Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le Sport et l'école

I. Quelques références fondamentales

Synthèse des auditions

Patrick Picot

Texte intégral

1Les éléments qui suivent s'inspirent des données rassemblées par les responsables d'auditions. L'exposé reprend les points qui nous semblent essentiels.

Responsables d'auditions :
- Francis Carrie,
Secrétaire National
Fédération de l'Éducation Nationale (F.E.N.)
- Dominique Trigon,
Syndicat National des Instituteurs et des Professeurs d'Enseignement Général des Collèges (S.N.I.P.E.G.C.)
- Patrick Picot,
Secrétaire Pédagogique du S.N.E.E.P.S.

2Nous tenterons d'aborder, dans cet essai de synthèse, les thèmes qui semblent constituer les points principaux d'une problématique sur la question : "Quel rôle pour l'école ?"

  1. Valeurs et éthique du Sport : les modèles de référence,
  2. Sport et comportement des enfants et des jeunes : évolution historique et sociologique,
  3. Quelle éducation sportive ? Place de l'E.P.S.,
  4. Liaison école-pratique physique et sportive ; problèmes de rythmes scolaires.

3La Commission devra aborder cet immense champ de réflexion lors de la présente Université d'été. Pour préparer, ce rapport nous avons sollicité un assez grand nombre de personnalités investies dans le secteur considéré. C'est à partir de cette esquisse que nous tenterons de faire apparaître les éléments forts de discussion.

1) Valeurs et éthique du sport : les modèles de référence

4La mise à plat des différentes positions relatives à cette question est indispensable pour l'ensemble des travaux sur la question de l'avenir du sport. Elle doit permettre de passer d'un regard nostalgique sur ce qui n'est plus à ce que nous souhaitons résolument construire pour demain.

5Dans nos sociétés modernes, les valeurs et les modèles changent, s'entre-choquent, émergent. Que percevons-nous comme valeurs fortes et comme modèles pour la jeunesse d'aujourd'hui ?

6Les valeurs humanistes du Sport peuvent-elles résister au modèle "libéral" qui bouscule les habitudes et les certitudes du mouvement sportif ? La réponse n'est pas simple à formuler.

7Il n'est sans doute pas souhaitable de se satisfaire d'un comportement protectionniste et conservateur. Il nous faut affirmer dans ce rapport qui se noue entre l'École et le Sport quelles sont les valeurs et les modèles qui peuvent être communs de manière à élaborer une nouvelle éthique sportive. Celle-ci est imbriquée dans une culture et dans une morale, ainsi que dans un projet de société.

2) Évolution historique et sociologique

8Le rôle de l'École par rapport au Sport et aux valeurs a été longuement abordé respectivement par Pierre de Coubertin et par Durkheim.

9L'École, surtout en France avec sa tradition judéo-chrétienne, n'a pas toujours été sportive. Tout au contraire, le sport était considéré comme une dépense inutile, un jeu, une distraction qui ne pouvaient prendre place aux côtés des occupations sérieuses... Il aura fallu bien des années pour que les hommes politiques, les médias, la médecine et l'ensemble de la société reconnaissent qu'il comporte une expression morale et une action formatrice sur les individus.

10L'institution scolaire n'a été chargée d'une mission d'Éducation Sportive" qu'après la formulation des instructions officielles de 1967. Pour certains, l’École était bien un lieu allié avec le Sport pour une raison d'Etat, celle de redonner à la France une jeunesse sportive performante (après l'échec des Jeux Olympiques de Rome).

11Si hier, l’École était bien un lieu d'initiation et d'apprentissage, il faut reconnaître qu'aujourd'hui la majorité des enfants de l'École primaire pratiquent plus à l'extérieur de l'École que pendant les séances d'E.P.S. "La jeunesse est déjà sportive". Alors, reste-t-il encore une mission pour l'École ? Comment doit-elle se concevoir ?

3) Ce qu'est l'Éducation Sportive

12Au sein de son Projet Éducatif, la F.E.N. a intégré cette dimension dans la diversité des objectifs éducatifs pour la formation de l'Homme, du citoyen et du travailleur.

13Le service public d'Éducation doit offrir à tous les jeunes cette éducation qui permet l'intégration sociale. Mais sommes-nous tous d'accord pour affirmer que l'École doit aussi réduire les inégalités (d'origine et de conditions) et ne pas se soucier uniquement de l'élite (même sportive) ?

14Partageons-nous cette conception libératrice de l'École qui, en matière sportive, doit davantage rechercher à développer des potentialités que de se limiter à un entraînement précoce ? Le système scolaire est souvent accusé de tous les maux, mais au niveau du Sport, il est clair que l'École ne saurait être tenue pour responsable de bien des déviations actuelles.

15Quel est le projet éducatif des hommes politiques, des responsables du mouvement Sportif, des médias ? La définition d'une Éducation Sportive impose une clarification conceptuelle du Sport.

16Doit-on le réduire à une organisation institutionnalisée des pratiques corporelles (je vous renvoie aux analyses de Pierre Parlebas) ? Faut-il l'encenser de toutes les valeurs de la compétition (perspective envisagée par Bernard Jeu) ? Doit-on encore le considérer comme un concept polysémique recouvrant l'ensemble des pratiques et activités physiques comme le conçoivent généralement les anglo-saxons ?

17Les rapports entre l'École et le Sport se placent au niveau d'une discipline d'enseignement et de son référent culturel. Or, l'épistémologie de l'Éducation Physique et Sportive se rapporte bien à deux objets rappelés dans les instructions officielles de 1986 :

  • connaître et permettre d'accéder aux activités physiques et sportives ;
  • développer l’ensemble des potentialités de la conduite motrice et participer à la réalisation de sa personnalité.

18L'Éducation Sportive est donc partie intégrante de l’E.P.S. Elle s'adresse tant au niveau de l'objet culturel (le Sport, les activités physiques) que de la personne (son goût, son esprit...). L'École offre par ailleurs une logique d'enseignement de la Maternelle à l’Université, où les contenus sont définis en rapport avec les besoins des jeunes.

19L'éducation sportive permet de développer des compétences transdisciplinaires comme le goût de l'action individuelle et collective, la solidarité, la responsabilité, une stratégie de réussite...

20Nous devons souligner que les représentations négatives du Sport et de ses phénomènes de violence, de commerce, d'argent, de dopage, creusent un fossé entre le Sport fédéral et le Sport dit "scolaire". Doit-on se diriger vers deux entités contradictoires, l'une aseptisée et l'autre sociale ? A l'image de l'U.N.S.S. (Union Nationale du Sport Scolaire) et de l'U.S.E.P., ne devons-nous pas avoir un projet éducatif de la pratique Sportive ? Ce projet peut-il exister et vivre enfermé au sein de l'École ?

4) La liaison École-pratique sportive. Les problèmes des rythmes scolaires

21Depuis 1983, nous avons dû, les uns et les autres, prendre position sur la question de l'aménagement des rythmes scolaires. La position la plus facile consistait à tout dénoncer et ne rien proposer.

22Certains ont opté pour l'innovation, le changement, l'ouverture au risque de l'expérimentation.

23Aujourd'hui, la question reste d'importance et elle paraît totalement piégée.

24Les conséquences de la décentralisation nous placent dans une position plus proche de nos voisins Européens et bousculent nos habitudes de centralisme étatique tout puissant.

25Mais notre culture et nos structures restent jacobines sur ce terrain des rythmes scolaires, l'enfant est encore loin d'être au centre des débats. L'ensemble des partenaires s'affrontent pour le marché.

26Rares sont les collectivités où, après une large concertation, un véritable projet d'aménagement met en cohérence les différents aspects et crée une nouvelle dynamique locale.

27L'École n'a plus le monopole de l'Éducation, surtout au niveau des activités culturelles : (Art, Musique, Sport...). Elle doit s'ouvrir à d'autres pratiques éducatives et favoriser un aménagement des rythmes de vie de l’enfant. Mais des structures de régulation doivent aussi permettre de contrôler les riques de dérive.

28Le service public ne doit-il pas être le garant et l'animateur de projets qui puissent fédérer le mouvement associatif pour une pratique de qualité ouverte au plus grand nombre ?

29L'École, au sein de la cité, n'est-elle pas le lieu privilégié où différents partenaires (parents, élus, mouvement associatif, enseignants, éducateurs...) pourraient se concerter pour définir leur politique éducative et culturelle ?

30Au delà de l'enseignement, qui relève de sa responsabilité (l'E.P.S.), le système éducatif doit concevoir un réseau d'intervention plus large que la spécificité scolaire.

Le rôle de l'École pour l'avenir du Sport

31Dans le jeu des institutions pour élaborer des solutions d'avenir, le système éducatif ne peut pas tout faire.

32Certains spécialistes pensent même qu'il est plutôt reproducteur dans ses modalités de fonctionnement.

33Dans notre conception, l'Education.ne doit pas tout déterminer, ni modeler. Nous pensons cependant que c'est par la puissance créatrice et dynamique de la jeunesse que la culture d'une société se transforme.

34L'École doit donc investir dans la formation et le développement des compétences pour que des changements surviennent. C'est à l'ensemble des partenaires sociaux de définir une autre politique sportive. Celle qui œuvre pour un enrichisement de la personne, par une pratique diversifiée selon les aptitudes, les besoins et les goûts des individus.

35Au delà de ses fonctions politiques, économiques et sociales, le sport doit devenir une expression culturelle créatrice de valeur et d'humanisme.

36C'est en rapport avec un tel projet que l'École peut trouver un sens à sa propre responsabilité pour participer à une Éducation Sportive.

37Cette éducation sportive va bien au delà de l'accès ou de la mise en pratique. Elle doit viser le développement de toute la personne, donner le goût du jeu, de l'action et de la confrontation.

38Une autre idée du Sport doit faire émerger chez les différents partenaires un état d'esprit privilégiant la formation des jeunes et non la production première de résultats.

39Le service public d'Éducation et de la jeunesse et des Sports possède, en ce domaine, une responsabilité pour aider le mouvement sportif et tous les partenaires à ouvrir une réflexion sur l'avenir du sport.

40Voici les axes majeurs autour desquels nos débats doivent apporter une formulation plus détaillée, grâce à la confrontation des points de vue.

Auteur

Secrétaire Pédagogique du SNEEPS

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.