Monnaie : Franc luxembourgeois.
Fête nationale : 23 juin.
C'est une monarchie constitutionnelle.
Le pouvoir exécutif appartient au Grand Duc.
Il est exercé sous la direction et la coordination du gouvernement et de ses membres (ministres).
La chambre des députés (qui sont élus par la nation) représente le peuple, et a également comme le Grand Duc le droit d'initiative en matière législative.
Le vote est accordé à 18 ans.
Le service national est obligatoire.

LUXEMBOURG- PAYS-BAS - BELGIQUE : RAPPORT PRELIMINAIRE SUR LE BENELUX

Lucien Batigne,

Directeur du Service des Sports de l'Université de Lille I.

LE LUXEMBOURG

203Le Luxembourg, dont nous avons peu d'écho, est un petit pays où il n'y a pas de sport universitaire. Aucune organisation spécifique n'est prévue pour sa pratique, et les étudiants fréquentent les Universités des pays européens. Il y a une ligue des étudiants luxembourgeois qui se limite à des compétitions civiles.

204Voilà trois phrases suffisantes pour résumer le sport universitaire au Luxembourg.

LES PAYS-BAS

205Nous passons maintenant à un pays plus limitrophe, les Pays-Bas qui, avec la Belgique dont nous parlerons plus longuement, par leur proximité de Lille, ont avec nous des relations privilégiées. Il est très agréable, pour moi en particulier, de pouvoir en parler. Ces relations privilégiées se sont engagées au départ d'une manière ponctuelle, sur des activités précises, beaucoup plus dans le cadre de l'A.S. (les associations sportives), de clubs universitaires ou même de clubs civils, voire à un niveau fédéral. Depuis quelques années les échanges se font d'une manière régulière sur une dizaine de sports, et établis à chaque fois dans une Université différente.

I - Le principe du sport dans les Pays-Bas

206Le premier principe est que le sport n'est pas obligatoire dans les Universités, ni dans les Grandes Ecoles. On considère généralement qu'il y a environ 50 % d'étudiants qui participent d'une manière plus ou moins régulière, plus ou moins ponctuelle. 50 % : c'est un chiffre honorable mais qu'il faut relativiser. La pratique sportive s'effectue soit sur les installations propres à l'Université, qui sont généralement remarquables mais relativement réduites en nombre, soit sur des installations de la ville, soit avec l'aide des clubs universitaires. Ces installations, lorsqu'elles ne sont pas universitaires, sont louées par l'Université.

II - Les Clubs Universitaires

207Les clubs universitaires dont nous parlerons dans quelques jours participent aux compétitions de haut niveau.

208Le plan pédagogique est précis. Des comités d'étudiants organisent et animent le sport (ici on rejoint l'Angleterre). Ce sont des comités d'étudiants qui gèrent le sport universitaire, l'organisation sportive nationale étant dirigée par les étudiants eux-mêmes.

209Les programmes individuels sont mis en place par des étudiants de haut niveau, titulaires ou non d'un brevet fédéral. Ce sont eux qui mettent en place chaque année un programme d'enseignement.

□ PAYS-BAS
Capitale : Amsterdam.
Superficie : 41 864 km 2
Nombre d'habitants : 14,7millions.
Siège du gouvernernement : La Haye.
Villes principales : Amsterdam, La Haye, Rotterdam.
Langue : Néerlandais.
Monnaie : Florin
Fête nationale : 30 avril.
C'est une monarchie héréditaire fondée sur la démocratie parlementaire.
La reine et le cabinet forment ensemble le gouvernement. Les ministres sont responsables devant le Parlement qui comprend deux chambres (les 75 membres de la première sont élus indirectement par les parlements provinciaux, les 150 députés de la deuxième chambre sont élus directement pour quatre ans au scrutin proportionnel).
Le droit de vote est accordé à l'âge de 18 ans.
Le service militaire est obligatoire.

210En conclusion, aux Pays-Bas, le sport fait partie de la vie universitaire ; il fait partie de l'animation de l'Université. C'est un sport qui est fait pour les étudiants par les étudiants.

LA BELGIQUE

211Le troisième volet de cet exposé concerne le sport en Belgique.

212Monsieur Van Der Cam, qui est Directeur du service des sports de l'Université de Gand, pourra compléter ce rapport.

213Je disais que nous avions avec la Belgique par notre position géographique des rapports privilégiés depuis vingt ans, trente ans peut-être.

214Au départ on a instauré des liens avec Bruxelles. Il est certain qu'il y avait des rencontres régulières entre les Universités ou les Facultés lilloises de cette époque avec l'Université de Bruxelles. Ensuite, il y a eu des activités ponctuelles, des sports individuels, des sports de combat qui, soit au cours de stages, soit au cours de rencontres organisées d'une manière fédérale (F.N.S.U., A.S.S.U., ou championnats officiels) permettaient à nos étudiants d'aller en Belgique, ou aux Belges de venir chez nous.

215Depuis quelques années l'Université scientifique a établi dans le cadre d'échanges internationaux scientifiques des rencontres sportives qui se font chaque année sur une dizaine de sports.

I - Conception générale du sport en Belgique

  1. Le principe fondamental est la liberté laissée à l'initiative privée

  2. Au niveau gouvernemental, les pouvoirs publics soutiennent les initiatives privées et le sport fait partie des matières culturelles.

  3. Les trois communautés — française, flamande et germanophone — mènent chacune une politique autonome qui se rejoint mais il y a tout de même une autonomie laissée à chacune de ces Universités.

  4. Les Fédérations sportives nationales ou communautaires sont affiliées au Comité Olympique et Inter-fédéral Belge.

  5. Sur le plan du suivi et de l'organisation générale, le Ministère de l'Education Nationale est en outre responsable du sport scolaire et de la formation des enseignants, dont nous parlerons plus tard dans cette U.S.E.

216En dehors de cette formation scolaire et de cette formation professionnelle, c'est le Ministère de la culture qui est compétent.

II - Les installations sportives universitaires

217Les équipements sportifs dans les Universités belges sont généralement suffisants et très diversifiés : terrains extérieurs, salles polyvalentes, piscines, pistes d'athlétisme, qui sont la plupart du temps présents dans chaque Université. Et il faut reconnaître qu'ils sont en excellent état et très attrayants pour la pratique sportive.

218Les campus sont cependant souvent désertés durant le weekend. Cet abandon s'explique par la relative exiguïté du pays et puis par la possibilité pour les étudiants de s'évader de leur Université chaque week-end, ce qui n'est pas possible en général dans notre Hexagone.

219Ensuite, certains centres sportifs universitaires sont constitués en association. Pendant les vacances, ces installations sont parfois occupées ou louées par l'administration, et en soirée et le weekend. L'infrastructure peut être, et je dis bien peut être, ouverte à des clubs extérieurs ou simplement ouverte au public comme c'est le cas des piscines.

III - La pratique sportive en Belgique

220Pour pratiquer le sport en Université, les étudiants s'acquittent d'une cotisation. Dans certains cas, on parle de 500 FB par universitaire et d'un supplément en fonction du sport que l'on veut préparer. Le tennis par exemple a une cotisation un peu plus élevée que celle d'autres disciplines. Cependant chaque Université met en place son propre système, soit un paiement par sport, soit une cotisation globale pour l'année avec une formule omnisport, soit une gratuité totale. On considère qu'il y a environ 20 à 30 % d'étudiants qui pratiquent une activité qui, en aucun cas, n'est obligatoire.

221Pour chaque activité, il existe un horaire précis mis sur un planning et affiché à l'entrée des salles, et ces activités sont encadrées soit par un étudiant volontaire, soit par un ancien étudiant rémunéré, soit par un professeur d'éducation physique. Tout ceci se fait en fonction des différentes spécialités et des possibilités des Universités.

222Il n'existe pas de licence sportive universitaire. Seule est délivrée une carte avec laquelle l'étudiant assuré (assurance sportive) participe aux compétitions inter-écoles, inter-universités dans tous les championnats structurés et organisés. Chaque Université organise également des compétitions originales telles que marathon, tournoi de basket-ball, etc...

IV - Structure administrative

223Bornons-nous à noter deux ou trois caractéristiques. Administrativement étant donné qu'il y a deux régions assez différenciées, la fédération sportive nationale universitaire belge comprend deux sous-fédérations : une Fédération Universitaire Flamande, une Fédération Universitaire Francophone. Il suffit de régler sa cotisation pour faire partie de ces fédérations.

V - Le sport de haut niveau

224Chaque Université, sur demande et démarche de l'étudiant, aide ses sportifs de haut niveau. Il n'y a pas apparemment de passerelle très précise entre les Universités et les Fédérations. Il n'y a pas d'osmose, d'échanges précis entre l'Université et les Fédérations sportives considérées, mais l'on peut dire cependant qu'il existe une bonne collaboration pour essayer d'aider du mieux possible les sportifs de haut niveau.

225Il y a une commission paritaire de sélection qui est en place. Le Comité Olympique négocie avec le Ministère ; il y a des démarches administratives assez proches de celles que nous connaissons en France. En conclusion, on peut dire que les reports d'examens doivent être faits par l'étudiant, et c'est lui-même qui doit se battre pour se faire une place dans l'Université, au titre d'athlète de haut niveau.

VI - Financement du sport universitaire

226Il y a plusieurs sources de financement : l'Université, l'Etat et les Fédérations.

  1. En ce qui concerne l'Université, il y a des rentrées d'argent qui viennent de la part de la cotisation des étudiants. Ensuite, il y a un apport de l'Université qui est discuté chaque année par la commission sociale d'Université qui décide de l'aide apportée au sport dans l'Université.

  2. En ce qui concerne l'Etat et les Fédérations, il y a comme partout des subventions directes et indirectes : les subventions indirectes, par les employés qui sont mis à la disposition des Universités, et des subventions, variables, affectées par le Ministère ou les Fédérations.

  3. Le troisième secteur est le sponsoring, les Universités prenant sérieusement en charge ce partenariat sportif. On trouve parfois une personne salariée, à plein temps, qui est chargée du démarchage et des relations entre le sport à l'Université et le monde économique.

227En conclusion, le sport fait partie de la vie universitaire en Belgique. Il est lié à la vie propre de l'étudiant. Les relations privilégiées que le Nord — de la France — possède avec la Belgique se font d'abord par le biais de l'Université sous forme de la cellule internationale puis des échanges sportifs s'établissent parallèlement aux échanges scientifiques. Et puis l'aspect convivial qui marque l'issue de chaque rencontre sportive est très important. Je crois qu'il laisse dans l'esprit de nos étudiants d'agréables et inoubliables souvenirs. Mais Monsieur Van Der Cam a peut-être des compléments ou des précisions à formuler.

Ignace Van Der Cam,

Directeur des Sports, à l'Université de Gand (Belgique).

228Tout d'abord je n'ai plus grand chose à ajouter. Monsieur Campana, qui est le Président de la Fédération Sportive Universitaire Belge, ainsi que le Professeur Boutmans, qui est Président de la Vlaamse Universitaire Sportfederatie (Fédération Sportive Universitaire Flamande), pourraient intervenir aussi bien que moi dans le prolongement de l'exposé de Monsieur Batigne.

□ BELGIQUE
Capitale : Bruxelles.
Superficie : 30 519 km 2
Nombre d'habitants : 9,9 millions.
Villes principales : Anvers, Bruxelles, Liège.
Langues : Néerlandais (région flamande), français (région wallonne), allemand (province de Liège).
Monnaie : le franc belge.
Fêtes nationales : la fête nationale a lieu le 21 juillet, date de prestation du serment de Léopold 1er, roi des Belges en 1831). La fête de la communauté française a lieu le 27 septembre, celle de la communauté flamande le 11 juillet.
Le Royaume de Belgique est une monarchie héréditaire fondée sur la démocratie parlementaire. Le roi est Baudoin 1er. Le pouvoir législatif est exercé conjointement par le roi et le parlement (chambre et sénat).
Le pouvoir exécutif est exercé par le roi et ses ministres ; le pouvoir judiciaire est du ressort des tribunaux.
Le droit de vote est accordé à 18 ans et est obligatoire. Le service militaire est obligatoire.

229J'ai travaillé avec Monsieur Batigne et Monsieur Declimmer, du Lille-Université-Club, pour l'élaboration de cet exposé, et il va de soi que je n'ai pas de remarque particulière à faire, excepté peut-être au sujet du partenariat sportif de type sponsoring. C'est surtout le cas de l'Université libre de Bruxelles et il ne faut sans doute pas généraliser.

230Je crois que la Belgique est un pays un peu complexe, avec beaucoup de mouvements dans les structures sportives et sportivo-universitaires. Mes collègues ici présents et moi-même sommes prêts à répondre à vos questions.

L'ITALIE : RAPPORT PRELIMINAIRE

Pierre Hartman,

Président du Comité Régional du Sport Universitaire Bourgogne, Professeur à l'Université de Dijon.

231Le présent résumé n'est bien sûr pas exhaustif ; il est simplement le résultat d'une consultation de documents, d'un échange de correspondance avec les responsables du sport en Italie qui ont bien voulu répondre à l'enquête préalable lancée pour l'Université Sportive d'Eté. Afin de préparer le sujet de réflexion proposé aux participants de l'Université Sportive d'Eté, il est utile de décrire succinctement le fonctionnement global du sport italien.

232Le Comité Olympique National Italien (le C.O.N.I.), créé par une loi datant de 1942, est doté d'une personnalité juridique ; il est placé sous la tutelle du Ministère du Tourisme et du Spectacle, et représente pratiquement à lui seul le sport italien, qu'il soit ou non de compétition. Ses ressources, qui s'élèvent à plus de 4 milliards de francs (français), proviennent d'une partie (environ le tiers) des prélèvements effectués par l'Etat sur le concours de pronostic relatif au football appelé "Totocalcio".

233Cela dit, le C.O.N.I. jouit d'une autonomie financière dans la mesure où celle-ci concerne le choix des actions à développer, la nature et l'importance des investissements à réaliser ainsi que la répartition des subventions attribuées à la quarantaine de Fédérations sportives. Le C.O.N.I. est soumis aux règles de l'administration publique et son budget est intégré à celui de l'Etat ; il bénéficie d'une indépendance politique.

234Les missions du C.O.N.I. peuvent se résumer ainsi : organisation et animation du sport national, perfectionnement athlétique tant sur le plan physique que moral. Le C.O.N.I. est présent sur l'ensemble du territoire grâce à des Conseils Généraux, provinciaux, à des délégués communaux et de circonscription, dont les dirigeants sont nommés par le Comité Exécutif du C.O.N.I.

235Le "sport pour tous" dépend aussi du Comité National par le biais de l'organisation de grandes manifestations destinées à promouvoir le sport en collaboration avec des associations issues de partis politiques. En ce qui concerne l'enseignement, si les rapports du C.O.N.I. avec le sport scolaire sont inexistants, en revanche le comité organise les Jeux de la Jeunesse et les Jeux scolaires destinés aux élèves des lycées.

236Le sport universitaire, quant à lui, dépend du C.U.S.I. (Centre Universitaire Sportif Italien) qui est, à l'échelon national, reconnu par l'Etat et le C.O.N.I. Le C.U.S.I. est chargé, par le Ministère de l'Université et de la Recherche Scientifique et Technique, de l'organisation et de la promotion de la pratique sportive en milieu universitaire. Le C.U.S.I. est représenté dans chaque Université par le Centre Universitaire Sportif (C.U.S.) qui, lui, est chargé de l'organisation du sport ; il dépend du C.U.S.I. pour tout ce qui concerne les championnats nationaux universitaires mais il est souverain pour l'organisation de championnats, tournois interfacultés, inter-universitaires, entre étudiants italiens et étrangers, etc... Le C.U.S. dépend des Fédérations Sportives pour tout ce est relatif à la compétition, mais il peut également participer aux championnats fédéraux ; il est alors considéré comme un club ordinaire. Une grande collaboration existe entre le C.U.S.I. et le C.O.N.I. Ce dernier accorde au C.U.S.I. une subvention destinée à la promotion et à l'organisation de l'activité sportive locale, nationale et internationale. Le Ministère de l'Université, par l'intermédiaire d'un Comité particulier (composé du Recteur, de deux représentants du C.U.S.I., de deux étudiants élus et du Directeur administratif), approuve le programme sportif et son financement présenté par le C.U.S.I. Le Ministère de l'Université intervient par l'octroi d'une subvention d'équilibre. Le C.U.S.I. peut, s'il le désire, organiser des activités de loisirs. L'activité physique et sportive n'est pas prévue dans le cursus universitaire. Il convient d'insister sur ce point. Le club universitaire existe et il dépend du C.U.S.I.

Précisions apportées par Ignazio Lojacono,

Président du Centre Universitaire du Sport Italien.

237Il faut ajouter encore que nous n'avons pas seulement la collaboration du Comité Olympique mais aussi celles des Fédérations Nationales. Pour notre participation à l'Universiade en particulier, mais également à toute activité d'envergure nationale, nous avons l'aide la plus complète des fédérations ; et il y a évidemment des difficultés avec les fédérations professionnelles c'est-à-dire avec le football, le basket-ball, etc... Mais dans les autres secteurs d'activités, nous avons l'aide des Fédérations. Ce qui nous donne la possibilité de participer aux Universiades avec des équipes qui sont suffisamment bonnes et qui donnent de bons résultats. Nous avons encore quelque chose à améliorer. Nous devons mieux organiser la qualification de l'activité dans nos sièges. Nous n'avons pour le moment que des entraîneurs professionnels, qui apportent leur concours à nos activités, mais qui travaillent seulement l'après-midi ou à temps limité, et qui ne sont pas pleinement en rapport avec nous. Dans l'avenir, nous espérons pouvoir offrir aux étudiants de meilleures prestations.

□ ITALIE
Capitale : Rome.
Superficie : 301 277 km 2
Nombre d'habitants : 57,6 millions.
Villes principales : Rome, Milan, Gênes, Turin, Bologne, Florence, Naples.
Monnaie : La lire.
Fête nationale
 : 2 juin.
L'Italie est une République parlementaire. Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement qui se compose de deux chambres dont les pouvoirs sont semblables : la Chambre des députés et le Sénat.
Les 630 députés et 315 sénateurs sont élus pour cinq ans selon la représentation proportionnelle.
Le président de la République est élu par le Parlement pour sept ans (élection à la majorité des deux tiers). Il désigne le président du conseil des ministres et, sur proposition de ce dernier, les ministres.

□ PORTUGAL
Capitale
 : Lisbonne.
Superficie : 89 000 km 2
Nombre d'habitants : 10,5 millions.
Villes principales : Lisbonne, Porto, Coimbra, Braga.
Langue : Portugais.
Monnaie : Escudo.
Fête nationale : 10 juin.
Le Portugal est une république parlementaire.
L'assemblée de la République est l'organe chargé du pouvoir législatif. Elle comprend 240 à 250 députés élus pour quatre ans suivant le système proportionnel de Hondt.
Le président de la République est élu au suffrage universel direct, renouvelable une seule fois. C'est lui qui nomme le premier ministre.
L'âge de la majorité et de vote : 18 ans.
Le service militaire est obligatoire.

LE PORTUGAL : RAPPORT PRELIMINAIRE

Jean-Michel Martin,

Directeur de l'Institut en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives - Université de Reims.

238Je parlerai sous le contrôle bienveillant de Monsieur Barreiros, qui est Directeur de l'Institut des Sports de Lisbonne, et qui a été l'organisateur du premier Forum européen des Instituts de Sport à Lisbonne.

239Le Portugal est un petit pays, dont le niveau de vie est encore un peu en retard sur l'ensemble de la Communauté Européenne. C'est important à signaler parce qu'un certain nombre de difficultés du sport universitaire est directement lié à cette conjoncture économique.

240Les Universités sont autonomes. Pour le Portugal, il y a trois grandes villes universitaires : Lisbonne, Porto et Coimbra, ainsi qu'une douzaine de centres universitaires répartis sur le territoire. Autre trait qu'il convient de noter, c'est seulement depuis le 25 avril 1974 que la démocratie existe au Portugal, et la démocratie ne s'improvise pas. Et un certain nombre de problèmes du sport universitaire est la conséquence de cet événement.

241A l'origine, le sport universitaire s'est développé dans les clubs universitaires des trois grandes villes que je viens de citer, Lisbonne, Porto et Coimbra (à partir de 1945). Aujourd'hui on peut dire que les activités universitaires proposées sont de trois types : non obligatoires, sous la forme sports de loisirs, ou comme sports de compétition (entre étudiants et sports de compétition au sein du mouvement sportif portugais). Je pourrai prendre quelques exemples au niveau des activités de loisirs : tournois de basket-ball 3/3, volley-ball 4/4, les tournois de rugby à 7, des raids universitaires, des descentes de rivières, les tournois de tennis. Je rappellerai également qu'il existe des organisations pour les étudiants et personnels de l'Université, et naturellement les championnats au niveau du centre universitaire et des championnats nationaux universitaires.

242Le 25 avril 1974 a déclenché deux mouvements pour le sport universitaire. D'une part un bon nombre de projets d'organisation et de planification du sport universitaire, et jusqu'en 1989, on peut dire qu'il a donné des résultats plutôt satisfaisants dans la mesure où il y a eu une augmentation significative des effectifs, des pratiques et des compétitions qui ont intéressé jusqu'à 7 % de la population estudiantine. D'autre part, il y a eu une très lente mise en place des structures, en particulier l'accouchement difficile d'une Fédération Portugaise du Sport Universitaire (F.P.D.U.), et l'absence de création de postes d'enseignants pour le secteur, de même qu'un arrêt quasi total de l'entretien et de la construction d'équipements sportifs.

243L'année 1990 vient de voir l'avènement d'une politique gouvernementale relativement différente avec la volonté de mêler sport et culture, selon l'idée maîtresse que le sport ne doit pas être traité pour lui-même mais qu'il doit rester dans le contexte culturel. Significativement, le sport universitaire inscrit est passé du Ministère des Sports au Ministère de l'Education Nationale. C'est sans doute la raison pour laquelle l'Etat a suscité la création d'associations académiques — non pas de clubs universitaires tels qu'ils existaient auparavant, puisque la Fédération du sport universitaire était la réunion de clubs universitaires — et en même temps la création d'une Fédération Académique du Sport Universitaire (F.A.D.U.) qui devrait organiser actuellement un certain nombre de championnats universitaires.

244Malheureusement, on a l'impression que les différents acteurs ressentent un goût d'amertume et que l'organisation réelle de compétitions universitaires a quelques difficultés à se mettre en place. Et les étudiants ont l'air de faire un peu les frais de ce type d'organisation parce que la pratique sportive universitaire a l'air d'avoir baissé assez nettement pendant les trois dernières années, peut-être à cause d'une opposition artificiellement suscitée entre les anciens clubs universitaires et les associations académiques qui sont en train de se mettre en place. La pratique sportive universitaire reste inférieure à ce qu'elle était en 1974.

245Quoi qu'il en soit, chaque Université correspond à un cas de figure différent. Les activités sportives universitaires sont financées en particulier par les étudiants, entre 10 et 80 % selon les cas, et par l'Université pour le complément. Mais aujourd'hui, on constate l'absence de contacts entre les établissements de formation de recherche et la pratique sportive universitaire. Ensuite les associations, les formateurs et les clubs ont beaucoup de mal à réaliser des projets cohérents et coordonnés. La pratique interne aux Universités ou entre les Universités, et réservée aux étudiants, reste du domaine ponctuel. La pratique civile reste toujours la plus régulière et la plus importante par sa stabilité et ses résultats homologués.

246On constate pourtant que le Stade Universitaire de Lisbonne, qui était menacé de disparition il n'y a pas très longtemps encore, est enfin en train d'être rénové. Cela paraît significatif d'une prise de conscience en faveur du sport étudiant.

247Une réflexion est menée dans les différents centres universitaires qui revendiquent des principes fondamentaux tel :

  • le sport universitaire est un élément majeur de formation de chaque individu,

  • le sport universitaire est l'expression du développement social,

  • le sport universitaire doit être considéré comme un bien social étendu au plus grand nombre d'étudiants et de personnels de l'Université,

248et enfin, dernier point, il y a nécessité de création d'une coordination dynamique entre tous les intervenants du sport universitaire.

249Une enquête récente (1987, Direction Générale des Sports) a confirmé le modeste taux de pratique sportive de la population portugaise : 27,1 % de sportifs (21,5 % ayant une pratique régulière et 5,6 % une pratique occasionnelle). On doit noter également le faible développement de l'éducation physique et sportive dans les collèges et lycées. D'une certaine manière, la réalité sociale du sport universitaire traduit en partie ces caractéristiques structurelles.

250Les Portugais sont de grands voyageurs, et il l'ont prouvé parce que leurs relations internationales et européennes sont relativement bien développées, et ils ont un réel savoir-faire dans ce domaine. Je vais même dire qu'ils vont plus loin encore, au niveau des échanges, parce que ceux que nous avions invités à venir ici sont aujourd'hui à un congrès sur l'éducation physique au Brésil. A ce titre, ils peuvent jouer un rôle important dans la construction d'un sport universitaire à la dimension de l'Europe.

Jean-Paul Brefeil,

Animateur de la séance.

251Nous arrivons au terme de cette première session de travail. L'objectif était de mieux connaître le sport des étudiants, son organisation, les structures mises en place, de manière à pouvoir disposer d'une information précise sur chacun des pays de la Communauté Européenne. Remercions tous les intervenants pour le travail accompli.

252Pour compléter ce tableau ensemble, je vais donner la parole à Jean-Paul Callède et Claude Labrousse qui ont conduit une enquête par questionnaire auprès des étudiants européens résidant en France.

L'ACTIVITE SPORTIVE DES ETUDIANTS DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE ACCUEILLIS DANS LES UNIVERSITES ET LES GRANDES ECOLES FRANÇAISES

Jean-Paul Callède,

Sociologue au C.N.R.S.

(G.E.M.A.S. & Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine)

avec la collaboration de Claude Labrousse, Président du Groupement national des Directeurs de S.U.A.P.S.

INTRODUCTION

  • 1 Le lecteur trouvera ici les résultats généraux obtenus à partir de quelques tris à plat (ou simples (...)

253Le présent document doit être lu comme un simple compte rendu livrant de manière synthétique les résultats d'une enquête nationale conduite durant l'année 1991-92 auprès des résidents européens accueillis dans les Universités et les Grandes Ecoles Françaises1.

254Il est admis que les activités physiques et sportives à l'Université sont un facteur d'épanouissement et un précieux élément de formation des personnes. En outre, ce type d'activité culturelle et de loisir rassemble généralement le plus grand nombre d'étudiants.

255L'objectif majeur visé par cette étude sociologique était de parvenir à mieux connaître les pratiques sportives universitaires, avec leur diversité d'organisation et/ou de moyens, ainsi que leurs spécificités culturelles, à l'échelle de la Communauté des Etats européens : un cadre géographique de 344 millions d'habitants. Une information aussi détaillée que possible a été recueillie au moyen d'un questionnaire auprès des étudiants et étudiantes effectuant un séjour dans un établissement français de l'enseignement supérieur (Universités et Grandes Ecoles).

256Cette initiative vise modestement à apporter quelques données susceptibles d'enrichir la connaissance — comparée — du monde étudiant et de la place qu'y tient l'activité sportive. Par ailleurs, le questionnaire a permis de livrer plusieurs éléments d'appréciation relatifs au système sportif universitaire du pays d'origine ainsi qu'un point de vue détaillé concernant le sport universitaire français. Autant que possible, l'exploitation des réponses et des résultats est présentée comme une approche comparée. Le traitement informatique des données a été réalisé à la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine. Il a bénéficié du concours d'Omar Bouchta, Ingénieur informaticien. Nous tenons à exprimer ici nos remerciements à M. Jean Dumas, Directeur de la M.S.H.A., pour le soutien accordé à notre entreprise.

257Quelques grandes interrogations présidaient à l'engagement d'une telle enquête. Dans quelle mesure l'Université favorise-t-elle la démocratisation des activités sportives et l'égalité entre jeunes gens et jeunes filles ? De quelle manière parvient-elle à répondre à la diversité des demandes en matière de pratiques sportives ? Se dégage-t-il sinon une philosophie, tout au moins une certaine originalité propre au sport universitaire et à la formation de la personne liée à la pratique sportive étudiante ? A cet égard, peut-on identifier, ici ou là, un ou plusieurs modèles institutionnels caractéristiques du sport universitaire ?

  • 2 Nous avons demandé à une soixantaine d'étudiants et étudiantes français(es) de classer oralement le (...)
  • 3 Voir la note précédente.

258En France, une "représentation" schématique, ainsi que le sont tous les stéréotypes de pensée, tend à "définir" l'Europe sportive selon un continuum Nord-Sud. L'Allemagne et la Grande-Bretagne (ou "Angleterre") accorde(raie)nt une place très importante à la question sportive. L'Espagne, l'Italie et la Grèce (et dans cet ordre décroissant) accorde(raie)nt encore une moindre importance au développement sportif. La France se trouve(rait) en position intermédiaire et moyenne, entre ces deux "ensembles"... De fait, plusieurs pays européens sont fréquemment oubliés dans l'élaboration de cette imagerie cartographique2 : l'Irlande, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et le Portugal... L'Europe des "Universités sportives" se structure selon une configuration analogue3. Pareilles représentations stéréotypées recoupent, au moins pour une part, une appréciation subjective et hiérarchisée des "niveaux de vie". De telles représentations sont-elles le fait de convictions sans fondement ? Relèvent-elles d'une "connaissance" assez pertinente des disparités entre les pays composant l'Europe des douze quant au développement économique, social, éducatif et culturel ? On entrevoit aisément les dangers inhérents à ce mode de "raisonnement" simplifié reflétant — aussi — des préjugés ancrés dans les mentalités françaises... Il n'est pas dans notre intention de donner le statut d'un corps d'hypothèses à de telles formulations. Par ailleurs, on sait qu'il peut exister d'importantes variations régionales à l'intérieur d'un même pays. De même, dans tel autre pays, le sport universitaire pourra être fort bien organisé tout en s'accompagnant d'un assez modeste taux de scolarisation des jeunes dans l'enseignement supérieur.

259A un moment décisif où se construit l'Europe de demain, et pour une part une Europe des Universités, il est indispensable de substituer aux préjugés, aux convictions et aux affirmations gratuites des connaissances nuancées, rigoureuses et vérifiables, se doublant de discussions et de débats constructifs. L'Université Sportive d'Eté organisée à Lille s'inscrit dans cette perspective et l'exploitation de notre enquête par questionnaire permet d'apporter une pièce à l'ensemble.

I - Le questionnaire utilisé et la population enquêtée

A) La mise au point du questionnaire d'enquête

260Indépendamment des points de méthodologie inhérents à la confection de tout questionnaire, il a fallu tenir le plus grand compte de la maîtrise de la langue française que peuvent avoir des étudiants étrangers inscrits dans diverses filières de l'enseignement supérieur. Le vocabulaire, la syntaxe et la présentation matérielle du questionnaire rendent compte de ces préoccupations.

  • 4 Se reporter au rapport de recherche.

261Une première version du questionnaire a été testée auprès de quelques étudiants étrangers (espagnols, anglais et allemands) inscrits dans les Universités de Bordeaux. Les questions ouvertes (nécessitant une réponse rédigée) ont été maintenues. Au terme de l'opération de codage4 et de chiffrement des réponses, le questionnaire utilisé permet de traiter une cinquantaine de questions et de prises d'information. La phase de préparation du questionnaire a occupé le premier trimestre de l'année 1991-92.

B) Les modalités de passation du questionnaire

262La validité d'une enquête repose sur le choix adéquat d'un échantillon puisqu'il s'agit de décrire le tout par la partie. Chaque fois que l'ensemble à étudier (les jeunes des deux sexes inscrits dans l'enseignement supérieur dans les 12 pays de la Communauté européenne) est trop vaste, on est amené à recueillir l'information pour une partie seulement de l'ensemble, puis, à partir des renseignements obtenus, à "estimer" (au sens mathématique, c'est-à-dire en quelque sorte extrapoler) les caractéristiques de l'ensemble ou sa répartition suivant les modalités de telle ou telle variable. Pour des raisons d'économie, la population d'enquête a été volontairement limitée aux étudiants étrangers originaires des pays de l'Europe des douze inscrits dans les Universités et les Grandes Ecoles françaises. Les "erreurs" d'échantillonnage sont toujours possibles. La procédure utilisée dans notre enquête n'échappe pas à ce risque, d'autant plus que la population parente n'est pas définie de manière univoque et rigoureuse. Par ailleurs, les étudiants résidant en France ont peut-être une façon spécifique d'envisager la compatibilité entre le sport et les études, pendant la période de séjour à l'étranger. Ces points seront repris dans le rapport final.

263Construire un échantillon représentatif est donc un impératif de premier ordre. Plusieurs directives ont été transmises aux divers responsables des sites d'enquête (Universités et Grandes Ecoles).

264Le questionnaire a été proposé à de jeunes résidents originaires d'un des pays de l'Europe des douze. Il était strictement individuel et anonyme. Le questionnaire a été complété en présence de l'enquêteur, de manière à éviter une mauvaise compréhension du vocabulaire ou du sens des questions, ou encore une accumulation des non réponses.

265On a tâché de tenir compte de l'importance de chaque Université française où était réalisée l'enquête en imposant un ordre de grandeur : trente questionnaires pour les villes universitaires suivantes : Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Paris, Rennes et Toulouse ; quinze questionnaires pour les autres villes universitaires.

266De même, pour ces deux ordres d'importance, l'enquêteur coordonnant la passation des questionnaires sur tel ou tel site avait pour consigne de respecter d'une part la diversité des sections, des filières ou des Grandes Ecoles et, d'autre part, la diversité des nationalités européennes représentées, sans négliger non plus la diversité des Universités d'origine. Il était également impératif de respecter une juste proportion des deux sexes : jeunes gens et jeunes filles. Enfin, il convenait de privilégier différents lieux : services sportifs, restaurants, bibliothèques, résidences étudiantes...

267Claude Labrousse a pu coordonner l'ensemble du dispositif national constitué par les différents sites d'enquête, opérant en liaison avec Pascale Dubois (membre du Comité d'organisation de l'U.S.E. 92) pour l'acheminement des questionnaires.

268Remercions au passage tous les responsables locaux — une vingtaine d'enseignants d'E.P.S. au total, directeurs de S.(I.)U.A.P.S. pour la plupart d'entre eux — qui ont contacté les étudiants étrangers et fait compléter le questionnaire dans les meilleures conditions. Sans leur contribution directe et active, l'enquête n'aurait pas pu aboutir. Le fruit de cette collaboration permet de mieux appréhender la réalité du sport universitaire d'aujourd'hui.

C) Les caractéristiques de l'échantillon

269Les conditions idéales n'ont pas toutes été remplies. Néanmoins, l'échantillon constitué par les 238 questionnaires exploitables répond en partie aux attentes initialement définies.

270Une enquête complémentaire (premier trimestre 1993) permettra de corriger quelques biais et de rendre plus féconde la prise en compte de certaines variables.

  • 5 Une trentaine de questionnaires concerne des étudiants européens n'appartenant pas à la Communauté (...)

271238 questionnaires sont exploitables5 et ils se répartissent de la façon suivante :

T. 1 L'effectif de l'enquête

La répartition de l'effectif par nationalités montre que tous les pays ne sont pas représentés dans les mêmes proportions.

La répartition de l'effectif par nationalités montre que tous les pays ne sont pas représentés dans les mêmes proportions.

T. 2 Répartition de la population étudiante par sexe et par nationalité

272On constate la forte représentation des résidents du Royaume Uni (Angleterre, Pays de Galles, Ecosse, Irlande du Nord) avec 69 personnes (soit 29 % de l'ensemble) et de l'Allemagne avec 66 personnes (soit 27,7 % de l'effectif).

273Viennent ensuite les Espagnols (32 représentants) et les Italiens (32 représentants), soit 13,4 %.

274D'autres pays ont une présence moins marquée au sein de la population enquêtée. Il s'agit de la Grèce (11 représentants), des Pays-Bas (9 personnes), du Luxembourg (8 représentants) et du Portugal (7 personnes).

275L'Irlande (capitale : Dublin) n'a que 3 représentants et la Belgique un seul.

276Enfin, le Danemark n'a aucun représentant.

277Soulignons que la répartition équilibrée entre les deux sexes se retrouve pour chacun des pays à l'exception toutefois des Pays-Bas (un jeune homme pour 8 jeunes filles).

  • 6 Nous en tiendrons compte dans le rapport d'enquête. Ces statistiques doivent être disponibles auprè (...)

278Cette répartition d'ensemble reflète sans doute des différences, selon les pays, en matière d'échanges universitaires, entraînant tantôt une sur-représentation, tantôt une sous-représentation de tel ou tel pays au sein des Universités et/ou des Grandes Ecoles françaises. D'une certaine manière, la répartition des nationalités représentées ainsi que les spécificités enregistrées en fonction des villes d'enquêtes montrent la place — originale — que tient la France au sein de l'Europe des échanges universitaires internationaux. Des documents administratifs doivent détailler ces décomptes statistiques6.

279Dans le cadre de l'enquête complémentaire, il conviendra d'augmenter la population de l'échantillon tout en procédant à une "restratification" de la base de sondage pour disposer de données mieux exploitables pour la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal. Ainsi pourra-t-on donner à diverses variables une fonction explicative, dans les tris à plat (ou simples dénombrements) comme dans les tris croisés.

280La répartition de l'effectif des étudiants, compte tenu des sites d'enquête, est la suivante :

T. 3 Répartition de la population étudiante par sites universitaires

281Au total, l'enquête couvre une quinzaine de villes — ou sites — universitaires réparties sur l'ensemble du territoire national. Ce tableau permet de repérer quelques écarts entre les directives préalables à l'étude et la passation effective du questionnaire. Résumons-nous :

  • plusieurs grandes villes universitaires n'ont pas été couvertes par l'enquête : Amiens, Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Aix-Marseille, Nantes, Poitiers, Reims, Rouen et Toulouse ;

    • 7 Une seconde série de questionnaires, dont la passation est prévue durant l'année universitaire 1992 (...)

    quelques villes universitaires sont couvertes par un nombre relativement insuffisant de questionnaires : Paris tout d'abord, Lille, Nancy-Metz, Strasbourg, Pau en particulier7.

282Le tableau 3 permet de connaître la répartition détaillée des étudiants ayant répondu au questionnaire.

283On notera la possibilité de biais au niveau des résultats d'enquête : sous-représentation de diverses nationalités sur tel ou tel site universitaire (Paris, par exemple), villes universitaires non prises en compte par l'administration de l'enquête (Toulouse et Aix-Marseille, par exemple), sur-représentation locale de certaines nationalités (les étudiants italiens inscrits en médecine à l'Université de Paris-Créteil, par exemple).

284L'enquête complémentaire, à laquelle nous avons déjà fait allusion, aura pour objectif de remédier à ces lacunes et/ou inconvénients.

285La filière d'inscription dans les établissements d'enseignement supérieur est une variable importante qu'il convient d'identifier précisément.

286Nous avons effectué plusieurs regroupements de manière à faciliter le traitement statistique des informations recueillies. Ceci étant noté, on peut penser que les motivations relatives au choix d'effectuer un séjour de formation universitaire à l'étranger sont suspectibles de varier selon les filières et selon les cycles concernés. Il n'est pas possible d'aborder ce point dans le premier bilan d'enquête.

287Toutes nationalités confondues, la répartition d'ensemble des étudiants par filière universitaire est la suivante.

Filières de l'enseignement supérieur

Jeunes gens nbre (%)

Jeunes filles nbre (%)

Total nbre %

Lettres, sciences humaines, communication et arts plastiques

31 (27,4)

69 (55,2)

100 42,0

droit, science politique, science économique, gestion

19 (16,8)

20 (16,0)

39 16,4

sciences pures, sciences exactes, informatique

15 (13,3)

5 (4,0)

20 8,4

santé (médecine, pharmacie, chirurgie dentaire...)

16 (14,2)

11 (8,8)

27 11,3

éducation physique et sportive (filières des S.T.A.P.S.)

5 (4,4)

5 (4,0)

10 4,2

Grandes Ecoles publiques et de l'Etat

21 (18,6)

7 (5,6)

28 11,8

Grandes Ecoles privées (type Sup. de Co.)

6 (5,3)

8 (6,4)

14 5,9

Total

113 (100 %)

125 (100 %)

238 100 %

T. 4 Répartition de la population étudiante par sexe et par filière d'enseignement supérieur

288Nous avons conservé les catégories "Grandes Ecoles publiques" et "Grandes Ecoles privées" pour les raisons suivantes. Ces types d'établissement(s) entretiennent un esprit spécifique (un "esprit d'école" ou un "esprit grandes écoles") qui les distingue des Universités proprement dites. L'enseignement a généralement un rythme intensif dans les Grandes Ecoles Publiques, quelle que soit la filière de formation choisie par l'étudiant. Dans les Grandes Ecoles privées, les possibilités et autres opportunités de fréquentation des installations sportives universitaires ne sont pas toujours évidentes... Rappelons cependant que, tout au long du présent compte rendu, le terme d'"Université" est appliqué à tous les étudiants questionnés dans le cadre de l'enquête.

289Revenons au commentaire du tableau. Dans l'ensemble, les disciplines littéraires (français, langues vivantes, L.E.A.) (et artistiques !) sont les mieux représentées avec 100 étudiants au total (soit 42 % de l'effectif global). Conjointement, on constate la forte féminisation de cette filière (deux filles pour un garçon). Quatre autres filières rassemblent entre une vingtaine et une trentaine d'étudiant(e)s. La proportion de jeunes gens est généralement plus marquée dans les filières de santé, de sciences exactes ainsi que dans les Grandes Ecoles publiques. Par contre, pour les sciences juridiques, économiques et politiques, la répartition est très équilibrée : 19 jeunes gens et 20 jeunes filles, de même que dans les Grandes Ecoles privées (6 garçons et 8 filles).

290Compte tenu du thème de l'enquête — et de celui choisi par l'U.S.E. 92 — il serait utile de disposer de questionnaires plus nombreux provenant d'étudiants étrangers inscrits dans la filière des S.T.A.P.S. Dans ce cas en effet, la culture sportive des intéressés, leur expérience du sport de compétition sont susceptibles d'être traitées comme des variables sociologiques pertinentes. Pour l'effectif d'enquête, 8 étudiants en S.T.A.P.S. sont inscrits à l'U.F.R. de l'Université de Montpellier et les 2 autres en Deust Sports et Loisirs à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.

291Le motif du séjour universitaire accompli en France, de même que la durée effective du séjour (voir le rapport d'enquête) peuvent avoir une incidence directe sur la pratique sportive — ou l'absence de pratique sportive — de la personne interrogée. Nous avons choisi de ne pas évoquer ces aspects dans ce compte rendu.

292Les 238 questionnaires exploitables permettent de proposer une analyse détaillée pour les pays les mieux représentés : Royaume Uni, Allemagne, Espagne, Italie et, dans une moindre mesure, de la Grèce et des Pays-Bas. En outre, nous disposons de témoignages qualitatifs précieux sur 8 pays au total. Abordons maintenant ces aspects, pays par pays.

II - Les pratiques sportives des étudiants étrangers résidant dans les Universités françaises

A) Pratiquants et non pratiquants sportifs

293Notre enquête s'intéresse aux pratiques sportives des étudiants européens inscrits dans les établissements d'enseignement supérieur. Rappelons que le questionnaire a été proposé à l'ensemble de cette population et non aux seuls "sportifs". Les lieux de passation du questionnaire ne se sont pas limités aux espaces sportifs.

294De fait, les résultats obtenus permettent de dégager quelques indicateurs de "sportivité", selon les pays et selon le sexe.

T. 5 Pratiquants et non pratiquants sportifs

295On constate que les étudiants interrogés (jeunes gens et/ou jeunes filles) ne pratiquent pas tous une activité sportive, au moment de l'enquête et dans le cadre de leur séjour en France (Pour la pratique sportive antérieure à l'année 1991-92, se reporter au rapport d'enquête).

296Sur les 238 résidents étrangers interrogés, 175 déclarent pratiquer une activité sportive (soit 73,5 % de l'effectif global, dont 83 garçons-73,5 %-et 92 filles-73,6 %) tandis que les 63 autres déclarent ne pratiquer aucune activité sportive (soit 26,5 % de l'effectif, dont 30 garçons-26,5 %-et 33 filles-26,4 %).

297En résumé, et toutes nationalités confondues, 3 étudiants sur 4 ainsi que 3 étudiantes sur 4 pratiquent une activité sportive. En outre, il convient de noter quelques écarts, selon les pays d'origine, et tout au moins pour ceux qui sont représentés par un effectif significatif. L'Allemagne montre l'indice de pratique le plus élevé (84,8 %), puis vient le Royaume Uni (avec 79,7 %), les Pays-Bas (77,8 %), l'Espagne (71,9 %), la Grèce (63,6 %), l'Italie (43,8 %). Le faible résultat enregistré par les étudiants italiens (en deçà de la moyenne) s'explique en partie par la "sur-représentation" des étudiants en médecine inscrits à l'Université de Créteil. Tous sont originaires de la Faculté de médecine et de chirurgie de Naples (Université Frederico U) et 12 d'entre eux (7 garçons et 5 filles) se déclarent non sportifs...

  • 8 Plusieurs facteurs peuvent expliquer l'élévation de ce taux : le lieu de passation du questionnaire (...)

298Au delà de ces constats généraux, ajoutons que les différences concernant l'intensité, la régularité, la diversité ou le niveau de pratique, s'il s'agit de compétitions, échappent aux données chiffrées du tableau no°5. Il en est de même pour la "famille" et/ou les "ensembles" de sport(s) pratiqués. Dans l'ensemble, les taux de pratique paraissent élevés8 mais ils sont comparables aux données chiffrées connues. En 1981 67,2 % de jeunes de 20-24 ans pratiquent le sport (régulièrement : 36,8 % ; non régulièrement : 29,2 % ; en vacances : 1,2 % ; source : I.N.S.E.E.). En 1987 la pratique sportive des jeunes est élevée (titulaires d'un 1er cycle : 75,6 % d'un 2ème ou 3ème cycle : 78,8 % ; source : I.N.S.E.E.).

B) La pratique sportive dans le cadre de l'Université d'accueil

299Il n'est pas possible de traiter de la biographie sportive ou des pratiques du sport antérieures au séjour effectué en France. La pratique sportive du moment peut correspondre à diverses logiques individuelles : des habitudes culturelles acquises dans l'Université d'origine sont exploitées dans le cadre des possibilités offertes par l'Université française d'accueil ; pour d'autres étudiants, il peut s'agir d'une découverte agréable des possibilités qu'offre en France la pratique sportive à l'Université ; pour quelques étudiants, c'est éventuellement un bon moyen pour rompre avec le dépaysement ou un isolement passager...

300Les résultats relatifs à la pratique sportive universitaire montrent que les enquêteurs ne se sont pas limités à la population "sportive" des Campus. Les étudiants n'ont pas été contactés uniquement dans le cadre des organismes sportifs universitaires ainsi que le confirment les données du tableau qui suit.

T. 6 Pratiquants sportifs et cadres de pratique. Non pratiquants sportifs

301Toutes nationalités confondues, et sans tenir compte de la variable sexe, on remarque que la moitié des étudiants étrangers pratique une ou plusieurs activités sportives dans le cadre de l'Université d'accueil. Conjointement, certains d'entre eux peuvent pratiquer une ou plusieurs activités sportives hors du cadre universitaire (voir rapport d'enquête). Un quart de l'effectif d'étudiants interrogés pratique uniquement en dehors du cadre universitaire (en "ville", dans un club civil, par une inscription dans un cours privé ou simplement "entre amis"...). Les étudiants du Royaume Uni sont relativement les plus nombreux à adopter cette formule. Cette pratique "extérieure" au contexte universitaire peut être interprétée, en partie tout au moins, comme un indicateur de bonne insertion des étudiants dans la ville universitaire d'accueil et, en un sens, d'une ouverture de l'Université sur la cité. Enfin, un dernier quart de l'effectif ne pratique aucune activité sportive, pour des raisons diverses, et le plus souvent précisées (18 par "manque de temps", 9 par "manque de possibilités au sein de l'Université", 11 se déclarant "non sportifs", 3 étant "engagés dans des activités culturelles", etc.).

302D'une façon générale, on notera, toutes nationalités confondues, la similitude — apparente — de comportement entre les jeunes gens et les jeunes filles.

C) Disciplines, formes et modalités de pratique dans l'Université d'accueil

303Passons sur les modalités d'inscription à telle ou telle pratique sportive au sein des Universités (question no°8) et à l'information préalable qui a permis aux personnes interrogées de prendre concrètement connaissance des possibilités offertes par l'Université en matière de sport (question no°10).

304Abordons plutôt les pratiques sportives des étudiants étrangers à l'Université. Dans la mesure où ces activités sportives témoignent précisément des possibilités offertes par l'Université française ainsi que du niveau d'ajustement entre la demande (des étudiants) et l'offre (de l'institution universitaire), il nous a paru utile de détailler ce chapitre.

305Les modalités de pratique sportive se répartissent comme suit, toutes nationalités confondues.

Modalités de pratique

Jeunes gens nbre %

Jeunes filles nbre %

Ensemble nbre %

- compétition

6 5,3

2 1,6

8 3,4

- loisir

17 15,0

33 26,4

50 21.0

- perfection. Technique

1 0,9

1 0,8

2 0,8

- entretien physique

5 4,4

6 4,8

11 4,6

- compétition + loisir

13 11,5

4 3,2

17 7,1

- loisir + perf. techn.

5 4,4

9 7,2

14 5,9

- loisir + entretien phys.

9 8,0

9 7,2

18 7,6

- pas de réponse attendue

57 50,4

61 48,8

118 49,6

Total

113 100 %

125 100 %

238 100 %

T. 7 Les diverses modalités de pratique sportive (à l'Université)

  • 9 Elle n'est pas reprise dans le tableau no°7.

306Pour exploiter ces données, nous avons distingué 8 modalités possibles. Les 4 premières modalités sont simples tandis que les 3 autres combinent en fait deux aspects. Une autre modalité double (compétition + entretien physique) n'a obtenu aucun suffrage9. L'ensemble des étudiants sportifs (la moitié de l'effectif de l'enquête) se répartit selon ces diverses modalités. En premier rang vient le loisir (21 %), puis le loisir + entretien physique (7,6 %) et la compétition + loisir (7,1 %). La compétition comme modalité exclusive n'obtient que 3,4 % des suffrages.

307La dominante "loisir" s'affirme assez nettement. Le fait n'a rien de surprenant au sein d'une population résidant dans une Université française (étrangère !) Les étudiants pratiquant le sport de compétition sont probablement plus nombreux dans leur propre pays que dans des Universités étrangères (exception faite, sans doute, de quelques étudiants sportifs de haut niveau).

308On note ici des différences assez sensibles selon les sexes. La modalité de loisir est plus fréquente chez les jeunes filles (26,4 % contre 15 %) tandis que la compétition, associée ou non au loisir, est plus marquée chez les jeunes gens (11,5 % contre 3,2 % dans le second cas, par exemple).

309Quelles sont les spécialités sportives pratiquées au sein des Universités françaises ? Pour donner une vue à la fois synthétique et détaillée, nous avons élaboré la classification suivante. Elle permet une lecture en termes de tendances — et/ou de profil — de pratiquant(e). Grâce à cette typologie, ce sont autant de "familles" et/ou de "registres" de sport qui sont clairement identifiés :

  • sports collectifs en salle : volley-ball, basket-ball, foot à 7, etc.

  • sports collectifs en extérieur : football, rugby...

  • sports individuels "classiques" : athlétisme, jogging, natation, tennis, badminton... (Ils peuvent être d'extérieur ou d'intérieur).

  • "nouveaux" sports individuels en salle et/ou sports d'expression : body-building, aérobic, musculation — ou P.P.G. — (lorsque cette activité n'est pas un complément de préparation à un autre sport), escalade (en salle), danse moderne, rock, etc.

  • sports de pleine nature ("classiques" et/ou "nouveaux") : canoé, escalade, parapente, spéléologie, etc., ainsi que l'équitation.

  • double activité sportive (avec plusieurs combinaisons possibles) : sport individuel + sport collectif ; sport d'intérieur + sport d'extérieur, etc. Autant de registres pouvant se combiner les uns avec les autres.

  • multi-activité sportive (avec une pratique d'au moins trois sports identifiables et renvoyant à autant de registres : éclectisme et/ou activisme sportif).

310L'exploitation des réponses fournit la répartition suivante.

Registres et types

Jeunes gens nbre %

Jeunes filles nbre %

Ensemble nbre %

- sports co. en salle

7 6,2

7 5,6

14 5,9

- sports co. en extérieur

4 3,5

1 0,8

5 2,1

- sp. individuels "class.”

19 16,8

25 20.0

44 18.5

- “nouveaux" sp. indiv.

2 1,8

10 8,0

12 5,0

- sports de pleine nature

3 2,7

3 2,4

6 2,5

- double activité sportive

10 8,8

4 3,2

14 5,9

- multi-activité sportive

8 7,1

8 6,4

16 6,7

- non précisé

3 2,7

6 4,8

9 3,8

- pas de réponse attendue

57 50,4

61 48,8

118 49,6

Total

113 100 %

125 100 %

238 100 %

T. 8 Registres et types de pratique sportive (dans l'Université d'accueil)

311Quelle est la configuration d'ensemble qui se dessine ? Toutes nationalités confondues, les sports "individuels" classiques (en particulier la natation, le tennis, le jogging, le badminton...) rassemblent le plus d'adeptes. Les filles sont mieux représentées que les garçons (20 % contre 16,8 %) et elles s'adonnent plus souvent à la natation. Les sports collectifs en salle viennent en second rang, soit qu'ils sont pratiqués exclusivement (5,9 %) soit qu'ils entrent dans une double ou une multi-activité sportive. Notons également que la caractéristique d'un double registre sportif est bien plus répandue chez les jeunes gens que chez les jeunes filles. Enfin, il faut signaler la percée des "nouveaux" sports individuels, marquée par une dominante féminine dans les activités d'expression. Cette tendance "nouvelles" pratiques" peut être rapprochée en partie du registre des "nouveaux" sports de pleine nature (escalade, ski, spéléologie...) qui correspondent à une demande étudiante plus précise depuis ces dernières années.

312En résumé, nous retiendrons qu'il existe aujourd'hui une grande diversité des pratiques sportives concernant les étudiants des deux sexes inscrits dans les Universités françaises. Tant bien que mal, toutes les Universités doivent s'efforcer de répondre désormais à une demande sportive de plus en plus diversifiée, et compte tenu d'un effectif d'étudiants allant en augmentant.

313Nous ne détaillons pas ici les modalités de pratique concernant les activités sportives des Universités d'origine (voir rapport de recherche).

III - Les opinions des étudiants étrangers relatives au sport universitaire

314La question no°14 a permis de recueillir des opinions concernant différents aspects du sport universitaire en France. Chacun des aspects retenus au terme de la pré-enquête a été traité comme une question spécifique. Les étudiants ont répondu en fonction de leur connaissance concrète du sport universitaire (français) et leur réponse s'applique le plus souvent au Campus universitaire qui les héberge au moment de l'enquête. On supposera que le "regroupement" statistique de toutes ces réponses fournit une "photographie" d'ensemble de la réalité du sport dans les Universités françaises.

A) Jugements et impressions sur le sport universitaire en France

315Dans le cadre de la présente communication, les opinions sont rapportées toutes nationalités confondues. D'une manière générale, comment le sport universitaire de notre pays est-il perçu par les étudiants étrangers appartenant à la Communauté européenne ?

316La pré-enquête nous a permis d'identifier les principales dimensions caractéristiques du sport universitaire, soit :

  • le choix des activités sportives à l'Université,

  • les installations sportives universitaires,

  • les horaires proposés pour le sport à l'Université,

  • les professeurs et/ou les animateurs de sport,

  • le montant des droits d'inscription pour le sport,

  • les championnats universitaires,

  • la préparation à la compétition sportive,

  • l'engagement bénévole des étudiants,

  • l'information sportive à l'Université,

  • l'ambiance sportive universitaire.

T. 9 Opinions sur le sport universitaire en France

  • 10 Ces éléments peuvent être mis en relation avec les conclusions du rapport de J. Fabre, Sport et Uni (...)

317Le choix des activités sportives est largement jugé comme étant satisfaisant (trois quarts des réponses). L'information sportive à l'Université, l'ambiance sportive universitaire et la gamme d'installations sportives forment un "ensemble", chacun des aspects rassemblant plus de 40 % de suffrages. On peut y ajouter le montant des droits d'inscription (40,8 % de réponses positives). Plusieurs aspects sont caractérisés par un nombre important de "sans opinion", en particulier pour les points relatifs à la préparation à la compétition et aux championnats universitaires (respectivement 83,6 et 77,3 %). Notons enfin que des jugements négatifs s'expriment en assez grand nombre pour les trois aspects suivants : les horaires proposés pour le sport (30,7 % d'opinions négatives), l'information sportive à l'Université (24,8 % de réponses) et les installations sportives universitaires (23,9 %)10. Ils sont autant de précieuses indications sur certaines lacunes ou limites concernant les activités sportives à l'Université.

318Bornons-nous à présenter d'une part l'opinion de tous les jeunes gens, d'autre part celle de toutes les jeunes filles et, pour les deux décomptes, toutes nationalités confondues.

319- Pour les jeunes gens :

T. 10 Opinions sur le sport universitaire en France (jeunes gens)

320- Pour les jeunes filles :

T. 11 Opinions sur le sport universitaire en France (jeunes filles)

B) Quelques faiblesses du sport universitaire français : impressions et suggestions...

321Pour le sport universitaire en France, cette "photographie d'ensemble" peut être complétée — et illustrée — par l'exploitation des réponses négatives formulées pour la question no°20, soit 30 % des commentaires livrés. Les réponses positives ont été regroupées avec les informations de la question no°17.

322Les impressions négatives (les urgences qu'elles sous-entendent et les solutions suggérées...) se répartissent selon trois dimensions majeures, soit :

  • la promotion du sport universitaire,

  • l'organisation du sport universitaire,

  • la capacité d'accueil du sport universitaire.

T. 12 Impressions négatives sur le sport universitaire en France

323Les impressions négatives formulées à propos de la promotion du sport universitaire portent essentiellement sur le manque d'information locale et de publicité de l'Université d'accueil en matière d'animation sportive. D'autres réponses insistent sur le désintérêt affiché par l'Université pour le sport... Le temps occupé par les études est trop important, et les horaires de cours ne sont pas compatibles avec une pratique sportive universitaire.

324Les impressions négatives qui concernent l'organisation du sport à l'Université reprennent ce constat d'une incompatibilité entre les heures de travail et les horaires proposés pour les loisirs sportifs. S'y ajoutent la mauvaise qualité des installations sportives (sanitaires et douches...) et leur éloignement par rapport aux lieux d'études. Le coût élevé de certaines activités sportives, dans le cadre de l'Université, est jugé comme étant inacceptable.

325Les impressions négatives insistant sur la médiocre capacité d'accueil du sport universitaire s'expliquent par le manque d'installations de sport, par la faible diversité des activités offertes aux étudiants mais surtout par la saturation des cours ou des ateliers sportifs qui nécessite de recourir aux usages du tirage au sort ou du numerus clausus...

C) Jugements et impressions sur le sport universitaire du pays d'origine

326En utilisant la même méthode que pour la "photographie" d'ensemble du sport universitaire français, nous avons demandé aux étudiants interrogés de se prononcer sur différents aspects du sport universitaire de leur propre pays. Les données rassemblées sont significatives pour le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie. Dans les tableaux qui suivent, nous avons toujours mentionné le sous-effectif concerné ainsi que la moyenne (relative) pour chacun des types d'opinion ("plutôt bien", "plutôt mauvais", "sans opinion"). Pour les quatre pays cités, et les deux sexes confondus, on obtient les données suivantes.

T. 13 - Opinions sur le sport universitaire du pays d'origine

327Pour les quatre pays étudiés, on peut proposer le commentaire suivant.

  • 11 L'Union Athlétique des Etudiants (ou Universities Athletic Union) est constituée de volontaires cha (...)

328- Dans les Universités et les Ecoles Polytechniques du Royaume-Uni, le sport est largement considéré comme satisfaisant du point de vue du choix des activités sportives proposées, de l'ambiance sportive universitaire, de l'information et des horaires aménagés pour la pratique du sport et pour les installations sportives mises à disposition des étudiants. Le montant des droits d'inscription est généralement considéré comme étant également satisfaisant. Les personnes interrogées sont majoritairement sans opinion concernant l'encadrement des activités (professeurs, animateurs...)11 et pour la préparation de la compétition. Les opinions défavorables ne correspondent jamais à des tendances affirmées. Il semble qu'il y ait une homogénéité géographique, à l'échelon du pays, pour l'organisation du sport dans les Universités.

T. 13 bis Opinions sur le sport universitaire du pays d'origine

329- Dans les Universités d'Allemagne, le sport est largement considéré comme satisfaisant du point de vue du choix des activités sportives proposées, des installations de sport mises à la disposition des étudiants et du montant des droits d'inscription. De même, l'ambiance sportive universitaire, les horaires proposés pour le sport et l'information sportive sont-ils considérés comme plutôt satisfaisants. Les personnes interrogées sont majoritairement sans opinion concernant les championnats universitaires, la préparation à la compétition ou encore l'engagement bénévole des étudiants. Les opinions défavorables ne correspondent jamais à des tendances affirmées. A l'échelon du pays, intégrant désormais l'ex-R.D.A., il semble qu'il y ait une homogénéité géographique pour l'organisation du sport dans les Universités.

330- Dans les Universités d'Espagne, le sport est considéré comme satisfaisant du point de vue du montant des droits d'inscription et du point de vue des championnats universitaires. Pour certains étudiants interrogés, il y a lieu d'être satisfait en ce qui concerne le choix des activités sportives et pour les installations sportives mises à disposition des étudiants. Notons toutefois que de nombreuses opinions défavorables s'expriment au sujet de ces deux aspects. On peut interpréter ces divergences d'opinion en fonction des régions et/ou des villes universitaires. A l'échelon du pays, il semble qu'il y ait une hétérogénéité géographique quant à l'organisation du sport dans les Universités. Enfin, les étudiants espagnols considèrent assez souvent que l'information sportive à l'Université n'est pas bonne. Les personnes interrogées sont sans opinion à propos de l'engagement bénévole des étudiants et de l'encadrement (professeurs, animateurs...) des activités sportives.

331- Dans les Universités d'Italie, le sport n'apparaît pas sous un angle véritablement satisfaisant. Les personnes interrogées sont majoritairement sans opinion à propos de la préparation à la compétition, des championnats universitaires et de l'engagement bénévole des étudiants. Il en est à peu près de même au sujet de l'information sportive, de l'ambiance du sport universitaire et de la plupart des autres caractéristiques. Ceci étant, plusieurs personnes pensent que le choix des activités sportives proposées n'est pas toujours mauvais. Par contre, elles sont relativement nombreuses à considérer que les installations sportives des Universités italiennes sont mauvaises. On peut avancer une hypothèse — qui mériterait vérification — selon laquelle l'ouverture démocratique de l'Université en Italie, qui s'opère actuellement, révèle, momentanément sans doute, une faiblesse de l'infrastructure sportive universitaire, dans plusieurs régions, et une assez faible diffusion sociale de la culture sportive.

332L'enquête complémentaire permettra de livrer une présentation analogue pour les autres pays de la Communauté européenne, et en particulier pour les Pays-Bas, le Portugal et la Grèce.

333Par ailleurs les nombreuses réponses rédigées, d'ordre descriptif et qualitatif, recueillies avec la question no°16 sont autant de précieux témoignages. 62 étudiants interrogés (soit un quart de l'effectif) ont livré une information détaillée sur l'ensemble de l'organisation du sport universitaire de leur pays d'origine et 63 autres ont proposé une information détaillée sur un aspect — ou un secteur — du sport universitaire de leur pays (ou de leur établissement d'enseignement supérieur) d'origine. Ces éléments ne sauraient être raisonnablement pris en compte dans le présent compte rendu (se reporter au rapport de recherche).

IV - L'esprit du sport universitaire. Rayonnement et perspectives

334Au delà d'une simple étude des pratiques sportives et des opinions relatives au sport universitaire, nous avons cherché à vérifier s'il existe un "esprit" du sport particulier à l'Université ou, tout au moins, une certaine spécificité propre aux activités sportives pratiquées dans les cadres institutionnels de l'Université.

A) Les fonctions attribuées au sport à l'Université

335La question no°17 se présente sous la forme d'une question ouverte. La personne interrogée était invitée à citer les qualités lui paraissant définir le sport universitaire en général, son originalité et sa vocation. Dans une très grande majorité, les étudiants ont répondu en termes de fonction(s) servie(s) par le sport universitaire. Ajoutons que les informations positives livrées à la question no°20 ont été regroupées avec les données de la question no°17.

336Dans les réponses fournies, plusieurs orientations doivent être distinguées. Le sport universitaire permet :

  • l'acquisition d'une culture sportive générale (avec obligatoirement une réponse détaillée). Orientation de type "philosophique" ou exprimant une "philosophie de l'éducation" ;

  • la formation personnelle et/ou l'esprit d'équipe (avec un point de vue détaillé). Orientation de type "philosophique" ;

  • la détente personnelle (contre le stress) et les rencontres entre étudiants. Double orientation, l'une en terme de régulation psychologique, l'autre d'affiliation ;

  • l'entretien de la condition physique, la bonne santé personnelle. Orientation formulée en termes d'accomplissement personnel et/ou de valorisation de soi-même ;

  • les acquisitions techniques et/ou la pratique de la compétition. Orientation formulée en termes d'acquisitions, de savoir-faire et d'accomplissement personnel ;

  • la détente, le plaisir, un dérivatif (contre le stress ou la sédentarité) par rapport aux études. Orientation uniquement définie en termes de régulation psychologique de l'individu ;

  • les rencontres, l'ambiance collective, l'amitié et la communication entre étudiants. Double orientation, l'une en termes d'affiliation et l'autre, plus ou moins nette, de participation — identitaire ! — au "groupe" étudiant ;

  • l'esprit d'unité étudiante et les échanges entre Universités. Orientation posée en termes de groupe identitaire et/ou en fonction des liens institutionnels structurant la vie étudiante ;

  • la gratuité et l'accès pour tous à la pluralité des formes de la pratique sportive. Orientation formulée en termes de "politique" de développement du sport à l'Université.

337Comment se répartissent ces diverses orientations au sein de la population enquêtée ?

T. 14 Les fonctions attribuées aux activités sportives pratiquées à l'Université

338Un tiers des personnes interrogées n'a pas répondu à cette question. Pour une part, il s'agit de personnes sans opinion. On peut avancer une explication complémentaire en invoquant un manque — relatif— de maîtrise de la langue française à propos d'une réponse nécessitant une certaine réflexion intellectuelle (à formuler de surcroît dans une langue étrangère).

339Existe-t-il des spécialités selon les pays de la Communauté européenne ? Pas vraiment, semble-t-il. La référence conjointe à la détente personnelle et aux rencontres entre étudiants est plutôt généralisée (et nettement, par exemple, comme pour les jeunes Espagnols et Allemands). On peut avancer le même commentaire à propos des réponses formulées autour d'une triple référence : rencontre, ambiance et communication. Là encore, la recherche de sociabilité des jeunes espagnols est manifeste. La gratuité des activités sportives universitaires est soulignée par les Hollandais, les Allemands et les jeunes du Royaume-Uni (en termes de "service public", est-on tenté d'ajouter). La formulation d'une réponse détaillée en termes d'acquisition d'une culture sportive générale est essentiellement le fait des étudiants originaires du Royaume-Uni. Mais pour ces derniers également, le sport à l'Université peut n'être considéré que comme un excellent dérivatif par rapport aux études. Quant aux jeunes Portugais, ils semblent mettre plutôt l'accent sur le rôle que remplit le sport pour la formation personnelle et/ou pour l'esprit d'équipe. Ceci étant noté, les traits qu'on vient d'indiquer ne correspondent jamais à des tendances lourdes. Faute de disposer d'une population d'enquête plus nombreuse, probablement. Néanmoins, compte tenu de l'extrême diversité des activités sportives, des formes, des modalités et des niveaux de pratique, évoquée plus haut, l'évolution du sport universitaire va probablement dans le sens d'une banalisation du loisir sportif en même temps que s'élargit la participation des étudiants aux activités proposées.

340Les plus forts taux de "non réponse" sont enregistrés auprès des Luxembourgeois (déclarant simplement qu'il n'existe aucune organisation spécifique du sport universitaire dans leur pays !) et par les Italiens. Les taux les plus faibles sont le fait des Espagnols et des Grecs. Ne faut-il pas interpréter ce trait comme l'indice d'une conviction collective et/ou d'un espoir quant au rôle social que doit jouer l'Université ? Ce n'est pas impossible.

B) Le sport comme image de marque des Universités ?

341Les termes de communication, de promotion et même de médiatisation sont fréquemment utilisés à propos du rayonnement géographique (local, régional, national ou même international) qu'ambitionne telle ou telle Université ou Grande Ecole. Vocabulaire faussement précis ? Expressions reflétant la mode du moment ? Terminologie empruntée aux sciences de l'information ou aux techniques du marketing ? Il n'est pas dans notre intention de trancher dans ce domaine.

342Nous avons demandé aux personnes interrogées si la pratique sportive leur paraissait un excellent moyen pour valoriser l'image de marque de l'Université. Contentons-nous ici du résultat global.

T. 15 Le sport comme image de marque de l'Université

343La communication obtient un score élevé (85, %). La promotion vient en deuxième rang (avec 61,3 %) tandis que la médiatisation ne recueille pas la moitié des suffrages (47,5 %). Les avis négatifs ne sont jamais très nombreux pour les trois rôles que le sport est susceptible de jouer en faveur de l'Université. De toute évidence, ces trois termes sont faussement simples. Il n'est pas sûr que les étudiants étrangers leur accordent la même signification que les Présidents d'Universités et autres Directeurs de Grandes Ecoles. Le bon score obtenu par la communication renvoie surtout, nous semble-t-il, à la communication interpersonnelle, plus ou moins formalisée, qui s'établit entre étudiants. Le terme est alors synonyme d'animation de la vie étudiante. Il serait intéressant de vérifier si les étudiants ayant une expérience du sport de haut niveau sont relativement plus nombreux à considérer que le sport peut être un bon moyen de promotion et de médiatisation de l'Université. En fait, cette catégorie d'étudiants est très peu représentée au sein de l'échantillon d'enquête. Ultérieurement, nous détaillerons ces résultats de manière à repérer, le cas échéant des différences d'opinion en fonction de telle ou telle variable.

C) Le sport comme facteur d'ouverture sur les Universités de la Communauté européenne ?

344Les termes de communication d'échange et de coopération font aujourd'hui partie du vocabulaire obligé de la promotion des Universités et de leur ouverture —souhaitée ou effective— à d'autres Universités, et en particulier à l'échelle européenne. Les précautions d'usage formulées pour la question précédente restent valables. Nous avons demandé aux étudiants interrogés si le sport leur semblait un excellent facteur d'ouverture sur les Universités de la Communauté européenne. Donnons ici le résultat global.

T. 16 Le sport comme facteur d'ouverture des Universités

345Dans l'ensemble, les trois facteurs : communication, échange et coopération (et dans cet ordre), sont considérés comme étant susceptibles de favoriser l'ouverture des Universités les unes aux autres. Les étudiants ont probablement répondu en termes de dynamique globale d'ouverture. Le sport n'est pas nécessairement au premier plan de leur appréciation générale. Cette disposition favorable illustre plutôt leur propre situation d'accueil au sein d'une Université française, souvent grâce à une démarche entreprise dans le cadre de leur Université d'origine. Plusieurs d'entre eux ont ainsi répondu positivement, à titre de "bénéficiaires" de l'ouverture des Universités.

CONCLUSION

346Au terme de ce compte rendu d'enquête, volontairement succinct, quels sont les éléments marquants qu'il convient de retenir ?

347— A l'échelle de l'Europe, des différences sont perceptibles, selon les pays, quant à la pratique sportive universitaire et à son degré d'organisation. Quelle est la "structure" d'ensemble de cette configuration géographique ? Trois axes sont clairement identifiables (le tout dessinant une sorte de "croix de Lorraine"...). Le continuum Nord-Sud permet d'individualiser : une zone de pratique sportive universitaire bien établie (Royaume Uni, Pays-Bas, Allemagne...), une zone intermédiaire occupée par la France (et peut-être la Belgique, la Suisse et l'Autriche...) et, plus au sud, une zone de pratique moins affirmée (Espagne, Portugal également, Italie, Grèce). Cet axe Nord-Sud est croisé par deux axes orientés Ouest-Est. L'un d'eux, situé au nord, correspond à une ligne de fort développement du sport universitaire : le Royaume-Uni, Lille peut-être, les Pays-Bas et l'Allemagne... L'autre axe, situé au sud, correspond à une ligne pour laquelle le développement du sport universitaire se hiérarchise de façon décroissante, de l'ouest vers l'est : les Universités de Madrid, de Barcelone et de Montpellier d'une part, puis l'Italie du Nord (Rome comprise) et la Grèce (essentiellement Athènes).

348Ceci étant, pour conclure objectivement à une démocratisation correspondante du sport universitaire, il conviendrait de disposer de données statistiques concernant le degré de démocratisation et d'ouverture sociale des Universités, pour chacun des pays de la Communauté européenne.

  • 12 Il est d'ailleurs indispensable d'analyser de façon plus approfondie ces phénomènes. La Maison des (...)

349— D'un point de vue diachronique, on assiste, à l'échelle de l'Europe, à un processus d'homogénéisation des mentalités culturelles, opérant toutefois à des rythmes différents selon les pays et/ou les régions. Un "mode de vie" étudiant tend progressivement à s'imposer. La culture sportive, telle qu'elle est favorisée par la fréquentation accrue des Universités, devient équitablement partagée entre jeunes gens et jeunes filles. Nous y avons insisté à plusieurs reprises pour chacun des pays représentés autant que pour l'ensemble des pays représentés. Il s'agit bien là d'une des missions cardinales de l'Université. L'acquisition d'une formation de niveau supérieur contribue à l'émancipation socioculturelle des bénéficiaires. A cet égard, l'Université s'ouvre à la société. Et la pratique sportive à l'Université, sous des formes variées, y ajoute sa valeur éducative, en termes de culture corporelle, de formation personnelle, de bien-être, de rapports interpersonnels et de sociabilité. Les échanges entre Universités, la mobilité géographique et l'accueil des étudiants étrangers ne peuvent que renforcer cette évolution positive12.

  • 13 Pour donner un exemple, la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique de l'Université (...)

350— La pratique sportive à l'Université recouvre aujourd'hui une grande diversité de points de vue quant à la "définition" du sport universitaire. La multiplication des structures, la différenciation des modalités et/ou des niveaux de pratique, l'augmentation des effectifs de sportifs et de sportives, la place accrue que tient désormais le "loisir" (avec les références explicites à la "détente personnelle", aux "rencontres" et à la "communication" entre étudiants) expliquent pour une large part cette situation. Assiste-ton pour autant à une décomposition de l'"unité" du sport universitaire ? S'agit-il d'une perte progressive d'identité du sport universitaire ? Faut-il conclure à une banalisation de l'esprit du sport universitaire ? Une approche socio-historique appliquée à la France, et faisant la part de l'idéalisation rétrospective et des constructions idéologiques, permet(trait) de répondre par l'affirmative à ces interrogations. Désormais, la généralisation du loisir sportif à l'Université s'impose comme un droit des étudiants en matière de "service public". Le constat est à ce jour moins évident pour certains pays où l'accès massif à l'Université a été plus tardif. Longtemps, la compétition sportive et les championnats universitaires ont permis d'entretenir une résonance émotionnelle, symbolique et épique, partie prenante de la culture étudiante. Aujourd'hui ce registre perd quelque peu de sa visibilité. En France, les 44 clubs universitaires (65 000 membres dont 21 500 étudiants) et les responsables de la F.N.S.U. (forte de ses 80 000 licenciés) ne doivent-ils pas se pencher sérieusement sur la question ? Les U.F.R. S.T.A.P.S. disposent là d'un important domaine d'études et de recherches13. La compétition sportive est un élément important susceptible d'enrichir la culture étudiante et la culture des étudiants. Le prétexte de l'Université Sportive d'Eté 1992, qui s'ouvre aujourd'hui à Lille, n'est-il pas propice à échanger à ce propos des points de vue argumentés et à confronter des expériences nationales ou régionales ? Nous en sommes pleinement convaincus.

351Tels sont les constats majeurs qui s'imposent au terme de cette première exploitation des données rassemblées dans le cadre de la consultation nationale conduite auprès des résidents européens accueillis dans les Universités et les Grandes Ecoles françaises pendant l'année 1991-1992.

Notes

1 Le lecteur trouvera ici les résultats généraux obtenus à partir de quelques tris à plat (ou simples dénombrements). L'exploitation exhaustive des résultats — avec ceux de l'enquête complémentaire — fera l'objet d'un rapport de recherche détaillé (à paraître en 1994).

2 Nous avons demandé à une soixantaine d'étudiants et étudiantes français(es) de classer oralement les pays européens en fonction de leur "sportivité" supposée et, deuxième opération, en fonction de l'importance que ces mêmes pays sont censés accorder au "sport" dans le cadre de l'Université.

3 Voir la note précédente.

4 Se reporter au rapport de recherche.

5 Une trentaine de questionnaires concerne des étudiants européens n'appartenant pas à la Communauté des douze : Suisse, Autriche, Suède.

6 Nous en tiendrons compte dans le rapport d'enquête. Ces statistiques doivent être disponibles auprès de la Sous-Direction de la Vie Etudiante du Ministère de l'Education Nationale : pays d'origine, sexe, Université et filière d'accueil.

7 Une seconde série de questionnaires, dont la passation est prévue durant l'année universitaire 1992-93, permettra de réduire ces disparités d'ordre géographique.

8 Plusieurs facteurs peuvent expliquer l'élévation de ce taux : le lieu de passation du questionnaire, tout d'abord ; une spécificité culturelle et sportive des étudiants effectuant un séjour universitaire à l'étranger ; l'âge ; la recherche de liens de sociabilité grâce au sport...

9 Elle n'est pas reprise dans le tableau no°7.

10 Ces éléments peuvent être mis en relation avec les conclusions du rapport de J. Fabre, Sport et Université. Rapport remis à Monsieur le Ministre d'Etat Ministre de l'Education Nationale, Paris-Toulouse, novembre 1991,219 p.

11 L'Union Athlétique des Etudiants (ou Universities Athletic Union) est constituée de volontaires chargés de l'organisation des compétitions et de la promotion du sport.

12 Il est d'ailleurs indispensable d'analyser de façon plus approfondie ces phénomènes. La Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine doit inclure le thème du Sport Universitaire en Europe dans la seconde phase de son programme de recherche quadriennal "Sport" (1991-1994).

13 Pour donner un exemple, la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique de l'Université de Bordeaux II s'est engagée à entretenir une relation suivie avec ses homologues d'Espagne, et tout particulièrement avec l'Institut Basque d'Education Physique de Vitoria. Par ailleurs, plusieurs mémoires de maîtrise, portant sur le sport universitaire dans divers pays d'Europe, ont été livrés sous la direction de Martine Renaud par Hélène Salomon, Sophie Lavergne et Véronique Petit.

Table des illustrations

Légende T. 1 L'effectif de l'enquête
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre La répartition de l'effectif par nationalités montre que tous les pays ne sont pas représentés dans les mêmes proportions.
Légende T. 2 Répartition de la population étudiante par sexe et par nationalité
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende T. 3 Répartition de la population étudiante par sites universitaires
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende T. 5 Pratiquants et non pratiquants sportifs
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende T. 6 Pratiquants sportifs et cadres de pratique. Non pratiquants sportifs
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende T. 9 Opinions sur le sport universitaire en France
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende T. 10 Opinions sur le sport universitaire en France (jeunes gens)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende T. 11 Opinions sur le sport universitaire en France (jeunes filles)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende T. 12 Impressions négatives sur le sport universitaire en France
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende T. 13 - Opinions sur le sport universitaire du pays d'origine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende T. 13 bis Opinions sur le sport universitaire du pays d'origine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende T. 14 Les fonctions attribuées aux activités sportives pratiquées à l'Université
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende T. 15 Le sport comme image de marque de l'Université
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende T. 16 Le sport comme facteur d'ouverture des Universités
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/12741/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteurs

Sous-Directeur de la vie étudiante au Ministère de l'Education Nationale.

Vice-président de la Fédération Internationale du Sport Universitaire, Président de la Commission Européenne du Sport Universitaire, Vice-Président de la Bristish Student Sports Federation.

Directeur du S.U.A.P.S. de l'Université de Lille II.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search