Version classiqueVersion mobile

Le sport, l’université, l’Europe

 | 
Jean-Paul Callède

Ouverture

Ouverture de l’Université Sportive d’Été

Pierre Deyon

Texte intégral

Pierre Deyon

Représentant Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale.

1Le Ministre de l’Éducation Nationale et de la Culture m’a demandé de venir saluer votre assemblée, assemblée de sportifs, assemblée universitaire, assemblée européenne. Je le fais avec un vif plaisir. Je le fais également avec une certaine émotion personnelle parce que je retrouve ici beaucoup d’amis, beaucoup d’amis lillois, beaucoup d’amis nordistes, beaucoup d’amis universitaires.

2J’ai usé beaucoup de semelles autour de ce stade et j’ai vécu ici des heures heureuses en famille et en amitié. Mais je ne suis pas là pour évoquer des souvenirs personnels. Je suis ici pour livrer, je n’ose pas dire un message mais des encouragements que le Ministre m’a demandé de vous transmettre. Ils seront brefs, rassurez-vous. Il s’agit de quelques remarques fondamentales sur le rapport entre le sport et l’Université au sens le plus large, entre l’Université et l’Europe.

3Le rôle du sport dans la formation individuelle, c’est un thème banal, mais qui a du mal à pénétrer l’institution scolaire et universitaire française et cependant certaines des difficultés de nos sociétés, certaines des tensions, que nous vivons douloureusement, mettent en évidence le rôle indispensable de l’activité physique et de l’activité sportive dans la formation individuelle et dans les processus de socialisation. Sans doute parce que le sport est d’abord école du contrôle de soi, et aussi parce qu’il est acceptation volontaire, ludique mais conjointement significative, de règles qui imposent l’effort, mais aussi parce que les règles impliquent le respect de l’autre, l’hommage à l’effort de l’autre.

4Je disais que dans l’Éducation Nationale nous avons du retard. Parce qu’il existe dans ce pays un certain nombre de traditions culturelles sur lesquelles je n’insiste pas, mais aussi parce que le désordre administratif n’a pas facilité les choses. En trente cinq ans d’activité universitaire, j’ai vu le sport à l’Université passer tantôt du Ministère du Sport et de la Jeunesse au Ministère de l’Éducation Nationale et ces aller-retour n’ont pas facilité les prises de responsabilités. Nous notons, aujourd’hui, des signes encourageants. Un grand Ministre de l’Éducation Nationale, qui s’appelait Alain Savary, avait mis à la base de la rénovation des collèges l’activité physique et sportive. On est en train, lentement, de tirer les conséquences de cette indication et de cette priorité. On essaie de mieux aménager le temps scolaire des enfants de l’école primaire ou des enfants des collèges et des lycées.

5Ces expériences très intéressantes d’aménagement du temps scolaire progressent trop lentement. Les considérations extérieures à l’enfant, les considérations extérieures à la pédagogie, à la formation pèsent trop sur les calendriers scolaires. Aménagement du temps : il faut continuer à progresser dans cette voie. Ce qui a été fait n’est pas suffisant. Les médecins, les enseignants nous disent qu’en cette matière, il faut mieux respecter les besoins de l’enfant, les besoins de l’adolescent et les besoins de l’étudiant.

6Je considère aussi comme un signe encourageant la prise en compte, par la Direction des Enseignements Supérieurs, dont je salue ici un des sous-directeurs, de ces problèmes. Il y a peu de temps qu’à Paris existe, au Ministère de l’Éducation Nationale pour l’Enseignement Supérieur, une sous-direction de la vie étudiante, qui a parmi ses responsabilités, tout particulièrement, l’activité sportive ; et c’est avec plaisir que j’ai vu dans les récents contrats qui règlent désormais les rapports entre le Ministère et les Universités apparaître des données relatives à l’investissement sportif et au fonctionnement des activités sportives. Récemment, le Ministre, dans les mesures qu’il a prises concernant des aménagements d’urgence sur les campus, a également été amené à prendre en compte l’amélioration des aménagements et des constructions sportives.

7Donc, formation, Université et sport mais aussi, Université, sport, rapports avec les collectivités territoriales et rapports avec l’Europe : notre ardente exigence, notre espérance menacée.

8Le développement universitaire, et c’est un fait nouveau, est conçu à travers toute la France maintenant comme une des clés du développement régional et du développement local. C’est passionnant à certains égards de voir du ministère — moi qui avait vécu dans la périphérie du système comme président d’Université à Lille et puis comme recteur en Alsace — c’est passionnant de voir depuis le centre du système se manifester tous les jours l’engagement des élus, des maires, des conseillers généraux, des conseillers régionaux, des parlementaires. Tous conçoivent le développement universitaire, le développement culturel, le développement technologique, le développement scientifique de leur région, de leur ville, de leur département comme une des clés de l’avenir. Et, effectivement, c’est dans le cadre d’un partenariat entre l’État et les collectivités territoriales que se développe actuellement, dans ce pays, un programme ambitieux, "l’Université 2000", qui devrait nous permettre en six ou sept ans de rattraper un retard accumulé dans ce pays pendant les dernières décennies.

9Ce partenariat entre les collectivités territoriales et l’État doit s’exprimer aussi à l’occasion des activités sportives, à l’occasion des investissements pour le sport. Puisque, naturellement, les installations sportives ne peuvent pas être closes. Elles sont universitaires mais aussi locales, elles sont communes aux collectivités, à l’Université. Elles intéressent à la fois les jeunes, les adultes, les adultes en formation initiale, les adultes en formation permanente. Je crois qu’autour du sport, il y a ample matière à réflexion sur le partenariat entre l’État et les collectivités territoriales.

10Il existe un autre aspect de la vie universitaire française, un aspect récent, sur lequel il faut insister. C’est le développement remarquable des relations universitaires européennes dans les toutes dernières années. C’est le grand mérite de Bruxelles, dont il est de bon ton, ici ou là, actuellement de dire beaucoup de mal, d’avoir donné à la collaboration universitaire, à la collaboration de recherche universitaire, ces dernières années, un développement que nos concitoyens ne connaissent pas suffisamment.

11En 1982-83, Michel Albert, dans un livre célèbre sur l’Europe, sur la question européenne, se désolait de voir que les investissements de recherche pour le développement en Europe, avaient des rendements médiocres surtout si on les comparait aux investissements de nos amis japonais, américains. Et l’auteur en donnait la raison essentielle : l’absence de coordination, l’absence de coopération européenne en ce qui concerne le développement scientifique. On a, dans les six dernières années, fait des progrès historiques pour rattraper ce retard. Le développement des programmes de recherche, animé et financé par Bruxelles est tout-à-fait remarquable. Et par ailleurs, la participation française au développement des programmes pédagogiques, j’en cite quelques-uns : Lingua, pour la connaissance, la maîtrise des langues étrangères chez les enseignants, les étudiants et les élèves, Erasmus, le programme qui permet aux étudiants européens d’aller accomplir une année de leur formation dans un autre des pays européens etc.

12Cette année, 8 000 étudiants français ont passé un an de formation dans une Université européenne, et le diplôme, le crédit, les valeurs qu’ils ont acquis dans les diverses Universités européennes sont pris en compte comme des diplômes, des crédits, des valeurs, acquis en France. 8 000 ! me direz-vous, ce n’est pas encore assez, mais c’est un progrès historique dans un pays comme le nôtre, où la connaissance des langues étrangères, où l’aptitude à s’expatrier pour un temps à l’étranger n’était pas, jusqu’à ces dernières années, une marque significative de notre culture.

13Il est clair que dans ces échanges académiques européens qui se développent, le sport a un rôle important à jouer. Parce que le sport, l’échange sportif mettent en évidence la participation des jeunes à cette communauté en construction. Bien sûr, dans les échanges universitaires, les compétences académiques, les compétences scientifiques, les Prix Nobel jouent un rôle essentiel. Il est important que les jeunes soient aussi parties prenantes. Quand je dis les jeunes, je pense aux jeunes en formation, je pense aux jeunes qui vivront l’Europe en l’an 2020 et je pense à tous ceux qui, quel que soit leur âge, restent jeunes parce qu’ils sont capables de rester en contact avec les besoins et les espérances de la jeunesse qui va vivre et qui va faire l’Europe.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search