Desktop versionMobile Version

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le Sport et la science

Sport et science : marche à suivre

Michel Rieu

Volltext

1Traiter des rapports qu'entretiennent le sport et la science n’est pas une mince affaire. Il me paraît hasardeux d'improviser dans ce domaine (…). Je voudrais revenir ainsi sur un commentaire avancé par Bernard Jeu. Il a été repris dans l'exposé de Madame Mireille Arguel.

2Il existe un postulat dangereux contenu dans la première phase de Bernard Jeu : "la vie précède l’intelligence. Le sport est un phénomène total vivant. L'institution sportive se fonde sur l'efficacité, revendique son autonomie ; le sport a toujours ignoré l’autorité des disciplines scientifiques, éternel conflit entre la vie et l’intelligence".

3J'ai énormément d'estime pour Bernard Jeu, mais dans cette circonstance, je ne suis pas d'accord avec lui. Je regrette qu'il ne soit pas là, à cette Université d'Eté, car nous aurions pu discuter ensemble.

4La vie précède l'intelligence, ou l'intelligence précède la vie ?

5Cela me parait un débat un peu archaïque. L'intelligence, c'est la vie et la vie, c'est l’intelligence. Je ne crois pas que l’on puisse dire que la vie précède l'intelligence et que, par suite, la vie a des droits que l'intelligence n'a pas. Mais ce postulat permet d'affirmer la spécificité du sport en tant qu'entité évoluant en dehors de l'intelligence, c'est-à-dire en dehors de la science. Paradoxe qui me paraît aller au delà de la pensée de Bernard Jeu ! En effet, la science, elle aussi, est action, elle aussi elle existe. Soif de connaissances tout-à-fait incontournable chez l'homme, elle est tout naturellement confrontée au phénomène de l’activité motrice et à celui de l'activité sportive qui en est un secteur spécialisé.

6Systèmes de régulation qui sont à la base de l'équilibre hormonal et l'on sait maintenant que la diminution de la testostérone peut ne représenter qu'une réponse régulatrice de l'organisme. Pour vous donner un exemple trivial, cette démarche est à peu près aussi stupide que celui-ci : vous possédez une voiture qui consomme un litre d'huile aux 100 kms. Une démarche primaire serait de vous contenter d'acheter des bidons d'huile et d'en rajouter dans le moteur afin de restaurer le niveau. Ce n'est pas de cette façon que vous allez réparer le trouble mécanique de fond dont souffre votre machine. D'ailleurs, si vous n'y prenez garde, une panne grave surviendra rapidement.

7En outre, l'évolution du sport et celle de la connaissance scientifique ne sont pas les mêmes : les constantes de temps diffèrent. Aussi faut-il bien se rendre compte qu'à l'heure actuelle les acquis du sport sont basés en grande partie sur des connaissances scientifiques qui ont au moins entre quinze et vingt ans d'âge et que c'est seulement progressivement que ces connaissances scientifiques sont entrées dans les mœurs. Certes, les hommes de terrain et les entraîneurs ont besoin de données scientifiques, mais ils ont aussi besoin de résultats. Or ils ont trop souvent la naïveté de croire que le scientifique va d'emblée pouvoir répondre à leur questionnement et à leur besoins. Il s'agit là d'une erreur profonde car, comme je le disais tout à l'heure, c'est la porte ouverte à toutes les déviations qui font que pour faire plaisir ou pour se donner de l'importance vis-à-vis du monde des techniciens, certains pseudo-scientifiques ont tendance à passer directement de l'hypothèse de travail à l'application avec toutes les déceptions que l'on connaît. A mon sens, c'est la raison pour laquelle il peut naître une méfiance importante et légitime de l'homme de terrain par rapport à ce qu'il appelle "la science", qui à ses yeux perd toute crédibilité.

8Par ailleurs, il y a des contradictions. Je vais vous en citer une. Je suis désolé, je suis encore obligé de faire appel à Bernard Jeu. Décidemment, je vais m'en excuser auprès de lui, dès mon retour à Paris. En effet, Bernard Jeu déclare : "la science peut aider, à condition d'être usée par des humanistes". Ce qui est tout-à-fait légitime et louable. Et à un autre moment, il dit : "le sport est autonome et indépendant, et en particulier, indépendant de la science". Ce qui d’ailleurs est, là encore, raisonnable, dans la mesure où leurs démarches ne sont pas les mêmes et que les retombées, comme je viens de vous le dire, de la science sur le sport sont à long terme. Puis il ajoute : "l’éthique du sportif n'est pas l'éthique des médecins. L'homme peut comme Achille, choisir une vie brève et glorieuse à une longue vie ennuyeuse, ainsi le dopage est lié davantage à l’éthique des médecins qu'a celle des dirigeants sportifs".

9Cette phrase est lourde de sens. Est-ce que cela signifie que la lutte contre le dopage ne fait pas partie de l'éthique des dirigeants sportifs ? Autrement dit, les dirigeants sportifs seraient-ils prêts à assumer le dopage ? Mais alors, et là se situe la contradiction interne, comment pourrait-on réclamer à la fois une pratique légitimée du dopage, qui devrait mobiliser la communauté scientifique d'un pays et l'indépendance du sport par rapport à la science. Ceci d'ailleurs entraînerait d'emblée une distorsion entre les pays pauvres et les pays riches.

10En effet, il est évident que seuls des pays hautement structurés sur le plan scientifique, sont en mesure d'établir des procédures de dopage efficaces, sérieuses, et à la limite, plus inoffensives que celles qui à l'heure actuelle sont faites de manières sauvage par des margoulins qui ne maîtrisent pas la pharmacologie des substances qu'ils utilisent. Dans ces conditions, le sport se mettrait sous la dépendance de la communauté scientifique. On ne peut plus parler de sport indépendant, et telle que je connais la communauté scientifique, croyez-moi, elle saura affirmer sa volonté de puissance et je ne désespère pas de voir apparaître le chercheur sur le podium à côté de l'athlète. Ce serait d'ailleurs légitime. Je ne voulais pas faire preuve d'un trop grand pessimisme, mais il est vrai que si l'on prend la position : "le sport existe, il existe en tant que tel, et il fait simplement appel aux autres", et si le sport n'a pas sa propre signification, il ne fera pas "appel aux autres", il sera dévoré par les autres.

11C'est le même problème pour la science. La science est à un moment extrêmement grave de son existence. Longtemps, on a pu penser que la démarche scientifique était synonyme de progrès.

12Actuellement, cette relation est moins certaine. Tout à l'heure on parlait de Rabelais : "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Vieille rengaine, mais qui est maintenant, ô combien d'actualité. La science est obligée de se poser des questions : d’où en particulier les comités de bio-éthique.

13Il s'agit d'un domaine dont la dimension est selon moi autrement plus vaste et plus grave que la réflexion que l'on peut avoir sur le sport. Mais si la science elle-même se croit obligée à l'heure actuelle d'avoir sa propre réflexion sur le bien-fondé de sa démarche, je pense qu'il est nécessaire que le sport en fasse autant.

14D’autres part, le sport, les activités sportives, le geste sportif représentent un champ d'expérimentations tout-à-fait intéressant.

15Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Bobin. Mais, là encore, on peut utiliser ce champ d'expérimentations à différentes fins.

16L’utiliser pour le bien-être de tous ou non.

17Certes, le sportif est considéré comme l'homme des "extrêmes". Mais "l'extrême" ne se situe pas au niveau de la performance dans l'absolu. La performance se situe par rapport à l'individu lui-même. Vous parliez d’handicapés. Moi je vous parlerai des gens du troisième, voire du quatrième âge et d'un certain nombre de malades comme par exemple, les greffés cardiaques. Et bien, tous ces êtres peuvent atteindre un niveau de performances qui correspond pour eux à du haut niveau. Autrement dit, le sportif peut être considéré comme un banc d'essai, profitable à toute l'espèce humaine. Mais cela sous-entend pour lui des contraintes extrêmement importantes qui sont le garant de la qualité de la démarche scientifique. Or ces contraintes liées au protocole de la recherche sont le plus souvent antinomiques des contraintes propres à l'entraînement. Autrement dit, d'un côté, le long terme, de l'autre le court terme. Ce sont des problèmes très difficiles à régler dans la réalité, et je me garderai bien de donner une réponse définitive.

18D'autres problèmes ont été soulevés dont je voudrais rapidement parler. Ainsi le rôle du médecin dans le sport. Là encore, une contradiction existe : le médecin est-il un facteur de préservation de la santé de l'individu, ou est-il un facteur d'amélioration des performances ? C'est un problème qui se pose dans la vie quotidienne. Les médecins qui œuvrent dans le milieu sportif n'ont pas toujours les bonnes réponses. En fait, je ne les ai pas moi-même. Je vous laisse cependant imaginer les pressions de toutes natures auxquelles ils sont soumis au détriment de leurs obligations déontologiques.

19La recherche ! Je crois que c'est notre ami Galien qui a posé le problème, et je suis cent pour cent d'accord avec lui. En France, on n'a jamais voulu confier le problème de la recherche en sport à la communauté scientifique. Évidemment, si celle-ci n'est pas mobilisée sur ce thème, il ne faut pas se faire d'illusions, la recherche en sport n'évoluera pas. Il y aura bien de-ci de-là quelques efforts ponctuels, quelques petites recettes qu'on fera passer pour des découvertes scientifiques, mais il n'y aura pas d'avancée globale. Heureusement, dans le domaine du sport, il existe une recherche internationale vis-à-vis de laquelle notre pays est pour le moment marginalisé. La connaissance passant outre les frontières, je ne pense pas que cela soit très grave, si ce n'est pour notre amour propre national.

20Il y avait eu un essai, il y a une douzaine d'années, quand une "action sport" avait été créée dans le cadre de la Délégation Générale à la Recherche scientifique et technique. Ce comité avait commencé à mobiliser un certain nombre de ressources scientifiques françaises autour de ce thème. Pour des raisons diverses, surtout d'ordre corporatiste, cette action a été supprimée voilà une dizaine d'années, ce qui fait que nous en sommes toujours au même point.

21Le dernier problème abordé est le problème de la formation. Quand on parle de recherche scientifique, je ne crois pas tellement que l'on puisse être à la fois athlète, entraîneur de haut niveau, médecin compétent, chercheur etc… Par contre, il faut qu'il y ait un langage commun. Et ce langage commun, il doit s'acquérir au niveau de la formation. Or la formation scientifique est actuellement très négligée au niveau de nos cadres techniques et de nos futurs spécialistes en éducation physique. C'est grave, bien qu'il ne s'agisse pas, pour eux, de mener tous seuls leur propre recherche, durant ou à côté de leur travail journalier. La recherche, c'est un métier. Il faut être un "pro" et s'y consacrer. C'est comme si un chercheur voulait devenir entraîneur ou un médecin entraîneur : ou un médecin, éducateur physique, ou l'inverse. Mais encore faut-il être capable de formuler, d'exprimer en termes scientifiques les besoins que l'on éprouve dans son quotidien. Donc, la formation est un aspect tout à fait essentiel.

22Pour en terminer et conclure, je voudrais dire que, comme le chercheur, le sportif ressent un besoin de dépassement de soi même et c'est vrai que le sport va aussi dans le sens d'une meilleure connaissance de l'être. C'est vrai que, comme chez le scientifique, il y a des aspects sadomasochistes chez le sportif. L'un et l'autre sont des "tueurs" par rapport à leurs concurrents car la compétition est sévère dans les deux cas. Ils le sont aussi par rapport à eux-mêmes. Le scientifique essaie d'aller jusqu'au bout de ses possibilités physiques.

23Néanmoins, je crois qu'il y a un aspect particulier au sport qui le différencie quelque peu de la démarche scientifique. Dans le sport, il y a créativité. Certes, le scientifique, c'est le monde du rêve, c'est le monde de l'imaginaire où s'inscrivent les hypothèses sur lesquelles il fonde sa démarche. Mais au bout du compte, que reste-t-il ? La connaissance scientifique ! c'est-à-dire la réalité, en quelque sorte la découverte de ce qui existait déjà… A proprement parler, il n'y a pas d'acte de création, bien qu'il puisse y avoir acte d'innovation technologique.

24Au contraire, chez le sportif, il y a souvent un acte de création. Ce n'est pas Monsieur Joubert qui me contredira, et souvent les scientifiques sont à la remorque de la découverte empirique. Ainsi en ski, les techniques qui ont été mises au point, ont sans doute été affinées selon des démarches scientifiques, mais vous savez bien qu'au départ, ce sont les impressions motrices des acteurs qui ont été déterminantes. Je ne parlerai pas du saut en hauteur, c'est un exemple bien connu, et jamais aucun scientifique n'aurait imaginé le Fosbury flop.

25Autrement dit, et en ce sens ma réflexion peut rejoindre celle de Bernard Jeu, le scientifique peut, sans aucun doute, à partir des acquis du sport, élaborer sa démarche, la légiférer, la formuler, et par là-même, permettre la transmission des connaissances. Mais c'est vrai qu'il y a dans le sport, un acte de créativité qui fait sa nature, tout son charme…

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search