Versione classicaVersione mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

L'U.S.E. 1990 : synthèse

L'U.S.E. 1990 : rappel des objectifs et éléments pour une synthèse

Ernest Gibert

Testo integrale

1Pour des Assises Nationales du Sport ! Avant même que les travaux de la 8ème Université Sportive d'Eté ne débutent, nous avions affiché clairement la fermeté de notre intention. Parvenus à leur terme, nous repartirons renforcés dans notre conviction. Serons-nous, pour autant, mieux armés ?

2Observer, Comprendre, Agir, en toute indépendance, ont toujours été nos mots d'ordre. Indépendants, nous comptons le rester, - avec d'autres - à fonder les bases d'une analyse et d'une action sur le sport. Non sur ce qu'il a été, ou sur ce qu'il devrait être, mais sur ce qu'il est aujourd'hui et, surtout, sur ce qu'il sera demain.

3Les problèmes que rencontre le sport ne peuvent être résolus d'un coup de baguette magique ou dissipés - en 6 jours - par le souffle inspiré d'une réflexion collective. Le travail n'est pas terminé. Continuons à observer, poursuivons la réflexion mais, sans attendre, dès maintenant commençons à agir.

41) Le sport connaît en France une situation paradoxale. Le champ des pratiques, organisées ou spontanées, s'étend. Le nombre des pratiquants augmente ; celui des associations aussi. La demande de "service sportif" s'affirme et se diversifie. Jamais, dans l'opinion, le sport n'a connu une semblable audience. Pourtant, il n'a jamais paru aussi menacé. Au point que, devant les déviations qui le guettent, certains s'interrogent sur le bien fondé de son rôle, sur le sens des valeurs qu'il véhicule, et parfois même sur sa survie.

5Difficultés passagères, mutation profonde ou crise, peu importe au fond le choix des mots. Tous traduisent le même malaise : la logique sportive semble céder, progressivement, le pas à celle des intérêts économiques, médiatiques, parfois politique ou électoraux. Le sport connaît en fait une crise de croissance. Il importe de faire en sorte que, dans une société en changement, il ne soit pas victime de son développement.

6Face à la crise d'identité à laquelle il est confronté, il est utile que le monde du sport s’interroge sur la restauration ou la modernisation de ses références de base, voire sur l'opportunité d'intégrer de nouvelles valeurs.

72) Ce constat effectué au cours de la 8ème Université Sportive d'Eté s'inscrit dans le prolongement de ses réflexions antérieures. Il amène à souligner que, pour fructueux qu'aient été ses travaux, ils ne peuvent prétendre constituer un aboutissement. Être pour des Assises Nationales du Sport ne signifie pas que l'on croit que celles-ci puissent suffire à épuiser tous les problèmes.

8Il convient donc de réfléchir et d'agir dans une perspective plus longue : celle des Assises elles-mêmes et de leurs prolongements. Mais, si le souci de procéder à un balayage aussi étendu que possible doit être la règle, il faut être conscient qu’une véritable présentation exhaustive et prospective du sport n'est envisageable que si l'effort est poursuivi. Plus que jamais, la mise en place d'un Observatoire Prospectif du Sport s'impose.

93) Dans le cadre des futures Assises, il sera indispensable de parvenir au rassemblement, le plus large possible, de tous les acteurs du sport de notre pays. Il faudra réfléchir et concevoir, en fonction de ce que sera le sport dans les années à venir, de l'évolution démographique et d'une féminisation accrue des pratiques et des responsabilités.

10Si le monde du sport souhaite conserver le contrôle de son propre destin, le moment est venu de dépasser le stade du seul constat, ou même de la critique, pour passer à l'action. Il importe donc que les acteurs du sport se retrouvent sur un ensemble de valeurs auxquelles chacun puisse se référer pour régler ses propres problèmes.

11L'une des missions des Assises pourrait donc être d'apporter des réponses concrètes à ces deux questions :

  • quel sport (éthique, contenu, savoirs…) ?
  • quel cadre pour le sport et quelle place pour chacun des acteurs ?

12a) Pour avoir des chances de répondre à ces questions, il faut changer notre regard sur les choses. Ce n'est pas la première fois dans l'U.S.E que nous constatons l'importance des problèmes méthodologiques.

13La façon dont on saisit le phénomène sportif est trop souvent réductrice et statique. Le sport est vivant. Il doit donc être considéré dans une perspective dynamique. Observer, comprendre, agir, ne peuvent se faire aujourd'hui, de façon fructueuse, qu'en ayant du sport une conception élargie. Dès lors, l'approche systémique s'impose.

14Cette approche, on l'a déjà dit dans la semaine, consiste à examiner un phénomène dans sa totalité, c'est-à-dire dans tout ce qu'il recouvre ; dans sa complexité lorsqu'on étudie les interactions qui unissent les différents éléments qui le composent ; et dans sa dynamique, en suivant la façon dont le phénomène change avec le temps. On a parlé, à plusieurs reprises, de "système sport" et la 6ème Université Sportive d'Eté, consistait déjà à considérer la cellule associative de base comme un système ouvert.

15Appliquée au sport, l'approche par les systèmes doit pourtant être utilisée avec précautions et naviguer entre deux écueils opposés. Le premier est celui d'un systémisme englobant, qui risque de conduire à une abstraction mutilante. A l'opposé, il convient de se méfier de l'exhaustivité maladive qui consiste à tout connaître dans ses infimes détails et ferait courir le risque de la confusion, mais, sagement utilisée, l'approche systémique peut faciliter, sinon toujours l’observation, du moins la compréhension des phénomènes sportifs. Cela signifie, qu'inclus lui-même dans un système plus large (le système social), le système sportif est en relation, en interaction avec d'autres systèmes, évoqués dans nos travaux à plusieurs reprises (système économique, système politique, système juridique, médiatique, culturel, etc…) le système sportif comprend lui-même plusieurs sous-systèmes dont le système sport, dont il serait tentant - si le temps n'était compté - d'analyser les interrelations.

16Peut-être, sans doute, cette présentation vous aura-t-elle semblé d'un degré d'abstraction abusif. Mais il apparaît que la nécessité de considérer ce phénomène vivant qu'est le sport dans une optique systémique constitue l'un des enseignements majeurs des travaux qui nous réunissent depuis une semaine.

17b) Compte tenu de la richesse et de la diversité des contributions et des débats, il n'est pas possible d'établir ici une synthèse exhaustive. Je présenterai simplement quelques éléments de réflexion. Je voudrais cependant insister sur une autre idée force, plus simple à évoquer, du moins en apparence.

18Nous venons de voir que le sport ne constituait pas un champ social isolé et autonome. Il ne se suffit pas à lui-même et il n'est pas un microcosme de la Société en général. Le sport présente sinon des spécificités, au moins des particularités. Outre celles qui tiennent à sa nature, ces particularités apparaissent dans les relations que le sport entretient avec d'autre domaines.

19Nous avons noté ensemble que les échanges qui s'établissent entre le système sport et les autres domaines témoignent très souvent de rapports d'inégalité. Il en est ainsi des relations entre le sport et la science, du sport et de l'économie, du sport et du droit, du sport et des médias, et sans doute aussi des relations de l'éducation et du sport. Si l'on ajoute les problèmes graves posés par l'éthique et ceux qui sont propres à l'organisation du sport lui-même, on parvient vite à identifier les grands thèmes susceptibles de fournir le contenu des futures Assises Nationales du Sport.

20Sans préjuger de l'ordre qui pourrait être retenu pour les aborder, et sans viser à l'exhaustivité, l'Université Sportive d’Eté s'est penchée sur quelques-uns des sujets qui méritent d'être retenus pour être approfondis, débattus aux Assises et qui doivent en cette occasion déboucher sur des solutions concrètes.

21Le thème de l'Education et du Sport justifierait à lui seul la mise en place d'assises. Il va au delà de l'énorme sujet du sport à l'école, auquel de nombreux débats ont déjà été consacrés.

22Sport et Education sont deux mondes qui devraient mieux se comprendre et tout devrait être fait pour les rapprocher. Mais force est de reconnaître hélas que leurs effets de synergie mutuels sont jusqu'ici insuffisants. Pourtant, l'éducation est à la base même du sport et le sport devrait permettre à l'éducation de s'épanouir dans toutes ses dimensions.

23L'école n'a pas le monopole du domaine de la formation, comme on l'a noté dans nos échanges, mais l'école reste évidemment le secteur déterminant de la formation. Il faut trouver l'occasion de donner à l'école primaire de transmettre les valeurs en symbiose avec le mouvement sportif. Une véritable EPS à l'école apporte plus qu'une simple formation du corps. Elle facilite en particulier l'acquisition des apprentissages qui conduisent à la connaissance. Elle permet aussi à l'enfant, et plus tard à l'adulte, d'assurer la maîtrise de son corps dans la vie de tous les jours.

24Il faut donc clarifier les rapports entre sport à l'école et E.P.S. S'interroger sur ce que doit être l'horaire d'E.P.S, sinon idéal du moins souhaitable à tous les niveaux de l'enseignement. Reprendre enfin les travaux sur les rythmes scolaires dans l'optique qui s'était dégagée lors du symposium organisé par le C.N.O.S.F. en 1986.

25N'oublions pas cependant que l’éducation va au delà de l'école et qu'elle est présente dans le domaine de tous les secteurs concernant le sport.

26Faisons en sorte, comme l'a souligné un des participants, "de mettre le sport au service de l'éducation", pour que l'école en retour aide le sport à rester fidèle à lui-même.

27Les rapports entre le Sport et la Science ont fait l'objet, au cours de cette semaine, d'une réflexion approfondie. Mireille Arguel et Michel Rieu ont montré clairement qu’il s'agissait de deux champs de savoirs et de savoir faire ayant chacun leur particularité. Sport et Science n'ont pas toujours les mêmes préoccupations ; le premier, le sport, s'intéresse d'abord au court terme, alors que la seconde, la science, est par nature plutôt orientée vers la longue période. Logique de la démarche scientifique et logique du monde "sportif" ne s'articulent donc pas forcément. En outre, toutes les disciplines scientifiques ne sont pas impliquées avec la même intensité, ni de la même manière dans leurs relations avec le sport.

28Par conséquent, entre scientifiques et sportifs, le dialogue doit être établi sur des bases plus claires. Dans ce but, il est temps de définir une véritable politique nationale de la recherche scientifique du sport en France. Il me semble que ce rôle pourrait être dévolu au Conseil National de la Recherche prévu par la loi du 16 Juillet 1984.

29Sport et Economie entretiennent depuis le début des relations compliquées et ambigües. Leurs rapports, nous l'avons vu, ont évolué avec le temps. Le sport ne vit pas de considération et d'eau fraîche. Mais il ne suffit pas de donner du grain aux poules. Il convient de distinguer plus clairement qu'on ne l’a fait jusqu'ici les situations qui témoignent d'une complémentarité d'intérêts entre secteur économique et secteur sportif et celles où leurs intérêts sont contradictoires parce que leurs logiques respectives s'opposent.

30Pour ce faire, il importe de mieux observer pour connaître, d'approfondir la réflexion et de faire en sorte que la concertation entre les acteurs de l'économie et du sport s'établisse dans un rapport qui soit moins marqué d'inégalité.

31Dans ce but, les participants à la 8ème Université Sportive d'Eté ont avancé deux propositions.

32D'abord qu'à l'occasion de la première réunion convoquée par le Conseil National des Activités Physiques et Sportives, soit mise en place une commission de travail, placée sous son égide, chargée d'établir un état des lieux et d'identifier les processus de régulation envisageables. Sur le sport, et en particulier dans le domaine de l'économie, le même travail pourrait être entrepris au niveau départemental.

33L'Université Sportive d'Eté propose en second lieu que ce même sujet, soit repris dans le cadre des Assises. Il doit être engagé dans la durée et pourrait être organisé en deux phases : mise en route en 1991 de bases de réflexion nouvelles, et élaboration au cours de l'année 1992 des lignes d'orientation de propositions.

34Les rapports entre le Sport et le Droit ont donné lieux, eux aussi, à des échanges fructueux qui permettent de clarifier la situation. Il est exact, comme le souligne le rapport Braibant, que l'autonomie du droit sportif indéniable dans le domaine des règles techniques et déontologiques doit s'arrêter là où commence l'application des principes généraux du droit. Il n'en apparaît pas moins nécessaire de marquer la spécificité juridique du sport en tenant compte des situations telles qu'elles se présentent sur le terrain.

35Sport et Médias constitue un sujet croissant de perplexité. Comme l'a noté Jacques Marchand, "le sport génère un pouvoir médiatique qu'il entretient, qu'il subit et qu'il voudrait parfois mieux contrôler". On peut donc se demander, avec Jacques Marchand, si à force de servir le sport et de s'en servir, on ne finit pas parfois par le compromettre.

36Le danger semble particulièrement net dans les rapports entre le sport et la télévision. Parce que sur le stade tout se vend et tout est vendable, parce que la pression de l'argent vient ajouter sa force dans un jeu à trois entités, le moment est venu de se demander ce qu'il convient de faire pour éviter la banalisation et le matraquage de l'événement, ou encore l'arbitraire dans le choix qui privilégie les disciplines qui ont le plus d'effet commercial. On risque, à terme, de provoquer la disparition de celles ayant un moindre impact.

37La conjonction de tous ces sujets de réflexion fait qu'il ne sera pas possible, lors des futures Assises, de faire l'économie d'une réflexion sur l'organisation et les structures du sport de demain.

38Cet effort de réorganisation s'impose pour un ensemble de raisons qui ont été clairement identifiées au cours de cette session. Avec le temps, les institutions sportives connaissent une complexité croissante, les missions des organisations se sont transformées, l'engagement des différentes parties (État et Collectivités Territoriales notamment) s'est modifié. De sorte que, pour ne pas le cacher, apparaissent des divergences entre les acteurs et que les préoccupations des organes centraux semblent souvent décalés par rapport à celle des organes situés en périphérie.

39Pour rééquilibrer les rapports entre le Centre et la Base, afin de clarifier les formes d'exercice du pouvoir, le développement de la contractualisation s'impose de même qu’une réflexion sur la meilleure manière de faire fonctionner avec plus d'efficacité (et davantage de démocratie) les diverses instances régulatrices du sport.

40Attachés au respect de ces principes, les participants ont considéré que les Assises failliraient à leur mission si elles ne se saisissaient pas de cette question qui touche à la configuration du sport dans notre pays demain.

41Tous les thèmes qui viennent d'être examinés aboutissent à la même question centrale : celle des Valeurs. Ce sujet porte en réalité tous les autres. Le sport a-t-il une valeur spécifique ? Quelles sont les valeurs auxquelles se réfère le sport ?

42Ces valeurs du sytème sport sont-elles compatibles avec celles des autres système avec lequels il est en contact et avec celles de la Société en général ?

43C'est d'ailleurs par ces sujets que nous avions commencé nos débats, grâce à l'exposé remarquable de Jacques Ferran. Il est plus sage de s'y reporter. On ne peut, en quelques instants résumer la richesse de points de vues qui tirent l’intérêt de la méditation.

44Sans entrer dans le détail, rappelons qu'il est apparu opportun de bien distinguer les valeurs spécifiques du sport (celles sans lesquelles le sport ne serait autre chose que du sport) des valeurs morales associées au sport.

45Pour redonner à l'éthique une dimension à la mesure de ce que nous souhaitons que soit le sport, il faut aider celui-ci dans sa lutte contre toutes ses déformations, donner de ses valeurs une image moderne et mettre toutes les composantes du sport devant leurs responsabilités.

46C'est pourquoi la création d'un Comité d'éthique a été unanimement souhaitée par les participants de la 8ème Université Sportive d'Eté.

47Tels sont les principaux éléments de ce que pourrait être le contenu des Assises Nationales du Sport, assurant au sport du XXème siècle les fondements de son épanouissement.

48Après une semaine de travail studieux et intensif, nous savons que les raisons qui poussent à la réalisation des Assises en 1991 ont une telle force qu'elles doivent entraîner la mobilisation de tous les acteurs du sport.

49Nous sommes assurés aussi que l'effort, amorcé ici, amplifié à l'occasion des Assises, devra être prolongé au delà. Seules l'ouverture d'esprit et la volonté de rassemblement pourront assurer son succès.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search