Desktop versionMobile Version

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le Sport et la science

Débats

Volltext

1Georges Joubert Permettez à l'animateur des débats de faire deux brèves remarques.

2Il y a peu de recherche scientifique en France, faute d'argent. Il ne faut pas l'oublier, l'idée de la recherche et sa pratique sont soumises à ce problème économique (…). Autre point, la question du rééquilibrage physiologique. Qu'en est-il des découvertes et évolutions qui ont été faites, en particulier dans les pays de l'Est ?
(…)

3Michel Rieu (…) De l'argent, il y en a, seulement on ne sait pas ni comment il est attribué, ni à qui, ni comment il est évalué.

4A propos d'équilibrage biologique, il ne faut pas confondre l'utilisation de connaissances scientifiques anciennes, que l'on peut hésiter à utiliser, et l'emploi de ces connaissances par d'autres qui se sont estimé le droit de pouvoir les utiliser. Dans le domaine des sciences de la vie et en particulier de la pharmacologie, les pays de l'Est sont très loin derrière nous. Jusqu'où faut-il aller dans ce genre d'expérimentation ? C'est la réflexion que la science doit avoir sur elle-même.
(…)

5Robert Vanel Il me semble que dans la loi du 16 juillet 1984, il est mentionné un Comité national de la recherche qui, à ma connaissance, n'a jamais été réuni. Alors, dans la perspective des Assises Nationales du Sport, ne serait-il pas opportun de reformuler cette idée ? Car je crois que dans le domaine de la science et du sport, il y a lieu de faire une coordination.
(…)

6Michel Rieu Il serait bien effectivement qu'il voit le jour réellement car c'est un moyen de réunir tout le monde, réunir les moyens cl en même temps procéder à des démarches d'évaluation.
(…)

7Robert Denel Le sport s'est développé, il existe une médecine sportive. Les généralistes défendent un point de vue qui n'est pas celui des médecins du sport, les licenciés ont des contrôles médicaux, mais il faut parfois voir comment ils sont faits… N'y a-t-il pas quelque chose à faire qui ne soit pas contesté au niveau de la présentation ou du concours de la médecine pour faire du sport sans danger ?
(…)

8Michel Rieu Nous ne sommes pas là dans le domaine particulier du sport et de la science. Mais la question n'en demeure pas moins et elle mérite en tant que telle d'être détaillée : rôle, fonction, statuts et implication de la médecine du sport au sein du milieu sportif. Or, c'est vrai qu’il existe des problèmes bien réels : par exemple, la médecine du sport de masse différenciée de celle du sport de haut niveau, etc… et importants, même s'ils ne rentrent peut-être pas dans le sujet d’aujourd'hui.
(…)

9Jean Houël (…) Un aspect me semble avoir été un peu laissé de côté, c'est celui de l'enfant par rapport à la conjonction haut niveau/recherche scientifique et les déviations que cela peut entraîner. La communauté scientifique n'a-t-elle pas une responsabilité, en égard aux applications de la science dans le domaine sportif et vis-à-vis des êtres humains en formation que sont les enfants. Jusqu'où peut-on aller et comment peut-on éviter certaines déviations dans la communauté scientifique internationale ?
(…)

10Michel Rieu Oui, il existe de graves problèmes. J'ai souvent été amené à mettre en garde par rapport à certains procédés utilisés à l'encontre de jeunes athlètes, et amenant des blessures graves et fréquentes (…). Et effectivement se pose là le problème du rôle du médecin face à cette pression. Or, le médecin n'a pas de statut réel dans ce domaine, et ceux impliqués dans le milieu risquent tout à tenter de dénoncer ces procédés. Ils sont donc, malgré eux, complices du sytème.
(…)

11Georges Joubert Justement, à propos de ce genre de procédés, que faut-il penser de l'utilisation de l'électrostimulation dans le cadre de l'entraînement sportif ?
(…)

12Michel Rieu Vous posez en fait deux problèmes : l'électrostimulation est-elle efficace ? Est-elle licite ? J'ai mon opinion certes, mais je me garderai bien de la dire car cette question sera bientôt débattue au Comité National de la lutte contre le dopage, et c'est celui-ci qui donnera son avis le moment venu (…). Une autre difficulté va être de savoir quelle technologie sera mise en place pour pouvoir déceler l'électrostimulation le cas échéant. Mon espoir, qui semble d'ailleurs se confirmer aujourd'hui, est que ce système a plutôt tendance à fragiliser la cellule musculaire qu'autre chose, et je pense que nous aurons l’apparition de pas mal de claquages et de ruptures musculaires qui vont voir le jour progressivement et qui feront que le système s'éteindra de lui-même.
(…)

13Gérard Messin Il est évident que les électrons sont tous semblables et qu'on ne peut les déceler. Cet aspect qui est futur et non applicable encore au domaine du sport risque de se développer, puisqu'on voit de plus en plus fleurir des techniques de distribution de courant électrique par le biais d'impulsions dans lesquelles on arrive à maîtriser la quantité d'électrons mise en jeu pour pouvoir réaliser des réactions.
(…)

14Ernest Gibert Les rapports qui s'établissent entre la médecine, science parmi d'autres, et le sport sont exemplaires. Il est aussi exemplaire que personne n'ait vu la science qu'au travers de la médecine. Cela montre bien que les hommes du club ne voient la science qu'à travers le petit bout de la lorgnette. Il existe cependant d'autres domaines, on pourrait s’intéresser par exemple aux applications éventuelles, on pourrait se demander ce que d'autres disciplines scientifiques : sciences économiques, de gestion, sciences juridiques, sciences sociales pourraient apporter au sport et ce que celui-ci pourrait leur apporter. Et la question n’est jamais posée.
(…)

15Mireille Arguel Ce qui est remarquable, c'est que les vocations des sciences autres que les sciences du vivant ont été faites essentiellement par des gens extérieurs au système des sports. C'est révélateur (…) On doit se former une idée philosophique de l'homme avant de s'en faire une par la science (…).
(…)

16Berard Astoul Mais quelles peuvent-être les retombées sur le grand public, sur le sport de masse, de certaines expériences coûteuses avec transfert de technologie, comme par exemple les techniques utilisées pour le "kilomètre lancé” ? Sont-elles bénéfiques au développement du ski de tout un chacun ?
(…)

17Georges Joubert Le cas que vous citez est particulier car c'est l'exemple typique de genre de performance qui ne peut être enrichissant au plan du matériel de "monsieur tout le monde". En effet car l’expérience consiste en techniques interdites (profilage, tissus…) trop dangereuses pour un usage habituel (…).
(…)

18Robert Vanel Comment peut-on envisager la collaboration entre l’entraîneur et le chercheur ? Est-ce que le chercheur accepte facilement la collaboration de l’entraîneur ?
(…)

19Gérard Messin (…) Il n'y a aucune raison de la refuser dès l'instant où le praticien va faire partager son expérience du terrain au chercheur qui ne la connaît pas forcément. Il faut qu'ils se rencontrent. C'est d'ailleurs dans les U.F.R.S.T.A.P.S., milieux pluridisciplinaires, que les spécialistes de terrain peuvent aller solliciter les chercheurs qui sont dans les autres disciplines. C'est au carrefour des disciplines que se font les progrès et les applications les plus importantes à l'heure actuelle.
(…)

20Didier Isabelle Un problème important, qui n'est d'ailleurs pas propre à la recherche scientifique sur le sport, c'est la nécessite de d'abord définir le problème à résoudre, savoir s'écouter, savoir se parler.

21Ensuite, il faut définir un programme réaliste de recherche. L'entraîneur doit le comprendre pour savoir ce que les chercheurs pourront lui apporter. Mais je crois que c'est une notion de relations humaines et que simplement il ne faut pas vouloir la réponse avant d'avoir posé la question.
(…)

22René Moustard (…) Si on a comme volonté de chercher une relation sport et science dans une perspective d'intérêt mutuel, de coopération réelle, c'est-à-dire qu'il y a apport mutuel science/sport, quelque chose en naîtra. Mais il y a des obstacles importants, de type idéologique, avec le scepticisme du côté du praticien sportif, et l'altitude du chercheur, dictant ses réponses de l'extérieur du terrain, sans s'y être penché (…).

23Il y a de la recherche fondamentale, de la recherche d'application, mais il existe aussi une recherche d’action. C'est-à-dire la recherche qui se fait en prise directe avec l'action. Le technicien sportif doit se rapprocher de la démarche scientifique face aux problèmes que pose la pratique. Pour qu'en émergent de "bons" problèmes à résoudre, car si le technicien est porteur du "vécu" cl de ce qu'il faudrait changer, cela ne produit pas de problème à résoudre, à soumettre à la science. Avant d'engager le processus de réponse, il faudrait effectivement déjà engager le processus de formulation correcte du problème à résoudre. Si cet aspect est mené en étroite collaboration avec des gens qui sont eux sur le versant scientifique, on voit alors émerger les éléments de la construction du problème à résoudre et des conditions qu'il faut réunir pour que, dans la limite de la recherche d'action au moins, on fasse un travail de recherche minimum afin de déboucher sur des réponses ayant une certaine valeur d'expérimentation. Cela nous pousse à demander que l'on accorde beaucoup plus d'importance à ce qui se passe sur le terrain des pratiques de masse de l'activité physique et sportive, et pas seulement sur le terrain des pratiques dites de pointe. Car il faut savoir qu'aujourd’hui, c'est toujours la recherche au service de la partie la plus positive du sport de haut niveau qui rassemble tous les crédits - maigres déjà - de l’État. Or, je pense qu'il y a grand déficit à ne pas poser le problème de la recherche par rapport au problème du sport de masse (…).
(…)

24Georges Joubert (…) Je crois aussi qu'il ne faut pas oublier dans nos discours cette question fondamentale qui est celle de la formation des éducateurs. Dans cette formation, quand on parle science et sport, il est certain qu'il y a une attitude à exiger des éducateurs, qui aille un peu vers la démarche scientifique, c'est-à-dire qu'elle ait un aspect expérimental.
(…)

25Michel Rieu (…) Il y a en permanence une liaison étroite entre recherche et application grâce aux projets médicaux, de nouvelles populations vont accéder à des activités sportives pouvant même rentrer dans un cadre de santé publique et de réinsertion sociale (ex. : les greffés cardiaques) et ne vont pas trouver de structure reconnue qui leur permettent d'exister en tant que tels. Autrement dit, il y a là toute une série de populations qui vont augmenter et qui se retrouvent à l'extérieur des habitudes actuelles de l'institution sportive. Or, il faudra y remédier. Recherche, sport, santé publique, progrès social vont de pair, il faut les harmoniser, les rassembler, et participer ainsi à la recherche d’action dont nous parlions tout à l'heure.
(…)

26Georges Joubert Remercions les conférenciers qui nous ont permis d'entrer dans le vif du domaine. La discussion a fait apparaître quelques lignes de force, quelques sujets de préoccupation qui seront au programme des futures Assises du Sport.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search