Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le sport et sa spécificité médiatique

La presse complice du sport, pour le meilleur et le pire

Jacques Marchand

Texte intégral

1A la question "Le sport doit-il affirmer plus fermement sa spécificité médiatique ?", la réponse est oui et non.

2Premier constat, la clientèle sportive est plus attachée à la rubrique sportive de son quotidien d'information (36 %) qu'elle ne l'est à une presse spécialisée (12 %).

3Le journaliste de sport est lui-même un journaliste d'information comme un autre et pourtant, parce qu'il est un médiateur évoluant dans un milieu passionnel, il a, plus que tout autre, un rôle formateur lié à sa mission d'informateur.

4Après un rappel historique, sur la mise en place, dès le début du siècle, de la trinité "Sport-Médias-Argent" avec le lancement du Tour de France, François-Henri de Virieu analyse les perturbations que l'avènement de la télévision a amenées dans le système économique mis en place : " Dès lors, tout devient vendable dans le stade et tout se vend".

5Roland Faure, membre du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, constate que l'éthique sportive est menacée par la télévision, mais constate aussi qu’il existe une télévision qui respecte le sport et participe à son développement.

6Dans leurs différents témoignages, les journalistes insistent sur le fait que le sport est un élément social lié à la vie d'une ville, d'une région et d'une nation et que, dès lors, il ne peut s'isoler de son contexte.

7En conclusion, dans son dernier Livre Blanc, l'U.S.J.S.F. (Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France) répond en partie à la question posée par l'Université Sportive d'Eté en préconisant pour le journaliste de sport une formation basée sur une triple culture : d'abord la culture générale, ensuite la culture professionnelle (spécifique au journalisme) et la culture sportive (spécifique au journalisme de sport). Si le sport veut prétendre renforcer sa spécificité médiatique (qui existe déjà), il peut rechercher une presse qui lui soit propre, mais aussi qui soit propre et indépendante pour rester crédible. Parce que seule une presse crédible est elle-même la garantie de la sincérité de la compétition sportive.

Le Sport et sa spécificité médiatique
Ce rapport introductif a bénéficié des témoignages et déclarations de François-Henri de Virieu, Roland Faure, Jean-François Brisson,
Eugène Saccomano, Christian Bindner, Michel Bihan,
René Espana, Noël Couedel et Christian Quidet.

8A la question posée "Le Sport doit-il affirmer plus fermement sa spécificité sur le plan médiatique et juridique ?", nous estimons que seuls les médias peuvent répondre et argumenter sur le plan médiatique et les juristes du sport sur le plan juridique.

9Nous présentons d'abord le rapport sur le plan médiatique, ce qui nous amène à aborder une situation brûlante d'actualité car la communication est aujourd'hui essentielle à la vie et au succès de toute entreprise, faisant appel au grand public et surtout à un public universel, comme c'est parfois le cas en sport.

10Si on ramène dans un premier temps et dans le temps, c'est-à-dire depuis sa naissance, le problème à cette question : "Le sport doit-il avoir une presse spécifique ?", notre réponse, qui relève d’une longue étude des journalistes sportifs eux-mêmes, est à la fois positive et négative. Ce n'est pas pour autant une réponse de Normand : "peut-être bien que oui, peut-être bien que non" ; c'est tout le contraire, "ce n'est pas oui ou non, c'est oui et non".

11D'abord, pour fixer les idées, ou mieux encore les habitudes, nous rappelons une statistique de l'I.P.S.O.P. publiée en 1988 pour le compte de la préparation olympique. A la question posée aux Français : "Êtes-vous lecteur d'un journal ou d'une revue sportive ?" Oui : 12 %, non : 88 %. Donc, premier constat en France, la presse spécialisée sportive a une clientèle plus modeste que des pays voisins comme l'Italie, l'Espagne, le Portugal.

12Deuxième question posée aux Français : "Avez-vous l'habitude de lire régulièrement la rubrique sportive de votre quotidien ?" Oui : 36 %, non : 64 %. Donc, la clientèle sportive est située pour les médias.

13Les mêmes proportions se retrouvent avec plus d'amplitude pour la presse audio-visuelle, sans aucun doute le sport est traité et est reçu comme un fait d'actualité dans un bulletin d'informations générales, mais il prend un caractère spécifique avec les retransmissions de compétitions montées en spectacle, d’abord par le son avec la radio et ensuite avec l'image par la télévision.

Recherche et rejet de spécificité

14René Espana, l'actuel Président de l'U.S.J.S.F., consulté au nom de l'association, après avoir souligné la complexité du problème et donné une définition de la spécificité, selon le Robert : "propriété de présenter des caractères constants et bien nets", se réfère au Livre Blanc de l'U.S.J.S.F. de 1975 pour en citer différents passages.

15D’abord, pour rappeler que la presse sportive n’est pas spécifique, au moins sur un point. "Elle ne diffère pas fondamentalement de la presse d'information générale. Les objectifs des éditeurs sont les mêmes dans toutes les formes de presse et ils se définissent essentiellement par les meilleures sources de diffusion".

16Autrement dit, un journal de sport, comme tout autre journal, est un produit commercial, qui est conçu et fabriqué pour se vendre.

17François-Henri de Virieu explique :"Le sport intéresse la télévision, média de spectacle par excellence. Il "fait de l'audience", préoccupation apparue vers le milieu des années 60, lorsque le gouvernement a introduit le ver de la publicité dans le fruit de la télévision de service public, et qui est devenue obsessionnelle, lorsqu'il a autorisé la création des télévisions commerciales vers le milieu des années 80".

18La télévision va payer et payer cher. Elle se remboursera auprès de ses annonceurs auxquels elle vend le spectacle sportif. Elle apporte au sport un autre moyen de récupérer de l'argent, par son balayage électronique, qui diffuse toutes les images de panneaux publicitaires, d'inscriptions sur les maillots, les chaussures, les valises des soigneurs. Ce qui fait dire à François-Henri de Virieu la phrase que je citais au début du rapport. "Dès lors, tout devient vendable dans le stade et tout se vend".

19L'importance de la télévision est aussi soulignée et consolidée par les statistiques fournies à l'Assemblée du C.N.O.S.F. par Roland Faure, membre du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Il rappelle d'abord que 95 % des Français ont la télévision (81 % en couleur), 73 % la regardent tous les jours et lui consacrent en moyenne 20 heures par semaine.

20Pour Roland Faure, chargé de présenter en octobre prochain un rapport au C.S.A. sur le mariage "Sport et Télévision", et compte tenu aussi des scènes de ménage encore mal contrôlées qui surgissent, l'éthique sportive est menacée et il cite à titre d'exemples : "le projet de partager en quatre le match de football pour en valoriser les recettes, l'invasion à la télévision de sports qui n'en sont pas, les commentaires qui s'en prennent aux arbitres, le chauvinisme et la violence qui deviennent spectacle".

21Autre témoignage, celui de Jean-François Brisson, ancien rédacteur en chef du Figaro, ancien athlète et spécialiste de Pierre de Coubertin auquel il a consacré un ouvrage, qui déclare dans son rapport sur les "valeurs de l'olympisme" qu'il a adressé à notre Université : "Les jeux, qui ont toujours été la grande affaire du C.I.O., sont devenus aussi une bonne affaire depuis que, magnifiés par la télévision, qui en a centuplé l'audience et le retentissement, ils ont fait progresser d'autant les ressources des organisateurs désormais aux prises avec la tentation de privilégier le spectacle" François-Henri de Virieu est encore plus direct dans son jugement : "le sponsoring n'est pas du mécénat, c'est un acte de vente. Il doit contribuer à l'activité commerciale de l'entreprise et se révéler rentable. Argent, médias et sport ne forment pas une trinité égalitaire. C'est l'apparition de la télévision qui a rendu possible le nouveau système et qui est en train de dénaturer le sport, de transformer ceux qui le pratiquent et d'enrichir ceux qui l'organisent. C'est la présence des caméras qui fonde l'événement".

22La télévision pourtant ne mérite pas d'être accablée de tous les maux. Roland Faure lui rend justice en dégageant, dans son exposé, ce qu'il appelle "l'influence bénéfique provoquée par une incitation à la pratique sportive et à l'initiation de sports peu connus. Les images suscitent également des vocations. L'influence, c'est aussi, précise-t-il, des commentaires objectifs de journalistes et les appréciations pertinentes des spécialistes. Bref, il existe une télévision qui respecte le sport".

Qu'en pensent les journalistes ?

  • 1 La Presse Sportive, par Jacques Marchand avec la collaboration de l'USJSF, Editions CFPJ, collecti (...)

23Avant que la question soit posée dans le cadre de l'Université d'Eté, les journalistes ont réfléchi à ce problème de spécificité, en essayant de définir et de caractériser leur rôle et leur mission. Les propos recueillis dans l'ouvrage La Presse Sportive1 sont assez significatifs. Certains repoussent toute idée de spécificité du journalisme sportif. Eugène Saccomano (Europe 1) précise "On doit appréhender l'information sportive de la même façon que l'information politique ou générale. Personnellement, je pense qu'il n'existe pas de journalistes du sport, mais des journalistes tout court".

24Christian Bindner (France Inter) est un peu plus nuancé et il pousse plus loin l'analyse : "Dans l'expression Journaliste de sport, il y a d'abord le mot journaliste. Le sport n'est qu'une spécialisation dans une profession qui obéit à des règles spéciales".

25Le Président de l'U.S.J.S.F. évoque ensuite un chapitre concernant le journaliste de sport et la recherche de sa responsabilité. Il cite :"Le journaliste de sport est presque toujours appelé à pratiquer l'analyse critique. Il le fait selon des règles professionnelles communes à tous les journalistes, mais dans certaines conditions spécifiques au monde sportif'.

26Quelles sont ces conditions spécifiques, qui nous plongent au cœur du sujet ? "L'information sportive a un rôle formateur naturel. Non que le journaliste de sport se croit investi d'une mission de formation ; l'information bien faite lui suffit. Mais, à la place où il se trouve, il est forcément un médiateur de choix entre pratiquants, dirigeants, entraîneurs, arbitres, spectateurs, lecteurs, auditeurs, téléspectateurs. Si l'information, par définition, est toujours formatrice d'opinion, en sport, la relation est directe entre tous les éléments concernés par le média".

27On peut aussi ajouter que l'un des caractères spécifiques du sport est son ambiance passionnelle, à laquelle le journaliste ne parviendra à échapper que s'il maîtrise parfaitement son métier. Il doit, le plus souvent, gérer sa passion personnelle pour le sport, ou pour un sport, mais aussi gérer celle des autres.

Rappel historique

28Sans reprendre l'Histoire de la complicité permanente du sport avec le journalisme sportif, puisque leur développement a été mené de front et que l'un a automatiquent entraîné l'autre, nous devons faire cependant un rappel historique qui éclaire la situation actuelle. François-Henri de Virieu s'en charge dans son style direct, lorsqu'il reprend notre thèse en puisant ses sources au niveau de la création du Tour de France en 1903. "Avant même que le sport n'ait véritablement commencé à se développer, Henri Desgranges venait d'inventer la communication sportive moderne. La presse ne se contentait plus de raconter l'événement ; elle le créait de toutes pièces pour mieux le raconter. Henri Desgrange venait de créer un événement qui dure un mois mais dont on parle pendant un an. Un demi-siècle avant que la télévision ne fasse entrer le spectacle dans les foyers, la trinité sport-médias-argent faisait son apparition.

29Soixante ans plus tard, elle allait changer toutes les règles du jeu, faire basculer la compétition musculaire dans l'ordre économique, autrement dit dans la culture dominante des sociétés développées. Elle faisait monter sur les podiums de la fortune des produits, des entreprises, des villes, des nations et une nouvelle race d'hommes : les médiacrates du stade.

30Conçu selon des impératifs commerciaux et médiatiques, le sport devenait attractif par les gains de chacun. Sportif, organisateur, média et sponsor allaient pouvoir engranger. A la préoccupation de l'être se substituait celle de l'avoir, sans qu'on ait l'exacte prescience du dévoiement ainsi amorcé. Notre complexe médiatico-sportif va lier par un sorte dérivation verbale, exploit et exploitation".

31François-Henri de Virieu rappelle les faits suivants. Autrefois, le sport était dans les stades, sur les routes, dans les champs, sur les montagnes ou sur la mer et on sortait de chez soi pour le pratiquer et pour le voir ; aujourd'hui au contraire, on reste chez soi, puisque c'est lui qui vient à nous et nous fait un spectacle à domicile sur notre écran de télévision.

32Le sport dans son évolution va accumuler des ressources. Parce qu'il attirait et séduisait les foules, on a construit des stades, dont l'entrée est devenue payante. Dès qu'il y a eu recette, les acteurs du spectacle étaient fondés à demander son partage d'où la naissance du professionnalisme. Première ressource qui en a entraîné une seconde. Le public sportif est devenu une cible rêvée pour la publicité, qui a utilisé le terrain et a fait du sport un espace privilégié pour les produits et les entreprises souhaitant se fabriquer une image plus jeune et plus dynamique. Le sport est entré dans le système économique pour les firmes, mais aussi pour les Etats. De la publicité, on peut passer évidemment à la propagande. Avec l'internationalisation des compétitions, les nations se rendent compte que leurs athlètes sont devenus des drapeaux vivants et elles ne manqueront pas de leur apporter leur soutien, leurs encouragements, leurs subventions. Troisième ressource.

La Télé surgit

33La quatrième, découverte, plus récente apparaît sous la forme des droits de télévision pour les retransmissions en exclusivité.

34La dimension supplémentaire apportée par le journaliste sportif, à une époque où le sport est souvent devenu spectacle, réside dans un esprit critique, entendu au sens de "critique de spectacle", qui se montre sévère parfois avec un sport miné par l'argent et le dopage, enthousiaste souvent avec les personnages hors du commun que sont les champions, lucide toujours pour ne pas être dupe".

  • 2 Ouest-France a le plus fort tirage et la plus forte vente (765 740 exemplaires de la presse quotid (...)

35Michel Bihan (Ouest-France) apporte son expérience du journalisme régional, le plus important…sur le plan national2. "Par la diffusion du sport dans toutes les couches socio-professionnelles et toutes les couches d'âges (un fait nouveau), le journaliste peut aller à la rencontre de populations diverses. Par l'imbrication du sport dans la vie d'une ville, d'une région ou d'un pays, le journaliste de sport est de fait polyvalent. Il aborde les problèmes de société (violence dans les stades), les problèmes politiques (choix budgétaires, naturalisations, réfugiés), des problèmes économiques… Ouvert au monde, il est régulièrement sollicité par des réalités terre à terre : chauvinisme, nationalisme. Être au cœur des contradictions lui permet de relativiser et de forger son jugement".

36Noël Couedel énonce, pour sa part, les quatre principes qui doivent dicter la politique du quotidien sportif (L'Equipe) dont il est le responsable rédactionnel :

  1. valoriser les temps forts de l'actualité ;
  2. traiter le sport dans toutes ses dimensions ;
  3. remplir une mission de service public ;
  4. assurer le confort du lecteur.

37C’est donc la définition, selon notre confrère, de la spécificité d'un journal sportif spécialisé, mais ses principes s'éloignent-ils beaucoup de principes valables pour des quotidiens d'information générale ? Ce n'est pas sûr.

38Enfin, Christian Quidet (Antenne 2) reconnaît les obligations d'une chaîne de service public vis-à-vis de l'ensemble du sport, sans négliger les grands événements pour son prestige et son audience. Mais il déplore que "trop de dirigeants considèrent la télévision comme une vache à lait et entendent s'en servir avant tout pour drainer et gagner de l'argent". Il déplore également que "certaines fédérations deviennent les otages de la télévision et laissent mutiler leurs principes et même leurs règlements pour satisfaire à ses exigences".

Conclusion : une formation basée sur trois cultures

39Notre conclusion sera empruntée une fois de plus aux deux "livres blancs" publiés par l'U.S.J.S.F. en 1975 et en 1990.

40Celui de 1975 répondait à la question de spécificité dès les premières lignes de son préambule. "Le journaliste spécialisé en sport est d'abord un journaliste comme les autres. Il est ensuite un journaliste pas comme les autres. Il n'y a pas plusieurs façons d'exercer cette profession, ni plusieurs techniques. Pourtant, le journaliste de sport est considéré comme un professionnel d'un type particulier, un peu marginal, parfois dédaigné comme la matière qu'il traite et pour laquelle il se passionne toujours, mais aussi envié pour la vie active qu'il mène, parce qu'il voyage beaucoup, parce qu'il est à la fois un informateur, un reporter et un critique. Dans le jugement porté sur lui, le journaliste suit le destin de l'éducation physique et du sport avec lesquels il est largement confondu par tous ceux qui ne le voient que de l'extérieur".

41La réponse à la spécificité de la couverture médiatique du sport est encore plus fortement contenue dans le dernier chapitre du Livre Blanc de 1990 consacré au "Journaliste de sport demain".

42Demain, et déjà aujourd'hui, en fonction de toutes les remarques faites et des analyses proposées, le journaliste de sport doit recevoir une formation basée sur trois cultures.

  1. Une culture générale acquise par des études universitaires poussées dans les domaines les plus divers, mais obligatoirement vers une connaissance et une pratique des langues (anglais en priorité et d'autres, si possible), mais il faut aussi connaître l'actualité sous toutes ses formes : économique, politique, sociale, scientifique.
  2. Une culture professionnelle sur les techniques de la communication et de l'information acquises par expérience parfois, mais plus sûrement au départ par une formation ou des stages dans des écoles ou dans des centres de perfectionnement.
  3. Une culture sportive que le journaliste obtient le plus souvent par ses propres moyens, par ses lectures, ses recherches personnelles et ses contacts avec les athlètes et les techniciens, s'il n'a pas la chance de bénéficier d'initiatives prises en ce domaine par les instances de sa profession. Ce qui arrive encore trop rarement, mais arrive tout de même…

43Quand le journaliste de sport aura assimilé ces trois cultures, il pourra seulement assumer sa contradiction qui le fait être à la fois un journaliste comme les autres et pas tout à fait comme les autres, donc un peu plus que les autres.

44A ce prix et à ce prix seulement, le sport peut prétendre renforcer sa spécificité médiatique et disposer d'une presse originale, qui lui soit propre et qui soit propre, indépendante donc, sans pour autant s'isoler du monde social dans lequel il évolue et se développe.

45L'essentiel passe par la conscience et la formation des journalistes. Si le sport entend, par spécificité médiatique, exercer plus fermement un contrôle de la presse spécialisée, il commet une erreur fatale. Il se condamme à plus ou moins longue échéance. Car la soumission de la presse sportive aux puissants et aux puissances dirigeantes, politiques ou économiques ferait perdre auprès du public toute crédibilité au sport spectacle. Seule une presse crédible est elle-même la garantie de la sincérité de la compétition sportive.

Notes

1 La Presse Sportive, par Jacques Marchand avec la collaboration de l'USJSF, Editions CFPJ, collection "Connaissance des médias".

2 Ouest-France a le plus fort tirage et la plus forte vente (765 740 exemplaires de la presse quotidienne française).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.