Desktop versionMobile Version

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Rôle et place de l'argent

Les initiatives privées face au système fédéral

Synthèse des auditions, suite

Jean-Jacques Hazan

Volltext

Le spectacle sportif est-il amené à se détacher du secteur associatif ?

1- "Le sport-spectacle est inévitable". Il est un élément essentiel, pour le développement d'un sport. Par ce biais, une fédération pourra mettre en avant les qualités physiques, psychiques, techniques de son sport, et ainsi attirer des populations nouvelles. En effet, la spectacularisation du sport se développe de façon inégale d'une fédération à l'autre. Si certaines doivent payer pour passer sur le "petit écran", d'autres sont sollicitées très fortement pour donner l'exclusivité d'un match ou d'une compétition. Par exemple, "la lutte ne pourra jamais atteindre certaines choses" à cause de ce manque de spectacularisation. Pourtant, "ce sport possède autant de qualités qu'un autre sport". De plus le passage à la télévision est un élément déterminant dans la recherche des sponsors.

2- Les enjeux économiques du spectacle sportif ont été largement mis en valeurs par W. Andreff et J.F. Nys dans leur ouvrage Economie du sport paru en 1986.

3Ils distinguent "le spectacle sportif direct" et "le spectacle sportif télévisé".

4Pour le premier, "la quantité, l'enjeu de la rencontre, l'incertitude du résultat sont les éléments déterminants de la demande".

5En ce qui concerne le spectacle sportif télévisé, "les sports télégéniques" sont plus favorisés que les autres". C'est le cas des sports où le spectacteur concentre son attention sur le porteur du ballon ou sur les détails des gestes techniques (football, basket, patinage, gymnastique)".

6Face à cette demande et à ses exigences de spectacularisation, le monde associatif essaie de s'adapter. Ce qui n'est pas toujours évident pour certains sports dont le contexte spécifique rend difficile l'attraction des foules (c'est le cas en particulier pour les sports de plein-air).

7- Ainsi la problématique se pose à trois niveaux : le développement du spectacle sportif direct peut-il échapper au monde associatif qui n'est pas toujours en mesure de répondre à ces exigences ?

8Si ce "glissement" se produit, quelles en seraient les conséquences pour le monde sportif ? Et comment se ferait cette nouvelle organisation ?

9Nous laissons de côté le sport spectacle télévisé qui est traité à travers le thème concernant la spécificité médiatique du sport.

Les risques de "glissement"

10- L'interview de plusieurs responsables de fédérations met en évidence, le fait que celles-ci semblent parfaitement maîtriser le développement de cette spectacularisation. Pour la plupart, la volonté est de garder le spectacle sportif au sein du monde associatif.

11Si tout semble clair à ce sujet, il existe néanmoins des cas où l'organisation des spectacles sportifs a échappé au milieu associatif : le cas de la voile.

12- "Les courses au large" (la route du rhum) sont effectivement, dans l'organisation, du ressort du secteur privé. Ces courses sont à l'origine des initiatives privées qui représentent dans leurs conceptions, avant tout, de grandes aventures. Ces organisateurs privés ont fait appel ensuite à la fédération de voile pour qu'elle amène les éléments techniques indispensables à la compétition. Dans l'organisation de ces courses la fédération a un rôle d'arbitrage. Les organisateurs demandent à la fédération des bénévoles qui représentent les juges de ces courses. La participation à ce genre de courses ne fait pas l'objet d'une pré-sélection de la part du système fédéral et associatif ; chacun, dans la mesure où il peut financer sa propre course, peut s'inscrire.

13- La fédération ne semble pas aujourd'hui vouloir récupérer l'organisation de ces compétitions. D'ailleurs ce système de fonctionnement ne semble pas poser de problèmes à la fédération. Au contraire, des professionnels prennent en charge la lourdeur des problèmes logistiques de telles organisations. La fédération n'est pas pour autant en-dehors. Son rôle est réglementaire au niveau de chaque compétition ; et dans le sens où elle limite les initiatives privées.

14Ce glissement de l'organisation est souvent dû à l'initiative privée à l'origine (exemple du beach-volley). La plupart du temps, ces initiatives privées sont ensuite reprises en main par les fédérations. Dans le cas de la voile la fédération a préféré laisser à l'initiative privée le soin de l'organisation. Il s'agit en fait d'une sous-traitance de la partie logistique de l’organisation des compétitions, à des entreprises externes à la fédération. Ceci n'empêche en aucun cas la fédération d'imposer ses exigences sportives et de limiter ce genre d'initiatives.

Conséquences possibles

15- Le premier danger ; c'est effectivement un foisonnement d'initiatives externes à la fédération et qui pourrait mettre en péril l'intérêt de ce genre de compétitions. En effet trop de compétitions ne feraient que banaliser le spectacle sportif. En outre, cette "inflation" pourrait avoir une incidence sur la qualité dans le sens où le marché du spectacle sportif est limité dans sa programmation. C'est-à-dire qu'il n'est pas possible d’avoir plusieurs compétitions au même niveau touchant un même public.

16- Le deuxième danger serait un spectacle sportif qui ne correspond plus aux exigences de ce sport, mais à l'intérêt du sport-spectacle et de ses enjeux économiques. Aboutir uniquement au spectacle d'exhibition, "pipé", c'est-à-dire avec des résultats donnés par avance. La fonction du sport-spectacle, "qui n'est pas et ne se veut pas la représentation pour un public d'une histoire singulière d'événements fictifs ou vrais : en quelque sorte le simulacre préparé, élaboré pour satisfaire des curiosités et si possible provoquer des émotions", bref un produit sportif, issu du milieu sportif mais dont les valeurs intrinsèques ne seraient plus de ressort du monde associatif, mais qui "est la réalité présente effective exhibée : celle de la confrontation interindividuelle ou inter groupale universellement codée, contrôlée et jugée" (M. Bernard).

Conclusion

17- Si le danger de glissement est limité pour l'instant, il est néanmoins présent à travers la pression des initiatives privées sur le système fédéral.

18Il apparaît clairement que le système associatif ou fédéral n'a pas toujours la souplesse nécessaire pour faire face à la demande de spectacle sportif qui est croissante.

19- La question se pose maintenant de savoir si le système fédéral doit remettre en cause son organisation pour faire face à cette demande lui-même ou s’il doit accepter de déléguer, sous-traiter en partie ou en totalité la prise en charge de l'organisation des spectacles sportifs. Dans ce deuxième aspect toute la difficulté pour le système fédéral est de se situer comme le maître d'ouvrage dans la réalisation des spectacles, ou tout au moins dans la conception, définissant le cadre technique de ce spectacle particulier et les éléments de "codification, contrôle et jugement" ; auquel cas les acteurs privés ne sont que des contributeurs, et des sous-traitants dans la réalisation des spectacles sportifs.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search