Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Rôle et place de l'argent

Débats

Texte intégral

1Jean-Michel Martin Voilà tout un ensemble d'éléments qui vont nous permettre d'engager les échanges. Je vous demanderai simplement de faire des interventions assez brèves, de façon à faciliter les débats. Abordons d'abord le thème de l'argent.
(…)

2Christian Garrabos Dans les clubs et dans les fédérations, les questions d'argent sont constamment à l'ordre du jour. On est tenu à un certain nombre de comptes similaires à ceux des entreprises. Il y a les recettes et les dépenses (…). Dans le cas du domaine sportif, il me semble qu'un dirigeant choisit son ordre de priorité, en étudiant d'abord soit ses dépenses, soit ses recettes. Malheureusement, le poste des dépenses est souvent négligé, alors qu'il devrait y avoir une liaison entre les deux plans.

3Doit-on avoir les moyens de ses ambitions ? Doit-on se donner les moyens de ses ambitions ? Généralement, les dérives financières observables dans le domaine du sport montrent que ces questions sont rarement posées et rarement développées dans leurs conséquences.
(…)

4Jean-Paul Beugniot Mon activité professionnelle s'inscrit dans le Marketing U.A.P. et je suis également vice-président de la F.F.B.B. Je souhaite faire trois observations.

5La première a trait à la distinction que vous faites entre professionnalisme et amateurisme. Vous utilisez l'idée d’opposition pour identifier deux formes de sport caractéristiques. J'aurais tendance à lui préférer le terme de cohabitation. Pour vivre ces expériences au quotidien, je suis parfaitement à l’aise pour vous dire que ces deux références - que sont l'amateurisme et le professionnalisme - s'accommodent bien l'une avec l'autre dans un contexte économique de développement du sport (…).

6Ma deuxième remarque concerne le bénévolat. La considération à caractère économique de salariat qu'on doit y apporter ne fait pas de doute (…).

7Il me semble que l'univers de perception sociale et affective du dirigeant bénévole est resté le même depuis plusieurs décades (…). Il n'a pas besoin de hiérarchisation. Ce sont les considérations mutuelles et respectives qui sont de nature à amener ces dirigeants vers un objectif commun (…).

8J'aurai, pour terminer, une troisième remarque à exprimer. Je voudrais vous rassurer, si besoin était, sur la capacité du mouvement sportif à gérer les effet et les conséquences économiques qui sont dûs à la pénétration de l'argent. Les dirigeants ont suffisamment appris à gérer le sport qui coûte pour savoir apprendre à gérer le sport qui rapporte.
(…)

9Jacques Ferran René Moustard est très vite passé sur la question préalablement posée : l'argent dénature-t-il le sport ? Il me semble qu'il faudrait ouvrir un dossier, en prévision des Assises Nationales, à propos de ce thème. On tâcherait d'identifier des faits, des événements pour lesquels l'intervention de l'argent aurait effectivement eu une incidence - positive ou négative - sur le développement du sport (…). L'imposition du tie break en tennis a été réalisée pour la retransmission télévisée. De même, si les futurs Jeux Olympiques de 1994 ne se tiennent pas à Athènes mais dans telle ou telle ville du Canada, des Etats-Unis ou de l'Australie, c'est sûrement que les intérêts commerciaux l'auront emporté (…). Je pourrais vous en dire long, également, sur la localisation de la prochaine Coupe du Monde de fooball. L'intervention de l'argent modifie le sport dans ce qu'il est.
(…)

10Jean Elsensohn Je m'inscris en faux sur ce que vient de dire Jacques Ferran à propos du tie break en tennis. La raison qu'il avance a peut-être eu une incidence sur cette décision, mais la raison principale est autre. L'évolution récente du tennis se traduit par une égalisation du plus haut niveau. Il est fréquent qu'un l00ème joueur tienne tête ou batte un des meilleurs mondiaux, par exemple. Sans cette solution, les matches et les tournois seraient interminables. Le tie break est favorable aux retransmissions télévisées mais il est surtout profitable aux joueurs eux-mêmes.
(…)

11Charles Pigeassou Je ferai simplement deux remarques. Elles n'appellent pas de réponse particulière. J’ai l'impression que le monde sportif a un certain nombre de préventions à l’égard de l'argent. Le sport est sans conteste un fait culturel. Or, d'autres domaines culturels sont traversés par l'argent - pour ne pas dire imbibés par l’argent - et ils ne le vivent pas pour autant de la même façon. Le théâtre, les beaux-arts, le cinéma n'excluent pas l'argent. Vous en conviendrez avec moi (…).

12Le second élément que je voudrais indiquer concerne la notion de flux financier. Dans une société où bien des domaines sont réguliers - ou régentés - par l'argent, ce n'est pas le rejet de l'argent qu'il faut invoquer mais plutôt, me semble-t-il, le contrôle de cette régulation.

13De ce fait, j'ai l'impression qu'il faut que nous décalions nos axes d'investigation et de réflexion.
(…)

14Ernest Gibert Le sport est une pratique sociale et il est touché par l'argent. Par ailleurs, le sport a-t-il une spécificité ? Il est important que nous parvenions à y répondre car le thème dont nous débattons aujourd'hui est sans doute lié, en partie tout au moins, à la réponse qu'il conviendra de fournir (…).

15Nous devons également définir une politique générale (…). Le sport vise à une réalisation sociale qui n'est pas facile à évaluer dans les termes de l'économie classique. De même, il utilise largement des moyens qui, pour être humains, sont eux aussi difficilement quantifiables. Les spécialistes sont d'accord à ce propos. Le calcul social est compliqué puisqu'il faut - ou il faudrait - établir les rudiments d'une comptabilité socio-économique du sport. Aujourd'hui, même dans le secteur des services, les avis ne sont pas accordés. Ceci étant, il n’est pas exclu de parler d'une rentabilité sociale du sport.
(…)

16Pierre Collomb L'argent est avant tout un moyen d'échange. On donne de l'argent contre quelque chose. Le temps des illusions est passé, si l'on a cru jadis que celui qui donnait de l'argent n'avait rien à dire. Qui donne attend une contre-partie. C'est dans ce sens qu'il y a contrat (…). Dans cette perspective, il me semble que le mouvement sportif doit savoir ce qu'il peut - ou ce qu'il veut - échanger. Très précisément. Nous retrouvons là l'idée d'une politique générale. Faute de quoi, on lui demandera tout, en contre-partie de cet argent.

17Je me montre volontiers schématique mais il m'apparaît important de ne pas négliger ces aspects.
(…)

18Jean-Michel Martin Puisque le temps passe, je vous propose d'envisager plus précisément les deux autres thèmes de travail.
(…)

19Pierre Collomb Je veux bien ouvrir les échanges à propos du rôle des sportifs. La questions des sportifs de haut niveau mériterait à elle seule une réflexion nuancée et détaillée.

20On fait souvent le reproche aux athlètes français de ne pas avoir celle lucidité, à l'instant décisif, qui leur permettrait de s'assurer la victoire… Les athlètes y font allusion. L'un deux me le rappelait un jour (…).

21Il y a une contradiction flagrante dans le statut du sportif de haut niveau, entre la déresponsabilisation qui est la sienne dans la vie de tous les jours et la suresponsabilisation qui le caractérise dans l’instant de la compétition. Dans ce dernier cas, le prestige de la représentation nationale pèse sur ses épaules. L'exposé de Jean-Jacques Hazan rend bien compte de cette dualité.
(…)

22Hervé Legal Dans sa communication, J.J. Hazan ne fait pas référence à la notion de club mais toujours à la relation entre fédération et athlète de haut niveau. Il me semble qu'il faut que l'athlète adhère à son club, qu'il apprenne dans son club. Pourquoi ne pas mieux intégrer le club dans le contexte du sport de haut niveau ?
(…)

23Michel Rieu Attention aux simplifications abusives. Je connais encore des athlètes de haut niveau qui sont des personnages hautement responsables et éminemment solides. Mais d'une façon générale, je suis étonné de l'aspect immature, irresponsable de certains sportifs, comparés à la population du même âge, dans d'autres catégories sociales. C'est un problème majeur d'environnement, de contexte dans lequel évolue l'athlète (…). La dépendance qui existe entre l'entraîneur et l'athlète me paraît très forte, en règle générale, dans le domaine du sport français de haut niveau. Cette impression mériterait vérification, bien sûr. La place de l'entraîneur me paraît aboutir souvent à une réduction de la liberté du sportif. Mais, encore une fois, mon point de vue doit être nuancé en fonction des observations et des enquêtes de terrain.
(…)

24Yves Lair Je voudrais revenir un petit peu en arrière, sur le thème des rapports du sport et de l'argent (…).

25Le sport vend une image dynamique. C'est une forme de notoriété. La médiatisation à outrance, par contre, introduit un déséquilibre. Si 5 % seulement de la population des pratiquants sportifs sont concernés, j’ai bien peur que la totalité de l'argent qui revient au sport n'aille systématiquement à cette petite frange, au détriment des 95 % restants (…).

26En fait, on pourrait se livrer à un petit test et arrêter des passants dans la rue. Demandez-leur de citer un grand club de basket-ball français. Ils citerons sans doute Limoges. Si vous demandez un second club, peut-être se souviendront-ils des exploits de Villeurbanne ou de "Clermont". Ou d'Orthez, me souffle à l'instant mon ami Lambert, parce qu'il est palois… Mais, ils auront vite épuisé leurs connaissances. Je veux dire par là que la médiatisation et l'argent liés à la médiatisation font écran dans les deux sens de l'expression. Ils montrent et ils cachent tout à la fois. Ils cachent en effet tous les clubs ou toutes les disciplines qui évoluent dans un environnement plus "confidentiel" (…).

27Ne faut-t-il pas réfléchir à une garantie minimum à destination des associations ? Faute de quoi, une politique d'image exclusive introduit un glissement démagogique. Les communes, les départements, les régions ont-ils vraiment un "retour" par rapport à l'argent - public - investi dans telle ou telle opération ? La pratique de masse interdit-elle la définition d'une image positive ?
(…)

28Bernard Lacour J'interviendrai sur les dirigeants. Quelques idées formulées hier et aujourd'hui me gênent. Yves Jarrousse faisait allusion hier après-midi à l’obligation pour un dirigeant de club d'exercer également des responsabilités fédérales ou encore au sein d'une ligue, d'un comité… J'entends dire aussi : "Ce n'est pas possible qu'un président de club ou de fédération soit un véritable dirigeant s'il n'est présent qu'un jour par semaine "… etc, etc…

29Dans le premier cas, je dirai que les dirigeants ne savent pas toujours déléguer. Bien des tâches pourraient être confiées à d'autres membres du bureau. Dans le second cas, on pourrait imaginer des responsables de club, voire des responsables de fédérations qui se fassent assister d'administratifs compétents, dûment rémunérés (…). C'est difficile d'être élu associatif. De la même façon, c’est difficile d'être élu politique. Un maire ne peut pas tout savoir, à lui seul. Il a autour de lui tout un encadrement compétent. Néanmoins, c'est lui et ses élus qui déterminent la ligne politique communale (…)

30Plutôt que d'envoyer les dirigeants en stage de ceci ou de cela, ou de leur demander d'être 24 heures sur 24 à leur poste de responsabilités, peut-être faut-il qu'ils aient les moyens, avec des gens autour d'eux, de promouvoir une ligne directrice. Voilà ce que doit être une ligne politique forte.
(…)

31Jean-Michel Martin C'est intéressant d'établir un rapprochement entre l'engagement associatif et l'engagement politique mais on ne peut pas aller jusqu'au bout dans le raisonnement. Les élus politiques ont des moyens ; ce n’est généralement pas le cas pour les élus de clubs.
(…)

32Bernard Lacour Oui, mais lorsque je fais allusion à une recherche des moyens, ou plus exactement à une réflexion collective sur la recherche des moyens et sur la reconnaissance publique, sociale, du travail accompli par les clubs, je me dis qu'il y a sans doute quelque utilité à prolonger concrètement cette comparaison.
(…)

33René Moustard J'essayerai de réagir par rapport à deux formules qui ont été utilisées en cours de route. Je retiendrai trois points dans mon intervention.

34Le premier renvoie au sens. Quel est le sens du travail dans lequel nous sommes engagés, et pour faire en sorte qu'il progresse dans la bonne direction ? Ce qui se dit ici, c'est qu'il faut dépasser les visions simplistes qui orientent trop souvent les comportements et les attitudes. Le mouvement sportif a ceci de caractéristique : il n'a jamais mis la réflexion à la hauteur de sa pratique (…). Je ne vous apprends rien à ce sujet Vous connaissez la figure souvent utilisée : d'un côté, les hommes de terrain et de l'autre les faiseurs de discours… Il y a une tendance à sous-estimer le travail de réflexion qui seul produit du sens et une explicitation du sens (…).

35Je reprends maintenant la question du sport et de l'argent. Ce sera mon second point d'intervention. Il faut éviter de confondre deux aspects : l’argent et l'économie. Nous sommes arrivés à un moment de la réflexion qui permet d'aller plus loin dans la théorisation du fait sportif.

36On peut distinguer trois types de rapport à l'économie. Il y a d'abord le marché. C'est le fonctionnement du système social qui conduit à mettre en relation l'offre et la demande pour qu'il y ait production, échange, consommation. Il y a évidemment plusieurs marchés spécifiques qui structurent le sport. Le second type de rapport à l'économie est plus difficile à expliciter. L'argent n'est plus seulement un simple moyen d'échange. Il devient à lui-même sa propre finalité. Il est autonome, et c’est en ce sens qu'il peut engendrer le sport-spectacle, par exemple. Mais il y a également toute une partie du champ sportif qui n'est pas réglée par les lois du marché. Elle se situe dans des rapports non marchands : c'est un troisième type de rapport à l'économie. Faute de distinguer entre ces différents plans, on s’interdit de réellement clarifier le débat. Il est indispensable de revoir dans le détail tous ces aspects.

37Quelle spécificité ? J'aborde ici le troisième point annoncé. Il prolonge directement l'aspect précédant. Ce qui fait, me semble-t-il, la forme de spécificité du sport, doit être examiné, identifié.

38Dans le cadre de notre journée de travail c'est surtout à propos du sport de haut niveau que cette question de la spécificité me préoccupe. Il faut que l'on fasse le point de la spécificité de l'époque. Le sport d'aujourd'hui comme celui d'hier n'existe pas de par sa propre nature. Ce n'est pas quelque chose d'intemporel qu’il s'agirait de régénérer, de temps à autre. Néanmoins, la réalité du sport actuel est caractérisée par deux aspects majeurs : la borne du sport de haut niveau et la borne du sport récréatif. C'est nouveau. Entre ces deux extrêmes, il existe un vaste ensemble intermédiaire. L'institution sportive continue de gérer le niveau intermédiaire tandis qu'elle est progressivement dépossédée de son pouvoir sur les deux autres plans. Le sport de haut niveau et le sport récréatif se développent chacun selon sa propre logique (…). Voilà la spécificité du sport contemporain.

39Poser des questions sur la spécificité du sport, c'est, entre autres choses, s'interroger sur la structuration de ces différents niveaux (…).

40Pour en revenir à la question de l'athlète de haut niveau, ne faut-il pas proposer plutôt la formulation suivante ? L'athlète - de haut niveau - (ne) doit-il (pas) être associé à la politique de son sport ? L'athlète est un acteur de la politique sportive de haut niveau. Mais on le réduit généralement à n'être qu'un exécutant de la politique conduite dans ce domaine (…). Il faut qu'il y ait des lieux de rencontre entre tous les acteurs du sport : dirigeants, techniciens, athlètes, journalistes, etc… Il faut, me semble-t-il, multiplier les échanges car les questions qui étaient réglées dans le passé au sein de l'institution sportive ne peuvent plus l'être dans les mêmes conditions de communication. Et je reviens ici à mon idée de spécificité.
(…)

41Yves Lair Je souhaite prolonger les propos de René Moustard. Nous réfléchissons également, dans le cadre de la F.N.O.M.S., sur les transformations du sport. Le niveau intermédiaire : championnats régionaux, Nationales II ou III, par exemple, quel est exactement son avenir ? Les fédérations et le Comité Olympique seraient particulièrement inspirés en portant l'analyse sur ce niveau qui produit l’essentiel des athlètes et dirigeants…Sinon, l'institution sportive risque de scier la branche sur laquelle elle est assise.

42Les clubs et les sections de haut niveau peuvent encore "faire leur marché" dans les clubs intermédiaires, pour renouveler leur effectif. Dans quelques années, cela risque de devenir impossible !
(…)

43Charles Pigeassou En essayant de systématiser les types de problèmes abordés, on peut distinguer, à mon avis, trois grands ensembles, trois catégories.

44La première catégorie renvoie au thème du financement. J'ai fait réaliser plusieurs monographies d'associations sportives par des étudiants. Les problèmes énoncés par les responsables d'associations sont de deux ordres : la question des moyens en ressources humaines et en ressources financières (…). A ce niveau se situent également toutes les formules d’auto-financement (…).

45L'utilisation de l'argent et la circulation des masses monétaires dans le système sportif représentent, me semble-t-il, la seconde catégorie. On pourrait admettre des règles de transparence à ce niveau qui rendraient plus crédibles les associations. Souvent, une telle crédibilité fait défaut.

46Les formes sociales de régulation de l'échange renvoient à un troisième ensemble de questions. Les rapports entre athlètes et dirigeants, contractualisés ou non, relèvent de ce domaine. Cette façon de penser le sport est relativement nouvelle.

47Telle est la classification que je proposerai pour approfondir la réflexion.
(…)

48Robert Denel (…) Se pose, pour les formules d'auto-financement, la question de l'investissement. Je suis assez d'accord avec ce qui vient d'être dit sur l'auto-financement, mais regardons autours de nous. Comment se passent généralement les choses ? Dans un cadre associatif, c’est toujours très difficile (…). Personnellement, j'aurais tendance à vouloir demander moins d’argent à la collectivité mais beaucoup plus dans le domaine d'aide à l'investissement (…). Ceci étant, j’ai bien conscience que le secteur associatif ne donne pas une image pleinement convaincante aux investisseurs publics ou privés. Je m'exprime ici en homme de terrain, car je ne suis pas du tout un homme de théorie dans ce secteur. Je parle d’expérience.
(…)

49Pierre Collomb C'est vrai que les questions relatives au financement du sport sont de la plus grande importance. Les associations sportives se sont installées dans le précaire, dans une sorte de précaire. De sorte que l'investissement manque.

50C'est vrai également que les associations n'ont pas de capital social, par rapport à une société. Voilà qui ne facilite pas l'initiative ou plus exactement, voilà qui limite probablement le registre des initiatives.

51Il s’agit d'une fragilité (…). L'investissement est sans doute nécessaire à l'indépendance de l'association dans le long terme. Il prépare l'auto-financement (…). Sans doute manque-t-on d'information à ce sujet. Dans l'état actuel, il est difficile de proposer des solutions précises (…). C'est la simple remarque que je voulais ajouter.
(…)

52Jean-Michel Martin S'il n'y a plus personne souhaitant intervenir, je vous propose de clore les débats. Bien entendu, il était ambitieux de conduire une réflexion sur des thèmes aussi difficiles que ceux de l'argent, du statut de l'athlète engagé dans le haut niveau et du spectacle sportif. J'espère toutefois que nos échanges auront permis de compléter les apports des différents exposés. Merci à tous.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540