Desktop versionMobile version

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture

L'université doit réaliser un système complet d'éducation

Ignazio Lojacono

Full text

Ignazio Lojacono

Président du Centre Universitaire Sportif Italien.

1Je désire avant tout exprimer ma gratitude au Comité d'Organisation, et en particulier au professeur Hartman qui m'a sollicité pour cette invitation. Cela me permet d'assister à une réunion aussi importante, aussi intéressante, et de connaître votre ville, Lille, évidemment très riche d'histoire, d'art, de culture et aussi, je l'ai constaté, d'installations sportives.

2Dans l'après-midi, M. le professeur Pierre Hartman illustrera la situation du sport universitaire en Italie.

3Je désire seulement souligner quelque chose qui, je pense, pourra vous intéresser, vous tous et moi en particulier. Je vois ce problème du sport, universitaire ou autre, surtout au point de vue des lois, parce que, à mon avis, la pratique du sport est un droit des citoyens. Et dans l'organisation actuelle des états de droit, la pratique du sport doit être régie par des lois. La constitution des états modernes établit des droits qui sont fondamentaux : le droit à la santé, et le droit à la culture, à l'éducation. Le sport est un mélange de santé, de culture et d'éducation. C'est de là que vient le devoir de l'État d'intervenir dans le soutien de cette activité fondamentale.

4Il y a presque quarante ans que je m'occupe de ces problèmes en Italie et nous avons obtenu cela : des lois pour la construction de bâtiments sportifs et d'installations sportives et universitaires.

5Chez nous, il y a un système de financement de l'État aux Universités, qui est partagé entre la construction des édifices universitaires, l'aménagement de l'activité universitaire et les frais de fonctionnement.

6Nous avons réussi à obtenir que, dans le financement pour les Universités, une cotisation soit réservée à la construction des bâtiments et des installations sportives.

7Il y a eu une première loi qui date de 1967, puis d'autres ont suivi : en 1976, 1985, 1990. La dernière subvention a été de 45 milliards de lires, c'est-à-dire à peu près 200 millions de francs français, pour la construction d'installations sportives.

8En ce moment, nous avons chez nous 180 installations différentes : nous avons des pistes d'athlétisme, des piscines ; nous avons surtout des gymnases, des stades, etc... D'autres actuellement sont encore en construction. Nous espérons en 1994 avoir également une subvention pour de nouvelles constructions.

9La deuxième loi qui nous intéresse est celle portant sur le fonctionnement et sur l'aménagement. Nous avons obtenu la constitution dans chaque Université d'un comité de surveillance sur l'activité sportive. Ce comité est présidé par le recteur de l'Université. Il y a le directeur de l'administration, des représentants qui sont élus par les étudiants, et des représentants du C.U.S., c'est-à-dire l'organisation sportive universitaire locale, qui présente son programme d'activités et son budget, le comité approuvant ou modifiant. La cotisation de l'État est partagée entre toutes les Universités et chaque comité de sport dans les différents sièges donne son avis au C.U.S. (centre universitaire sportif) sur le déroulement de son activité. Ce financement pour l'année en cours a été de 18 milliards de lires, c'est-à-dire presque 90 millions de francs. Et cela nous permet de gérer ces installations et de développer l'activité des étudiants à tous les niveaux, soit pour la compétition, soit pour le loisir, etc., pour la participation des étudiants au cours d'initiation sportive, par exemple.

10Nous avons évidemment une organisation qui est différente de la vôtre parce que notre organisation, le C.U.S., a été reconnue par l'État par un arrêté en 1968, et nous sommes la seule organisation de ce type qui existe en Italie. C'est quelque chose qui ressemble à vos clubs universitaires (F.I.S.U.), et nous avons le devoir non seulement d'organiser l'activité des compétitions et l'activité à l'Université mais aussi les championnats nationaux universitaires ; nous avons en charge l'activité sur les campus que nous organisons dans le cadre d'une participation à l'activité des étudiants aux semaines sportives d'hiver ou d'été. Nous organisons aussi la participation aux compétitions internationales, ainsi qu'à toutes les autres activités qui sont organisées par la F.I.S.U., et cela, évidemment, est très lourd, et très fatiguant, mais c'est aussi très bon pour nous. Nous avons eu pendant cette période de grandes difficultés parce qu'en Italie, il y a actuellement une grande transformation de l'Université.

11Il y a eu quatre lois sur l'Université : trois ont été déjà approuvées.

12La première est celle qui a détaché le Ministère de l'Université du Ministère de l'Éducation Nationale et de l'Instruction Publique. Maintenant le Ministère de l'Université est un Ministère à part, et il a évidemment pris tout le pouvoir qu'avait auparavant le Ministère de l'Éducation Nationale et de l'Instruction Publique.

13La deuxième loi concerne l'ordonnancement des Universités.

14La troisième se rapporte au droit aux études universitaires pour les étudiants.

15La quatrième, qui est la loi portant sur l'autonomie des Universités, n'est pas passée, mais je pense qu'elle sera représentée.

16Dans ce cadre, nous rencontrons des difficultés car il y a des gens pour qui l'autonomie universitaire signifie donner à l'Université et chacun prenant pour soi. De cette manière, notre situation actuelle est problématique et nous n'avons plus vraiment la possibilité de construire des bâtiments sportifs ni de gérer l'activité.

17Heureusement, le Parlement, le Ministère, tous ceux qui s'occupent de ces problèmes, ont accepté jusqu'à présent, pas totalement mais en grande partie, nos suggestions. Et par exemple, nous avons considéré que si on donne tout l'argent à l'Université, sans aucune affectation, on peut s'apercevoir que les Universités ne construiront plus de bâtiments pour l'Université, c'est-à-dire des édifices pour l'instruction, mais pour les activités économiques (laboratoires, etc...) où les professeurs s'occuperont de leur propre activité de secteur : agrandir les cours d'assistants, etc, qui sont évidemment des processus intéressants à la base de l'activité universitaire, mais qui, à notre avis, ne doivent pas être les seuls jugés prioritaires.

18On doit toujours laisser une diversité, un équilibre qui permettent à tous de développer ses activités dans le domaine de l'Université.

19Il y a encore une loi qui nous intéresse en particulier : c'est la loi sur la transformation des actuels instituts d'éducation physique. Nous avons en Italie des instituts d'éducation physique, qui vont préparer les professeurs d'éducation physique et qui ne sont pas encore au niveau universitaire. Je pense que l'on parlera aujourd'hui de cette loi avec M. le Professeur Mauro qui est le directeur de l'I.S.E.F. de Milan.

20Je voudrais seulement souligner les aspects qui nous intéressent en particulier. Nous pensons que l'activité de recherche et l'activité de culture par les étudiants en éducation physique doivent se dérouler aussi, et surtout, sur nos installations sportives parce que nous pensons qu'un véritable professeur d'éducation physique ne doit pas avoir seulement une formation théorique mais qu'il doit aussi connaître ce qui arrive sur le terrain de jeux, sur les pistes, dans les piscines, etc. Comme le médecin qui va au chevet du malade pour comprendre, pour vérifier si la connaissance est suffisante, si la réalité est compréhensible, il est indispensable d'adapter le cadre théorique à ce qui arrive chaque jour partout sur les terrains de la pratique sportive. C'est un problème qui est pour nous très intéressant, très important. Mais nous ne sommes pas les seuls. Nous pensons aussi que ces instituts d'éducation, lorsqu'ils seront définitivement transformés en départements ou en facultés, nous ne savons pas laquelle des deux solutions sera adoptée, doivent avoir à leur disposition des installations pour la préparation des étudiants se destinant à enseigner l'éducation physique. Il faut insister afin que chacun comprenne les possibilités de déroulement des études. Or maintenant, chez nous, l'éducation physique c'est surtout une pratique.

21Je pense que ce n'est pas suffisant. L'éducation physique doit devenir une science, une connaissance, comme les autres matières. Le professeur d'E.P.S. doit enseigner aux étudiants la science de l'éducation physique. Il doit partir des bases anatomiques ou physiologiques et mettre tout cela en rapport avec la science du mouvement. L'élève doit comprendre de façon approfondie ce qui se passe dans son corps, dans son organisme quand il court, nage, saute, lance, rame, etc... C'est une science très intéressante. L'accélération de la fréquence cardiaque et respiratoire, l'augmentation de la capitalisation musculaire, l'augmentation de la consommation d'oxygène, la naissance du débit d'oxygène, tous les phénomènes qui sont liés au mouvement de l'éducation physique, autant de questions fondamentales. L'étudiant doit comprendre que l'éducation physique et le sport peuvent se pratiquer durant toute une vie avec seulement des différences de qualité et d'intensité liées au contrôle du cœur et des poumons. Excepté ceci, on doit toujours pratiquer. C'est cela le principe : le sport doit entrer dans la vie des étudiants ou des citoyens comme une habitude, comme une coutume. Chaque citoyen doit se mouvoir et l'État doit comprendre la nécessité de cela.

22J'ai entendu qu'il y a aujourd'hui un séminaire qui porte sur la presse sportive. Je ne m'occupe pas de ce problème mais je me permets de vous signaler l'existence en Italie d'une querelle entre des courants de journalistes sportifs. La querelle à mon avis est mal posée, mais elle existe. Il y a des gens qui disent qu'un tel parle de l'enseignement du geste du sportif, et que tel autre, au contraire, parle de l'homme, du héros sportif avec toute sa personnalité, toutes ses vertus et défauts. C'est vrai, mais seulement en partie. Le premier est évidemment un homme très cultivé ayant des connaissances littéraires très poussées et qui a très bien étudié le domaine sportif. Il parle de sport, mais il a écrit aussi des romans. C'est vrai qu'il est aussi un grand connaisseur de sports, des différents sports, et qu'il est en position de déchiffrer des gestes sportifs comme personne d'autre en Italie. Mais il est vrai qu'il est difficile d'avoir l'instruction de cet érudit et sa capacité de la restituer dans des publications. Quelle information la presse sportive doit-elle proposer ? Quel type d'expression doit-elle privilégier ? Avec quelles intentions ?

23Pour finir, je voudrais seulement vous donner quelques petites informations sur une dernière question, c'est-à-dire la conception d'une Université totale. A mon avis, l'Université européenne est sûrement une bonne Université mais elle n'est pas complète. Elle doit prendre comme exemple — mais sans doute jusqu'à un certain point — l'Université des États-Unis. Je veux dire par là que l'étudiant doit vivre dans l'Université ; il ne doit pas seulement assister aux leçons. Pourquoi ? Parce que l'Université doit réaliser un système complet d'éducation, d'éducation intégrale qui ne se limite pas seulement à la connaissance traditionnelle, qui reste évidemment le premier but de l'Université, mais qui permette une formation globale. Dans les Universités, les jeunes doivent aussi pouvoir connaître les autres formes de culture que sont le théâtre, le cinéma, les beaux-arts, la musique, la littérature, etc. Ils doivent trouver la possibilité de réaliser leur potentiel humain dans toutes les directions, d'évaluer les possibilités qu'ils ont de participer à d'autres activités, de réaliser en eux-mêmes un équilibre qui les mettent en condition de résister lorsqu'ils trouvent des difficultés.

24Un jeune qui subit des coups dans son activité est toujours profondément blessé. Mais s'il a la possibilité de rééquilibrer sa personnalité sur d'autres terrains, surtout l'activité intellectuelle et cérébrale, par exemple, il sera sûrement un homme plus complet, non pas parfait, ce serait probablement utopique mais qui saura mieux se défendre dans les difficultés de la vie.

25Mesdames, Messieurs, j'ai été bien heureux de participer à cette séance d'ouverture. Je vous remercie tous pour votre bienveillante attention.

Author

Président du Centre Universitaire Sportif Italien.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search