Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture

L'esprit du sport étudiant

Roch Campana

Texte intégral

Roch Campana

Secrétaire Général de la Fédération Internationale du Sport Universitaire.

1Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, chers amis, c'est avec grand plaisir que je me retrouve ici. C'est un peu un retour aux sources. Je me rappelle qu'il y a environ vingt-cinq ans, nous étions sur un campus de Lille, je ne sais pas exactement lequel, avec quelques étudiants en train de fêter la fin d'une journée d'échange avec l'Université Libre de Bruxelles, quelque peu "imprégnés" car nos amis nous avaient offerts quelques "canons", comme on disait à l'époque, et nous avions envahi les rues de Lille où nous avions chipé quelques drapeaux... Ce que les C.R.S. n'avaient pas vraiment apprécié...

2Il est bon de rappeler quelques souvenirs, quelques traditions qui existent depuis de longues années et qui apportent un plus, un peu de cette couleur qui est particulière au sport universitaire. Nous oublions trop souvent cet aspect ludique si caractéristique de l'esprit du sport étudiant.

3Je voudrais signaler l'une des grandes qualités de l'organisation dont j'ai le plaisir et l'honneur d'être secrétaire général, et qui met en place une Universiade de grande qualité si on la compare aux Jeux olympiques. Les mêmes athlètes qui participent aux Universiades acceptent encore ce caractère ludique et y font de bons résultats.

4Alors nous traitons aujourd'hui du thème : "Sport, Université, Europe". Voilà trois débats importants. Mais il faut savoir quel Sport, quelle Université, quelle Europe ?

5Dans quelle Europe voulons-nous travailler ? Dans l'Europe des douze avec les traités, avec peut-être, en France, le traité de Maastricht ? Est-ce que ce sera l'Europe du Conseil de l'Europe qui est déjà beaucoup plus vieux, plus vaste et où il y a une commission des sports ? Est-ce que l'on veut parler plutôt de l'Europe géographique ? Je crois que le thème est trop d'actualité pour en parler ici et nous laisserons les dirigeants politiques prendre leurs responsabilités en la matière.

6Mais voyons ce que nous pouvons faire. Il y a un autre aspect dont on doit parler, c'est l'Université. Quelle Université ? L'université rigide que nous connaissons avec ses six facultés, l'Université avec les écoles supérieures ou les écoles qui proposent deux ou trois ans de formation post-baccalauréat ? Prendrons-nous dans son ensemble le cursus post secondaire et toutes les études du troisième degré ? Je crois que là, c'est un autre débat ; mais il a son importance.

7Il y a le sport. Quel sport ? Est-ce que nous voulons le sport pour tous, le sport loisir, le sport sans règles, le sport simplement conçu comme un délassement ou est-ce que nous voulons le sport de compétition avec des règles, une discipline régulière (aller au club), se tenir en bonne forme, prêt à participer à la compétition dans un cadre assez rigide, voire même pour faire de la haute compétition ?

8Est-ce là le sport que l'on veut ? Et dans le sport de compétition, est-ce que c'est le sport de haute compétition dans un club semi-professionnel ? Ou éventuellement le sport de haute compétition pendant une période de vie très restreinte ? S'agit-il plutôt d'une activité compétitive compatible avec n'importe quel type d'études supérieures ?

9Je crois que ce qui nous intéresse le plus, c'est le sport se situant entre les deux, c'est-à-dire le sport compétitif et le sport de haut niveau. En effet, étant de la Fédération Internationale du Sport Universitaire, pour moi, le sport de haut niveau m'intéresse plus, et je crois que malgré tout, il faut pouvoir trouver des solutions réalisables dans le cadre de l'activité sportive. Je crois qu'il est encore possible de faire de l'être humain un meilleur homme, et comme Monsieur Lojacono le disait à l'instant, il est clair que nous pouvons trouver un moyen chemin dans lequel on puisse faire des études de haut niveau, devenir quelqu'un, et aussi encore avoir une discipline physique pour supporter cet esprit qui parfois vous dévore de partout.

10Maintenant, revenons un peu sur ce que l'Europe a déjà fait au niveau sportif. Je me suis permis de faire un plagiat et d'aller chercher des textes dans un document de mes collègues du Comité Olympique Belge et du Comité Olympique Européen. Et quand on examine de près ce que fait l'Europe au point de vue du sport, il n'y a pas grand chose réellement. Il faut se rendre compte que l'Europe, en fait, complique ou plutôt "décomplique". Les fédérations avaient compliqué les règles et maintenant, ce que l'on sait de l'Europe, c'est au contraire l'expression de la liberté des personnes, la liberté totale de traverser l'Europe avec autant de joueurs, voire même de joueurs professionnels. L'Europe s'intéresse uniquement au sport qui est économiquement valable. Pour les autres sports, il n'y a plus de règles. Dans aucun des documents que j'ai vus ici, je n'ai trouvé une référence explicite. Je cite : "Il y a l'Europe des droits humains, l'Europe des lois, l'Europe de la démocratisation", mais nulle part nous n'avons trouvé quelque chose concernant le Comité de Développement du Sport, qui ne fait pas partie du Conseil de l'Europe, qui a son Parlement à Strasbourg depuis bien longtemps et qui est tout à fait une autre organisation de la Communauté des Douze. Il n'a qu'un petit bureau à Bruxelles avec une secrétaire et un collaborateur, qui, par différentes actions, essaye de nous donner une image de l'Europe aux douze étoiles, avec une présence constante dans certains stades. Nous avons eu une Universiade. C'est tout ce que le Comité de l'Europe fait pour l'instant. Pour le reste, l'Europe ne s'occupe que des réglementations sociales des joueurs professionnels et donc, de ce fait, nous ne sommes nulle part. Il faut dire que l'Europe n'a même pas de lois. La seule fois où l'on a parlé de loi, c'est à l'occasion du traité de Rome. Alors il faut être très réaliste en la matière. L'Europe qui se fait en ce moment au point de vue du sport est, à mon avis, l'Europe qui existe de par les Fédérations. C'est celles-là qui existent : la Fédération Européenne de Football, de Natation, d'Athlétisme, de Volley-Ball, dans lesquelles la commission vient jouer un rôle, je n'en discute pas, mais un rôle perturbateur.

11Je ne veux pas aller contre l'Europe. Qu'est-ce qui s'est passé exactement pour aller à l'encontre de cela ? Ce sont nos Comités Nationaux Olympiques d'Europe qui, voyant arriver toutes ces problématiques, toutes ces difficultés, ont commencé à constituer un bureau de lobbying à Bruxelles pour chaque fois intervenir lorsqu'une décision du Conseil des Ministres, une proposition du Parlement Européen, une proposition de la Commission venaient entraver le déroulement normal. Et vous savez tous quels sont les problèmes pour l'instant de nos clubs de football qui doivent accepter beaucoup plus de joueurs européens qu'il ne faudrait.

12Voilà quelques réflexions que je voulais donner sur le rôle de l'Europe actuelle. Voici quelques remarques sur les implications de la construction de la Communauté Européenne venant justement de ce bureau européen de Bruxelles. Là où l'Europe n'est pas encore intervenue, c'est par exemple dans le problème de la télévision. Là aussi, la Communauté Européenne va intervenir parce que, là aussi, on va imposer la libre circulation des chaînes. La libre concurrence devra s'instaurer et il y aura de nouvelles discussions, à avoir avec les organes structurés de l'Europe, avec les fédérations sportives qui défendent leurs droits, peut-être corporatistes, je n'en discute point, mais qui existent depuis longtemps. Et cela va bouleverser un certain nombre d'habitudes.

13En conclusion, le bureau de Bruxelles pour le sport a décidé la création d'un Forum européen du sport qui permettra à la commission et aux autorités sportives d'échanger des informations.

14Voilà exactement où en est l'Europe des douze en matière d'implication dans le sport.

15Maintenant, je voudrais simplement vous faire part d'un rêve, et c'est un rêve dont j'ai parlé souvent. Mes deux collègues belges savent de quoi je vais parler : je voudrais un jour en arriver à la création d'une compétition européenne universitaire.

16Nous avons, M. Boutmans et moi-même, récemment reçu un jeune homme dynamique de 21 ans, juif-américain, je m'excuse de dire juif, mais ce sont les juifs-américains qui ont lancé le basketball aux Etats-Unis. Il est venu nous voir pour lancer une compétition européenne d'équipes universitaires. Je crois personnellement qu'il faudrait faire germer cette idée, mais pas uniquement pour monter une équipe de basket-ball, mais une compétition européenne multisports. Les jeunes gens disent tous : "on ne sait plus faire les deux choses ensemble : les Jeux olympiques ou la compétition de haut niveau et assurer les études". Et nous sommes ici dans un milieu universitaire où nous devons rechercher précisément cet équilibre. Je crois qu'il serait peut-être utile, dans le cadre des débats, de trouver des solutions dans lesquelles on puisse, par exemple, faire jouer dans le cadre d'une même compétition tous nos vainqueurs, champions universitaires de France, contre tous les vainqueurs de la Belgique, de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la Hollande...

17Et ainsi créer un esprit et un cadre sportif universitaire qui serait unique et comparable un peu à la L.C.R. aux Etats-Unis, qui crée une compétition universitaire sur le modèle des Etats-Unis.

18Voilà, je vous ai donné quelques idées, et je vous ai fait part de mon rêve.

19Martin Luther King disait : "I have a dream, someday it comes true".

20Je vous remercie de votre attention.

Auteur

Secrétaire Général de la Fédération Internationale du Sport Universitaire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540