Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Principaux axes pour des assises nationales du sport

Sport et médias

Jacques Marchand

Texte intégral

1S'il nous fallait prendre un titre résumant l'orientation qui se dégage à l'issue des travaux du groupe de travail, se serait le suivant : "Les bienfaits et méfaits des Médias".

2Le sport génère un pouvoir médiatique qu'il entretient, qu'il subit et qu'il voudrait parfois mieux contrôler.

3La presse, sous toutes ses formes (écrite, audio et visuelle) est directement impliquée dans le développement et l'économie du sport. Elle a contribué à sa popularité et en a profité, au point de se demander aujourd'hui si, à force de le servir et s'en servir, elle ne finit pas parfois par le compromettre.

Un constat s'impose

4La presse sportive se porte bien en France. Un récent sondage prouve que les Français, dans la proportion de 12 %, s'intéressent à une presse sportive spécialisée et 36 % des lecteurs de quotidiens d'informations générales accordent un temps de lecture à la rubrique sportive de leur journal. De son côté, la télévision obtient avec les retransmissions de grands événements sportifs un taux d'audience appréciable et apprécié des publicitaires. De ce fait la presse intervient dans l'économie du sport. Elle est le partenaire indispensable et pour l'organisateur et pour le sponsor du spectacle sportif. L'un et l'autre ont besoin de ses services pour valoriser l'événement. Et même, s'il le faut, les médias créent et organisent l'événement eux-mêmes.

5La télévision a modernisé, renforcé et amplifié l'effet promotionnel d'ordre médiatique. D'abord elle paie et parfois cher les droits de retransmission du spectacle, mais elle permet aussi par son balayage électronique, en diffusant panneaux publicitaires et inscriptions sur les équipements, d'augmenter les ressources. Sur le stade tout se vend et tout est vendable.

Le problème actuel

6Le danger pour le sport saisi de télévision est multiple. Contentons-nous d'en souligner quelques dimensions.

  • Banalisation et matraquage de l'événement acheté en exclusivité par une chaîne et commentaires enthousiastes sur commande.
  • Arbitraire dans le choix des événements, en privilégiant les disciplines qui ont le plus d'effets commerciaux et en ignorant d'autres sportivement aussi valables, en les privant ainsi de notoriété et de soutiens publicitaires.

7D'une façon plus générale, la tendance d'une presse à pratiquer le "plein la vue", le spectaculaire et le sensationnel au détriment de l'enquête, l'investigation et la réflexion a contribué à faire oublier les valeurs pédagogiques et l'éthique du sport.

8Pourtant, parce qu'ils sont encore les mieux placés pour défendre le sport contre ses excès, les journalistes conscients de leur mission et de leur influence ont leur place dans les assises du sport.

9L'action qu'ils mènent pour obtenir le droit à l'information et préserver leur indépendance vis-à-vis des pouvoirs sportifs et des pouvoirs économiques est essentielle pour garantir aux yeux du public la sincérité de la compétition sportive.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search