Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Rôle et place de l'argent

Un défi qui interpelle tous les acteurs

Synthèse des auditions

René Moustard

Texte intégral

  • 1 Parallèlement, une enquête sur l’argent et le sport de performance a été engagée à l'initiative de (...)

1Cette note de synthèse, introductive aux débats, a été réalisée en prenant appui sur le questionnaire initial et les contributions écrites ou par audition1.

2Nous remercions tous ceux qui ont ainsi apporté leur concours.

Notre rapport s'appuie sur les contributions écrites suivantes :
Gilles Rotillon, économiste et alpiniste,
Michel Clouscard, philosophe,
Bernard Gerbier, économiste,
Pierre Lawson, Président du club de l'A.S. Pierrefitte,
Yves Lair, Vice-président de la F.N.O.M.S.,
Jean-Paul Callède, sociologue,
Xavier Allouis, Directeur de la Lettre de l'économie du sport,
René Charier, Vice-président de l'Union Nationale des Footballeurs
Professionnels.

I - L'argent et le sport : Comment aborder ce problème ?

31- Dans le domaine économique, l'argent assume plusieurs fonctions.

  • Il sert d'unité de mesure et, à ce titre, permet l'échange des produits (fonction commerciale et d'évaluation du prix des marchandises).

  • Mais, il peut aussi être amassé sans être utilisé (fonction d'accumulation de capital argent) et jouer le rôle d’une marchandise, elle-même vendue et achetée, ce qui assure sa reproduction.

4Ainsi, dans certaines conditions, on peut assister à une inversion : ce qui était, à l'origine, le moyen des échanges, peut devenir le but et ainsi assumer un rôle d'orientation et de domination dans les rapports argent et autre chose.

5Cette analyse, qui mérite discussion, permet néanmoins d'aborder le problème sous deux angles :

  • l’argent comme moyen pour le développement du sport (qui est la finalité),

  • l'argent comme but (le sport devenant moyen).

6Pour que l'argent serve le sport sans le dénaturer, il semble nécessaire d'approfondir les relations Sport/Argent pour essayer de comprendre dans quelles conditions on peut discerner plusieurs types de rapports :

  • des rapports d'exclusion mutuelle

7(l'argent comme but et le sport comme but s'ignorent et ne se rencontrent pas).

8C'est un peu la situation qui prévalait à l'époque de l'amateurisme "intégral" reposant sur la distinction entre deux cas :

  • faire du sport un but pour ceux qui en ont les moyens.

  • ceux qui veulent faire de l'argent avec le sport s'excluent et entrent dans une autre logique.

9(d'où l'opposition professionnalisme/amateurisme).

  • des rapports de complémentarité

10Il y a un but commun : le progrès des individus. Le sport poursuit ce but. L'argent est un moyen pour y arriver.

  • des rapports de domination

11L'argent comme but, impose sa logique au sport.

122 - Le sport n'est pas réductible au champ de l'économie.

13Dimension de l'activité humaine, il relève également des autres domaines : éducatif scolaire ou péri-scolaire, création culturelle, prévention sanitaire, mode de relation sociale, forme de solidarité, etc…

14Il y a donc toujours inter-relation et il est difficile d'isoler de l'ensemble du phénomène sportif, les rapports spécifiques entre sport et argent.

15Le sport a toujours une marge d'autonomie possible par rapport aux autres sphères de la vie sociale et des différents pouvoirs (économique, politique, culturel, médiatique, etc…).

16Les acteurs sportifs et leur organisation (le système sportif) peuvent donc agir pour influencer le jeu des relations Sport/Argent et obtenir que l'argent serve le développement du sport sans le dénaturer (le sport est à la fois producteur et utilisateur d'argent. Il n'est donc pas seulement dépendant. Il produit des ressources et peut revendiquer leur utilisation).

173 - Historiquement, l'évolution du sport moderne, depuis la fin du 19ème siècle, est passée par différentes phases ; chacune pouvant être étudiée aussi du point de vue des rapports spécifiques entre sport et argent pour en tirer des enseignements. Comment peut-on caractériser ces périodes successives ?

  • la première phase correspond à la mise en route du projet culturel global, reposant sur des valeurs humanistes souvent marquées d'élitisme (l'amateurisme intégral) en essayant de délimiter le champ du sport en dehors de ses rapports avec l'économique et le social (sport neutre).

  • la deuxième phase de développement, en appui sur les politiques locales et municipales (1925… 1940), puis de l'Etat (1936…1945 etc…) va poser progressivement le problème des moyens, donc du financement public et des rapports entre sport et argent dans le cadre du service public d'Etat en même temps que s'organisent des rapports marchands selon la logique du profit économique.

  • la troisième phase, avec les années 60, voit le développement s'engager dans une segmentation de plus en plus forte du champ sportif en dimensions spécifiques (sport pour tous, sport de masse, sport de performance, haute performance), chacune établissant des rapports particuliers entre sport et argent :

    • tantôt dans le sens d'une complémentarité.

    • tantôt dans le sens d'une domination de l'argent sur le sport.

  • La phase actuelle semble ( ?) évoluer vers un développement de plus en plus marqué par le modèle marchand qui imprègne toutes les sphères de la vie sportive (notamment le haut niveau) sans pour autant que les autres modèles (éducatif, service public, etc…) disparaissent. Il y a donc une imbrication de plus en plus grande et complexe.

18D'où la nécessité probablement ( ?) de procéder à un état des lieux approfondi (enjeu no 1 de la préparation d'Assises !) pour dégager un diagnostic sur les causes actuelles de l'évolution avant de chercher à proposer des solutions trop achevées qu'il suffirait ensuite d'appliquer.

II - La situation actuelle : quelques questions en débat

191- Faut-il parler de dénaturation du sport par l'argent ?

20Voici deux opinions.

      • "Je ne crois pas que l'on puisse parler de "dénaturation" du sport par l'argent. Le faire, supposerait qu'il puisse exister un sport "nature" qui, à l'extrême, se ferait sans argent. Le sport, comme le reste, n'est pas coupé de la société et subit toutes ses contradictions. Aussi bien, l'argent peut il être facteur de crise comme de progrès et en même temps".

21(Gilles Rotillon)

  • "On peut raisonnablement avancer l'idée de dénaturation du sport par l'argent lorsque les cas de figures suivants se trouvent confirmés par les faits :

    • l'Etat, au niveau national, n'est pas à même de définir une véritable ligne budgétaire en matière de politique sportive publique.

    • au niveau local, les municipalités cèdent aux exigences démesurées des clubs engagés dans le haut niveau professionnel ou para-professionnel.

    • les sponsors et autres mécènes entendent définir "la bonne" organisation du "sport".

22(Jean-Paul Callède)

232 - Y a-t-il tendance à voir s'accentuer une opposition entre les objectifs de ceux qui financent et les objectifs de ceux qui reçoivent ces financements ?

24Si l'on se place du point de vue de ceux qui financent (pouvoirs publics, sponsors…) il me semble que l'évolution principale est dans la recherche du profit (plutôt symbolique et politique pour les Pouvoirs publics et plutôt financier pour les sponsors)…

25… tandis que du point de vue de ceux qui reçoivent ces financements (mouvement sportif associatif), l’objectif est bien de développer le sport selon les conceptions propres à chacun, ce qui implique de nombreuses contradictions. Y a-t-il un seuil au delà duquel l'un des objectifs va en opposition avec l'autre ?

26C'est, me semble-t-il, le cas dans de nombreux sports de haut niveau médiatisés".

27(Gilles Rotillon)

28Illustration :

29"La main mise des sponsors importants que l'on retrouve dans les grandes compétitions (FUJI-NEC, par exemple) est telle que les fédérations internationales ne contrôlent même plus les aspects techniques et sportifs qui leur incombent normalement.

30Par exemple, lors de l'organisation de la Coupe du Monde de volley-ball dénommée "World League", la F.I.V.B. n'a pas été maîtresse du choix des équipes nationales sélectionnées pour participer à cette compétition.

31Le critère du classement des meilleures équipes mondiales n'a pas été retenu en priorité. Il a été remplacé par le critère de la meilleure couverture télévisuelle.

32La tendance à considérer le sport comme un simple produit commercial est de plus en plus présente dans les médias ("le sport n'est pas un produit à part. Il n'est pas investi d'une quelconque mission culturelle ou pédagogique comme certains le prétendent encore").

33Tout est pensé en terme de rentabilité.

343 - Comment identifier les effets de l'influence du pouvoir de l'argent dans le sport ?

35Quelques points de vue :

36- L'argent me paraît avoir une place déterminante en modifiant, non pas la nature du sport, mais les comportements des différents auteurs.
Aussi, quand on parle à des champions des sommes énormes (même compte tenu de leur faible temps d'activité dans certains sports) il ne faut pas trop s'étonner que les valeurs éducatives soient oubliées. Là où il y a le plus d'argent et le moins de contrôle pour un partenaire associatif au sens large, l'argent éloigne le plus le sport des valeurs sociales et éducatives…"
(Gilles Rotillon)

37- Dans le football professionnel, l'inflation des hauts salaires pèse sur l'esprit des joueurs, les relations entre eux, avec l'entraîneur et les dirigeants. C'est devenu un métier où l'esprit de concurrence grandit et l'esprit de coopération s'affaiblit.
La libération professionnelle, l'inflation des managers, l'arrivée des dirigeants "hommes d'affaires", le rapport entre les sponsors et les médias, engendrent des concurrences qui poussent à l'inflation des hauts salaires et placent le pouvoir sportif fédéral devant des problèmes qui lui échappent.

38- "Le système actuel n'est plus régulé, en ce sens que les présidents des clubs actuels (sport professionnel et haut niveau), en situation de force, peuvent engager l'argent des contribuables, via la Mairie, pratiquement sans limites".

39- Ce qui pèse sur le sport, c'est l'entrée du secteur économique non directement intéressé par le développement des activités, des associations et le nombre des pratiquants mais qui recherche à utiliser l'image du sport pour valoriser sa propre image. Cette évolution fragilise les rapports sport/économie au détriment du sport puisque celui-ci peut être délaissé dès qu'il ne procure plus l'image médiatique attendue.
Cette fragilité découle également des rapports entre médias et sponsors. L'objectif des entreprises privées de l'audiovisuel étant la recherche du profit financier, elles priorisent les gains possibles pour leurs ressources encore publicitaires sans lien direct avec le développement du sport lui-même.

40- A l'inverse, il semble (à vérifier !) que la part des budgets publicité des grandes firmes pour le sport, reste minime en proportion des effets qu'elles recherchent pour leur image. Il y aurait donc une marge de ressources encore possible pour le sport.
"Ce qui se passe dans le mouvement olympique illustre quelques uns des propos précédents. Les financiers recherchent la rentabilité et le C.I.O. essaie de défendre ses valeurs avec de plus en plus de mal, c'est-à-dire qu'il perd de plus en plus le contrôle de l'organisation des Jeux. Les valeurs olympiques ne sont pas ce qui pousse d'abord la population à regarder les Jeux".
(Gilles Rotillon)

41"Le spectacle prend le pas sur l'éducation, le culte de la vedette parfois de l'idole sur l'envie de pratiquer soi-même et, d'acteurs potentiels, nombre d'amoureux du sport se transforment en témoins passifs, hélas trop souvent exaltés, voire violents, d'événements sur-dimensionnés.
A contrario, la naissance de nouveaux sports, les progrès de la recherche médicale, bref l'amélioration générale des conditions de pratique, engendrent des coûts supérieurs à ceux des décennies précédentes.
Le sport a besoin d'argent pour progresser".
(Pierre Lawson)

42- Une étude menée au sein du collège des fédérations affinitaires et multi-sports a montré qu'au cours des cinq dernières années un déséquilibre est intervenu dans l'attribution des crédits entre le sport de haut niveau et le sport de masse aux différents niveaux.
En même temps, dans certains sports, le haut niveau reste encore faiblement aidé par l'Etat.
"Les valeurs morales du respect de l'autre, que sous-entendait la compétition sportive, ont peu à peu été gommées au profit de l'image du leader, du vainqueur pour lequel la seconde place n'est même plus intéressante avec, pour seule ambition, la première place à tout prix".
(Yves Lair)

III - Qu'est-ce qui peut modifier cette évolution ? Quelles solutions ?

431 - Faut-il partir de l'hypothèse que l'opposition entre les objectifs de ceux qui financent et les objectifs de ceux qui reçoivent le financement est en train de croître et que c'est cette tendance qui engendre la montée de certaines interrogations et inquiétudes dans le mouvement sportif quant à l'avenir du sport ?

44Est-ce cette évolution qui nourrit une certaine perte de sens et le sentiment d'une dégradation des valeurs humanistes ?

452 - Si l'argent modifie, non pas la nature du sport, mais le comportement des différents acteurs, comment agir pour développer un comportement conforme à l'éthique du sport ?

46Peut-on agir sur les mentalités indépendamment des causes qui engendrent ces modifications de comportement ?

473 - Quelques directions pour rechercher des solutions.

481) "Une règlementation du Marché par l'état. Mais on voit mal au nom de quels principes on réglementerait ce marché-là plutôt qu'un autre".

49(Gilles Rotillon)

502) "La modification du comportement des spectacteurs (en devenant un peu plus pratiquant), car on ne voit pas pourquoi les champions refuseraient les salaires qu'on leur propose et pourquoi les sponsors n’investiraient plus dans un secteur si rentable".
(Gilles Rotillon)

513) "Un financement public conséquent".
(Bernard Gerbier)

524) "Une réforme des structures sportives (rapport fédérations-Ministère-sponsors).
(Bernard Gerbier)

534 - Le financement du sport.

54A propos de trois scénarios (cas extrêmes pour chaque cas car des scénarios intermédiaires sont plus près de la réalité) voici quelques opinions.

55Les scénarios.

  1. Le financement est assuré par ceux qui pratiquent et consacrent de l'argent à la satisfaction de leur intérêt sportif en "s'associant" (adhésion à une association, mutuellisation des moyens, formes coopératives…).

  2. Le financement est assuré selon la logique du Marché reliant l'offre et la demande (logique des consommateurs clients, suivant une démarche individuelle).

  3. Le financement est assuré grâce à l'intervention des diverses formes de service public (rôle de l'Etat, des collectivités locales, des activités sociales, des entreprises…) selon la logique de la redistribution des ressources produites nationalement pour répondre aux besoins collectifs et permettre une complémentarité entre les moyens du service public et les moyens des individus. (La notion de service public se réfère à celle d'intérêt général primant sur les intérêts particuliers).

56Points de vue.

  • L'application de ces différents scénarios varie selon les sports (plus ou moins médiatisés) ou selon les politiques locales et l'action des acteurs concernés.

  • Des formes de mixité entre différents scénarios sont concevables.

  • Notre représentation de l'avenir possible du sport, en nous plaçant du point de vue des besoins de financement de l'activité et de la vie des associations, se fonde logiquement sur le scénario type 3. On insistera au passage sur la logique contractuelle. Un tel centre de gravité du système sportif ne conduit pas pour autant à négliger le scénario no l. En effet, l'adhésion volontaire, le paiement d'une cotisation-licence, l'investissement personnel et bénévole, contribuent à enrichir le cadre du club et son environnement.

57Néanmoins, le scénario no 1 nous semble logiquement secondaire et subordonné au scénario no 3. Nous ne voyons pas d'inconvénient à ce que se structure le scénario no2 dès lors qu'il n'est pas montré comme étant l'avenir du sport, dès lors qu'il n'est pas présenté comme devant se substituer au scénario no 3".
(Jean-Paul Callède)

58-"Je ne crois pas que l'auto-financement puisse, en général, devenir majoritaire. Il est exclu, pour presque tous les sports, que les pratiquants financent les installations. Le financement se fait par la fiscalité, donc aussi par ceux qui ne pratiquent pas, ce dont les pratiquants ne se rendent pas toujours compte".
(Gilles Rotillon)

Conclusion

59L'évolution des rapports entre le sport et l'argent conditionne, pour une large part, l'avenir du sport du point de vue de ses finalités propres (humanisme).

60Beaucoup d'indices montrent qu'une nouvelle phase (un nouvel âge) dans l'histoire du sport est engagée.

61De nouveaux défis interpellent tous les acteurs du sport.

62L'étude du thème "Le Sport et l'argent" montre qu'il est possible de faire progresser la compréhension de ces problèmes et de relever le défi.

Notes

1 Parallèlement, une enquête sur l’argent et le sport de performance a été engagée à l'initiative de G. Joubert.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search