Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Principaux axes pour des assises nationales du sport

Sport et économie

René Moustard

Texte intégral

1L'emprise de la logique économique et financière sur la logique sportive constitue l'une des causes de la dégradation des valeurs et du sens de l'activité sportive. Il s'agit d'une question essentielle pour l'avenir du sport.

2Les rapports "sport-économie-argent" ont évolué. Une approche ouverte de ces problèmes est nécessaire pour arriver à distinguer :

  • les situations où il y a complémentarité d'intérêts entre le secteur économique et ses objectifs propres (production-rentabilité-projet financier) et le secteur sportif, ses objectifs spécifiques et ses valeurs.
  • les situations où il y a opposition d'intérêts et domination de la partie économique sur la vie sportive.

3Pour avancer, il s'agit à la fois de pouvoir "mieux connaître et observer", "réfléchir et se concerter", " décider et agir" pour dépasser la situation paradoxale suivante :

  • d’un côté le développement sportif produit des ressources de plus en plus importantes.
  • d'un autre côté, les déséquilibres dans les financements et les difficultés à travers des ressources, s'aggravent.

Constats

4L'évolution des rapports économie/sport se situe essentiellement sur le terrain de la politique de sponsorisation/parrainage qui est proposée souvent comme devant obtenir la voie principale de financement.

5La place croissante prise par les firmes, industrielles ou autres institutions, non directement concernées par le développement du sport, dans l'utilisation publicitaire de l’image du sport et des valeurs, posent des problèmes nouveaux.

6L'absence de critères et de systèmes collectifs de régulation place les organisations sportives (clubs-fédérations) dans une position souvent difficile pour négocier.

7L'émergence d'une filière spécifique d’économie du sport, constituée comme un sous-système du système économique global, pose des exigences d'ensemble au développement sportif.

8Les déséquilibres dans le financement au service des diverses composantes du système sportif (haut niveau-sport et masse - sport récréatif) portent atteinte à son unité et engendrent des distorsions.

9Le moment semble venu de poser le problème, d'engager un travail d'ensemble, visant à faire l'état réel du financement du sport à évaluer la place respective des diverses sources de financement et rechercher comment réguler et assurer des meilleurs équilibres dans l'utilisation des ressources au service du mouvement dans sa totalité.

Première proposition

10A l'occasion de la première réunion du C.N.A.P.S. annoncée par le Ministre des sports, mettre en place une Commission de Travail sous l'égide du C.N.A.P.S. composée à son image, par le regroupement des divers partenaires concernés (mouvement associatif, Etat, secteur économique, organisations diverses…), pour engager ce travail d'ensemble et contribuer à la réalisation du rapport annuel sur l'état du sport et permettre l'élaboration de propositions.

11Ce travail peut être également mené dans le même esprit, au niveau départemental, en réunissant les personnes intéressées.

Seconde proposition

12Un tel travail peut constituer également, dans des formes à trouver, l'un des axes de la préparation et de la tenue d'Assises Nationales du Sport.

13Pour autant qu'on peut le définir aujourd'hui, les conditions à réunir seraient les suivantes :

  • Engager un travail "sur la durée" dans le cadre d’Assises qui pourraient être conçues en deux phases reliées entre elles :
  • 1ère phase 1991 : mise en route et mise au point des bases d'une réflexion nouvelle.
  • 2ème phrase 1992 : construction d'orientations et de propositions.

14- Des Assises conçues pour associer largement, dès le niveau initial, tous les partenaires concernés (secteur économique - Etat - mouvement associatif - collectivités locales…) avec le souci de construire ensemble des éléments susceptibles d'orienter et d'harmoniser la mise en œuvre contractuelle des accords de partenariat économico-sportif.

15- Un tel axe de travail pourrait aboutir à un carrefour de discussion dans le cadre des Assises à côté d'autres carrefours en recherchant une certaine cohérence permettant des articulations entre :

  1. des carrefours en appui sur la logique propre du "Sport" au sens large :
    • Finalités/Valeurs,
    • Fonctionnement/Structure,
    • Financement/moyens,
    • Concertation.
  2. des carrefours sur les articulations "Sport-Société" :
    • Champ économique,
    • Champ éducatif,
    • Champ juridique,
    • Champ médiatique.

16Le thème "Economie/Sport/Financement" pourrait ainsi être traité en deux temps successifs et à deux niveaux emboités l'un dans l'autre :

  1. comprendre l'état des relations économie/sport,
  2. définir une politique de financement du sport adaptée aux conditions associatives d'aujourd'hui.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search