Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Principaux axes pour des assises nationales du sport

Sport et science

Mireille Arguel

Texte intégral

1Le sport et la science représentent deux champs de savoir et de savoir-faire ayant chacun leur particularité. La science a des préoccupations de compréhension, d'explication et d'interprétation, avant de se lancer dans l'application et le transfert de technologie ; le sport opère dans un souci d'efficacité immédiate ou à court terme. De l'ensemble des auditions préparatoires et des réflexions menées ces derniers jours, il ressort que les rapports entre science et sport, peuvent être l'objet d'alliance ou de conflits, clairs ou ambigus, souvent pour des raisons d'incompréhension mutuelle.

Quelle science pour quel sport ?

2De quelle science et de quel sport parle-t-on ? Cela mérite éclaircissement.

3Le sport représente, pour tout scientifique curieux, un champ d'expérimentation intéressant, un objet d'étude comme un autre. L'entraîneur ou le dirigeant intéressé par cette collaboration, attendant souvent de la science des recettes miracles pour améliorer les performances, confond parfois science et connaissance scientifique, connaissance scientifique et hypothèse de travail. Il apparaît nécessaire de bien définir le statut et le rôle de la science, du scientifique, de distinguer méthode scientifique et connaissance, de clarifier en quoi la logique de la démarche scientifique, longue et analytique, ne se confond nullement avec la logique du monde sportif qui a besoin de recette globales et de résultats rapides, même si l'entraîneur, souvent créateur, adopte de plus en plus souvent une démarche s'apparentant à celle des scientifiques. Le médecin sportif, comme l'entraîneur possèdent des connaissances scientifiques qu'ils utilisent pour obtenir certains résultats. Ce ne sont ni des scientifiques, ni des chercheurs.

Des formes d'implication différentes

4Lorsque la coopération entre scientifique et sportif se fait au bénéfice des deux, on note que toutes les disciplines scientifiques ne sont pas impliquées avec la même intensité, ni de la même manière. On constate une plus grande prégnance des sciences de la vie (biologie, physiologie...) tout en reconnaissant l'intérêt des sciences des matériaux, de la technologie, des sciences humaines et sociales, de l'économie et du droit. Mais ces apports varient selon que l'on considère le sport de "haut niveau" ou le "sport pour tous" : distinction peu pertinente, le terme de niveau(x) de performance(s) est plus adéquat. Il est nécessaire de distinguer la recherche fondamentale et la recherche appliquée suivie de transferts de technologies, car leur objectifs sont différents. La science fondamentale ne vise pas l'application immédiate, mais tente d'approfondir les connaissances d'un phénomène. L'incertitude de cette science se heurte au besoin de certitude de l'homme de terrain qui ne trouve pas toujours de réponse satisfaisante auprès des scientifiques.

5Lorsque la science a pour objectif la préservation de la santé au sens donné par l'O.M.S., et le monde du sport celui de la performance à tout prix, quel type de collaboration envisager ?

6C'est alors que l'éthique s'en mêle. Ethique sportive et éthique scientifique sont-elles conciliables ? Oui, si le principal objet de leurs préoccupations est l'homme, sa santé, son bien-être, c'est-à-dire le respect de sa vie sous toutes ses formes. Mais à partir de quelle limites, de quel seuil peut-on parler de transgression de ce principe ?

Établir un dialogue

7Il s'avère urgent d'établir un dialogue entre scientifique, médecin et entraîneur, auxquels pourraient s'associer les professeurs d'E.P.S. Cela suppose une collaboration étroite et l'élaboration d'un langage commun. D'où la nécessité de mettre en place des structures pour former ces deux types d'intervenants sportifs (médecin du sport et entraîneur) et des chercheurs en sport.

8L’Université et en particulier les U.F.R.S.T.A.P.S. pourraient avoir vocation à assurer ces formations et recherches interdisciplinaires. Mais il faudrait définir une véritable politique nationale de la recherche scientifique en sport. Celle-ci n'existe pas en France (position de faiblesse par rapport à l'Europe). Les recherches actuelles sont disséminées, partielles et non soumises à évaluation. Le Conseil National de la Recherche prévu par la loi du 16 Juillet 1984, pourrait jouer ce rôle.

9Il serait souhaitable que le sport, tout comme la science, conserve une certaine indépendance vis-à-vis des pouvoirs de l'argent en ayant conscience qu'une collaboration fructueuse entre science et sport inclut des échanges et des relations directes avec la sphère de l'économie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540