Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Rôle et place de l'argent

Avis partagé sur l’athlète gestionnaire...

Synthèse des auditions

Jean-Jacques Hazan

Texte intégral

1L'athlète de haut niveau est le représentant de son sport. A travers les performances qu'il doit produire, il est très fortement sollicité par l’entraînement.

2Mais, l'intensité de sa pratique empêche-t-elle l'association de l'athlète à la gestion du sport et plus particulièrement de son sport, pendant sa carrière ?

3Quel est donc l'intêret de son implication dans ce domaine pour lui et pour le monde sportif ?

  • Pour éclaircir ces multiples aspects, des sportifs de haut niveau ou d'anciens sportifs de haut niveau, ainsi que des responsables de fédérations ont répondu à cette question.

  • Pour tous, l’association de l'athlète à la gestion du sport après sa carrière sportive ne pose aucun problème ; dans la mesure où celui-ci est suffisamment motivé pour son sport et qu'il se donne les moyens, c'est-à-dire une formation.

4Ainsi, le problème posé se réduit à l'association des sportifs de haut niveau pendant leur carrière sportive.

5- Les diverses réponses se rassemblent autour de deux attitudes :

  • Les partisans d'une association des sportifs de haut niveau.

  • Les détracteurs d’une telle démarche.

Les détracteurs

6- Ils estiment que pendant sa carrière, il ne peut pas s'impliquer dans la gestion du sport (du fait de son manque de temps et de sa méconnaissance des institutions sportives et de leurs mécanismes). Il ne doit pas y être associé, pour éviter de diluer son potentiel, son énergie, son agressivité à travers d'autres problèmes que ceux de l'accession à une performance : "On se bat contre certains mythes (l'administration), mais on perd un peu d'agressivité dans cette lutte que l'on ne donne pas dans la compétition". "Picard n'y arrive pas parce qu'il se disperse". Il se doit d'aborder la compétition dans les meilleures conditions. "Etre sportif de haut niveau est quelque chose de particulier. Il faut être relativement égoïste au départ. Quand on s'entraîne on ne peut penser qu'à soi. Passer de l'autre côté de la barrière représente quelque chose de totalement différent".

7De plus, dans le milieu de la gestion, "ils sont souvent perdus. Ils ne connaissent pas les problèmes politiques".

8En outre, ils estiment qu'il y a un risque dans la gestion du sport de haut niveau, dès lors qu'ils y sont intégrés : "On ne peut pas être juge et partie".

9- Les détracteurs sont néanmoins favorables à ce que les athlètes puissent être associés à la gestion du sport après leur carrière.

10Toutefois, certains préconisent que ceux-ci prennent après leur carrière quelque temps de recul, pour qu'ils intègrent tout ce qu'ils ont pu vivre à travers le haut niveau, et qu'ils abordent les problèmes spécifiques de la gestion du sport de façon plus positive.

11- Certains ont évoqué comme limite le "manque de connaissances techniques". Or, la gestion du sport ne se réduit pas aux seules techniques comptables et financières, mais s'étend à des domaines d'ordres organisationnels, pédagogiques, relationnels pouvant être abordés plus facilement.

12- Quant au "manque de temps", dès lors qu'il ne s'agit pas d'un invertissement quotidien, mais d'une association régulière et aménagée, cette intégration nuit-elle à l'entraînement de l’athlète ou lui permet-elle une meilleure et plus complète participation ?

13- Quoiqu'il en soit, il n'existe pas "de relation de cause à effet" entre la carrière du sportif et son entrée dans la gestion du sport. C'est une question de "motivations personnelles", pour faire évoluer son sport, complétée par une formation et une réflexion sur le monde sportif.

14Ses qualités au niveau de la planification du temps, de la rentabilité s'il sait les transférer à la gestion du sport peuvent devenir essentielles pour les fédérations.

15- Par contre, la participation des sportifs de haut niveau à la gestion du sport ne doit pas être exclusive. Leur intégration qui doit se situer à tous les niveaux organisationnels, ne peut pas se substituer à la situation actuelle.

16- "Il y a très peu de temps que la fédération intègre d'anciens sportifs de haut niveau". Par contre l'association des athlètes pendant leur carrière ne semble pas toujours d'actualité dans les fédérations. "Il est nécessaire d’avoir un échange" avec les dirigeants. Ne pourrait-on pas envisager une commission au sein des fédérations, avec des personnes qui par leurs qualités humaines puissent établir un contact permanent avec les athlètes, en se situant à "l'interface" entre les dirigeants et les athlètes : établir une communication permettant de susciter chez les athlètes l’envie de participer plus activement à l'évolution de la fédération ? Car l'un des obstacles à cette association est que la demande des athlètes n'est pas assez forte pour se faire entendre. Mais ne faut-il pas voir dans le fait qu'ils ne se posent pas de questions sur les problèmes de gestion de leur fédération, la marque de l'hyper-protection qu'ils ont. C'est alors le rôle du dirigeant que de provoquer cette demande. Ce problème de communication est variable d'une fédération à l'autre, en fonction de cette volonté des dirigeants de faire participer leurs athlètes à la vie de la fédération. "La volonté des élus ne va pas toujours dans ce sens". "Il est nécessaire d'avoir auprès des athlètes de haut niveau, des personnes de haut niveau".

17- Il semble bien que la réflexion autour des politiques managériales des entreprises (taylorisme ou participation) touche aussi le monde du sport. Chacun s'accorde à dire aujourd'hui qu'un producteur comme un technicien est plus efficace dès lors qu'il a en tête les objectifs généraux de son entreprise, ce que l'on attend de lui, qu'il est responsabilisé sur sa place dans le système et que corollairement il puisse permettre de faire évoluer, par son expérience, par son vécu, les défaillances du système.

18L'athlète de haut niveau n'est-il pas dans cette situation ?

19Enfin, cette intégration, cette prise en compte des besoins généraux, cette nécessaire ouverture à une analyse plus globale, ne font-elles pas partie de la formation de l'athlète de haut niveau dans le cadre d'un développement d'une politique de suivi social ? N'est ce pas aussi ce que les fédérations et les clubs peuvent apporter en retour à l'athlète ?

20- "L'environnement du sportif est très important". La fédération peut devenir un environnement très positif pour celui-ci.

Les partisans

21- "Pendant sa carrière, l'athlète est au centre de cette gestion". Ses rapports avec les différents partenaires lui permettent d'être déjà sensibilisé et responsabilisé sur quelques aspects de la gestion du sport. De plus, il doit gérer sa propre carrière (sportive et professionnelle). "Il est le représentant de son sport, donc il peut et il doit être intégré à la politique de la fédération". De par l'image qu'il produit et le rôle éducatif de cette image, le sportif se doit de gérer celle-ci. En cela il est déjà associé à la gestion du sport. Il est nécessaire d'ailleurs qu'il soit sensible et sensibilisé sur cet aspect.

22- "L'association des athlètes à la gestion du sport, c'est l'avenir des jeunes fédérations".

23Il est à même, par son vécu, de donner à son niveau, un certain nombre de réponses. Cette implication dans la gestion du sport peut susciter chez lui le désir de prolonger sa carrière dans ce domaine. Ainsi de façon progressive il pourra enchaîner éventuellement le passage de sa vie sportive à sa vie professionnelle. "C’est une sorte de projection sur l'avenir." "On cherche les dirigeants de demain au sein de la fédération". Le but étant de créer une synergie pour avoir plus de dirigeants ayant pratiqué au haut niveau. "Le problème des fédérations c'est quelles sont gérées par trop de personnes qui n'ont pas d'expérience de pratique au haut niveau" : ou par trop peu de sportifs de haut niveau en activité !

24- "Le fait d'être associé à la gestion, lui permet de regarder un peu autour de lui", de connaître d'autres aspects du sport qu'il ne voit pas habituellement et "le sollicite déjà et le prépare".

25Même s'il n'entre pas forcément dans cette nouvelle carrière sportive, son implication antérieure lui aura permis de s'ouvrir et d'acquérir une "culture sportive" nécessaire à sa formation globale.

26- La fédération offre à l'athlète par son association à la gestion du sport durant sa carrière sportive, un outil éducatif à sa formation globale.

27"Il est bon de savoir comment cela fonctionne".

28- Pour la fédération, l'implication des sportifs de haut niveau dans ce type de gestion va permettre de les initier à leurs droits et obligations et par là même de faire respecter les valeurs sportives qu'elle a pu définir.

29- "Il faut faire passer les idées des athlètes aux plus hauts plans" car "l'athlète est le premier à savoir ce qui lui faut".

Conclusion

30- En règle générale, les partisans de cette association des sportifs de haut niveau à la gestion du sport sont les sportifs de haut niveau, et les dirigeants des petites fédérations convaincus du rôle déterminant que doit jouer l'athlète dans ce domaine. Pour les dirigeants, conscients de la nécessité de former le jeune sportif dans sa globalité pour lui donner toutes ses chances dans son passage à la vie professionnelle, il apparaît essentiel de solliciter l'athlète dans sa carrière sportive sur d'autres aspects que la compétition.

31- Ceux qui considèrent que l'athlète ne peut pas et ne doit pas être associé sont le plus souvent les dirigeants de fédérations plus importantes en nombre, ainsi que les anciens sportifs de haut niveau qui tendent à considérer que l'athlète doit se consacrer presque exclusivement à l'entraînement et à la compétition (producteur exclusif de performances).

Liste des personnes interviewées

- OPRENDEK J.M.,
Direction du département haut niveau, C.N.O.S.F.

- MOREL G.,
D.T.N., Fédération Française de Badminton

- GIOVANNI A.M.,
D.T.N., Fédération Française de Squash

- COLLOC I.,
Fédération Française de Voile

- PALIERNE B.,
Fédération Française de Tennis de Table

- COTIN, Vice-président
de la Fédération Française de Football Américain

- PLE C.,
Athlète de haut niveau, Fédération Française de Ski

- PELLAT-FINET P.,
Entraineur national, Fédération Française de Ski

- BOYARD P.,
D.T.N. Adjoint, Fédération Française de Tennis

- MENAUD R.,
Entraineur national, Fédération Française de Natation

- ALAPHILLIPE C.,
Athlète de haut niveau, Fédération Française de Canoé

- BONNET H.,
Fédération Française de Ski

- LEFEVBRE F.,
Fédération Française de Ski

- SARBACH J.L.,
Groupe Mc CORMACK

- DEBERNARD D.,
Groupe SALOMON

- Interviews et synthèses réalisées par :

- SAURIN J.F., Directeur adjoint du C.R.E.P.S. de Poitiers

- HAZAN J.J., Directeur de la société Diagnostics-Décisions et Développements

- VALTER L., étudiant en économie et gestion du sport à l'université de Paris-Dauphine

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search