Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le Sport et l'école

Débats

Texte intégral

1Robert Denel Le rapport présenté par Patrick Picot nous laisse entrevoir l'ampleur de la tâche qui nous attend. Remercions le, tout d’abord, pour son exposé et passons à la discussion. Qui veut bien ouvrir les débats ?
(…)

2Bernard Blin Il serait intéressant de savoir ce que sont devenus, au plan national, les "contrats bleus" ou les "contrats de ville", notamment les relations des associations avec l'École. De quelle manière cela s'est-il passé et comment cela a-t-il été ressenti de la part des uns et des autres ? Il y a eu une certaine intrusion des associations et la compétence pédagogique n’était peut-être pas toujours au rendez-vous…
(…)

3Gérard Fournier Je voudrais revenir sur deux notions qui me semblent fondamentales : la notion du sport et l'aspect éducatif (…). Soit on arrive à déterminer précisément une certaine nature du sport et on examine si elle a changé, soit on ne lui reconnaît pas de nature spécifique. Pour ma part, je verrais celte nature dans un triangle formé du plaisir du mouvement, du plaisir de dominer les autres, et du problème du jeu. L'activité sportive met alors les individus dans une situation émotive particulière qui les ouvre à des dispositions d'orientation les plus diverses, celles que nous allons considérer comme bénéfiques ou celles que nous allons trouver regrettables. On arrive alors à un second point, l'aspect éducatif et une certaine conception de l'éducation. C'est en ce sens que l’école peut se différencier des clubs et qu'elle peut mener une réflexion spécifique.
(…)

4Jean Houël (…) Soit on définit au départ le sport à partir et à l’intérieur d'un projet moral, c'est-à-dire on inclut dans la définition même la transmission de valeurs, soit on ne l'inclut pas. Et si les interlocuteurs ne partent pas d'une définition commune, s'ils ne s'accordent pas sur un même concept, ils ne pourront s'entendre. Alors peut-être faudrait-il dès le départ savoir quelle définition adopter…
(…)

5Bernard Lacour Je crois qu’il faut avant tout dresser un diagnostic de la situation des différents acteurs de la pratique sportive, et de celle de la réalité de l'école d'aujourd'hui en particulier. Il me semble que l'école repose sur deux éléments : l'éducation physique et sportive, et le sport. La première est une discipline d'enseignement où passent tous les enfants, en principe 5 heures par semaine, la réalité étant, comme nous le savons tous, de 2 heures par semaine, ce qui est déjà un problème. Or, c'est une discipline qui "passe sous la table". (…). C’est sur l'E.P.S. pourtant qu'il convient de mettre l'accent car c’est un enseignement qui se fait partout et pour tous, en amont de tout le reste. Le temps de complémentarité vient ensuite. Il concerne le sport proprement dit.
(…)

6Patrick Picot A propos des "contrats de ville", depuis quatre ans, la F.E.N. a exigé du S.E.F.S. qu'il y ait des évaluations de faites chaque année sur ce qui était mis en place, pour vérifier cette montée d'une manière quantitative et surtout qualitative. Mais on ne peut pas tout attendre de l'Etat et nous n’aurons jamais une évaluation juste et honnête d’un ministère qui lance sa propre action et qui doit apprécier son impact. La véritable évaluation doit être faite par vous, nous, au plan local, au niveau des établissements et départements (…). Car il faut que nous puissions dire, à un moment ou à un autre, notre avis sur l'existence de ces organisations, et que nous ayons un moyen de régulation.

7(…) Il faudrait peut-être avoir une approche systémique du sport. (…) Doit-on vraiment tout définir a priori, alors qu'une démarche autre peut exister, où l'on analyserait ce qui existe déjà, afin de voir les effets qui sont donnés et de réguler ce système par des interventions liées à notre axiologie des valeurs ?
(…)

8Christian Garrabos Le sport est l'alliance du corps et de l'esprit. Où, sinon à l'école, peut-il y avoir un lieu où l'on fera avec bonheur la liaison du corps et de l'esprit ? Ne pourrait-on mettre en place dans le cadre de l'école les conditions d'une mise en évidence des pratiques culturelles, sociales, éducatives, de communication dans lesquelles le sport pourrait être la cheville ouvrière ?
(…)

9René Moustard Je crois qu'il faut rappeler une difficulté de fond à laquelle on se heurte toujours. Pendant des décennies, on a raisonné à partir du schéma où tout part de l'école. Cette attitude engendre le raisonnement suivant. Tant que ce problème ne sera pas résolu, il n'est pas possible d’espérer voir des choses bouger dans le système des activités physiques et sportives. Or, les dix dernières années, on a vu émerger une contradiction pratique de ce schéma théorique : un développement important de pratiques, sous toute une variété de formes, parmi la population indépendamment de ce qui s'est passé dans le même temps à l'école, puisque celle-ci a vu les difficultés s'accroître (problème des horaires, du contenu de l'enseignement, etc…). Il faut donc mettre en correspondance la théorie et la réalité de la vie sociale, car pour pouvoir diriger, c'est-à-dire œuvrer en tant que dirigeant sportif ou éducateur, il faut maîtriser cela.

10Alors, est-ce que tout part de l'école ? Quel est son rôle ? Comment se passe le développement des pratiques à tous les âges ? Voilà des contradictions importantes dans les rapports école/EPS et société.
(…)

11Jean-Michel Delaplace Devons-nous changer les caractéristiques des pratiques sportives pour les adapter aux nouveaux modes de fonctionnement ? Car il y a crise du sport, née du décalage entre les conditions de sa production et le fonctionnement actuel de nos sociétés. Et même les futurs éducateurs refusent un certain nombre de modèles qui, jusqu'à présent, faisaient autorité dans le monde sportif et dans le domaine de l’éducation physique.

12Autre question : le sport fonctionnant sur des modèles originels doit-il être pérennisé dans ses caractéristiques actuelles et en même temps ne risque-t-on pas de stabiliser une société dans ses modes de fonctionnement ? (…). A chaque crise de société, le sport est apparu comme une espèce de modèle salvateur de ces sociétés. Mais faut-il encore s’en donner les moyens… Cette absence de politique pugnace dans l'un ou l’autre mode ou même dans un mode mixte a laissé la place aux spéculations les plus fécondes mais qui, pour le moment, ne font pas apparaître de solutions. Reconnaissons toutefois que le contexte a laissé la place également, et heureusement, aux initiatives qui font preuve d'efficacité, mais qui restent néanmoins localisées et ne font pas l'objet d'une réflexion nationale aboutissant sur un projet d'envergure. (…).
(…)

13Patrick Picot Le problème du décalage entre le mode d'enseignement et la perception de la pratique sportive par les jeunes doit nous inciter à nous interroger sur cette problématique. Une enquête de la Commission EPS a recensé auprès de 3500 élèves un questionnaire sur l'EPS enseignée dans les écoles. La consultation a porté sur un thème plus large puisqu'il a été demandé également aux élèves quelles étaient leurs pratiques sportives. Résultat : 15 % pratiquent en tant que licenciés, 50 % pratiquent une activité physique pas forcément institutionnalisée, et surtout 71 % des jeunes questionnés sur ce que l'EPS doit développer selon leur souhait, ont répondu : permettre "d'être bien", de "se rencontrer", et seulement 38 % souhaitent que l'EPS leur apporte l'enseignement des techniques sportives. Les réponses bien sûr sont à analyser dans le détail, mais c'est une constatation bien réelle quand même (…).

14D'autre part, l'EPS n'a pas que le seul objet sportif à enseigner. Elle s'adresse surtout aux besoins corporels de l'élève ; les activités sportives sont un élément de culture important, mais il n'est pas le seul. Et il est certain que la réalité d'enseignement de l'EPS de 2 heures par semaine, est bien insuffisant.

15Autre point, il doit y avoir une diversification des objectifs lorsqu'on considère les publics scolarisés, car le rôle de l'éducation physique n'est pas le même en primaire, au collège et surtout au lycée.
(…)

16Jean-Pierre Malhaire (…) Le rôle de l'école ne peut être neutre, car tout le monde y passe. Le sport a tout naturellement sa place dans le champ d'application de l'école, sans exclusivité ni monopole. Cela signifie aussi que l'école ne peut agir efficacement qu'en synergie avec les autres institutions qui ont mission de service public.

17(…) Si le rôle de l'école est de permettre à un enfant, à un jeune, d'être dans sa globalité et d'être bien, alors les élèves ont exprimé la seule notion valable (…). La mission de service public de l'école implique qu'elle s'adresse à tous de manière à développer des polyvalences, et c'est peut-être là que le rôle de l'école et celui des clubs peuvent différer l'un de l'autre, car il s'agit avant tout de développer des capacités de choix et d'adaptation plus que des finalisations précoces ou des capacités détectées.
(…)

18Michel Rieu (…) Il faut aussi avoir une approche analytique, tant en gardant à l'esprit cette image globalisante de l'homme. A propos du corps et de l'esprit, on sait bien qu'aujourd'hui, cela ne veut plus dire grand chose. Par contre, il y a des organes qui sous-tendent le fonctionnement de notre ensemble corporel, et ces organes ont des fonctions. Or, on sait bien que les fonctions intellectuelles ont essentiellement comme substrat le cerveau. Et l'on sait aussi que l'école, malheureusement, favorise un fonctionnement du cerveau par l'intermédiaire d'organes des sens que sont les yeux et les oreilles. Par contre, tout l'aspect qu'est la découverte intellectuelle du corps, donc l'image corporelle, par d'autres approches, qui sont motrices, n'existe pas. Et j'irai plus loin, en ajoutant que la connaissance du fonctionnement corporel par l'enfant, et donc par l'adulte, est complètement négligée dans notre société. Autrement dit, le rôle de l'école, pour ce qui est de l'activité corporelle en particulier, doit permettre à cette dernière de s'associer à d'autres activités au sein de l'école. Au moins en partie, l'éducation physique et sportive doit participer à cette forme d'apprentissage de la découverte du corps, sans oublier l’apprentissage minimal du geste technique, afin que l'enfant puisse s'épanouir dans la pratique d'un sport ou d'un autre.

19(…) L'école a donc un rôle essentiel à jouer, mais cela passe par une réflexion non catégorielle, ce qui n'est pas le cas actuellement.
(…)

20Patrick Picot Le professeur Rieu soulève là un point important, qui est de définir le rôle de l'école par rapport aux pratiques et donc de situer le sport dans les pratiques culturelles. Or la FEN a manifesté sa volonté d'être une force de proposition en l’occurrence dans ce domaine. Et dans son dernier projet éducatif voté en 1988, l’un des chapitres prend en compte le corps et l'éducation physique et sportive, dans lequel on a placé les tâches premières de l’EPS, celles d'utiliser la pratique d'activités physiques dans un but d'éducation, se rapportant au corps et à la motricité humaine (…). Enfin, la FEN et le SNEEPS ont été favorables à la mise en place des contrats d’aménagement du temps de vie de l'enfant parce que nous voulons aller vers l'avenir et même, si ce n'est pas aisé à faire partout, c'est l'axe qui doit nous aider les uns et les autres à trouver une nouvelle forme de sociabilité et de sportivité aussi au sein de la cité.
(…)

21Charles Pigeassou Quand on sait que plus de 85 % du volume d’activité en EPS se passe sur certaines familles d'activité : athlétisme, gymnastique, sports collectifs, et quand on regarde ce que cela donne par rapport à une pratique sociale, l'ensemble de ces activités ne recouvre à l'heure actuelle que 25 % du nombre de licenciés. Alors, avec bien sûr les réserves d'usage, ce constat nous interpelle. Car une technique, c'est une façon de dresser un corps face à un environnement, c'est-à-dire de développer une corporéité. Or, aujourd'hui, le champ social développe des modèles de corporéité qui ne sont peut-être plus en accord exact avec ceux que, dans le cadre de l'éducation physique, on essaie de développer. Il y a donc là encore un décalage qui rajoute au malaise.

22Il me semble que la recherche d'une meilleure intégration de l'éducation physique et sportive au sein du système scolaire suppose de conduire une réflexion dans ce sens.
(…)

23Robert Denel Je vous suggère de nous en tenir là pour aujourd'hui. Le thème mériterait à lui seul un colloque (…). Il me semble que nous avons rempli notre contrat en vue de la préparation des Assises Nationales du Sport.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540