Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Quel bilan, à mi-parcours

Quel bilan, à mi-parcours ?1

Ernest Gibert

Texte intégral

  • 1 Retranscription de l’exposé oral.

1La véritable conclusion de l'Université Sportive d'Eté n'aura lieu que plus loin. Et beaucoup de choses resteront à faire.

2Je voudrais seulement, avec vous, essayer de voir s'il est possible de dégager une ligne générale de nos travaux et si nous avons œuvré utilement.

3Pour des Assises Nationales du Sport ! Où en sommes-nous ? Nous sommes partiellement rassurés. D'abord parce que tout ce monde rassemblé dans cette Université Sportive est pour des Assises Nationales du Sport. Personne n'a émis jusqu'ici le moindre doute sur leur nécessité.

4Nous sommes rassurés aussi parce que les premières paroles de Monsieur le Ministre, lors de l'ouverture, ont été pour annoncer des Assises Nationales du Sport dans l'année 1991. Il ne faudrait pas croire pour autant que le coup est joué. Il faut une confirmation. Les travaux que nous avons menés ensemble et qui s'appuyaient sur des investigations préalables, étalées sur une période de plusieurs mois, ont besoin d'une confirmation. Tout n'est pas terminé. D'abord, parce que l'Université elle-même n'est pas finie. Le travail des prochains jours sera fondamental. De même que sera essentiel le travail poursuivi dans les semaines qui viennent, pour aller plus loin sur chacun des sujets abordés. Car il va de soi que nous ne gaspillerons pas la matière première qui venait de votre réflexion et qui nous était confiée.

5Nous allons donc essayer d'œuvrer dans le sens des trois objectifs que nous évoquons souvent : observer, réfléchir, agir. Continuons à observer, poursuivons la réflexion et peut-être, à partir de ce soir, commençons à agir.

6Ne croyez pas que je doute de la réussite de l’opération. Mais comme vous, et comme tout ceux qui ont œuvré à l'organisation, je suis conscient qu'il y a encore beaucoup à faire.

7Il y a eu un travail préalable très important. Les travaux préparatoires ont conduit à la consultation de plus de trois cents personnes. Permettez-moi de dire au passage, que je ne sais pas s'il existe beaucoup d'organismes comme l'Université Sportive d'Eté qui peuvent recueillir autant de jugements pertinents et éminents sur les problèmes du sport. Si cela a pu être fait, c'est parce que nous sommes indépendants.

8Indépendants, nous comptons le rester, pour contribuer à fonder les bases d'une analyse et d'une action sur le sport. Non sur ce qu'il a été ou sur ce qu'il devrait être, mais sur ce qu'il est aujourd'hui, et sur ce qu'il va devenir demain.

9Pour des Assises Nationales du Sport ! Le chemin n'est pas encore entièrement parcouru. Ces réflexions préliminaires sont simplement destinées à vous rappeler qu'on ne peut pas dès maintenant faire un point définitif. Je me limiterai donc à deux constats et à une conclusion ; ce n'est pas véritablement une synthèse.

10A la lumière de ce que nous avons entendu, je crois qu'une première constatation s'impose. La façon dont on considère le sport est généralement trop réductrice et trop statique.

11Je voudrais reprendre une formule déjà évoquée sur ce qui a été présenté, à tort ou à raison, comme une définition du sport par Bernard Jeu. "Le sport, disait-il, est un phénomène total, culturel, vivant". Je ne sais pas si c'est la bonne définition. Je pense même pour ma part que ce n'est pas vraiment un concept. Au moins cette formule a-t-elle le mérite d'attirer notre attention sur ce qu'est le sport. Le sport est un phénomène ; c'est-à-dire quelque chose qui change, qui n'est pas figé une fois pour toutes.

12C'est un phénomène total. Est-ce que cela veut dire qu'il doit vivre clos ? Ou n'est-ce pas plutôt un phénomène d'une nature telle qu'il porte en lui, pour partie, tous les autres ; ou qu'en tout cas, il entretient des relations avec tous les autres ?

13C'est un phénomène culturel. Cela veut dire qu'il a une histoire ; c'est probablement une des tendances de fond plus ou moins lointaine de l'humanité ; même si les historiens nous confirment qu'il a pu, ici et là, connaître des éclipses ou des interruption. Mais il ne peut pas se satisfaire de ce statut là. Comme toutes les tendances de fond de la culture, il change. En effet, le sport est vivant ; il faut donc qu'il soit considéré dans une optique dynamique.

14Observer, comprendre, agir, cela, nous semble-t-il, ne peut se faire qu'en ayant cette conception du sport. C'est-à-dire en adoptant ce qu'en jargon un peu ésotérique on appelle une approche systémique. L'approche systémique est celle qui consiste à examiner un phénomène dans sa totalité, dans tout ce qu'il recouvre : dans les interactions qui unissent les différents éléments qui le constituent ; et dans sa dynamique, c'est-à-dire en suivant la façon dont il change avec le temps.

15Cette approche systémique qui a été évoquée à plusieurs reprises (on a parlé du "système sport") n'est pas sans danger. Il y a d'abord le danger évoqué par Michel Rieu, celui de ce que j'appellerai du "systémisme englobant". Il risque de conduire à une abstraction mutilante.

16Il y a un risque symétrique, celui de la recherche de l’exhaustivité maladive. On veut tout embrasser, ou attendre de tout connaître, on ne négligera aucun détail, mais on risque d'arriver à une confusion extraordinaire. Essayons d'éviter ces deux écueils, mais considérons le sport dans cette approche systémique, qui n'est pas simplement une mode car elle peut faciliter, sinon toujours l'observation, du moins la compréhension des phénomènes sportifs.

17Cela veut dire que le système sportif est en relation, en interaction avec d'autres systèmes qui ont été évoqués à plusieurs reprises. Le système médiatique, le système juridique, le système politique, le système culturel, le système économique, pour n'en citer que quelques-uns. Il est aussi inclu dans un système plus large : le système social. Cela n'est pas sans poser certains problèmes lorsqu'on s'interroge sur ce qui fait la valeur du sport ou sur les valeurs du sport.

18La réflexion sur l'éthique est fondamentale. On peut commencer par elle ; on peut aussi finir par elle. Si l'on raisonne dans le cadre systémique, il faut être conscient que l'éthique sportive ne coïncidera pas automatiquement avec les éthiques des autres systèmes avec lesquels le sport est en interaction.

19Cette présentation peut vous paraître tout à fait déconnectée de ce que vous avez entendu jusqu'ici. Il m'a semblé cependant que c'était la première conclusion qui s'imposait. Elle justifie, me semble-t-il, ce que je vous ai dit tout à l'heure : il faut continuer à observer. Ce n'est point un hasard si, il y a deux ans, notre principale conclusion avait été de demander la mise en place d'un observatoire du sport. Il faut poursuivre l'effort d'analyse, dans les deux jours qui viennent, dans les semaines et les mois qui viennent, avant les Assises elles-mêmes et sans doute encore après elles, parce que ce ne sont pas les Assises qui régleront tous les problèmes d'un coup de baguette magique, même si elles sont très importantes pour franchir ces pas supplémentaires.

20Mon deuxième constat va peut-être vous sembler contradictoire avec le premier. Mais il m'a paru, en écoutant tout ce qui avait été dit, qu'en effet le sport était conjointement un champ social autonome. Il présente sinon des spécificités, au moins des particularités. Outre celles qui tiennent à sa nature même, ces particularités apparaissent dans les relations que le sport entretient avec d'autres domaines.

21On a parlé du sport et de l’économie, du sport et du droit, du sport et de la médecine, du sport et de la science, de l'école et du sport. Ceci montre qu'il existe des particularités au sport. Il faut en prendre acte et considérer aussi que cela rend les choses ambiguës et complexes.

22L'association entre le sport et autre chose, et que je ne veux pas appeler le reste, est indispensable, mais elle est inégalitaire. Par là même, elle est plus souvent source de synergie négative (deux plus deux font trois) que de synergie positive, qui devrait pourtant être la nature des choses. Je ne vais pas multiplier les exemples. Certains sont pourtant révélateurs. Comme vous, j'ai entendu critiquer fermement la loi de 1901 sur les associations. Avons-nous oublié que c'est ce qui a permis la liberté d'association. ? Je veux bien qu'on réforme, sinon qu’on abroge la loi de 1901 ; mais si l'on croit, après l'avoir fait, que cela va vraiment changer les choses, sans doute se trompe-t-on.

23Nous avons entendu chanter les vertus de la loi Avice, mais c'est constater que depuis 1984, il nous a fallu bien du temps pour lui trouver des mérites. Il y a ambiguïté aussi lorsqu'on évoque les rapports entre le sport et l'argent. Aujourd'hui, le sport interpelle ceux qui appartiennent aux différents systèmes que j'ai évoqués tout à l'heure. Il interpelle depuis longtemps le médecin, le juriste, l'économiste ; la presse l'a toujours interpellé et l'interpellation entre le sport et l'école est source de beaucoup de malentendus.

24Il faut bien dire, si l'on s'en tient aux constatations effectuées ici, que dans la majorité des relations qui marquent ses particularités vis-à-vis des autres, le sport se trouve en situation de dépendance. J’ai entendu hier soir un avocat dire le plus froidement du monde, sans que cela n'ait offensé personne, qu'ayant constaté un vide juridique dans le sport, il s'y était précipité. Ce fut souvent le cas des relations entre le sport et l'argent.

25On peut crier, c'est fait depuis longtemps et cela n'avance à rien parce que ceux qui dominent n'ont pas en face d'eux d'interlocuteurs qui "font le poids". On nous l'a dit à deux reprises, et sans la moindre concession. Jean-François Renault, journaliste à L'Équipe, nous a fait remarquer que si les dirigeants sportifs avaient du talent, cela aurait fini par se voir. Le docteur Rieu a eu le courage de dire, et c'est plus facile dans sa discipline que dans la mienne, que s'il y avait une recherche sur le sport en France, on le saurait.

26Ces deux propos venant d'horizons différents sont-ils excessifs ? Je n'en sais rien, mais il est sûr qu'ils sont en partie fondés. Il est temps que les hommes du sport, dont nous nous étions demandés l'année dernière, s'ils étaient responsables ou otages, prennent leurs affaires en mains et cessent de se présenter comme connaissant tout, sur tous les sujets, ou comme prêts à accepter n'importe quoi à la condition qu'on leur donne un peu d'argent ou une recette magique, qu'il s'agisse du droit, de la science ou d'autres choses. Comment faire pour collaborer avec d'autres si l'on ne sait quoi exactement demander ?

27A un moment de la discussion, quelqu’un évoquait le mot "projet". Il semble en effet qu’avant de revendiquer des subsides, il soit nécessaire que chaque responsable sache ce qu'il cherche, qu'il définisse ses objectifs pour identifier les moyens dont il a besoin et ensuite voir où il pourra les obtenir. Or, il faut bien le dire, il n'y a pas toujours compatibilité entre les objectifs du sport, son éthique, les méthodes qu'il utilise, ses comportements usuels et l'éthique, les objectifs, les méthodes et les comportements de ses interlocuteurs.

28Il faut peut-être dire, à mi-temps de cette Université Sportive d'Eté, que la première responsabilité de ceux qui revendiquent des Assises est de pousser les responsables du sport à tous les niveaux, à commencer par celui des associations, à réfléchir en terme de projet. Qu'ils sachent une bonne fois ce qu'ils veulent, et sans doute ne veulent-ils pas tous la même chose. Il faut redonner son importance à la conception d'une politique générale au niveau du club, des institutions intermédiaires, de l'émanation du mouvement sportif en France, et naturellement des pouvoirs publics. Le court terme nous absorbe. Certes, il est très important, mais il ne faut pas négliger le long terme ; ce n'est qu'en les associant, que l'on pourra espérer résoudre ces contradictions.

29Là encore, pour identifier les particularités, pour dégager des éléments de solution, il faut pousser plus loin la réflexion. Nous avons fait quelques pas, ils ne permettent pas de tout résoudre.

30Quelles conséquences tirer des deux constatations qui viennent d'être faites ? On peut considérer comme certains, qu'il est urgent d’attendre : on n'en sait pas assez, nous ne sommes pas encore suffisamment d’accord, nous n'avons pas tout compris, on ne nous accorde pas l'estime que nous méritons, attendons que cela vienne. Et comme nous sommes assurés de la durée, en effet, on peut fonctionner encore comme cela longtemps. Mais ce n’est pas dans une telle intention que nous étions réunis. Il y a une autre modalité envisageable : c'est celle de l'action. Il faut agir en évitant semble-t-il deux écueils.

31On peut chercher à tout bouleverser. C’est très sympathique mais le contexte ne s'y prête pas. C'est, me semble-t-il, le premier écueil à éviter. Utiliser les Assises pour pleurer ou bouleverser tout et l'annoncer à l'avance en tout cas.

32Le deuxième écueil est symétrique. Il consisterait à faire des Assises un coup médiatique ou encore à nous prêter l'ambition de tenter un coup médiatique. De pseudo Assises ! Un discours sans projet, ou un replâtrage léger, fait très habilement, faisant en sorte que le plâtre glisse de la truelle avant d'atteindre le mur.

33La première éventualité est peu probable. La deuxième n'est pas envigeable. Comment s'en tirer ? Il faut penser à ce que pourrait être ou devrait être le mécanisme de régulation du système "sport" tel qu'il a été décrit très sommairement. En n'oubliant pas qu'il s'agit d'un système complexe et d'un système changeant. Sans dire comment faire, ni délivrer de pieux conseils, énumérons quelques précautions, sans souci d'exhaustivité.

34Première précaution : n'oublier aucun des acteurs. Faire les Assises sans exclusive, ni contre personne. Au départ, un certain nombre d'organisme sont partis séparément. Pour un temps qui était celui de l'Université Sportive d'Eté, ils ont décidé de réfléchir ensemble ; c'était une première phase. Le flot s'est gonflé, et même sensiblement un peu au niveau du nombre, sensiblement au nom de la représentativité. Ce mouvement là doit être encouragé. N'attendons pas d'avoir tout le monde mais faisons en sorte qu'aucun des acteurs n'ait été au moins sollicité et qu'on lui ait expliqué sainement ce que l'on voulait faire.

35Deuxième précaution, réfléchir à ce système de régulation. Le concevoir, en pensant à l'avenir et non pas au passé, au sport de demain, de 2000, dont on devrait bien savoir qu'il va changer de nature. Les pratiques se renouvellent. De nouvelles pratiques apparaissent, tout cela a été dit. Mais, la structure par âge de la population française change. C'est une contrainte, ou une chance !, sur laquelle on ne peut rien à court terme. La physionomie des pratiquants va profondément changer dans les dix ou vingt années qui viennent. Il ne servirait à rien de concevoir un mécanisme fondé sur ce qu'était le sport au début du siècle ou l'idée que nous nous en faisons aujourd'hui. Il faut profiter des Assises pour l'aménager en fonction des problèmes qu'il rencontrera dans les dix, quinze prochaines années.

36Évitons enfin de commettre l'erreur traditionnelle : celle qui consiste à mettre en place un système qu'on considère comme parfait et qui ne pourra plus changer. Si l'on pense que le système sportif est changeant, le mécanisme de régulation doit se prêter à ce changement. Autant de préceptes qui sont autant de banalités, mais il serait sage cependant d'en tenir compte.

37Sur le terrain, on peut avoir des idées plus précises. Nous avons été quelque-uns à nous interroger pour nous demander si nous ne profiterions pas de l'occasion pour faire surgir l'une ou l'autre de ces idées. Mais ce n'était pas notre rôle. Ce qui est souhaitable, c'est que les idées émergent d'ici. Je vais cependant citer quelques points que j'ai cru voir apparaître au cours de l'une ou l'autre des interventions.

38D'abord, rapprocher les décideurs des acteurs. On peut être plus précis et citer les espaces de concertation au niveau de la base qui ont été évoqués. Il faut accepter cette idée si l'on en tire des conséquences. On ne décentralise pas comme cela un beau matin, ni même par décret. On décentralise quand on a décidé de se donner du pouvoir contre un autre. C'est concevoir le pouvoir autrement et modifier nos modalités de comportement.

39Il serait tentant d'être plus précis encore, mais il faut être conscient du risque. Le mécanisme de régulation doit être conçu en réfléchissant lucidement. Mais c'est en réfléchissant les uns et les autres, comme nous avons appris à le faire depuis ces deux derniers jours, que peut-être nous trouverons les premiers éléments de solution.

40Alors, qui fera le reste ? Dès maintenant, entamons la première étape. Faisons en sorte que d'autres continuent le mouvement et que la réflexion se poursuive avec la volonté d'aboutir à quelque chose de concret.

41Il faut savoir ce que nous voulons, et cela dépend des valeurs auxquelles nous sommes attachées. On retourne ainsi à l'éthique. Faut-il restaurer, "retaper", renouveler les valeurs existantes ? Faut-il identifier et mettre au premier rang des valeurs nouvelles ? Ou, ce qui serait peut-être plus sage, ne conviendrait-il pas de tenter les deux à la fois : restaurer les valeurs anciennes qui le méritent et ne pas feindre de croire que n'apparaissent jamais de nouvelles valeurs ?

42Voilà ce que l'on peut tirer peut-être de ces premières journées que nous avons passées ensemble. Vous avez donc pu constater que ça n'était pas une véritable synthèse. C'était volontairement peu ambitieux, mais peut constituer une ligne d’orientation pour les débats qui nous restent.

Notes

1 Retranscription de l’exposé oral.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.