Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 2

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 3. Centres de loisirs avec ou sans hébergement : un laboratoire du genre

La fabrique des filles et des garçons dans la sphère des loisirs

Magalie Bacou

Texte intégral

Introduction

1Cet article présente les résultats d’une recherche de douze mois financée par la Région Midi-Pyrénées et une commune limitrophe à Toulouse (A). Elle porte sur l’évaluation des politiques publiques locales, au niveau de l’accès des filles et des garçons aux équipements de loisirs des jeunes (Bacou, 2012). Le bien-fondé de cette recherche repose sur le fait que les politiques publiques ne sont pas neutres du point de vue du genre. Le genre est un concept désignant « le système qui organise la différence hiérarchisée entre les sexes » (Kergoat, 2005 : 94). Il permet de « dénaturaliser la différence des sexes » ; il invite à analyser la construction des rôles masculins et féminins (Thébaud, 2005, p. 62-63). Le genre n’est pas seulement une construction sociale ou le produit des politiques sociales. Il est surtout un des principes qui structurent l’action publique (Ballmer-Cao & Bonvin, 2008, p. 31). Autrement dit, les politiques publiques peuvent contribuer à tendre vers l’égalité des sexes ou bien participer à la reproduction des inégalités.

2Le dispositif méthodologique comprend une quarantaine d’entretiens semi-directifs, 70 heures d’observations et deux études quantitatives menés sur trois territoires de deux communes (la commune A et deux quartiers de la commune B). Ils ont été choisis en concertation avec les acteurs-actrices locaux. Leur spécificité a permis d’observer que les écarts sexués sont identiques, quelles que soient les catégories socioprofessionnelles concernées. L’exposition des résultats s’organise en trois parties consacrées chacune à un type d’activités : sportives, culturelles et artistiques, puis les activités d’animation ou jeunesseS. Outre les statistiques sexuées, elles rendent compte des freins identifiés et donc des leviers favorables au processus de mixité et à l’égalité des sexes dans les loisirs des jeunes.

Dans les activités sportives : 70 % des 8-20 ans sont des garçons

3Le cas du secteur sportif est assez éloquent pour rendre compte de l’inégalité des financements publics selon le sexe des pratiquants. Par exemple, dans la commune A, de 2000 à 2008, on constate une augmentation progressive des subventions allouées par la municipalité aux associations, toujours à l’avantage des hommes. En 2000, la municipalité accorde environ 11 euros à chaque licenciée femme et 21 euros à chaque licencié homme, puis respectivement 13 et 23 euros en 2008. L’augmentation de 2 euros est indépendante du sexe, mais les hommes étant plus nombreux que les femmes, si le total des subventions aux associations sportives a augmenté de 14,4 % entre 2000 et 2008, la somme globale allouée aux femmes n’a augmenté que de 3,3 %, quand celle allouée aux hommes a augmenté de 19,1 %. De plus, la proportion d’hommes parmi les licencié.e.s est passée de 56 % à 60 % sur la même période. Parmi les 8-20 ans, en 2008, la part de filles est encore plus faible que celle de l’ensemble des femmes avec un taux de 30 % des licencié.e.s. Ces proportions sont proches des résultats de l’étude menée par Édith Maruéjouls sur trois communes d’Aquitaine où l’offre associative sportive concerne 33 % de filles (2012, p. 2).

4Dans la commune A, en 8 ans, la hausse de la part des subventions bénéficiant aux hommes s’accompagne de la hausse du nombre de licenciés hommes et de la baisse du nombre de licenciées femmes. On peut donc se demander s’il n’y pas là une relation de cause à effet : l’accroissement des subventions favorisant l’augmentation du nombre de licenciés. En 2000, 70 % de l’ensemble des subventions bénéficient aux hommes qui représentent 56 % des licencié.e.s. En 2008, 73 % des subventions bénéficient aux hommes qui représentent 60 % des licencié.e.s. Ces résultats montrent que l’accès aux ressources financières publiques dans le sport est inégal selon le sexe des pratiquant.e.s. Les écarts observés démontrent la priorité donnée à la pratique masculine dans la politique sportive de la commune.

5Lors des entretiens, l’écart de financement des associations sportives féminines et masculines est justifié par un argument assez récurrent. Par exemple, selon un responsable du secteur jeunesse : « Ce sont surtout des garçons qui veulent faire du sport, donc il y a plus d’associations masculines, alors automatiquement, les subventions sont plus importantes » (avril 2011). Outre le fait que tout choix s’effectue dans un système de contraintes variables selon les individus et le sexe, cet argument ne tient pas. En effet, nous avons vu que la part des subventions bénéficiant à chaque homme est supérieure à la part des subventions bénéficiant à chaque femme. Pour autant, il est vrai que les garçons sont plus nombreux que les filles à pratiquer un sport. N’est-ce pas justement ce dont nous devrions être surpris.e.s ? Pour quelles raisons les filles sont-elles moins nombreuses que les garçons à vouloir faire du sport ? Serait-ce une caractéristique, une appétence naturellement différenciée selon le sexe de l’État civil ? Plus simplement est-ce à dire que les garçons naissent prédisposés à pratiquer du sport alors que les filles naissent prédisposées à ne pas en pratiquer ? Nous pensons qu’il n’en est rien. La socialisation différenciée selon le sexe qui commence très tôt, en revanche, permet d’expliquer les écarts constatés dans la pratique des loisirs. Des écarts qui se creusent à l’adolescence, au moment où la coercition d’une mise en adéquation des comportements genrés avec le sexe devient plus forte.

6Une approche socio-historique du sport rappelle que sa pratique joue un rôle socialisant fort en matière de genre (Guillonnet & Neveu, 2004, p. 40). Nombre de sports collectifs sont nés dans les public school britanniques au xixe siècle, avec un double objectif : discipliner l’énergie des jeunes hommes et affirmer leurs valeurs viriles. Il s’agissait ainsi de faire face à ce qui était considéré comme une menace : l’industrialisation de la société et le féminisme (Elias et Dunning, 1994 ; Mosse, 1997, cité in Guillonnet et Neveu, 2004, p. 40). Un siècle plus tard, le sport s’est imposé « comme un élément naturel de la panoplie masculine » (ibid.). Il constitue un vecteur central de la socialisation virile. Comme le notent Guillonnet et Neveu, « la commercialisation des calendriers des rugbymen professionnels dans le plus simple apparat confirme la tendance à l’assimilisation du corps des sportifs à un modèle de virilité ». Caractérisé par l’organisation des activités compétitives, l’univers du sport implique de lutter pour la première place, de montrer qu’on est fort, qu’on a un beau corps viril, qu’on est un « vrai mec », d’affronter la douleur (sans pleurer) et de manifester un rapport dur et instrumental au corps (Guillonnet et Neveu, 2004, p. 40). La pratique féminine du sport existe néanmoins et celle de la natation, par exemple, était même recommandée au xixe siècle, notamment parce qu’elle respectait la nature reproductrice des femmes (Velez, 2010). Ainsi les sports ont un genre mais l’éventail est moins large pour les femmes. Statistiquement, les plus investis par les femmes sont la danse et la gymnastique, activités censées correspondre aux qualités dites féminines telles que l’agilité, la grâce et la douceur. Pourtant on sait aujourd’hui à quel point la danse classique, par exemple, emblème de la féminité, requiert une maîtrise totale du corps et de la posture. Le simple fait de tenir sur les pointes est une des pratiques qui sollicite le plus de muscles du corps simultanément. En d’autres termes, la classification genrée n’est pas conforme à la dureté et à la difficulté d’une pratique mais à sa proximité avec les attributs de la virilité. Progressivement, les femmes ont commencé à pratiquer des sports collectifs et davantage associés à l’agressivité et au contact (volley, foot, rugby, judo…), euphémisant ainsi le préjugé de la femme fragile parce que mère potentielle. Pour autant, le modèle sportif reste masculin et les danseuses sont bien plus appréciées que les bodybuildeuses qui perturbent les normes de genre (Ayral et Raibaud, 2009, p. 8). C’est donc que ces dernières opèrent encore et le fait que les filles soient plus nombreuses que les garçons à les transgresser montre leur asymétrie. Il y aurait donc plus à perdre du côté des garçons : soupçon d’homosexualité et assimilation à une femme. Car ceci implique de descendre dans la hiérarchie hétéro-sexiste.

7En conséquence, une politique publique globale active favorable à l’égalité consisterait à déconstruire les stéréotypes de sexe à tous les âges. En direction de la jeunesse et dans le secteur sportif, différentes actions peuvent être mises en place pour réduire les écarts et tendre vers une pratique égalitaire. L’analyse annuelle sexuée des bénéficiaires et la prise en compte des résultats dans l’attribution des subventions en est une.

Activités culturelles et artistiques : des loisirs féminins ?

8Les enquêté.e.s considérant que les équipements sportifs profitent davantage aux garçons ne le perçoivent pas toujours comme un problème. Car de leur point de vue, il s’opérerait un équilibrage « naturel » avec, d’un côté, des équipements physiques profitant majoritairement aux garçons, et de l’autre, des équipements culturels profitant majoritairement aux filles. Outre le fait que l’on puisse retirer des apports différents de ces activités respectives et que, justement, cette sexuation éventuelle montrerait la ségrégation sexuée des espaces de loisirs, la question qui s’impose est celle-ci : qu’en est-il en réalité ? Pour le savoir, nous avons exploré trois équipements : médiathèque, centre culturel, école de musique.

Médiathèque : parité des inscrit.e.s

9Les filles représentent 51,5 % des inscrit.e.s (325 filles et 306 garçons) à la médiathèque de la commune A. Elle héberge un club de lecture qui rassemble 20 jeunes de 9 à 15 ans. Lors d’un entretien, le responsable de la médiathèque soulignait que ce club rassemblait une grande majorité de filles. Mais comme stipulé sur le livret du club édité par la commune, le groupe rassemble 11 filles et 9 garçons… une supériorité numérique, somme toute, très relative.

10Afin de comparer plus finement les modes d’utilisation des services de la médiathèque par les jeunes, il serait intéressant de sexuer chaque emprunt en notifiant ce qui est emprunté et à quelle fréquence sur une année, mais aussi de conserver ces données afin de pourvoir effectuer des comparaisons d’une année sur l’autre.

Le Centre culturel : parité des inscrit.e.s aux ateliers

11Parmi les différents ateliers au programme du Centre culturel, cinq concernent les 8 à 20 ans : danse (contemporaine), cirque, peinture/dessin, théâtre et musique amplifiée. Pour plus de lisibilité et afin de comparer, par la suite, les inscrit.e.s à l’atelier musique et celles/ceux de l’école de musique, nous avons rassemblé les quatre premiers et traité l’atelier de musique à la suite. Les quatre ateliers du Centre culturel sont pratiqués par 76 % de filles. Ceci est donc conforme aux représentations sexuées. Pour autant, si l’on ajoute l’atelier musique, l’équipement du Centre culturel ne bénéficie pas à une si grande majorité de filles que cela. Car l’atelier musique concerne 73 % de garçons et rassemble à lui seul autant d’inscrit.e.s que les quatre autres ateliers (50 %).

12Au total, les cinq ateliers du Centre culturel de la commune A rassemblent 72 filles et 69 garçons en 2010. Par conséquent, cet équipement est paritaire au niveau des pratiques qui se déroulent en son sein (51 % de filles). Toutefois, les filles et les garçons sont inégalement répartis selon le type d’atelier. 73 % des inscrit.e.s au Centre culturel se concentrent dans deux ateliers : l’atelier danse contemporaine (23 %) largement féminisé avec 31 filles et 1 garçon et l’atelier musique amplifiée (50 %) majoritairement masculin, avec 52 garçons et 19 filles (soit plus des deux tiers de garçons). De surcroît, l’atelier danse concerne les plus jeunes de 8 à 13 ans, tandis que l’atelier musique amplifiée concerne tous les âges jusqu’à 20 ans, quel que soit l’instrument pratiqué. De même, l’analyse de la répartition des inscrit.e.s selon les âges dans les quatre premiers ateliers (danse, cirque, peinture/dessin, théâtre) montre que les 14 ans et plus y sont rares. À l’instar des travaux d’Édith Maruéjouls (2012), on observe ainsi un décrochage des filles autour de 13 ans des pratiques culturelles et artistiques. Ce décrochage apparaît aussi entre 10 et 11 ans : nous sommes donc dans la tranche des 10-13 ans correspondant à l’entrée en sixième.

13Dans les entretiens effectués auprès de groupes de filles (12-14 ans), l’arrêt de la danse est justifié par l’appréciation faite par leur entourage. Selon elles, la danse évoque systématiquement le fameux « tutu rose » et même si elles pensent que cette image est ridicule car réductrice, elle participe de leur désintérêt, de leur démotivation à l’égard de cette pratique peu valorisée, voire dévalorisée. Certaines disent même dissimuler parfois le fait d’avoir fait de la danse. Elles ne s’en vantent pas… à leur âge.

14Le Centre culturel est donc un équipement tout à fait paritaire au regard de l’ensemble des inscrit.e.s aux ateliers. Mais en regardant de plus près, on s’aperçoit d’une part qu’il y a une sexuation de certains ateliers et, d’autre part, que les ateliers paritaires (cirque, peinture/dessin, théâtre) concernent peu de jeunes. En outre, la parité ne signifie pas que les pratiques professionnelles y sont automatiquement affranchies des stéréotypes de sexe.

École de musique municipale : des inscrit.e.s majoritairement masculins

15Au sein de l’école de musique, six instruments sont pratiqués par les les 8-20 ans : clarinette, flûte à bec, guitare, orgue et percussions. Presque deux tiers des 8 à 20 ans inscrit.e.s à l’École de musique sont des garçons. La moitié des filles fait de la flûte traversière, l’autre de la guitare. L’éventail des instruments pratiqués par les garçons est plus large, mais presque deux tiers d’entre eux jouent de la guitare. Ces résultats corroborent ceux d’autres recherches sur la sexuation des activités « musique », comme celles effectuées en Aquitaine (Barthaburu et Raibaud, 2011). Ainsi, la flûte traversière est principalement une activité féminine tandis que la guitare est majoritairement une pratique masculine ; l’orgue et les percussions sont exclusivement pratiqués par des garçons. Il est notable que l’écart entre le nombre de filles et de garçons inscrit.e.s à l’École de musique (+ 21 garçons) est moins grand que l’écart observé dans l’atelier musique amplifiée du Centre culturel (+ 33 garçons).

16En conséquence, la supériorité numérique des garçons dans les activités sportives (70 %) n’est pas compensée par celle des filles dans les activités culturelles et artistiques (51 %). De plus, la mixité voire la parité des jeunes masquent parfois une sexuation des activités organisées. Qu’en est-il du côté des activités d’animation pour les jeunes ?

Les activités d’animation ou jeunesses des 8-20 ans : un public très majoritairement masculin (78 %)

17Les activités jeunesses ont été étudiées à partir de deux dispositifs : les Accueils jeunes et les Stages multi-activités organisés par les services jeunesse municipaux. Ces deux dispositifs touchent 78 % de garçons. Le public des Accueils jeunes est composé par 73 % de garçons et la tranche d’âge la plus représentée est celle des 14-16 ans (123 jeunes). On observe une utilisation sexuée de ces structures : alors que les garçons vont plus facilement venir et rester sur le lieu, les filles viennent pour une chose en particulier, faire une activité précise, trouver de l’aide face à un problème spécifique, puis repartent. Quant aux Stages multi-activités organisés durant les vacances scolaires, ils concentrent la plus forte proportion de garçons, à hauteur de 82 %. La participation féminine baisse à deux reprises, comme pour les activités culturelles et artistiques : de 11 à 12 ans, puis dès 13 ans. Plusieurs éléments freinent le processus de mixité dans ces activités de loisirs.

Un aménagement des accueils jeunes clairement à destination de garçons

18Les Accueils jeunes se présentent comme une seule pièce : très ouverte avec des coins plus ou moins aménagés. Cependant, plusieurs travaux ont montré que, de par la socialisation différenciée, les filles et les garçons ne s’approprient pas les espaces de la même manière (Kebabza et Welzer-Lang, 2003 ; Magne, 2010). Les garçons se sentent plus légitimes que les filles dans les espaces publics ouverts et collectifs tandis que les filles privilégient les espaces clos en petits groupes. Pour avoir envie d’aller et de rester dans ces structures, il faut s’y sentir bien. La socialisation différenciée selon le sexe entraîne un rapport différencié au corps. Car le corps occupe une place centrale dans la construction du genre (Guillaumin, 1978 ; Bourdieu, 1980). L’esthétisation et l’érotisation qui pèse surtout sur les corps féminins soumet les filles à la pression de l’évaluation physique visuelle, au jugement d’autrui, en particulier masculin, pouvant limiter leur capacité à se mouvoir sans gêne dans un espace ouvert, et ce, quel que soit leur degré de conformité avec les standards dominants de la beauté féminine. En effet, la période de l’adolescence avec le changement des corps, la plus grande place faite à la sexualité et aux relations entre pairs, peut être un passage délicat. Si l’on considère que la pratique d’un sport contribue à développer une bonne appréhension de l’espace et permet de se sentir bien dans son corps, parce qu’on le connaît, parce qu’on le met en mouvement et qu’il n’est pas un simple vecteur esthétique, alors on peut penser qu’il est logique de retrouver seulement 27 % de filles dans les Accueils jeunes aménagés ainsi, lorsque seulement 30 % des 8-20 ans pratiquant un sport sont des filles.

Incohérence dans les postures et pratiques professionnelles

19La pluriprofessionnalité des équipes, telle qu’elle s’exerce, constitue une entrave à l’optimisation des accueils jeunes. Celle-ci est souvent considérée comme une source de richesse pour le travail collectif. Son intérêt réside dans la complémentarité des compétences professionnelles des animateurs-animatrices et des éducateurs-éducatrices à laquelle elle est censée conduire. Est-ce ainsi que cela se passe ? Au terme de cette recherche apparaissent davantage les inconvénients que les avantages de la pluriprofessionnalité des équipes. Plus exactement, ce qui devrait favoriser la richesse du travail réalisé constitue une entrave à la cohésion des pratiques professionnelles, en rendant opaques, voire contradictoires, les messages pédagogiques transmis auprès des jeunes. Des référentiels différents sont en présence, selon le type de formation suivie et la sensibilisation aux stéréotypes de sexe ou plus précisément selon le « régime de genre » et les dispositions sexuées de chaque membre d’une même équipe (Connell, 1987 ; Le Feuvre, 2003 ; Mennesson, 2009). La cohérence de l’équipe au niveau des postures et des pratiques professionnelles est la première condition nécessaire à l’instauration d’un lien de confiance avec les jeunes filles ou garçons. Sans cette confiance, les liens sociaux ne peuvent se nouer et les missions confiées être correctement remplies. L’absence de confiance des filles participe de leur faible présence au sein des Accueils jeunes, en particulier lorsque des membres de l’équipe vivent sur le même quartier qu’elles.

20Par conséquent, éviter l’incohérence pédagogique et les conflits professionnels requiert une culture de l’égalité commune. Si une formation commune à l’égalité est nécessaire, pour être efficace, elle demande d’être accompagnée de deux changements. D’une part, un accroissement du niveau de formation professionnelle en Animation permettrait le développement d’une capacité réflexive et l’adoption d’une posture professionnelle intégrant, notamment, ses deux fonctions socialisatrices opposées : la « normalisation » et l’éveil de l’esprit critique (Besnard, 1982). D’autre part, accroître la reconnaissance des compétences professionnelles est incontournable. Comment ? Par l’accroissement du niveau de formation requis et en évitant la naturalisation des compétences nécessaires à l’exercice du métier, selon l’appartenance de sexe, l’origine ethnique ou encore les pratiques culturelles, le lieu d’habitation, la classe. Une naturalisation des compétences dont témoigne la division sexuelle du travail.

La division sexuelle du travail

21Il s’opère une division sexuelle du travail conforme à celle observée dans les accueils de loisirs, avec majoritairement des animatrices qui encadrent des activités manuelles et des animateurs qui encadrent des activités physiques (Bacou, 2004). Ceci résulte bien davantage d’une mise en conformité des comportements avec les attentes sexuées réelles ou supposées des enfants et des jeunes, des familles, des collègues et de la direction, que (de compétences sexuées résultant) d’une socialisation différenciée et bien sûr, en aucun cas de l’existence de compétences naturellement différentes chez les femmes et chez les hommes. Pour les personnels d’animation, adopter des pratiques conformes à leur genre est une manière de bénéficier d’une reconnaissance sociale, à défaut d’une reconnaissance professionnelle des compétences nécessaires à l’exercice du métier qu’ils/elles jugent insuffisante (Bacou, 2010, p. 147-170). On observe aussi la présence d’une majorité de femmes pour l’encadrement des enfants les plus petits et d’hommes pour l’encadrement des plus grands, ce qui est en lien avec une certaine hiérarchisation symbolique des structures dans l’animation. En outre, lorsque s’ajoutent des tâches périphériques ou annexes (comme aller faire des courses) qui, par définition, sont moins valorisées que l’encadrement des activités, elles sont le plus souvent assignées aux animatrices. Or assigner « un groupe social à un certain nombre d’activités, de capacités, d’attitudes, de qualités (ou de défauts) uniquement en raison de son appartenance à un sexe (ou une “race”) » est ce que l’on nomme du sexisme (ou du racisme) (Kandel, cité in Gillet et Raibaud, 2006, p. 14). Lorsqu’elle s’exerce, cette division des rôles participe de la reproduction des stéréotypes de sexe et donc d’une socialisation des jeunes à l’asymétrie des sexes (ibid.). En effet, si les animateurs et animatrices n’encadrent pas les mêmes types d’activités, s’ils/elles ne se partagent pas les mêmes tâches, comment peuvent-ils/elles favoriser la présence des filles dans des activités de loisirs traditionnellement considérées comme masculines ? Et inversement, comment peuvent-ils/elles favoriser la présence des garçons dans des activités traditionnellement considérées comme féminines ? Quelle légitimité offrent-ils/elles à la transgression des normes de genre ? Ou plus simplement, à l’égalité des sexes dans les activités de loisirs ?

Prédominance d’activités physiques et sportives orientées vers la compétition et la performance

22La mixité peut être accrue par une diversification des activités proposées en consultant les jeunes filles et garçons pour cela. Mais surtout en revoyant les objectifs des activités sportives. Dans les Stages multi-activités en particulier, le cadre d’intervention des équipes est censé être toujours celui des loisirs avec ses trois fonctions : la détente, le divertissement et le développement (Dumazedier, 1988, cité in Bacou et Raibaud, 2011, p. 56). En réalité, les activités proposées sont principalement des activités physiques et sportives. Dès lors, elles se présentent moins comme des supports destinés à mettre en œuvre les projets éducatif et pédagogique (Bacou, 2010) et davantage comme une finalité en soi. C’est-à-dire que le projet pédagogique implicite est réduit au développement de la performance à acquérir dans une activité physique ou sportive. D’une part, ceci réduit le champ d’action de l’animation. D’autre part, ceci place le secteur enfance jeunesse en concurrence avec le secteur sportif dont l’objectif réside principalement dans la performance et la compétition, soit une concurrence de fait, remportée par les associations sportives.

23Les professionnel.le.s qui viennent du monde du sport ont une vision des loisirs différente de celles du monde de l’animation et de l’éducation populaire. La compétition est plus valorisée chez les premiers, la participation et le plaisir occupent plus de place chez les seconds. Or compte tenu de la socialisation différenciée quant au rapport aux activités physiques et au corps, l’expérience des garçons à la pratique, ne serait-ce qu’au sein d’une association sportive, est plus importante que celles des filles. Le déroulement des ateliers décourage la participation des filles présentes. Soit elles sont exclues car présumées moins performantes que les garçons ; soit on met en doute leur identité lorsqu’elles se révèlent meilleures que les garçons. Elles deviennent alors des « garçons manqués » lorsque ce n’est pas l’identité des garçons moins performants qui est remise en cause. Les moyens donnés aux professionnel.le.s (personnels de direction, d’animation et éducateurs-éducatrices) sont insuffisants pour qu’ils/elles puissent mener une réflexion commune et adopter un positionnement pédagogique clair. Par exemple, un des objectifs de l’animation pourrait être de donner confiance aux jeunes filles et garçons, en leur montrant que ce n’est pas la performance qui donne la légitimité à chacun.e d’être présent. e dans cet espace public de loisirs. C’est parce que cet espace de loisirs est public qu’il y a une place pour chacun. e, indifféremment de son niveau de performance et de son sexe.

Conclusion

24La fabrique des filles et des garçons s’opère donc par l’organisation d’une offre inégalitaire. Les équipements de loisirs bénéficient à une grande majorité de garçons. Seules les activités culturelles et artistiques sont paritaires, alors que la part des filles y est surestimée. Mais nous avons vu que la sexuation s’opère en interne. En outre, les activités jeunesses sont les plus masculines, notamment parce que l’offre des activités est marquée par le genre masculin (VTT, boxe, graff, sports d’opposition…). Elle est orientée vers les garçons que l’on croit canaliser avec des activités sportives, dans un climat de performance et de compétition. La mixité est un processus (Fortino, 2002) qui peut aller vers une féminisation, une masculinisation ou une parité plus ou moins stabilisée. Certains discours témoignent de l’inconstance de la proportion de filles et de garçons sur une même activité (hip-hop, par exemple). Car plus que le type d’activité proposé, ce qui est déterminant pour l’égalité tient davantage aux pratiques professionnelles, à l’ambiance, à l’accueil et au traitement réservé aux filles et aux garçons. La mixité est un moyen ; l’égalité est bien l’objectif. Le degré de mixité est un symptôme permettant d’interroger cette égalité.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ayral Sylvie et Raibaud Yves (2009), « Les garçons, la mixité et l’animation », Agora Débats/Jeunesses, no 51, p. 43-58.

Bacou Magalie (2004), « La mixité sexuée dans l’animation », Agora Débats/Jeunesses, no 36, p. 68-74.

——— (2010), « Parcours sexués et processus de professionnalisation dans les métiers de l’animation en accueils de loisirs », Thèse de doctorat de sociologie, Université Toulouse II.

——— et Raibaud Yves (coord.) (2011), « Introduction : Mixité dans les activités de loisir. La question du genre dans le champ de l’animation », Agora Débats/Jeunesses, no 59, vol. 3, p. 54-119.

——— (2012), « Mixité, parité, genre et lutte contre les discriminations dans les politiques publiques : le cas des espaces et équipements publics destinés aux loisirs des jeunes », Rapport de recherche, Financement : Région Midi-Pyrénées et une commune, 144 p.

Ballmer-Cao Thanh-Huyen et Bonvin Jean-Michel (2008), « Les politiques du genre : transformations et perspectives », in Ballmer-Cao Thanh-Huyen, Engeli Isabelle et Muller Pierre (dir.), Les politiques du genre, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques politiques, p. 18-34.

Barthaburu Marie-Christine et Raibaud Yves (2011), « Ségrégation des sexes dans les activités musique et danse. L’exemple d’une commune dans la périphérie de Bordeaux, Agora Débats/Jeunesses, no 59, vol. 3, p. 65-78.

Besnard Pierre (1982), L’animation socioculturelle, Paris, PUF, Que sais-je ?.

Bourdieu Pierre (1980), Le sens pratique, Paris, Éditions de minuit.

Connell Robert (1987) Gender and Power : society, the person and sexual politics, Standford University Press, Standfort, Californie (Etats-Unis).

Dumazedier Joffre (1988), Révolution culturelle du temps libre, 1968-1988, Paris, Méridiens Klingstieck.

Elias Norbert et Dunning Eric (1994), Sport et civilisation, la violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Fortino Sabine (2002), La mixité au travail, Paris, La Dispute.

Guillaumin Colette (1978) « Pratiques du pouvoir et idée de Nature (1). L’appropriation des femmes », Questions féministes, no 2, Les corps appropriés (Février 1978), pp. 5-30, Nouvelles Questions Féministes et Questions Féministes.

Gillet Jean-Claude et Raibaud Yves (Éds.), Mixité, parité, genre dans les métiers de l’animation, Paris, L’Harmattan, coll. Animation et Territoires, p. 87-103.

Guillonnet Christine & Neveu Erik (2004), Féminin/Masculin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, coll. U.

Kandel Liliane (2005), « Sexisme, la loi peut-elle interdire le “positif discriminant” ? », La lettre d’Espaces Marx, no 18, septembre.

Kebabza Horia & Welzer-Lang Daniel (2003), « Jeunes filles et garçons des quartiers. Une approche de genres », Rapport réalisé avec le soutien de la Délégation Interministérielle à la Ville et la Mission de Recherche Droit et Justice.

Kergoat Danièle (2005), « Rapports sociaux et division du travail entre les sexes », in Maruani Margaret (dir.), Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 94-101.

Le Feuvre, N. (2003) « Le “genre” comme outil d’analyse sociologique », in D. Fougeyrollas-Schwebel, C. Planté, M. Riot-Sarcey et C. Zaidman (dir.), Le genre comme catégorie d’analyse : sociologie, histoire, littérature, Paris, l’Harmattan, p. 39-52.

Magne Josette (2010), Quelle place pour les filles en prévention spécialisée ? Étude auprès de deux équipes de prévention spécialisée en Seine-Saint-Denis, Paris, L’Harmattan, coll. Travail du Social.

Maruéjouls Édith (2012), « La mixité filles/garçons dans les loisirs des jeunes », Rapport de recherche intermédiaire Mixité, Parité, Genre dans les équipements et espaces de loisirs destinés aux loisirs des jeunes, 8 p.

Mennesson Christine (2009), « Régimes de genre et dispositions : un modèle pour penser l’articulation collectif/individuel », in Cardon Philippe, Kergoat Danièle et Pfefferkorn Roland, Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe, Paris, La Dispute.

Mosse Lachmann George (1997), L’image de l’homme. L’invention de la virilité moderne, Paris, Le Seuil.

Velez Anne (2010), « Les filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université d’Angers.

Auteur

Docteure en sociologie, associée au Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir, CERTOP-CNRS [UMR 5044], Équipe SAvoirs, GEnre et rapports Sociaux de SExe, SAGESSE

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search