Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le Sport et la science

Des rapports multiples exigeant une constante classification

Synthèse des auditions

Mireille Arguel

Texte intégral

1Auditions réalisées par M. Arguel, C. Le Scanff et P. Legros, sous la responsabilité du Professeur Michel Rieu.

  • 1 B. Jeu Analyse du Sport. Paris : P.U.F., 1987.

2Quels rapports entretiennent la Science et le Sport ? Telle la question fondamentale suscitée par cet axe de réflexion. En effet, ce thème relie deux champs de savoirs et de savoir-faire et confronte deux modes de connaissance : l'un scientifique et l'autre pratique. La Science a des préoccupations de compréhension, d'explication et d’interprétation avant de se lancer dans l’application ; le Sport opère dans un souci d'efficacité immédiate ou à court terme. Pour le monde sportif la science ne peut-être que prestataire de service, et pour le scientifique, le sport est un objet d'étude comme un autre. Les territoires et les pouvoirs étant ainsi délimités, qu'advient-il lorsque la Science ne se contente plus d'apparaître en prestataire de service mais propose son interprétation du phénomène sportif et y applique ses connaissances et ses méthodes et lorsque le Sport fait cavalier seul sous prétexte qu'il est une création de l'homme, une émanation de sa culture, un conservatoire d'une archéologie de l’imaginaire en même temps qu'un "laboratoire de philosophie morale et politique"1 ?

3Les rapports entre Science et Sport peuvent alors être l'objet d'alliance ou de conflits, clairs ou ambigus : tous les cas de figures s'y décèlent. Mais, que les rapports entre la Science et le Sport soient qualifiés de positifs ou de négatifs, quelles perspectives en tirer et quelle prospective avancer pour plus d'efficacité dans la progression des connaissances scientifiques et sportives, tout en préservant l'homme et la morale ?

4Ceci dit, l'éthique du sportif rejoint-elle l'éthique du scientifique ?

5Des auditions réalisées auprès de personnalités impliquées ou non impliquées dans le monde du sport, ont permis d'apporter des éléments de réponse à ces questionnements.

6Cette investigation s'est opérée selon une certaine philosophie, une certaine logique : mode de pensée qui orienta le choix des personnalités et les modalités de recueil d'information. Ainsi, le système sportif est conçu comme un système complexe comportant une structure hiérarchisée et des niveaux différents d'organisation et de fonctionnement, et comme un système qui vit dans des rapports de dépendance et d'indépendance vis-à-vis de la société dans laquelle il baigne et par laquelle il existe comme pratique sociale.

7Concevoir le système des sports comme un système ouvert oblige à chercher l'information à l'intérieur du système sportif (à différents niveaux : dirigeants, entraîneurs, sportifs, médecins du sport etc…) et hors de ce système : interroger ceux qui pensent le sport, qui pèsent sur le sport, et ceux qui pèsent sur la science et qui la font. Ces investigations ont été menées auprès de neuf personnalités : six impliquées dans le système sportif, souvent à plusieurs titres (dirigeant et scientifique, sportif entraîneur et président de fédération etc…), et trois non-impliquées dans le système sportif : scientifiques de renommée mondiale, pesant sur la pensée scientifique actuelle.

Personnalités impliquées :
M. Robert Bobin : Président de la Fédération Française d'Athlétisme, ancien Directeur de l'I.N.S.E.P.
M. le Professeur Gallien : Président de la F.N.S.U., Président du P.U.C., Professeur de biologie à l'Université René Descartes (Paris 5)
M. Bernard Grosgeorges : entraîneur national de Basket-Ball
M. Bernard Jeu : Président de la Fédération Française de Tennis de Table, membre du C.N.O.S.F, philosophe, Professeur d'Université
M. le Recteur Magnin : Professeur de pharmacologie à l'Université de Besançon, ancien Recteur et ancien Président du C.N.O.
M. le Docteur Stephan : médecin, entraîneur, membre de la Commission médicale Française d'athlétisme.
Scientifiques non impliqués dans le monde des sports.
M. le professeur Jean Bernard : Membre de l'Académie Française, Président de la Commission Nationale de Bio-Ethique, Professeur de médecine.
M. le professeur J-P. Changeux : neuro-biologiste, Membre de l'Institut, Professeur au Collège de France et à l'Institut Pasteur

8Procédure utilisée :

9Ce recueil d'informations sur les rapports Science et Sport a été varié, comprenant :

  • des auditions sous forme d'entretien semi-directif (durée : 30 à 40 minutes), à partir de trois grands thèmes, à savoir,
    • ce que la science peut apporter au sport,
    • ce que le sport peut apporter à la science,
    • quel sport ? A quel prix ?
  • des auditions réalisées après envoi d'un questionnaire personnalisé afin de susciter l'intérêt de personnes non impliquées dans le système sportif : ce fut le cas de F. Gros, en référence à son dernier ouvrage, La civilisation du gène, et les problèmes que soulevaient ses propos.
  • cette pêche à l'information s'est poursuivie par le recueil de propos issus d'ouvrages ou de cours et conférences au Collège de France : cas des professeurs Jean Bernard et J-P. Changeux.

I - Aspects positifs des rapports entre Science et Sport

10Depuis 1965, le sport au sens d'effort intensif, limite, ne peut se concrétiser positivement que s'il est fondé sur des bases scientifiques, affirme le Professeur Magnin. Mais si la coopération entre scientifique et sportif se fait au bénéfice des deux, toutes les sciences ne se trouvent pas impliquées avec la même intensité ni de la même façon dans le progrès des performances.

Les apports de la Science au Sport

11Leurs variations :

  • 2 Distinction avancée par A.Moles, reprise par le professeur Gallien.

12Ceux-ci varient selon que l'on parle des sciences appliquées ou des sciences fondamentales, des sciences dites "dures" (ex : la physique des matériaux, les sciences du vivant) ou des sciences humaines dites "molles"2. Il convient aussi de distinguer la science de la technologie car celle-ci conduit aussi au progrès des performances par l'amélioration du matériel et des équipements et par l'usage de nouveaux matériaux : perche et barres parallèles en fibre de verre, moteur turbo pour la Formule Un, etc…

13Pour F. Gros, les performances technologiques et médicales rejoignent la performance sportive, la soutiennent ou sont soutenues par elle.

14* L'importance de ces rapports varie aussi selon la nature des sciences impliquées dans le champ sportif ; certaines sont plus présentes que d'autres.

  • 3 H. Hourcade. Le Sport-System. Paris : Ed Syros, 1986.

15* "Les méthodes mises au point par les cadres techniques de haut niveau ne laissent presque rien au hasard. Anatomie, médecine et sciences physiques sont appelées en renfort pour atteindre la perfection du geste et de la condition physique qui culmine dans la victoire ou le record. Les méthodes d’entraînement seraient infaillibles s'il ne persistait parfois quelques impondérables nés des réactions imprévues mais têtues du psychisme individuel. C'est pourquoi l'entraînement moderne recourt aussi volontiers aux techniques psychologiques que techniques".3

16Ainsi, la physiologie et la médecine sont les plus prégnantes (B. Grosgeorges).

17Mais la bio-mécanique est intéressante pour certains sports (Dr. Stephan).

18Historiquement, la médecine, les sciences sociales, l'économie, le droit, sont des disciplines privilégiées et il est fait appel à chacune d'elles selon les besoins. La philosophie, elle, n'est guère acceptée sur le terrain (B. Jeu). Et si les sciences médicales et biologiques sont partout présentes, les sciences humaines et les sciences de l'éducation physique font partie de la culture (Pr. Gallien).

19* Ces apports varient aussi selon que l'on considère le sport de haut niveau ou le "sport pour tous", bien que cette distinction ne soit pas toujours pertinente. Peut-être d'ailleurs vaudrait-il mieux parler de niveaux de performance Ainsi, l'apport des sciences diffère selon que l'on traite d’une pratique physique journalière ou d'une pratique sportive compétitive vivant l'exploit, le record ou la haute performance, c'est-à-dire le sport au sens institutionnel du terme.

20Leurs modalités :

21La science peut-être prestataire de service à plusieurs niveaux. On l'appelle ou elle propose ses services, car "le sport n'a pas le temps de se poser des questions théoriques car tout va trop vite : il a besoin de professionnels : médecins, journalistes, etc… (B. Jeu).

  • 4 Ibid. p.55.

22Michel Hourcade4 ne dit-il pas que "Le sport est une chose trop sérieuse pour être confiée aux sportifs. Dans une société avide de technicité et de performances, experts, spécialistes et techniciens rivalisent pour combler l'athlète, qu'il soit professionnel, amateur ou dilettante, de conseils toujours plus éclairés et de matériels toujours plus perfectionnés.

23La médicalisation du sport est une donnée récente, dont l'essor foudroyant vient combler une lacune grave dans le développement sportif. La technicisation complète de celui-ci tendait à la maîtrise de l'environnement et du matériel et butait contre un obstacle ultime : l'homme. Désormais, l'athlète devient un objet d'étude et de soins attentifs de la part du secteur médical et para-médical".

24Ces prestations de service peuvent être, donc :

  • une aide à l'amélioration de la performance
  • une aide dans la préparation et l'entraînement du sportif : ainsi la science médicale apporte des connaissances fonctionnelles, biologiques sur la respiration (seuil d'hypoxie) et sur les divers métabolismes (nutrition, hydratation, apports vitaminiques, etc…) (Pr. Magnin). Le but de la conception d'un programme d'entraînement est d'obtenir l'amélioration d'une qualité physique déterminée et pour cela on intègre les connaissances scientifiques du moment (Dr. Stephan). Cependant, pour B. Grosgeorges "les connaissances scientifiques ne sont pas utiles d'emblée. On fait appel à la science en cas de malheur, quand tout va bien on s'en passe !" ;
  • une aide dans la sélection, le recrutement des sportifs : études psychologiques sur la motivation du sportif, etc… Pour le Professeur Gros, le conditionnement comportemental est tout aussi important que l'hérédité. L'environnement a même plus d'influence que l'acquis : les entraîneurs, le milieu familial, scolaire, social jouent un rôle déterminant (exemple des handicapés qui deviennent d'excellents sportifs) ;
  • une aide dans l'amélioration des matériaux, des outils techniques nécessaires à l'amélioration de la performance. "Les sciences appliquées au sport et la science des matériaux ont fait avancer le sport, même si celle-ci est sous-tendue par une stratégie économico-commerciale "(Pr. Gallien).

25Pour les professeurs Gros et Magnin, l'objectif de la science est la préservation de la santé (au sens donné par l'O.M.S.), sa maintenance avant, pendant et après la pratique sportive : reconversion, abandon brutal ou progressif.

26Mais la science peut aussi, sans aviser d'application immédiate, tenter d'approfondir les connaissances sur le sport, tenter de comprendre par exemple les mécanismes physiologiques et moteurs liés à la pratique sportive, comprendre les raisons culturelles et sociales du développement du sport, etc… L'incertitude de la science fondamentale se trouve confrontée au besoin de certitude de l'homme de terrain. Les recherches fondamentales du Professeur J.P. Changeux sur le chimisme cérébral et les communications inter-neuronales ont montré le rôle des endorphines et des neuro-peptides sur le seuil de la douleurs, et ces découvertes peuvent éclairer certains comportements d'athlètes en état de haute performance, de record ou d'exploit. De même, la découverte du rôle joué par les "synaptobodies" dans les modèles d'apprentissage, pourrait intervenir dans la compréhension des apprentissages moteurs.

27Les limites de la science :

  • 5 B. Jeu. Analyse du Sport. Paris : P.U.F., 1987, p. 180.

28* dans la compréhension des phénomènes étudiés, la portée de telle ou telle connaissance scientifique. Ainsi "le geste sportif ne se réduit pas à du bio-mécanique. Faire jouer ses muscles et oxygéner ses poumons, n'importe quel animal le fait et on ne dira pas pour autant que l'animal fait du sport"5.

29Les connaissances scientifiques ne sont pas immuables : cas de connaissances donnant de bons résultats sur le terrain et qui devront être révisées ultérieurement - il faut changer les données de l’entraînement tous les quatre ans - (Dr. Stephan).

30Les relations entre la biologie cellulaire et le sport sont encore très modestes. F. Gros donne l'exemple de la biologie moléculaire au niveau des performances musculaires : "il est possible que l'étude de certains gènes qui tiennent sous leur dépendance les protéines de la contraction musculaire puissent apporter des éléments relativement précis. On sait que le travail musculaire agit indirectement sur l'activité de certains gènes, par exemple, la sur-expression de certains gènes chez le rat dans les processus d'hypertrophie cardiaque ou chez les animaux forcés dans l'exercice musculaire" ;

31* dans le choix des méthodes et des moyens mis en œuvre dans l'expérimentation sur le sportif ; ainsi, la science rend certaines choses possibles (exemple, le dopage), elle en limite parallèlement les effets négatifs (Pr. Magnin). La science peut aider à condition que le savant soit doublé d'un humaniste et d'un homme de terrain. En cela, Bernard Jeu rejoint J-P. Changeux qui insiste sur les enjeux philosophiques de toute recherche (surtout lorsque l'on traite du "mind-body problem" des anglo-saxons). Le scientifique ne doit pas utiliser le sportif comme cobaye mais doit l'aider dans la perspective d'une meilleure connaissance (Pr. Magnin). Ainsi, les limites de la science sont souvent des limites éthiques.

Les apports du Sport à la Science

32* Le sportif est entraîné à dépasser ses propres limites en vue d'une performance, d'un record, d'un exploit. Les limites humaines communément admises par la Science, se trouvent ainsi remises en jeu, en cause. "Citius, altius, fortius", devise olympique, caractérise le progrès de la performance depuis plus d'un siècle de sport.

33Le sport fait progresser la science car le sportif est un champ d'expérimentation intéressant pour le scientifique. Par exemple, la physiologie permet de comparer les réactions des malades, des bien-portants de haut niveau : ces connaissances font reculer le seuil de quantité d'entraînement supportable, sans danger pour les individus (R. Bobin).

34Sur le plan médical, le sport s'adresse à des gens en bonne santé et montre jusqu'où vont les limites de l'homme. Et si, le dopage provoque des destructions de l'organisme, il a également des aspects positifs puisqu'il permet d'étudier les limites de la résistance de la cellule (B. Jeu).

35* Le sport interpelle la science :

36- en proposant un modèle d'organisation sportive original : face à la pratique sportive organisée, structurée, limite, la Science est amenée à se poser des questions. Et les sciences politiques juridiques, économiques la philosophie ont à apprendre du sport à travers les sociétés sportives comme modèle de sociabilité et d'organisation autonome (B. Jeu).

37Le sport est une activité humaine comme une autre et son étude peut avoir des retombées scientifiques (Pr. Gallien) :

  • en infirmant les données de la science car si l'activité sportive est une activité humaine comme une autre, elle demeure une activité extra-quotidienne, extraordinaire, et le sportif est amené à transgresser les limites physiologiques assignées par la Science. Le Docteur Stephan donne l'exemple de l'intervalle training où l'activité physique a modifié l'approche scientifique et conduit à de nouvelles connaissances. Sur le plan médical, le sport s'adresse à des gens en bonne santé et montre jusqu'où vont les limites de l'homme.
  • mais le sport peut servir d'alibi ou de prétexte à des demandes de financement de recherche en sciences fondamentales ; exemple de financement de recherche faite par des chimistes belges sur les mouvements des molécules en "s'appuyant" sur le basketball (B. Grogeorges).

II - Aspects négatifs

38Ces aspects se découvrent lorsqu'on décèle un détournement des connaissances scientifiques par le sportif ou des connaissances sportives par le scientifique, ou bien lorsque l'un ou l'autre des partenaires transgresse les limites admises (scientifiques, sportives, éthiques, etc…).

Apports négatifs de la science du sport

39* Le sport cobaye :

40Le scientifique ne doit pas utiliser le sportif comme cobaye mais doit l'aider dans la perspective d'une meilleure connaissance. Le sportif est-il toujours conscient et averti des risques pris par l'application de données scientifiques dans son entraînement ? (Pr. Magnin).

41* La science peut se tromper :

42Le Docteur Stephan donne l’exemple des contre-indications à la pratique du sport pour des symptômes qui ne l'imposent pas (souffle Wolff) et dans ce cas la science est plus abusive que dangereuse ; mais les conséquences peuvent être graves par le retentissement psychologique de ces interdictions.

43* La science ne peut rien apporter :

44Pour la psychologie, je n'ai jamais vu de solution apportée par cette science : 9 fois sur 10, un étranger au terrain qui cherche à décortiquer un problème, en fait surgir d'autres sans les résoudre. On est face à des individus que l'on dit connaître. C'est une démarche plus intuitive que scientifique, tout ce que j'ai pu lire ne m'a rien apporté (Dr. Stephan).

45* La science peut être dangereuse par les excès qu'elle génère, les manipulations diverses qu'elle opère : préparation biologique, transfusion, dopage, etc…

46* La science méconnaît le sport :

47Les universitaires spécialisés dans une discipline scientifique ne comprennent pas la "totalité du sport". Ils n'ont qu'une vision partielle, ponctuelle, réductionniste. Chaque spécialiste a sa clé et prétend ouvrir la serrure interdisciplinaire du sport, et accuse celle-ci d'être mauvaise. Les chercheurs devraient faire l'effort de ne pas se présenter comme des spécialistes. La science doit être à la hauteur de son niveau, avoir une certaine envergure, déborder de sa spécialité. Les scientifiques doivent faire l'effort de comprendre l'objet sur lequel porte leur recherche et distinguer au minimum le sport de l'activité physique, de l'éducation physique et de la culture : exemple des "sociologues du sport" qui mêlent souvent ces différents domaines et prennent plutôt une position de moraliste que de scientifique, comme s'ils avaient "un compte à régler" avec le Sport !… (B. Jeu).

Détournement des connaissances scientifiques par le sport

48Le sport de haut niveau relève de la création artistique ; il est emprunt de magie et il y règne un grand éclectisme. On fait appel à la science en cas d'échec (B. Grosgeorges). La possibilité d'une erreur dans l'utilisation des connaissances scientifiques n'est jamais envisagée spontanément. Il peut y avoir des problèmes d'interprétation dans la divulgation de ces connaissances. Les entraîneurs, quand la science se trompe, continuent d'appliquer leurs recettes - exemple de l'intervalle training avec les données sur les systèmes aérobies et anaérobies ou l'endurance bonne pour tous, etc… (Dr. Stephan).

49Michel Hourcade, dans son enquête sur le "Sport System", constate que l'ensemble des observations quotidiennement effectuées sur de nombreux athlètes, dans des dizaines de pays, a permis l'élaboration d'un corpus médico-sportif qui se traduit par l'existence de termes, de concepts, et de théories spécifiques. Certains d'entre eux tombent rapidement dans la pratique courante et tout sportif quelque peu chevronné est familiarisé avec des expressions aussi banales que récupération, effort, résistance, endurance, fréquence maximale théorique, etc… A son insu, ces différents termes recouvrent souvent des travaux très spécialisés et parfois des controverses d'écoles. C'est ainsi que la subtilité des nuances existant entre endurance et résistance avec lesquelles commençaient à jongler entraîneurs et sportifs a été brutalement remise en cause par de récents travaux. Et l'on déplore la fâcheuse tendance qu'ont certains entraîneurs à transformer ce qui n'est qu'une hypothèse scientifique, en recette immédiatement applicable.

III - Synthèse et prospective

50L'étude des différents rapports qu'entretiennent la Science et le Sport fait apparaître à la fois des convergences d'intérêt dans le progrès de la connaissance scientifique et sportive, mais aussi des dissensions, des conflits, des incompréhensions et des ambiguïtés entre ces deux domaines de savoirs et de pouvoirs, soulevant un certain nombre d'interrogations et de propositions stratégiques dans le cadre de l’établissement d'une véritable politique du Sport en France.

Le sport, pourquoi faire ? A quel prix ?

51"Le sport n'a pas besoin de la science pour avancer, car la vie précède l'intelligence. Le sport est un phénomène total vivant. L'institution sportive se fonde sur l'efficacité et revendique son autonomie. Le sport a toujours ignoré l'autorité des disciplines scientifiques : éternel conflit entre la vie et l'intelligence (B. Jeu). L'homme ressent un besoin pulsionnel d'éprouver ses limites, qu'elles soient morales, intellectuelles ou physiques (F. Gros) et il n'a pas attendu la science pour s'exercer".

52Dans la société, le sport est à la fois un moyen d'expression et un exutoire, ce qui explique que dans certains schémas politiques, le sport soit exploité à des fins stratégiques et que tous les moyens peuvent être bons y compris la science (Magnin). Le sport est un vecteur de santé. En tant que généticien moléculaire F. Gros dirait que le sport est une "libération des gènes". "Le sport est une des expressions les plus complètes avec l'apprentissage intellectuel de ce que l'homme peut faire avec sa volonté ; par rapport à la partie innée de son individu, il est amené à se surpasser, se transformer indépendamment de ce qu'il était héréditairement au départ.

53"Un esprit sain dans un corps sain", c'est vrai sous certaines conditions : celles de rechercher des facteurs d'équilibre et d'harmonie et non des facteurs de compétition (dominance de l'autre).

54"Le sport est utile et rend de grands services quand il montre que l'homme peut dominer des conditions extrêmes et que cela est utile aux non-sportifs. Mais s'il s'agit de fabriquer des robots porte-drapeaux ou des "stars" alors on s'éloigne de l'idéologie humaniste de Pierre de Coubertin. Le sport doit rester un acte gratuit comme le don d'organe. Il doit éviter de se mêler au politique et à l'économique".

55"Si le sport est une tragédie symbolique" (B. Jeu) qui réclame l'affrontement dans le respect de la règle, même si la ruse déplace quelquefois la moralité avec l'accord tacite de tous.

56Ces dimensions individuelle, sociale, culturelle, politique du sport doivent être assumées, mais à quel prix ?

57C'est la société qui fabrique le sportif et la science médicale joue le rôle de frein (Pr. Magnin). Et si le sport pour tous est facteur d'équilibre, le sport de haut niveau présente un caractère invalidant. Et même, si cette pratique est épanouissante pour les athlètes doués de qualités exceptionnelles, cet aspect est toujours limité car les sacrifices sont plus lourds que les bénéfices (Pr. Gallien).

58Pour le Professeur Magnin, le prix à payer de l'apport de la science peut être le dopage. Pour l'éviter, il faut établir des barrières et sauvegarder la disponibilité de l'individu, l'accompagner et non l'assister. Le scientifique ne doit pas utiliser le sportif comme un cobaye mais l'aider dans la perspective d'une meilleure connaissance.

59Pour le Professeur Jeu, il faut s'assurer que les valeurs morales ne sont pas bafouées et que l'argent soutient des contrats loyaux et égaux - l'argent n'est ni bon, ni mauvais, tout dépend de l'usage qu'on en fait-. Il faut s'assurer de la qualité morale des dirigeants et du respect de l'homme sur le plan physique et en rapport avec les données de la Science.

60F. Gros souhaite sauvegarder ce qu'il y a de généreux dans le sport, cet humanisme fondé sur le respect de l'autre et la recherche d’un équilibre personnel. Mais il a l'impression que l'on s'oriente vers une civilisation du sport, au sens ironique qu'il a donné à la civilisation du gène… C’est pour cela qu’il trouve judicieux qu'un Ministère de l'Education Nationale soit chargé de la Jeunesse et des Sports, puisqu'il est responsable de l'accomplissement de l'homme dans sa plénitude.

Quel(s) intermédiaire(s) entre science et sport ?

61La science n'est pas directement assimilable et utilisable. Elle doit être "mise en forme" pour servir de point de repère aux entraîneurs.

62Si le dialogue entre Science, médecin et entraîneur doit être permanent, cela suppose une collaboration étroite et un langage commun. Celle-ci passe par une formation plus complète de l'entraîneur et du médecin sur le plan scientifique et une connaissance du sport plus approfondie par le scientifique. "Dans l'idéal, il faudrait que le même homme puisse mener les deux types de travaux : technique sportive et science ; un entraîneur sans formation scientifique, tout comme un scientifique sans connaissance du sport sont également limités dans ce domaine" (R. Bobin).

63La science peut aider à condition que le savant soit doublé d'un humaniste et d'un homme de terrain (B. Jeu).

64Actuellement, dit le Professeur Gallien, il n'y a pas de chercheur compétitif par absence de formation. Il existe deux catégories de recherche :

  • celles menées par des individus venus de l'éducation physique et du sport, qui ne maîtrisent pas suffisamment les connaissances qu'ils appliquent, et
  • celles réalisées par des scientifiques de métier mais qui se penchent sur l'objet sportif de manière anecdotique pour appliquer une technique qu'ils maîtrisent à un objet qu'ils ne connaissent pas".

65Pour que la science soit utilisée comme fondement ou comme référence intégrée et non comme un alibi ou une référence obligée, pour que le Sport ne soit pas dénaturé, il faut mettre en place des structures pour former :

  • deux types d'intervenants sportifs : médecins du sport et entraîneurs ;
  • des chercheurs en sport.

66Actuellement le C.N.O.S.F. prépare le terrain en organisant des réunions trimestielles où les chercheurs se font connaître par leurs travaux en essayant de parler le même langage et où médecins et entraîneurs se rejoignent pour faire avancer la morale, la science et la philosophie.

67L'Université aurait vocation à mettre en place ce type d'études interdisciplinaires où le savant se doublerait d'un humaniste et d'un homme de terrain.

Problèmes d'éthique

68L'éthique sportive et l'éthique des scientifiques sont-elles compatibles ?

69Pour B. Jeu, "l'éthique du sportif n'est pas l'éthique des médecins. L'homme peut, comme Achille, avoir le droit de choisir entre une vie courte, glorieuse, morale et héroïque et une vie longue et ennuyeuse. Ainsi, le dopage est lié davantage à l'éthique des médecins qu'à celle des dirigeants sportifs".

70"En médecine, il y a ceux qui dopent et ceux qui s'y refusent. Attention à l'excès de moralisme qui peut interdire à la Science de faire les investigations qu'elle veut faire. Mais médecins et entraîneurs doivent bien informer le sportif sur les risques encourus et se liguer pour faire avancer la morale, la science et la philosophie".

71Jean Bernard pose avec acuité le problème du troisième pouvoir, celui de la génétique mais aussi de la médecine et de la science qui tant que découvreur ou inventeur de connaissance, où l'homme peut désormais changer l'homme, et postule pour une bio-éthique.

72J-P. Changeux insiste sur la nécessité de se faire une certaine idée de l'homme avant que la biologie ne s’en fasse en fonction de ses seules connaissances.

73F. Gros pense que "la performance technique et médicale qui rejoint la performance sportive, crée des situations posant le même type de problèmes que celui des limites de la procréation assistée où les médecins et les biologistes ont mis au point, ensemble, les techniques de fécondation "in vitro". Le Comité de bio-éthique est saisi de ces cas limites. En serait-il de même dans une bio-éthique du sport ? Sur quels critères et quelles limites ?"

74"Fabriquer un sportif n'est pas possible actuellement, mais aussi il n'existe pas d'élément pour éliminer cette possibilité".

75"Actuellement, on trouve de grands sportifs partout. Le sport supprime les barrières sociales et ethniques. Et s'il y a plus de sportifs dans certains pays, c'est parce qu'une idéologie d'Etat met tout en œuvre pour cela en dépit du caractère pernicieux et dangereux des procédures".

  • 6 De plus larges extraits des témoignages rassemblés figurent dans le document de synthèse distribue (...)

76Tels sont les grands axes de réflexion6 qui s'imposent à l'issue de cette consultation concernant le rôle et la place de la science.

Notes

1 B. Jeu Analyse du Sport. Paris : P.U.F., 1987.

2 Distinction avancée par A.Moles, reprise par le professeur Gallien.

3 H. Hourcade. Le Sport-System. Paris : Ed Syros, 1986.

4 Ibid. p.55.

5 B. Jeu. Analyse du Sport. Paris : P.U.F., 1987, p. 180.

6 De plus larges extraits des témoignages rassemblés figurent dans le document de synthèse distribue durant la session de l'U.S.E. de Montpellier (voir annexes, p. 1 à 11).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search