Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Principaux axes pour des assises nationales du sport

Les valeurs du sport

Jacques Ferran

Texte intégral

1Le groupe de travail qui avait à examiner le thème "les valeurs du sport" a décidé de passer en revue les trois questions suivantes :

  1. Qu'entend-on exactement par "valeurs du sport" ? Quelle importance devons-nous attacher à ce concept ?
  2. Ces valeurs nous apparaissent-elles comme étant plus menacées aujourd'hui qu'hier ? Pour quelles raisons ? Et pourquoi nous paraît-il important de les défendre ?
  3. Par quels moyens ces valeurs peuvent-elles mieux s'affirmer aujourd'hui et demain ?

21 - Il ne convient pas d'attacher une importance excessive à la terminologie : valeurs, éthique, morale et finalement : essence, spécificité, finalité. Nous voulons parler de "ce qui fait que le sport est le sport" (ce qui le fonde en tant que lui-même, ce qui le rend irremplaçable, ce qui fait que nous tenons à lui, etc…) : beaucoup de façons de dire la même chose, d'une certaine manière.

3Et aussi : ce qui fait que le sport peut remplir des fonctions ou rendre des services (hygiéniques, éducatifs, économiques, etc). Il ne peut remplir ces fonctions qu'à la condition d'être fidèle à lui-même et de respecter ses propres valeurs.

4Il apparaît donc comme une priorité dans nos objectifs : la clé de voûte de notre réflexion. "Tout le reste doit s'appuyer sur cette notion" (Georges Joubert). "C'est la question des valeurs du sport qui est quotidiennement mise en valeur. Nous adhérons donc à l'idée des Assises pour nous "ressourcer " (Danièle Nicaise). "Le sport existe comme moyen et en lui-même. C'est en lui-même que nous devons d'abord l'affirmer" (Mireille Arguel).

5"Nous devons avoir le courage d'affirmer les valeurs du sport même quand elles paraissent dépassées, ringardes" (Paul Vermet).

6Le "modèle" sportif doit au surplus être affirmé :

  1. Parce qu'il est un lien (un fil conducteur) - et le seul possible - entre toutes les questions posées par les Assises.
  2. Parce qu'il est la seule chose que tous les hommes de sport ont en commun.
  3. Parce que sur le plan international (que nous devons aborder) les structures, le rôle de l'éducation, les relations avec l'économie, avec le droit, etc… peuvent être totalement différents : seule l'éthique sportive peut être comprise et admise par tous (cf. les réflexions mises en place par l'UNESCO, le Conseil de l’Europe, etc…).

7Ces valeurs doivent-elles s'appliquer d’un bout à l'autre du sport (du sport loisir ou haut niveau) ? Oui. Et dans tous les sports ? Oui, même si cette éthique revêt des formes différentes selon les disciplines ;

8Quel contenu pour cette éthique ?

9Il est indispensable de bien distinguer ici les valeurs spécifiques du sport (celles sans lesquelles le sport serait autre chose que du sport) des valeurs morales associées au sport (et dont il est souhaitable qu'elles accompagnent le sport, mais qui n'établissent pas sa spécificité : loyauté, courage, discipline, solidarité par exemple).

10Inventaire (à améliorer) de ces valeurs :

  • égalité des chances,
  • respect de l'adversaire,
  • acceptation de la défaite,
  • respect des règles du jeu,
  • respect de l'arbitre,
  • respect du sport lui-même qui, par le plaisir que crée la compétition, le dépassement de soi, etc…, aboutit à un "état de grâce" spécifique,
  • respect de son corps dans une volonté de dépassement.

11C'est la combinaison de toutes ces valeurs qui fait le sport.

122 - Les valeurs du sport peuvent également s'expliciter en opposition avec d'autres notions :

  • une violence dépassée, maîtrisée,
  • une gratuité même pour le professionnel,
  • un spectacle qui ne connaît pas son dénouement,
  • un moyen d'éducation qui ne se confond pas avec l'éducation etc…

133 - Le sport ainsi entendu est-il menacé aujourd'hui plus qu'hier ?

14Cela n'est pas certain, car il secrète souvent ses anti-corps.

15Mais il souffre d'un manque de régulation et d'un laxisme excessif au niveau tant de l'autorité fédérale que de la société.

16Quelles sont les causes principales des menaces contre l'éthique sportive ?

  • l'enjeu (victoire à tout prix),
  • la pression économique,
  • la dégradation des valeurs morales en général.

17Pour quelles raisons tient-on au respect de ces valeurs ?

  • parce qu'on a une certaine idée de l'homme,
  • parce qu’on ne peut aimer qu'un sport fidèle à lui-même.

18Croire en ces valeurs et les affirmer n'est pas adhérer à une idéologie quelconque du sport (une idéologie comme une autre), c'est reconnaître le sport tel qu'il est.

194 - Que faire ?

20Aider le sport dans sa lutte contre toutes ses déformations (l'aider à susciter ses anti-corps sans l'étouffer).

21Donner de ses valeurs une image moderne (rénovée), réaliste, que comprennent notamment les jeunes (mais on y sera aidé par une opinion publique très sensibilisée, mais confusément, par les menaces dont le sport est l'objet).

22Mettre toutes les composantes du sport devant leurs responsabilités.

23Reconnaître le sport où il est (label sportif). Le dénoncer là où il n'est pas.

24La création d'un Comité d'éthique est unanimement souhaitée, à condition qu'il soit réellement indépendant et compétent (et qu'il ne soit pas trop "normatif" dans ses prises de position).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.