Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture

Présentation du thème de la 9ème université sportive d'Eté

Ernest Gibert

Texte intégral

Ernest Gibert

Premier Vice-Président de l'Union Nationale des Clubs Universitaires et Président de l'Université Sportive d'Été.

1L'Université Sportive d'Eté a dix ans. Elle n'en est pourtant qu'à sa neuvième édition. Ce décalage n'est pas le fruit du hasard, le résultat d'une interruption ou le signe d'une coquetterie distraite qu'on prête facilement aux universitaires.

2L'édition manquante témoigne en réalité du souci de continuité qui a marqué l'action de ceux qui sont, depuis sa naissance, ses organisateurs : l'Union Nationale des Clubs Universitaires et l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France.

3Nous avons volontairement, l'an dernier, choisi de ne pas appeler au rassemblement estival qui témoigne traditionnellement du travail du centre de réflexions, de propositions et d'actions que nous souhaitons être. Il y avait à cela deux raisons :

  • la première tenait à notre engagement total aux côtés de ceux qui, dans le domaine du sport, sont attachés, comme nous, aux principes du pluralisme, de l'indépendance et de l'ouverture, dans la préparation et l'organisation de cet extraordinaire rassemblement qu'ont été les Assises Nationales du Sport.

  • la seconde raison avait valeur de précaution. L'importance et la complexité du sujet qui nous réunit aujourd'hui, le souci de donner à sa préparation le temps qu'elle exigeait, nous ont amenés à étendre sur deux ans, les efforts d'investigation, de contacts, et d'organisation nécessaires.

4Voilà dix ans que nous nous efforçons de réunir tous ceux qui, sans a priori, cherchent à se rencontrer pour éclairer leurs analyses, dissiper leurs doutes, échanger leurs idées, partager leurs espoirs, pour que le sport vive et soit conforme à l'idée qu'ils s'en font. C'est ainsi qu'est née à Poitiers, du dynamisme de notre ami Jean-François Saurin, la première Université Sportive d'Eté. De manière significative, et pour autant qu'on peut en juger aujourd'hui, elle était consacrée à la communication. Furent ensuite abordés, au fil des ans, des sujets aussi différents en apparence que profondément liés dans la réalité, comme : "l'enfant et le sport", "la recherche de la performance", "le sport en pleine mutation". L'édition de 1988 eut, à Boulouris, pour thème : "le club sportif au quotidien", agrémenté d'une sous-titre : "mythes, réalité, projets", qui devait nous amener l'année suivante à étudier un sujet au titre un peu provocateur mais toujours d'actualité : "les hommes du club, dirigeants et techniciens, responsables ou otages ?" De là naquit l'ambition de consacrer la 8ème Université Sportive d'Eté, localisée à Montpellier, au lancement, avec d'autres, d'un projet original et rassembleur, dont le titre était sans équivoque : "Pour des Assises Nationales du Sport".

L'esprit de l'Université Sportive d'Eté

5De l'Université Sportive d'Eté, vous connaissez maintenant son histoire. Ne vous laissez cependant pas abuser par le sigle. U comme Universitaire, elle l'est sans doute. Mais ce rendez-vous annuel ne doit pas se confondre avec la réunion périodique de quelques penseurs, en mal de colloques, discutant doctement d'une façon plus souvent brumeuse que brillante d'une réalité qu'ils auraient tôt fait de transformer en abstraction. Les universitaires qui sont ici ne doivent leur légitimité qu'à leur fonction d'acteurs sur le terrain du sport. Ici, c'est l'esprit universitaire qui compte, et non point le titre. Cet esprit est partagé par tous ceux, enseignants ou non enseignants, qui croient aux vertus de la tolérance et de la réflexion mises au service de l'action.

6Dans le sigle, le S serait peut-être plus ambigu que le U. Certes, les activités physiques et sportives (peut-être serait-il préférable de parler de loisirs) ont leur place dans le programme prévu par l'organisation. Mais ce programme ne doit pas être confondu avec une petite semaine de remise en forme. Nous parlerons plus souvent du sport que nous en ferons. Cependant, le travail, surtout s'il est d'écoute, de réflexion et d'échange, est un sport à sa manière. Il intervient, s'il est réussi facilement, plus comme complément que comme substitut du loisir. Au fond, dans le sigle U.S.E., il n'y a que le E qui soit véritablement justifié. Nous sommes en effet en été, chacun peut le constater aujourd'hui à Lille... Et s'il advenait par malheur, qu'à Lille comme ailleurs, la météo devienne franchement défavorable, nous aurions toujours la possibilité de transformer le E, et de passer de l'Eté à l'Europe.

7Ce long préambule — qui avait pour seul objet de vous présenter l'organisation qui vous accueille aujourd'hui, son action passée et l'esprit qui l'anime — vous aura vraisemblablement paru une manœuvre dilatoire, un mauvais prétexte pour s'acquitter maladroitement d'une tâche qui était pourtant annoncée : la présentation du thème de la 9ème Université Sportive d'Eté.

8Comme vous l'avez constaté, il nous a fallu près de dix ans pour nous attaquer au sujet du sport universitaire. Il est clair que nous n'avons jamais douté de son intérêt, ni même de son importance.

9Mais on n'entreprend pas une action en s'intéressant d'abord à soi-même. Il faut auparavant connaître le système auquel on appartient afin de pouvoir s'y situer précisément. Le moment est venu de faire le point sur ce thème. Pourquoi sous la forme d'une trilogie "Sport, Université, Europe" ? Et pourquoi justement à Lille ?

10Même si d'autres villes auraient indiscutablement fait l'affaire, la dernière question appelle une réponse dont l'évidence vous apparaîtra, je n'en doute pas, au fil des jours. La présence d'un grand club universitaire : le L.U.C., soutien d'une Université à la réputation affirmée, la collaboration assurée et amicale de tous les acteurs du sport universitaire : S.U.A.P.S., C.R.S.U., U.F.R., le soutien de plusieurs municipalités, celui du département et celui de la région, ont rapidement, et sans hésitation, orienté notre choix. Lille, par son Université, est à la fois au cœur du sport et au cœur de l'Europe.

11Quant à la première question, "Pourquoi cette trilogie" ? Je dirai simplement qu'on ne justifie pas un sujet a posteriori. Pas plus d'ailleurs qu'on en nourrit le contenu à l'avance.

12Pour des raisons que je n'ai pas besoin de développer ici, l'Europe est plus que jamais sous les feux de l'actualité, au centre de toutes les préoccupations, sinon de tous les projets. Le thème des rapports entre l'Université et l'Europe, a été suffisamment exploré pour passer de l'idée à la pratique, aussi bien dans le domaine de la formation que dans celui de la recherche. On a parfois parlé, et souvent de façon pertinente, des rapports entre le sport et l'Europe. Mais il est exceptionnel d'évoquer ensemble l'Europe, l'Université et le Sport. Il nous a semblé que le moment était venu de les associer, lucidement, sans précipitation, sans céder à la facilité de la mode, mais aussi sans crainte.

Le Sport, l'Université, l'Europe : une étrange similitude de situations

13A bien considérer les choses, le Sport, l'Université, l'Europe, présentent un certain nombre de caractères en commun. Le rapprochement de ces points de convergence, leur analyse, l'étude des moyens qui permettront de les transformer en facteurs clé de succès au service d'une véritable stratégie du sport universitaire en Europe, tout cela ne peut être, ne doit être, que le fruit de vos réflexions, de vos échanges, et nous le souhaitons, de vos propositions. Il serait donc présomptueux, et pour tout dire inconvenant, de dresser ici, dès maintenant, la liste de ces points communs, alors que notre réunion vient à peine de commencer. Aussi me limiterai-je à évoquer quelques réflexions, à souligner quelques idées simples, pour ne pas dire quelques banalités, qui soulèvent plus de questions qu'elles n'apportent de certitudes.

14Je le disais il y a un instant, pour des raisons qui sont différentes, le Sport, l'Université, l'Europe, figurent au premier rang des préoccupations des médias. Cette actualité, qui en fait évidemment des objets de discussion, rend perplexe. Une telle simultanéité de situations ne les rend pas semblables. Elle ne suffit pas à les rapprocher, mais elle peut aider éventuellement chacun des trois à se mieux connaître grâce à une compréhension améliorée des deux autres.

15En cette fin de vingtième siècle, le Sport, l'Université et l'Europe sont tous trois porteurs d'espoir mais aussi de doutes et d'interrogations.

Doutes et interrogations...

16Doutes, parce que tous trois vivent une situation paradoxale. Jamais ils n'ont été aussi discutés alors que jamais ils n'ont pris une telle importance. Il en est ainsi du sport, qui n'a jamais connu une semblable audience dans l'opinion, dont le nombre des pratiquants, comme celui des pratiques, n'a jamais été aussi grand et qui, pourtant, n'a jamais été aussi menacé par les déviations économiques, politiques, médiatiques, scientifiques qui le guettent.

17L'Université se trouve dans la même situation et n'a jamais compté autant d'étudiants, n'a jamais balayé aussi largement le champ des connaissances, jamais participé aussi activement par la recherche à l'extension des savoirs. Pourtant, ce réservoir extraordinaire de capacités humaines et intellectuelles, qu'elle rassemble, est souvent objet de contestations. Tendance au nombrilisme, gestion approximative, respect figé devant une réglementation tatillonne qui freine l'innovation et l'initiative, lui sont souvent, non sans quelques raisons, reprochées. Assurément, pour reprendre le titre d'un livre écrit par l'ancien Président d'une des Universités françaises les plus prestigieuses, s'il fallait donner une appréciation, on pourrait délivrer celle-ci : "l'Université peut mieux faire".

18L'Europe mérite sans doute la même appréciation. Il est d'ailleurs curieux de constater que cette appréciation — "peut mieux faire" — émane aussi bien de ses contemplateurs les plus béats que de ses contempteurs les plus féroces. Faut-il crier comme Jules Romain, dès 1916, dans un ouvrage intitulé l'Europe, l'Europe mon pays", ou faut-il voir dans L'Europe, comme le Malraux de La Tentation de l'Occident, "une barbarie attentivement ordonnée où l'idée de la civilisation et celle de l'ordre sont chaque jour confondues". Quoi qu'il en soit, à l'heure actuelle, entre le sport, l'Université, et l'Europe, la similitude du paradoxe des situations vécues est étrange. De sorte que chacune de ces institutions peut être aussi bien, la meilleure ou la pire des choses. Toutes trois présentent aujourd'hui une image mitigée. Cela tient, semble-t-il, au moins à deux raisons communes : leur hétérogénéité accrue, d'une part, et l'imprécision croissante qui s'attache à leurs frontières, d'autre part. Les frontières qui délimitent les domaines du sport, de l'Université, voire même de l'Europe, si on ne se limite pas à la considérer sous l'angle de la seule Communauté Économique Européenne, deviennent de plus en plus floues. Parce que le champ d'action de ces trois institutions s'étend, mais aussi parce que son contenu s'enrichit, se développe et se complexifie. Il n'est pas, dans ces conditions, surprenant de constater que certains des acteurs de ces institutions s'interrogent sur leur efficacité quand ce n'est pas sur leur avenir. Ajoutons que, fidèles en cela au comportement de la plupart des grandes organisations, le sport, l'Université et l'Europe ont tendance, chacun à sa manière, à se comporter en institutions très fortement attachées à leurs prérogatives, ce qui tend à les éloigner du terrain. Pour reprendre une formule à la mode, il leur arrive quelquefois de souffrir d'un déficit de démocratie et de produire, à l'occasion, des politiques dont on s'interroge sur le contenu, quand ce n'est pas sur l'existence. Mais la rigidité du présent des institutions est aussi une force qui leur permet d'avoir un avenir.

19Le doute n'est pas une faiblesse de la cervelle. Il peut devenir un atout lorsqu'il l'aide à se poser les bonnes questions. "Le doute est un hommage rendu à l'espoir", disait Lautremont.

Espoir...

20Espoir dans le sport, espoir dans l'Université, espoir dans l'Europe. Car nul ne s'interroge plus véritablement sur le bien fondé de leur rôle. Ce qui est en cause n'est pas leur raison d'exister, mais plutôt leurs modalités de fonctionnement. Néanmoins, toutes les trois sont, à peu près au même moment, à un carrefour de leur existence, et doivent s'interroger sur le sens, sur la légitimité, sur la force des valeurs qu'elles véhiculent. Pour s'identifier, pour cultiver des valeurs, encore faut-il se connaître. Quel sport défendons-nous ? De quelle Université parlons-nous ? Quelle Europe voulons-nous ?

21Ces questions sont fondamentales. Non seulement parce que, pour l'efficacité de nos débats, il est indispensable de savoir de quoi nous parlons ensemble. Mais, surtout, parce que le Sport, l'Université, l'Europe sont objet d'une prise de conscience du caractère accru de leur responsabilité sociétale. Il n'y a là rien de surprenant, car les trois tiennent une place grandissante dans la vie des individus. Il convient donc d'apprécier les effets de leur activité sur la société globale. Voilà pourquoi, dès aujourd'hui, on leur demande de rendre des comptes, et on le leur demandera de plus en plus dans l'avenir. De l'Université, du sport, et sans doute aussi de l'Europe, on exigera une insertion plus intime dans la Cité, une contribution mieux organisée et plus visible à l'intérêt général. Le Sport, l'Université et l'Europe sont des moyens parmi d'autres (dont la culture et la science par exemple ne sont que des illustrations supplémentaires), de contribuer à l'équilibre ou au rééquilibrage de la société, peut-être même à son épanouissement.

22Dès lors, l'association de leurs forces devait, inéluctablement, un jour ou l'autre, être envisagée.

23Comment faire pour les réunir ? C'est à vous qu'il appartiendra de le dire. Pour quelles fins et selon quelles modalités ? Qu'il me soit simplement permis, au moment d'entrer dans la conclusion de cette présentation, d'énoncer deux idées, exprimées sous la forme de deux propositions :

  • première proposition : le sport et l'Université sont une force pour l'Europe,

  • deuxième proposition : l'Europe est une opportunité pour le sport universitaire.

24Le sport et l'Université sont, pour la Communauté Européenne, une chance, parce qu'ils sont porteurs des valeurs de l'homme, parce qu'ils constituent au plan communautaire des terrains qui ne sont pas encore vierges, mais qui restent encore très largement à défricher, des terrains dans lesquels les rôles tiennent plus de place que le statut, des terrains pour lesquels, si on le souhaite, les structures peuvent s'effacer derrière le mouvement.

25Symétriquement, l'Europe est une opportunité pour le sport universitaire, parce qu'elle lui offre l'occasion de dépasser ses clivages, parce qu'elle peut nourrir sa richesse de ses différences, qu'elle constitue un terrain privilégié pour les valeurs que le sport universitaire véhicule et que, là aussi, l'action ne nécessite qu'un minimum d'institutions.

26Ne vous fixez pas sur ces idées. Elles n'étaient que prétexte à l'illustration de la présentation d'un thème dont le choix n'a de sens, de raison d'être, de signification, qu'en fonction du contenu que vous lui prêterez. L'Université Sportive d'Eté n'a pas pour mission d'imposer des idées toutes faîtes. Son rôle est de réunir et de rassembler. Rassembler, pour réfléchir, pour proposer et pour dialoguer. Pour cela, apprenons à nous connaître, échangeons nos impressions, comparons nos idées et réunissons nos convictions communes.

27Tel est l'esprit, et finalement le plan du programme que nous vous avons proposé. Il justifie donc que nous progressions en trois étapes.

28La première étape sera celle de la connaissance réciproque, et peut-être d'ailleurs de la prise de conscience de notre diversité. La deuxième étape sera celle du diagnostic, de la confrontation des perceptions et de l'échange des idées. De sa richesse dépendra la portée de la troisième étape, intitulée : "Des propositions pour l'avenir".

29Lançons-nous, sans plus attendre, dans cette entreprise. Faisons-le avec conviction, en associant la raison et la passion. Il nous appartient, à un demi-siècle de distance, de contredire Paul Valéry. Faisons en sorte que l'Europe ait enfin une politique à la hauteur de sa pensée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540